• Les hauts lieux de manifestations paranormales

    Surnaturel et fantastique

    Les hauts lieux de manifestations paranormales

    Des lieux qui subissent des phénomènes inexplicables existent un peu partout dans le monde...

    HAUTS LIEUX DE MANIFESTATIONS PARANORMALES

    Le Presbytère de Borley

    La maison la plus hantée d'Angleterre 

     
    Le presbytère de Borley à la fin du XIXe siècle.

    Le presbytère de Borley était une grande résidence de style néo-gothique, située dans la paroisse deBorley (en), dans le comté d'Essex en Angleterre. Construit en 1862 pour recevoir le pasteur Henry Bull, lepresbytère fut élevé sur le site d’un précédent édifice détruit par un incendie en 1841. Considéré par la légende comme « la maison la plus hantée d’Angleterre » le presbytère de Borley a été à nouveau la proie d’un incendie pendant la Seconde Guerre mondiale et fut définitivement démoli en 1944. 

     
    Harry Price en 1922

    Théâtre supposé de multiples formes de hantises, qui allaient d’apparitions nocturnes aux phénomènes depoltergeist, d’inscriptions mystérieuses présumées tracées par des mains fantômes, de sonnettes s’agitant seules et de lumières spectrales apparaissant dans des pièces vides, le presbytère de Borley devint la cible de toutes les curiosités, dont celle de la Society for Psychical Research (SPR) et du chasseur de fantômes Harry Price (en). Ce dernier enquêta pendant une année pleine à Borley et publia les résultats de ses investigations, concluant à la présence de multiples phénomènes paranormaux dans le presbytère. Une religieuse fantôme et un cocher sans tête furent ainsi prétendument aperçus dans le parc du presbytère, dont une des allées fut nommée nun's walk (promenade de la nonne).

    La SPR, à laquelle Price avait pourtant appartenu, réfuta les affirmations et « preuves » de Price puis publia une contre-enquête dans laquelle la Société concluait qu’Harry Price avait frauduleusement créé les phénomènes de hantise dont il rendait compte.

    La SPR établit aussi que Marianne Foyster, la femme du révérend Lionel Foyster, qui avaient habité la demeure de 1930 à 1935 avait aussi créé de toutes pièces des éléments paranormaux, en particuliers des « écritures fantômes » qu’elle avait tracée de sa main gauche pour en maquiller le style. Parmi ces textes restés célèbres, il faut citer des appels de l'au-delà réclamant de la lumière et des messes, ainsi que des demandes à l'aide adressées directement à Marianne. (source : wikipedia

    Le château de Douvres

    L’apparition de ce fantôme est filmé...

    HAUTS LIEUX DE MANIFESTATIONS PARANORMALES 

    HAUTS LIEUX DE MANIFESTATIONS PARANORMALES

    Le 8 Août 2009, d’étranges images venues du château de Douvres et montrant une mystérieuse silhouette noire marchant à l’entrée de ce dernier ont été ajoutées sur la plateforme YouTube. Pour certains, aucun doute possible, un fantôme est apparu…

    Depuis sa construction au 12ème siècle, le château de Douvres est en proie à plusieurs dizaines d’histoires de fantômes et d’esprits. En raison de ces récits, le château est devenu au cours des années un site populaire pour les visites et enquêtes paranormales.

    Ainsi, en 2009, sa réputation d’être hanté aurait une fois de plus été confirmée à la suite de mystérieuses images publiées sur YouTube. Cette vidéo, réalisée à l’entrée du château, semble vouloir nous montrer une silhouette sombre traversant la route.

    Ce fantôme aurait été initialement filmé par une caméra de vidéosurveillance avant d’être ré-enregistré par un smartphone lors de son passage en télévision. La vidéo montre ce que l’on peut confondre avec une entité se déplacer de droite à gauche, avant de finalement s’évaporer tout aussi vite qu’elle est apparue. Puis, quelques secondes plus tard, un agent de sécurité peut être vu marcher à l’endroit où le fantôme a été vu.

    « Je vous assure que l’apparition de ce fantôme n’est en aucun cas un canular», a déclaré l’uploadeur originel de la vidéo. «Cette scène a été filmée grâce à mon smartphone devant la chaîne de télévision Chinoise CCTV au château de Douvres. Pour être honnête avec vous, je ne sais même pas comment est-ce que l’on pourrait falsifier des images pour créer un fantôme».

    Source : Daily Record

     

    (source : documystere

    Le château de Glamis

    Des légendes incroyables...

    Image illustrative de l'article Château de Glamis 

    Le château de Glamis se trouve à côté du village de Glamis (prononcer [Gleymz], /ɡlɑːmz/) dans la zone administrative écossaise de l'Angus. C'est le siège des comtes de Strathmore et Kinghorne, et il est accessible au public. Le château se trouve sur les billets de dix livres émis par la Royal Bank of Scotland. Les plâtres des plafonds de Glamis sont remarquables par leur détail et leur préservation. Le bâtiment central, en forme de L, date du xive siècle. Il a été modifié, et au long des siècles on y a ajouté d'autres bâtiments, ce qui donne à l'édifice actuel son apparence impressionnante. Avec ceux du château de Muchalls et du château de Craigievar, ils sont considérés comme les plus beaux d'Écosse. On trouve souvent le château dans des fictions et légendes ; d'après les histoires locales, il y aurait plus de sombres secrets à Glamis que dans tout autre château d'Écosse.

     
    Parc du château de Glamis

    Glamis se trouve dans la vaste et fertile vallée de Strathmore, à proximité de Forfar, capitale de l'Angus encadrée au sud par les Sidlaw Hills et au nord par les Monts Grampians, à une vingtaine de kilomètres de la Mer du Nord. Les terres entourant le château couvrent 14 000 acres (soit 57 km2); on y trouve des jardins luxuriants avec des chemins pour les promenades, des cultures, des exploitations de bois et des troupeaux de bœufs. Deux ruisseaux coulent à travers ces terres, l'un étant nommé le ruisseau de Glamis (Glamis Burn). Un arboretum surplombe ce dernier, avec des arbres de provenance très variées dans le monde, la plupart étant rares et plusieurs centenaires. Les oiseaux et autres petits animaux sont communs. Une partie des jardins et des terres sont ouvertes au public. Le lieu peut être loué pour des occasions particulières comme des dîners ou des mariages.

    Le château de Glamis sous la neige vers 1880.

    On trouve des traces de peuplement préhistorique dans les environs du château. La pierre picte bien connue, dite Eassie Stone, fut trouvée dans le lit d'un ruisseau du village voisin d'Eassie.
    En 1034, le roi Malcolm II décéda à Glamis.
    En 1372, le château de Glamis fut donné par Robert II d'Écosse aux seigneurs de Glamis, qui deviendront Comte de Strathmore et Kinghorne5. Les comtes devenant chefs du Clan Lyon.
    En 1562, visite au château de le reine d'Écosse Marie Ier.
    La fille de Claude Bowes-Lyon (1855 - 1944), 14e comte, la reine mère Elizabeth, la mère de l'actuelle reineÉlisabeth II, fut elle-même sacrée reine en 1937 et passa son enfance au château ; c'est également là que naquit sa fille cadette Margaret en 1930, tandis que sa mère Cecilia Nina Cavendish-Bentinck y repose depuis 1932.

    Sur le plan architectural, le château a subi de nombreuses transformations. Restauré en profondeur au xviie et xviiie siècles, le château était basé sur une maison-tour que l'on peut maintenant trouver au centre.

    Le monstre de Glamis

    Glamis.jpg 

    La légende la plus connue est celle du Monstre de Glamis, un enfant affreusement difforme, né en 1821, fils ainé du 11e comte George Bowes-Lyon et de son épouse Charlotte Grimstead, arrière-arrière-grands-parents de Elizabeth Bowes-Lyon, la reine-mère. Selon l'histoire, il aurait été gardé reclus dans le château toute sa vie, et ses chambres murées après sa mort. Une version alternative de la légende serait qu'un vampire nait à chaque génération de la famille et est gardé à l'intérieur des murs de ces chambres. Une vieille histoire raconte que des invités auraient accroché des serviettes aux fenêtres de chaque pièce pour tenter de trouver les chambres murées du monstre. Lorsqu'ils regardèrent le château de l'extérieur, de nombreuses fenêtres n'auraient pas montré les serviettes. Cette légende peut être inspirée par l'histoire réelle des Ogilvie. Quelque part dans les murs épais de presque cinq mètres se trouve une chambre remplie de crânes, où la famille Ogilvie cherchant protection contre le Clan Lindsay serait morte de faim emmurée et violé. Enfin, un autre monstre aurait habité dans le Loch Calder à proximité de Glamis.

    La dame grise

    GlamisWide.JPG 

    Une petite chapelle se trouve dans le château avec des sièges pour 46 personnes. L'histoire donnée aux visiteurs par les guides du château prétend qu'un siège est toujours réservé pour la dame grise (Grey Lady), un fantôme qui habiterait le château et que l'on penserait être Janet Douglas, épouse du 6e seigneur de Glamis ; accusée de sorcellerie, elle fut torturée afin de la faire avouer, puis au envoyée au bûcher à Édimbourg en 1537. D'après les guides, la chapelle est toujours utilisée régulièrement par la famille mais personne n'a le droit de s'asseoir sur le siège de la dame grise. Sir David Bowes-Lyon (1902 – 1961), l'un des oncles maternels de la reine Élisabeth II, se promenant sur la pelouse une nuit après le souper, déclara avoir vu une fille s'agrippant aux barreaux d'une fenêtre et regardant fixement dans la nuit. Alors qu'il allait lui parler, elle disparut soudainement, comme si quelqu'un l'avait arrachée de la fenêtre.

    Jouer aux cartes avec le diable

    Earl Beardie (identifié comme étant soit : Alexander Lyon, 2e Lord Glamis ; soit : Alexander Lindsay, 4e comte de Crawford au xve siècle) était invité au château. Une nuit, il demanda à jouer aux cartes alors qu'il était ivre et ses hôtes refusèrent son offre car c'était le jour du sabbat. Furieux, il déclara qu'il jouerait avec le diable lui-même. Un inconnu se présenta alors au château et demanda si Beardie souhaitait un partenaire aux cartes. Ils commencèrent à jouer dans une des chambres et, plus tard, les serviteurs entendirent des hurlements et des malédictions proférées venant de la pièce. L'un d'eux jeta un coup d'œil à travers le trou de la serrure et l'histoire raconta qu'un jet de lumière l'aurait blessé. L'inconnu disparut, emportant l'âme de Beardie avec lui. De nombreuses personnes prétendent avoir entendu des cris et des bruits de dés ; on prétend que le comte continuerait de jouer aux cartes avec le diable.

    Les hauts lieux de manifestations paranormales

    (dessin : Les émanants

    GLAMIS CASTLE ET SES 7 FANTÔMES

    HAUTS LIEUX DE MANIFESTATIONS PARANORMALES

    On dit du château de Glamis qu'il serait le plus hanté d'Ecosse mais certains disent qu'il serait aussi le plus hanté du Monde! D'histoires en légendes ce n'est pas moins de 7 fantômes qui seraient référencés à Glamis.

    Le plus célèbre d'entre eux est celui du second Lord de Glamis, cet homme était un joueur invétéré, ce qui fait que lorsqu'un jour un étranger se présenta à la porte et lui proposa une partie de carte, sa passion pris le pas sur sa méfiance. Les deux jouèrent durant des jours et des nuits, et des cris étaient la seule chose que les domestiques pouvaient percevoir de l'autre côté de la porte. L'un d'eux voyant le dimanche, jour du Seigneur, approché, tenta d'entrer dans la pièce afin de prévenir son maître qu'il était temps de stopper la partie, le jeu étant interdit en ce jour sacré. Lord Glamis aurait répondu qu'il n'arrêterait pas de jouer, quitte à jouer avec le Diable lui-même. Les deux hommes considèrés comme possèdés, furent emmurés vivants dans leur pièce de jeu. Depuis on continue d'entendre les cris des deux joueurs dans le château. La pièce existe toujours et on dit que seul 3 personnes au Monde connaîtraient son emplacement.

    Trois personnages féminins se promènent toujours dans le château :

    *La première dite Dame Grise n'est autre que Janet Douglas, lady Glamis, qui fût victime de la haine de James V. A la mort de son mari, Janet devînt une proie facile pour James qui l'emprisonna avec son fils, sous un faux prétexte de sorcellerie. Elle fût brûlée vive mais son fils fût épargné. A la mort de leur bourreau, le fils de Lady Glamis fût libéré et c'est à se moment que commencèrent les apparitions de sa mère autour de la chapelle du château. Elle se promènerait suivie de bruits sourds de coups à la recherche de sa projéniture.

    *La seconde, serait une jeune fille qui se promènerait la bouche dégoulinante de sang, avec un regard complètement perdu. La légende veut que cet esprit soit celui de la fille d'une des domestiques à qui on aurait coupé la langue pour avoir trop parlé.

    *La troisième n'apparatrait que sous forme d'un spectre blanc dans la nursery, elle balancerait le berceau d'un enfant mort-né en poussant de longs gémissements et des lamentations.

    Glamis abrite aussi l'esprit d'un jeune domestique noir. Son histoire est dramatique. Ses collègues ne sachant pas quoi faire de lui et le trouvant trop encombrant, l'envoyaient souvent s'asseoir sur une pierre sous un arbre, il y restait des heures durant jusqu'à ce qu'on lui dise de rentrer. Un soir en hiver, tous l'oublièrent. Ne voulant pas désobéir aux ordres qui lui avient été donnés, resta la nuit durant sur son cailloux et mourut de froid. Aujourd'hui, on le verrait souvent assis sous son arbre ou tournant autour de la pierre lors des nuits froides écossaises.

    Les deux derniers fantômes du château sont Jack the Runner, qui traverse les sous-sols en courant, et la silhouette d'un soldat souvent apperçu sur les toit de la demeure.

    Mon expérience : Toujours lors de mon voyage en Ecosse, j'ai eu la chance de faire une étape à Glamis, de part son cadre et son histoire assez tourmentée, le château se prête particulièrement aux histoires de revenants. Les intérieurs sont vraiment magnifiques et extrêmement riches en meubles et vaisselles. L'atmosphère du château donne un léger frisson lorsqu'on y pénètre, est-ce les légendes qui font froid dans le dos ou est-ce quelques esprits tourmentés qui aiment à taquiner le visiteurs...nul ne le sait.

    A voir à Glamis absolument : la seule représentation du Christ avec un chapeau.

    Les hauts lieux de manifestations paranormales

    (source : etrangelegende)

    Les hauts lieux de manifestations paranormales 

    (dessin : Les émanants

    La maison hantée des Whaley

    Même en Californie !

    maison hantée des whaley

    La Whaley House à San Diego, plus connue comme la maison la plus hantée des États-Unis, fut construite en 1857 par Thomas Whaley sur un terrain où une exécution macabre eut lieu et qui fut partiellement un cimetière. Un homme connu sous le nom de « Yankee Jim Robinson » y fut pendu pour de menus larcins, mais la potence ne fut pas montée correctement, et il eut une mort des plus atroces, luttant et se débattant au bout de la corde.

    Les enfants du premier propriétaire, Thomas et Anna Whaley, auraient entendu des bruits de pas dans la maison. Après la mort du dernier Whaley, en 1953, la maison fut ouverte au public. De nombreux visiteurs ont signalé des apparitions, des bruits étranges et des esprits frappeurs.

    Voici la description des fantômes vus par les visiteurs :

    Je vois la silhouette d’une femme… Elle porte une longue jupe qui traîne sur le sol… Elle a une sorte de coiffe sur la tête, des cheveux noirs, et des yeux sombres… J’ai l’impression que nous la dérangeons dans son intimité.

    Un doux parfum de tabac se fait sentir parfois. On peux y croiser aussi le fantômes d’une jeune fille qui fut pendue accidentellement. La fille aux cheveux roux des Whaley (Anna) apparaît parfois sous une forme tellement réaliste qu’on la confond parfois avec une enfant vivante. Des médiums ont affirmé qu’il y avait plusieurs fantômes dans la maison, mais deux seulement ont pu être identifiés : « Yankee Jim Robinson », toujours furieux d’avoir été traité de la sorte, et Anna Whaley, qu’on peut entendre marcher dans toute la maison. Le dernier des Whaleys est décédé en 1953 et depuis la maison fut transformée en musée.

    (source : histoires-paranormales

    Les fantômes de la Maison Blanche

    La Chambre de Lincoln 

     
    La chambre de Lincoln en 1992 (vue nord).

    La Chambre de Lincoln est une chambre au 2e étage de la Maison Blanche et fait partie d'un ensemble de pièces qui inclut le Salon de Lincoln et la Salle de bains de Lincoln. Nommée d'aprèsAbraham Lincoln qui l'utilisait comme bureau, cette pièce a la réputation d'être le théâtre d'apparition de fantômes. La chambre est utilisée par les présidents comme chambre d'amis et pour honorer leurs soutiens politiques. 

    La pièce est meublée dans le style victorien depuis sa rénovation par Harry S. Truman. Certains meubles ont été utilisés sous la présidence de Lincoln (mais lui sont antérieurs), en particulier le canapé et trois chaises assorties, deux fauteuils et quatre chaises du cabinet de Lincoln. Le point central de la chambre est le lit de Lincoln, un lit en bois de rose de 8 pieds par 6 avec une tête de lit énorme, qui aurait été acheté par Mary Todd Lincoln quand elle s'est occupée de la décoration. Le lit n'a probablement jamais été utilisé par Lincoln, mais plutôt par plusieurs de ses successeurs.

    Une copie holographe du Discours de Gettysburg est exposée sur le bureau. Il s'agit de l'une des cinq seules copies signées, datées et intitulées par Lincoln.

    Histoire

    Quand Abraham Lincoln était président, il s'en servait comme bureau personnel et comme salle de réunion du Cabinet présidentiel (tous les présidents de 1830 à 1902 s'en sont servis de cette manière, jusqu'à la construction de l'aile Ouest en 1902). Sous la présidence de Lincoln la tapisserie et la moquette étaient de couleur vert sombre. Le bureau se présentait dans un certain désordre avec les murs étaient recouverts de plans de la guerre de Sécession, des journaux empilés sur le bureau et sur les tables, ainsi qu'une importante quantité de courrier et de requêtes de personne demandant des postes, et deux grandes poubelles souvent remplies.

    Lincoln y signa la Proclamation d'émancipation des esclaves le 1er janvier 1863. Certaines sources indiquent faussement que le président Lincoln y est mort, il en fait mort dans l'une des pièces privées d'un étage inférieur.

    En 1902, quand les collaborateurs du président déménagèrent vers l'aile Ouest, nouvellement construite, la pièce devint une chambre appelée « chambre Bleue ». Quand l'intérieur de la Maison Blanche fut entièrement reconstruite sous Truman, la pièce fut refaite et dédiée au président Lincoln.

    La pièce a été redécorée plusieurs fois au cours des 50 dernières années, notamment lors de la rénovation menée par Jacqueline Kennedy, mais toujours dans le style victorien. En 2004, la Maison Blanche fit refaire les couleurs de la pièce dans le style victorien.

    La chambre de Lincoln connut une nouvelle rénovation sous la présidence de Bill Clinton. Elle fut aussi alors plus connue du public, servant de chambre pour les amis et les soutiens politiques du président. Elle connut une nouvelle rénovation sous la présidence de George W Bush.

    Crédits photo (creative commons) : UpstateNYer

    Apparitions de fantômes

    Les visiteurs de la chambre de Lincoln affirment avoir vu Lincoln regarder par la fenêtre, surveillant un champ de bataille invisible (la fenêtre a vue sur la pelouse Sud). Theodore Roosevelt et Dwight D. Eisenhower affirment avoir senti la présence d'Abraham Lincoln dans la pièce. Eleanor Roosevelt a déclaré : « Parfois quand je travaillais tard à mon bureau, j'avais l'impression que quelqu'un était debout derrière moi. Je devais me retourner et regarder. » Selon certaines rumeurs, Winston Churchill a également vu Lincoln dans la pièce. Amy Carter (en), fille alors adolescente du présidentJimmy Carter lors de nuits blanches avec ses amies, a attendu l'apparition du fantôme de Lincoln et elles essayèrent même d'entrer en contact avec lui à l'aide d'un ouija, en vain. Le chien de Ronald Reagan aboyait à la porte de la pièce mais n'y entrait jamais. Maureen Reagan (en), fille de Ronald Reagan a affirmé avoir vu d'étranges apparitions dans la pièce. Richard Dreyfuss affirme avoir fait des cauchemars mettant en scène un portrait de Lincoln qui orne la chambre. « Un important pourcentage de gens qui travaillent ici ne veulent pas entrer dans la chambre de Lincoln » selon Capricia Marshall (en), secrétaire à la Maison Blanche sous la présidence de Bill Clinton. Des femmes de chambre et des domestiques de la Maison Blanche affirment également avoir vu le fantôme de Lincoln.

    (source : wikipedia)

    La maison d'Amityville, New York (Etats-Unis)

    La famille Lutz emménage dans la maison d'Amityville qui fut témoin, quelques mois plus tôt, de l'assassinat par Ronald DeFeo Junior de ses parents et ses 4 frères et soeurs. Les Lutz tinrent 28 jours seulement dans la maison qu'ils jugèrent hantée. La famille qui leur succéda n'eut pourtant à se plaindre d'aucun esprit. 

    Crédits photo (creative commons) : Seulatr

    Le pénitencier d'Eastern State, Philadelphie (Etats-Unis)

    Les pratiques en vigueur dans cette ancienne prison étaient odieuses et poussèrent quelques détenus à la folie furieuse. Aujourd'hui transformé en musée, certains touristes affirment y avoir entendu des rires désincarnés et quelques ombres suspectes. Assez pour entretenir le mythe.

    Crédits photo (creative commons) : Thesab 

           

    Le château d'Édimbourg (Ecosse)

    900 années d'histoire dans la besace, ponctuées d'affrontements, de disparitions et autres "phénomènes" inexpliqués ont assuré à la forteresse une réputation solide de nid à fantômes.

    Crédits photo (creative commons) : Jordan S Hatcher

    Le champ de bataille de Gettysburg, Pennsylvanie (Etats-Unis)

    La bataille de Gettysburg a duré trois jours et fut l'une des plus sanglantes de l'histoire de l'Amérique. Il ne serait pas anormal de croiser aujourd'hui, les âmes des jeunes soldats morts au champ d'honneur, mais ayant eu un peu de mal à accepter ce décès prématuré.

    Crédits photo (creative commons) : fauxto_digit

    La plantation des Myrtles, Louisiane (États-Unis)

    Bien que l'endroit héberge, prétendument, plusieurs fantômes, c'est bien Chloé, jeune esclave de la plantation au 19ème siècle, qui a terrorisé le plus d'âmes sensibles. Amputée d'une oreille par son patron, pour avoir écouté aux portes, elle se serait vengée en empoisonnant les deux filles de ce dernier. Il est rare de ne pas la croiser dans les alentours de la plantation.

    Crédits photo (creative commons) : Corey Ann

    Le Queen Mary, Californie (États unis)

    Les esprits n'ont pas peur de l'eau et le majestueux paquebot abriterait quelques fantômes tels que ceux d'un marin décédé en salle des machines, d'une "dame en blanc" et d'une poignée de gamins morts noyés dans la piscine du bateau.

    Crédits photo (creative commons) : Christophe.Finot

    La tour de Londres (Angleterre)

    Erigée par Guillaume le Conquérant, cette ancienne prison était également le théâtre d'exécutions en masse. Parmi les fantômes trainant dans les parages, on compte celui d'Anne Boleyn, l'épouse d'Henry VIII et d'Henry Becket, archevêque de Cantorbéry.

    Crédits photo (creative commons) : Bernard Gagnon

    La maison Whaley, Californie (États unis)

    Classée "hantée" par le très sérieux département américain du Commerce, la maison Whaley, a été surnommée ainsi car son architecte et futur locataire s'appelait James Whaley. Il y aurait récolté plusieurs preuves tangibles de la présence de l'esprit de Jim Robinson, pendu un siècle plus tôt sur le site. 

    Crédits photo (creative commons) : Joe Mabel

    La mystérieuse maison Winchester, Californie (États-Unis)

    La présence de cette demeure dans ce classement ne tient qu'aux affabulations de Sarah Winchester qui, après avoir perdu mari et enfants, est allée consulter une voyante. Cette dernière lui a affirmé que des fantômes avaient refroidi sa progéniture et sa moitié. Cela semble assez pour que le département américain du Commerce considère l'endroit comme pas très net.

    Crédits photo (creative commons) : Gentgeen

    Sanatorium de Waverly Hills , Kentucky (USA)

    Un ancien établissement médical, fermé il y a bien longtemps, dans lequel on traitait la tuberculose. Enfin on essayait.
    La mortalité au sein de l'hôpital étant, on construit, parce qu'on avait le sens de la déconne, un Death tunnel ( « Tunnel de la mort ») où on entreposait les patients décédés. Sympathique. Depuis, apparitions en tous genres, bruits inexpliqués, voix d'enfants à tous les étages, le genre d'endroit où on irait pas pour une ballade...

    highres_1801322

    Crédits photo (creative commons) : leblogdeletrange 

    (Sources : wikipedia & time & topito)

     

      

      

    Surnaturel et fantastique

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"