• Les fous volants de la nature

     Nature insolite 

    Les animaux volants de la nature

    Un animal volant est naturellement un animal qui peut voler. Ce n'est pas nécessairement un oiseau car certains sont des mammifères comme la chauve souris. Les ailes servent à voler et sont souvent recouvertes de plumes, mais ce n'est pas la règle, encore la chauve souris n'a pas de plumes et la majorité des insectes n'en ont pas.

    L'aile est ce qui permet à certains animaux de voler. Dans le cas des oiseaux, elle est recouverte de plumes qui augmentent la surface sans trop augmenter le poids, les plumes sont légères. Les insectes n'ont pas de plumes, les ailes sont plus des membranes solides, minces et légères.

    Les oiseaux ont deux ailes, mais les insectes en ont souvent quatre, comme la libellule. Les oiseaux ont des ailes articulées qui se plient lors des battements, les insectes ne peuvent pas les plier. Elles sont donc constamment exposées complètement comme pour l'abeille, ou peuvent se cacher sous une enveloppe protectrice comme la coccinelle.

    Certains animaux ne sont pas vraiment capables de voler mais plutôt planer. Le poisson volant ne vole pas vraiment, il se propulse hors de l'eau et le vent et sa forme lui permettent de faire de grandes distances en planant, mais il ne peut pas rester continuellement dans les airs comme un oiseau. La même chose pour l'écureuil volant.

    Les oiseaux se servent de leur queue comme gouvernail et pour les aider pour ce diriger. Les insectes se dirigent en modifiant le battement de leurs quatre ailes pour pouvoir se diriger. La chauve-souris modifie et la grandeur membranes et forme des ailes pour ainsi contrôler sa direction et sa vitesse.

     Certains oiseaux ont des ailes mais ne peuvent pas voler comme l'autruche. Dans son évolution, la grosseur de l'autruche a éliminé sa capacité de voler, mais sa rapidité à courir lui a permis de survivre. Les ailes de celle-ci sont d'ailleurs petites et elle ne pourrait même pas planer.

    Les oiseaux et insectes volants sont naturellement plutôt légers pour pouvoir voler. Les os d'oiseaux sont creux pour être plus légers. Les insectes ont souvent un corps plus petit que les oiseaux en proportion de leurs ailes. Le bourdon à de petites ailes comparées à son corps. Les oiseaux et insectes volants ont des caractéristiques vraiment propres à leur espèce qui leur a permis de survivre à la sélection naturelle.

    (source : bestioles)

    L'ECUREUIL VOLANT

    Nom scientifique : Schoinobates volans, Continent : australie, Classe : Mammifères

    ils ne se trouvent jamais au sol sauf erreur de vol.

    Ils sont capable d’effectuer des vols de 100 m sans difficulté. Un individus ayant cumulé à la suite 6 vols planés parcourra ainsi plus de 600 m.  

    Comme d’autres phalangers ou mammifères (ornithorynques, loirs, rats-kangourou…) ils sont capables de transporter des matériaux tels que brindilles ou feuilles en les enroulants dans leur queue pour les ramener jusqu’au nid.

     

    La femelle met bas un seul petit qui naît en juillet-aout. Il reste dans la poche marsupiale jusqu’à l’âge de 4 mois puis reste en compagnie de ses parents jusqu’à sa maturité. Ils se nourrissent de feuilles et de fleurs principalement celles du gommier.

    Il existe de nombreuses espèces de phalangers volants : le phalanger volant pygmée ; le phalanger à queue pennée ; les pétauristes volants et le phalangers volant géant. Tous sont d’habiles planeurs et volent d’un arbre à un autres sans le moindre bruit, ils ont des mœurs similaires exceptés en ce qui concernent l’alimentation, certains sont exclusivement végétariens, d’autres comme le pygmée sont insectivores et certains sont plus hétéroclites comme les pétauristes.

    LA GRENOUILLE VOLANTE

    Nom scientifique : Rhacophorus nigropalmatus Continent : asie Classe : Amphibiens Ordre : Anoures Poids/taille : 10 cm Répartition De la Malaisie à Bornéo Habitat Forêts denses tropicales Comportement Grenouilles arboricoles.

    Elles sont munies de ventouses sur les orteils afin de bien s’accrocher aux arbres. Les rhacophores sont appelées grenouilles volantes car elles sont capables d’effectuer des sauts en vol planer de 12 à 15 m entre le haut et la base d’un autre arbre. Pour ‘’voler’’, elles disposent de pattes palmées faisant office de voile portante.

    Nocturnes, elles sont actives la nuits. Reproduction Le couple se positionne sur une branche à l’aplomb d’un point d’eau. Le mâle se place alors sur le dos de la femelle et féconde au fur et à mesure les œufs qu’elle pond. Le couple forme ensuite un nid mousseux dans lequel les œufs sont enfermés.

    Cette masse se durcie sur l’extérieure mais reste fluide à l’intérieur, c’est dans ce liquide que les œufs et les têtards se développent. Ils sont libérés par la pluie qui dissous le nid d’écume et les faits tombés dans l’eau. Alimentation Elles se nourrissent principalement d’insectes, notamment de sauterelles. Informations Elles changent de couleurs avec la lumière : exposées en plein soleil, leur peau est de couleur bleue vert ; le soir, elles deviennent vertes et la nuit leur peau s’assombris et devient noire.

    LA CHAUVE SOURIS

    La chauve souris est le seul mammifère qui puisse voler, grâce à des membranes qui réunissent ses pattes à son corps. Elle peut aussi marcher à quatre pattes mais malhabilement. La chauve-souris vampire est sûrement la plus connue et est une des vedettes de l'halloween.  

    La chauve souris est un animal qui vit la nuit! Elle se dirige dans la noirceur grâce à un système qui tient du sonar. Elle émet des cris très aigus, qui lui reviennent lorsqu'ils frappent un obstacle. Ceci la renseigne sur la distance et l'origine de cet obstacle, ce qui lui permet de l'éviter. C'est pourquoi, la rumeur selon laquelle la chauve souris s'accrocherait dans les cheveux est absolument fausse.

    Pendant le jour, la chauve-souris se repose, dans les arbres creux, les grottes, sous les écorces ou dans les bâtiments. Elle s'y suspend la tête en bas et dort toute la journée. La vie de nuit lui procure l'avantage qu'il y a moins de concurrents qui recherchent leur nourriture! Pour l'alimentation, elle se nourrit principalement d'insectes et peut en capturer une quantité incroyable en très peu de temps. 

    (source : tousvosanimaux)

    Fossile : UN MAMMIFERE VOLANT 

    Un petit mammifère, de la taille d’un écureuil ou d’une chauve-souris, qui vivait il y a 125 millions d’années dans l’actuelle Mongolie, était capable de voler, plus exactement de faire du vol plané.

    LES FOUS VOLANTS DE LA NATURE

    Des chercheurs de l’Institut de paléontologie de Pékin, en Chine, présentent aujourd’hui dans la revue Nature le fossile d’un mammifère d’un genre nouveau, Volaticotherium antiquus, qui vivait dans les arbres et pouvait se laisser glisser sur l’air grâce à une membrane ouverte comme un parachute, le patagium.
    Jusqu’à présent, le mammifère volant le plus vieux était un rongeur de 30 millions d’années. Cette découverte repousse donc de 70 millions d’années en arrière la capacité des mammifères à faire du vol plané.
    Le fossile de Volaticotherium antiquus découvert en Mongolie dévoile parfaitement son squelette mais aussi les contours du patagium et des poils qui le recouvraient. Equipé d’une long queue pour s’équilibrer en vol, le petit animal avait aussi tout l’attirail nécessaire pour grimper aux arbres et la dentition adéquate pour se nourrir d’insectes.
    L’existence de V. antiquus montre une fois de plus que les mammifères du mésozoïque, période dominée par les dinosaures, étaient plus variés qu’on ne pensait. Le vol plané est sans doute apparu plusieurs fois chez les mammifères. V. antiquus appartient à une lignée disparue, expliquent Jin Meng et ses collègues, il n’est pas l’ancêtre des actuels mammifères volants, écureuils, marsupiaux ou chauves-souris.

    (source : paleoage

    CES SERPENTS CAPABLES DE VOLER

    Certains serpents d'Asie du Sud-Est peuvent voler. C'est ce que montre un chercheur américain après avoir filmé, puis analysé, les ondulations corporelles du serpent Chrysopelea paradisi lors d'une chute de 15 mètres.

    Serpents rampants... et volants

     

    Ils sont cinq. Cinq serpents, répertoriés à ce jour, capables de s'envoyer en l'air – dans le sens littéral de l'expression – et de maîtriser à loisir leur envolée. C'est ce que suggère un chercheur américain, Jake Socha, après avoir étudié de plus près les mouvements aériens de l'un d'eux, Chrysopelea paradisi.

    Ce serpent arboricole, agressif mais peu venimeux, possède la faculté de sauter d'arbre en arbre pour attraper une proie ou échapper à un prédateur. Or, les biologistes ont remarqué que lors de ses bonds spectaculaires, qui peuvent parfois atteindre jusqu'à 100 mètres, cet animal garde la tête fixe tandis que le reste du corps ondule comme pour diriger sa chute. De là, les chercheurs ont émis l'hypothèse qu'il s'agissait non pas d'un saut... mais d'un vol, d'un mouvement que le serpent peut contrôler à tout moment.

    Un plongeon forcé de 15 mètres 

    Afin d'en avoir le cœur net, Jake Socha a analysé un saut de Chrysopelea paradisi. Et pas un petit saut ! Un plongeon vertigineux puisque le spécimen a dû se lancer d'une tour de 15 mètres. La chute, qui s'est prolongée sur 24 mètres a été filmée à l'aide de quatre caméras. À partir des images recueillies, le chercheur a effectué une reconstruction 3D de ce vol, puis un modèle lui permettant de décortiquer, à tout moment, les forces physiques impliquées dans ce vol de serpent. 

     

    Les résultats montrent qu'après une phase de chute, le serpent s'est mis à glisser littéralement sur l'air. Les forces produites par les ondulations du corps sont parvenues à contrecarrer l'effet du poids du serpent. Résultat : l'animal est devenu capable de se maintenir en l'air et même de virer en vol. D'après le modèle théorique, lors de cette phase de vol, la balance des forces est telle que le serpent pourrait même s'élever en l'air. Le phénomène n'est toutefois que temporaire, ce qui explique que le serpent finisse par retrouver la terre ferme, passant de volant à rampant...

    (source : universcience/)

     

    Exocoetidae, LE POISSON VOLANT

    L'exocet est un poisson des mers chaudes, appelé usuellement poisson volant parce que ses nageoires pectorales, très développées, lui permettent de sauter hors de l'eau et de planer quelques instants.

    La famille des Exocoetidae ou poissons volants est une famille de poissons marins comprenant 70 espèces regroupées dans 7 à 9 genres. On trouve les poissons volants dans tous les océans, principalement dans les eaux chaudes tropicales ou subtropicales. Leur caractéristique principale est leurs nageoires pectorales, inhabituellement larges, qui leur permettent de faire de courts vols planés hors de l'eau dans le but d'échapper aux prédateurs. Chez certaines espèces, les nageoires pléviques sont aussi inhabituellement larges, donnant à ces poissons quatre « ailes ».

    Pour se préparer à un vol plané, le poisson nage rapidement près de la surface de l'eau, avec ses nageoires près du corps. Lorsqu'il sort de l'eau, il déploie ses nageoires. La nageoire caudale est en général très hérissée, avec le lobe inférieur plus long que le supérieur. Le poisson déplace rapidement le lobe inférieur pour se propulser en avant lorsque le reste du corps est déjà hors de l'eau. Finalement, même la queue est hors de l'eau et le poisson vole. Ils ne battent pas des ailes. En planant, le poisson volant peut au moins doubler sa vitesse et ainsi atteindre des vitesses supérieures à 60 km/h. Les vols planés ont généralement une longueur de 30-50 mètres, mais des vols de plusieurs centaines de mètres ont été observés. Le poisson volant peut aussi faire des séries de vols planés en plongeant à chaque fois sa queue dans l'eau pour produire une nouvelle propulsion.

     

    Plusieurs espèces atteignent une longueur de 30 cm, alors qu'une minorité peut même atteindre les 45 cm. Les yeux sont plus plats qu'un poisson normal pour pouvoir voir à la surface de l'eau. Ils vivent près de la surface de l'eau et se nourrissent de plancton. Le poisson volant, souvent conservé par séchage, est la nourriture de base du peuple Tao de l'île Orchidée (Taïwan). Leurs œufs (Tobiko) sont utilisés dans la cuisine japonaise pour confectionner certains types de sushi.

     

    Le terme Exocoetidae vient du grec exo pour « dehors » et koite pour « creux » — et non du latin cetus pour « gros poisson » (ou baleine). Le missile Exocet est un missile guidé nommé en référence à ce poisson. Il y a aussi trois navires de l'US Navy nommés USS Flying Fish.

    Le mārara, nom tahitien de ce poisson, est le symbole de l'Office des postes et télécommunications de Polynésie française que l'on retrouve sur son logo.

    (source : wikipedia)

    Nature insolite

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"