• 2015/1 insolite

     Toutes les actualités  

    News : Nouvelles technologies 2014/2  

     

     04-05-2015 - Le mystère des cercles de Chine

    Depuis leur découverte en 2003, les cercles de pierres situés dans le désert de Gobi en Chine sont au centre de toutes les suppositions. Récemment, les spécialistes ont avancé une nouvelle théorie pour expliquer la présence de ces mystérieux et gigantesques cercles. Près de douze ans après la découverte, les archéologues auraient-ils parvenu à percer le secret des mystérieux cercles chinois ? C'est en 2003 sur un site localisé dans la région du Xinjiang près de la ville de Turpan que les spécialistes les ont étudiés pour la première fois. Il s'agit de quelque 200 formations rocheuses recouvrant au total 20.000 mètres carrés.Chacun d'elles est composée de dizaines de pierres disposées selon des formes variables. La plupart sont rectangulaires ou carrées mais l'une d'entre elles est de forme circulaire. Mais à quoi pouvaient bien servir ces formations ? C'est la question à laquelle tentent de répondre les archéologues et ils ont aujourd'hui une nouvelle piste.

     Source : .maxisciences.com/

      27-04-2015 - Une momie en "or"

    Depuis un siècle, Ounnout, jeune femme égyptienne momifiée dans l’or voilà 1775 ans, est la star de la collection du Musée des beaux-arts. Par son exceptionnel état de conservation et son halo de mystères, invitation permanente au voyage. Le Musée des beaux-arts livre une partie de ces mystères cet été, restituant par l’exposition «Dunkerque et la collection d’Antinoé, cité de l’Égypte antique», les premières conclusions de l’étude scientifique approfondie dont elle a été l’objet ces dernières années. Durant un siècle, la momie dorée du Musée des beaux-arts dormait d’un repos tranquille, sans être troublée par le passage des visiteurs qui venaient l’admirer quotidiennement. « Et puis en 2010, le service du récolement des dépôts antiques et des arts de l’Islam du musée du Louvre a contacté le musée car il lançait le projet d’une publication sur les 5 000 pièces coptes d’époque romaine et byzantine provenant des fouilles d’Antinoé, rappelle Claude Steen-Guélen, attaché de conservation du musée. Des pièces envoyées au début du XXe siècle par l’État à plusieurs musées, comme cette momie dorée dont le Musée des beaux-arts n’est que le gestionnaire. » Une équipe scientifique pluridisciplinaire est chargée d’étudier ces 5 000 pièces, parmi lesquelles figurent aussi des tissus coptes (du nom des chrétiens d’Égypte) et autres objets provenant des fouilles réalisées à Antinoé par Albert Gayet.

    Source : .lavoixdunord

      18-04-2015 - Les dauphins et les ultra-sons

    Les dauphins pourraient-ils prédire l'arrivée imminente de catastrophes majeures, comme les séismes (voire donc les tsunamis)? C'est ce que la récurrence de certains échouages de spécimens pourrait faire croire aux scientifiques.

    Un séisme de 6,6 sur l'échelle de Richter

    Ce lundi, un séisme est survenu à 10h43 (3h43, heure française) à 71 kilomètres des côtes est de Taïwan, d'une magnitude de 6,6 sur l'échelle de Richter, selon l'Institut américain de géophysique (USGS). Un tremblement de terre qui aurait pu entraîner une montée des eaux sur l'archipel d'Okinawa, au sud du Japon, juste en face.

    156 dauphins échoués

    Dix jours avant ce tremblement de terre, plus de 150 dauphins d'Electre ( appelés melon-headed whale en anglais) se sont échoués pour une raison encore inexpliquée, sur environ 10 km le long de la côte Pacifique, au nord de Tokyo. Pour les scientifiques, comme Tadasu Yamadao, chercheur au Musée japonais de la nature et des sciences, «les ultrasons qu'émettent les dauphins pour se repérer ont pu être absorbés par les bancs de sable, ce qui les aurait désorientés», expliquait-il au journal Yomiuri.

    Source : .20minutes

     
    Les dauphins détectent le champ magnétique. Des éthologistes rennais ont commencé à le confirmer.
    Migrateurs invétérés, les dauphins, comme les saumons ou les pigeons, se repèrent-ils grâce au champ magnétique ? La présence de magnétite dans la dure-mère, une des structures de leurs méninges, incite à le penser. Mais cela n’avait encore jamais été démontré scientifiquement. Les chercheurs du Laboratoire d’éthologie de Rennes ont relevé le défi dans le cadre d’un contrat de collaboration avec le parc animalier Planète Sauvage(1). « Nous avons mis en œuvre plusieurs programmes de recherche pour étudier le monde sensoriel du dauphin, notamment ses capacités de perceptions chimiques et magnétiques pour lesquelles nous venons de publier les premiers résultats », explique Alban Lemasson, qui a co-encadré la thèse de Dorothée Kremers.(...)

    Source : espace-sciences

     

     18-04-2015 - Un astéroïde en 2017

    L’astéroïde 2012 TC4 refait parler de lui pour la deuxième fois consécutive après que le rocher spatial ait déjà manqué la Terre en Octobre 2012.Les astronomes estiment que TC4 2012 pourrait faire 40m de large, un petit peu moins de la hauteur de la célèbre Statue de la Liberté de New York de ses pieds à la pointe de sa torche. 

    L'astéroïde fait deux fois la taille de celle qui a explosé dans le ciel de la ville russe de Chelyabinsk en Février 2013, et qui a blessé 1500 personnes et endommagé plus de 7000 bâtiments.

    L’impact de l’astéroïde 2012 TC4 qui est prévue pour le 12 Octobre 2017, pourrait être encore plus dévastatrice

    http://www.express.co.uk/news/world/570239/Asteroid-collision-course-earth

    Source : homme-et-espace

     

    16-04-2015 - L'anneau d'Einstein photographié

    Des astronomes du télescope ALMA au Chili ont capturé ces étonnantes photographies d'un anneau d'Einstein. Il s'agit de l'image déformée d'une galaxie située à 12 milliards d'années-lumière de la Terre. Cet anneau spatial peut-il servir à "les gouverner tous" ? Malheureusement non, il n'entretient aucun lien avec Sauron, à qui il préfère Albert Einstein. Ce phénomène optique étonnant a en effet été prédit dans la théorie générale de la relativité établie par le plus célèbre des physiciens en 1915. C'est pour cette raison qu'on le nomme "anneau d'Einstein", de la même manière que la "croix d'Einstein" observée en mars dernier. Les photographies ont été prises par des astronomes travaillant au sein du télescope ALMA au Chili, le plus grand télescope terrestre. Il s'agit en fait de l'image déformée d'une galaxie lointaine appelée SDP.81, dont la lumière a été "pliée" par de puissantes forces gravitationnelles.

    Source : .maxisciences

     

    13-04-2015 - Des points brillants sur Cérès

    La sonde américaine Dawn de la Nasa a transmis mi-février des photos intrigantes de Cérès, la plus petite planète naine du système solaire. Deux mystérieux points brillants y apparaissent assez nettement. 

    "C'est un mystère" convient Andreas Nathues, un chercheur du Max Planck Institute for Solar System Research. Jeudi, la mission Dawn a dévoilé plusieurs clichés de Cérès, une planète naine qui fait partie de la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et de Jupiter. Or, à la grande surprise des scientifiques, elles laissent apparaître ce qui semble être deux points lumineux.

    "Les deux points se trouvent apparemment dans le même bassin, ce qui pourrait indiquer une origine volcanique" a commenté Chris Russell, le principal responsable scientifique de la mission, à propos de ces images prises le 19 février dernier à 46.000 kilomètres de Cérès.

    Source : .directmatin

     

    02-04-2015 - La lévitation quantique

    Pour produire un effet de lévitation par la supraconductivité, il faut un socle constitué d'un matériau supraconducteur (comme un alliage de niobium et de titane par exemple) et au moins un aimant. Il faut aussi refroidir. Lorsque l’alliage atteint environ -200 °C, généralement par contact avec de l’azote liquide, il devient supraconducteur, c’est-à-dire qu’il qu’il perd complètement sa résistance électrique. L’aimant entre en lévitation car le supraconducteur crée un champ magnétique opposé à celui de l’aimant : c’est l’effet Meissner. La hauteur de lévitation dépend alors du poids et des forces magnétiques de l’aimant.

    Cette étonnante découverte a été faite il y a une centaine d’années par Kamerlingh Onnes. Ce physicien avait utilisé du mercure refroidi à l’hélium liquide comme supraconducteur. Aujourd’hui cette technologie est à l’œuvre dans de nombreuses machines à IRM ou, dans le monde des transports, avec le train japonais Maglev par exemple. À pleine vitesse, ce véhicule peut atteindre des vitesses de 580 km/h, de quoi relier Tokyo à Osaka en moins d’une heure.

    Source : futura-sciences.

     

    26-03-2015 - Le tourisme sub-orbital

     Voyager dans l’espace est l'un des vieux rêves de l’Homme. Il date de bien avant les débuts de l’astronautique moderne. Depuis cinquante ans le rêve du tourisme spatial est devenu réalité pour quelques centaines d’astronautes. Il pourra peut-être aussi l'être pour l’Homme de tous les jours.

    Certes depuis 2001, date du vol du premier « touriste spatial », Dennis Tito, on a vu des non-professionnels de l’espace s’offrir un billet pour l’orbite terrestre, et séjourner quelques jours à bord de la Station spatiale internationale. Jusqu'à présent, le prix du vol (allant de 20 à 40 millions de dollars) n'allait pas dans le sens d’un accès pour tous à l’espace. Les prix diminuent pourtant. Virgin Galactic propose ainsi des réservations pour ses futurs vols suborbitaux à 200.000 dollars (soit un peu plus de 154.000 euros).

    Source : .futura-sciences

     

    26-03-2015 - De la fiction à la réalité !

    L’avionneur Boeing réfléchit à un bouclier impalpable pour protéger les véhicules militaires des explosions à l’aide d’un arc électromagnétique qui atténuerait l’onde de choc. Un brevet a été déposé, mais la mise en œuvre s’annonce complexe… 

    Dans l’épisode 1 de Star Wars : La Menace Fantôme, une scène de bataille sur la planète Naboo voit les combattants s’abriter sous un bouclier de protection géant pour résister aux tirs ennemis. La science-fiction regorge de ce genre de scénarios qui laissent rêveur… Le constructeur aéronautique Boeing songe à concrétiser ce concept de bouclier « à champ de force » dans la réalité. En effet, le géant nord-américain vient d’obtenir un brevet pour un procédé destiné à protéger les véhicules des explosions. Le brevet publié par le bureau américain des brevets et des marques (USPTO) décrit une « méthode et un système pour atténuer les ondes de choc grâce à un arc électromagnétique ».

    L’idée n’est donc pas d’utiliser un tel bouclier pour repousser les balles et les éclats, mais d’amoindrir l’onde de choc provoquée par l’explosion d’une bombe. Boeing a donc échafaudé un système de détection et de contre-mesure. Il repose sur des capteurs qui repèrent la signature électromagnétique d’un engin explosif puis estiment l’emplacement et la puissance de l’onde choc avant qu’elle ne vienne frapper le véhicule. Le système déclenche alors des tirs laser à haute fréquence qui vont localement chauffer les molécules d’air afin de créer un arc électrique entre le véhicule et le point d’explosion.

    Source : futura-sciences

     

    22-03-2015 - Une étude de la conscience... 

    Le professeur Robert Lanza a des preuves pour démontrer qu’il existe une vie après la mort et elle se trouve dans la physique quantique. Le professeur Robert Lanza prétend que la théorie du biocentrisme (Univers Biocentrique) indique que la mort que nous connaissons est une illusion créée par notre conscience.

    «Nous croyons que la vie est simplement l’activité du carbone et un mélange de molécules – nous vivons un certain temps et ensuite nous retournons dans la terre», a dit le scientifique sur son site Web. Lanza, de l’Université médicale de Wake Forest, en Caroline du Nord, a ajouté qu’en tant qu’humains, nous croyons à la mort parce que «nous avons appris que nous mourons», ou plus précisément, notre conscience associe la vie avec les organismes et nous savons que les organismes meurent.

    Sa théorie sur le biocentrisme, en revanche, démontre que la mort ne peut pas se terminer comme nous le pensons. On considère le biocentrisme comme la théorie du tout et vient du grec «centre de vie». C’est la pensée que la vie et la biologie sont au centre de la réalité et que la vie crée l’univers, et non l’inverse. Cela suggère que la conscience d’une personne définit la forme et la taille des objets dans l’univers. Lanza prend l’exemple de la façon dont nous discernons le monde nous qui nous entoure. Une personne voit un ciel bleu, et on lui dit que la couleur qu’elle voit est bleue, mais les cellules dans son cerveau pourraient être modifiées pour que le ciel devienne vert ou rouge.

    Source : espritsciencemetaphysiques

     

    Qu'est-il arrivé au Vol MH 370 ? Un reportage intéressant !

    19-03-2015 - La marée du siècle !

    News : 2015/1 insolite


    La différence de hauteur d'eau entre la pleine mer et la basse mer s'appelle le marnage. La "marée du siècle" permettra d'atteindre des niveaux de marnage record ces vendredi 20 et samedi 21 mars 2015. "L'onde" de la marée s'étendra progressivement du sud au nord de la France. L'ampleur de la marée est définie par un coefficient compris entre 20 et 120, 120 étant le niveau maximal.

    Légende:

    - bleu foncé : hauteur supérieure à 10m

    - bleu marine : hauteur comprise entre 7m et 10m

    - bleu clair : hauteur comprise entre 5m et 7m

    - gris clair : hauteur inférieure à 5m

    source : www.marees.info

     Source : .lexpress  

    Ici : Comment se forme les grandes marées ,

      Les grandes marées ont déjà ébloui de nombreux touristes depuis un mois, avec un coefficient de 118 atteint le 20 février. Mais c'est le 21 mars que tout le monde attend : le coefficient sera alors de 119, un record égalé seulement tous les 18 ans.

    Les côtes normandes et bretonnes seront les plus privilégiées face au phénomène. C'est dans la baie du Mont Saint-Michel que la marée du siècle sera la plus considérable en France. Selon les prévisions de Meteo Consult marine, on attend des vagues de jusqu'à 14,6 m de marnage à 20h03. La marée du siècle promet également d'être phénoménale à Saint-Malo où l'on attend des vagues d'environ 13,25 m de marnage à 20h07. Ce n'est pas si loin des 16 mètres atteints dans la baie de Fundy au Canada qui hébergera les plus grandes marées du monde d'après le Service hydraulique et océanographique de la marine (Shom).

    Le Shom attribue l'accroissement de l'effet de marée au Mont Saint-Michel et à Saint-Malo à deux causes : "La présence de la presqu'île du Cotentin [à proximité] sur laquelle rebondit la marée qui arrive au large. Cette marée réfléchie par le côté vient ajouter ses effets à la marée incidente" et à "la faible profondeur des fonds marins dans tout le golfe Normand-Breton. (...) L'amplitude des ondes de marée s'accroit lorsque les ondes de marée arrivent sur ce plateau".

    Source : lci.tf1.fr

     

    14-03-2015 - La croix d'Einstein

    Cette année marque le centenaire de la théorie de la relativité générale d'Einstein. Cette théorie de la gravitation a prédit que des distributions de masses pouvaient agir sur des rayons lumineux à la façon d’une loupe. Le premier physicien à s’en rendre compte fut probablement le russe Danilovich Khvolson, qui fit part de sa découverte dans un article datant de 1924. Personne ne le remarqua et ce n’est qu’en 1936 qu’Albert Einstein publia un article sur le même sujet, stimulé par la lettre d'un particulier, Rudi Mandl. Einstein doutait que le phénomène soit observable et il avait de bonnes raisons car l’effet de lentille gravitationnelle qu’il considérait était associé à une étoile.

    En 1937, Fritz Zwicky se rend alors compte que l’effet était bien plus important si l’on considérait des corps plus massifs, à savoir des galaxies et surtout des amas de galaxies dont lui-même avait montré en 1933 qu’ils devaient contenir de la matière noire. Ce n’est toutefois qu’en 1979 que les prédictions d’Einstein et Zwicky se sont révélées pertinentes pour décrire l’univers avec l’observation du désormais célèbre quasar Jumeau, situé dans la constellation de la Grande Ourse à une distance de 8,7 milliards années-lumière. Son image en double exemplaire était causée par une galaxie située à 3,7 milliards années-lumière de la Voie lactée. Par la suite, plus d'une centaine de quasars subissant un effet de lentille gravitationnelle causé par une galaxie ou un amas de galaxies ont ensuite été découverts.

    Source : .futura-sciences

     

     10-03-2015 - Nous vivons dans un hologramme

    Vivons-nous dans un hologramme? Les champs énergétiques sont décodés par notre cerveau en une image 3D pour donner place à l’illusion d’un monde physique. Malgré sa matérialité apparente, l’univers est une sorte de projection 3 D et n’est finalement pas plus réel qu’un hologramme. Certaines découvertes scientifiques récentes soutiennent la conclusion que le monde est une grande projection holographique.Les bases constructives de la réalité se comportent de façon inexplicable et ne sont sensées que si nous percevons l’univers en termes de champ holographique et non comme un conteneur vide rempli d’objets. Une étude récente publiée dans Nature indique que le cosmos n’est probablement qu’une grande projection selon ses simulations. Comme l’indique le document:

    En 1997 le physicien théoricien Juan Maldacena a proposé un modèle audacieux de l’univers dans lequel la gravité prend forme à partir de minuscules cordes vibrantes. La physique de son fonctionnement est solidement établie. Le monde complexe des mathématiques de cordes existent en neuf dimensions dans l’espace, et en plus de cela, il ne serait qu’un hologramme: l’action réelle prend forme dans un cosmos plus simple et plus uniforme où il n’y a pas de gravité.

    Source : espritsciencemetaphysiques

     

    07-03-2015 - Découverte en Egypte !

    Le Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak (Cfeetk) a été créé par le CNRS et le ministère des Antiquités d'Égypte pour étudier et restaurer le domaine d'Amon-Rê à Karnak (Louqsor). Depuis octobre 2008, un programme d'étude interdisciplinaire est mené sur le temple de Ptah, situé en limite septentrionale du temple d'Amon-Rê, en Égypte. Construit sous le règne de Thoutmosis III (env. 1479-1424 av. J.-C.), au cours de l'Égypte antique, ce temple a été restauré, agrandi et aménagé jusqu'au règne de l'empereur Tibère (14-37 ap. J.-C.). Il est consacré au dieu Ptah, divinité associée à la ville de Memphis.

    Le programme est entré dans sa deuxième phase et se concentre sur l'archéologie. Des fouilles ont récemment mis en évidence une favissa, une fosse ayant servi de dépôt pour des objets de culte, située deux mètres à l'arrière du temple. Les archéologues du Cfeetk y ont trouvé 38 statues, statuettes et objets précieux en calcaire, grauwacke, alliage cuivreux et fritte égyptienne, parfois recouverts d'or.

    Un dépôt statutaire datant de la 25e dynastie égyptienne

    Parmi ces objets cultuels qui étaient disposés autour de la partie inférieure d'une statue du dieu Ptah assis, se trouvent notamment :
    •14 statues, statuettes et figurines d'Osiris ;
    • 3 statuettes de babouin ;
    •2 statuettes représentant la déesse Mout, dont une couverte d'inscriptions hiéroglyphiques ;
    •1 tête et 1 statuette fragmentaire de chatte (Bastet) ;
    •2 bases de statuettes non identifiées ;
    •1 plaquette et la partie supérieure d'une petite stèle portant le nom du dieu Ptah ;
    •plusieurs éléments d'appliques statuaires (iris, cornée, barbe postiche, coiffes, etc.).

    Source : .futura-sciences

      

    06-03-2015 - De la viande sans animaux...!

    Un restaurant londonien proposera à ses clients un steak entièrement cultivé en laboratoire et conçu à partir de cellules souches. Prix de ce plat (pour l’instant) hors norme : 290.000 euros. A partir de mardi prochain, il sera possible aux clients d’un restaurant londonien de manger un steak entièrement cultivé en laboratoire à partir de cellules souches de bœuf. Pour 290.000 euros les 140 g, seuls les gastronomes richissimes en quête de nouvelles expériences gustatives pourront s’y essayer. Comme l’indique le quotidien britannique The Independent, il s’agit avant toute chose de prouver que la viande synthétique n'est pas un mythe, qu’elle existe bel et bien.

    Source : maxisciences

     

    04-03-2015 - Urna Bios, l'urne funéraire biologique, pour devenir un arbre.

    News : 2015/1 insolite

    Urna Bios est une urne funéraire un peu spéciale et originale. Si vous avez décidé de vous faire incinérer, cette urne fera de vous un arbre. Elle est composée de matériaux entièrement biodégradables : noix de coco, tourbe compactée et de la cellulose. Vos cendres sont simplement placées à l’intérieur de l’urne qui contient une graine d’arbre. Il suffit alors de planter le tout et vous deviendrez un arbre…
    La crémation est un moyen moins coûteux que l'inhumation, si bien que les professionnels redoublent d'idées, plus ou moins originales, pour attirer "les futurs clients". Il faut dire que cette technique s'est considérablement développée ces dernières années. Les cendres peuvent dans certains cas faire l'objet d'un rituel, être conservées dans une urne ou dispersées dans un lieu. En France, on estime à 32 % le nombre d'incinération, un chiffre qui tend à augmenter malgré les croyances. En effet, l'islam interdit formellement la crémation, tout comme la religion juive, alors que la religion catholique l'accepte ou la tolère.

    Source : .lepoint.fr/insolite

     

    02-03-2015 - Des cratères géants en Sibérie

    Le phénomène est aussi spectaculaire qu'inquiétant. L'été dernier, un immense cratère a été repéré en Sibérie, dans la péninsule de Yamal, bordée par l'océan Arctique. Il s'avère que le phénomène n'est pas isolé. Le sol de Sibérie explose, libérant du méthane : une menace pour les habitants. Francetv info revient sur le phénomène, après de nouvelles explications livrées par une équipe de chercheurs.
    Près de 80 mètres de diamètre

    Juillet 2014. Un hélicoptère survolant la région de Yamal, dans le grand nord sibérien, filme un trou. Un très grand trou (80 mètres de diamètre) qui défigure la toundra, dans une région appelée "la fin de la Terre".
    Quelques jours plus tard, un autre trou est découvert, puis un troisième. On apprend que la formation de ces trous serait liée au réchauffement climatique. Le sous-sol sibérien restait autrefois gelé toute l'année, d'où son nom de permafrost. Désormais, il fond et libère du méthane, un puissant gaz à effet de serre. Comme un bouchon de champagne, la terre saute sous la pression. Et le méthane libéré pourrait intensifier à son tour le réchauffement climatique.
    Sept cratères dénombrés : Mais, lundi 23 février, un scientifique russe respecté, Vasily Bogoyavlensky, tire la sonnette d'alarme dans le Siberian Times (article en anglais). Le phénomène est bien plus vaste qu'on ne le pensait. Il invite à mener l'enquête "de toute urgence".

    Les chercheurs russes dénombrent sept cratères (désignés comme entonnoirs) dans cette région arctique particulièrement inhospitalière. Deux d'entre eux sont même devenus des lacs et un vaste cratère est entouré d'une vingtaine d'autres trous, plus petits.

    En réalité, "nous n'avons la localisation que de quatre d'entre eux. Les trois autres ont été repérés par des éleveurs de rennes, mais je suis sûr qu'il en y a d'autres ...

    Source : news.yahoo

     

     Une île qui grandit sous nos yeux

     Alors qu'elle va fêter ses 1 ans, l'île volcanique qui est apparue au Sud du Japon continue de grandir.

    Il y a un an, une île volcanique est apparue au large du Japon à la suite d’une éruption volcanique. Il s’agit d’un phénomène exceptionnel d’autant plus que l’île continue de grossir d’après les constatations des garde-côtes japonais.
    Japon : l’île est régulièrement alimentée en magma

    « L’alimentation régulière en magma se poursuit« , a commenté le volcanologue Kenji Nogami.

    Un périmètre de 6 km de rayon mesuré depuis le centre de l’île est interdit d’accès aux bateaux en raison des risques liés à cette éruption qui va se poursuivre, selon le spécialiste.

    La nouvelle île, née mi-novembre 2013 d’une forte activité volcanique, ne cesse de grossir. Elle mesure désormais approximativement 1.950 mètres d’est en ouest sur 1.800 du nord au sud, soit 2,45 km2, ont détaillé les gardes-côtes.
    Ces derniers effectuent des missions régulières de reconnaissance aérienne pour vérifier l’état de l’îlot qui a fait surface au milieu du petit archipel d’Ogasawara.

    L’île a des chances de rester

    C’est la première fois depuis 40 ans qu’un îlot émerge dans cette zone méridionale du Japon. Ce nouveau né, qui paraissait fragile au départ, a des chances de plus en plus croissantes de survivre.

    Au Japon, zone de séismes et de volcans, quatre à cinq apparitions soudaines d’îles se seraient produites depuis la fin de la guerre du Pacifique, dont une en 1986, qui a disparu en l’espace de deux mois, et une en septembre 1973 également dans les parages de Nishinoshima.

    Le pays du Soleil-levant n’a toutefois pas l’apanage de ces phénomènes surprenants. Une île a ainsi soudainement émergé en 2013 en mer d’Arabie à la faveur d’un puissant séisme de magnitude 7,7 au Pakistan, à des centaines de kilomètres de l’épicentre.

    Source : 24matins

     

    26-02-2015 - Deux points lumineux inexpliqués sur la planète Cérès

    ESPACE - La sonde Dawn de la NASA a immortalisé un curieux mystère. C'est en approchant de la planète naine Cérès, le 19 février dernier, que Dawn a pu photographier deux points scintillants, rapporte le site Piercepioneer.

    Alors située à environ 46.000 kilomètres de la planète, la sonde lancée en 2007 a enregistré des clichés toujours plus précis et détaillés de la planète naine découverte au début du 19e siècle.
    Chris Russel, responsable scientifique de la mission Dawn à l’Université de Californie, explique "que la tâche brillante" déjà repérée quelques semaines auparavant n'est pas seule. Les deux points lumineux révélés par ces nouvelles images seraient "apparemment dans le même cratère".

    "Cela peut indiquer une origine semblable au volcanisme". Il ajoute qu'il faudra néanmoins attendre une "meilleure résolution" afin de "faire de telles interprétations géologiques".

    "Le point brillant reste trop petit pour la caméra", précise Andreas Nathues, de l’institut Max Planck en Allemagne, qui a mis au point le matériel. "Mais malgré sa taille, il est plus brillant que quoi que ce soit d’autre sur Cérès. C’est vraiment inattendu et cela reste un mystère pour nous", poursuit-il.

    De nouvelles images devraient permettre d'en apprendre plus sur la planète située entre Mars et Jupiter: la sonde Dawn devrait se mettre en orbite de Cérès début mars, à 13.500 km d’altitude. Elle descendra ensuite progressivement à 4400 km puis 1470 km d'altitude, jusqu'à épuisement de ses batteries.

    Source : news.yahoo  

     

    21-02-2015 - Le smiley de l'espace

    News : 2015/1 insolite
    L'agence spatiale américaine (NASA) a publié une image prise par le télescope spatial Hubble et donnant l'impression d'un « smiley » dans l'espace. Il s'agit ici de l'amas de galaxies baptisé SDSS J1038+4849, situé à 4,5 milliards d'années-lumière de la Terre. Les deux points lumineux que l'on peut observer sur l'image sont des galaxies, tandis que le sourire, lui, correspond à un effet optique baptisé « lentille gravitationnelle », appelé également « anneau d'Einstein ». Cet effet se produit en présence d'un corps céleste massif entre l'observateur et la source lumineuse. Le corps déforme l'espace temps autour de lui, courbant la trajectoire des rayons lumineux.

    Source : .lemonde  

     

    15-02-2015 - La momie d'un Moine dans la position du lotus

    Le corps momifié d’un moine bouddhiste a été retrouvé en parfaite condition, dans la position du lotus, dans la province mongolienne de Songino Khairkhan.

     Particulièrement bien conservé, ce moine bouddhiste semble désormais être au-delà de l’emprise du temps. Son corps momifié, en parfaite condition, a été retrouvé dans la position du lotus, comme si celui-ci n’avait jamais cessé de méditer. Une découverte pour le moins étonnante.La momie a été mise en évidence il y a quelques jours seulement en Mongolie, dans la province de Songino Khairkhan, au nord ouest d’Oulan-Bator. En raison du caractère récent de la découverte, très peu d’analyses ont pu être menées. De ce fait, les chercheurs ne savent pas dire grand chose sur la vie de ce moine. D'ailleurs, très peu d'informations ont été divulguées après sa découverte. Une momie entourée de mystèresTout ce que l’on sait sur ce mystérieux moine est qu’il serait mort il y a environ 200 ans. Son corps a été laissé assis, en position du lotus et recouvert d’une peau de bête : peut être celle d’un chameau, d’un cheval ou d’une vache. C'est d'ailleurs cette peau qui aurait permis une si bonne conservation. Son identité n’a pour le moment pas été déterminée.Une hypothèse préconise cependant qu’il pourrait s’agir d’un des professeurs du célèbre chambo lama Dashi-Dorzho Itigilov. Un expert repris par le Siberian Times a expliqué que l'homme se trouvait dans une "méditation très profonde" et dans un état rare et très spécial connu sous le nom de "tukdam" et qui peut être réalisé après la mort. "J'ai eu le privilège de prendre soin de moines qui étaient en état de tukdam. Si une personne est capable de rester dans cet état pendant plus de trois semaines - ce qui arrive rarement - son corps commence progressivement à rétrécir, et tout ce qui reste de la personne à la fin sont ces cheveux, ces ongles et ces vêtements", explique le Dr Barry Kerzin, célèbre moine bouddhiste. "Généralement dans ce cas, les personnes qui vivent aux côtés du moine aperçoivent un arc-en-ciel qui brille dans le ciel pendant plusieurs jours. C'est l'état le plus haut et proche de l'état de Bouddha", poursuit-il repris par le Siberian Times.

    Source : .maxisciences

     

    13-02-2015 - Une découverte pas commune
    C'est une découverte rare : des archéologues ont trouvé, dans le sud de la Grèce, la sépulture d'un couple enterré enlacé, remontant à quelque six mille ans.

    Le couple, réduit à l'état de squelettes, vivait aux environs de 3 800 avant Jésus-Christ, selon la datation au carbone 14. Il a été découvert dans une grotte à Diros, dans le Péloponnèse, a précisé le ministère de la culture dans un communiqué jeudi 12 février. Celui-ci souligne que « les sépultures doubles avec enlacement sont très rares, et celle de Diros est l'une des plus anciennes sinon la plus ancienne trouvée jusqu'à présent dans le monde ».

    Les tests d'ADN (acide désoxyribonucléique) ont montré qu'il s'agissait des restes d'un jeune homme et d'une jeune femme, enterrés parallèlement l'un à l'autre, en cuillère.

    Les fouilles sur le site ont aussi permis de découvrir la tombe d'un enfant et celle d'un fœtus, mais aussi un ossuaire de quatre mètres de large contenant les restes de dizaines de personnes et décrit par les archéologues comme « unique » pour l'époque. « Nous pensons avec certitude que ce lieu a servi à y déposer des morts pendant des milliers d'années », a expliqué le ministère.

    Source : .lemonde

     

    09-02-2015 - De l'orichalque trouvé dans une épave

    Lors d’une expédition sous-marine au large de la Sicile, des archéologues ont mis en évidence 39 lingots d’un mystérieux métal. Les analyses menées sur les vestiges semblent suggérer qu’il s’agit du légendaire orichalque, associé dans les textes antiques au mythe de l’Atlantide

     Il suffit parfois d'une simple découverte archéologique pour relancer une mythique légende. Lors d’une expédition au large des côtes de la Sicile, une équipe d’archéologues italiens a découvert de nombreux lingots dispersés sur le fond marin. Les analyses menées sur ces vestiges témoignent d’une composition inédite qui pourrait bien correspondre à celle l’orichalque. Décrit dans de nombreux textes antique, ce métal rare proviendrait, selon le philosophe grec Platon, de l’île légendaire d’Atlantide. Au total, 39 lingots de forme rectangulaire ont été remontés à la surface. Ils ont été retrouvés aux abords d’une épave gisant dans les eaux peu profondes, à 300 mètres au large de la ville de Gela.(...)

     Selon les historiens, l'orichalque est un alliage ressemblant au laiton, fabriqué à partir de zinc, de charbon et de cuivre. Les lingots nouvellement découverts ont été soumis à une analyse par fluorescence à rayons X afin de mettre en évidence leur composition.Les résultats de cette expérience indiquent une proportion de 75 à 80% de cuivre, de 15 à 20% de zinc et des traces de nickel, de plomb et de fer. Cette caractéristique a ainsi poussé les chercheurs à penser qu’ils se trouvaient face à de l’orichalque. "Cette découverte confirme qu'un siècle après sa fondation, Gela est devenue une ville riche avec des artisans spécialisés dans la production d'artéfacts précieux", explique le scientifique repris par Discovery News.Ainsi, les lingots étaient très certainement destinés à ces commerces et à la fabrication de nouveaux produits. Attention cependant aux conclusions hâtives. Les lingots ne constituent pas une preuve de l’existence de l’Atlantide, souligne l'équipe d'archéologues.

     Source : maxisciences

     

    01-02-2015 - Omote, un logiciel de nouvelle technologie, impressionnant !

     

      

    26-01-2015 - Notre galaxie serait-elle un "trou de ver "? 
    En combinant les équations de la Relativité Générale avec la carte présumée de la matière noire dans notre galaxie, des physiciens sont parvenus à un constat déroutant : l'hypothèse selon laquelle notre galaxie serait un "trou de ver", c'est-à-dire un tunnel dans l'espace-temps reliant deux points très éloignés de l'univers, est théoriquement parfaitement recevable.

    Notre galaxie, la Voie Lactée, serait-elle un "trou de ver", cet objet hypothétique initialement conceptualisé par Albert Einstein, qui agirait comme un tunnel dans l'espace-temps en reliant deux points très éloignés de ce dernier (voir vidéo ci-dessous) ?

    Si rien ne permet bien évidemment de le démontrer à l'heure actuelle, il s'agirait toutefois d'une hypothèse tout à fait valable, selon des travaux menés par des physiciens italiens, américains et indiens, publiés dans la revue Annals of Physics : "Nous n'affirmons pas que notre galaxie est un trou de ver, mais simplement que, selon les modèles théoriques actuels, cette hypothèse est une possibilité", explique l'astrophysicien Paolo Salucci (International School for Advanced Studies de Trieste, Italie), co-auteur de ces travaux, dans un communiqué publié par la International School for Advanced Studies.

    Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs de ces travaux ont combiné les équations de la Relativité Générale avec un modèle prédisant l'emplacement de la matière noire dans notre galaxie, cette forme hypothétique de matière non encore détectée qui constituerait 85 % de la masse de l'univers.

    Quel est ce modèle utilisé par les auteurs de cette étude, permettant de cartographier l'emplacement présumé de la matière noire dans notre galaxie ? Il s'agit du "Universal Rotation Curve (URC) dark matter model", un modèle publié en 1995 dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society dans un article intitulé "The Universal Rotation Curve of Spiral Galaxies: I. the Dark Matter Connection", et forgé par trois astrophysiciens dont Paolo Salucci, co-auteur

    Source : journaldelascience

     

    17-01-2015 - Un océan gigantesque découvert à 640 km sous la surface de la Terre 

    Des chercheurs ont fait une trouvaille stupéfiante. Retrouvé sous une couche de roches à plus de 640 kilomètres sous la surface de la Terre, un réservoir qui contient 3 fois plus d’eau que tous les océans réunis. ESM vous explique tout sur cette découverte époustouflante qui pourrait permettre aux scientifiques d’en savoir plus sur l’origine de l’eau sur Terre.
    Des scientifiques travaillant à l’université Northwestern , aux Etats-Unis, ont apporté les preuves qu’il existait une immense quantité d’eau sous terre. Ce réservoir est emprisonné dans une cavité composée d’une roche sous haute pression nommée ringwoodite . Grâce à cette découverte, les chercheurs espèrent expliquer comment les océans se sont formés sur notre planète.

    L’équipe, dirigée par le minéralogiste Steven Jacobsen , a utilisé un ensemble de 2000 sismographes pour étudier la façon dont les ondes sismiques générées par les tremblements de terre bougeaient à travers l’intérieur de la Terre. La vitesse de ces vagues a changé en fonction des roches à travers lesquelles elles passent, et la ringwoodite mouillée a un effet particulier sur ces ondes. Steven a reproduit la même expérience dans son laboratoire et est arrivé à cette conclusion édifiante : la ringwoodite, lorsqu’elle est maintenue sous une extrême chaleur et pression, comme dans le manteau terrestre, « transpire de l’eau ». Celle-ci serait ensuite piégée dans une zone de transition, entre 320 et 640 kilomètres de profondeur.

    Et si l’eau sur Terre provenait d’un gigantesque réservoir souterrain ?  C’est en tout cas ce que pense l’équipe de chercheurs, après avoir découvert cet océan. Les scientifiques espèrent d’ailleurs que cela leur permettra de mieux comprendre le cycle de l’eau sur Terre mais aussi comment la tectonique des plaques déplace l’eau entre la surface et ce réservoir. Ce mystérieux réservoir est en réalité dissimulé au cœur d’une roche bleue, connue sous le nom de ringwoodite, à 700 km de profondeur dans le manteau terrestre, c’est-à-dire la couche de roches brûlantes située entre la surface de la Terre et son noyau. La taille impressionnante du réservoir, trois fois le volume des océans de la planète, pourrait permettre d’en savoir un peu plus sur l’origine de l’eau sur Terre.

    Source : .espritsciencemetaphysiques

     

     10-01-2015 -GROS PLAN  sur ANDROMEDE M31

    News : 2015/1 insolite

    À l’occasion des 225e rencontres de la Société astronomique qui se déroulent, en ce début 2015, à Seattle, l’Esa et la Nasa ont présenté un nouveau chef-d’œuvre de Hubble. Le télescope spatial, qui soufflera cette année sa 25e bougie, livre en effet l’image mosaïque la plus détaillée et résolue jamais réalisée de la galaxie d’Andromède (Messier 31). Enfin d’une partie…

    Dans la version recadrée, on découvre un tronçon de 48.000 années-lumière de cette grande galaxie spirale. Sa définition atteint 69.536 x 22.230 pixels (image zoomable à explorer méticuleusement). Très impressionnant, mais la version non cadrée s’étend, quant à elle, jusqu’à 61.000 années-lumière. Riche de 3,9 milliards de pixels, elle nécessiterait pas moins de 600 écrans HD pour l’afficher tout entière ! La réalisation de cette mosaïque cumule 394 heures (16 jours) de temps d’exposition réparties en 7.398 captures à travers 411 pointages individuels, entre juillet 2010 et octobre 2013. Un travail titanesque accompli dans le cadre du programme PHAT (Panchromatic Hubble Andromeda Treasury) qui vise principalement à étudier la structure et l’évolution de cette galaxie qui, avec la Voie lactée, domine le groupe local.

    Source : .futura-sciences  

     05-01-2015 - Des artefacts mystérieux à Jérusalem

    Date de l’annonce: Décembre 2014
    Lieu des artéfacts: Jérusalem
    Source: http://theparanormalcrucible.blogspot.co.uk

    Paranormal Crucible déclare que:

    D’anciennes reliques remarquables ont été découvertes, qui pourraient totalement ré écrire l’histoire égyptienne. Les artéfacts, qui ont été découverts dans une ancienne résidence de Sir William Petrie à Jérusalem, ont été volés par des représentants du Musée Rockefeller, quelques temps après la publication de la découverte.

    Source : nouvelordremondial

     

     27-12-2014 - Le laser dans les temps anciens

     Les lumières de Dendera seraient en fait des lasers plasmatiques.
     La gravure sur pierre que vous voyez ci-dessous montre tout simplement l’outil qui serait a tailler les pierres. Les premiers égyptologues du 19ème siècle n’avaient aucune idée de ce qu’ils regardaient.
    Vous pouvez clairement voir la bobine magnétique, le filament de laser, l’ampoule et le cordon électrique.On retrouve partout des trous forés dans la durite (l’une des pierre les plus dure au monde) avec des sillons à l’intérieur (comme le fait une perceuse moderne) pouvant atteindre 1,5 mm de distance entre chaque sillon !
     Aucun engin de forage sur terre ne peut forer si puissamment, aujourd’hui la distance des sillons avec une perceuse moderne est d’environ 0,5 mm.

    Les scientifiques estiment qu’il a fallut au foret une pression de 2 tonnes pour pouvoir faire de tels écarts entre les cillons.

    De tels trous ont aussi été trouvés dans les galeries de la grande pyramide qui ne disposent pourtant que d’un espace très petit ne pouvant pas permettre a une grosse machine outil de rentrer. L’outil qui a fait cela devait dont être a la fois hyper puissant et petit.

    Source : stopmensonges