• 2016-2-spiritualité

    Toutes les actualités

    SPIRITUALITÉ ET INNOVATIONS

     2015/3 société

    2016 -   page 2 -  page 1 

     31-03-2017 - Une histoire extraordinaire survenue au Dr Jean Jacques Charbonier et à Geneviève Delpech !

    Source : sa page Facebook du 31-03-2017

    QUAND L'INCONCEVABLE CÔTOIE L'INCROYABLE ! Vous aurez beau activer vos consciences analytiques, les pousser à 100% de leurs capacités, pianoter sur vos tablettes de statisticiens, raisonner, palabrer, zététiquer, rien, absolument rien ne peut expliquer ce qui s'est produit ce 30 mars 2017 à 13 h 15. En effet, si on tient compte de nos classiques raisonnements terrestres, les évènements qui se sont produits à cette heure là sont... tout simplement impossibles. Je vous laisse juger. Il était donc 13 h 15 quand les choses ont basculé. Nous déjeunions avec mon épouse Corinne sur la terrasse ensoleillée de notre maison ariégeoise. J'avais branché la sono sur l'application iTune de mon portable pour diffuser un programme intitulé "ambiance lounge : piano-jazz" et, quoi de plus normal, nous n'écoutions que des airs de jazz joués au piano. Aucun chant ; que du piano. J'insiste. Mais tout à coup, une chanson interrompt le répertoire. Nous reconnaissons immédiatement les premiers accords : "Quand j'étais chanteur" de Michel Delpech ! Le morceau préféré de son épouse Geneviève ; celui qui avait été choisi lors de notre passage chez Ardisson quand nous fûmes invités à parler de la séance de TCH de Geneviève à Toulouse qui lui avait permis de retrouver sous hypnose son défunt mari. Mon épouse et moi sommes abasourdis. Ce changement brutal est totalement impossible compte tenu de la programmation faite sur mon téléphone posé sur un meuble à une dizaine de mètres de la table où nous déjeunons. N'osant même plus bouger de nos sièges, nous laissons terminer la chanson jusqu'au bout sans dire un mot. Que peut-on faire à part frissonner dans un moment pareil ? Que dire ? Que penser ? Après la dernière note, le piano jazz reprend comme si de rien n'était. Nous téléphonons aussitôt à Geneviève Delpech pour l'avertir de ce que nous venions de vivre. Mais elle ne nous laisse pas le temps de parler. " Ah c'est incroyable, j'allais vous appeler à l'instant. Vous êtes bien assis ? Je suis dans ma voiture et sur la banquette passager, devinez ce qu'il y a ? De-vi-nez-ce-qu'il-y-a ? Mon alliance ! Mon alliance : celle que j'avais perdu chez vous avec ma bague. Elle est apparue là, maintenant, pratiquement deux mois plus tard à 800 kilomètres de chez vous ! Depuis que je suis partie de chez vous, j'ai conduit cette voiture des dizaines de fois. J'ai même fait faire un nettoyage intérieur complet. Elle n'y était pas, elle vient d'apparaître là, maintenant. Je suis bouleversée ! " Geneviève le fut d'autant plus quand on lui annonça qu'au même moment, la voix de Michel Delpech interrompit de façon brutale notre répertoire de piano pour interpréter la chanson préférée de l'amour de sa vie.

    22-03-2017 - Une matière qui rend invisible

     Nous pourrions bientôt devenir invisibles grâce à une matière «magique» inventée par des chercheurs russes. Outre cela, cette substance hors du commun rendrait transparent tout ce qui nous entoure, y compris les voitures et bâtiments.
    Des scientifiques russes de l'institut de recherche Tekhnomash, faisant partie du groupe public Rostec, ont élaboré des matières uniques rendant totalement ou partiellement invisibles des objets grâce à leurs qualités surprenantes, lit-on dans le communiqué du holding Roselectronica appartenant, lui-aussi, à Rostec.Ces matières à commande électrique, d'après les chercheurs, sont capables de « camoufler » des objets dans leur champ visuel. Elles ont le pouvoir d'imiter des couleurs, de les intensifier ainsi que de créer des représentations graphiques compliquées, y compris des feuilles qui bougent quand il y a du vent.Cette invention a été possible grâce à des chocs électriques. En effet, ces matières ressemblent à des écrans de camouflage permettant de dissimuler entièrement un objet.Les chercheurs russes élaborent un transfert «invisible» d'information
    La technologie a été saluée par le holding Roselectronica.M. Klotchko a ajouté que cette technologie serait efficace grâce à son camouflage visuel et non pas grâce à un camouflage thermique ou électromagnétique.

    Il est à noter que des constructeurs et ingénieurs du monde entier tentent depuis longtemps de créer une « cape d'invisibilité » universelle pour des objets militaires. Pourtant, ceux qui ont réussi à le faire sont peu nombreux.

    En 2012, des scientifiques de l'Université du Texas sont parvenus à créer « une cape d'invisibilité » composée de fibres de carbone. Le vêtement crée l'illusion que l'objet, sur lequel il est mis, est en train de disparaître.

    Source : sputnik news

     

    07-03-2017 - La médiumnité, les guides et l'aura par Laurent Boulanger

    Son blog : iridologielouhans

      04-03-2017 - Conférences sur la conscience

    Un colloque international sur la conscience et l’invisible s’est tenu à la Maison de la Mutualité de Paris le 3 février dernier. Un évènement unique en Europe, approchant de la performance. Organisé par les éditions Guy Trédaniel et la Fondation Denis Guichard, avec le soutien de partenaires divers dont l’INREES, l’évènement fit salle comble. Pas moins de 1700 personnes ont répondu présentes, malgré un tarif fort élevé, signant ici l’intérêt grandissant pour les phénomènes dit extraordinaires.

    Intelligemment animée et coordonnée par Jean Staune, de l’université interdisciplinaire de Paris, cette journée fut aussi dense que riche par son contenu. De grands spécialistes de la question se succédèrent sur la scène : le Dr Jean-Jacques Charbonier ; Emmanuel Ransford, Sylvie Dethiollaz, Claude Charles Fourrier, Frédéric Lenoir et Nicolas Fraisse ; le Dr Raymond Moody ; le Dr Eben Alexander et le Dr Patrick Theillier. Patrice Van Eersel et Jocelin Morisson furent également présents pour animer la table ronde de clôture.

     Le Dr Charbonnier est un habitué de la question. Médecin anesthésiste et réanimateur, il aime à se présenter comme un électron libre, n’appartenant à aucun mouvement sectaire, philosophique ni religieux. C’est aussi un homme heureux. Après de nombreuses années à explorer ces phénomènes qu’il rebaptise « expériences de mort provisoire », il nous présente sa modélisation de la « conscience intuitive extra-neuronale » (CIE), qu’il oppose à la conscience analytique (CA). Il soutient que l’être humain ne peut se réduire à une pensée bio-chimique, car comment expliquer que certaines personnes en état de mort clinique, donc avec un cerveau qui ne fonctionne plus (ceci ayant été formellement démontré il y a de nombreuses années comme étant effectif après 15 secondes d’arrêt cardiaque), seraient capables de décrire leur réanimation mais aussi ce qu’il se passe aux alentours, voire même à distance de leur corps ?

    Le 15 décembre 2014 est devenu, dit-il, une « date qui restera dans l’histoire de la médecine ». Sa proposition fut discutée dans la thèse de doctorat en médecine de François Lallier qu’il dirigea sur le sujet. Ce travail fut récompensé par la mention « très honorable » et par les félicitations du jury. En somme, un document officiel d’État reconnaît enfin l’existence de ce nouveau paradigme !

    Cette nouvelle modélisation de la conscience repose sur une observation : une personne est « inconsciente » pour l’observateur, lorsqu’elle est immobile et qu’elle ne bouge pas, comme par exemple durant le sommeil, un coma, une anesthésie générale, un arrêt cardiaque ou une mort clinique… Or, dans un certain nombre de cas, ces personnes perçoivent des informations : 35 % des personnes qui se réveillent d’un sommeil physiologique rapportent des souvenirs (on pourrait évoquer ici les rêves). Dans les comas, 5 % des personnes disent avoir « vu » ce qu’il se passait autour de leur corps inanimé (description des visiteurs, de plusieurs détails environnementaux). Pour les anesthésies générales, 2 % disent avoir assisté à leur intervention ou avoir « vu » ce qu’il se passait au même moment dans une salle adjacente. Pour les expériences de mort clinique, la proportion passe de 12 à 18 % de personnes qui disent avoir vécu cette fameuse incursion dans l’« au-delà » et avoir perçu ce qu’il se passait atour de leur corps physique, pour s’élever à 65 % chez les enfants ! Il se pose légitimement la question de savoir pourquoi cela ne concerne pas la totalité des cas et conclut que c’est à cause de notre conscience analytique, cérébrale, reliée à nos cinq sens, qui censurerait toutes informations qui ne seraient pas conformes à nos apprentissages. Cela expliquerait pourquoi tant d’enfants, moins conditionnés, vivent ce type de phénomènes par rapport à la proportion des adultes.

    Source : cercledesvolontaires

     

     16-02-2017 - Des races humaines parallèles

     L’ADN de l’homme de Denisova élargit l’évolution de l’espèce humaine

    Des scientifiques russes déclarent « qu’il y a maintenant une autre hypothèse : différentes espèces ont vécu ensemble et en parallèle »Des anthropologues russes ont découvert des restes d’hominidés de l’Altaï dans la grotte de Denisova, en Sibérie. Une étude a été publiée dans Nature en 2011 démontrant que le code génétique de ces anciens humains était très différent de celui de l’humain moderne, annonçait un scientifique dans le rapport.

    L’importance de cette découverte repose dans le changement qu’elle génère dans la compréhension du développement des espèces humaines. Ces restes indiquent l’existence d’espèces précédemment inconnues ayant vécu entre 40 000 et 50 000 ans.

    L’Institut d’archéologie et d’ethnographie de la branche sibérienne a tenu une conférence scientifique sur la grotte de Denisova, intitulée « Les particularités de la transition vers le Paléolithique supérieur en Eurasie : les dynamiques culturels et le développement du genre Homo ».

    À la conférence, les anthropologues et les chercheurs ont conclu qu’il a existé une population précédemment inconnue appelée « Denisova », du nom de la grotte où les restes ont été découverts. Mais les scientifiques n’ont pas tranché comment « Denisova » est apparu et a disparu. Tout ce que nous savons est qu’il a vécu dans cette grotte il y a 230 000 ans.

    Les races humaines parallèles, selon l’ADN

    Les scientifiques ont découvert que l’ADN mitochondrial « dénisovien » différait en moyenne de 202 positions de nucléotides avec Néandertal, et de 385 positions de nucléotides en moyenne avec l’homme moderne . La population d’hominidés dans la grotte de Denisova est intermédiaire aux périodes de l’Homo abilis et de l’Homo erectus et celles des Cro-Magnon et des Néandertaliens.

    Beaucoup de travail a été effectué dans l’analyse comparative du génome, comprenant les restes de 54 génomes d’hommes modernes autour du monde, l’ADN d’Homo sapiens et de six Néandertaliens.  En résultat de l’étude, les scientifiques ont découvert que le Denisova pouvait seulement s’être séparé de la branche commune de l’humanité il y a un million d’années.

    Les gènes de Denisova n’ont pas montré une continuité avec les habitants de l’Eurasie actuelle, indiquant que les Denisova n’étaient pas en contact avec les ancêtres de la population actuelle. Seule la population des anciens habitants de Mélanésie, à l’est de l’Asie, contient 4 à 6 % du génome « dénisovien ».

    Cette étude a également découvert que la culture des habitants de la grotte de Denisova était bien plus avancée que la culture des Néandertaliens ayant vécu dans des grottes aux alentours. Les outils trouvés nécessitaient un processus de production plus complexe. Par exemple, il a été trouvé une aiguille de cinq centimètres de long avait un petit trou.

    Réécrire les manuels sur l’évolution

    En résultat de cette découverte, les scientifiques russes veulent établir dans les manuels scolaires, à l’aide des anthropologues, que le développement humain diffère du concept d’évolution accepté jusqu’à maintenant.

    « Chacun de nous et de vous, êtes les descendants de quatre branches de la race humaine. L’une de ces branches est l’homme appelé ‘Altaï’ ou ‘Denisova’ (du nom de la grotte où les os ont été découverts) ayant vécu il y a  50 000 ans », a déclaré le directeur de l’Institut d’archéologie et d’ethnographie Anatoli  Derevianko.

    Avant les résultats de ces études, « il était considéré que chaque forme humaine avait évolué, changé petit à petit, jusqu’à devenir l’homme moderne », explique Anatoli Derevianko.

    « Il y a maintenant une autre hypothèse : plusieurs espèces ont vécu ensemble et en parallèle », a-t-il ajouté.

    Lors de la conférence ont été présentées les dernières découvertes des anthropologues et des résultats de recherches, comprenant des os et un squelette. Les scientifiques espèrent pouvoir dessiner le portrait d’un ancêtre de l’homme moderne.
     

    20-01-2017 -  L'eau a scientifiquement une mémoire 

     Une nouvelle découverte révolutionnaire a été faite dans l’une des ressources les plus élémentaires. Des scientifiques viennent de découvrir ce qu’ils ont appelé «La découverte du millénaire», et une révélation énorme dans la conscience humaine.

    Des scientifiques en Allemagne croient maintenant que l’eau a une mémoire, ce qui signifie que ce qui était autrefois considéré comme une simple marchandise a été examinée de près afin de dévoiler une révélation scientifique, révélant une vérité étonnante.

    En examinant les gouttes d’eau individuelles à un grossissement incroyablement élevé, les scientifiques ont pu voir physiquement que chaque gouttelette d’eau possède son propre modèle microscopique individuel, chacune se distinguant de l’autre et unique.

    Une expérience scientifique a été menée où un groupe d’étudiants devait obtenir une goutte d’eau dans la même étendue d’eau, tous en même temps. Grâce à un examen attentif des gouttelettes individuelles, on a vu que chacune produisait des images différentes.

    Une deuxième expérience a ensuite été réalisée où une fleur a été placée dans une étendue d’eau, et après un certain temps, une goutte d’échantillon de l’eau a été retirée pour examen. Les résultats ont produit un modèle hypnotisant lorsque ils ont été énormément amplifiés, mais toutes les gouttelettes de cette eau ont paru très semblables. Lorsque la même expérience a été faite avec une espèce de fleur différente, la goutte magnifiée semblait complètement différente.
    Grâce à cette découverte qui montre que l’eau a une mémoire, selon les scientifiques, une nouvelle perception de l’eau peut être formée. Les scientifiques allemands croient que, à mesure que l’eau se déplace, elle capte et stocke l’information de tous les endroits où elle a voyagé, ce qui peut ainsi relier les gens à beaucoup d’endroits différents et de sources d’information lorsqu’ils boivent cette eau, selon le voyage que cela a été.

    Cela a même été comparé au corps humain, dont chacun est incroyablement unique et a un ADN individuel contrairement à tout autre. Alors que le corps humain est composé de 70% d’eau, des conclusions peuvent être tirées de ces nouvelles découvertes : les larmes humaines peuvent contenir le souvenir unique d’un être individuel, à travers le réservoir d’eau du corps qui héberge un stock complet d’informations qui sont liées avec l’expérience individuelle.

    En suggérant que tout le monde est connecté globalement par l’eau dans le corps humain qui se déplace à travers des voyages en cours, par lequel l’information est toujours stockée le long du chemin.

    Source : .anguillesousroche.

     

    Un résumé de la conférence de Nassim Haramein à Paris en 2016

     

     

    17-01-2017 - Une tablette énigmatique... la pierre de Cochno !

    Une grande tablette de pierre sculptée déterrée en Écosse

    Ce mur contient des motifs et des cercles énigmatiques, faisant naître de nombreuses théoriesUne équipe d’archéologues et d’experts ont déterré en Écosse la pierre de Cochno, un panneau de pierre vieux de 5 000 ans. Ce panneau contient l’une des plus importantes représentations d’art rupestre du Néolithique (9 000 ans av. J.-C. – 3 300 ans av. J.-C.) , rapportait en septembre 2016 l’université de Glasgow.

    Après l’avoir scanné et en avoir fait une réplique en 3D, la pierre a de nouveau été déposée en sécurité sous terre, selon la Fondation Factum Arte qui travaille avec les archéologues de l’université de Glasgow. De nombreuses théories existent sur l’interprétation de ses motifs uniques : allant de l’astronomie, à la physiologie et à la réincarnation. Les chercheurs pourraient être à même d’avoir une analyse plus profonde de ces marques mystérieuses.

    « C’est un des plus grands panneaux du Néolithique en Europe. Les marques et les cercles sont vraiment grands », a déclaré l’archéologue Kenny Brophy, qui a dirigé l’excavation sur le site près de la ferme Cochno.

    2016-2-spiritualité

    La pierre de 9×19 mètres repose au milieu d’un bâtiment à Clydebank, et ses environs serviront à installer la réplique de cet important héritage culturel. Elle s’est fait connaître en 1887, lorsqu’elle a été déterrée par James Harvey.

    Les gravures et les cercles qui la caractérise sont une ancienne forme d’art de la pierre retrouvée dans de nombreuses parties du monde.

    Le chercheur Alexander McCallum se souvient de l’époque où « certaines personnes pensaient que la pierre de Cochno était une carte indiquant d’autres villages dans la vallée de Clyde – c’était l’une des théories. Je pense qu’elle a probablement été utilisée pour de nombreuses choses. Elle n’a probablement jamais été utilisée pour une seule chose, et son usage a changé au cours du temps. », a rapporté la Fondation Bradshaw, en mentionnant les plans de financement qui ont pu rendre visible cette précieuse pierre préhistorique.
    D’autres théorie évoquent « un portail de la vie et de la mort, un utérus et une tombe », ses créateurs croyant en la réincarnation et qu’en étant enterrés sous terre, ils reviendraient à la vie.

    Source : epochtimes

     

    Le film de Deïmian: 'L'autre Terre des Dieux" 

    Il aborde les découvertes archéologiques faites ces dernières décennies en Roumanie pour lesquelles peu d’informations ont filtré. On parle de tablettes antérieures à la civilisation Sumérienne et d’artéfacts candidats à remettre en question notre chronologie. Mais au-delà de ces découvertes pour le moins extraordinaires, l’Autre Terre des Dieux part sur les traces de peuplades de géants qui, dans les anciens temps, auraient foulé les terres de ce pays mythique et énigmatique.

     

    14-01-2017 - Des preuves scientifiques de décorporation

     
    Berlin | Une équipe de psychologues et des médecins associés à la Technische Universität de Berlin, ont annoncé ce matin qu’ils avaient prouvé par l’expérimentation clinique, l’existence d’une certaine forme de vie après la mort. Cette annonce étonnante est basée sur les conclusions d’une étude utilisant un nouveau type de médicalement d’expériences de mort imminente contrôlées, qui permettent aux patients d’être cliniquement mort pendant près de 20 minutes avant d’être ramené à la vie.

    Ce processus controversé qui a été répété sur 944 volontaires pendant ces quatre dernières années, nécessite un mélange complexe de médicaments, y compris d’adrénaline et de dimethyltryptamine, destinés à permettre au corps de survivre à l’état de mort clinique et au processus de réanimation sans dommages. Le corps du cobaye a ensuite été placé dans un état de coma artificiel induit par un mélange d’autres médicaments qui devaient être filtrés par l’ozone dans son sang durant le processus de réanimation 18 minutes plus tard.

    La très longue durée de l’expérience a été récemment rendue possible par le développement d’une nouvelle machine de réanimation cardio-pulmonaire (RCP) du nom d’AutoPulse. Ce type d’équipement a déjà été utilisé au cours des dernières années, pour ranimer les gens qui avaient été ‘morts’ entre 40 minutes à une heure. 

    Plusieurs hypothèses concernant les expériences de mort imminente ont été émises dans diverses revues médicales dans le passé, comme ayant les mêmes caractéristiques que les hallucinations, mais le Dr Ackerman et son équipe, au contraire, les considèrent comme des preuves de l’existence d’un ‘au-delà’ et d’une forme de dualisme entre l’esprit et le corps.

    L’équipe de scientifiques dirigée par le Dr Berthold Ackermann, a surveillé les opérations et a compilé les témoignages des sujets. Bien qu’il y ait de légères variations d’un individu à l’autre, tous les sujets ont quelques souvenirs de leur expérience de mort clinique et une grande majorité d’entre eux ont décrit quelques sensations très similaires.


    La plupart des souvenirs communs comprennent un sentiment de détachement du corps, des sentiments de lévitation, de sérénité totale, de sécurité, de chaleur, de dissolution absolue, et la présence d’une lumière écrasante.

    Les scientifiques disent que les cobayes sont bien conscients de leur mort et qu’un grand nombre de leurs conclusions choqueraient beaucoup de gens, comme le fait que les croyances religieuses des divers sujets semblent n’avoir eu aucune incidence du tout sur les sensations et les expériences qui ont été écrites à la fin de l’expérience. En effet, les bénévoles comptaient dans leurs rangs un certain nombre d’éminents représentants du christianisme, de l’islam, du judaïsme, du bouddhisme et de l’athéisme.

    « Je sais que nos résultats pourraient perturber les croyances de beaucoup de gens », dit M. Ackerman. « Mais dans un sens, nous venons de répondre à l’une des plus grandes questions de l’histoire de l’humanité, donc nous espérons que ces gens seront en mesure de nous pardonner. Oui, il y a la vie après la mort et il semblerait que cela vaut pour tout le monde ».

     World News Daily Report
     Source : reseauinternational

    14-01-2017 - Des initiatives positives !

    L'art à la place de la publicité dans les villes

    Remplacer les incitations à consommer par des œuvres d’art qui éveillent les consciences ? Cette idée défendue par différents collectifs en France commence à faire son chemin.

    Le nombre de messages publicitaires auxquels chaque individu est exposé dans une journée varie selon les estimations et les environnements. Certains parlent de plusieurs centaines, d’autres de plusieurs milliers… En tout cas, une chose est sûre, nos espaces urbains sont envahis par la publicité, voire complètement saturés.  Et si, pour respirer un peu, on prenait une dose d’art ?

    Source : up-inspirer

    Partager les bonnes informations

     

    11- 01- 2017 - L'Energie du vivant, la bioénergie mise à jour  !

    05- 01- 2017 - Plus de pesticides dans les communes !

    Voici une info qui n’a pas fait grand bruit mais qui mérite pourtant qu’on s’y arrête un instant : depuis trois jours, l’usage des pesticides est formellement interdit dans tous les espaces verts et tous les parcs publics de France ! Quand une année démarre par une aussi bonne nouvelle, on aurait tort de ne pas en parler !

    Depuis le 1er janvier 2017, donc, l’État et les collectivités locales n’ont plus le droit d’utiliser le moindre pesticide chimique pour entretenir forêts, chemins de promenades, voiries et espaces verts. Désormais, seuls les produits labellisés Agriculture biologique ou reconnus à faibles risques pourront être utilisés.
    Attendu depuis longtemps, ce changement a été imposé par la loi de transition énergétique votée en juillet 2015 et mise à jour en avril 2016. Et encore, ce n’est qu’une première étape : dès le 1er janvier 2019, les pesticides seront également interdits à tous les particuliers !

    Source : positivr

     

    02- 01- 2017 - Le message de Mathieu Ricard pour les animaux et l'humain

    2016-2-spiritualité

    Nous sommes tout, ils ne sont rien. La valeur de la vie humaine est, à juste titre, infinie. La valeur de la vie animale est-elle pour autant nulle ? Chaque heure dans le monde nous tuons 120 millions d'animaux terrestres et marins. Cela fait beaucoup : en une seule semaine, davantage d'animaux tués que toutes les victimes humaines de toutes les guerres !

    Nous avons fait d'immenses progrès de civilisation. Nous n'acceptons plus ce qui a pourtant longtemps semblé normal : l'esclavage ou la torture. Nous avons adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme. Nous continuons d'améliorer le statut des femmes et des enfants. Nous réduisons la pauvreté dans le monde. Mais quand nous en venons aux animaux, le massacre en masse reste la règle.

    Les 8 millions d'espèces qui peuplent encore notre planète sont nos concitoyens. Ils aspirent à vivre, à éviter la souffrance. Nous aimons les chiens, mais mangeons les porcs et nous nous vêtissons des vaches. Il y a là une incohérence fondamentale. La valeur des vies innocentes est non négociable.

    Il n'y a aucun excès de sentimentalisme à être choqué par les horreurs révélées par les vidéos tournées dans les abattoirs.

    Certains affirment que la production de viande est un mal nécessaire. Aujourd'hui, n'étant plus nécessaire, c'est un mal tout court. De fait, tout le monde y perd : la production industrielle de viande est la deuxième cause d'émission de gaz à effet de serre (15 %), après les habitations et avant les transports. Elle entretient la pauvreté dans le monde : 750 millions de tonnes de céréales, qui pourraient nourrir localement un milliard de personnes, sont expédiées d'Amérique latine et d'Afrique vers les pays du Nord, pour nourrir nos animaux destinés à devenir de la viande. Cerise sur le gâteau, plusieurs centaines d'études épidémiologiques montrent que la consommation régulière de viande est nocive pour la santé (source OMS 2015).

    Il m'est arrivé de demander à une assemblée : « Êtes-vous en faveur de la justice et de la morale ? » Tout le monde a levé la main. J'ai demandé ensuite : « Est-il juste et moral d'infliger des souffrances non nécessaires à des êtres sensibles ? » Personne n'a levé la main. En vérité, aucun argument moral ne permet de justifier nos comportements à l'égard des animaux.

     

    Ôter la vie par plaisir

    Récemment, un dimanche matin un groupe de chasseurs fusil à l'épaule s'était rassemblé sur la place de l'église d'un petit village du sud de la France. Un enfant, fils d'amis, s'arrêta devant eux et leur demanda ingénument : « Vous allez tuer ? » Il n'eut droit qu'à un silence gêné, des sourires de connivence et des regards en coin. Tuer par plaisir, c'est préférer la mort à la vie. Est-ce là ce que l'humanité peut offrir de mieux ?

    Vingt millions de Français se promènent dans les bois. Il ne reste plus que 1,2 million de chasseurs. Pourtant, ce sont ces derniers qui font la loi. Sont-ils, comme ils l'affirment, les meilleurs protecteurs de l'équilibre biologique ? En 1974, l'interdiction de la chasse dans le canton de Genève fut approuvée par référendum par 72 % de la population. Malgré les cris d'alarme des chasseurs, tout s'est bien passé : la faune du canton a retrouvé sa richesse et sa diversité – fort appréciées par les promeneurs – et son équilibre naturel. Les sangliers et cervidés n'ont pas envahi les forêts et les champs cultivés.

    Mieux aimer l'ensemble des êtres

    En incluant tous les êtres sensibles dans le cercle de la bienveillance, nous n'aimons pas moins les humains, nous les aimons mieux, car notre bienveillance est plus vaste. L'association humanitaire que j'ai cofondée, Karuna-Shechen, aide chaque année 300 000 personnes en Inde, au Népal et au Tibet dans le domaine de la santé, de l'éducation et des services sociaux. Le fait de m'occuper aussi des souffrances infligées aux animaux ne diminue en rien ma détermination à soulager les souffrances humaines. Bien au contraire. Et ne pas se soucier des animaux n'améliorerait en rien le sort terrible des victimes d'Alep en Syrie ou du Darfour.

    Les bonnes nouvelles

    La bonne nouvelle est que le végétarisme et le véganisme sont en plein essor parmi les jeunes. J'ai récemment déjeuné à la cantine de la grande université de Princeton : les 50 premiers mètres du self-service étaient surmontés de panneaux « Végan ». Près de 20 % des étudiants américains sont végans.

    Cette transition vers une alimentation non-violente est possible et économiquement viable. Considérez votre envie d'un steak saignant : elle aboutit à la production industrielle de viande. À l'inverse, une pensée de compassion pour les animaux conduit à un monde meilleur et à une économie qui emploi tout autant de personnes, occupées à produire des aliments sans souffrance animale et préférables pour la santé humaine.

    Nous sommes à court d'excuses. La souffrance d'un animal est plus importante que le goût d'un aliment. La façon dont nous traitons ceux qui sont, comme nous, des êtres sensibles porte dans le monde un message d'obscurité et de mort ou un message de lumière et de vie.

    Source : .lepoint.

    20-12- 2016 - Notre cerveau

      Votre cerveau possède un bouton ‘supprimer’. Et voici comment l’utiliser
    Il s’agit de la manière fascinante par laquelle notre cerveau fait de la place afin que nous puissions y construire de nouvelles connexions plus solides et ainsi mieux apprendre de nouvelles choses.

    Il y a un dicton en neuroscience qui dit ceci : “Les neurones qui se fusionnent se connectent.”

    Cela signifie que plus vous utilisez un neuro-circuit de votre cerveau, plus solide deviendra ce circuit. C’est la raison pour laquelle, pour citer un autre dicton bien connu, « La pratique rend parfait ». Plus vous vous exercez au piano, à parler une langue étrangère, (à parler en public) ou à jongler, plus les circuits correspondants se solidifient.

    Pendant des années, ce fut ainsi que nous apprenions de nouvelles choses. Mais selon de nouveaux développements, l’habilité à apprendre exige plus que de construire et de renforcer des connexions neuronales. Encore plus importante est notre capacité à se débarrasser des anciennes. Nous appelons cela “élagage synaptique.”

    Source : .espritsciencemetaphysiques  

     

    27-11- 2016 - Un colloque exceptionnel sur la conscience les 4-5 février 2017 !


    Colloque International
    "La conscience et l'invisible aux frontières de la vie"

    Les 4 et 5 février 2017, l'INREES sera partenaire de
     ce grand évènement incontournable avec des
     invités de prestige. 

    D'où provient ce sentiment que nous avons tous d'être conscients ? Depuis un siècle nous avons fait des progrès extraordinaires dans notre connaissance de l'infiniment petit ou de l'infiniment grand, mais nous sommes loin d'avoir accompli les mêmes progrès dans la connaissance de nous-mêmes.
     Il y a aujourd'hui à peu près autant de théories visant à expliquer la conscience qu'il y a de spécialistes du domaine, n'est-ce pas le signe que la science actuelle ne cherche pas dans la bonne direction ? Et si la conscience pouvait exister sans avoir besoin du support des neurones, pouvait s'échapper de nos corps, mais aussi de l'espace et du temps ?

     Les 4 et 5 février, les spécialistes parmi les plus éminents au monde seront réunis à Paris dans le cadre de ce colloque international unique, en partenariat avec l'INREES, pour réfléchir à cette thématique essentielle dans la vie de tout un chacun. En rassemblant des spécialistes mondialement connus de ces divers domaines, en présentant des faits et des théories nouveaux, cette manifestation exceptionnelle, une des plus grandes jamais organisé en Europe sur le sujet, donnera à chacun d'entre nous la possibilité de progresser sur le chemin du "connais-toi toi-même".


    Programme - Samedi 4 février :

     1. Dr Jean-Jacques Charbonier : "La conscience extra neuronale"
     2. Emmanuel Ransford : "La conscience est-elle quantique ?"
     3. Frédéric Lenoir, Sylvie Déthiollaz, Nicolas Fraisse et Claude Charles Fourrier : "Retour sur 10 années de recherche sur les sorties hors du corps : mythe ou réalité ?"
     4. Dr Raymond Moody : "40 ans passés a étudier les frontières de la Vie : quel bilan ?"
     5. Dr Eben Alexander : "Une expérience de mort imminente vécue par un neurologue"
     6. Dr Patrick Theillier : " Les miracles, action de Dieu ou de l'esprit humain ?"
     7. Table ronde avec l’ensemble des intervenants et questions du public, animée par François de Witt, Jocelin Morisson et et Virginie Larousse.


    Dimanche 5 février :

    9h30 à 12h30 : Atelier de Trans Communication Hypnotique avec le Dr Jean-Jacques Charbonier.

    14h30 à 17h : "Ouvrir son esprit à d'autres dimensions grâce à des sons sacrés" avec Dr Eben Alexander et Karen Newell.

    17h30 à 20h : "La religion, la science et la vie après la mort" avec le Dr Raymond Moody

    Informations pratiques

    Date : samedi 4 et dimanche 5 février 2017
    Lieu : Maison de la Mutualité, 24 rue saint-Victor, 75005 Paris
    Contact : 01.45.78.85.52 ou informationuip@gmail.com
    Informations - Réservations

    Source : inrees.

    Le mot du Dr J.J. Charbonier  (source : Facebook)

    Pour information. la mise en place de ce colloque est un pari risqué sur le plan financier. Il a nécessité plus de 150.000 € d'investissement. Il n'y aura aucun bénéfice de la part des investisseurs si les 1600 places sont occupées et si tous les ateliers sont complets. Le but n'est pas de faire de l'argent, mais de proposer un évènement à la hauteur du but fixé ; à savoir un changement historique de paradigme sur le fonctionnement de la conscience. Pour ce faire, les prestations offertes doivent être à la hauteur des meilleurs colloques médicaux internationaux. Nous savons bien que ce colloque n'est pas à la portée de toutes les bourses mais il fallait ce type d'évènement pour être audible au niveau international : presse, médias etc... Merci de comprendre cela et pardon pour celles et ceux qui ne pourront être présents."

    20-11- 2016 - "Beauté cachée", un cheminement spirituel avec Will Smith !

    Le 21 décembre sur tous les écrans de France, de Navarre et du monde, Will Smith va nous émouvoir dans son nouveau film « Beauté cachée ». Réalisé par David Frankel, Will Smith est entouré d’une pléiade de stars telles que Kate Winslet, Edward Norton, Keira Knightley, ou encore Helen Mirren.
    L’HISTOIRE :Après avoir perdu sa fille, désespéré, Will Smith qui campe un publicitaire New-Yorkais, décide d’écrire au temps, à l’amour et à la mort. Un stratagème échafaudé par ses collègues afin qu’il puisse surmonter, en l’affrontant, sa souffrance va l’entrainer sur un chemin qu’il ne pensait jamais emprunter. Au départ, la production avait choisi Hugh Jackman mais ce dernier devant tourner le dernier opus de Wolverine, a dû refuser la proposition. Après avoir pensé à Johnny Depp, c’est Will Smith qui finalement endossa le costume. Un très bon choix car ce rôle lui va comme un gant.
    SPIRITUALITE : Si le film tire facilement les larmes, il met surtout en évidence le rapport que nous avons tous avec la mort. Seule certitude que notre vie nous réserve, la mort reste à la grande inconnue. Certes les témoins d’expérience de mort imminente en reviennent tous heureux, plus sage et serein. Malgré tout, personne ne peut affirmer qu’il existe un au-delà dans lequel l’homme aurait toute sa place sous une autre forme. Car la plus grande crainte reste l’absence de vie après la mort pour la plupart des terriens. En toute honnêteté les humains ont bâti leur humanité sur l’existence d’un Dieu dont le fils serait passé sur terre avant de partir le rejoindre, juste après avoir ressuscité. Ce serait vraiment injuste qu’il soit le seul à avoir vécu cette expérience. Voilà pourquoi les plus religieux s’accrochent à cette idée de Paradis ou d’enfer qui nous attendrait. Sur le papier et si l’histoire du petit Jésus est vraie, on devrait être rassuré et pourtant on n’en est pas si sûr, voilà pourquoi nous avons tant peur de la mort.

    Source : Bob Belanca - BTLV

     

    13-11- 2016 - Un film étonnant "LE TERTRE SACRE" ! Archéologie interdite...!

    Les origines de l'Humanité revisitées par des archéologues professionnels

    Archéologues et historiens ont bien du mal à expliquer l’évolution fulgurante de notre espèce. Pendant deux millions d’années, l’homme a vécu en nomade, subsistant de cueillette et de chasse. Puis, tout d’un coup, sans que nous puissions en expliquer les raisons, un changement majeur est intervenu. Un bouleversement sans précédent que les paléontologues appellent « révolution néolithique ». L’homme va soudain prendre conscience de ses capacités à modifier son environnement et réussir à l’adapter à ses besoins. Aucune autre créature n’a vécu un changement aussi spectaculaire au cours de son évolution. Mais quel en est le catalyseur ? Göbekli Tepe, le premier temple de l’humanité, pourrait-il être à la source de ce fascinant mystère ? Quelle influence ce haut lieu sacré du Proche-Orient a-t-il eu sur la civilisation de Sumer ? Brillante civilisation comme surgie du néant !

    Voir la page  sur ce site mystérieux

     

    03-11- 2016 - Un sanctuaire marin dans l'Antarctique !

     En Antarctique, en pleine Mer de Ross, une zone de plus d'1,5 millions de km2 va devenir le plus grand sanctuaire marin du monde.
    le 28 octobre 2016, 24 pays et l’Union Européenne se sont mis d’accord pour créer le plus grand sanctuaire marin du monde au plein coeur de la Mer de Ross en Antarctique (Pôle Sud).

    Il s’agit d’une décision historique de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR) qui va permettre la protection des espèces marines sur une zone de plus de 1,55 millions de kilomètres carrés répartis en trois zones précises : 1 117 000 km2 de réserve marine protégée (pêche interdite totalement), 110 000 km2 réservés à la recherche et à une pêche durable pour le krill (crevette d’eaux froides) et la légine ainsi qu’une troisième zone de recherche et pêche durable de 322 000 km2 pour le krill.
    Cette nouvelle zone protégée grande comme la France, l’Espagne et l’Allemagne réunis est une excellente nouvelle pour la vie marine de la région. Baleines, orcs, phoques de Weddell, manchots empereur et manchots Adélie en sont les exemples les plus emblématiques.Par exemple, près de 240 000 manchots empereur vivent actuellement dans cette zone de la Mer de Ross. C’est un quart de la population mondiale. En danger à cause de la surpêche et de la fonte des glaces liée au réchauffement climatique, c’est l’une des espèces qui va le plus directement bénéficier de ce nouveau sanctuaire.

    2016/1 Spiritualité

    La baleine de Minke du sud, la plus petite baleine du monde (6 à 8m de long quand même), bien qu’elle ne reste pas toute l’année en Antarctique, va aussi bénéficier de cette nouvelle situation lors de ses migrations estivales. Elle vient s’y nourrir en poisson et en krill chaque année et y trouvera une population de plus en plus abondante.
    Ce nouveau sanctuaire marin a été créé pour une période de 35 ans. Proposé initialement par la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis, il avait été freiné par le véto de la Russie qui y voyait d’un mauvais oeil les restrictions liées à la pêche. Les négociations ont permis de trouver un accord. Espérons maintenant que cette première période de 35 ans ouvrira la voie à une protection plus durable des espèces de la zone une fois ce délais passé. En effet, la légine par exemple a une durée de vie de 40 ans.

    Source : positivr  

    Le son des mots est commun à plusieurs langues !

    Si on demandait aux humains de la Planète d'associer un mot court dominé par le son "i" avec un sens

    , de nombreux pencheraient pour l'idée : mot en "i" = quelque chose de petit. En revanche, un mot court dominé par le son "o", "ou" serait plus souvent associé avec l'idée de quelque chose de grand. En tout cas, peu de personnes associeraient le son "k" (ou "qu" ou "c") d'un mot court avec l'idée de régularité ou d'arrondi, mais ces idées seront plutôt associées avec des mots dont le son dominant est "r" ou"b"...

    Tiré par les cheveux ? Bien sûr, ces conclusions peuvent se révéler fausses dans votre cas particulier... Mais elles valent à l'échelle statistique de toutes les langues parlées par les humains ! C'est ce qui se dégage d'une étude de très grande ampleur, la première aussi large, sur le lien entre la sonorité d'un mot et le sens associé dans notre esprit.

    Les sons des mots, des conventions ?

    On admet généralement que les mots des langues humaines sont des conventions qui, dans notre esprit, lient une idée, un objet, un phénomène, etc. à un ensemble de sons ne présentant pas d'analogie avec le signifié - sauf dans le cas des onomatopées ou encore des idéophones (comme "bling-bling" pour signifier quelque chose de clinquant).

    Certes, de nombreuses langues ont des ancêtres communs - par exemple, les langues de la lignée "indo-européenne" - expliquant par un héritage culturel la persistance de certains sons (ou phonèmes) associés à un sens ou à un type de mot. Mais l'étude menée par une équipe internationale de chercheurs va bien au-delà de ces questions culturelles.

    Source : .science-et-vie.  

    Magnifique vidéo !

     

    30-10- 2016 -  Le tombeau de Jésus-Christ

    Pour la première fois depuis des siècles, des scientifiques ont mis au jour, mercredi 26 octobre, ce qui est considéré comme le tombeau de Jésus-Christ. Située dans l'église du Saint-Sépulcre, dans la vieille ville de Jérusalem, la tombe était recouverte d'une plaque de marbre depuis au moins 450 ans.

    Les scientifiques grecs chargés de la restauration du tombeau ont procédé au retrait de cette plaque de marbre recouvrant la pierre considérée comme originelle du tombeau du Christ. Le patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem, le custode de Terre Sainte, des représentants du Patriarcat latin, ainsi que des moines coptes, des prêtres arméniens et d’autres membres des six communautés qui y cohabitent étaient présents. La scène a été filmée par le National Geographic.

    Le site le plus sacré du christianisme : "Nous avons été surpris par la quantité de matériau de remplissage" lorsque la plaque a été retirée, témoigne Fredrik Hiebert, archéologue à la National Geographic Society, présent sur les lieux. "L'analyse scientifique sera longue, mais nous pourrons enfin voir la surface rocheuse sur laquelle, selon la tradition, le corps du Christ a été déposé", poursuit-il. Dans la tradition chrétienne, le lit de la sépulture de Jésus a été taillé dans le flanc d'une grotte calcaire après sa crucifixion par les Romains en l'an 30 ou 33. Ce site est considéré comme le plus sacré du christianisme.

    Source : news.yahoo