• 2013/5 actualités

        Toutes les actualités

    Les News de l'univers  

    News : univers 2013

    25-12-2013  - Les couleurs du soleil

    Un Soleil transformé en arc-en-ciel kaléidoscopique ! On peut dire que la NASA a frappé fort pour nous émerveiller. Ces derniers temps, il n'est pas rare d'observer des éruptions solaires à la surface de notre étoile. Des évènements que les engins de l'agence spatiale parviennent aisément à capter, livrant d'impressionnantes vidéos. Mais cette semaine, c'est une séquence encore plus magique qu'a dévoilée la NASA. La vidéo publiée présente le Soleil sous un tout nouveau jour, ou plutôt sous différentes lumières. Elle a été réalisée grâce aux données du Solar Dynamics Observatory (SDO) dont les objectifs sont braqués sur la boule géante et incandescente. Si les télescopes sont particulièrement utiles pour observer des objets lointains, ils possèdent aussi d'autres avantages dont celui de pouvoir utiliser plusieurs longueurs d'onde.

    Source : maxisciences  

    20-12-2013  - Le télescope spatial GAIA, quelques chiffres...

    3 : le nombre de ses missions

    Gaia a été envoyé pour remplir trois missions précises. D’abord l’astrométrie, afin de déterminer la position des étoiles de la Voie lactée et leur distance par rapport à la Terre. Ensuite, la photométrie, à savoir l’étude de la luminosité des astres, permettant par exemple de déterminer la présence ou non de planètes qui gravitent autour. Et la spectrométrie, qui donne une idée de la couleur et la vitesse des étoiles. 

    2.035 : la masse en kilogrammes de Gaia au décollage

    Le satellite européen se décompose en plusieurs blocs. D’abord, sa plateforme atteint 920 kg, avec à son bord 720 kg de charge utile. À cela, il faut rajouter les 335 kg d’ergols, le carburant de Gaia, qui se consument au cours du voyage. Manquent encore 60 kg, représentés par des gaz froids servant à rééquilibrer la trajectoire du satellite une fois en orbite.

    30 : le nombre de jours nécessaires pour atteindre son orbite

    À partir de son décollage, il faudra 30 jours à Gaia pour atteindre le point de Lagrange L2, situé à 1,5 million de km de la Terre, où il se positionnera en orbite autour du Soleil. Une fois sur place, il faudra encore attendre six mois avant de s’assurer que tout fonctionne correctement.

    6 : le temps en heures pour faire un tour sur lui-même

    Là où la Terre met 24 heures (environ) pour faire un tour sur elle-même, Gaia le fera en quatre fois moins de temps. Ce qui n'est pas vraiment rapide pour un objet de cette taille. Mais cette lenteur lui permettra de photographier l'espace plus précisément.

    2 : le nombre de télescopes à bord

    Gaia emporte à son bord deux télescopes, qui ne regardent pas tout à fait dans la même direction, lui permettant de balayer un échantillon plus large de la voûte céleste. Grâce au mouvement de rotation du satellite sur lui-même, chaque télescope regardera une même image à 106 mn 30 s d’intervalle, ce qui lui permettra de regarder l’objet sous un autre angle et obtenir ainsi des données plus précises.

    6 : le nombre de mois pour visualiser l’ensemble de la voûte céleste

    Par ses mouvements rotatoires, penché à 45° par rapport au plan elliptique, Gaia balaiera l’ensemble de la voûte céleste deux fois par an.

    Source : futura-sciences.  

    14-12-2013 - Des panaches d'eau sur Europe

    On ne peut s’empêcher de penser à 2010 : Odyssée 2, l’un des romans mythiques d’Arthur Clarke, en lisant l’article que vient de publier dans Science un groupe de chercheurs ayant utilisé des observations du télescope Hubble. L’inventeur du concept de satellite de télécommunications géostationnaire, grand amateur de plongée sous-marine (il a même consacré un livre à ses aventures sur la Grand Barrière de corail, que tout le monde peut maintenant visiter de chez soi grâce au Catlin Seaview Survey), y illustrait l’idée que sous la banquise d’Europe, une lune de Jupiter, un océan d’eau liquide pouvait abriter des formes de vie tirant leur énergie de sources hydrothermales. Les héros du roman de Clarke devaient d’ailleurs faire face à l’arrivée sur la surface d’Europe de l’une de ces formes de vie.

    Source : futura-sciences  

    12-12-2013 - De l'eau sur Mars !

    L’enquête sur le passé et l’habitabilité de Mars n’en finit pas de progresser. En partie bien sûr grâce à l’extraordinaire mission MSL (Mars Science Laboratory) magnifique petit laboratoire mobile doté de nombreux instruments et caméras qui explore le vaste cratère Gale (150 km de diamètre) depuis le milieu de l’été 2012 , plus connu sous son surnom Curiosity. Simultanément aux rencontres annuelles de l’Union géophysique américaine (American Geophysical Union, AGU) qui se tiennent cette semaine à San Francisco, les équipes scientifiques du rover ont publié dans le numéro du 9 décembre de la revue Science pas moins de six articles sur leurs découvertes.

    Les connaissances sur ce milieu délibérément choisi par la Nasa pour ses indices d’habitabilité qui y affleurent ont considérablement avancé en l’espace de 16 mois. Si bien que le directeur de la mission John Grotzinger (California Institute of Technology) a annoncé ne plus restreindre la mission à déterminer si l’environnement était habitable. L'objectif, désormais, est de privilégier la prospection de molécules organiques.

    Source :  futura-sciences 

    11-11-2013 - Les exo-Terres habitables

    Cette vidéo commence par montrer le champ d'observation de Kepler, non loin de la constellation du Cygne. Elle illustre ensuite la notion de zone d'habitabilité pour une exoplanète et enfin quelques étoiles autour desquelles se trouvent très probablement des exoterres dans cette zone

    Source : futura-sciences

      

       31-10-2013 - Une exo-planète similaire à la Terre ?

    C'est encore le télescope spatial Kepler qui est à l'origine de la remarquable découverte. Dans la constellation de la Lyre, l'engin a repéré une nouvelle exoplanète et pas des moindres. Nommée Kepler-78b, celle-ci fait partie des milliers de planètes telluriques (ou rocheuses) que Kepler a identifiée comme candidate possible à l’apparition de la vie. Pour en savoir plus sur elle, deux équipes d'astronomes ont repris et étudié les données du télescope.Ceci leur a permis de constater que Kepler-78b est loin d'être inintéressante et pour cause, elle présente plusieurs similarités avec la Terre. En effet, d'après les résultats parus dans la revue Nature, la masse de l'exoplanète serait comprise entre 1,69 et 1,86 fois celle de la Terre pour un diamètre équivalent à 1,2 fois celui de notre planète. De même, sa densité est très proche de celle de la Terre et avoisine les 5,5 grammes par centimètre cube. Au vu de cette donnée, l'exoplanète est très certainement constituée de roches et de fer, estiment les chercheurs.

    Source : maxisciences 

     28-10-2013 - Plus de 1000 exo-planètes ! 

    Dans l’histoire de l’astronomie, le 22 octobre 2013 sera marqué du sceau de la millième exoplanète découverte et confirmée. Ce qui paraissait encore être une chimère il y a 25 ans est aujourd’hui une réalité qui n’en finit pas d’étonner les chasseurs de nouveaux mondes. Dans la mêlée, il n’en est pas une encore qui ressemble à la Terre.C’est officiel, le cap symbolique des mille exoplanètes découvertes a été dépassé le 22 octobre 2013. Sur le compteur de l'Encyclopédie des planètes extrasolaires (Extrasolar Planets Encyclopedia), on peut lire 1.010 planètes confirmées en orbite autour d’autres étoiles que notre Soleil. Plus de 3.500 candidates attendent d’être validées.

    News : univers 2013

    Pour les uns, la chasse aux planètes extrasolaires s’est ouverte de manière inattendue en 1992 avec la détection, à l’observatoire d’Arecibo, de deux planètes autour du pulsar PSR B1257+12, restes de supernova situés à environ un millier d’années-lumière de nous. Au cours des années qui vont suivre, les chercheurs iront de surprise en surprise, contraints de battre en brèche plusieurs de leurs modèles et représentations du monde. Pour les autres, tout a vraiment commencé en 1995 avec l’annonce par les astronomes suisses Michel Mayor et Didier Quelloz de la découverte d’une planète géante moitié moins massive que notre Jupiter en orbite autour de l’étoile 51 dans la constellation de Pégase (Pegasi 51). C’est la première exoplanète jamais identifiée autour d’une étoile semblable au Soleil. L’équipe fut très étonnée de mettre la main dessus aussi vite.

     Bien sûr, une des grandes motivations qui anime cette quête est la découverte d’une exoterre dans la zone habitable de son étoile. Les plus optimistes l’envisagent dans un avenir proche, à l’horizon 2015. Pour patienter d’ici cet événement, on se souviendra que des statisticiens, qui s’appuient sur le catalogue des exoplanètes, estiment que la Voie lactée abrite des dizaines de milliards de planètes de moins de dix masses terrestres. Nul doute que beaucoup de surprises nous attendent en chemin

    Source :  futura-sciences 

    07-10-2013 - Le Trou Noir de la Voie Lactée se réveille

    À l’instar de beaucoup de galaxies dans l’univers, la Voie lactée cache en son centre, derrière d’épais rideaux d’étoiles, de gaz et de poussières, un trou noir supermassif. En étudiant les mouvements des étoiles de cette région, les astrophysiciens ont pu évaluer sa masse à quelque quatre millions de fois celle de notre Soleil. Un beau petit monstre, certes, mais qui ne montre pas beaucoup d’appétit en ce moment. Tout au plus des petits en-cas (nuages de gaz et astéroïdes) qui n'ont rien à voir avec les festins observés chez certains de ses congénères voisins.

    News : univers 2013

    Toutefois, il n’en a pas toujours été ainsi, comme l’a démontré récemment une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Joss Bland-Hawthorn. Aux rencontres de Galaxy Zoo à Sydney, le chercheur à l’Observatoire astronomique australien (AAO) a présenté ses investigations, également publiées dans The Astrophysical Journal. Il a confronté ses arguments suggérant fortement une puissante éruption de Sagittarius A* (Sgr A*) par le passé.

    Source : futura-sciences

    16-09-2013  - 200.000 candidats pour "Mars One", l’aller simple vers Mars ! 

    Le projet d’expédier des volontaires sur Mars pour une mission sans retour, transformée en téléréalité, poursuit son cours, au moins médiatique. Les organisateurs viennent de comptabiliser plus de 200.000 candidatures, à l'issue de la première phase de sélection qui s’est clôturée le 31 août. L’équipe essentiellement hollandaise du projet Mars One, menée par Bas Lansdorp, vient de finir les comptes : entre avril et août 2013, elle a reçu 202.586 candidatures, selon une dépêche de l’AFP. La première phase est donc terminée. La plupart viennent des États-Unis, largement en tête avec 25 %. Suivent l’Inde et le Brésil, mais aussi le Royaume-Uni et, loin derrière, l’Espagne. Les Français ne se sont pas précipités en masse mais ils sont là (avec 1 % des candidatures).

    Désormais, il va falloir organiser une présélection pour ne retenir, d'ici à 2015, que « six à dix équipes de quatre personnes [qui] subiront un entraînement complet » selon les organisateurs, cités par l’AFP. Les vainqueurs auront alors le droit d’aller mourir sur Mars, après un voyage sans retour, en 2023. Car c’est cela le projet Mars One : l’établissement d’une colonie d’humains qui ont décidé de ne jamais revenir sur Terre. Cette conquête de l’espace version moderne sera médiatique, suivie comme une émission de téléréalité. L'un des parrains de Mars One (aux côtés d'un prix Nobel de physique, Gerard 't Hooft) est d'ailleurs Paul Römer, pionnier de ce genre télévisuel. Quand bien même le décollage n’aurait jamais lieu, les entraînements dans le désert fourniraient peut-être déjà un spectacle lucratif.

    Source : futura-sciences 

    14-09-2013 - Voyager 1 est dans l'espace interstellaire  

    Il y a peu, c’était encore la controverse pour savoir si la sonde Voyager 1 avait bel et bien franchi l’héliopause pour entrer dans le milieu interstellaire. Selon certains, l’événement s’était produit en juillet 2012. Bien que la sonde partie en 1977 soit à environ 19 milliards de kilomètres du Soleil, les responsables de la mission avaient encore des doutes.

    Un article dans Science et un même une annonce de la Nasa viennent pourtant de confirmer que Voyager 1 était le premier engin conçut par l’humanité à quitter le Système solaire pour voguer dans l’espace interstellaire. C’est même Edward C. Stone en personne qui l’affirme, l’actuel directeur de la mission spatiale Voyager (depuis 1972).

    Le chercheur ne cache pas son enthousiasme. « Maintenant que nous avons de nouvelles données, nous croyons que c'est bien le bond historique de l'humanité dans l'espace interstellaire. L'équipe de la mission Voyager a eu besoin de temps pour analyser ces observations et leur donner un sens. Mais nous pouvons maintenant répondre à la question que nous posions tous "Est-ce qu’on y est ?". Eh bien oui, nous y sommes ! ».

    futura-sciences

     12-09-2013 -  La Chine sur la Lune

    Après le report à 2015 du lancement de la sonde indienne Chandrayaan 2, la Chine poursuit, seule, sa course à la Lune. De son côté, la Nasa, dont les objectifs à long terme prévoient la colonisation de la Lune, doit lancer début septembre la sonde Ladee d’étude de l’atmosphère et la poussière lunaires.

    Après les lancements de Chang’e 1 en 2007 et Chang’e 2 en octobre 2010 (elle a récemment photographié l'astéroïde Toutatis), la Chine prépare le lancement à la fin de l’année de la mission Chang’e 3 qui verra un rover débarquer sur la Lune. Si les responsables du programme spatial ont confirmé son lancement, ils sont toujours aussi peu bavards et ont bien du mal à communiquer sur leur programme. Ce qui est fort dommage car cette mission apparaît comme ambitieuse.

    Source : futura-sciences  

    La science expliquée en musique !

    Activez les sous-titres en français !  

      

    23-08-2013 - NOVA DELPHINI 2013, la nouvelle étoile dans le ciel

    L’événement est rare : le 14 août dernier, une nouvelle étoile, d'abord repérée par un astronome amateur japonais, est apparue dans le ciel de l’hémisphère nord, au bord de la petite constellation du Dauphin. Son éclat, qui décroît, la rend visible avec une paire de jumelles, et même à l’œil nu. Elle n’est pas difficile à trouver : il faut repérer le fameux Triangle d’été, formé par trois étoiles très brillantes : Véga (de la constellation de la Lyre), Altaïr (de l’Aigle) et Deneb (du Cygne).

    Partez de Deneb en haut à gauche (avec Véga en haut à droite), descendez vers Altaïr qui marque la pointe inférieure du triangle et arrêtez-vous aux deux tiers. Le nouvel astre est un peu à gauche. Comme elle est nouvelle, cette étoile se prénomme Nova, et puisqu’elle est située dans la constellation du Dauphin et qu’elle est apparue cette année, son nom complet est Nova Delphini 2013.

    Source : futura-sciences 

                         10-08-2013  - Le champ magnétique du Soleil va s'inverser  

    L'activité solaire va bientôt atteindre son maximum, ce qui risque de causer pas mal de perturbations électromagnétiques sur Terre.

    « Le champ magnétique de notre étoile est sur le point de s’inverser… » annoncent les physiciens du « Wilcox Solar observatory », un des seuls observatoires au monde qui enregistre l’activité magnétique du Soleil. L’évènement qui surviendra d’ici quelques mois marquera le maximum d’activité de notre étoile pour le présent cycle. Sur Terre on peut s’attendre à des orages magnétiques, qui pourraient perturber le fonctionnement des réseaux électriques et griller l’électronique des satellites en orbite.

    Cet évènement pourrait survenir dans seulement 3 ou 4 mois explique la Nasa L’activité solaire suit un cycle de onze ans, au cours duquel le champ magnétique de l’étoile se reconfigure. Et les conséquences de cet évènement s'étendent à toute l'héliosphère, c'est à dire à des milliards de kilomètres, englobant tout notre système solaire.

    Durant l'inversion de polarité, le champ magnétique du soleil va se déformer et offrir une meilleure barrière contre les particules chargées qui proviennent de l'espace lointain" explique la Nasa dans la vidéo. Mais sur Terre nous sommes avant tout exposés aux particules chargées en provenance du Soleil.

    De ce fait ce phénomène se traduit aussi par l’apparition, sur le disque solaire, d’un nombre croissant de taches sombres, autant de terminaisons magnétiques qui éjectent dans l’espace un flot de particules chargées électriquement.

    Certaines parviennent à pénétrer la magnétosphère terrestre et provoquent des aurores boréales, drapant de rouges et de vert le ciel des hautes latitudes. Mais ces charges électriques constituent aussi autant de mini décharges qui pourraient endommager les composants électroniques. Puis, l’activité solaire diminuera progressivement.. jusqu’au cycle d’après.

    La prévision de l’activité magnétique de notre étoile représente aujourd’hui un enjeu économique : nous avons quelques semaines pour protéger les systèmes électriques… et éviter la grosse panne, comme celle qui a plongé tout le Québec dans l’obscurité lors du maximum solaire de 1989 !

    Source : Sciences et Avenir  via Ufo et Paranormal

    Source : area51blog 

    10-08-2013 - Une nouvelle exoplanète rose !

    News : univers 2013

    En utilisant le télescope Subaru installé à Hawaï, des astronomes ont observé une planète géante rose et orbitant autour d'une étoile appelée GJ 504. Ce nouveau monde est la planète la plus légère jamais observée autour d'un astre semblable à notre Soleil. Une planète géante colorée d'un étrange dégradé de rose. C'est ce qu'une équipe internationale d'astronomes a découvert et photographié grâce au télescope Subaru installé à Hawaï. D'après les informations divulguées, la nouvelle exoplanète se trouverait à 57 années-lumière de la Terre, dans la constellation de la Vierge. Là, elle orbiterait autour d'une étoile appelée GJ 504, assez lumineuse mais un peu moins chaude que le Soleil. 
    Source : maxisciences  

    01-08-2013 - La comète du siècle approche !

    Certains l'appellent la "comète du siècle" et elle ne devrait pas tarder à être visible dans notre ciel. La comète ISON se trouve aujourd'hui à moins de 500 millions de kilomètres du Soleil et devrait au cours des prochains mois se rapprocher encore de notre étoile pour effectuer son plus proche passage en novembre 2013. En attendant ce moment fatidique, les astronomes continuent d'observer l'objet spatial afin d'en apprendre un peu plus sur lui grâce aux instruments dont ils disposent.En mai dernier, c'était Hubble qui s'y était collé : il avait alors livré une magnifique vidéo de la comète ISON se déplaçant suivie de son impressionnante trainée blanche. Un mois plus tard, c'est un autre télescope qu'ont utilisé les scientifiques de la NASA : le télescope Spitzer qui a aussi pu capturer des images de la comète et rapporter de nouvelles informations la concernant. En effet, selon un communiqué publié par la NASA, les observations de Spitzer faites dans l'infrarouge ont permis de constater que la comète perdait sur son chemin de grandes quantités de dioxyde de carbone (CO2).

    Source : maxisciences  

    27-07-2013 - Un télescope sur la Lune !

    La privatisation de l’espace touche également la Lune. Le report du retour de l’Homme sur l’astre sélène à des périodes économiquement plus fastes pousse des sociétés privées à investir sur la Lune. Après les projets d’exploitation des ressources naturelles, deux firmes projettent d’y installer un télescope optique et radio vers 2016.
    Une start-up, Moon Express, et une association à but non lucratif, International Lunar Observatory Association (Iloa), ont l'intention d'installer un instrument d'astronomie sur un pic lunaire de cinq kilomètres de haut dans le cratère Malpert. Cet observatoire miniature serait composé d'un petit télescope optique et d'une antenne parabolique de deux mètres. Au pôle sud de notre satellite, ce site dispose d’une température relativement stable, autour de -50 °C, et d’un fort taux d'ensoleillement qui permet se passer d'une source d’énergie autonome (nucléaire). Les panneaux solaires et des batteries suffiront amplement.

      Par Rémy Decourt, Futura-Sciences

    Source : futura-sciences  

     24-07-2013 - La Terre vue depuis saturne

    News : univers 2013

    Le 19 juillet dernier, la sonde Cassini a pris de nouvelles photos des anneaux de la planète Saturne autour de laquelle elle orbite. Mais elle a aussi capturé en arrière-plan, notre planète Terre sous la forme d'un minuscule point bleu. On vous avait prévenu : le 19 juillet, il fallait regarder vers le ciel et prendre la pose ! C'est en effet ce jour qu'avait choisi la NASA pour utiliser une nouvelle fois les objectifs de la sonde Cassini, actuellement en orbite autour de Saturne. Objectif de l'opération : réaliser un nouveau portrait de la planète à anneaux. Mais pas un portrait comme les autres puisque Saturne ne devait pas être seule. Grâce à un alignement particulier, la Terre devait également figurer sur le cliché.

    Source : maxisciences 

    13-07-2013 - Un lézard sur Mars ? Une étrange vidéo de Curiosity

    News : univers 2013

      

     

    04-07-2013 - 60 milliards de planètes habitables dans la Voie Lactée

    Selon une nouvelle étude menée par des astronomes, les planètes orbitant autour de naine rouge et présentant une atmosphère nuageuse pourraient aussi être habitables. Ceci porte à quelque 60 milliards le nombre de planètes qui pourraient abriter de la vie dans notre galaxie, la Voie lactée. Alors que la quête de vie extraterrestre motive depuis des décennies de nombreux astronomes, on ne saura bientôt plus où donner de la tête pour la rechercher. En effet, les spécialistes viennent une nouvelle fois de revoir à la hausse le nombre de planètes susceptibles d'abriter la vie. Selon l'étude publiée dans la revue Astrophysical Journal Letters, ce serait en réalité 60 milliards de planètes qui pourraient être habitables dans notre Voie lactée.
    Source :  maxisciences  

      

    01-07-2013 - La carte de l'Univers en mouvement

    Une équipe de recherche internationale, impliquant en France l’Institut de physique nucléaire de Lyon et le CEA-Irfu 2, vient d’établir une cartographie dynamique de l’univers proche. Ces nouvelles cartes du cosmos sont disponibles sous la forme d’un film montrant les vitesses associées aux galaxies dans l'environnement de la Voie lactée. Les cartes dressées confirment le modèle cosmologique standard.

    Source : futura-sciences  

      

        27-06-2013 - Des nouvelles exoplanètes ! 

    Des astronomes de l'Observatoire européen austral (ESO) ont découvert dans la constellation du Scorpion un système solaire "doté d'une zone habitable bien remplie", avec trois "super-Terres" où les conditions seraient compatibles avec l'existence d'eau liquide.C'est autour de l'étoile Gliese 667C, d'une masse équivalente à un tiers de celle de notre Soleil, que l'équipe a fait cette trouvaille, à l'aide de l'instrument HARPS équipant le télescope de 3,6 mètres de l'ESO au Chili, indique l'organisation dans un communiqué. Le système de trois étoiles auquel appartient Gliese 667C est abondamment étudié par les scientifiques. Non seulement il est dans le voisinage immédiat de notre système solaire (22 années-lumière) mais il est aussi étonnamment similaire. Il représente donc un candidat de choix pour la recherche d'exoplanètes potentiellement habitables.

    Source : terresacree 

    14-06-2013 - Des ravins sur Mars

    News : univers 2013

    Des « ravins » mystérieux sur les pentes des dunes martiennes découvertes sur les images prises par des sondes automatiques sont les traces de grands blocs de « glace sèche » qui descendent comme des luges et s’évaporent ensuite. Cela a été établi à l’issue d’une étude réalisée par Serina Diniega, dont les résultats ont été publiés par la revue Ikarus.  « J’ai toujours rêvé de me rendre sur Mars. Maintenant je rêve de surfer par une dune martienne sur un bloc de glace sèche », a dit l’auteur de l’étude.  

    Source : area51blog 

     10-06-2013 - Une exo-Terre près de Proxima du Centaure ?

    Plusieurs œuvres de science-fiction mettent en scène des civilisations extraterrestres développées sur une planète autour de Proxima du Centaure. La réalité pourrait rejoindre la fiction, car en 2014 et 2016 Hubble va tenter de découvrir une telle planète en utilisant l’effet de microlentille gravitationnelle.
    Le livre Vaisseaux de l'espace de l'an 2000 à l'an 2100 de Stewart Cowley raconte l’histoire de la découverte en 2036 des civilisations d’Alpha puis de Proxima du Centaure, et de la guerre qui s’ensuivit avec cette dernière. L'ouvrage date de 1978 mais les dernières découvertes sur les exoplanètes lui donnent une surprenante actualité. En effet, on a de bonnes raisons de penser que l’exoterre la plus proche pourrait être à moins de 22 années-lumière. Surtout, on sait maintenant qu’il y a bien une planète en orbite autour d’Alpha du Centaure B, mais elle est bien trop chaude pour être habitable. (...)

     Source :  futura-sciences 

    11-05-2013  - Des planètes océans

    L'eau recouvrirait toute la surface de ces planètes situées à 1200 années-lumière de la Terre. De quoi faire rêver les astronomes...La découverte a eu lieu autour de l'étoile Kepler-62. Pierre Barthélémy la présente sur le blog Passeur de sciences. Cinq planètes gravitent autour de cet astre. Deux d'entre elles passionnent les astronomes. Elles sont situées dans la zone d'habitabilité. Par rapport à leur étoile, elles ne sont ni trop près ni trop loin, donc ni trop chaudes ni trop froides. Les conditions y sont plus favorables que sur d'autres planètes. Autrement dit, à certaines conditions, la vie pourrait y exister. Les astronomes vont plus loin. Sur son blog, Pierre Barthelemy rapporte une étude publiée dans un journal spécialisé, The Astrophysical Journal. Trois chercheurs ont étudié plus précisément ces deux planètes et ils pensent que ce sont sont des planètes-océans. Selon eux, ces planètes sont nées loin de leur étoile. Au début, à leur surface, elles étaient recouvertes d'une couche de glace, très épaisse. Au fil du temps, elles se sont approchées de Kepler-62. Elles se sont donc réchauffées. Et, comme des boules de glace, elles ont commencé à fondre. Sur ces deux planètes, la banquise est devenue un océan. Il recouvre tout. Il est profond : plusieurs dizaines de kilomètres au minimum. Il n'y a aucune île, aucun continent.

    Source : terresacree 

     26-04-2013 - La sentinelle de l'espace

    News : univers 2013

    Le premier télescope spatial privé Sentinel, destiné à guetter les astéroïdes, sera lancé en 2017. Les moyens financiers indispensables (450 millions de dollars) sont collectés par la B612 Foundation, instituée par des astronautes américains. La fondation partagera les informations reçues grâce au télescope avec la NASA, qui, pour sa part, assurera la liaison spatiale avec le télescope.

    Le télescope détectera 90 % des astéroïdes mesurant plus de 140 mètres de diamètre dont la chute sur Terre serait en mesure d'anéantir une ville entière. Selon les astronomes, de tels astéroïdes sont plus d'un demi-million. Notons à titre de comparaison qu'à l'heure actuelle les astronomes disposent de données sur 10 000 astéroïdes de ce genre seulement.SENTINEL doit cartographier 500 000 astéroïdes géocroiseurs de plus de 140m de diamètre, dont environ 5000 sont potentiellement dangereux;

    Source : terresacree

     18-04-2013 - Une forte éruption solaire  

    La semaine qui vient de s'achever, le Soleil a produit sa plus forte éruption de l'année 2013, accompagnée d'une éjection de matière coronale dirigée vers la Terre. L'image ci-dessous, en fausses couleurs interprétant des données collectées dans l'ultraviolet extrême par le satellite SDO a immortalisé cette éruption le 11 avril à 07h11 Temps Universel. 

    News : univers 2013

    Cette éruption d'intensité modérée (classée M6,5) a été produite par la région active AR 11719 représentée ici en bleu et blanc, sur la gauche de l'axe médian vertical du Soleil. D'autres régions actives, qui correspondent en fait à des boucles de champ magnétique formant les fameuses taches en lumière visible, parsèment la surface de notre étoile alors que nous approchons du maximum solaire. Les boucles et les arches de plasma solaire permettent de matérialiser les lignes de champ magnétique. Gigantesque nuage de milliards de milliards de particules chargées, l'éjection de matière coronale a frappé la magnétosphère terrestre ce week-end, ce qui devait occasionner de nombreuses aurores boréales.

    Source : terresacree

     15-04-2013 - Un trou noir se réveille !

    News : univers 2013

    Les astronomes viennent d'observer qu'après avoir sommeillé pendant plusieurs décennies, un trou noir s'est réveillé pour capturer un objet cosmique de faible masse, une naine brune ou une planète géante, qui s'est approchée trop près de lui. Un événement similaire d'absorption, même s'il ne s'agira que d'un nuage de gaz, se produira prochainement dans le trou noir situé au centre de notre galaxie, la Voie lactée.

    Source : techno-science

    11-04-2013  - Une autre ceinture de radiation entoure la Terre

    Lorsque la ceinture de Van Allen, cette zone de radiation entourant la Terre et chargée de particules énergétiques, a été découverte il y a 55 ans, elle a été décrite comme possédant deux couches distinctes.

    Mais une récente découverte publiée dans la revue Science, a permis d'établir que, rarement, selon les activités du Soleil, une troisième ceinture pouvait apparaître, entourant les deux autres. Une découverte qui pourrait amener à «réécrire les livres d'école» selon la NASA.

    C'est la sonde «Van Allen Probes», envoyée justement pour observer ce champ magnétique géant depuis l'espace, qui a permis cette découverte. La formation de cette troisième couche se produit notamment lors d'une importante éjection de masse coronale par le Soleil, ce qui a pour effet de modifier le champ magnétique entourant la Terre lorsque les vents solaires, portant alors un champ magnétique très fort, le traversent.

    Source : terresacree

     

     21-03-2013  - La comète PANSTARRS

    La première comète de l'année s'éternise dans notre ciel, pour le plus grand plaisir des astronomes ! Après être passé dans les cieux au-dessus de l'hémisphère sud, la comète Pan-STARRS (de son véritable nom Pan-STARRS C/2011 L4) est devenue visible dans le ciel de France autour du 10 mars dernier et elle le restera encore ce week-end. A condition, toutefois de choisir le bon endroit pour l'observer. En effet, si elle est visible à l'oeil nu, la comète est assez discrète en raison d'une magnitude un peu moins brillante que prévue. Au fur et à mesure qu'elle gagne de la hauteur, elle devient cependant de mieux en mieux visible et apparait encore plus impressionnante si elle est observée avec des jumelles. Pour profiter parfaitement du spectacle unique qu’elle offre, la Société Astronomique de Bourgogne (SAB) propose au public, de se rendre ce soir à 18h30 au planétarium (Jardin des Sciences) pour apprendre à la repérer. Elle profitera de l'occasion pour proposer à ses visiteurs de faire connaissance avec les constellations du printemps, retrouver Jupiter et Saturne et d’autres choses encore. Demain à 19h, à l’Observatoire des Hautes-Plates, la SAB permettra aux observateurs, si le temps le permet, de repérer la comète aux jumelles. La soirée se poursuivra ensuite par une observation des plus beaux objets du ciel de l’hiver et du printemps au télescope. La comète Pan-STARRS est "une comète nouvelle, jamais aperçue auparavant, et qui ne fera qu'une seule et unique incursion dans notre ciel avant d'être éjectée dans les profondeurs de la Galaxie", indique l'Observatoire de Paris sur son site.

    Source : maxisciences   

    28-01-2013 - L'influence du soleil sur le réchauffement climatique

    Dans son rapport tout juste publié, le Conseil national de recherches Canada apporte quelques lumières sur le rôle de l'activité solaire dans le climat terrestre. Si les variations de l'énergie solaire influent clairement sur la dynamique du climat, elles ne sont en rien responsables du réchauffement climatique actuel.
    Le rayonnement solaire est la principale source de chaleur sur Terre. Mais le Soleil est une étoile assez particulière. C'est l'une des rares dont la luminosité, la taille et les explosions sont relativement constantes. La luminosité de l'astre ne varie que de 0,1 % au cours d'un cycle de 11 ans. Toutefois, cette variation aussi infime soit-elle peut avoir un effet significatif sur le climat terrestre.

    Source : futura-sciences

    22-01-2013 -  Une galaxie de 522 000 années lumière !

    NGC 6872 est, comme notre Voie lactée, une galaxie spirale barrée (les bras spiraux semblent émerger d’une bande d’étoiles traversant le centre). Elle a toutefois une particularité : selon des analyses d’observations anciennes, faites par la mission Galaxy Evolution Explorer (Galex), sa taille serait cinq fois supérieure à celle de notre Galaxie.
    Le Galaxy Evolution Explorer (Galex) est un observatoire astronomique spatial, en orbite basse autour de la Terre depuis le 28 avril 2003. Il est destiné à l'observation de galaxies dans l'ultraviolet et a été utilisé pour en observer deux, rendues célèbres par des images prises dans le visible par le télescope Antu du VLT (antu signifie le Soleil en mapudungun, la langue des Indiens mapuches du Chili ; VLT, Very Large Telescope). Il s’agit de deux galaxies en interaction, nommées NGC 6872 et IC 4970, situées dans la constellation du Paon, à environ 212 millions d’années-lumière de la Terre.

    Source : futura-sciences

      15-01-2013 - 17 milliards de planètes ! 

    Selon une étude de la NASA reposant sur les observations du télescope Kepler, une étoile sur six dans notre galaxie possède une planète de la taille de la Terre sur une orbite proche, soit un total de plus de 17 milliards de planètes comparables à la nôtre dans notre galaxie.Depuis son lancement en orbite en 2009, Kepler a observé 150.000 étoiles.Selon cette étude, paresque toutes les étoiles similaires à notre Soleil dans la Voie lactée possèdent des planètes en orbites.Ces exoplanètes ont été regroupées en cinq catégories. Il y a d'abord les planètes (17 % du total) qui font de 0,8 à 1,25 fois la taille de la Terre dans une orbite de 85 jours ou moins autour de leur étoile.

    Ensuite, environ un quart des étoiles ont des planètes d'une taille de 1,25 à deux fois celle de la Terre.(...)

    Source : rtflash

    10-01-2013 - L'astéroïde Apophis

    Le géocroiseur Apophis, qui vient de passer à environ 14 millions de kilomètres de la Terre, a été suivi de près par les astronomes. Parmi les instruments braqués sur lui, le télescope spatial Herschel, de l’Esa, a montré que ce corps est plus gros qu’on le croyait.
    Herschel, l’observatoire spatial de l’Esa dans l’infrarouge, a réalisé cette semaine de nouvelles observations de l’astéroïde Apophis tandis qu’il s’approchait de la Terre. Ces nouvelles données indiquent que ce géocroiseur serait plus grand mais moins réfléchissant qu’attendu.
    Désigné sous la référence (99942) Apophis, ce caillou céleste (initialement repéré comme 2004 MN4) est régulièrement qualifié d’astéroïde de la fin du monde dans les grands médias. Il doit cette réputation au fait que les premières observations, lors de sa découverte en 2004, le créditaient de 2,7 chances sur 100 de frapper la Terre en avril 2029. Des observations complémentaires ont cependant permis d’écarter tout risque de collision en 2029, bien que l’astéroïde passera alors en dessous des 36.000 km de l’orbite géostationnaire. (...)

    Source :  futura-sciences    

    08-01-2013 - Un courant magnétique énorme provenant de la Voie Lactée

    D'énormes courants de particules chargées viennent actuellement du centre de notre Galaxie ; elles s'étendent plus qu'à mi-chemin à travers le ciel et se déplacent à des vitesses supersoniques. Elles ont été détectées et cartographiées grâce au Radiotélescope 64-m CSIRO de Parkes

    C'est un Courant Magnétique Puissant venant du Plan Galactique de la Voie Lactée !

    News : univers 2013

    "Il ya une quantité incroyable d'énergie qui en sort", a déclaré le co-auteur et professeur Lister-Staveley-Smith de l'Université d'Australie occidentale, le centre international pour la recherche de radioastronomie à Perth et directeur adjoint du Centre d'excellence pour ARC All-sky Astrophysics (CAASTRO).

    News : univers 2013

    La source de l'énergie est pour le moment mystérieuse, mais nous détectons beaucoup d'énergie là-bas, environ un million de fois plus d'énergie que l'explosion d'une supernova (une étoile mourante).

    De haut en bas la colonne d'énergie se prolonge sur 50.000 années-lumière par rapport au plan galactique. C'est l'équivalent de la moitié du diamètre de notre galaxie (qui est de 100.000 années-lumière). Notre système solaire est à environ 30.000 années-lumière du centre de la Voie Lactée, donc il est à la portée de ces énormes flux de particules. Vu de la Terre, mais invisibles à l'œil humain, le phénomène s'étend sur deux tiers du ciel d'un horizon à l'autre.

    Article rédigé par : Mitch Battros - Earth Changes Media conta

    Source :  lapressegalactique

    08-01-2013 - Astéroïdes et comètes en 2013 ! 

    L'année 2013 promet d’être très riche en événements pour les astronomes amateurs. Elle permettra notamment d’observer deux astéroïdes et deux comètes qui passeront au voisinage de la Terre.

    Les astronomes amateurs ont de quoi se réjouir : l'année 2013 va être particulièrement aux observations du ciel et pas plus tard que ce mois-ci ! Dès la semaine prochaine, ils pourront en effet observer un astéroïde d’un diamètre évalué à 270 mètres : 99942 Apophis. Ce petit nom  qui est celui d'une divinité égyptienne du mal et des ténèbres vient certainement du fait que cet astéroïde possède une masse (27 millions de tonnes) capable de dégager une énergie équivalente à 25.000 bombardements atomiques d'Hiroshima s'il heurtait la Terre.

    Source : maxisciences

    outes les actualités

     

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"