• Les Faux magiques de Verzy

    Nature insolite 

    Les faux magiques de Verzy 

    Les Faux magiques de Verzy

    Le fau
    Il ne dépasse pas quatre à cinq mètres de haut.
    En été, il étale ses feuilles en un parasol très dense, pouvant aller jusqu'à former une sorte d'igloo de feuilles.
    En hiver, son architecture tourmentée se dévoile : troncs et branches tordus, coudés, torsadés, branches terminales retombant jusqu'au sol.
    Des individus croissent également en Allemagne (région du Süntel, non loin de Hanovre), en Scanie (Dalby Söderskogs, près de Malmö, Suède, vers la limite boréale de l'espèce), au Danemark, en Lorraine, etc. L'origine unique ou plurielle de ces peuplements est en question.

    Ces arbres donnent ainsi son nom, les Faux de Verzy, au site touristique situé en France au nord-est de la Montagne de Reims, au sud de Reims dans la Marne où l'on trouve la plus grande concentration mondiale de hêtres tortillards, estimée à environ un millier d'individus.

    Le mot « fau » désignait le hêtre en ancien français (pluriel : faux, diminutif : fayet, fayard, foyard) ; il dérive du latin fagus, tandis que le terme « hêtre » est d'origine germanique).

    Deux autres sites sont répertoriés en Europe, dans les régions d’Hanovre (Allemagne) et de Malmö (Suède). Mais ils sont trop peu nombreux pour assurer leur « descendance ».
    Ce n’est pas le cas des faux de Verzy, en particulier depuis qu'un sentier aménagé permet de les admirer, protégés par des barrières en rondins, sans que le piétinement leur soit nuisible. Une réserve clôturée permet de préserver une partie du peuplement. 

    Avec plus de 1 000 faux, la Forêt Domaniale de Verzy est la principale réserve mondiale de faux.
    Les plus caractéristiques d'entre eux se sont vu attribuer un nom, inspiré de leurs formes singulières :

    le Fau parapluie,
    le Fau de la mariée,
    le Fau de la tête de bœuf,
    le Fau de la demoiselle (la légende raconte que Jeanne d’Arc vint faire une sieste dans cette forêt.[réf. nécessaire]).
    Le site est classé au niveau national depuis 1932

    Les Faux magiques de VerzyPhoto : Sébastien BEAUCOURT ©

    Histoire

    Une multitude de spéculations, des plus farfelues aux plus plausibles, souvent sans fondement scientifique, ont été proposées pour déterminer l'origine des faux.

    Leur présence à Verzy est attestée dans les cartulaires de l'abbaye de St-Basle dès le VIe siècle. Les moines les auraient multipliés par marcottes et transplantés en forêt pour faire un véritable « jardin botanique ». Ces grands voyageurs auraient, selon Y. Bernard, rapporté ici un précieux plant d'une région de l'est qu'ils évangélisaient. Une légende invoque une punition divine contre les mécréants de Verzy, une autre la malédiction proférée par un moine de St-Basle.

    Un hêtre tortillard nommé l'« abre des Dames » (abre=arbre et Dames=fées) ou « Le Beau Mai » se trouvait au sud de Domrémy, déjà centenaire à l'époque de Jeanne d'Arc ; il était vénéré pour sa beauté et faisait l'objet d'un culte rustique : une procession s'y rendait chaque année pour chasser les mauvais esprits.
    Lors du procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc (1450-1456), onze témoins parlent de cet arbre comme s'il s'agissait d'une information essentielle (Georges H. Parent).
    En se rendant avec Charles VII de France à l'abbaye de Saint Basle, Jeanne d'Arc serait montée dans les branches d'un fau à Verzy et s'y serait assise. Vraie ou pas, l'anecdote témoigne du fourmillement de légendes qui a entouré pendant des siècles ces hêtres tortillards, qui restent encore aujourd'hui un mystère pour les scientifiques.

    En Allemagne, le « mystère » de ces arbres (Süntelbuche) est aussi évoqué :
    Als Geheimnis der Süntelbuche gilt die bisher ungeklärte Ursache ihres seltsamen Wuchses. Für die Wuchsform wurden die Bodenbeschaffenheit, Bodeninhaltsstoffe, radioaktives Grundwasser, das Klima, strahlende Meteore, Form und Stellung der Knospen, unterirdische Hohlräume mit Luftströmungen oder „Erdstrahlen“ verantwortlich gemacht. Es gab die Vermutung, nur die an den „Hexenbesen“ wachsenden Eckern könnten wieder Süntelbuchen hervorbringen. Auch vorübergehender Wasserentzug bei Jungpflanzen wurde als Erklärung für den Krüppelwuchs in Erwägung gezogen, doch beweisen ließen sich all diese Spekulationen bisher nicht. (La cause de l'étrange croissance des tortillards est un secret inexpliqué à ce jour. Pour la croissance, ont été rendus responsables la nature du sol, sa composition chimique, la présence de substances radioactives dans les eaux, le climat, des météores radiants, la forme et la position des bourgeons, des cavités souterraines avec courants d'air ou des rayonnements telluriques. Il y eut une présomption que les arbres à « balai de sorcière » pourraient engendrer encore des tortillards. En outre, le manque temporaire d'eau chez les jeunes plants a été considéré comme pouvant être pris en considération pour expliquer l'accroissement des malformations, mais toutes ces spéculations n'ont pas fait leurs preuves).

     

    Biologie
    Les hêtres tortillards, comme les hêtres communs, font partie de la famille des Fagacées.
    Leurs particularités sont, outre la forme :

    la longévité. Pas 800 ans, comme cela a été avancé, mais des comptages de cernes de croissance ont donné 350 ans à Verzy. Certains ont pu vivre 500 ans.
    la capacité d'anastomose (soudure des branches, même entre arbres différents ou entre fau et chêne).
    la capacité de marcottage.
    la rareté et le manque de fertilité de la mise à graines (un an sur cinq à sept, taux de germination inférieur à 10 %). De plus, les graines ne donnent que 40 % environ de faux.
    La mutation génétique est actuellement l'hypothèse la plus probable concernant le phénomène « tortillard ». Survenue spontanément ou peut-être induite par un pathogène il y a plusieurs siècles, la mutation serait stable et héréditaire selon Rol.

    F. Lange propose l'hypothèse d'une mutation récessive, se fondant sur l'apparition dans une forêt de hêtres communs voisine d'un ancien peuplement de faux disparus, de semis spontanés de phénotype tortillard. Il y a alors extériorisation du caractère récessif présent chez des hétérozygotes de phénotype Hêtre commun.

    L'hypothèse de l'accommodat, transformation due aux contraintes exercées par le milieu, encore en vogue dans la région, ne peut être retenue : elle n'est pas génétiquement stable ; les tortillards transplantés de Verzy dans d'autres milieux ou greffés sur hêtre commun, en conservent l'aspect tourmenté.

    Le sol de Verzy, peu favorable à la végétation, aurait-il pu entraîner l'induction d'une lignée de phénotype distinct de celle d'origine et génétiquement différente ? Non, car alors pourquoi tous les hêtres de Verzy ne sont-ils pas tortillards ?

    L'hypothèse d'un pathogène ayant induit une mutation est compatible avec la présence à Verzy de quelques spécimens tortillards de chênes Quercus petraea et de châtaigniers Castanea sativa.
    Toutefois, l'analyse microscopique photonique et électronique à transmission menée par Audran en 1985 n'a pas permis d'y déceler la présence active de virus ou de mycoplasmes.

    Sont aussi présents sur le site, et paraissant être de plus en plus nombreux au fil de ces dernières années, de curieux arbres de phénotype tortillard dont une branche présente un retour stable au phénotype commun. Ces « hêtres chimères » sont aussi nommés « révertants ».

    L'étude comparative des ADN de hêtres communs, tortillards, pourpres et pourpre tortillard (un spécimen à Süntel) des sites de Verzy et Süntel par Anita Gallois du laboratoire de biologie et physiologie végétale de l'Université de Reims en 1998 a permis de montrer que les différences morphologiques étaient bien dues à un facteur génétique, confortant l'hypothèse d'une mutation.

    L'amélioration de la connaissance scientifique du phénomène tortillard dans l'avenir dépend bien sûr des programmes de recherche qui seront menés, selon les crédits octroyés.

    Tourisme et perspectives
    Les hêtres tortillards sont l'objet de soins depuis des décennies. Le site de Süntel, peu visité, s'enrichit de replantations sur greffes. Le site de Verzy qui appartient à l'ONF reçoit des centaines de milliers de visiteurs par an, menaces pour la survie de la variété. Le chemin forestier a été dévié pour diriger le flot des visiteurs vers quelques dizaines de spécimens entourés de barrières. La contrainte, modérée, que nous devons supporter de la part du plan de protection est justifiée par le plaisir de transmettre ces beautés naturelles à nos descendants. Des panneaux explicatifs ont été posés et sensibilisent les promeneurs à l'importance de la sauvegarde d'un tel patrimoine naturel. Des récoltes de faines sont réalisées par l'INRA et le Conservatoire Botanique de Nancy. Le laboratoire de biologie végétale de l'Université de Reims a procédé à des micropropagations in vitro qui génèrent en totalité des tortillards replantables, alors que les graines germées n'en donnent que deux sur cinq en moyenne, et identifiables seulement après quelques années. La pépinière de Süntel vend des souches greffées de tortillards.

    (source : wikipedia)

     

     

      

      Nature insolite 


     

     

     "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"