• Crânes allongés dans le monde.

    Archéologie interdite

    CRÂNES ALLONGÉS DANS LE MONDE

     Des crânes aux formes étranges et allongés retrouvés mais non expliqués...

    Certains sont des déformations crâniennes rituelles pour ressembler aux "Dieux",

    mais d'autres sont naturelles...

     D'autres crânes à Nazca

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes non humains de Paracas Les crânes non humains de Paracas

    Paracas - Pérou

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes non humains de Paracas

    Musée de Tiahuanaco (Bolivie)

    Les crânes non humains de Paracas

      

    Statuette retrouvée près d'un temple à Chinchero - Pérou

    Les crânes non humains de Paracas

    Qu’en est-il de véritables traces de grands crânes en Égypte?

    (extrait du texte d'Antoine Gigal)

    Je comprend parfaitement que ce qui est dans l’article des scientifiques et publié dans la fameuse revue médicale: «Lancet», est intéressant car, cela montre d’une certaine façon, un lien génétique dans le squelette de SeNakht avec de possibles ancêtres géants («véritables»). Mais alors pourquoi ne pas étudier les crânes trouvés par Emery et où sont-ils aujourd’hui?

    Le professeur Walter B. Emery (1903-1971), un excellent archéologue avec 45 ans d’expérience de fouilles en Egypte et auteur du fameux livre sur:  “L’Egypte Archaïque”, a trouvé dans certaines tombes les restes de personnes qui vivaient dans les temps pré-dynastiques au nord de la Haute Égypte. Les caractéristiques de ces corps et squelettes sont incroyables. Les crânes sont de taille anormale et sont dolichocéphaliques, c’est-à-dire que le crâne vu de dessus est ovale et est environ 25% plus long que large. Certains crânes ne montrent aucun signe des sutures habituelles. Les squelettes sont supérieurs à la moyenne de la zone et surtout le cadre squelettique est plus large et plus lourd. Il n’a pas hésité à les identifier avec les «disciples d’Horus ou Shemsu-Hor» et a constaté qu’au cours de leur vie, ils remplissaient un rôle sacerdotal important. En ce qui concerne les crânes à tête longue, il semble que ce ne soit pas une lignée préhistorique d’évolution, mais plutôt une lignée provenant d’un cycle de civilisation avant le déluge.
    Ces crânes élargis ont déjà été trouvés dans plusieurs régions du monde. Le Dr J. Von Tschudi et Mariano E. Rivero au Pérou ont identifié trois races dolichocéphaliques pré-inca, les Chinchas, les Aymaras et Huancas. Ils ont également constaté que si les Chinchas avaient une crâne allongée, c’était parce qu’ils avaient bandé les crânes de leurs enfants afin de ressembler aux deux autres groupes qui ne bandèrent pas leur crâne. Ils ont réussi à déterminer que le groupe original avec les caractéristiques naturelles les plus marquées était le Chinchas. Ils ont précédé le premier Inca, Manco Capac, et ont probablement influencé à la fois les Incas et les Mayas dans les temps postérieurs. Les chercheurs A.H. Verrill et Posnansky soulignent que la plus ancienne ville pré-incas au Pérou, Tiahuanaco, date du même temps que l’Égypte pré-dynastique et les crânes agrandis de cette période se trouvent dans le musée de Tihuanaco.

    Il est donc affirmé qu’il existait une fois une race antédiluvienne qui a été trouvée ici et là, partout dans le monde, une race qui avait un crâne conique naturellement allongé, comme l’ont affirmé certains chercheurs, dont le Dr Johann Jacob Tschudi, qui possédait un fossile de ce temps, un fœtus de 7 mois avec un crâne dolicocéphalique toujours dans le ventre de sa mère momifiée par le temps. Ce qui implique donc, la réalité tangible de l’existence de crâne allongés “naturels” sans avoir été allongés une fois nés.
    Tout cela est loin d’être «politiquement correct» parce que ces faits mettent en cause, l’histoire de l’évolution et les croyances basées sur la Bible. C’ est donc un processus très lent pour que les gens absorbent ces faits nouveaux mais fascinants. Pour citer un exemple, les crânes dolicocéphaliques ont été retirés de la vue publique dans le musée de La Valette à Malte, sans aucun doute pour éviter de nuire aux sensibilités religieuses de certaines personnes. En effet, environ 700 de ces crânes ont été trouvés à Malte dans l’hypogée de Hal Saflieni et les tombeaux des temples mégalithiques de Taxien et Ggantja. Ce fut le Dr Anton Mifsud et le Dr Charles Savona Ventura qui ont analysé les crânes et sont arrivés à la même conclusion qu’au Pérou, identifiant trois groupes différents, certains d’origine complètement “naturelle“ et d’autres qui avaient été bandés.

    Et voici un lien encore plus étroit avec l‘Égypte : L’ancien nom de Malte est Melita, du Latin Mel, «le miel». Le symbole de Malte est une abeille avec ses rayons hexagonaux. N’oublions pas que le symbole du pharaon en Égypte est aussi l’abeille («bit») qui lui confère l’un de ses titres. Le miel était réservé au Pharaon et aux principaux prêtres, et Mel ou Mer était l’un des noms donnés aux pyramides en Egypte. En outre, le culte du soleil a prévalu à Malte comme en Égypte, et la caste dolichocéphale a disparue en même temps, dans les deux pays.

    Dans mes recherches, j’ai constaté qu’il y avait très probablement une migration de ces personnes aux crânes allongés d’Égypte vers Malte, et des traces d’elles se trouvent dans la civilisation crétoise. Quoi qu’il en soit, cette caste qui semble avoir été consacrée à la prêtrise et à l’enseignement, et qui se tenait plus ou moins séparée des autres, avait un point commun partout : la construction de monuments mégalithiques. Ils formaient une caste sacerdotale dominante partout où ils se trouvaient. Ces gens pourraient-ils vraiment être les descendants d’une race antédiluvienne? Peut-être, mais nous n’avons pas encore assez d’éléments et cela mérite d’être beaucoup plus sérieusement étudié notamment si on analysait sérieusement les résultats d’anciennes fouilles de grands archéologues comme Emery dont l’éthique était indiscutable. Il ne reste que la volonté de trouver la vérité sans subir d’obstacles…

     Source : gigalinsights

    700 cranes Diocephales à Malte retiré de la vue du grand public...

    ....Tout ceci est loin d’être « politiquement correct » . Pour démonstration, le fait que l’on est retiré de la vue du public les crânes dolichocéphales du Musée de la Valette à Malte pour sans doute ne pas choquer les mentalités religieuses de certains. En effet, à Malte on a retrouvé environ 7000 crânes dolichocéphales dans les hypogées de Hal Saflieni et dans les tombes des temples mégalithiques de Taxien, Ggantja. Là ce sont les Dr Anton Mifsud et le Dr. Charles Savona Ventura qui analysèrent les crânes et arrivèrent à la même conclusion qu’au Pérou en arrivant à discerner trois groupes différents, certains complètement « naturels » d’origine, d’autres ayant subi des bandages. Or il y a là un lien encore plus étroit avec l’Egypte. L’ancien nom de Malta (Malte) est Melita du nom latin pour le miel Melita, or le symbole de Malte est une abeille avec ses cellules-rayons hexagonaux, n’oublions pas que le symbole de pharaon en Egypte est aussi l’abeille (« Bit ») qui lui donne une de ses titulatures, que le miel était reservé à pharaon et aux grands prêtres et que Mel (ou Mer) était un des noms attribué en Egypte aux pyramides. D’autre part le culte solaire prédominait à Malte comme en Egypte. Or la caste dolichocéphale disparut à la même époque à Malte et en Egypte.

    cette race qui apparemment était consacrée à la prêtrise et à l’enseignement et qui se mélangeait très peu ou très lentement avait partout comme point commun celle de construire des monuments mégalithiques et de former une caste dominante sacerdotale partout où elle se trouvait.

    Source : rustyjames

     Isla de Jaina, Campeche, México

    Les crânes non humains de Paracas Les crânes non humains de Paracas

      Des crânes allongés ont été retrouvés au Mexique en 2004, dans la grottes de Puyil,

    (État de Tabasco).

    La grotte de Puyil, également connue sous le nom de San Felipe, est située près de la ville de Puxcatán, dans la municipalité de Tacotalpa, Tabasco. Il est situé dans la région dite "sierra" de Tabasco, dans le bassin de la rivière Puxcatán. La grotte mesure environ 75 mètres de long et comporte six chambres où des restes osseux de plusieurs individus ont été trouvés - la plupart des Mayas appartenant à la période classique tardive. 

    L'exposition réunit pour la première fois les 39 pièces découvertes là-bas, y compris des perles de pierre et miroirs de grès et de pyrite ainsi qu'une réplique de la stalagmite dans la grotte et une sélection des restes humains les plus représentatifs de cette découverte archéologique unique qui date de mars 2004. 

    Les experts suggèrent que la caverne a servi à des fins mortuaires de la période Arcaico (8000-2500 de B.C.) et réinterprétés siècles plus tard par Maya période classique tardive (650-900 de notre ère). Par ailleurs, la secrétaire à la Culture, María Cristina García Cepeda, a ajouté que pendant les travaux archéologiques, il y avait également les restes de trois personnes âgées considérées comme des ancêtres du Tabasco contemporain.

    Les crânes non humains de Paracas

     « Après avoir analysé les contextes, les matériaux et les déformations céphaliques des individus, à titre préliminaire -Il a  été déterminé  que la majorité étaient maya et appartenait à la période classique tardive, mais dont la datation indique qu'il est le Classic Media, 550 dC, cependant, la surprise était que dans trois cas l'ancienneté remontait à l'ère préhistorique ". 

    Ceci,  ajouté au fait que les dépôts ont été découverts tôt entrecoupés les Mayas, indique que les deux premiers colons occupaient la grotte à des fins mortuaires.

    Source : reversos

      

    Les crânes non humains de Paracas

     

    Les crânes non humains de Paracas

    Ces crânes auraient  7000 ans

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes dolichocéphales   

     Les anthropologues et les archéologues, et surtout ceux qui les commandent, ne pourront cacher indéfiniment l'existence de races issues d'un tout autre paradigme de civilisation... 

    Pour présenter de telles différences morphologiques avec les mensurations crâniennes de l'homme moderne, voire même avec l'Homo Erectus, l'Homo Neanderthalis et l'Homo Sapiens ancien, il fallait que ces mêmes "anciens" pensent, vivent et survivent avec un pouvoir personnel et une longévité sur-proportionnée.  

      " Le professeur Walter B. Emery (1903-1971), excellent archéologue (45 ans de fouilles en Egypte) et auteur du livre "Archaic Egypt" trouva, dans des tombes, des restes de personnes ayant vécu à des époques prédynastiques au nord de la Haute-Egypte. Les caractéristiques de ces corps et squelettes sont incroyables. Les crânes d'un volume inusité sont dolichocéphales, c'est-à-dire que la boîte crânienne, vue par sa partie supérieure, est ovale, la plus grande longueur l'emportant d'environ un quart sur la plus grande largeur et parfois, les sutures habituelles sont invisibles.

    Les squelettes sont plus grands que la moyenne de la zone et l'ossature est plus large et plus lourde.   

    Il n'hésita pas à les assimiler aux "suivants d'Horus" (ndlr: les shemsu hor) et trouva que, de leur vivant, ils re mplissaient un rôle sacerdotal important. En ce qui concerne les dolichocéphales, il semble qu'il s'agit là non pas d'une lignée d'évolution préhistorique mais bien plutôt d'une lignée provenant d'un cycle de civilisation antérieur au déluge."

    Source : antigravity

     Une vidéo intéressante ! quelque part dans les Andes Péruviennes ...

     

    Les crânes non humains de Paracas

    A gauche un crâne humain, à droite un crâne d'origine inconnue...

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes non humains de Paracas

    Page FB de César Soriano Rios

    Crâne allongé d'un bébé provenant de la zone de Nasca Palpa (Pérou)

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes non humains de Paracas Les crânes non humains de Paracas

    La momie Waiki - Musée privé de Ritos Andinos - Cusco - Pérou

    Découverte à  Andahuaylillas, provincince de Quispicanchi (Pérou), 

    Les crânes non humains de Paracas

    Les crânes non humains de Paracas

    Des squelettes géants en Équateur

    Dans la province de Loja, le sud de l’Équateur et à  la frontière du Pérou, de nombreuses reliques étranges ont été découvertes. Des os et squelettes  semblables à ceux des humains, mais d'une taille incroyable. Sept fois la taille d'un humain moderne Ces artefacts ont été vus pendant de nombreuses années par plusieurs gardiens dans les belles vallées de cette province. Plusieurs fragments ont été redirigés vers l'Institution Smithsonian des États-Unis d'Amérique, pour qu'on étudie leur densité, leur âge, leur poids, etc.

    Les crânes non humains de Paracas

    Reproduction
    Cela a été diffusé sur un programme télévisé en l'Équateur, qui a duré deux heures, dirigé par le célèbre réalisateur Alfonso Espinosa de Los Monteros. Plusieurs autres reliques et fragments importants sont connus pour être dans des collections privées, par des gens qui ne sont pas intéressés à les partager , Du moins avec le public. A partir du squelette fragmenté précité, sept fragments ont été étudiés par différents scientifiques et anatomistes, et ils ont confirmé qu'ils font partie d'un squelette humain qui était sept fois de la taille d'un humain moderne (via helenastales .weebly.com).

    Source : disclose

    Kabardino, Russie

    Les crânes non humains de Paracas

     Un crâne retrouvé à Arrica au Chili 

    A Arica: ils découvrent un crâne allongé sur le littoral.Le squelette a été retrouvé sur un site archéologique situé sur l'ancienne île d'El Arrayán. Il pourrait appartenir à une période allant de 1 000 à 1 400 après le Christ.
    Comme il est indiqué, le crâne a une apparence similaire à celle d’autres conservés dans la région de Paracas, au Pérou , et aurait appartenu à un adulte.
    "Arica est une ville portuaire et une commune du nord du Chili située dans le désert d'Atacama"

     Les crânes non humains de Paracas

     Source :  cnnchile

    Une photo de roches qui rappellent la forme allongée des crânes de Paracas - USA

     Les crânes non humains de Paracas

    VOIR AUSSI

    les-cranes-non-humains-de-paracas

    les momies du Pérou (ALIEN PROJECT)

    cranes-de-forme-inconnue

    des-cranes-extraterrestres

    un crâne étrange découvert au Pérou

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"