• Les lacs sacrés en France

    Lieux énigmatiques

    Les lacs sacrés en France

    Les lacs qui sont des îles à l'envers ont toujours frappé l'imagination. Mers intérieures que l'on pouvait cerner, souvent du regard, univers enclos dont la surface plate, étrangère aux pas de l'homme, devait receler bien des trésors, des villes englouties, des portes secrètes.

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    Il n'y a pas si longtemps que l'on a pu mesurer la profondeur de la plupart d'entre eux, et, au cours de notre histoire passionnelle, rien n'interdisait de croire qu'ils étaient sans fond !
    Emile Mâle dit que "les lacs eux mêmes, sous leur surface immobile, cachaient une divinité"

    Le lac Saint Andéol

    Grégoire de Tours nous en donne un bel exemple en nous relatant le curieux rituel ausquel se livraient les populations des Monts d'Aubrac, riverains du Lac Saint Andréol." les hommes s'y rendaient en charrette et festoyaient pendant trois jours autour du lac, lui amenant en signe d'offrande de la lingerie, des pièces de vêtements, du fil de laine, du fromage, des gâteaux... Le quatrième jour s'élevaient une grande tempête suivie de pluie. Un prêtre, Parthénius, après avoir vainement de convaincre les paysans à renoncer à ce cérémonial païen, éleva une église dans laquelle les hommes finirent par apporter les offrandes destinées au lac. Cependant, l'habitude de jeter dans l'eau du lac des objets usés et des gâteaux s'est conservée jusqu'au XIXème siècle; les pèlerins jetaient encore dans le lac, sans en comprendre le but, des chemises et des pantalons...

    Le lac de Bord, les rituels

    Est tenace encore ici une légende de ville engloutie et d'un trésor de monnaies qui y fut jadis dragué. à 2 kilomètres de là, le lac du Bord a conservé les traces d'un habitat antique, sous forme de nombreux tumuli. Il est probable que son voisin, le lac de St Andréol, fut lui aussi fréquenté par des hommes de la protohistoire. Peut être habitaient-ils cette mystérieuse montagne nommée Hélanie qui dominait le lac. En tout cas, les cérémonies pluviales , c'est à dire pour faire tomber la pluie ne devaient pas toujours être bienfaisante, puisqu'on parle de violents orages, de tempêtes, de chutes de pierres et de déluges d'eau.

    Le lac Pavin, un lac bénit

    La nature volcanique, en tout cas, est pour beaucoup dans la sacralisation des lacs de montagne. En Auvergne même, le lac Pavin en est un autre exemple. Presque parfaitement circulaire et assez profond pour n'avoir que des eaux particulièrement sombres, il est dominé par un volcan, le puy de Montchal. Des murailles basaltiques se reflètent dans des eaux si noires que, dit-on, les poissons ne peuvent pas y vivre. Or C'est un lac bénit. Si l'on jette une pierre dedans, elle déclenche un formidable ouragan qui entraîne et engloutit l'imprudent.

    La légende :

    En Auvergne, dans un paysage impressionnant dominé par un volcan, le Puy de Montchal. Des murailles de basalte tombent et se reflètent dans des eaux si noires que, dit-on, les poissons ne peuvent y vivre. Ce lac splendide fut toujours considéré comme un lac sacré, béni des dieux. Une antique légende dit qu'il ne faut pas jeter de pierre dedans sous peine de déclencher un ouragan et de se trouver englouti. A proximité, le Creux de Soucy, curieux puits naturel qui s'ouvre à quatre-vingts mètres au-dessus du lac, dans la coulée basaltique du volcan, se présente sous la forme d'un entonnoir large de vingt-cinq mètres, qui s'ouvre une douzaine de mètres plus bas sur un trou béant, véritable bouche de l'abîme, qui donne sur une vaste caverne en forme de coupole avec, au centre, un autre petit lac. Gare à celui qui s'y engage: une couche d'acide carbonique, épaisse de plusieurs mètres, plane au-dessus des eaux, interdisant toute vie. La réputation infernale de ce lieu était donc basée sur un danger réel qui terrorisait les populations primitives.

    Le creux de Soucy

    A proximité du lac Pavin, le creux de Soucy a certainement contribué par sa nature énigmatique à condenser ici des croyances et des frayeurs. C'est un curieux puits naturel qui s'ouvre à 80 mètres au dessus du lac Pavin, dans la coulée basaltique du volcan, et se présente sous la forme d'un entonnoir de 25 mètres de diamètre et profond d'une dizaine. Au bas de l'entonnoir, un trou béant est la véritable bouche de l'abîme qui mène à une vaste caverne circulaire en forme de coupole, d'environ 50 mètres de diamètre, et dont le centre est occupé par un petit lac stagnant qui paraît s'alimenter exclusivement par le suintement des voûtes. Une couche d'acide carbonique plane au dessus de l'eau sur une épaisseur pouvant atteindre plusieurs mètres et interdisant toute vie animale ou humaine.

    Quelques légendes...

    Nombreuses sont les légendes de trésors et de villes englouties dans de mystérieux lacs, dont les fonds s'ouvriraient sur d'autres mondes. Nombre d'entre eux semblaient cacher, sous leur surface où se mire le ciel, une divinité que les populations environnantes respectaient et à qui elles sacrifiaient, en leur faisant des offrandes de pièces de monnaie, mais aussi de lingerie, vêtements, aliments divers et parfois même bijoux et objets précieux. Citons parmi ces lacs les plus remarquables d'entre eux :

    Le lac d'Antre

    Dans le Jura est un autre lac sanctuaire, sur les bords duquel on a trouvé des ruines d'édifices romains considérables. Ce lac est mystérieusement alimenté par une rivière souterraine qui surgit avec impétuosité, et se jette dans le lac dont l'eau disparaît sur l' autre versant dans un gouffre ouvert au pied d'une falaise, pour reparaître cent mètres plus bas, après avoir parcouru une succession de siphons qu'elle met douze heures à franchir. Ce lieu était protégé par la déesse gauloise Bellona, puis par le dieu romain Mars. Dans les sanctuaires dont il ne reste rien sinon un pont, dit Pont des Arches, des inscriptions et fragments de calendriers ont prouvé que l'on y adorait les monts environnants, le lac et le soleil.

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    Dans les Hautes-Alpes

    plusieurs antiques lacs sacrés sont toujours bénis par un prêtre conduisant une procession à date fixe chaque année. Ces pèlerinages reprennent la suite d'anciens cultes à ces eaux que le temps n'atteint pas et qui sont, selon l'expression de Bachelard, comme des grands yeux tranquilles. Citons le grand et le petit lac de la Madeleine, ainsi que celui de Chabrières .

    Bien sûr on trouve à travers toute la France des lacs abritant des fées, des ondines, des dames blanches, mystérieux êtres magiques, dont Mélusine reste le plus beau symbole. Toutes ces nymphes au corps vaporeux aiment ces eaux calmes et leurs nappes de brouillard. Citons parmi tant d'autres le lac des Fées qui se trouve à proximité d'Henrichemont, dans le Cher. Et aussi l'étang de Illzach, dans le Haut-Rhin près de Mulhouse, hanté par une dame blanche qu'il ne fallait jamais suivre.

    Les mares aux diables citées par George Sand sont elles aussi nombreuses et considérées comme des portes de l'enfer. Ainsi les maraIs de l'Ellez en Bretagne, forment un impressionnant cirque noir qu'une chapelle de l' Archange tente d'exorciser . Ils sont dominés par le sommet le plus haut de la Bretagne, le Tertre de la Chaise

    Citons enfin un lac sacré disparu: celui de Toulouse, où un trésor aurait été précipité pour conjurer la peste , mal venu d'Orient comme cet or maudit. Sur son emplacement se trouve construite l'église de Saint-Sernin.
    (source : http://www.cles.com/enquetes/article/le-tour-de-france-en-35-sites)

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    Les Lacs dans les Pyrénées

    Légende du lac bleu de Chiroulet (Hautes Pyrénées)

    Il y a très longtemps, à l'endroit où se trouve le lac Bleu, il y avait un village de riches bergers...
    Un soir, arrive un inconnu, un mendiant, qui va de porte en porte demander la charité. Mais les bergers, qui sont aussi riches qu'égoïstes, le chassent de leurs maisons, sauf un, pauvre, qui demeure dans une simple cabane à l'écart des autres habitations. Cet homme est tellement pauvre qu'il ne possède qu'une seule bête, mais il accepte de la sacrifier pour la partager avec son hôte. Le repas fini, ce dernier lui dit : « Ramasse les os et la dépouille de l'animal et place-les devant ta porte, puis allons nous coucher ». L'homme s'exécute et, le lendemain à son réveil, le mendiant a disparu mais il aperçoit un immense troupeau dans son enclos et, à la place du village, un immense lac. (d'après pyrenepeche)

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    (photo : randonnees-pyrenees)

    Légende de l'étang Rond (Couserans - Ariège)

    Une légende est apparentée à l'étang rond. Il s'agit du berger Mount Ner, qui gardait son troupeau sur les berges de l'étang, fut transformé, lui, ses chiens et ses moutons, en rochers, pour avoir refusé l'hospitalité à un homme perdu dans ces lieux.( d'après Freddy)

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    (photo : montcalm)

    Lac de Héas - une drôle d'histoire (Hautes Pyrénées)

    Vers 1610, suite à un orage particulièrement violent un éboulement forma un barrage dans la vallée de Héas, on dit que quelques heures après la catastrophe, un berceau renfermant un bébé fut retrouvé sur le lac qui s'était formé.
    Le nouveau né fut baptisé "Salvat" (sauvé en patois). En septembre 1788, suite à un autre violent orage la digue se creva sous le poids des eaux et le lac se vida d'un seul coup.
    Toujours la même année un important tremblement de terre provoqua la chute d'énormes blocs de pierre au-dessus de Gèdre pour donner l'actuel chaos de Choumélis sur la route de Gavarnie Le séisme de 1610 provoqua en effet un éboulement de la montagne de Coumély, formant un chaos sur le chemin de Héas, parfois dénommé «chaos de Gèdre» (lieu dit la peyrade), et entraînant la formation d'un lac qui subsistera jusqu'à l'orage du 4 au 5 septembre 1788. Cette nuit-là, la pression des eaux fera exploser le bouchon artificiel et les dégâts seront considérables puisque des villages de la vallée de Luz seront totalement ou patiellement rayés de la carte.
    Le chaos dit de Coumély, sur la route de Gavarnie, aurait une origine beaucoup plus ancienne et remonterait à un séisme du Ve siècle qui aurait touché toute la chaîne des Pyrénées et aurait été ressenti dans tout le bassin occidental de la Méditerranée.

    LES LACS SACRES EN FRANCE

      

    La légende du lac de Lourdes (Hautes Pyrénées)

    Ce lac eut, pendant très longtemps, une sinistre réputation. On disait même que, quand un malheureux s'y noyait, son âme restait prisonnière au fond du lac. Une légende raconte qu'autrefois, à l'emplacement du lac de Lourdes, s'élevait une cité dont les habitants étaient si méchants et pervertis que Dieu décida de la détruire et d'engloutir toute la population. Pourtant, il accepta de faire une exception pour une famille qui s'était montrée de tous temps pieuse et charitable. Le soir qui précéda la destruction de la ville, un envoyé de Dieu se présenta à l'homme et lui dit : «Cette cité sera détruite par le Seigneur. Prends avec toi ta femme et tes enfants et fuis loin d'ici ! Mais n'oublie pas une chose : quoi que vous entendiez, vous ne devrez vous retourner pour voir ce qu'il se passe.»
    Les membres de la famille quittèrent donc la ville. Et à peine en avaient-ils franchi les limites qu'ils entendirent des bruits épouvantables derrière eux. L'homme pressait les siens, les obligeait à marcher plus vite et leur répétait qu'ils ne devaient, sous aucun prétexte, se tourner en arrière. Or, sa femme, portant dans ses bras son dernier-né, prise de curiosité et voulant absolument savoir ce qu'il se passait, se retourna et fut aussitôt changée en une statue de pierre.
    Depuis lors, certains soirs de novembre, des chasseurs et des pêcheurs attardés au bord du lac, affirmaient entendre le glas des cloches englouties sonnant l'anniversaire du châtiment.

    Il existe en bordure de la route de Poueyferré, à la limite des communes de Lourdes et Bartrès, un grand bloc de pierre (peut-être un ancien mégalithe) appelé la «Peira Crabèra, incliné dans la diection du lac dont la légende affirme qu'il s'agit de la femme qui avait été pétrifiée quand elle fuyait la ville.

    Cette légende n'est pas sans rappeler l'histoire de Sodome et Gomhorre et de la femme de Loth qui, elle aussi, avait été changée en pierre.
    d'après Pyrenepeche

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    (photo : Darreenvt 

    la légende de l'étang de Bethmale

    "Il y a très longtemps vivait cachée au lac de Bethmale une méchante sorcière. Tous les jours, elle faisait des misères aux habitants du village. Un jour de colère, les bethmalais montèrent vers le col de la Core avec leurs fourches pour se débarrasser d'elle. Prise au piège, la bruche sauta dans le lac en jurant qu'elle ne disparaîtrait jamais. Depuis, sa robe bleu vert, restée au fond, donne au lac ses reflets si particuliers."
    d'après Matmontagne. Voir l'article

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    la légende du lac d'Isaby

    A une époque très ancienne, le plus grand serpent qu’on n'ait jamais vu, hantait les pâturages d’Isaby, au-dessus de la petite ville de Pierrefitte, dans la vallée du gave de Pau.

    Des troupeaux innombrables paissaient sur ces pentes sous la conduite des bergers de la vallée et de leurs grands chiens blancs.

    Quand le dragon se réveillait, il ouvrait sa vaste gueule, et un souffle magique traversant le vallon emportait troupeaux, chiens et bergers dans les entrailles du monstre.

    Or il y avait dans le village d’Arbouix un homme doté de beaucoup de courage et de non moins d’adresse. Il résolut de délivrer son pays, et dans ce but il établit une forge dans le lieu le plus secret du vallon d’Isaby. Il mit au feu une lourde enclume de fer ; lorsqu’elle fut rouge, il la porta à l’entrée du repère du monstre, avec l’aide de quelques compagnons dévoués, et tous s’enfuirent.

    Lorsque le serpent vit le fer rouge, il l’aspira comme il aurait fait d’un mouton, d’un seul trait. Le feu se mit à ses entrailles et, dévorée de soif, la bête se mit à boire, à boire jusqu’à en crever.

    Alors, l’eau qu’elle avait avalée se répandit dans le fond du vallon : c’est ainsi que naquit le lac d’Isaby, aux eaux bleues et poissonneuses.
    D’après Bernard Duhourcau : guide des Pyrénées mystérieuses.

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    Les étangs de Nohèdes

    Les étangs de Nohèdes étaient un lieu redouté des paysans de ces montagnes, qui se gardaient bien d'y jeter des pierres, persuadés que l'orage en sortirait. C'est surtout vrai pour l'Etang Noir, si profond qu'il abriterait un palais de démons : dès qu'une pierre est lancée, ils sortent, sautent, et l'on entend de grands éclats du tonnerre. Il paraît même que les grandes truites qu'on y pêchait étaient elles aussi des démons : mises à la poêle, elles s'échappaient par la cheminée !

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    (photo : balades-lison)

    Etang du Diable / Males

    Très curieuse légende à propos de l'Etang du Diable (anciennement Etang du Males). Si l'on y jette un caillou, une demi-heure après, le lac se met à bouillonner, avec forces éruptions "sulphureuses", puis des orages, des éclairs se déclenchent avec fureur.
    d'après JFB  

    LES LACS SACRES EN FRANCE

    (source : lacsdespyrenees)

     

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"