• Les Dropas et les pyramides chinoises

    Lieux énigmatiques 

    LES DROPAS

    En 1938 l'archéologue Chi Pu Tei découvre une série de tombeaux creusés et alignés dans des cavernes artificielles des montagnes de Baian Kara Ula près de la frontière sino-tibétaine.
    Entre des décorations montrant de petits êtres coiffés de casques, des étoiles, des planètes et des lignes qui les joignent, il trouva de petits squelettes aux larges crânes.
    Il ne pouvait pas s'agir de squelettes d'une espèce inconnue de singe, puisque les singes n'enterrent pas leurs morts.
    On mit aussi à jour des objets de pierre contenant des traces de métaux incongrus, parfaitement circulaires et orné de symboles stellaires et d'une minuscule écriture en spirale, on dénombra plus de 700 de ces " disques ".
    En 1962 un linguiste chinois, le docteur Tsum Um Nui, réussit à traduire le texte de l'un des 700 disques entreposés à l'Académie de Pékin. Cette traduction, au lieu de soulever quelques interrogations, fut largement ignorée car l'histoire qu'elle racontait était " inacceptable ".
    En effet, elle racontait qu'il y a 12 000 ans un groupe d'êtres se sont écrasés sur terre et qu'ils n'ont pas été capables de réparer leur vaisseau.
    Le groupe fut d'abord traqué, à cause de son apparence inhabituelle, mais finit à force de gestes pacifiques à se faire accepter et à s'installer en paix.

    En 1965, plusieurs centaines d'autres disques gravés ont été trouvés dans les mêmes cavernes. Les légendes de la région parlent des petits hommes jaunes venant des nuages, avec des grosses têtes et des corps très minces, si horribles qu'ils étaient pourchassés et tués.

    Sur les parois des cavernes, il y a des dessins précis du soleil, de la Lune, de la Terre et de plusieurs étoiles identifiables dont Sirius, avec des lignes en pointillés qui les joignent entre elles. Ces dessins ont été datés. Ils remontent à - 12 000 ans avant Jésus-Christ.

    De nos jours, la zone des cavernes est toujours habitée par deux tribus semi troglodytes les Han et les Dropas ou Dzopa. Les individus de ces deux tribus ont un physique très étrange. Des corps frêles, une taille dépassant à peine le mètre pour les adultes, des têtes disproportionnées et de grands yeux bleus. Ils ne sont ni typiquement chinois ni tibétains.

    En Russie, il a été fait plusieurs expériences avec les disques qui avaient été trouvés Indépendamment du fait qu'ils contiennent de grandes quantités de cobalt et d'autres substances métalliques, placés sur une table tournante, ils émettaient un bourdonnement bas comme s'ils avaient une activité électrique.

    Les rares scientifiques qui ont eu le courage de s'intéresser aux Dropas se sont vu opposer une fin de non recevoir par les autorités chinoises.

    Source : lesmysteres-de-letranges

     

    Les dropas et les pyramides chinoises

    Selon une ancienne légende chinoise, plus d'une centaine de pyramides découvertes en Chine sont les legs de visiteurs extra-terrestres.

    Au tournant du siècle, deux marchands australiens se retrouvèrent dans une vaste région dans les plaines de Qin Chuan, en Chine centrale. 

    Ils découvrirent plus d'une centaines de pyramides. Lorsqu'ils demandèrent au gardien d'un monastère local ce qu'étaient ces pyramides, on leur confia que, selon les documents anciens instaurés dans le monastère, elles étaient très anciennes. 

    Étant donné que les documents étaient vieux de 5000 ans, nous ne pouvons que deviner l'age même de ces pyramides. On leur dit que les pyramides étaient de l'age lorsque 'Les Vieux Empereurs' régnaient en Chine et que ces empereurs avaient toujours " stressé " le fait qu'ils ne venaient pas de la terre. Ils étaient les descendants des 'Fils du Ciel qui descendirent sur cette planète en rugissant avec leurs 'dragons de feu métalliques' . Ils affirmèrent également que ce sont ces visiteurs venant de l'espace qui les avaient construites.

    Ensuite en 1938 hauts dans les montagnes de BayanKara-Ula, sur les frontières de la Chine et du Tibet une équipe d'archéologues ont découvert une série de cavernes interreliées.

    Leurs intérêts avaient été excités par la découverte de tombes ordonnées et qui contenaient les squelettes de ce que devait être des êtres humains. 

    Cependant ces corps étaient très petits mais des têtes très grandes. De sorte qu'ils ont d"abord pensé à une variété de singes.

    Les Dropas et les pyramides chinoises

    Mais tout en étudiant les squelettes un des membres de l'équipe a trébuché sur une grande moitié en pierre ronde de un disque enterré dans la poussière sur le plancher de la caverne.

    Le disque ressemblait  à un disque de âge de pierre. Il y avait un trou dans le centre de et une cannelure en spirale  continue contenant des fins caractères étroitement écrits. 

    Personne n'a compris les significations du message. Le disque a été marqué et classé avec d'autres trouvailles dans le secteur. Pendant 20 années beaucoup d'experts à Pékin ont essayé de traduire le disque. 

    Le Dr. Tsum Um Nui en 1965 a déchiffré le code et a commencé à déchiffrer. L'académie de Pékin de la préhistoire l'avait cependant  interdit d'éditer ses résultats. 

    En 1965 716 disques en pierre cannelés avaient été découverts dans les mêmes cavernes. 

    Elles ont indiqué l'histoire d'une "sonde d'espace" par les habitants d'une autre planète qui se sont écrasés sur  la montagne de Baya-Kara-Ula.. Leurs intentions paisibles avaient été mal interprétées. A cause sans doute de leur apparence, bon nombre d'entre elles avaient été chassées vers le bas et tuées par des membres de la tribu de Han.

    Ils se sont fait appelés Dropas, "descendus des nuages " ;

    Sur les murs des cavernes les archéologues ont trouvé des représentations du soleil se levant, de la lune, des étoiles non identifiables et de la terre liées par des lignes. Les schémas de caverne ont été datés il y a autour 12.000 ans. 

    Le secteur de caverne est encore habité par 2 tribus de semi-troglodytes connues sous le nom de Hans et Dropas, les anthropologistes n'arrivent pas à classer ces 2 tribus dans les tendances locales, ils ne sont ni chinois, ni tibétains...ils ont un teint jaune, mais de larges yeux bleus...et peu de cheveux. 

    Après étude en Russie près de W Saitsew, les disques se sont avérés contenir de grandes quantités de cobalt et d'autres substances métalliques. Une fois placés sur un table tournante spéciale ils ont vibré ou ont ronflé dans un rythme peu commun comme si une charge électrique les traversait . Elle est comme si elles faisaient partie d'un circuit électrique.

    Les Dropas et les pyramides chinoises

    Récemment d'autres disques ont été découverts, il s'agit de fragments de disques de pierre trouve au Brésil à Corguinho et qui ont été "enrobes " et ont d'étranges propriétés.

    "The stone is primarily an iron matrix in which quartz crystals are embedded."... 

    Les Dropas et les pyramides chinoises

    Par ailleurs certains font le rapprochement entre des débris retrouvés à Roswell, site d'un crash supposé d'ovni qui n'a jamais pu être démonté dans un sens ou dans un autre..il s'y est de toute façon produit quelque chose ...ne concluez pas trop vite....

    Source : membres.multimania

    Le mystère des pyramides Chinoises 

    Les Dropas et les pyramides chinoises

    (photo : kevsunblush)

    LES PYRAMIDES DE XIAN
    Lors d'un vol au-dessus de la province Chinoise du Shensi près de Xian en juillet 1945, James Gaussman remarqua de hauts tertres s'élevants du sol. Après plusieurs passages au-dessus de ce site, il y reconnut plusieurs pyramides qui semblaient être enterrées. Il prit des photos mais il fallut attendre l'ouverture du pays au reste du monde pour en avoir la confirmation.

    Le plus étrange est la ressemblance avec les pyramides Azteques, Mayas et d'Egypte. Trois de ces pyramides
    sont géographiquement placées comme les trois étoiles du baudrier d'Orion par rapport à la Voie Lactée.

    Ce n'est qu'en octobre 1994 que Hartwig Hausdorf, chercheur et auteur spécialisé dans les pyramides, eu par autorisation spéciale de une invitation à visiter la province et de rencontrer des archéologues chinois de l'université de Beijing ( Pekin ), mais ces archéologues n'avaient pas le droit de divulguer des informations au sujet des pyramides.

    Hausdorf pu visiter quand même le site. Il évalua à plus de 900 le nombre de ces pyramides allant de quelques mètres seulement a presque deux fois la taille de celle de " Kephren " en égypten, pour la plus grande. Ces pyramides sont généralement construites de glaise et de terre. Hausdorf eu beaucoup de difficulté à obtenir la permission de continuer son investigation sur ces édifices.

    Le gouvernements chinois voulait faire disparâitres les pyramides, aussi pour les cacher on a planté des connifères à croissance rapide dessus pour qu'en vingt ans elles soient completement recouverte pour que personne ne puisse dire dans le futur s'il s'agit de pyramides ou de collines.

    Elles furent aussi les victimes de pillages par les fermiers locaux et les habitants de la région. Des fermiers allèrent même jusqu'a s'approprier du matériel pour leurs champs et domaines. Aujourd'hui ces pyramides sont dans un piteux état, même si dorénavant le gouvernement chinois protège le site et ne permet aucune excavation . Des fouilles sont même envisageable par les autorités...

    Toutes les pyramides se situent dans les plaines de " Qin Chuan " et varient en hauteur de 25 à 100 mètres à l'exception d'une qui se situe au nord, dans la vallée de " Qin Lin ", surnommée " La grande Pyramides Blanche ", car elle mesure environ 300 mètres (1000 pieds) de haut.

    Dans les environs immédiat de cette " pyramide blanche " se trouve une rampe de lancement de fusée du programme spaciale chnois et hélas l'endroit est interdit aux visiteurs. Il est impossible aujourd'hui de visiter cette pyramide.

    Le Professeur Wang Shiping de Xian estime qu'elles dateraient de -4500 ans. D'après les chroniques écrites par " Sima Qian ", qui vécu de - 145 à - 86 avant J.C. une de ces pyramides fût construite par 700.000 hommes afin de recevoir la dépouille de l'empereur Huangdi le conquérant du pays. Cette pyramide principale avait la particularité de renfermer un système de protection très élaboré incluant des pièges.

    Cette Pyramide avait aussi comme autre particularité de reposer sur un lac de mercure toujours en mouvement. Hartwig Hausdorf fit faire des analyses du sol dans le périmètre de ces constructions et découvrit en effet une teneur anormale de mercure dans le sol. La différence de datation entre les chroniques et l'estimation technique du Pr. Wang Shiping pose comme pour les pyramides Egyptiennes et le Sphinx un problème de datation. Il est possible que les pyramides aient été utilisées par les seigneurs du pays bien après leur construction.

    Le plus étrange est la ressemblance avec les pyramides Azteques et Mayas ainsi que celle de Gizèh en Egypte.

    De plus, trois de ces pyramides chinoises sont géographiquement situées comme le sont les trois étoiles du baudrier d'Orion par rapport à la Voie Lactée et que deux autres pyramides, au nord et au sud du site, correspondent exactement aux étoiles Bellatrix et Saiph d'Orion, ou pointant vers DRACO et le centre galactique du ZODIAQUE. Exactement comme les pyramides du site de Gizèh !

    Le Professeur Wang Shiping de Xian estime qu'elles dateraient de -4500 ans. D'après les chroniques écrites par " Sima Qian ", qui vécu de - 145 à - 86 avant J.C. une de ces pyramides fût construite par 700.000 hommes afin de recevoir la dépouille de l'empereur Huangdi le conquérant du pays.

    Cette pyramide principale avait la particularité de renfermer un système de protection très élaboré incluant des pièges. Cette Pyramide avait aussi comme autre particularité de reposer sur un lac de mercure toujours en mouvement. Hartwig Hausdorf fit faire des analyses du sol dans le périmètre de ces constructions et découvrit en effet une teneur anormale de mercure dans le sol.

    Les Dropas et les pyramides chinoises

    (photo : « Xixia » Edescas )

    L'AUTEL DU CIEL DE XIAN

    En plein coeur de la ville, " l'Autel du Ciel de Xian " est le plus vieux de sa sorte trouvée en Chine jusqu'ici. Il a été réenseveli peu de temps après son excavation par l'académie chinoise des sciences sociales, par peur de pratique religieuse de la part des habitants de la région et par manque de fond pour communiquer. L'état chinois a donc réenseveli l'ouvrage.

    Construit pendant la courte dinastie ' Sui Dynasty ' ( 581-618 ), l'autel du Ciel est plus ancien de 1000 ans qu'un autel similaire découvert à Pekin, de la dinastie "Quing " ( 1644-1912 ). On estime que 17 empereurs chinois ont conduit des rites religieux ici. La religion chinoise d'état, dont les origines s'étendent de la dynastie de Han ( 206-220 ) et peut-être dès la dynastie occidentale de Zhou (1050-771), impliquée le culte du ciel par les empereurs, qui ont un lien entre les royaumes terrestres et les royaumes célestes.

    Les empereurs ont monté les étapes de l'autel du ciel nu-pieds, accompagné d'un orchestre jouant les hymnes religieuses, pour se prosterner avant les divinités célestes. Leur efficacité à réaliser l'exécution appropriée du rituel doit être grande, autrement ils pourraient être blâmés d'une mauvaise moisson et ne plus plaire.

    Construit en terre et composé de quatre plateformes circulaires pour une hauteur de 26 pieds de haut, l'autel a été découvert au sud-est de la porte méridionale de Xian, confirmant d'ancienne légendes des dinasties "Tang" et "Sui".

    Les côtés et les surfaces des plateformes de l'autel ont été couverts de couche d'argile jaune, complétés avec une autre couche épaisse de de pâte gris-blanche, faite à partir des cosses de graine et de paille, qui ont donné à l'autel un aspect blanc.

    Il y a douze escaliers équidistants, représentant la division des astronomes chinois des "cieux" en 12 parties. Ils montent de la terre à la plateforme la plus élevée. L'interprétation et l'arrangement de ces autels ont changé du disciple au disciple et de la dynastie à la dynastie, dit An Jiayao de l'académie chinoise de l'archéologie social des sciences qui a édité le rapport.

    L'autel du ZODIAQUE est tombé en désuétude pendant la dynastie Tang au dixième siècle. L'autel n'est plus visible aujourd'huio car l'académie chinoise de l'archéologie social des sciences a été forcée de réensevelir l'autel peu après sa découverte, dû à un "manque de fonds pour un affichage public d'information".

    (source : secretebase)

     

      

    Lieux énigmatiques

     "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"