• L'expérience de Philadelphie

    Mystères humains 

    L’ENIGME DE « l’Opération Philadelphia experiment » 

    L'expérience de Philadelphie (parfois désignée sous le nom de Project Rainbow) serait une expérience militaire américaine qui aurait eu lieu dans les chantiers navals de Philadelphie aux alentours du 23 octobre 1943. Elle aurait consisté à rendre invisible pendant un bref moment le navire USS Eldridge. 

    L'expérience de Philadelphie 

    Cette histoire, dont diverses versions circulent, est généralement considérée comme un canular, au premier lieu par l'United States Navy, mais elle est reprise par diverses théories du complot et auteurs du paranormal, dont Morris K. Jessup et Charles Berlitz. 

    Source : wikipedia

    L'expérience de Philadelphie 

    Le Temps et les lignes de temps par Daniel

    L’un des concepts les moins connus de l’homme est celui du temps. Une grande partie des progrès en ce qui concerne la nature du temps a été réalisée par l’ingénieur Dewey B. Larson, dans son livre publié en 1959, La structure de l’univers physique . Larson affirme que l’espace et le temps sont simplement les aspects d’un rapport réciproque qu’il qualifie de mouvement , n’ont pas d’autre sens, et ne peuvent exister indépendamment en dehors de cette relation. Il a souvent établi l’analogie avec une boite dont l’extérieur représenterait l’espace, le temps représenterait l’intérieur et la boite, le mouvement. Si vous avez l’intérieur et l’extérieur, alors vous avez une boite. Si vous avez une boite, alors vous avez l’intérieur et l’extérieur. Si vous avez l’extérieur, alors vous avez l’intérieur. L’intérieur, alors vous avez l’extérieur. Il en est ainsi avec l’espace (l’extérieur), le temps (l’intérieur), et le mouvement (la boite). Les trois concepts sont toujours connectés et ne peuvent pas fonctionner de manière indépendante. La théorie de Larson s’est fait connaitre comme étant le Système Réciproque de la théorie physique.

    La réévaluation du Système Réciproque, le RS2, souligne l’analogie du concept de l’espace-temps avec le concept asiatique du Ying-Yang, dans lequel l’espace est l’aspect Yang et le Ying est l’aspect temps. Comme on le verra dans le symbolisme Taijitu, le ying et le yang ne peuvent être séparés, tout comme le rapport de l’espace au temps chez Larson ne peut être séparé.

    Larson est allé un peu plus loin, en observant que toutes les caractéristiques de l’espace doivent également avoir un caractère similaire dans le temps. Dans l’espace, nous voyons une grille spatiale tridimensionnelle coordonnée avec l’horloge du temps. Là-bas, dans la perspective de réciprocité, il doit également exister un royaume qui comprend un temps tridimensionnel coordonné avec l’horloge spatiale. Il se réfère au premier comme étant le "secteur matériel » et au second comme étant le « secteur cosmique », identifié en physique traditionnelle comme l’univers de l’antimatière.

    Le secteur matériel représente notre cadre de référence commun, qui contient les structures observables et mesurables de l’univers. Le secteur cosmique, cependant, demeure inobservable et non mesurable par nos sens physiques, bien que nous puissions voir ses effets sur la manière dont le temps change l’espace, ces effets étant appelés champs de force (champs électriques et magnétiques). Nous ne pouvons voir une ligne de force magnétique avant qu’elle n’interagisse avec un objet matériel, comme la limaille de fer, et modifie son comportement dans l’espace.

    Donc, dans le modèle du Système Réciproque de l’Univers nous avons deux secteurs différents d’existence : le spatial 3D, secteur matériel de notre expérience commune, et le temporel 3D, secteur cosmique que nous ne pouvons pas percevoir directement, mais qui est toujours là, influençant l’espace.

    Avec une bonne compréhension du temps, le concept des lignes temporelles peut être compris comme un chemin à travers un paysage temporel en 3D, dans lequel les notions de passé, présent et futur ne sont que des abstractions de ce chemin dans le paysage temporel : ce qui est derrière vous est le passé, là où vous vous tenez est le présent, et ce qui est devant vous est le futur.

    rs2theory 

    L'expérience de Philadelphie

    Phoenix III, une investigation de la nature du temps

    Il s’agissait d’une série d’emails envoyés à David Wilcock pendant la dernière année (2012), qui traitaient d’un certain nombre de sujets relatifs au temps et aux lignes de temps.

     (Vidéo de Projet Camelot : entretien de David Wilcock avec Bill Wood)

    Comme indiqué dans la vidéo : « Bill Wood : Live Q & A », Wood en était apparemment aux trousses de tout, mais je peux clarifier un peu les choses qui ont été discutées. Comme le mentionne Wood, ils (le Nouvel ordre mondial) ne comprennent pas le « temps ». En particulier, la distinction entre « l’horloge du temps » et le concept de « temps-coordonné ». Le temps tridimensionnel et son équivalent spatial, ont des coordonnées. Dans le temps coordonné, il y a « l’horloge spatiale » (notre concept de la distance). Wilcock mentionne cela à la 45mn, en lorsqu’il parle de déplacement dans des coordonnées de temps, de périmètre de marche, et de conversion en retour à des coordonnées de l’espace, où l’on apparait dans une horloge de temps différente.

    C’est essentiellement juste et il donne un aperçu de ce qu’est vraiment « l’horloge » c’est un « facteur d’échelle » que notre conscience utilise afin d’échelonner les coordonnées du  temps pour apparaitre comme une distance temporelle de durée. Le mécanisme pour l’espace est similaire lorsque, en doublant la distance, un objet semble avoir la moitié de sa taille (le transfert par rapport à l’échelle). Les gens du NWO ne comprennent pas cela et essayent d’appliquer des vecteurs temporels 1D à un système temporel 3D ce qui a abouti à la nécessité d’un dispositif appelé générateur de vecteurs temporels, ou TGV.

    A peu près à 58 mn, Wilcock déclare que l’objet du TGV était d’aligner les lignes de temps…. Pas exactement, mais il peut les affecter. Le TGV est un dispositif pour naviguer dans le temps 3D, juste comme vous pourriez cibler un objet dans l’espace avec une arme à feu, sauf qu’ils ciblent une coordonnée temporelle. Une fois que vous avez les coordonnées de l’endroit où vous êtes et de l’endroit où vous voulez aller, vous pouvez tracer le parcours de l’un  à l’autre le tunnel . Le TGV lui-même, n’est guère plus qu’un instrument d’arpenteur pour le paysage temporel.

    Si vous deviez cibler un emplacement spatial avec une arme et tirer sur quelque chose, le paysage spatial serait modifié. Il s’agit donc d’envoyer quelque chose à une coordonnée ciblée dans le temps 3D. C’est ce que vous envoyez qui altère la ligne de temps… et non l’orientation des vecteurs. Encore une fois, comme pour  l’analogie spatiale, il est facile de faire exploser un bâtiment à distance, mais assez difficile de tirer une « bombe à défaire » pour le remettre à son état d’origine. C’est la même chose dans le paysage temporel. Si vous faites exploser quelque chose là-bas, vous ne pouvez pas le remettre à l’état d’origine parce que le « passé » et le « futur » sont des abstractions, pas des situations réelles. Vous êtes coincés avec la modification.

    Les structures dans le paysage temporel ne sont pas affectées par ce que nous considérons être l’«horloge du temps » là-bas, c’est l’«l’horloge de l’espace» qui agit d’une manière analogue à l’horloge conventionnelle. Une fois qu’ils ont commencé à déconner dans les coordonnées du paysage temporel, ils sont incapables de défaire ce qu’ils avaient fait et doivent essayer de continuer à manipuler les régions à proximité pour modifier

    l’écoulement de l’endroit où ils veulent que les choses aillent. Et commence l’oscillation, qui rebondit d’un côté à l’autre, comme l’a décrit Wood. Ils sont toujours en surcompensation et ont à peu près perdu le contrôle, et ils ont littéralement « détruit » le futur (la partie lointaine du paysage temporel qu’ils ciblaient, pas la causalité).

    L'expérience de Philadelphie 

    Comme mentionné précédemment, il faut avoir les coordonnées de l’endroit où l’on est avant de pouvoir tracer un parcours  vers un autre emplacement temporel. Comme on avait discuté il y a des années avec Wilcock, il s’agissait du ZTR, la Référence de temps Zéro. Cette référence fut établie pour le projet Phoenix III au cours de l’expérience Philadelphie, lorsqu’ils ont renvoyé un bateau en 1943 la ZTR pour les réalités artificielles est centrée sur 1943 et ils ont une portée de tir d’à peu près 50 ans, pour ainsi dire. Dans le temps, on ne tire pas les structures spatiales on tire des « ondes », car le royaume du temps coordonné est éthérique le temps parait solide, parce qu’il est la réciproque du secteur spatial matériel,  qui est vide. L’espace coordonné est « vide » avec des emplacements remplis par le temps ; le temps coordonné est « plein » avec des emplacements vidés par l’espace.

    Ainsi, pour un observateur distant, leurs « armes à feu » sont similaires à deux personnes jouant de la flute. Même si elles jouaient toutes les deux la note « Do », les fréquences ne seraient pas exactement les mêmes, alors plus loin vous allez, plus les ondes se déphasent. Assez loin, elles peuvent même s’annuler les unes et les autres avec cette différence de phase. De là vient le concept de portée. L’équipement informatique qu’ils utilisent pour générer ces ondes passe par conversion analogue à la conversion numérique. Même avec une très haute résolution, il s’agit encore de reconstruction numérique…. Plus on va loin dans le temps, plus les erreurs s’aggravent. 

     L'expérience de Philadelphie

    A travers le Miroir Looking Glass

    A présent, sautons au Looking Glass. Le Cube Orion est de la technologie SM (NdT : SaurianMen : Hommes-lézards). Mais le Looking Glass est une ingénierie inversée (Reverse engineering) du Disque Solaire D’or (Golden Sun Disc) de Mu, mentionné dans les ouvrages de George Hunt-Williamson. Je ne sais pas où est passé le dispositif d’origine, mais il était semblable au « transporteur en forme d’anneau » (Ring Transporter) sur Stargate SG-1. (Je pense que tous les « portails » mentionnés dans la vidéo sont des anneaux transporteurs Looking Glass pas des portes des étoiles interplanétaires. Autant que je sache, la Terre n’a qu’une adresse de portail, et un seul dispositif fonctionnel, dans l’Antarctique). Le Disque Solaire avait aussi la capacité de « voir à distance », qui était la façon dont une destination était déterminée par un prêtre, qui l’utilisait pour voyager. En se servant du chant, des mantras et de la musique, le prêtre pouvait régler l’appareil pour une destination spécifique qui pouvait être visualisée dans l’appareil, avant de faire réellement le transit. (Il fonctionne avec le temps coordonné, par conséquent est contrôlé par des formes d’ondes de la musique, des mantras, des psaumes, des chants et similaires). 

    Le OBIT  « all seeing eye » (NdT : « Œil qui voit tout ») était une technologie associée. Ils ont découvert que chaque lieu possédait une sorte de résonnance ADN. Dans les temps anciens, c’était les temples et les monuments d’imposantes constructions en pierre érigées pour qu’une résonnance très stable soit aisée à trouver avec le Disque Solaire. Les fréquences là-bas étaient sur la « bande interne » du royaume inanimé. Une fois qu’ils ont commencé à inverser le système d’ingénierie, ils ont découvert qu’ils pouvaient s’accorder à la « bande externe » du biologique et capter les résonnances spécifiques de l’ADN de n’importe quelle forme de vie, leur fournissant la capacité de localiser n’importe qui, n’importe où. 

    Le problème qu’ils ont avec les dispositifs d’ingénierie inversée, à la fois d’ordre extraterrestre et antique, est que les appareils construits par l’homme ne contiennent que des structures inanimées seulement de l’espace 3D. Ils n’ont pas encore compris que l’ « eau » qu’ils doivent utiliser dans ces appareils est de l’eau vivante toute vie a une présence dans le temps 3D et crée un croisement naturel entre les secteurs. La troisième composante est la conscience de l’opérateur ils doivent comprendre les principes du temps coordonné. Les anciens prêtres ont créé la discipline des Hermétiques et de la « rivière du temps », une analogie pour décrire cette fonction de la conscience. Lorsque vous essayez de visionner du temps 3D à partir de la perspective seule de l’espace, vous passez d’une mesure de saut (step measure) linéaire (égale à des intervalles sur une ligne droite) à une mesure de saut (step measure) polaire (égale à des angles résultant d’une mesure de croissance (growth measure), qui apparait comme une série d’infinis. Dessinez une ligne sur une feuille de papier ; mettez un point au-dessus de la ligne. Connectez le point à la ligne avec des rayons …. Si vous espacez de façon égale les angles entre les rayons, vous verrez les endroits où les rayons frappent la ligne à des distances inégales ils deviennent de plus en plus long au fur et à mesure que vous vous éloignez de l’orthogonale, et finissent par s’étendre à l’infini lorsqu’ils deviennent parallèles.

    La raison pour laquelle ils l’ont appelé Looking Glass, mis à part la capacité d’Alice de se transporter au pays des Merveilles, était qu’il s’agissait également d’un jeu de miroirs. Parce qu’ils s’imaginaient la mesure linéaire dans le royaume polaire, éthérique, ils ont récolté des réflexions sur réflexions sur réflexions chaque réflexion paraissant similaire, mais légèrement déformée par l’observateur. Cela a donné l’impression d’ «univers parallèles ». Les distorsions ont été introduites par la conscience de l’observateur, mais en réalité ceux-ci ne faisaient que visionner la récursion déformée d’un royaume coordonné.

    Je poursuis avec quelques commentaires sur les lignes de temps et de la manière de les altérer – et même avec la manière de vous en tirer pour celles qui ont été prédéfinies.

    L'expérience de Philadelphie

     Lignes de temps

    L’échec qui s’est produit dans beaucoup de ces projets vient du manque de compréhension des propriétés du temps. Et heureusement pour nous, ils sont habituellement trop arrogants pour admettre que leur science est inadéquate ! Ceux qui sont en charge de ces projets écoutent toujours les « experts » : une personne qui en sait de plus en plus, sur de moins en moins, jusqu’à ce qu’il sache tout sur rien.

    En conséquence, le concept erroné du temps comme étant linéaire et vectoriel (le truc de la « flèche du temps ») prédomine dans la pensée scientifique et est enseigné dans toutes les écoles, alors la plupart des gens ne pensent jamais en dehors de la boite. Pour bien comprendre les « lignes de temps », il faut envisager le temps 3D comme un paysage temporel et dans ce paysage, le « futur » est ce qui est en face de vous, le « passé » ce qui est derrière vous. Le « présent » est là où vous vous tenez dans le paysage temporel. Et j’aimerais préciser cela le « présent » ne change pas. Si vous deviez figer votre présence dans le moment que l’on appelle « maintenant », vous seriez éternel. Mais cela aussi serait ennuyeux, puisque rien ne changerait jamais ! Donc, lorsque vous considérez le concept du passé, du présent et du futur, essayez d’y penser comme à une orientation dans un paysage temporel en 3 dimensions et que votre position est en constante évolution, même très légèrement, même si vous pensez que vous êtes « figé ».

    Considérons les implications de ce scénario : tout comme dans l’espace, deux personnes ne peuvent exister au même point dans le temps coordonné ; il y a toujours une certaine séparation. Ceci implique que chaque personne a une vision du passé et du futur légèrement différente… les caractéristiques générales du terrain (les montagnes, rivières, vallées, etc.) peuvent être convenues, mais les choses auront une perspective radicalement différentes de près. Si deux personnes se tournent face à l’autre, alors elles sont destinés à se rencontrer dans le futur (ce qui est en face d’eux) – juste quelques étapes temporelles plus loin .

    Maintenant, considérons la dimension psionique (l’aspect psychique, métaphysique ou ESP). Dans l’espace, nous pouvons voir une voiture à 800 m de distance, arrivant sur une route menant vers nous et considérer cela « normal ». Dans le temps, si l’on voit la voiture se diriger vers nous dans le paysage temporel, nous l’appelons « précognition ». La précognition est la capacité de voir à distance (techniquement une « durée ») dans les coordonnées du paysage  temporel le concept de Larson de l’horloge de l’espace. Si vous et moi étions debout à 10 secondes d’intervalle dans ce paysage temporel, cette voiture pourrait vous heurter et me manquer, même si nous avions « prédit un impact », parce que nous l’avions vu tous les deux se diriger vers nous. Nous pourrions discuter de la voiture qui s’approche et les gens dans le domaine spatial penseraient que nous sommes des télépathes parce que nous sommes juste  à côté de l’autre dans le temps mais, nos corps spatiaux seraient à des kilomètres l’un de l’autre. Les « lignes temporelles » ne sont qu’une vue plus large du même système plutôt de la façon dont les gens dans le paysage considèrent les villes et les villages (collectivités)  et qui, en raison de leur proximité temporelle, partagent un passé et un futur similaire mais pas nécessairement identique.

     Lorsqu’une ligne de temps est créée, ce qui se produit est que quelqu’un a embauché un bulldozer temporel et modifié le terrain. Avec un TVG, vous pouvez cibler une caractéristique spécifique de ce terrain et avec la résonnance appropriée, aplatir une colline, changer le cours d’une rivière, ou ériger une montagne. Vous n’avez aucunement changé le parcours des personnes vivant dans le paysage temporel, mais maintenant, ils doivent contourner les caractéristiques modifiées du paysage.

    Supposons que vous conduisez sur une route pour aller travailler, mais qu’aujourd’hui quelqu’un a laissé tomber un arbre de l’autre côté de la route. Plutôt que de vous arranger avec la modification du terrain, les chances sont que vous allez faire demi-tour et prendre une autre route une route alternative, ou dans le paysage temporel, une ligne de temps alternative. Parce que l’arbre était en face de vous, vous avez consciemment changé le futur en prenant un itinéraire différent, et en prenant cette route, vous rencontrerez beaucoup de nouvelles choses et de nouvelles situations que vous n’auriez pas rencontrées sur l’ancienne route.

    Maintenant voici la conséquence surprise….

    Il  n’y a pas de loi temporelle qui dit que vous ne pouvez pas sortir de votre voiture, déplacer l’arbre et continuer sur la route que vous vouliez suivre en premier lieu ! Cela crée un inconvénient , mais qui n’est pas insurmontable. Une fois que vous savez ce qui va arriver, vous n’êtes pas obligé d’être encore là lorsque cela se passera ici. Si vous étiez debout dans la rue, et que levant les yeux, vous voyez un piano en train de tomber d’une fenêtre au 10e étage juste au-dessus de vous, vous mettriez-vous à crier

    « la fin est proche » !

    Et vous laissez écraser, ou  vous écarteriez-vous simplement du chemin ?

    Si vous demeurez dans l’ignorance, vous allez juste suivre la foule qui contourne les obstacles placés par ceux qui ont formé les lignes temporelles, allant là où ils voulaient que vous vous dirigiez. Ne nous voilons pas la face, les gens sont paresseux et prendront généralement la voie la plus facile. Et c’est ainsi qu’ils gardent le contrôle fournissant les « voies » les plus faciles, non seulement dans les lignes temporelles, mais en politique, en droit, en économie, nourriture, essence…. à peu près tout ce que vous pouvez nommer. Les chances sont que vous ne sachiez même jamais qu’il y avait un choix à faire. Ceux qui se réveillent ont le choix.

    La mise en œuvre du choix est une autre affaire.

     L'expérience de Philadelphie

    L’Illusion de la réalité

    Dans une communication avec David Wilcock, ce dernier a déclaré :

    « Deux initiés différents m’ont dit que la réalité que nous expérimentons est un consensus entraîné par notre perception et notre pensée, à des degrés divers. Ils ont expliqué que les miroirs et les loupes pouvaient percer cette réalité et qu’il s’agissait d’un secret hautement classifié. Par exemple, nous pouvons voir un fantôme dans un miroir, même si notre perception ne lui permettra pas d’être là si nous le voyons droit en face de nous. Puis, l’autre insider a dit que lorsque vous mettez deux miroirs l’un en face de l’autre, cela devient encore plus intéressant et que c’était une information « très, très sensible ».

    Vous devez vous rappeler que la plupart des « initiés » ne savent pas, puisque les experts desquels ils obtiennent leurs informations ne savent pas non plus. Le commentaire de Delennn au sujet des reporters est applicable ici,

    « Ce que vous savez, vous ne le comprenez pas. Ce que vous ne savez pas, vous l’inventez » .

    Je ne « savais » pas, jusqu’à ce que je devienne un outsider et que plusieurs d’entre nous, auparavant des initiés, aient commencé à comparer des notes en se disant « que diable est-ce ? » Cela a pris des décennies de recherches pour arriver au point où nous avons un modèle viable de ce qui se passe réellement.

    Il y a beaucoup de confusion qui se pose avec le concept des univers parallèles ou lignes temporelles. D’après ce que nous avons trouvé, cela pourrait mieux s’exprimer comme des « univers potentiels » qui sont générés par un type de réalité consensuelle. Mais vous devez comprendre qu’il ne s’agit pas d’un consensus général cela nécessite la connaissance du fonctionnement de la bioénergie et de quelques-uns des concepts défendus par Franz Mesmer  au 17e siècle. Lorsque les gens croient la « réalité », cela renforce le schéma. C’est pourquoi les « normes sociales » sont considérées comme si importantes de nos jours un renforcement du consensus. Si les gens pensaient par eux-mêmes, ces réalités potentielles s’effondreraient.

    Concernant les miroirs, ces techniques se référaient autrefois aux Faery Stones, et pour des choses comme les miroirs, cela dépend énormément de la composition. La surface réfléchissante doit être composée avec un métal lourd, comme les vieux miroirs dont l’arrière étaient enduits avec de l’argent. Les miroirs en aluminium de notre époque (beaucoup moins onéreux) ne sont pas vraiment adaptés. L’isotope d’argent le plus lourd contient une bonne quantité de neutrinos capturés, qui, dans un en état de charge, peut refléter une partie de la structure du temps coordonné en espace coordonné. Vous pouvez positionner deux miroirs en argent se faisant face, l’un avec un réfléchissement total, l’autre partiel, et vous avez essentiellement un « laser fantôme » dans lequel le modèle  subit une « amplification de la lumière » entre les deux miroirs, comme dans les anciennes configurations laser. Si les gens avaient une compréhension claire de l’ «après-vie », ceux au pouvoir perdraient leur capacité de contrôle par la peur -

    On ne peut pas laisser faire ça, pas vrai ?

    L'expérience de Philadelphie

     Vidéo de Project Camelot : Dan Burisch

    J’ai quelques commentaires à faire sur la vidéo de Project Camelot « Dan Burisch » , dans laquelle il parle du Cube Orion, de Looking Glasses et des lignes temporelles.

    Le Cube Orion était le cœur de la Chaise de Montauk, utilisé pour diriger des expérimentations temporelles. Le cube est en fait l’ordinateur de navigation d’un vaisseau spatial SM, probablement l’un des petits vaisseaux éclaireurs.

    Considérez que, pour qu’un vaisseau voyage au-delà de la vitesse de la lumière sans dilatation du temps, il doit être capable de naviguer avec succès, à travers un espace coordonné et un temps coordonné simultanément. Essentiellement, le « cube » fournit une fenêtre vers deux domaines dans lequel le pilote doit naviguer.

    Ce qui arrive avec le voyage FTL (NdT : plus rapide que la lumière) est que, lorsque vous dépassez la vitesse de la lumière (la barrière EM), la dimension spatiale dans la direction du voyage se déplace dans le royaume du temps coordonné, puisque la vitesse est en relation réciproque entre l’espace et le temps – traverse la barrière, et vous commencez à avoir une dimension temporelle au lieu d’une dimension spatiale. Mais, puisque le temps est en 3D, et non en vecteur 1D, vous devez maintenir le vaisseau tout droit dans le royaume du temps coordonné, ce qui signifie que vous devez être capable de voir le royaume, pour y naviguer correctement. C’est ce que fait le Cube Orion. Lors de la transition à la vitesse FTL, le volume du vaisseau a été modifié à 2 dimensions spatiales et à 1 dimension temporelle ce qui signifie que dans l’espace, il apparaitra comme une aire – pas un volume, généralement un disque plat ou de la forme d’une soucoupe, cela dépendra de la vitesse FTL. Plus vite il voyagera à la vitesse de la lumière, plus plat il sera (la relation réciproque : plus de temps, moins d’espace). Dans le temps, le vaisseau aura une apparence cylindrique ou celle d’un jet, comme un météore passant, tel l’éclair, à travers le paysage temporel a besoin d’une trajectoire de vol précise pour arriver à l’emplacement correct, à la fois dans l’espace coordonné et dans le temps coordonné.

    Au Projet Phoenix III, ils avaient encore tous les éléments du système de navigation du vaisseau : le cube, l’interface et le siège du pilote la configuration de  la chaise de Montauk décrite par Preston Nichols, Al Bielek et d’autres. C’est ce que nous avons fini par raccorder à l’ordinateur central IBM, qui composait essentiellement une simulation des réponses du vaisseau spatial (bien qu’ils ne nous l’aient pas dit). Ils savaient que les vaisseaux voyageaient à FTL, donc ils savaient que le dispositif pouvait quelque part affecter le temps et le projet fut construit sur ce principe. Ils ont réussi à duper le système de navigation pour lui faire croire que l’engin avait accéléré au-delà de la vitesse de la lumière, de sorte qu’il ouvrait la fenêtre de navigation temporelle le vortex même s’il demeurait fixe dans l’espace. Bien sûr, cela a créé quelques petits problèmes qui se produisent parfois avec la simulation par rapport à la réalité, comme la bizarre disparition du mur et les étranges comportements d’animaux dans le voisinage. 

    L'expérience de Philadelphie

    Il semble que, soit ils avaient d’autres cubes provenant d’autres vaisseaux, soit ils ont retiré celui de Montauk avant l’abandon du projet en 1983. Je serais prêt à parier qu’ils viennent de remplacer la salle remplie de gros système IBM avec un PC de nos jours probablement beaucoup plus de puissance de calcul que nous n’en avions à l’époque ce qui rend le dispositif bien plus portable. D’après ce que Burisch a rapporté, on ne dirait pas que les choses aient beaucoup changé ils utilisent probablement encore le code pilote de ma « chaise » d’origine que j’avais écrit pour l’IBM ! Je ne sais pas ce qu’ils ont fait pour l’interface, puisque la chaise exigeait une personne disposant de capacités psi pour l’utiliser. Je suppose qu’ils ont inversé l’ingénierie des senseurs pour ramasser l’activité psycho-émotionnelle dans la zone immédiate, afin de contrôler la projection dans le temps coordonné (sans une sorte de « pilote », cela serait aléatoire et inutile).

    Le Looking Glass n’est pas la même technologie. Il a encore toutes les propriétés du Disque Solaire de Mu, alors je persiste à croire qu’il s’agit d’une ingénierie inversée à partir de cet artéfact. Je suppose qu’ils se sont séparé de la technologie du Looking Glass, non pas pour le bien de l’humanité, mais parce qu’il a cessé de fonctionner…. Le Disque Solaire d’origine, selon les registres Péruviens de la race des Anciens, faisait usage d’apparitions naturelles de nœuds nuls gravitationnels (également appelés vortex, « point mort », ou dans la science traditionnelle, « trou de ver » ou encore un Rosen Bridge-Einstein).

     Cela permettait un accès simple au temps coordonné grâce à l’utilisation du contrôle vibratoire (chant, mantra, instruments). Mais, comme notre technologie conventionnelle s’est de plus en plus appuyée sur l’électromagnétisme, avec des forts champs EM de distribution d’énergie correspondants, elle a littéralement poussé ces nœuds hors de la surface de la planète bien qu’ils continuent à se produire dans la haute atmosphère et dans l’espace voisin. Sans un nœud à proximité sur lequel se verrouiller, le Looking Glass a cessé de fonctionner. Bien sûr, si quelque chose devait interférer avec la distribution d’énergie à l’échelle planétaire, alors ces appareils se mettraient de nouveau à fonctionner.

    En ce qui concerne les lignes de temps, nous sommes toujours sur la ligne temporelle générée par Montauk, qui est appelée T1V83. Celle-ci s’est pratiquement effondrée (dans le paysage temporel, le détour rejoint la route d’origine), ainsi que le « Temps Latéral » imposé par la Confédération  il y a plusieurs années. Lorsque ces deux itinéraires prendront fin, ce qui devrait être d’ici la fin de cette année, nous serons de retour sur la ligne temporelle naturelle en d’autres termes, nous cheminerons sur la route à l’endroit où l’évolution est censée nous emmener, à travers le temps tridimensionnel une ligne de temps Zéro (T0). La ligne temporelle 1 (T1) et la ligne temporelle 2 (T2) sont toutes deux des détours artificiels, avec différents groupes érigeant barricades et panneaux de déviation dans le paysage temporel, pour tenter de diriger la population au long de ces chemins-là.

    Les panneaux de déviation de la ligne temporelle 1 sont les désastres environnementaux conçus pour augmenter la température mondiale de plusieurs degrés. C’est la route préférée du Nouvel Ordre Mondial. D’abord, la ligne de temps est structurée de façon à augmenter la température globale par l’introduction d’ hydrocarbones dans l’atmosphère pas les flatulences des vaches, mais quelque chose sur une plus vaste échelle, disons quelque chose de complètement inimaginable, comme de ponctionner la croûte terrestre à l’endroit où elle est la plus fine, au fond du Golfe du Mexique, afin de permettre aux hydrocarbones, en quantité presque illimitée emprisonnés dans l’asthénosphère (pétrole, gaz),  de s’échapper dans l’atmosphère et de provoquer un effet de serre massif. Ce n’est pas comme si cette sorte de chose pouvait arriver, non ?

    Les pétrochimiques élèveront la température du Golfe de façon substantielle, modifiant le parcours naturel des systèmes météorologiques dans l’hémisphère Nord et élèveront la température mondiale de 2-3 degrés Celsius, laquelle fournira à l’hémisphère Nord, pendant un certain temps, une saison de croissance plus riche aux dépens de l’hémisphère Sud qui sera écologiquement dévasté. Bien sûr, là-bas, les terres deviendront vraiment bon marché et seront rachetées par les gars de Big Oil combien de ces terres au Chili et en Argentine appartiennent déjà aux Bush Co ?

    Un « accident » de plus dans l’hémisphère Nord pour pousser la température mondiale à deux autres degrés, et l’hémisphère Nord deviendra un désert avec quelques habitants, tandis que l’hémisphère Sud s’épanouira bien sûr, tous les pouvoirs à l’œuvre seront bien confortablement installés dans leur nouveau paradis de l’hémisphère Sud. Solution facile pour se débarrasser des « indésirables » du Tiers-Monde d’abord, puis pour réduire de façon significative la population mondiale (puisque la majeure partie de la population se trouve dans l’hémisphère Nord).

    La ligne temporelle 2 fait collision avec une tempête majeure dans le paysage temporel, en raison de la transition solaire . T0 et T1 rattrapent les abords de la tempête T2 se dirige droit dans son milieu. C’est alors que la Terre fera l’expérience d’un « éruption du noyau », que les gens ont interprété comme une sorte d’évènement « micro- trou de ver » galactique ou solaire. En fait, cela a à voir avec le niveau d’ionisation magnétique solaire, pas avec les trous de ver, qui connaitra un poussée significative lorsque notre système solaire traversera la gerbe neutre magnétique de la galaxie.

    Notez que dans les scenarios T1 et T2, les humains voyageant dans le temps sont présents, désignés P24, P45 et P52 par Burisch (les J-Rod). Jetez un coup d’oeil les deux groupes sont toujours en 3e densité et non plus sur la Terre. Ceci devrait vous souffler quelque chose à propos des raisons pour lesquelles la T1 et T2 ont été conçus pour faire sur le long terme remettre l’humanité  dans un autre cycle de 3e densité, plutôt que d’avancer en 4e densité ce qui est la voie de la ligne temporelle 0.

    L'expérience de Philadelphie

     Le Royaume du Temps Coordonné

    Pour revenir à Montauk, un des premiers projets était d’amplifier les pouvoirs psychiques dans le contrôle des émotions et des réactions des personnes à distance. Ce fut une découverte accidentelle, car l’effet sur la population locale se produisit  dans la direction opposée vers laquelle était pointée l’antenne parabolique du radar. La majeure partie de l’énergie radio fut réfléchie vers l’avant (vers les sujets d’expérience sur un navire en mer), et ce qui ne se réfléchissait pas et finissait souvent en ville possédait quelques propriétés particulières qui lui étaient propres. Tant les animaux que les gens ramassaient les émotions de la personne dans la chaise et réagissaient à ces émotions comme s’il y avait là quelqu’un qui les causait. Le seul problème était qu’il s’agissait d’une réponse non linéaire. 

    Tout ce qui s’est passé sur cette chaise a été enregistré. Le psychique ne pouvait pas roter sans attirer l’attention de la sécurité. Et ils devaient toujours dire ce qu’ils avaient à l’esprit et décrire tout sentiment fort, car ces variables auraient eu une incidence sur les expériences et que nous n’aurions aucun moyen de compenser cela. En corrélant cette information avec le comportement des gens et des animaux à proximité, ils ont découvert que le contenu émotionnel avait été temporairement déplacé, décalé dans le passé ou le futur, selon si le medium pensait au passé (merde, j’ai oublié de rendre ce livre à la bibliothèque) ou au futur (je me demande ce que j’aurai à diner ce soir ?) Mais à plus grande échelle. Une pensée de quelques heures d’avance, comme le diner, pouvait se traduire par une semaine ou plus jusqu’à ce que l’effet se manifeste .

    A l’époque, ils n’avaient pas de notions du temps coordonné, mais avaient accès à une « science secrète » qu’ils avaient apparemment obtenu des Allemands après la 2e guerre mondiale, laquelle était basée sur quelques théories de l’éther du 19e siècle. (Je me souviens que Maxwell était mentionné à l’occasion, aussi bien que le champ unifié d’Einstein qu’il avait apparemment essayé de publier dans les années 20, mais qui fut retiré pour une raison ou une autre). Mais ils savaient que la vitesse de la lumière n’était pas une limite, comme on le dit de nos jours, mais une frontière qui était dans l’embrasure de la porte du royaume éthérique, laquelle changeait en quelque sorte le temps.

    Ce ne fut qu’après l’arrêt du projet que Dewey Larson publia suffisamment sur la nature de son secteur cosmique un royaume de temps en 3 dimensions qui rassembla beaucoup de pièces ensemble. En revisitant toutes les anomalies, avec ce savoir du secteur cosmique … les choses ont beaucoup plus de sens.

    A l’époque, lorsqu’ils menaient les expériences avec la chaise à la Base, des choses étonnantes se produisaient toujours. Cela devint si fréquent que les gens avaient tendance à les ignorer. Des choses comme prendre son déjeuner assis dans le quartier du mess, et d’avoir un mur entier qui miroitait et s’effaçait de  l’existence durant quelques minutes, puis redevenait solide comme il était avant. Lorsque des trucs comme ça se produisaient, les gens s’emparaient de leur plateau-repas et s’en allaient à l’autre bout de la salle pour continuer à manger. Les fantômes (les gens que vous voyez mais qui ne sont pas là) et les activités du genre poltergeist étaient très courants. Les choses volaient dans les airs sans prévenir, traversant la pièce … idéal ce travail. Ils avaient même une équipe d’experts en paranormal, de quelques Instituts de mediums qui étudiaient ce qui se passait et questionnaient les gens. De temps à autre, ils devaient participer à une présentation de leur part, probablement pour empêcher que les gens paniquent et rendre la chose publique.

    L'expérience de Philadelphie

    Ce n’était pas que des bons trucs, toutefois. Je crois que beaucoup de cela a été documenté dans le matériel du Philadelphia Project. De temps en temps, plutôt que de s’en prendre à un mur, une personne ou deux étaient attrapées et ces dernières « allaient vite », « restaient coincées dans le vert » ou « devenaient invisibles ». Peut-être devrais-je clarifier quelques-uns de ces termes :

    • Lorsque le temps commence à empiéter sur l’espace, la première chose que vous ressentez est « d’aller vite ». C’est le sentiment que le temps s’emballe à travers vous, même si chaque chose semble bouger à un rythme normal relativement à vous. Lorsque vous sentez cela, COUREZ. Vous êtes sur le point d’être « coincé dans le vert ». Je pense que c’est la façon dont la nature vous prévient qu’il faut vite vous tirer de là. 

    Ce qui se passe ensuite est que l’air devient vert. Soupe de petits pois verts. Si vous avez déjà été dans un abri-tempête quand une tornade se déploie au-dessus de votre tête, vous saurez exactement de quoi je parle. L’air devient vert et commence à prendre une sorte « d’épaisseur », à la fin, c’est comme essayer de se mouvoir dans de la gelée de fruits. Vous pouvez vous dégagez de là au début, lorsque ça commence, ou bien alors, vous êtes « coincé dans le Vert ». Le temps est perçu dans l’espace comme un solide l’inverse du vacuum spatial ou comme un « éther » qui donne la sensation d’être une soupe épaisse, comme d’essayer de courir dans une piscine.

    • Puis le vert s’estompe et les objets dans le champ commencent à scintiller comme les ondes de chaleur dans le désert au loin. L’air ne scintille pas les objets le font. C’est comme si les ondes couraient à travers ceux-ci. Cela ne dure que quelques  secondes, puis « s’éteint ». En quelque sorte, ils deviennent invisibles, mais ils sont toujours physiquement là, comme un mur se transformant en un liquide clair. A l’origine, c’est ce qu’ils essayaient d’accomplir l’invisibilité optique sur le DE 173 (USS Elridge, Rainbow Project).

    • Lorsqu’une personne devient invisible, vous devez agir vite et marquer son emplacement et poser les mains sur eux, car ils ne sont pas faciles à voir. Habituellement, il était recommandé à n’importe quel nouveau sur la base de faire cela, car on avait constaté que l’exposition aux effets de ces champs était cumulative, et que, si vous essayiez de sauver quelqu’un une fois de trop, vous deveniez invisible dès que vous l’aviez touché. Et vous deviez toucher de peau à peau si vous trouviez sa peau (lorsque quelqu’un devenait invisible en hiver, emmitouflé dans ses vêtements, à peu près la seule partie de peau exposée était le nez pas facile à trouver).Si elle était encore là, c’était dans une forme distordue, alors vous deviez tâtonner et attendre pour voir si quelque chose arrivait. Lorsque vous établissiez enfin le contact, peau à peau, elle commençait la transition de retour et normalement, vous appeliez les autres pour vous aider, et la personne revenait à l’état normal. Curieusement, lorsque  les objets inanimés devenaient invisibles, ils revenaient juste après que le champ ait été désactivé (comme dans le Eldridge). Seuls les organismes biologiques avaient besoin d’une assistance.

    • Si une personne devenait invisible et qu’il n’y avait personne pour l’aider, il y avait de bonnes chances pour qu’elle reste « coincée ». Rester coincé signifie qu’une personne est pleinement consciente et totalement paralysée. Vous ne pouvez même pas cligner des yeux. C’est comme si l’horloge temporelle du corps s’est arrêtée, et même les corpuscules dans votre sang ne peuvent pas  se déplacer dans la circulation sanguine. Les gens qui ont été « coincés » ont paniqué très rapidement, et pour une bonne raison. Ceux qui ont été coincés s’y réfèrent comme « l’ENFER, Incorporated ». Cela provoque un trauma psychologique important. Poser les mains sur une personne peut la « décoincer » et la faire revenir mais pas toujours à la « normale ». C’est une expérience terrifiante.

    •  
    • L'expérience de Philadelphie 
    • En fonction de la force du champ et du temps pendant lequel vous avez été coincé, vous pourrez aussi « geler ». La forme miroitante disparait et il n’y a aucune évidence physique que rien ni personne soit là. Si la position n’a pas été soigneusement balisée, il n’y aura aucun retour de l’état de gel. Lorsqu’une personne entre en état de gel, la zone est délimitée et barrée et tout le monde éviter la zone, sauf quelques spécialistes dotés d’un équipement démagnétisé qu’ils utilisent pour débloquer quelqu’un. Dans cet état, il existe une sensibilité élevée au magnétisme localisé. Si une personne avec une boussole de poche s’approche trop près, la personne dans le Gel va spontanément s’enflammer et brûlera là des heures et même des jours. Ceux qui en sont revenus disent que la perception est extrêmement déformée et qu’ils sont parfaitement conscients du passage du temps les minutes sont ressenties comme des jours. Vous ne pouvez appréhender votre environnement ; il devient fantomatique et déformé, puisque vous êtes entre la vie et la mort et que les deux royaumes sont à peu près mélangés pour vous. Et vous êtes incapables de bouger, de parler ou d’y faire quoi que ce soit. 

    • Une personne peut également être poussée à entrer dans un « profonde congélation», où le sens du temps a complètement disparu. Il est impossible de dire si une minute ou un siècle s’est écoulé. Les rares qui sont revenus de cet état disent qu’il y a un autre monde là-bas, un monde qui défie toute description et ils sont généralement gagnés par la folie, un résultat de leur incapacité à appréhender ce qui s’est passé. (Nous soupçonnons maintenant qu’ils ont transitionné dans le secteur cosmique, où leurs compétences physiques et motrices sont inutiles, et où tout pourrait être considéré par la conscience humaine comme étant à l’envers.

    C’est juste une partie des plaisirs lorsqu’on déconne avec le temps coordonné. Nous sommes tombés sur un grand nombre de problèmes en essayant de traiter avec le secteur cosmique (termes donnés par Larson pour le temps coordonné), car toutes les interactions avec celui-ci peu importe la précision des calculs ont des conséquences aléatoires. Comme avéré, le temps coordonné n’est pas le vide que les chercheurs de l’éther au 19e siècle ont conduit les gens à croire c’est tout un univers en soi, avec des étoiles, des planètes et de la vie.

    Les chamanes des traditions anciennes étaient totalement conscients de la vie éthérique dans ce domaine du temps coordonné. Ils ont développé des compétences pour véritablement les voir et voir leurs interactions avec les gens. Beaucoup de formes de vies inférieures sont des parasites dans la nature et sont attirées par les personnes avec un QI  de la nourriture savoureuse ! Nous mangeons de la nourriture pour fabriquer de l’énergie ; ils mangent de l’énergie pour fabriquer une forme. Ils sont attirés par les émotions fortes, particulièrement les émotions les plus négatives telles que la peur qui était abondante à Montauk. C’était la présence de ces entités temporelles qui a foiré avec les calculs, même si nous n’étions pas vraiment conscients de cela à ce moment-là (si nous l’avions compris, nous aurions fait appel à un exorciste ou deux !) Nous savions que quelque chose se passait, qui semblait être dû au hasard dans la nature (le mouvement de ces formes de vie éthériques), mais n’avions pas une bonne compréhension du domaine dans lequel nous expédiions un signal, ni qu’il pouvait s’agir de formes non-corporelles vivant là-bas.

    Dans ma lecture de la littérature de Montauk, on disait que Duncan Cameron avait fait venir une créature de l’Id, un monstre de l’inconscient. Eh bien notre inconscient est la conscience du temps coordonné, puisqu’ils sont réciproquement liés. Ce que Cameron avait effectivement appelé était probablement l’une de ces formes de vie éthériques, semblable à l’un de nos grands singes, et il l’avait suffisamment attiré pour qu’il puisse interagir directement avec la physicalité et détruire la base. 

    Une fois que tout le matériel de transmission fut détruit (je pense que Nichols l’a fait je n’y étais pas cette nuit-là), cette entité est retournée en phase avec son propre royaume et a disparu du nôtre. Mais ce genre de signature énergétique laisse des empreintes les gens voient encore de drôles de choses au « The Point » des bateaux de homards (NdT : à Long Island, N.Y).

      L'expérience de Philadelphie

    Après 20 ans

    Comme je l’ai souvent mentionné, les gens qui dirigent le projet Phoenix n’avaient vraiment pas la moindre idée de ce qu’ils faisaient. En général, c’était des « essais et erreurs », surtout des erreurs. Ils possédaient une technologie de pointe qui a été présentée comme de la « technologie étrangère », pour vous faire croire qu’elle était Russe ou Chinoise mais même la technologie russe ou chinoise est basée sur les mêmes physiques enseignées à tout le monde à l’école. Ce truc a fait des choses qui étaient « hors de ce monde » et c’était évidemment le cas. Lorsqu’ils commençaient à parler de « technologie étrangère », ceux d’entre nous en bas de l’échelle, nous nous regardions avec cette, « ouais, tout ce que tu veux » expression. Aucun de nous n’avait réellement la vision véritable, car nous ne travaillions que sur des sections de projets. Mais avec toute l’information qui est sortie depuis cette époque, une image plus importante peut être assemblée avec toutes les pièces.

    Certaines choses que nous avons découvert sont qu’il y a deux types différents de « technologie » en cours d’utilisation. La technologie électromagnétique dont nous nous servons aujourd’hui vient des SMs. Il y a aussi un autre type de technologie qui est utilisé par les ennemis des SMs, les LMs (NdT : Little Men), ou les « Petits Hommes » . Ils ont une technologie mécanique qui est similaire à la « physique vibratoire » dont les gens discutent dans la théorie de l’éther, en particulier dans la recherche de John Worrel Keely. Les deux technologies tendent à s’exclure mutuellement ; elles cessent de fonctionner en présence l’une de l’autre.

    Il y a aussi beaucoup de difficultés avec la technologie LM, car les hommes ne possèdent pas les sens physiques pour interagir avec elle correctement. Vous prenez une pierre et dites « elle pèse à peu près 2 Livres ». Le LM prend la même pierre et dit « c’est un Si Bémol ». Leurs organes sensoriels fonctionnent différemment des nôtres. Nos sens physiques sont beaucoup plus alignés avec la race avec laquelle nous possédons des similarités génétiques : les SMs. Nous pouvons utiliser facilement la technologie SM, mais il serait préférable de confier la technologie LM aux chanteurs et aux musiciens, comme elle vise davantage  à l’aspect temps coordonné/ cosmique des choses. La technologie SM est purement spatiale, ce qui explique pourquoi elle fut la technologie privilégiée par les projets Phoenix.

    Pour comprendre ces technologies, on doit d’abord se familiariser avec les concepts du temps coordonné tridimensionnel créant un univers qui lui est propre, et avec le fait que cet univers existe en même temps que notre propre royaume tridimensionnel d’espace coordonné. Ce n’est pas une réalité parallèle ou dissimulée dans un coin éloigné de l’univers elle est ici, maintenant, juste décalée  en phase de notre réalité spatiale, pour que nos sens physiques ne la détectent pas. Cependant, nos sens non-physiques peuvent la détecter et opérer à l’intérieur d’elle, donnant lieu à des capacités « psychiques ».

    • La précognition n’est rien d’autre que le fait de voir quelque chose au loin, dans le paysage temporel.

    • La télépathie est le fait de deux personnes debout l’une à côté de l’autre dans le temps qui discutent, quelle que soit la distance qui les sépare dans l’espace.

    • La télékinésie est tout simplement la manipulation du composant temporel d’un objet avec votre bras temporel et l’observation de la manière dont le « temps change l’espace ».

    • La clairvoyance est une paire de jumelles temporelles.

    • La clairaudience c’est héler quelqu’un dans la rue dans le paysage temporel.

    • La clairalience  est un barbecue dans le voisinage temporel.

    La quasi-totalité des capacités extra-sensibles sont faciles à comprendre, dès lors que vous réalisez que vous existez dans deux royaumes différents, l’un spatial, matériel pour le corps, et l’autre temporel, cosmique pour l’âme. Et le plus drôle, est qu’ils ne sont pas « extra-sensoriels », magiques ou métaphysiques du tout c’est juste une conséquence naturelle de la vie biologique, que nous pouvons choisir soit d’apprendre et d’utiliser, soit d’ignorer.

    Pour terminer, je vous transmets un petit secret …. Rappelez-vous les leçons de math à l’école secondaire, et d’un petit concept plutôt ennuyeux, connu sous le nom de nombre imaginaire. Un nombre qui agit comme une rotation et n’existe nulle part dans l’espace en tant que quantité. Du point de vue d’un jeune collégien, les nombres imaginaires sont plus difficiles à saisir que les fractions !

    Dans notre point de vue, le temps est un royaume polaire la rotation est ce qui survient naturellement. Les secteurs matériel et cosmique sont mieux décrits en tant que conjugués complexes l’un à l’autre, donc l’espace est réel et le temps est imaginaire pas dans le sens de « faire croire », mais dans le sens du nombre imaginaire. Comprenez le nombre complexe, une combinaison de réalité et d’imaginaire et vous comprendrez la connection entre l’espace et le temps ; le yin et le yang ; le corps et l’âme.

    Puisque vous savez que le temps coordonné n’est pas imaginaire, ces drôles de petits nombres imaginaires montrent, en fait, une interaction entre le physique et le métaphysique …. Et avec un pied dans les deux royaumes, cela ouvre la porte à ces choses qui sont au-delà de l’espace et du temps.

     Traduction : Nicole (avec son aimable autorisation), le 28 novembre 2012

    L'expérience de Philadelphie 

     

    L'expérience de Philadelphie [Philadelphia Experiment] (alias projet Arc-en-ciela eu lieu le 12 Août 1943, à bord du bateau de guerre de la Marine de l'armée américaine, le U.S.S. Eldridge. L'Eldridge et son équipage ont été choisis pour cette expérience à cause de leur disponibilité. En effet, des navires de guerre étaient difficiles à obtenir en cette période de guerre, et l'Eldridge était supposé être encore en cale sèche (il ne devait être officiellement mis à flot qu'en Janvier 1944). L'Eldridge avait été achevé avant la date prévue, et par cela, rendu disponible. 

    Le but le plus communément connu de l'Expérience de Philadelphie était de rendre possible l'invisibilité radar. Pour permettre ceci, un équipement spécial était installé sur l'Eldridge alors qu'il était à quai dans le port de Philadelphie. Cet équipement était conçu et développé pour générer de très puissants champs électromagnétiques contre-rotatifs. 

    La théorie sous-jacente à la génération et les calculs de ces champs était basée sur les équations du champ unitaire d'Einstein, qui reliaient la gravité, le magnétisme, et l'électromagnétisme dans une même théorie. Le responsable technique initial de l'opération était Nikola Tesla. Tesla était largement connu pour ses bobines de forme de conception très spéciale qui permettaient de produire d'extrêmement hautes tensions et de très grandes puissances. 

    Tesla a été remplacé sur ce projet par John Von Neumann, quelque part vers mi-1943. Tesla a commencé à avoir des doutes sur les considérations à propos du facteur humain impliqué que pouvaient avoir les financiers de l'opération. Tesla, incapable d'avoir plus longtemps confiance en les sponsors de l'expérience, s'est retiré de lui-même du projet et s'est isolé dans son appartement de New York. Il y est mort dans des conditions très soupçonneuses, en Décembre 1943. 

    Von Neumann a été impliqué dans l'expérience plus tôt, assistant l'opération avec les mathématiques et les calculs (il était officiellement engagé pour la création du premier ordinateur nécessaire aux calculs sur la bombe atomique, dans le projet Manhattan). Il assurait le rôle de chef de l'opération avec grande aise. L'expérience, qui eut lieu le 12 Août 1943 était un succès partiel. L'Eldridge disparut pendant approximativement 15 minutes

     

    La localisation exacte de l'Eldridge à l'époque de l'expérience diffère selon les divers témoignages. Certains disent qu'il était toujours dans le port, d'autres qu'il s'était rendu en mer. 

    Un succès partiel signifie que, bien que l'Eldridge disparut, lorsqu'il revint, son équipage avait souffert d'importants effets physiques et mentaux. Les corps de certains des hommes d'équipage faisaient partie des surfaces métalliques et des ponts. Ceux qui n'avaient pas été soumis à cette fusion étaient mentalement instables. La plupart des témoignages de l'expérience décrivent d'importants et graves effets secondaires que les membres de l'équipage survivants ont expérimenté durant le reste de leur vie. Sans avertissement, ils se mettaient à crier et commençaient à devenir invisibles par intermittence ou bien disparaissaient purement et simplement. Certains réapparaissaient tandis que d'autres non. 

    Ces histoires de disparition intermittente ont été rapportées par plusieurs personnes. Durant un interview radiodiffusée, un ancien vétéran de la marine US de Philadelphie affirmait que ces histoires avaient été racontées dans une feuille de presse interne à la marine. 

    Ce phénomène de disparition intermittente a été attribué à un désalignement de la référence temporelle de leur corps. L'équipage glissait continuellement entre notre dimension et l'endroit où l'Eldridge avait été lors de son voyage. En fait, l'Eldridge n'avait pas vraiment réussi l'invisibilité radar, mais il avait voyagé à travers le temps et la dimension. L'application pratique de la théorie du champ unitaire d'Einstein avait brisé les portes qui séparaient le temps, l'espace et la dimension.  

    Source et suite : conspirovniscience 

     

    Autre article sur cette histoire… 

    Que s'est-iI passé, en 1943, au Large des côtes américaines ? Que tentait la Navy sur un de ses destroyers ? Une étonnante aventure aux frontières de la science-fiction et de la parapsychologie appliquée. 

    L'histoire commence avec Morris Ketchum Jessup, un scientifique s'intéressant à de nombreux sujets. Dans les années vingt, Morris K. Jessup enseignait l'astronomie et les mathématiques à l'université Drake, dans l'Iowa, et à l'université du Michigan Après avoir soutenu sa thèse de doctorat, poursuivit des recherches qui aboutirent à la découverte de plusieurs étoiles doubles cataloguées par la suite par la Royal Astronomical Society. Jessup passa d'autre part beaucoup de temps à l'étude des ruines Maya et Inca. Il en conclut que de tels monuments ne furent érigés qu'à l'aide d'une technologie Supérieure venue d'un autre monde. 

    Jessup dut abandonner ses recherches par manque d'argent. Il retourna aux Etats-Unis où il commença à travailler sur la « Question des ovnis », le premier des quatre livres qu'il écrivit sur le même sujet. Tout au long du livre, Jessup demandait à ses lecteurs qu'ils fassent pression sur leurs représentants politiques ceux-ci devaient exiger que des recherches sérieuses soient poursuivies sur la théorie du champ unifié, un problème auquel Einstein consacra les dernières années de sa vie. Jessup pensait que l'étude de cette théorie fournirait la réponse au problème de la source d'énergie utilisée par les ovnis. Le 13 janvier 1956, Jessup reçut la première des deux lettres écrites par un lecteur qui signait Carlos Miguel Allende ainsi que Carl M. Allen.

    Dans ces lettres décousues, pleines de fautes d'orthographe, Allende mettait Jessup en garde contre son intérêt croissant pour la théorie du champ unifié. Il affirmait que la marine américaine avait appliqué, en 1943, cette théorie : 

    -  lors d'une expérience, un bateau fut rendu invisible pendant quelques instants, ce qui provoqua de graves traumatismes parmi l'équipage. Jessup répondit à la lettre d'Allende en demandant des détails supplémentaires. Allende ne pouvait pas donner plus de renseignements.

    Allende a raconte qu'en 1843 un certain Dr Franklin Reno travailla à l'application de la théorie du champ unifié d'Einstein : la Navy utilisa ces travaux pour réaliser une expérience étonnante, lors de laquelle l'USS Eldridge et tout son équipage furent rendus invisibles. 

    Cette expérience fut conduite en mer en octobre 1943. Allende y assista à bord du vapeur Andrew Furuseth. Il rapporta que l'Eldridge baignait dans un étrange champ de forces qui couvrait 90 mètres de part et d'autre du bateau. Je n'ai en réalité étendu le bras dans ce champ que jusqu'au coude.

    L'expérimentation fut un succès, mais elle provoqua de terribles et stupéfiants effets seconds sur les membres de l'équipage.  

     Certains en moururent, d'autres sombrèrent dans la folie et quelques-uns restèrent invisibles à jamais. Plus tard, au cours d'une bordée particulièrement animée, dans un bar des quais de Philadelphie, un certain nombre de ces marins disparurent soudainement. Allende prétendit qu'un journal de Philadelphie aurait raconté ces faits pendant l'automne ou l'hiver entre 1944 et 1946. Allende parla aussi d'une expérience lors de laquelle un autre vaisseau fut téIéporté de quai à quai du port de Philadelphie à celui de Newport News, en Virginie. 

    Allende n'avait pas assisté à cet événement. Il déclara à Jessup avoir lu le compte rendu de l'affaire dans un journal de Philadelphie, mais ne pas se souvenir exactement de la date. Peut-être en 1956, écrivit-il à Jessup, après l'arrêt des expériences. Allende donna enfin son numéro matricule CZ 416175 et les noms de ses compagnons, ou de gens témoins comme lui de l'incident et pouvant peut-être apporter des détails supplémentaires sur ces expériences insolites.



    Quelques-uns des renseignements fournis par Allende ont pu être vérifiés : lui et les gens qu'il a nommés ont réellement servi sur le SS Andrew Furuseth, et l'USS Eldridge existait vraiment. 

    Mais d'un autre côté, Jessup semble avoir été atteint de paranoïa. Il aura au mieux joué un tout petit rôle dans un projet qui n'a absolument rien à voir avec cette prétendue Opération Philadelphie. Rien ne prouve que l'Eldridge et le Furuseth se soient trouvés dans la même zone.

     A part la photocopie d'une authenticité discutable, on n'a retrouvé aucun des articles mentionnés par Allende. Le corps scientifique s'accorde à penser qu'il n'existe pas une telle technologie pour réaliser ce type d'expérience. Il est souvent impossible de prouver qu'une histoire, semblable à celle racontée par Allende, est vraie ou fausse. 

    Dans le cas d'Allende, il n'existe rien de plus que de très minimes preuves indirectes. La célèbre histoire de l'opération Philadelphie semble être une supercherie. Et l'on doit la considérer comme telle jusqu'à ce que l'on puisse fournir des preuves plus sérieuses.


    Source et suite : franceastro 

    Mystères humains 

     "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"