• Les portes d'accès de L'Agartha

    Surnaturel et fantastique

    Les entrées les plus célèbres du Royaume d'Agartha

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Les portes d'accès de L'Agartha

    On situe quelques entrées supposées du Royaume d'Agartha dans les endroits suivants :

    Cueva de los Tayos

    Cueva de los Tayos (en espagnol), la « Grotte des guacharo des cavernes », est une grotte naturelle située sur le versant oriental de la cordillère des Andes, dans la province de Morona-Santiago en Équateur. Elle est parfois appelée Cueva de los Tayos de Coangos (le Río Coangos se trouvant à proximité), vraisemblablement pour la distinguer des autres grottes à Guacharo des cavernes ayant des noms similaires. Située à une altitude d'environ 800 m au sein de fines couches de calcaire et de schiste, l'entrée principale de la Cueva de Los Tayos se trouve dans la forêt tropicale au fond d'une vallée aride. La plus importante des trois entrées est un puits profond de 65 mètres qui mène à 4,6 kilomètres de spacieux couloirs et une salle mesurant 90 mètres sur 240 mètres. La grotte s'étend sur une hauteur de 201 mètres, son point le plus bas finissant en un siphon. (source : wikipedia)

    Voir plus de détails

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Carlo Crespi montrant un des trésors trouvés dans la grotte de los Tayos

    TAYOS2

       

    Le Mont Bucegi

    À l'été de 2003, dans une région inexplorée des monts Bucegi, Roumanie, une équipe du Département Zéro (une section de top secret du Service roumain de renseignements - SRI), a fait une découverte archéologique qui pourrait complètement changer le destin de l'humanité. voir plus de détails.

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Kentucky Mommoth Cave, Kentucky sud-central, USA

    Les portes d'accès de L'Agartha

    La grotte avec de multiples orbes..

    Le parc national de Mammoth Cave (Mammoth Cave National Park) est un parc national américain créé le 1er juillet 1941 et situé au centre de l'État du Kentucky. Il s'étend sur 214 km2 dans le bassin de la Green, à cheval sur les comtés d'Edmonson, de Hart et de Barren. Il comprend une partie du Mammoth Cave System (« Réseau de la grotte mammouth »), qui est le plus grand réseau souterrain au monde, avec près de 600 kilomètres explorés de galeries. L'origine du nom de la grotte, qui date du XVIIIe siècle, provient de sa taille importante et n'a pas de rapport avec l'animal préhistorique. (source  : wikipedia)

    Les portes d'accès de L'Agartha


    Chutes d'Iguazú

    frontière entre le Brésil et l'Argentine 

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Les chutes d'Iguazú (en espagnol : cataratas del Iguazú), chutes d'Iguaçu (en portugais : cataratas do Iguaçu) ou encore chutes d'Iguassu, situées au milieu de la forêt tropicale, à la frontière entre l'Argentine (80 %) et le Brésil (20 %), sont une merveille naturelle inscrite au patrimoine mondial par l'UNESCO en 1984. Le premier Européen à la contempler est Álvar Núñez Cabeza de Vaca au XVIe siècle. Des deux côtés des chutes, les gouvernements brésilien et argentin ont créé des parcs nationaux, le parc national de l'Iguaçu au Brésil et le parc national d'Iguazú en Argentine.

    Les portes d'accès de L'Agartha
    Mont Epomeo, Italie

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Le mont Époméo (en italien : Monte Epomeo) est le plus haut sommet de l’île volcanique d’Ischia, dans le golfe de Naples, en Italie. On pense qu’Époméo est un horst volcanique.

    Avec une altitude de 789 mètres, il domine toute l’île d’Ischia. La plus grande partie du mont est couverte de verdure, et quelques vignes occupent ses flancs. À environ 75 mètres du sommet, le mont est couvert de lave blanche.

    Un chemin partant du petit village de Serrara Fontana mène au sommet du mont.

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Les portes d'accès de L'Agartha
    Montagnes de l'Himalaya, Tibet - l'entrée de la ville souterraine de Shonshe est gardée par des moines

    Les Tibétains croient que la terre est gardée par des êtres dotés de super pouvoirs humains. Les observations de ces êtres leur sont normales. Les gens (en particulier les lamas tibétains) sont à la recherche de Shambhala depuis des siècles et l’ont trouvé, ceux qui cherchent le royaume ne reviennent souvent jamais, soit parce qu’ils ont trouvé le pays caché et sont restés là-bas, soit détruits.

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Les portes d'accès de L'Agartha
    Mongolie - Shingwa

     

    Les portes d'accès de L'Agartha

    la ville souterraine de Shingwa existe sous la frontière entre la Mongolie et la Chine, vestige de la migration nordique d'Uighurs,

     

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Grande pyramide de Gizeh

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Le Sphinx et les Pyramides ne sont que la partie visible d’un fabuleux iceberg. De nombreux témoignages historiques ou contemporains permettent d’être convaincus de la présence, sous le plateau de Gizeh et l’ancienne cité du Caire, d’un savant enchevêtrement de passages, conduits, salles, cavernes naturelles, lacs et d’une grande cité, renfermant des artefacts sophistiqués révélant un très haut niveau de technicité. L’information relayée par les médias jusqu»en 1935 est depuis soustraite au public par les autorités archéologiques.

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Les portes d'accès de L'Agartha


    Pôle nord et pôle sud

    en Antarctique  des structures inconnues..;
    à : google earth, coordonnées : 75°0'46.98"S 0°4'52.71"E
    Évènements étranges en Antarctique!
     

     

    Les portes d'accès de L'Agartha
    Mont Shasta

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Californie - la ville agarthéenne de Telos existe dans et sous cette montagne.

    voir plus de détails

     

    Les portes d'accès de L'Agartha
    Dero’s Cave - lieu Atlante

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Bugarach (Aude) France

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Le Pic de Bugarach est le point culminant des Corbières avec 1231mètres. De nombreux témoignages (certains très anciens) font état d’apparations ou de lumières nocturnes s’ échappant ou entrant dans cette montagne. On parle d’ovnis, de lumières étranges, etc. Des satellites on détectent sous le Pic de Bugarach, d’étranges cavités ainsi qu’un immense dôme et on ignore toujours actuellement ce qui se trouvent à l’intérieur et aussi comment y accéder. Les avions survolant cette région on comme consigne de ne pas passer au dessus de cette zone, car tous les instruments se dérèglent sans aucune explication.

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Pertuis Néanti (Dans la forêt de Brocéliande du roi Arthur) en Bretagne (France)

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Sous la patte droite (par un escalier) du Sphinx de Gizeh

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Mystérieux Tunnel dans le Sphinx :

    Des ouvriers réparant le Sphinx ailé ont découvert un ancien passage menant profondément dans le corps du monument mystérieux. Le Directeur des Antiquités de Gizeh, M. Zahi Hawass, établit que, sans doute possible, le tunnel était très ancien. Toutefois, ceci est inexplicable : qui construisit le passage ? Pourquoi ? Et où mène-t-il…? M. Hawass dit qu’il n’avait pas l’ intention d’enlever les pierres empêchant le passage. Le tunnel secret se creuse un chemin dans la face nord du Sphinx, à peu près à mi-chemin entre les pattes étendues du Sphinx et sa queue.

    L’hypothèse courante que le Sphinx est le vrai portail de la Grande Pyramide a survécu avec une surprenante ténacité. Cette croyance fut alimentée par des plans vieux de 100 ans élaborés par les initiés Francs-Maçons et Rosicruciens, montrant que le Sphinx était l’ornement surmontant un espace qui communiquait avec toutes les Pyramides par des passages souterrains en étoile. Ces plans furent dressés à partir d’informations découvertes à l’origine par le fondateur présumé de l’Ordre de la Rose-Croix, Christian Rosenkreuz, qui, à ce que l’on prétend, s’introduisit dans « une salle secrète au-dessous du sol » et y trouva une bibliothèque d’ouvrages regorgeant de connaissances secrètes.
    Les croquis furent tirés de l’information détenue par les archivistes de l’Ecole des Mystères avant le début du désensablement en 1925. Ils révélèrent des ouvertures secrètes menant à des salles de réception oubliées depuis fort longtemps, de petits temples et autres enceintes. (Ces plans sont inclus dans la section « Le Plan Principal » à la fin du livre.)
    En 1935, la connaissance des Écoles des Mystères fut renforcée par une série de découvertes remarquables qui fournirent la preuve de souterrains et de salles supplémentaires s’entrelaçant dans l’espace sous-pyramidal. Le complexe de Gizeh présentait les éléments majeurs d’une construction intentionnelle, d’une structure unitaire avec le Sphinx, la Grande Pyramide et le Temple des hommes du Soleil reliés directement les uns aux autres, en surface et en sous-sol.
    Ces quelques dernières années un séismographe sophistiqué et un équipement radar pénétrant le sol (GPR) établirent l’exactitude de ces plans. L’Égypte utilise aussi avec succès des satellites de pointe afin de repérer les cités enfouies sous la surface du sol à Gizeh et ailleurs. Le nouveau système de repérage fut lancé début 1998 et permit de déterminer avec précision l’emplacement de 27 sites non encore fouillés sur 5 secteurs. Neuf de ces sites sont situés sur la rive est de Louxor, les autres à Gizeh, Abou Rawash, Sakkarah, et Dashour. Les clichés du secteur de Gizeh montrent une masse presque incompréhensible constituée d’un entrelacs de tunnels et de salles en réseau, se recoupant et s’entortillant réciproquement comme un treillis s’étendant à travers tout le plateau. Avec cet important travail d’étude depuis l’espace, les égyptologues sont capables de déterminer l’emplacement d’un site majeur, son entrée probable et la taille des salles avant de commencer les fouilles. L’attention est attirée sur trois lieux secrets : un endroit dans le désert à quelques centaines de mètres en direction de l’ouest/sud-ouest de l’emplacement originel de la Pyramide Noire, autour de laquelle on construit actuellement un ensemble d’enceintes de béton, haute de sept mètres et couvrant huit kilomètres carrés ; l’ancienne grande route qui reliait le temple de Louxor à Carnac; et le « Chemin d’Horus » à travers le nord Sinaï. (source : area51)

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Les portes d'accès de L'Agartha

    Le Journal de Bord de l’Amiral Richard E. Byrd

    Vol d’exploration au-dessus du Pôle Nord (La Terre Intérieure, Mon Journal Secret)
    15 août 2015


    Je dois écrire ce carnet de bord secrètement et dans l’ombre. Il concerne mon vol arctique du 19 Février 1947. Il viendra le temps où la pensée rationnelle des hommes deviendra insignifiante et que l’on devra accepter l’inévitable Vérité.

    Je ne suis pas libre d’assurer la mise au jour de la documentation suivante qui fait l’objet de cet écrit, peut-être ne verra-t-elle jamais la lumière de l’analyse publique, mais je dois faire mon Devoir et l’enregistrer ici, pour tout un chacun, afin qu’il puisse un jour en prendre connaissance dans un monde qui, je l’espère profondément, ne laissera pas l’avidité et l’oppression abusive d’une partie de l’humanité nous soustraire ce qui est Vrai plus longtemps.

        Note : Certains disent que le gouvernement américain a envoyé Byrd au pôle nord à la recherche de preuves de la rumeur d’une base allemande.

        Les nazis étaient fascinés par tout ce qui concerne la race aryenne. Ils ont parcouru le monde entier, y compris l’Antarctique, pour en apprendre davantage sur les origines présumées.

        Les Allemands ont laissé leur marque au pôle Sud. Cependant, ce qu’ils ont découvert ne se compare pas à ce que Byrd a enregistré dans son journal.

    Carnet de Vol : Camp de Base Arctique, 19 Février 1947

    06h00  – Tous les préparatifs sont complètement faits pour un vol en direction du Nord et nous décollons avec le plein de carburant à 0610 heures.

    06h20  – Le carburant du moteur de tribord semble trop riche, on fait l’ajustement et le « Pratt Whitneys » file doucement maintenant.

    07h30  – Le contact radio est vérifié avec le camp de base. Tout est bien et la réception est normale.

    07h40  – On note une légère fuite d’huile dans le moteur de tribord, l’indicateur de pression d’huile cependant semble normal.

    08h00  – Une turbulence légère est notée dans la direction de l’Est à une altitude de 2321 pieds, correction à 1700 pieds, aucune autre turbulence, mais le vent d’arrière s’accroît , légers réglages de contrôle, les performances de l’avion sont très bien maintenant.

    0815 heures – Contact radio avec le camp de base, situation normale.

    08h30  – Nouvelle turbulence. Augmente l’altitude à 2900 pieds ; conditions de vol normales de nouveau.

    09h10  – Vaste étendue de glace et neige en dessous, notons la coloration de nature jaunâtre qui se disperse linéairement. Modifions l’itinéraire pour un meilleur examen de cette couleur en dessous, et notons une couleur rougeâtre ou violette aussi. Nous exécutons deux tours au-dessus de cette zone et nous reprenons l’itinéraire qu’indique la boussole. Nouveau contact avec le camp de base et transmission des informations relatives aux colorations de la glace et de la neige au sol.

    09h13  – La boussole magnétique et le gyrocompas commençant à tourner et bouger, nous sommes incapables de tenir notre route à l’aide des instruments. Faisons le point avec le compas Solaire et tout semble bien. Nous effectuons des contrôles particulièrement lents et paresseux, mais il n’y a aucune présence de glace.

    0915 heures – Au loin apparaît ce qui semble être des montagnes !

    09h49  – Après 29 minutes de vol notre première impression se confirme : ce sont bien des montagnes et pas une illusion. C’est une petite chaîne de montagnes, que je n’ai jamais vue auparavant!
    Carte du pôle Nord par Gérard Mercator « 1595 »…

    09h55  – l’ Altitude change pour arriver à 2950 pieds, nous rencontrons de fortes turbulences à nouveau.

    10h00  – Nous passons au-dessus de la petite chaîne de montagnes et nous sommes toujours en direction du nord apparemment, au meilleur de notre connaissance. Au-delà la chaîne de montagnes apparaît une vallée avec un petit fleuve ou rivière se dirigeant vers le centre de la vallée. Il ne devrait pas y avoir de vallée verte en dessous ! Quelque chose est définitivement faux et anormal ici ! Nous ne devrions survoler que glace et neige ! A bâbord, on voit de grands massifs forestiers le long des pentes montagneuses. Nos instruments denavigation tournoient encore, le gyroscope oscille d’arrière en avant !

    10h05  – Je modifie l’altitude jusqu’à 1400 pieds et j’exécute une boucle serrée vers la gauche afin de mieux examiner la vallée en dessous. Elle est verte avec soit de la mousse, ou soit une sorte d’herbe très dense. La Lumière semble différente ici. Je ne peux plus voir le Soleil . Nous faisons une autre boucle à gauche et nous repérons ce qui semble être une sorte de grand animal en dessous de nous. On dirait un éléphant ! NON !!! Ça ressemble à un mammouth ! C’est incroyable !! Cependant c’en est bien un. Nous descendons jusqu’à 1000 pieds et prenons les jumelles pour mieux examiner l’animal.

    Nous confirmons définitivement que l’animal est bien un mammouth. Nous communiquons cela au camp de base.

    10h30  – Nous rencontrons des collines mouvantes vertes maintenant. Le thermomètre extérieur donne 74 degrés F (23,3 °C). Nous poursuivons la route en avant. Les instruments de navigation semblent maintenant normaux. Leurs mouvements m’intriguent. On essaye de contacter le camp de base. La radio est muette.

    11h30  – La campagne en dessous est plus nivelée et normale (si je peux employer ce mot). En avant nous percevons ce qui semble être une ville !!! C’est impossible ! L’avion semble léger et bizarrement flottant. Les contrôles refusent de fonctionner !! Mon DIEU !!! Hors bâbord et à tribord apparaît un étrange type d’avion. Ils approchent rapidement le long de nos côtés. Ils sont en forme de disques et ils sont resplendissants. Ils sont assez proches maintenant pour que nous puissions voir leurs inscriptions. C’est une sorte de Svastika !!! C’est fantastique. Où sommes-nous ! Que nous arrive-t-il ? Je tire de nouveau fortement sur les contrôles. Ils ne répondent pas !!! Nous sommes pris dans un invisible étau d’un certain type !
    Trajectoire d’une société Satellitaires Aucunes ne passe au dessus du pôle Géographique

    11h35  – Notre radio se met à crépiter et une voix anglaise en sort avec ce qui pourrait être peut-être un léger accent nordique ou germanique ! Le message est : « Bienvenu, Amiral, dans notre domaine. Nous vous ferons atterrir dans exactement sept minutes ! Détendez-vous, Amiral, vous êtes dans de bonnes mains ». Je note que les moteurs de notre avion ont stoppé ! L’avion est sous un étrange contrôle et vire maintenant tout seul. Les contrôles sont inopérants.

    11h40  – Nous recevons un autre message radio. Nous commençons le procédé d’atterrissage maintenant et presqu’aussitôt l’avion frémit légèrement et commence une descente comme attrapé par quelque grand ascenseur invisible ! Le mouvement en descente est imperceptible et nous touchons terre en éprouvant seulement une secousse légère !

    11h45  – J’enregistre rapidement une dernière note dans le carnet de bord. Plusieurs hommes approchent à pied de notre avion. Ils sont grands avec la chevelure blonde. A une certaine distance on aperçoit une grande cité scintillante en jets colorés d’arc-en-ciel. Je ne sais pas ce qui va arriver maintenant, mais je ne vois aucune arme sur ceux qui approchent. J’entends maintenant une voix me commandant personnellement d’ouvrir la porte de la cale de l’avion. J’obtempère.

    FIN DU JOURNAL DE BORD

    A partir de maintenant, j’écris ici tous les événements qui suivent de mémoire. Cela défie l’imagination et passerait pour de la folie si n’était pas arrivé vraiment. L’opérateur radio et moi sortons de notre appareil et sommes reçus de la plus cordiale manière. Nous montons alors sur une petite plate-forme mobile de transport sans roues ! Elle nous amène vers la ville scintillante avec une grande rapidité. Comme nous approchons, la ville semble être faite en matière cristalline. Bientôt nous arrivons à un grand bâtiment qui est d’un type que je n’ai jamais vu avant. Il paraît être tiré directement des croquis de Franc Lloyd Wright, ou peut-être mieux encore d’un film de Buck Rogers. On nous offre un certain type de breuvage chaud qui a un goût qui ne ressemble à rien de ce que j’ai connu auparavant.

    C’est délicieux. Après environ dix minutes, deux de nos merveilleux hôtes viennent nous rejoindre et nous annoncent que je dois les accompagner. Je n’ai pas d’autres choix que de m’exécuter. Je quitte mon opérateur radio et nous marchons une courte distance puis pénétrons dans ce qui semble être un ascenseur.

    Nous descendons pendant quelque temps, la machine s’arrête, et la porte de l’ascenseur glisse silencieusement vers le haut ! Puis nous suivons un long couloir éclairé par une lumière rose qui semble émaner des murs eux-mêmes !

    Un des êtres nous fait signe de nous arrêter devant une grande porte. Au-dessus de la porte se trouve une inscription que je ne peux pas lire. La grande porte glisse en s’ouvrant sans bruit et on me fait signe d’entrer.

    Un de mes hôtes parle.« N’ayez aucune crainte, Amiral, vous allez avoir une audience avec le Maître… » Je marche à l’intérieur et mes yeux s’ajustent à la belle coloration qui semble remplir la pièce complètement. Alors je commence à voir les alentours.

    Ce qu’accueillent mes yeux est le plus beau spectacle de mon existence entière. C’est même, en fait, trop beau et merveilleux pour être décrit.

    Les portes d'accès de L'Agartha

    C’est exquis et délicat. Je ne pense pas qu’il existe un terme humain qui puisse le décrire en toute justice dans tous ses détails. Mes pensées sont interrompues d’une façon cordiale par une chaleureuse voix riche et mélodieuse.

    « Je vous souhaite la bienvenue dans notre domaine, Amiral ». Je vois un homme avec des traits délicats et avec la marque des années sur son visage.

    Il est assis à une table longue. Il m’invite à m’asseoir sur une des chaises. Dès que je me suis assis, il place le bout de ses doigts ensemble et il sourit. Il parle doucement de nouveau, et me transmet ce qui suit :

    « Nous vous avons permis d’entrer ici parce que vous êtes de caractère noble et connu du Monde de la Surface, Amiral ». Le Monde de la Surface, j’en eu à moitié le souffle coupé ! « Oui », fut la réponse du Maître en souriant, « Vous êtes dans le domaine des Arianni, le Monde Intérieur de la Terre. Nous ne retarderons pas longtemps votre mission et vous serez escorté en sécurité à la surface et au-delà sur une certaine distance.
    Représentation du monde intérieur

    Mais maintenant, Amiral, je vais vous dire pourquoi vous avez été convoqué ici. Notre intérêt commence avec raison immédiatement après que votre race ait fait exploser les premières bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki au Japon.

    C’est à ce moment alarmant que nous avons envoyé nos machines volantes, les « Flugelrads, » sur votre monde de surface afin d’étudier ce que votre race avait fait. C’est, bien sûr, de l’histoire ancienne maintenant, mon cher Amiral, mais je dois poursuivre.

    Vous voyez, nous n’avons jamais interféré auparavant dans les guerres et barbaries de votre race, mais maintenant nous le devons car vous avez appris à falsifier un certain pouvoir qui n’est pas pour l’homme, à savoir l’énergie atomique.

    Nos émissaires ont déjà livré des messages aux puissances de votre monde, et cependant elles n’en tiennent pas compte. Maintenant vous avez été choisi pour attester que notre monde existe.

    Vous voyez Amiral, notre Culture et notre Science sont en avance de plusieurs milliers d’années sur celles de votre race ».
    Représentation de Shambhala la cité mythique du monde intérieur

    Je l’interrompis, « Mais qu’ai-je à voir avec tout cela, Monsieur ? » Les yeux du Maître semblèrent pénétrer profondément mon esprit et après m’avoir analysé pendant un moment il répondit, « Votre race a maintenant atteint le point de non retour, car il y a ceux parmi vous qui seraient prêts à détruire votre propre monde plutôt que d’abandonner leur prétendu pouvoir ».

    J’acquiesçai, et le Maître continua. « En 1945 et par la suite, nous avons essayé de contacter votre race, mais nos efforts n’ont rencontré qu’hostilité et nos Flugelrads furent mitraillés. Oui, et même poursuivis avec malice et animosité par vos avions de combat.

    Aussi, maintenant je vous le dis mon fils, il y a un grand orage se concentrant sur votre monde, une fureur noire qui ne s’épuisera pas pendant de nombreuses années. Il n’y aura aucune possibilité de réponse de la part de vos armées, il n’y aura aucune protection de la part de votre science.

    Cette fureur fera possiblement rage jusqu’à ce que chaque fleur de votre culture soit piétinée, et que toutes choses humaines soient plongées dans un vaste chaos. Votre récente guerre n’était seulement qu’un prélude à ce qui doit encore advenir à votre race. Nous ici voyons cela plus clairement d’heure en heure… pensez-vous que je me trompe ? »

    « Non », répondis-je, « c’est arrivé déjà autrefois que ces sombres périodes viennent et subsistent pendant plus de cinq cent années ». « Oui, mon fils, » répondit le Maître, « les périodes sombres qui viendront maintenant pour votre race couvriront la Terre comme un drap mortuaire, mais je crois qu’une certaine partie de votre race traversera cet orage, après cela, je ne peux pas dire.

    Nous voyons, dans un avenir très loin, un nouveau monde renaissant des ruines de votre race, cherchant ses trésors perdus et légendaires et qui seront ici, mon fils, grâce à notre sauvegarde.

    Quand ce temps arrivera, nous viendrons à nouveau aider votre culture et votre race à revivre. Peut-être, d’ici là, aurez-vous appris la futilité de la guerre et de ses conflits… et après ce temps, une partie de votre culture et de votre science vous sera rendue afin que votre race recommence à nouveau. Vous, mon fils, devez retrouver le Monde de la Surface pour lui confier ce message… »

    Avec ces derniers mots, notre réunion sembla arriver à son terme. Je restai un moment comme dans un rêve… mais, pourtant, je savais que tout cela était la réalité et pour une raison étrange, je m’inclinai légèrement, soit par respect ou soit par humilité, je ne saurais le dire…

    Soudainement, je pris conscience que les deux hôtes magnifiques qui m’avaient amené ici se tenaient de nouveau à mon côté. « Par ici, Amiral, » m’indiqua l’un d’eux. Je me retournai une fois de plus avant de partir et regardai en arrière vers le Maître.

    Un sourire doux était gravé sur son visage ancien et délicat. « Adieu, mon fils, » dit-il, puis de sa très belle main fine, il fit un geste de paix et notre réunion fut véritablement terminée. Rapidement, on me raccompagna jusqu’à la grande porte d’entrée de l’appartement du Maître et une fois de plus nous pénétrâmes dans l’ascenseur.

    La porte glissa silencieusement vers le bas et nous fûmes transportés immédiatement vers le haut. Un de mes hôtes parla de nouveau, « Nous devons maintenant faire vite, Amiral, car le Maître ne voudrait pas vous retarder plus longtemps dans votre emploi du temps et vous devez retourner porter son message à votre peuple ». Je ne dis rien. Tout cela était presque incroyable, et une fois de plus mes pensées furent interrompues quand nous nous arrêtâmes.

    J’entrai dans la pièce et retrouvai mon opérateur-radio. Il avait une expression anxieuse sur son visage. Comme j’approchais je lui dis, « Tout va bien, Howie, tout va bien ». Les deux êtres nous dirigèrent vers le véhicule de transfert qui nous attendait ; nous y montâmes et arrivâmes rapidement à notre avion.

    Les moteurs tournaient au ralenti et nous nous embarquâmes aussitôt. La situation semblait chargée d’un certain caractère d’urgence. Dès que la porte de la cale fut fermée l’avion fut immédiatement soulevé par cette force invisible jusqu’à ce que nous atteignîmes une altitude de 2700 pieds.

    Deux appareils nous escortèrent sur une certaine distance, nous guidant sur notre chemin de retour. Je dois déclarer ici que notre indicateur de vitesse n’enregistra aucune information, bien que nous nous déplacions à une allure très rapide.

    NOUVELLES ENTRÉES DANS LE JOURNAL DE BORD

        2h15  – Arrive alors un message radio. « Nous vous quittons maintenant Amiral, vos appareils de contrôles sont libérés. Auf Wiedersehen (au revoir en allemand) !!! » Nous restons un moment à regarder les flugelrads disparaître dans le ciel bleu pâle. L’avion soudainement plonge comme s’il était pris dans un étroit trou d’air pendant un moment. Nous réussissons rapidement à reprendre le contrôle. Nous ne parlons pas pendant un certain temps, chacun plongé dans ses pensées.

        2h20  – Nous retrouvons à nouveau de vastes superficies de glace et neige, et sommes approximativement à 27 minutes du camp de base. Nous les appelons, ils répondent. Nous rapportons que toutes les conditions sont normales… normales. Le camp de base exprime son soulagement pour le rétablissement du contact.

        3h00 – Nous atterrissons doucement au camp de base. J’ai une mission…

    FIN DES ENTRÉES DU JOURNAL DE BORD

    Le 11 Mars 1947. Je viens d’assister à une réunion du personnel au Pentagone. J’ai fait une déclaration complète de ma découverte et transmis le message du Maître.

    Tout a été dûment enregistré. Le Président a été averti. Je suis maintenant retenu pour plusieurs heures (six heures trente-neuf minutes pour être exact).

    Je suis interviewé spécifiquement par les Plus Hautes Autorités des Forces de Sécurité et une équipe médicale. Toute une épreuve !!! Je suis placé sous strict contrôle via les dispositions de Sécurité Nationale de ces États-Unis d’Amérique.

    Les portes d'accès de L'Agartha



    ON M‘ORDONNE DE RESTER SILENCIEUX AU SUJET DE TOUT
    l’Amiral Richard E. Byrd

    CE QUE J’AI APPRIS, AU NOM DE l’HUMANITÉ ; Incroyable ! On me rappelle que je suis un militaire et que je dois obéir aux ordres.

    Le 30/12/1956 : ENTRÉE FINALE : Ces quelques dernières années qui se sont écoulées depuis 1947 n’ont pas été faciles… J’inscris maintenant ma note finale dans cet étrange carnet de vol. En le fermant, je dois dire que j’ai fidèlement gardé toutes ces années cette affaire secrète, comme il m’a été ordonné.

    Ce fut complètement à l’encontre de mes convictions de droit moral. Maintenant, je sens venir sur moi la longue nuit et ce secret ne mourra pas avec moi, mais tout comme la vérité, il triomphera et ainsi en sera-t-il.

    Ceci peut être le seul espoir pour l’humanité. J’ai vu la vérité et cela a stimulé mon esprit et m’a libéré ! J’ai fait mon devoir envers le monstrueux complexe industriel militaire. Maintenant la longue nuit commence à approcher, mais il ne doit pas y avoir de fin. Tout comme la longue nuit de l’Arctique se termine, le brillant soleil de la Vérité viendra de nouveau… et les puissances des ténèbres tomberont sous sa Lumière…

    CAR J’AI VU CETTE TERRE AU-DELÀ DU PÔLE, CE CENTRE DU GRAND INCONNU.

    Admiral Richard E. Byrd

    United States Navy 24 December 1956 (source : lesavoirperdudesanciens)

    Voir aussi

    L'Agartha

    La théorie de la terre Creuse

    SIRIUS la momie d'Atacama

    Les crânes de Paracas

    Crânes de forme inconnue

    Aliens dans l'histoire 

    Des artefacts  pré-Maya montrant des ovnis  

    un crâne étrange découvert au Pérou 

    Découvertes interdites

    Squelettes extraordinaires

      

    Lieux énigmatiques

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait  plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"