• 2016-2-actualités

     Toutes les actualités 

    Les Actualités de L' UNIVERS 

    2016 - page 2 - page 1 - 

     

     31-03-2017 - Une comète en vue le 1er avril !

     Le 1er avril 2017, la comète 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak sera au plus près de la Terre à 21,2 millions de kilomètres. L'occasion pour tous de suivre sa course à la jumelleNon, cette comète-là n'a pas d'arêtes bien qu'elle ait rendez-vous avec la Terre le 1er avril : 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak – ainsi nommée d'après le nom de ses découvreurs – "frôlera" en effet notre planète. Aucune collision en vue cependant, car elle sera à 21,2 millions de kilomètres de nous, offrant pendant quelques jours aux habitants de l'hémisphère nord la possibilité de l'admirer au petit matin avec une simple paire de jumelles. Ce petit objet glacé de 1,5 km a une orbite très excentrique qu'il parcourt en 5,4 ans. Au cours de sa trajectoire, il s'approche à 157 millions de km du Soleil, soit son point d'orbite le plus proche de l'étoile (périhélie) puis repart à 770 millions de km, quasi au voisinage de Jupiter.  Chemin faisant, il frôle la Terre au cours des tous premiers jours d'avril.  

    La comète a été découverte en 1858 par l'astronome américain Horace Parnell Tuttle, puis c'est le français Michel Giaconini, astronome à l'Observatoire de Nice, qui la repère de nouveau en 1907 avant le Tchèque Ubor Kresak, enseignant à l'Université de Prague, en 1951. A chaque orbite, 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak perd une grande quantité de matière sous forme de gaz et de poussière en s'approchant du Soleil – la fameuse queue de la comète – ce qui modifie légèrement son orbite. Mais depuis sa découverte il y a 150 ans, elle n'avait jamais encore été aussi près de la Terre.

    Source : sciencesetavenir.

     

    03-03-2017 - Une caméra pour le cosmos !

      Hawaï – Le projet Pan-STARRS utilise la plus grande caméra numérique du monde pour percer les secrets de l’univers. Équipant un télescope, celle-ci pourrait nous éclairer sur la mystérieuse matière noire. 1,4 milliards de pixels par image. C'est 150 fois plus qu’une caméra ordinaire, couplée au télescope prototype PS1, lui-même connecté à des supers-ordinateurs équivalant à plusieurs milliers de PC. Le collectif international Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope And Rapid Response System) se donne les moyens de ses ambitions.
     Il faut dire que celles-ci sont grandes elles-aussi, puisqu’il est question de valider la théorie de la relativité générale d’Einstein, en mettant en évidence la courbure de la lumière attirée par la gravitation autour d’objets célestes. Observer de nouvelles supernovae aussi bien que des astéroïdes proches, suivre des objets rapides et traquer les explosions d’étoiles et peut-être aussi, comprendre la nature de la fameuse matière noire et celle de l’énergie noire font également partie des objectifs visés par ce projet novateur

    Source : maxisciences

      22-02-2017 -  La Nasa s'apprête à faire des révélations sur la vie extra-terrestre

    L'administration nationale de l'aéronautique et de l'espace des USA tiendra une conférence de presse mercredi 22 février, à suivre en direct sur son site
    est une conférence de presse "majeure" que la NASA s'apprête à tenir mercredi 22 février, à 13 heures, heure de New-York. Elle sera diffusée en direct sur sa station de télévision ainsi que son site internet. L'administration nationale de l'aéronautique et de l'espace communiquera sur "une découverte au-delà de notre système solaire".

    Les principales révélations devraient concerner des exoplanètes, c'est-à-dire des planètes qui tournent autour d'une autre étoile que le soleil. Ces exoplanètes représentent l'espoir de trouver une planète sœur de la Terre où la vie serait possible. La conférence de presse sera menée par plusieurs astronomes et scientifiques du monde entier. Les médias et le public pourront y participer via les réseaux sociaux et notamment Twitter. Ils pourront notamment poser des questions en utilisant le hashtag #askNASA.

    Une séance AMA (Ask me anything, demandez-moi n'importe quoi, ndlr) à propos des exoplanètes est également prévue sur le réseau social Reddit mercredi 22 février, à la suite de cette conférence de presse.

     Source : .rtl.fr

     09-02-2017 - Deux comètes en février et une éclipse de Lune le 11 février!


    Deux comètes viennent saluer la Terre ces jours-ci ! Et, une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, il devrait être possible de les admirer sans grande difficulté ! Pour ne rien rater du spectacle à venir, voici tout ce qu’il faut savoir…

    Comme souvent, ces comètes portent des noms à dormir dehors. La première s’appelle 45P/Honda-Mirkos-Padjusakova et nous a fixé un rendez-vous pour le 11 février. La seconde s’appelle 2P/Encke et est déjà toute proche de nous.

    Il faut cinq ans à cette comète pour faire le tour du soleil. Elle est visible depuis le début du mois mais c’est dans la nuit du 10 au 11 février qu’elle sera la plus proche de nous (à 12 millions de kilomètres de la Terre).

    Pour l’observer, nul besoin de matériel sophistiqué : une simple paire de jumelles devrait suffire (selon certains, elle pourrait même être observable à l’oeil nu). Dans tous les cas, le mieux est d’attendre la seconde partie de la nuit et de s’éloigner tant que possible de la ville et de ses lumières artificielles.

    On devrait aussi pouvoir l’admirer après le 20 février. Elle sera alors plus éloignée de nous mais la Lune sera plus favorable

    Découverte en 1786, cette comète passe par chez nous tous les trois ans. Et, depuis le début du mois, elle est visible le soir et en tout début de nuit. Pour l’identifier, il faut regarder au dessus de l’horizon, vers l’ouest.

    Là aussi, de simple jumelles devraient nous permettre d’admirer le phénomène (pourvu que le ciel soit sans nuage et non pollué par les lumières artificielles.)

    Source : positivr.

     24-01-2017 - L'ADN  se modifie dans l'espace

     ISS : des jumeaux au cœur d’une expérience spatiale inédite  Il s'est déroulé à bord de l’ISS une expérience très particulière. En effet, Scott Kelly, un astronaute américain, a subi toute une série de tests tandis que son frère jumeau restait au sol. 

    Comparer les génomes des frères jumeaux Kelly

    2016-2-actualités

     Les deux frères jumeaux Mark (à gauche) et Scott (à droite) Kelly. © Nasa 

    Tout d'abord, il faut préciser que ce ne sont vraiment que les premiers résultats qui ont été dévoilés ce 26 janvier, lors d'un colloque de scientifiques du Human Research Program de la Nasa au Texas, et dans la revue Nature. Au centre de ces recherches, deux jumeaux : Scott et Mark Kelly. Ils ont donc quasiment les mêmes génomes et aussi (presque) les mêmes activités. En effet, ce sont tous les deux des astronautes expérimentés. L'un, Scott, est même le codétenteur du record du plus long séjour dans l’espace, avec 340 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS), entre 2015 et 2016. Au total, il cumule 520 jours. Son frère Mark a, quant à lui, passé 54 jours dans l'espace, à travers différentes missions à bord des navettes spatiales.
    L'expérience qui est menée avec eux, loin d'être terminée, s'emploie entre autres à comparer le génome de Scott, qui est donc resté près d'un an dans l'espace, avec celui de son frère resté sur Terre, au même moment. Les mesures réalisées avant, pendant et après montrent des changements de l'expression des gènes, de la méthylation de l'ADN et de plusieurs marqueurs biologiques, comme la flore intestinale. C'est simple, « presque tout le monde rapporte avoir vu des différences », raconte Christopher Mason (Weill Cornell Medicine, New York), l'un des généticiens qui a participé à l'étude. Alors, est-ce dû au séjour dans l'espace ou plus simplement à divers facteurs naturels ? 

    Le séjour dans l'espace a modifié les génomes

    Dans le cas de Scott, ses télomères sont plus longs que ceux de Mark. « C'est exactement le contraire de ce que nous pensions » a déclaré la biologiste spécialiste des rayonnements Susan Bailey (Colorado State University), après avoir vérifié les résultats auprès d'un second laboratoire. Puis, de retour sur Terre, leurs longueurs sont revenues au niveau d'avant son départ. Pour éclaircir cette énigme, les génomes de 10 astronautes déjà partis ou qui partiront d'ici 2018 sont étudiés parallèlement.

    Pour ce qui est de la méthylation, les scientifiques ont constaté qu'elle avait diminué chez Scott lorsqu'il était dans l'espace, alors qu'elle avait augmenté chez Mark au même moment. Puis après le retour du premier, les niveaux sont revenus à ceux d'avant le départ. Ce que cela signifie, les généticiens de l'équipe comme Andrew Feinberg, de l'école de médecine de l'université John Hopkins, avouent encore l'ignorer.
    Enfin, les signatures d'expression des gènes chez les deux hommes diffèrent aussi. Bien que cela soit le produit de multiples facteurs sur Terre, comme l'environnement, l'alimentation, le sommeil, etc., les changements semblent plus forts que la normale chez Scott. Pour les spécialistes qui l'ont suivi, cela peut être imputable aux conditions éprouvées dans l'espace, la nourriture lyophilisée par exemple, et le sommeil, parfois difficile à trouver. Rappelons que, pour les habitants de l'ISS, le Soleil se lève toutes les 90 minutes et que le corps, bien qu'attaché pour dormir, ressent l'apesanteur.

    Ces résultats, déjà très riches de données, seront suivis d'autres au cours des prochains mois et années. L'enjeu pour la Nasa est bien sûr de comprendre les effets sur le corps humain d'un long voyage dans l’espace, et aussi de mettre en place une médecine personnalisée qui permettrait de prévenir les maladies pour des futurs candidats au départ vers la Lune, Mars et au-delà.

    Source : .futura-sciences  

    24-01-2017 - Le "Spaceshiptwo" , nouvel avion spatial de Virgin Galactic !

    Le premier vol commercial de l'histoire habité de l'espace verra bientôt le jour avec Space Ship Two Le milliardaire britannique, Richard Branson à la tête de Virgin Galactic, une association entre deux entreprises : le constructeur aéronautique américain Scaled Composites et le conglomérat anglais Virgin Group vient de dévoiler la nouvelle version de son avion suborbital appelé Space Ship Two. Richard Branson se lance depuis quelques années dans le business du tourisme spatial, ce qui va probablement lui rapporter gros puisque ce sont déjà plus de 700 réservations qui ont été retenues pour ce voyage spatial, et plus de 40 millions de dollars récoltés à ce jour.

    2016-2-actualités

    Parmi les rêveurs ayant réservé leur billet, nous comptons le scientifique Stephen Hawking, et les acteurs Harrison Ford ou encore Leonardo Di Caprio. Cet avion spatial pourra emmener 6 passagers en plus des deux pilotes. Les touristes spatiaux passeront 5 minutes en apesanteur. Le temps de la visite spatial sera programmée pour trois heures et coûtera la somme de 250 000 dollars, soit un peu plus de 227 000 euros par passager. Space Ship Two sera plus élaboré et corrigera les défauts du premier, Space Ship One qui a subit un accident grave lors de son premier envol, causant la mort du pilote. Le Space Ship Two sera équipé d'ailes en cantilever, un moteur-fusée à propulsion hybride et sera lancé en altitude jusqu'à 110 kilomètres depuis un avion porteur. C'est vendredi 19 février 2016 que Richard Branson a présenté le petit frère du Space Ship One au grand public au Mojave Air and Space Port, dans le désert californien.

    Source : voyage.gentside

     

     19-01-2017 - Le Système de propulsion EM DRiVE, pour voyager dans les étoiles !

    L’énigmatique propulseur électromagnétique EM Drive refait parler de lui. Des résultats de tests menés par la NASA ont récemment fuité. Ils suggèrent que ce propulseur spatial sans carburant serait capable de générer une poussée impressionnante dans le vide. Si ce projet se concrétise, ce nouveau système de propulsion permettrait d’explorer le Système Solaire en des temps records.

    L’EM Drive est un mystère. Cet énigmatique système de propulsion qui défie les lois de la physique pourrait bien nous mener sur Mars en seulement 70 jours. Fait étrange : l’EM Drive défie la troisième loi de Newton, qui dit que pour qu’un objet se déplace dans un sens, il faut pousser en prenant appui de l’autre côté. Ainsi, selon Newton et notre compréhension actuelle du monde qui nous entoure, pour qu’un système puisse être propulsé dans l’espace, il doit être « poussé » par quelque chose dans l’autre sens (en l’occurrence, du carburant de fusée). L’EM Drive lui, fonctionnerait sans carburant
    Le principe se base sur une physique inconnue. Des micro-ondes sont mises en résonance dans une cavité fermée de forme conique, se réfléchissant sur deux faces opposées, une petite et une grande. Il apparaîtrait alors une faible poussée du côté de la petite surface. Pourquoi ? Il ne semble pas y avoir d’explication claire. Cependant, le fonctionnement est révolutionnaire : dans le vide de l’espace, une boîte fermée alimentée en électricité se déplacerait sans éjecter de matière, comme poussée de l’intérieur.

    Nombreux sont les chercheurs qui ont voulu démystifier l’engin, mais force est de constater que le système fonctionne. Des résultats de tests effectués en 2015 par l’Eagleworks Laboratory, financés par la NASA, viennent de « fuiter ». Ils suggèrent non seulement que l’EM Drive fonctionne, mais qu’il génère aussi une poussée impressionnante. Le document indique que, après prise en compte des marges d’erreur, une force de 1,2 millinewton par kilowatt dans le vide a bien été générée. Il est également noté que ce test n’a pas été conçu pour optimiser la poussée de l’EM Drive, mais simplement pour vérifier sa viabilité. Peaufiner le système pourrait donc le rendre plus efficace et plus puissant.

    Malgré les épreuves et les débats, la controverse demeure. En bref, selon les lois connues de la physique, «sur papier», le système ne doit pas fonctionner. Cependant, les tests montrent que l’EM Drive fonctionne réellement. Si un tel système de propulsion voyait le jour,  il sera alors possible de visiter le Système solaire en peu de temps et sans carburant. Nous pourrions rejoindre Mars en 70 jours, ou encore la Lune en seulement quatre heures. Et nous ne parlons ici que de notre voisinage cosmique.

     Source : sciencepost.fr

     

    14-01-2017 -  Un nouveau magazine !

    2016-2-actualités 

    27-12-2016  - "Passengers" un nouveau film sur l'espace

    Sortie le 28 décembre

    Le Starship Avalon est un vaisseau spatial faisant route vers une lointaine planète colonisée. À son bord, plus de 5 000 passagers sont plongés dans un coma artificiel. Durant ce voyage prévu pour une durée de 120 ans, deux capsules d'hibernation dysfonctionnent et réveillent leurs occupants 90 ans trop tôt : Aurora Dunn (Jennifer Lawrence) et Jim Preston (Chris Pratt). Ils sont alors les deux seuls passagers éveillés. Ils découvriront que le dysfonctionnement qui les a réveillé n'est pas le seul problème du vaisseau.

     

    20-12-2016 - Des scientifiques à Harvard expliquent qu’il y aurait

    une version antérieure de la Terre au sein de la Terre actuelle 


    À l’université de Harvard, des chercheurs ont trouvé des éléments prouvant l’existence d’un « monde antérieur » caché sous la croûte du manteau de la planète Terre que nous connaissons actuellement.

    De nouvelles découvertes provenant du manteau de la planète Terre pourraient indiquer que notre planète est entrée en collision avec d’autres planétoïdes; ce qui aurait finalement entrainé la création de notre Lune. Ces reliques peuvent provenir d’une version ancienne de notre planète qui existait il y a 4,5 milliards d’années.

    Il existe au moins quatre grandes théories concernant la formation de notre Lune.

    L’hypothèse scientifique la plus soutenue pour expliquer la formation de la Lune, est que la chaleur produite par l’impact avec  une autre protoplanète (de la taille de Mars) a provoqué l’éjection de débris causée par la traction gravitationnelle de notre planète, pour ensuite donner une coalition dans la formation de la lune.

    Cette collision sera telle que la Terre va « fondre ». Cette collision serait à l’origine de « l’éjection de la Lune ». La Lune se serait formée par agglomération des résidus de roche vaporisés lors de l’impact.

    Au départ la Lune était beaucoup plus proche de la Terre qu’actuellement, sa présence a engendré les marées.

    La collision a probablement modifié l’axe de rotation de la Terre, cette inclinaison est à l’origine des saisons.

    Cependant le problème de l’origine de la Lune n’a pas encore été résolu de façon définitive. Néanmoins, trois différents scénarios ont longtemps dominé le débat.

    Source : espritsciencemetaphysiques.

    01-12-2016 - Le télescope géant Chinois

    2016-2-actualités

    Le télescope géant chinois chasse les extraterrestres... et les riverains. Une zone de silence doit entourer cette gigantesque structure. Normalement, les habitants devaient être indemnisés, mais tout ne se passe pas comme prévu.. Appelé FAST, acronyme anglais de "Radiotélescope sphérique de 500 mètres d'ouverture", l'engin a été mis en service fin septembre, pour un coût de 1,2 milliard de yuans (165 millions d'euros). Installé dans la province pauvre du Guizhou (sud-ouest), entre trois collines karstiques, le FAST peut sonder l'espace comme jamais, examinant pulsars, matière noire et ondes gravitationnelles, à la recherche de signes de vie. Mais la construction a nécessité l'expropriation de 9000 personnes du district de Pingtang. Et des milliers de villageois indignés portent désormais plainte.

    Source : huffingtonpost.

    26-11-2016 - Un ascenseur spatial...

    Un an après son dépôt de brevet pour un ascenseur spatial de 15 kilomètres de haut, la société canadienne Thoth Technology a dévoilé une nouvelle animation pour rendre compte de l’avancée du projet et donner un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler l'invention. Lorsque l'on parle d'exploration spatiale, les projets ne manquent pas. Mais certains paraissent plus fous que d'autres, c'est le cas de l’ascenseur spatial. Plusieurs entreprises sont aujourd'hui convaincues qu’il s’agit là d’une alternative viable au recours des fusées, nécessitant bien trop de carburant et donc un coût loin d'être négligeable.Parmi celles-ci, on compte Thoth Technology, une société canadienne spécialisée dans la conception d’équipements pour l’espace. Cette dernière a décidé d’investir dans la conception d’un dispositif capable d’envoyer des astronautes et marchandises dans l’espace. Une immense tourL’an dernier, la compagnie a beaucoup fait parler d’elle en déposant un premier brevet auprès des autorités américaines pour un appareil nommé "space elevator". Nommé Thothx, celui-ci prendrait la forme d’une immense tour de 15 à 20 kilomètres de haut pour un diamètre d'environ 230 mètres.Bien entendu, il s’agit là des prémices d’un concept dont le développement nécessite énormément de temps. Beaucoup de problèmes physiques doivent être résolus avant de lancer le chantier d’une telle structure. Lorsque la Thoth Technology a dévoilé ses intentions, elle a évoqué un délai de mise au point d’environ dix ans dont trois à cinq dédiés seulement au développement. Un an plus tard, le projet semble toutefois bien avancer et même se préciser. Après avoir déposé un second brevet en août 2016, la compagnie a en effet dévoilé une animation donnant un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler l'ascenseur spatial. Source : .maxisciences

    18-11-2016 - Décollage réussi pour  T. Pesquet vers l'ISS !

    Le Russe Oleg Novitski, l'Américaine Peggy Whitson et le Français Thomas Pesquet sont partis à 2h20 heure locale vendredi 18 novembre (21h20 heure française jeudi) à bord d'un vaisseau Soyouz. Ils devraient rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ce week-end. 

    Ils ont pu faire leurs adieux à leurs proches à travers les vitres des deux cars qui les emportaient vers le bâtiment où ils ont enfilé leur scaphandre avant de se rendre au pas de tir. Ils ne les reverront qu'en mai 2017, à leur retour sur Terre.
    La Russie, qui est désormais la seule à pouvoir envoyer des hommes sur l'ISS, a la réputation d'effectuer ses tirs d'engins spatiaux par tous les temps et ni la neige qui a recouvert le cosmodrome, ni les températures glaciales n'ont pu empêcher les 310 tonnes du lanceur de s'arracher comme prévu de Baïkonour.

    Après la séparation de la capsule Soyouz MS-03 du troisième étage de ce mythique vaisseau spatial pour se placer en orbite à 200 km au-dessus de la Terre, presque neuf minutes après le décollage, l'équipage doit rester plus de 48 heures dans ce minuscule module de seulement 2,5 mètres de long. Sa mission sera alors de se mettre à la même altitude que la Station spatiale internationale, qui tourne à 28.000 km/h à 400 km au-dessus du globe terrestre.

    Source : tempsreel. 

    17-11-2016 - Lancements de 4 Satelllites en Guyane


    Prochain lancement :  le 17 novembre 2016

     Vol Ariane 233 - mise sur orbite de 4 satellites de la constellation Galileo

     Décollage prévu à 10h06 (heure de Guyane)

    Ariane 5 ES lancera sur orbite 4 satellites de la constellation Galileo. Ces 15ème, 16ème, 17ème, 18ème  satellites ont été baptisés Antonianna, Lisa, Kimberley, et Tijmen, suite à un concours de la Commission européenne permettant aux enfants lauréats de ses pays membres, de donner leur prénom aux composants de la constellation de géolocalisation.

    Le programme Galileo est le projet européen de navigation par satellite. Il met en place un système mondial de navigation par satellite semblable au GPS (américain). Compte tenu de l’importance des applications de navigation par satellite pour les entreprises et les citoyens, Galileo, assurera l’indépendance de l’Europe dans ce domaine essentiel. Il sera utile dans les transports maritimes, ferroviaires, aériens, terrestres, les opérations de secours et de sauvetage, l’agriculture ou la prospection pétrolière. L’interopérabilité entre Galileo, GPS et GLONASS (russe) est toutefois garantie.

    Une constellation de 30 satellites de navigation
     Initié en 1999, le programme Galileo est constitué d’une constellation de 24 satellites (+ 6 secours) placés sur trois orbites circulaires moyennes à une altitude de 23 222 km de la Terre.

    Source : cnes

    10-11-2016 - Le plus vieux Sequoia a 3200  ans !

    Agé de 3200 ans, le plus vieux sequoia du monde encore vivant a enfin été photographié dans son intégralitéLes séquoias géants sont les arbres les plus volumineux du monde, ils trônent avec majesté sur les forêts et représentent la longévité. Leur taille imposante les rend très difficile à photographier mais des passionnés ont réussi cet exploit. Découvrez le plus vieux sequoia connu à ce jour, il s’appelle « Président » !

    Le « Président » est un séquoia géant situé au coeur de la « Giant Forest » dans le parc national de Sequoia en Californie. Nommé en l’honneur de Warren Gamaliel Harding, ancien président des États-Unis, cet arbre vieux de 3200 ans mesure 75 mètres de haut et 8 mètres de diamètre à la base. Ce conifère géant compte pas moins de 2 milliards d’aiguilles et son tronc a un volume de 1300 mètres cubes. Pour réaliser un portrait en pied du colosse, une équipe de photographes de National Geographic a assemblé 126 clichés pris avec 3 caméras différentes pendant 32 jours de tournage. Le résultat est spectaculaire.

    2016-2-actualités

    Source : dailygeekshow

    05-11-2016  - Pluies d'étoiles filantes...

     Alors que les nuits sont de plus en plus longues, on a trouvé une bonne raison de se consoler : entre le 12 et le 21 novembre, pas moins de trois pluies d’étoiles filantes vont s’abattre sur notre atmosphère ! Si vous êtes amateur de phénomènes astronomiques et/ou de spectacles grandioses, voici tout ce qu’il faut savoir. Ces pluies de météores sont, dans l’ordre d’apparition, les Taurides Nord (peu nombreuses mais lentes et bien visibles), les Léonides (spectaculaires) et les alpha-Monocérotides (imprévisibles).

    Les Taurides nord ont été découvertes en 1869 par Giuseppe Zezioli. Évoluant à une vitesse lente (enfin, quand même à 29km par seconde !) elles sont, comme leurs cousines des Taurides Sud, associées à la comète 2P/Encke. Les premières Taurides nord tombent depuis le 20 octobre et leur chute se poursuivra jusqu’au 10 décembre. Mais le pic d’observation, c’est le 12 novembre. Cette nuit-là, on devrait en voir environ 5 par heure. Le phénomène sera tout de même masqué cette année par sa proximité avec la Super-Lune du 14 novembre. En effet, la luminosité plus importante de l’astre lunaire masquera en partie les étoiles filantes les moins lumineuses.

    Pour observer les Taurides nord, il faut trouver la constellation du Taureau au-dessus de l’horizon sud-est (...)

    Source : positivr

    05-11-2016 -Voulez-vous devenir un "Asgardian" ?

    Après les voyages touristiques à la frontière de l’espace et autour de la Lune, le concept de village lunaire de l’Agence spatiale européenne, les bases spatiales privées et hôtels orbitaux de Bigelow Aerospace, voici qu’on nous annonce un État dans l’espace. Oui, une nation spatiale qui aspire à devenir membre de l'Organisation des Nations Unies.
    Il y a quelques semaines à Paris, la société privée AIRC (Aerospace International Research Center) a présenté son projet de créer un nouvel État... dans l'espace ! Baptisée Asgardia, du nom d'une cité que la mythologie nordique plaçait au centre du monde et sur laquelle régnait le dieu Odin, cette nation spatiale veut devenir un membre de l'Organisation des Nations Unies, avec tous les attributs que ce statut implique. Rien que cela.

    La première pierre de ce futur pays sera posée, ou plutôt lancée, en 2017 sous la forme d'un satellite, a précisé Igor Ashurbeyli, le fondateur d'AIRC, basée à Vienne. L'étape suivante serait de construire une station spatiale occupée en permanence, puis un bouclier pour protéger la Terre contre les débris spatiaux, les astéroïdes mais également les éjections de masse coronale du Soleil !
    Les lois en vigueur sur Terre empêchent la création d'un état spatial

    C'est une initiative très surprenante en ce début de XXIe siècle et qui ne devrait pas aboutir, tant les contraintes et les difficltés sont nombreuses, au premier rang desquelles figurent le financement du projet et surtout le traité des Nations Unies relatif à l'espace extra-atmosphérique (à consulter ici) qui encadre les activités spatiales autour de la Terre. L'article 2, notamment, stipule que « l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, ne peut faire l'objet d'appropriation nationale par proclamation de souveraineté, ni par voie d'utilisation ou d'occupation, ni par aucun autre moyen ». AIRCP a-t-elle trouvé une faille juridique ou bien fait-elle le pari que ce traité sera amendé dans le futur pour tenir compte de la privatisation de l'espace et l'émergence d'entrepreneurs spatiaux ?

    Quant à l'idée d'un bouclier spatial, elle est tout aussi surprenante. Elle aurait un sens si rien n'était fait. Mais les grandes agences spatiales du monde sont déjà engagées dans des programmes réalistes de réduction des débris orbitaux et de désorbitation de ceux qui présentent un danger pour l'activité humaine en orbite ou des satellites. Elles financent également de vastes programmes de surveillance du ciel et de recensement des objets naturels susceptibles d'entrer en collision avec la Terre ainsi que le développement de technologies pour les dévier.

    Cela dit, si l'idée vous tente de créer un jour à tous un cadre de vie ou de travail dans l'espace, vous pouvez d'ores et déjà devenir un citoyen Asgardian en cliquant ici. Si Asgardia paraît aujourd'hui utopique, elle semblera peut-être logique au siècle prochain...

    Source : .futura-sciences

     17-10-2016 -  A quoi sert le vaisseau X-37B de l'US Air Force  ?

    Parti en mai 2015, le vaisseau X-37B de l'US Air Force vient de franchir la barre des 500 jours dans l'espace. Une quatrième mission dont l'objectif est classé secret défense et qui continue de susciter de nombreuses théories sur Internet. Les missions s'enchainent pour le X-37B mais le mystère reste entier. Semblable à une navette spatiale, ce vaisseau sans pilote de l'US Air Force s'est envolé le 20 mai 2015 de Cap Canaveral en Floride. Depuis, il est toujours dans l'espace, comptabilisant désormais plus de 500 jours de mission. Un chiffre qui relance les débats quant aux activités réelles de l'engin.En effet, ce X-37B Orbital Test Vehicle est le quatrième du nom (OTV-4) à s'envoler sous l'égide de l'US Air Force, l'armée de l'air américaine. Trois vols en orbite ont eu lieu depuis 2010, le dernier et aussi le plus long s'étant achevé en 2014 après une durée de 22 mois. Or si la plupart des détails techniques du projet ont été rendus publics, les missions du X-37B conçu par Boeing sont classées secret défense. Un vaisseau pour tester des technologies spatiales Aujourd'hui, on ne sait donc ni combien de temps le vaisseau restera dans l'espace, ni ce qu'il y fait réellement. Interrogé par Space.com en 2014, le général William Shelton avait déclaré : "X-37 fait un excellent travail. Je ne peux pas vous dire ce qu'il fait, mais il le fait très bien". 

    Source : maxisciences

    15-10-2016 - Le Point NEMO

    Point Nemo" se trouve à 2.688 kilomètres de la terre ferme. C'est le point le plus isolé du monde Non seulement le "Point Nemo" se trouve à 2.688 kilomètres de toute terre, mais ces territoires sont également extrêmement isolés eux-mêmes. Ainsi, au nord, l'île Ducie est un atoll inhabité du Pacifique sud appartenant aux îles Pitcairn (Royaume-Uni), au nord-est Motu Nui est un îlot de quatre hectares à la pointe de l'île de Pâques et, au sud, l'ïle Maher se trouve à l'extrémité de l'Antarctique.Plus proche des... astronautes
    Le "Point Nemo" est tellement éloigné de la terre ferme que l'être humain qui s'en approche le plus souvent ne se trouve même pas vraiment sur Terre. En effet, la Station Spatiale Internationale (ISS) qui gravite en orbite à une altitude maximale de 416 kilomètres, est régulièrement l'équipage habité le plus "proche" de ce point géographique.
    Cimetière spatial
    D'ailleurs, cette zone purement maritime du Pacifique sud est généralement exploitée par les agences spatiales pour larguer le matériel en fin de mission sans risque pour la population mondiale. Selon la BBC, plus de cent épaves spatiales occuperaient en effet ces profondeurs insondables.

    Source : .7sur7