• L'énergie lumière et le prana

    Spiritualité et bien être 

    VIVRE D'ENERGIE-LUMIERE

    Entre l'ascèse mystique et la physique quantique,

    une étude et une réflexion sur la relation corps-esprit 

    L'énergie lumière et le prana  

      Ni panacée ni miracle, écoutons les différents avis évoqués dans ces reportages,

    du religieux au Docteur hallopathe, et du Physicien quantique au Maître de Chi-Gong. 

    QU'est-ce que "LE PRANA"

    Prāṇa (devanāgarī: प्राण ) est un terme sanskrit. La signification de ce nom composé est complexe car elle intègre simultanément les notions de souffle et de principe vital du souffle et de sa manifestation organique dans la respiration. Qui pense « souffle vital respirant » énonce le mot prāṇa, dont le pluriel s'écrit prāṇās, forme qui désigne un ensemble de cinq souffles vitaux. La conception de la réalité que désigne ce terme synthétique varie selon les auteurs et les écoles. Différentes approches conceptuelles, parfois teintées de mysticisme, furent tentées au sein de l'hindouisme. Ces essais se multiplient de la période de la composition des Upaniṣad principales (Mukhya Upaniṣad) à celle du Yoga de Patañjali, et se poursuivent des penseurs antiques jusqu'aux auteurs hindous contemporains. En Occident, plus matérialiste, une « hypothèse électronique » tente de réduire la notion de prāṇa à un phénomène physique. 

    (source : wikipedia)

    Note : On peut s'amuser à voir le "prana" , en regardant  le ciel bleu dégagé dans un lieu naturel,  sans insistance.  Après quelques minutes on verra des petites lumières minuscules et très rapides aller dans tous les sens. Plus l'endroit est chargé d'ions négatifs, donc d'énergie vitale, plus il y aura de particules de prana.

     

    Documentaire autrichien de P.A. Straubinger en version française (2010)

    Peut-on survivre sans prendre de nourriture pendant des semaines, des années voire des décennies ? La plupart des gens, scientifiques ou spécialistes répondront spontanément :

    c’est impossible !  

    Mais comment réagiront ces mêmes scientifiques et spécialistes lorsqu’ils seront confrontés aux preuves, rapports certifiés, interviews et expériences en laboratoire à l’appui, constatant que ce phénomène, parfois aussi désigné par « Respirianisme », existe ? Le film est une enquête passionnante et intrigante autour du monde. Il explore non seulement la connaissance issue des traditions spirituelles asiatiques, mais dévoile aussi les derniers modèles d’explications tirés de la physique quantique.  

     Sans promouvoir le « Respirianisme », ce documentaire propose une vision alternative de nos besoins, bousculant la philosophie mécaniste-matérialiste dominante. Serait-il alors possible de vivre autrement ?

    Attention : Non le respirianisme n’est pas à pratiquer par tout le monde,

    ni évidemment la solution à la faim dans le monde !

    Serait-il alors possible de vivre autrement ?

    Oui, pour quelques uns…

    Un excellent sujet qui démontre que le monde scientifique actuel marche globalement à côté de ses pompes… et que de nouvelles perspectives s’offrent à la destinée humaine.

    « Si cette enquête remet en question nos conceptions et ouvre une porte sur une alternative, elle n’en reste pas moins honnête, rigoureuse, et ne fait aucune propagande. » (Les Fiches du Cinéma)  

    « P.A. Straubinger permet à chacun de se faire une opinion à travers une enquête solide, s’appuyant sur des études scientifiques. Lumière débute avec de nombreux plans aériens, une invitation à considérer les thèmes évoqués dans le documentaire avec un oeil neuf, à bonne distance. » (Excessif)  

    « Voilà, avouons-le honnêtement, qui a de quoi troubler les esprits rationnels, et justifie la tentation du réalisateur de remettre plus largement en cause les dogmes de la science positiviste. » (Le Monde) « Même si le scepticisme reste de mise, ce film peut laisser croire selon quelques spécialistes à la véritable influence de l’esprit sur la matière. Il laisse aussi planer l’hypothèse que d’autres formes d’énergie pourraient exister se substituant à celles auxquelles on a l’habitude de recourir. En tout cas il a le mérite de laisser penser que l’homme a des capacités infinies en lui… » (Suite101.fr)  

    « Sans trop s’encombrer d’idéologies fumeuses ou hors d’atteinte des non-convaincus, l’enquête s’attaque à l’énigme biologique et médicale, explore et élargit le débat jusqu’à la valeur des sciences et de nos certitudes. C’est habile, très intrigant, avec une pointe d’humour pour faire passer le plus ahurissant. » (L’avis des femmes)  

     « On est plus frappé par le mépris de la communauté scientifique, qui en se fermant à toute étude apporte de l’eau au moulin des plus illuminés. Reste un sujet fascinant qui fait réfléchir… » (L’avis des hommes) « Une chose est sûre, ce film n’est pas une incitation au jeûne mais invite, au contraire, le spectateur à repousser les limites de l’entendement pour approcher progressivement une autre réalité surprenante ! » (L’Officiel des Spectacles) « Un beau message d’espoir donc, qui tombe à pic car avec bientôt 7 milliards d’êtres humains la lumière risque d’être notre plat principal. » (Le Canard Enchaîné)

    (source : interobjectif.net/)

     

    L'avis du Physicien : 

    VIVRE D'ENERGIE

    Prof. Dr Fritz-Albert Popp, biophysicien

        "Je ne connais pas d'autre discipline, à part la physique, où il y a des lois pouvant répondre à des questions telle que "comment est-ce que les cellules peuvent effectuer des centaines de milliers de réactions chimiques au bon endroit, au bon moment et de la bonne façon.". Aujourd'hui, nous savons que ce sont les biophotons qui sont responsables.

    Tous les organismes vivants émettent de la lumière. Ces biophotons sont une émission de lumière comme elles peuvent être émises par le soleil. Une réaction chimique se déroule seulement dans une cellule si elle a été préalablement activée par la lumière. Ces faibles rayons dans la cellule prennent en charge la faculté de régulation. Ils sont responsables du bon fonctionnement de l'ensemble. Même si nous mangeons, cette alimentation a pour objectif de transmettre la lumière du soleil qu'elle contient au consommateur de façon qu'elle puisse être organisée de manière optimale. Ainsi la capacité organisatrice du consommateur ne vient pas de la molécule consommée mais de la lumière qu'il puise littéralement dans sa nourriture. Prenez le sucre par exemple.

    Le sucre est constitué d'eau et de dioxyde de carbone. Le dioxyde de carbone est expulsé par les poumons, l'eau est excrétée par les organes. Ce qui reste est la lumière. Donc essentiellement, on ne vit pas de matière, de substance, de molécule mais d'information. Le fait de consommer comme bruler du carburant est un procédé purement énergétique qui est lié à celà mais qui n'y joue pas un grand rôle. L'essentiel est le stockage de la lumière et la distribution de cette lumière dans l'organisme car l'organisme est un être de lumière. C'est pourquoi ce phénomène est réputé possible ! Du-moins il est théoriquement possible pour un organisme de délaisser la nourriture physique et de vivre seulement de la lumière. C'est théoriquement possible."    

    (source : dzogchen.fr/)

     

     

     LE BIGU

    Pratique ancestrale Chinoise 

     VIVRE D'ENERGIE

    GTao : Bonjour Michel, pouvez-nous expliquer ce qu’est le Bigu ?

    Michel Jreige : Le Bigu est une pratique taoïste qui n’est pas très répandue. « Bi » signifie éviter ou arrêter et « Gu » représente les céréales, et par extension, toute sorte d’aliment. Les pratiquants de Bigu sont réputés pour arrêter de manger et boire pendant de longues périodes, de quelques semaines à plusieurs années.

    GTao : N’est-ce pas en contradiction avec les principes de la médecine chinoise ?

    M. J. : D’un point de vue médical occidental ou chinois, le jeûne sur une si longue période est impossible. La médecine chinoise considère l’humain comme un vase clos qui reçoit l’énergie du ciel antérieur, ses parents, et l’énergie du ciel postérieur, la nourriture et la respiration. Si une personne arrête de manger, les trois réchauffeurs ne reçoivent pas la nourriture qui leur est nécessaire, le Jing rénal s’épuise et l’on s’achemine graduellement vers la maladie, voire la mort. Plus précisément, notre corps, quotidiennement, élabore des toxines. Si nous mangeons et buvons peu, nous diminuons les liquides dans le corps et les systèmes d’excrétion, comme les selles et les urines, qui doivent détoxifier le corps, ne fonctionnent plus. Les toxines s’accumulent alors au lieu d’être évacuées. Le corps en médecine chinoise est imaginé comme un paysage, avec plusieurs cours d’eau différents. On favorise toujours un écoulement. On peut privilégier un courant plutôt qu’un autre. Dans ce cas, on préconise davantage la diète d’un d’aliment.

    GTao : Que recherche-t-on alors dans la pratique du Bigu ?

    M. J. : C’est une pratique spirituelle d’élévation et non une pratique de santé. L’être humain n’est plus ici considéré comme un vase clos, mais il est ouvert à d’autres réalités : spirituelles et cosmiques. Le pratiquant du Bigu, très avancé sur la voie du Tao, suit des exercices de Qi Gong et des séquences de méditation spécifiques. Cette vie spirituelle l’amène à connecter son Shen, son entité psychique, au grand Shen de l’univers. C’est une voie mystique, comme celle que l’on retrouve dans le Christianisme et la vie de certains Saints. Prenons l’exemple de Marthe Robin qui vécut jusqu’à l’âge de 79 ans dont 50 années sans se nourrir et sans boire. Elle avalait une hostie par semaine. Plus de cent mille personnes lui ont rendu visite.

    (source : generation-tao)

     

      VIVRE D'ENERGIE

     You Xuande, grand Maître Taoïste  dit :

     "Ce n'est pas parce qu'on reconnait que le Bigu est possible que n'importe qui peut prétendre pouvoir l'atteindre. Il est nécessaire d'avoir un spécialiste ou un instructeur en Taoïsme, alors on peut apprendre la bonne technique. On peut dire que le Bigu fait partie de Qi Gong et du Négong  . Si on pratique le Taoïsme Qi Gong ou Négong, on peut atteindre l'état de Bigu. Le Bigu ne doit pas être confondu avec un refus conscient de la nourriture. L'équilibre est important dans la pratique du Bigu et il est préférable de choisir un environnement propre et chargé de beaucoup d'ions négatifs et d'oxygène. Dans les villes, nos champs de Tchi sont souvent troublés et chaotiques. La pollution, les influences extérieures perturbent l'apport énergétique du corps humain. Un proverbe taoïste dit que lorsque le corps est rempli de Tchi ou d'énergie, nous n'avons plus besoin de nourriture, alors on a atteint l'état Bigu."

    (source : dzogchen/)

     

    VIVRE D'ENERGIE

    PhD Dean Radin, chercheur sur la conscience dit :

    "Biensûr il est facile pour les gens de rejeter l'idée en disant : "il y a un nombre terrible de personnes autour de nous qui meurent de faim. Clairement, s'ils pouvaient se nourrir de lumière ils le feraient. Il n'y a rien d'évident en effet. Il faut parfois plus de quarante ans d'expérience en méditation avant de pouvoir atteindre ce stade et pouvoir le faire. Si on meurent de faim, on a pas l'opportunité de passer quarante ans à méditer, c'est trop tard ! ".

    "La conscience semble être un principe organisateur. Quelque chose qui crée de l'ordre. Parfois on peut se demander : alors quelle est la différence entre un être vivant et un être qui n'est pas vivant?

    Deux minutes avant leurs morts, la seule différence est que dans le premier cas, il y a une perception consciente. Lorsqu'il meurt, il n'y a plus de perception consciente. La  perception consciente peut alors être considérée comme un principe organisateur. Peut-être organise t-il l'énergie et si l'on retire ce  principe organisateur du corps, celui-ci s'effondre très rapidement."

    Voix off : Dean Radin dirige des recherches depuis plus de 25 ans pour le gouvernement américain et divers instituts de recherche sur le phénomène et les possibilités de la conscience humaine. C'est l'homme idéal à qui il faut demander s'il est possible pour le corps d'être nourrit uniquement par le pouvoir de l'esprit.

    PhD Dean Radin : "C'est une tradition mondiale, il y a les  respirianistes, il y a des gens qui pratiquent le Bigu. Ces traditions tirent leurs bienfaits du fait que ce dont nous avons besoin pour survivre, c'est une énergie organisée. En fait c'est ce que nous consommons. La raison pour laquelle les plantes et les animaux sont utiles, c'est parce qu'ils ont une manière de prendre l'énergie cohérente, de la conserver et de la rendre encore plus cohérente. C'est ce que nous mangeons. Donc ce que nous mangeons, ce n'est pas nécessairement des nutriments physiques mais surtout énergétique. Cette hypothèse a été renforcée par une expérience que nous avons réalisée avec du chocolat. Nous avons fourni à un groupe du chocolat acheté dans le commerce et qui n'était pas traité. L'autre groupe a reçu sans le savoir du chocolat qui avait été placé à côté de bouddhistes tibétains pratiquant la méditation de longue date. Nous avons demandé aux bouddhistes tibétains en méditation de faire en sorte que les personnes qui consommeraient le chocolat ressentent un surplus d'énergie et de vitalité et une amélioration de l'humeur. A la fin de l'expérience, nous avons analysé les résultats et avons constaté une amélioration de l'humeur importante chez les personnes qui avaient mangé le chocolat traité par rapport au chocolat non traité. En poussant ce raisonnement, on peut envisager que par notre seule volonté nous soyons capables de tirer tout ce dont nous avons besoin de notre environnement pour maintenir notre condition physique."

    (source : dzogchen)

     

    Bigu, le jeûne taoïste. Danger ?

    Depuis quelques temps on voit apparaître aux USA, en Europe, et sur le net, des séminaires vantant la pratique de Bigu, jeûne taoïste, comme méthode de santé, de rajeunissement et de longévité. Il me semble important de faire le point sur la question.  

    La pratique de bigu est souvent présentée dans ces séminaires comme une étape sur le chemin de "l'éveil". Pour certains il s'agit même d'un état de qigong particulier, durant lequel on ne ressent ni faim ni soif pendant de longues périodes d'abstinence ! Dans l'idéal, il s'agirait d'un jeûne total, pouvant durer jusqu'à plusieurs années, le pratiquant se nourrissant alors exclusivement de qi et n'absorbant alors plus aucun aliment, ni même d'eau, le qi de l'air et de l'univers remplaçant celui qu'apporte la nourriture. C'est ce que l'on trouve dans les livres et les pubs. La réalité est quelque peu différente.

    Si bigu est une pratique classique chez certains ermites, ou dans les monastères taoïstes, elle est cependant discrète et peu fréquente. Et surtout, elle est très limitée, préparée et encadrée. Pourquoi, parce qu'elle demande un niveau de pratique très élevé, avec une capacité particulière d'absorption et de raffinage du qi qui ne peut s'atteindre qu'après des années de pratique constante. Elle est aussi préparée, par une connaissance claire de ses propres capacités physiques et mentales, et accompagnée, à la fois par le soutien de plantes médicinales, en fonction de ses besoins, par la pratique quotidienne de plusieurs heures de travail énergétique (méditation, respiration, circulation du qi) et par l'absorption d'eau talismanique. Sans quoi elle risque d'être inutile, voire même très dangereuse si elle est prolongée au-delà d'une à deux semaines.  

    Une pratique qui peut s'avérer doublement dangereuse

    Contrairement à ce que certains pensent, il ne s'agit pas d'une pratique de santé, d'un nettoyage du corps, comme dans nombre de jeûnes "classiques". Le nettoyage du corps est réalisé au préalable et depuis longtemps par d'autres moyens : pratiques de qigong, formules de pharmacopée, méditation et - aussi - hygiène de vie (nutrition, respiration, activité, sexualité, ...) ! Et il s'agit encore moins d'un marqueur dans la progression spirituelle, comme voir des auras ou autres "performances" inhabituelles. Le chemin de chacun est différent et tous ne passent pas par les mêmes étapes. Celle-ci n'est nullement nécessaire, c'est simplement, arrivé à un certain stade, une certaine manière de vivre et il y en d'autres.

    Mais la pratique de bigu peut conduire à l'effet exactement inverse de celui recherché, tant sur le plan physique que spirituel. Comment ? En entraînant une déperdition d'énergie et une accumulation de toxines qui sont alors mal ou peu éliminées, surtout si on limite, ou pire, supprime la prise d'eau. Cela se manifeste par un affaiblissement physique et mental, affaiblissement qui peut-être source de dommages importants pour le corps et en affecter le fonctionnement et les capacités sans que le sujet en prenne immédiatement conscience et, surtout - et ce d'un point de vue tant taoïste que de celui la médecine chinoise - blesser profondément le Shen, l'esprit et le Jingqi/Yuanqi l'essence, l'énergie originelle du pratiquant. Or, c'est cette énergie qui est fondamentale, essentielle, tant pour préserver notre longévité que pour développer notre pratique spirituelle. Ne risquons pas de blesser ce capital, il est limité.   

    Mythe ou légende ?

    En chinois, les deux caractères "bi gu" signifient abstinence des céréales. Le besoin de jeûner répondait à la croyance en l'existence dans le corps de  trois vers, sanshi, présents aux trois dantian, se nourrissant de céréales et provoquant le déclin et la mort. La plus vieille mention en a été retrouvée dans un texte qui date des Han (IIe s. a.c.), le Quegu shiqi. On parlait alors de quegu, limiter les céréales, de duangu ou xiuliang, arrêter les céréales, ... Au IVe s., Ge Hong, dans le Baopu zi, nous dit qu'il existait plus d'une centaine de méthodes pour ce faire. Certaines pouvant être utilisées également en cas de famine (fréquentes à l'époque) ou par ... les armées en campagne ... afin de supporter la faim et la soif ! On voit donc que la pratique de bigu n'est pas spécifiquement d'origine taoïste. Elle fait partie du "fonds commun chinois", comme beaucoup d'autres, le Yin-Yang, le Yijing, le Fengshui, ...  Au Xe s., on trouve dans le Yunji qiqian, encyclopédie taoïste, plusieurs méthodes pour pratiquer bigu.

    Aujourd'hui, les taoïstes pratiquent deux types de "jeûnes" : Zhai et Bigu. Zhai, que l'on peut traduire par jeûne, purification, mais aussi retraite, fait référence à un rituel de repentance et de purification que l'on pratique dans certaines circonstances précises. Soit, pour les pratiques populaires, à des jours calendaires spécifiques où l'on va jeûner. Soit, pour les "prêtres/officiants", au début d'un jiao (rituel d'offrande/sacrifice/dévotion), ou avant d'y procéder, dans ce cas la durée de jeûne varie en général entre 3 et 7 jours. On peut considérer qu'il s'agit d'un jeûne de purification, à la fois physique et spirituelle. Originellement, zhai réfère à une antique pratique de purification du corps et de l'esprit. Vêtements et nourriture étaient renouvelés, le corps et l'habitation nettoyés, le mental purifié en chassant les pensée négatives, ce qu'on appelle aussi xin zhai, le jeûne du Coeur. On retrouve ensuite traces de ces pratiques chez les Maîtres Célestes, au IIe s, notamment avec le zhai dit "de suie et de boue", où les participants, pour se repentir et laver leurs fautes, se couvraient de suie et de boue. La première codification date de Liu Xiujing au Ve s. et au Xe s., selon Du Guanting, il existait 12 types de zhai. Le plus important, Taiyi zhai, ne pouvait être pratiqué que par l'empereur. Là aussi, il ne s'agit donc pas d'une pratique spécifiquement taoïste.

    On distingue plusieurs degrés dans le jeûne : de l'abstention de certains aliments (viandes, alcools, céréales, ail, ciboule, gingembre, ...), à la cessation de prise alimentaire, avec ou sans complément de plantes, herbes ou champignons ... En tout état de cause, l'amélioration de la santé, le "rajeunissement" ou la longévité demandent simplement une seule chose, une certaine hygiène de vie, pas nécessairement une ascèse tristoune, mais plutôt une pratique constante. A commencer par ne pas faire n'importe quoi, respirer n'importe comment, ou manger n'impore quoi et aussi ... gérer correctement ses émotions, sans en être prisonnier !

    Comme le disait Molière si je ne me trompe dans Le bourgeois gentilhomme : "Il faut manger pour vivre et non ... vivre pour manger".

    (source : maodao)

     

    Wikipedia : Le terme inédie (parfois appelé respirianisme ou pranisme) s'emploie à propos d'une personne qui ne se nourrit pas, volontairement, sans qu'il existe de causes physiologiques ou médicales et généralement pour des motivations d'ordre religieux ou mystique. Pour un être humain en bonne santé, un régime sans eau est généralement mortel après une semaine. Sans nourriture solide, il n'est pas possible de survivre au-delà de quarante à soixante jours.   Depuis la fin du XXe siècle, des individus, principalement issus du courant New Age ou s'inspirant de notions traditionnelles indiennes, prétendent qu'il est possible de s'alimenter sans manger, en captant une prétendue forme d'énergie qui nous entoure, appelée prana ou chi : ils parlent de respirianisme ou de pranisme.

    (source : wikipedia.org/)

     

    L'Énergie et nos champs énergétiques   

    Par Cyndi Dale energy and our energetic fields realitysandwich.com

    Tout dans ce monde, de la lumière du soleil aux petits gâteaux, est composé d'énergie.

    L'énergie est tout simplement de l'information qui vibre ou se déplace. Certaines énergies telles que l'énergie d'une table ou d'une chaise, se déplacent lentement. Vous pouvez voir, toucher, discuter, et prouver l'existence de ces objets à lente énergie. Mais la majorité des énergies dans le monde ne peuvent pas être vues, ni entendues ou touchées par nos cinq sens typiques. Elles se déplacent si vite que nous ne pouvons pas les percevoir; généralement, on ne peut constater que leurs effets.

    Est-ce que l'énergie transmise par votre auto-radio est moins réelle que l'énergie du livre sur votre table à café ? Et qu'en est-il des micro-ondes qui transforment votre nourriture ou les transmissions par satellite qui acheminent vos e-mails ?

    Vous savez que ces énergies existent, même si vous ne pouvez pas les voir, et pourtant elles sont indispensables à votre vie.

    Des milliards de bits de données énergétiques gravitent autour de nous 24 heures par jour, et nos limites énergétiques, elles-mêmes composées d'énergies rapides et invisibles, nous évitent d'être submergées par elles. L'énergie est aussi présente dans nos sentiments, nos pensées, et nos besoins, ainsi que nos croyances inhérentes et notre essence spirituelle.

    Tout au long de l'histoire et à travers toutes les cultures, des hommes intuitifs, des guérisseurs, des visionnaires et des chamans ont été en mesure de percevoir les champs énergétiques que la science commence seulement à comprendre et à étudier. En fait, ils ont été en mesure de voir et de travailler avec les trois systèmes qui relient nos énergies physiques et spirituelles et d'interagir pour former notre anatomie énergétique globale: les canaux, également appelés les méridiens; les centres, les plus connus sont les chakras, et les champs, dont l'un est le champ aurique. D'autres types de champs sont appelés les champs magnétiques, les champs morphogénétiques, les champs de miasmes ou de création de maladie, et toutes sortes d'autres domaines qui relient notre moi intérieur avec le monde extérieur.

    Les méridiens répartissent l'énergie à l'intérieur de notre corps. Les chakras sont des récepteurs d'énergie ou de détenteurs, situés principalement à l'intérieur du corps. Les champs, des bulles en expansion ou des cercles de lumière, sont à l'extérieur de notre corps, larges de quelques pieds émanant de notre peau. Ces champs composent nos frontières énergétiques. Ils reçoivent les données de nos chakras et d'autres centres d'énergie pour déterminer les informations à ramener à l'intérieur de nous. Les champs communiquent aussi des messages entre nous et le monde extérieur. Il y a en fait des dizaines, peut-être même des centaines ou des milliers de couches ou des limites énergétiques autour de notre corps. Certaines affleurent votre peau comme un baiser de papillon, d'autres sont semblables à des enfants agités, courant dans toutes les directions. Certains de ces champs effectuent des activités spécifiques, comme nous protéger contre les dangers ou bien attirer les gens à nous. (Pour plus d'informations sur la recherche scientifique au sujet des preuves ou des applications de ces différents systèmes énergétiques, voir mon livre  Le corps subtil: Une encyclopédie de votre anatomie énergétique.)

    Le champs le plus connu est le champ aurique. Beaucoup de gens pensent que notre champ aurique est le même que notre champ électromagnétique, un champs d'énergie en constante émergence et fluctuation produit par les courants électriques dans nos corps. Chaque cellule de notre corps produit de l'électricité. L'électricité produit le magnétisme, ce qui signifie que chaque cellule et organe, ainsi que l'intégralité de votre corps, génère des champs d'énergie. La photographie Kirlian, un outil scientifique en usage depuis les années 1930, emploie un type spécial de film pour éclairer l'énergie vitale, ou le champ aurique, autour des plantes, des animaux, et des personnes. Les images Kirlian révèlent que de tous les êtres vivants, il émane un ensemble de champs électromagnétiques.

    Ces champs sont interactifs, car à la fois, ils prennent et émettent de l'énergie. C'est pourquoi vous pouvez sentir les gens, ou même obtenir une lecture sur leur personnalité quand ils entrent dans votre espace. Nos champs énergétiques répondent aux énergies traumatisantes ou à celles de guérison. Ils réagissent aussi à des émotions et à l'amour, quand deux personnes interagissent, leur champs énergétiques alors fusionnent. La science peut localiser le coeur du champs à au moins quatre à six pieds de distance du corps, ce qui signifie que nous sommes en mesure d'échanger de l'énergie avec d'autres personnes proches de nous, mais nous pouvons aussi échanger de l'énergie avec des gens éloignés de centaines de milles de là. Comme la physique quantique le révèle, une fois que les particules de deux personnes se sont rencontrées, elles restent connectées à jamais. C'est comme cela que vous savez ce qui arrive à votre meilleur ami à qui vous n'avez pas parlé depuis des mois ou pourquoi vous sentez le moment exact de la mort d'un lointain proche.

    Encore plus étonnant, les champs énergétiques permettent des échanges d'information entre des personnes qui ne se sont jamais rencontrées, entre des vivants et des morts, et entre les gens du futur et du présent. Et ce processus ne se limite pas aux personnes. Nous pouvons également converser au niveau de l'énergie avec les plantes, les animaux, et même des objets inanimés.

    Peu importe les instruments scientifiques que nous employons, nous ne pouvons prendre des photos que de quelques-uns seulement des nombreux champs énergétiques connus. Des dizaines d'autres énergies scientifiquement décrites, telles que l'infrarouge, l'ultraviolet, et les ondes gamma, ainsi que les micro-ondes, s'étendent plus loin sous la lumière visible, dans le spectre minuscule de couleurs que nous connaissons. Chaque cellule et organe physiques génèrent effectivement son propre champ magnétique ou aurique. En outre, dans votre corps qui composé à 70 pour cent d'eau, chaque molécule d'eau génère son propre champ énergétique, parce que les molécules d'eau ont les pôles nord et sud et sont conductrices d'électricité. Avec autant de composants individuels de notre corps qui génèrent leurs propres champs énergétiques, il est presque impossible de savoir combien de champs d'énergie chacun de nous possède.

    La plupart des images des champs auriques les dépeignent comme des ondulations de bandes de lumière. C'est parce que l'énergie électromagnétique est faite de lumière. Le spectre électromagnétique est une bande composée de différentes vitesses et températures d'énergie rayonnante ou de lumière. A la fin mesurable de ce spectre, on retrouve des ondes radio, qui, avec leurs longueurs d'onde et leurs basses fréquences sont considérées comme de l'énergie faible, pas très puissante. À l'autre extrémité se retrouvent les rayons gamma, qui disposent de courtes longueurs d'onde et de hautes fréquences, riches en énergie et très intenses. Quelque part au milieu se trouve la bande relativement faible d'énergie appelée la lumière visible, et la gamme des couleurs de l'arc en ciel que nous sommes réellement en mesure de voir.

    Ces diverses énergies électromagnétiques ne sont pas vraiment différentes les unes des autres. Elles sont toutes faites de photons, l'unité d'énergie qui crée de la lumière. Cela signifie que tout ce qui est composé d'énergie électromagnétique est de la lumière, y compris vos champs énergétiques – et vous-même. Des recherches comme celle menée par Hal Puthoff, et analysée par Lynne McTaggart dans son livre The Field,  montre que nous sommes en fait constitués et entourés par des photons. Notre ADN serait une machine biophoton, un mécanisme répondant à la lumière du dehors et de l'intérieur de nous.

    Non seulement nous sommes faits de lumière, mais nous générons aussi de la lumière. Cette lumière personnelle rayonne à partir du plus profond de notre corps. Elle jaillit aussi directement de l'extérieur vers nous, ne s'arrêtant pas à la peau ou aux vêtements.  Parce que nous sommes constitués de lumière, nos frontières énergétiques sont ni plus ni moins de la lumière.

    Notre champ aurique est en fait constitué de douze bandes de lumière différentes. 

    Chaque bande fonctionne à une fréquence différente du spectre électromagnétique. Par exemple, la plupart des intuitifs et des photographes Kirlian auraient une bande rouge proche de la peau. Nous sommes nés avec chaque couche intacte, mais chacune devient active à différents moments de nos vies, de la conception jusqu'à nos vieux jours. Les bandes changent de couleur, ou tournent à une fréquence spécifique, selon nos expériences de vie. 

     Mesurer les miracles de votre champ d'énergie

    Il y a quelques décennies, seulement les mystiques et les fous croyaient qu'il y avait un champ d'énergie autour des êtres vivants. Maintenant, la science a prouvé que des séries de champs existent et que la somme totale est beaucoup élevée et puissante que ce qu'on avait imaginé.  En fait, les recherches effectuées sur ces champs nous permet de comprendre plusieurs choses comme diagnostiquer la maladie ou travailler sur l'alimentation pour créer de la prospérité.

    La nouvelle science a commencé en 1963, lorsque Gerhard Baule et Richard McFee l'Université de Syracuse ont détecté un champ biomagnétique autour du cœur humain. Le préfixe bio signifie biologie, ou les processus chimiques qui créent la vie. Le magnétisme est l'énergie produite par l'électricité, mais il peut aussi en générer sous certaines conditions. Dans les années 1970, le chercheur David Cohen, de l'Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) a utilisé un magnétomètre SQUID (Superconducting Quantum Interference Device) pour mesurer le magnétisme afin de confirmer les recherches de Baule et de McFee et mesurer les champs magnétiques qui entourent la tête et produisent les activités du cerveau.

    La science a depuis commencé à utiliser le magnétocardiogramme et le magnétoencéphalogramme pour mesurer le magnétisme provenant du cœur et de la tête, respectivement. Les champs magnétiques détectés par ces instruments sont si forts que nous pouvons les utiliser pour trouver les signes de la maladie avant que celle-ci ne soit détectés à partir des tests médicaux traditionnels. La maladie altère le champ biomagnétique, et la «zone malade» d'un champ peut être associée à la partie correspondante du corps. Plus important encore, changer le champ biomagnétique transforme aussi le corps, ce qui signifie que l'impulsion des champs magnétiques dans le corps peut stimuler la guérison.

    Pendant près de cinq siècles, les guérisseurs à travers le monde ont utilisé l'énergie de leur propre corps pour aider les autres à guérir, pour détecter des événements avant qu'ils ne surviennent, et transformer la matière physique. La médecine orientale est basée sur ces concepts, ainsi que la plupart des méthodes chamaniques provenant du monde occidental. C'est assez incroyable que la science soit maintenant capable de montrer comment ces pratiques fonctionnent dans la réalité physique, et que leurs recherches révèlent le potentiel des anciennes pratiques, longtemps révérées.

    Par exemple, en 1992, des chercheurs japonais ont étudié les praticiens de divers arts martiaux et des guérisseurs. Leurs recherches ont révélé qu'une énergie naturelle appelée qi (chi), prana, mana, orgone, énergie vitale, kundalini, ou autres noms - circule dans le corps et régule la santé. Ces chercheurs ont découvert que l'émission du qi provenant des mains est si puissante qu'elle peut être détectée avec un simple magnétomètre constitué de deux bobines avec 80.000 tours de fil. Depuis lors, un certain nombre d'études sur le qi gong, une méthode très respectée d'équilibrage de l'énergie, ont mesuré le bruit, la lumière, et les champs thermiques émis par ses praticiens.

    Il est particulièrement important de constater le fait que les fréquences de ces émanations fonctionnent par impulsion, et varient d'un instant à l'autre. Les chercheurs en médecine qui ont créé des thérapies à partir des impulsions des champs magnétiques ont découvert que ces mêmes fréquences peuvent réellement initier la guérison dans les tissus mous et durs, même chez les patients qui souffrent depuis aussi longtemps que quarante ans.

    D'autres recherches sont tout aussi excitantes. Le professeur en bio-ingénierie Henry Lai de l'Université de Washington, avec trois collègues, a utilisé des champs magnétiques faibles pour éliminer les bactéries et guérir le paludisme. Dans l'étude de l'utilisation du magnétisme, les chercheurs ont trouvé moins de 33 à 70 pour cent de parasites dans les échantillons exposés par rapport aux non exposés.

    Ces incursions dans la communauté scientifique prouvent ce que la sagesse antique savait déjà : si vous peignez le monde avec toutes les couleurs de l'arc en ciel, il vous sourira en retour.

    © 2011 Cyndi Dale Traduction Louise Racine pour La PresseGalactique.com Publié par le quotidien qui réunit -

    (source : lapressegalactique )

     

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"