• La Dame Blanche du château de Bonaguil

    Lieux énigmatiques - retour à la page d'accueil

    LA DAME BLANCHE DU CHÂTEAU DE BONAGUIL

    Marguerite de Fumel

    La Dame Blanche du château de Bonaguil

    Cette forteresse du 13ème siècle a été classée parmi les lieux les plus hantés de France. Rrrrrr ! Avis donc aux amateurs de sensations fortes, le château de Bonaguil est fait pour vous. Sa dame blanche, ses inscriptions dans une langue inconnue, ses représentations de fantôme... De quoi bouleverser vos plus profondes certitudes.

    Le mystère du château de Bonaguil

     Mais ce n'est pas tout. L'édifice du 13ème siècle recèle en effet d'autres troublants mystères. Et bien plus concrets. On peut par exemple y découvrir des inscriptions très anciennes, comme un carré magique bien connu des historiens, le carré Sator.

     . Située dans le Lot-et-Garonne, cette forteresse a récemment été classée parmi les plus hantées de France, et notamment à cause de la Dame Blanche qui hante ces lieux. Marguerite de Fumel déambulerait en effet les soirs de novembre dans les couloirs du château.

    Le mystère du château de Bonaguil

    C'est un assemblage de lettres disposées en carré, et qui permet de lire la phrase Sator arepo tenet opera rotas ("le semeur tient avec soin les roues" en latin) dans n'importe quel sens de lecture. Découvert dans plusieurs châteaux, aucun historien n'a su encore en comprendre le véritable message.

           

    Le mystère du château de Bonaguil

    Autre fait troublant, et très rare, une gravure de fantôme datant du 17ème siècle, ainsi qu'une inscription située juste à côté dans une langue inconnue.  Malgré un travail scientifique pour déchiffrer ses signes, aucune réponse définitive n'a pu être apportée.
    De quoi alimenter les fantasmes les plus fous, d'autant que l'historien Max Pons, qui s'est marié dans la chapelle du château, laisse lui aussi planer le doute quant à une possible occupation des lieux par des esprits. En effet, sur une de ses photos de mariage, un visage apparaît sur le mur de la crypte.

    Le mystère du château de Bonaguil

    La Dame Blanche du château de Bonaguil

    Autant de mystères peuvent facilement faire froid dans le dos. Surtout quand, comme le courageux journaliste David Galley, on décide carrément de passer la nuit là-bas...

    Source : programme

        

     

    HISTORIQUE DU CHATEAU

     Le château de Bonaguil est situé en France, sur la commune de Saint-Front-sur-Lémance en Lot-et-Garonne à la charnière du Périgord et du Quercy, mais il est la propriété de la commune de Fumel. Le château est classé Monument historique le 18 avril 1914, la chapelle le 12 avril 1963.
    Le château de Bonaguil, avec les transformations de Bérenger de Roquefeuil, intègre les dernières améliorations dans la construction des châteaux forts, mais la barbacane qui en protège l'entrée annonce les transformations qui vont être nécessaires pour résister à l'artillerie qui passait à la fin du XVe siècle des boulets de pierre aux boulets de fonte.

    Il est situé sur un éperon calcaire qui domine d'une trentaine de mètres le confluent de deux étroites vallées, sur un affluent de la Thèze, appelée de trois noms : le ruisseau de Caupenne, la Petite Thèze et ruisseau de Bonaguil. Il présente la particularité de ne pas être sur une position stratégique : le château ne défend pas une ville, ni le passage d'un fleuve, ni une vallée importante ou une route commerciale.

    Sa construction débute au XIIIe siècle, puis il est entièrement repris à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle par le baron Bérenger de Roquefeuil qui lui ajoute tous les perfectionnements défensifs du Moyen Âge finissant. Il intègre à partir de 1480 les derniers perfectionnements de la défense au moyen de l’artillerie tant pour utiliser celle-ci que pour s'en prémunir : imposante barbacane couvrant l'accès au château, canonnières par dizaines tant dans les tours que dans les courtines, chambres de tir casematées (« voûtées ») à l'abri des boulets adverses et permettant des feux bas et rasants, « moineau » casematé interdisant toute circulation au fond du grand fossé, terrasses d'artillerie étagées au pied du corps de place qui constituent autant d'enceintes successives à forcer, aménagement à des fins défensives d'une grotte naturelle située sous l'éperon rocheux.

    À son achèvement vers 1510, il apparaît cependant obsolète. En effet, à cette époque du début de la Renaissance, les grandes familles nobles ainsi que le roi et ses proches commencent à construire les premiers châteaux de la Loire et, dans tout le royaume, de nombreuses forteresses médiévales de la petite et moyenne aristocratie, même si elles conservent quelques dispositifs défensifs, sont peu à peu transformées en résidences d'agrément par abattage d'une partie des tours et des courtines afin de les ouvrir sur la lumière et la campagne.

    Hormis la perte de ses charpentes pendant la Révolution française, le château de Bonaguil est aujourd'hui dans un bon état de conservation. Il n'eut jamais à subir d'attaque et fut habité jusqu'à la Révolution
    Le nom signifierait « Bonne Aiguille » ou « Bonne Eau » et désigne le site défensif : un promontoire rocheux et escarpé de calcaire urgonien, convenant parfaitement à l’établissement d’un château fort. Ce site est préféré aux éperons proches de plus grande altitude par la présence d'un point d'eau. Il a été construit en hauteur pour apercevoir toute attaque.

    Source : wikipedia 

    La Dame Blanche du château de Bonaguil

      

    VOIR AUSSI

    La Dame Blanche de Puymartin

    Fougerêt, château hanté

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait  plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"