• Les sites inaccessibles

    Lieux énigmatiques

    Les sites inaccessibles

    Depuis tous les temps, les hommes ont voulu atteindre le ciel, parfois pour se protéger des envahisseurs, ou pour dominer, mais aussi, pour essayer de se rapprocher le plus de la source originelle. L'érosion de certaines formations rocheuses le permettant, voici quelques uns des sites inaccessibles, et quand même habités !

    Les sites inaccessibles

    (dessin - Les émanants)

    Le Piton de Katchkhi

    Les SITES INACCESSIBLES 

    Le piton de Katchkhi (en géorgien : კაცხის სვეტი, kac'xis svet'i) est un monolithe naturel de calcaire, d'une quarantaine de mètres, situé dans le village de Katchkhi, en Géorgie. Le rocher, dont le sommet d'une superficie d'environ 150 m² comprend les ruines d'un édifice religieux, a été vénéré localement comme pilier de Vie, symbolisant la Vraie Croix et entouré de légendes. Les chercheurs ne l'ont pas escaladé avant 1944 et il fut étudié de façon plus systématique entre 1999 et 2009. Ces études y ont révélé un ermitage datant du ixe ou xe siècle. Une inscription en géorgien datée du xiiie siècle suggère qu'il était encore utilisé à cette époque. L'activité religieuse associée au piton a commencé à revivre dans les années 1990 et le bâtiment du monastère a été restauré en 2009.  

    Le piton est situé dans le village de Katchkhi, dans la région géorgienne d'Iméréthie, près de la ville de Tchiatoura. Il mesure environ 40 m de hauteur et s'élève au-dessus de la vallée de la Katchkhoura, un affluent de la Qvirila.

    Sur le sommet inégal du piton, le complexe religieux, dans son état actuel, comprend une église (nommée en l'honneur de Maxime le Confesseur), une crypte, trois cellules d'ermites, une cave à vin et une courtine. À la base du piton se situe une église dédiée à Siméon le Stylite, récemment construite, et les ruines d'un vieux mur et d'un beffroi.

    L'église Saint-Maxime-le-confesseur s'élève dans le coin sud-est du piton. Il s'agit d'une petite église-halle mesurant 4,5 m par 3,5 m, une restauration moderne d'une église médiévale ruinée en pierre. Sous et au sud de l'église s'étend une crypte rectangulaire allongée mesurant 2 m sur 1 m, qui a servi de lieu d'inhumation. Des fouilles dans la cave à vin ont mis au jour huit grands récipients appelés en Géorgie k'vevri. Un cellier-grotte rectangulaire s'ouvre sur la paroi verticale du piton, environ 10 m sous son sommet. À la base du piton, une croix est gravée en relief, permettant un parallèle avec des représentations médiévales similaires ailleurs en Géorgie, particulièrement en Bolnisi.

    Le piton de Katchkhi est mentionné pour la première fois au xviiie siècle par le prince géorgien Vakhoucht Bagration, qui signale dans sa Description géographique du royaume de Géorgie : « À l'Est de la forteresse [de Catzkh] est un rocher qui se dresse comme une colonne, au milieu d'un ravin, et au faite duquel est une petite église ; mais personne n'y va, on ne sait même par quel moyen y arriver. » Aucun autre écrit subsistant ne fait état d'une vie monastique ou de tentatives d'ascension. Un certain nombre de légendes entourent le piton. L'une d'elles prétend que le sommet du rocher était relié par une longue chaîne de fer à l'église du monastère de Katchkhi, distant d'environ 1,5 km.

    Les SITES INACCESSIBLES

    En juillet 1944, une équipe conduite par l'alpiniste Alexander Japaridze et l'écrivain Levan Gotua (en) réalise la première ascension documentée du piton de Katchkhi. Vakhtang Tsintsadze, un spécialiste en architecture du groupe, rapporte dans un article de 1946 que les ruines trouvées au sommet du rocher étaient les restes de deux églises, datant du ve et du vie siècle et associées à des pratiques stylites.

    Depuis 1999, le piton de Katchkhi est sujet d'une recherche plus systématique. Sur la base d'études et de fouilles archéologiques conduites en 2006, Giorgi Gagoshidze, historien d'art au musée national géorgien, corrige la date des structures aux ixe ou xe siècle. Il conclut que le complexe était composé d'une église de monastère et de cellules pour ermites. La découverte des restes d'une cave à vin ébranle également l'idée d'un ascétisme extrême. En 2007, une plaque de calcaire comprenant des inscriptions en asomtavruli est découverte, datée paléographiquement du xiiie siècle et mentionnant un certain Giorgi, responsable de la construction de trois cellules. Cette inscription fait également mention du Pilier de la Vie, faisant écho à la tradition populaire de vénération du rocher comme symbole de la Vraie Croix.

    L'activité religieuse a repris en 1995, avec l'arrivée du moine Maxim, natif de Chiatura. Entre 2005 et 2009, le monastère est restauré avec le concours de l'agence nationale de préservation de l'héritage culturelle en Géorgie. Le rocher est désormais accessible à l'aide d'une échelle de fer s'étendant de sa base à son sommet.

    Les Monastères des Météores

    Les différents monastères des Météores se situent en Grèce. Ils sont classés au patrimoine mondial de
    l’UNESCO depuis 1988 et sont construites au sommet d’immenses rochers. Leur nom grec signifie : «
    monastères suspendus au ciel ».

    Les SITES INACCESSIBLES

    Les SITES INACCESSIBLES 

    Les monastères des Météores (en grec moderne : Μετέωρα Μοναστήρια, « monastères suspendus au ciel ») sont un haut lieu du monachisme orthodoxe, situé au nord de la Grèce, en bordure de la plaine deThessalie, à proximité de la ville de Kalambaka, en Hestiotide, dans la vallée du Pénée.

    Ce sont des monastères chrétiens orthodoxes perchés au sommet d'impressionnantes masses rocheuses grises, sculptées par l'érosion et appelées « Météores ».

    Le site est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1988.

    Les rochers au sommet desquels les monastères sont construits, sont, d’après les écrits d'Anciens, des roches envoyées sur la terre par le ciel (d'où leur nom de « Météores »), pour permettre aux ascètes de se retirer et de prier.

    Ces masses rocheuses sont détritiques, composées de « poudingue », conglomérat formé de galets liés par un ciment sableux. À leur place se trouvait, à l'ère tertiaire, le lit d'un grand fleuve se jetant dans la mer deThessalie, ayant déposé petit à petit, galets et sédiments. C'est ce qui explique l'aspect stratifié des rochers. Pendant le plissement qui a donné naissance à la péninsule hellénique (les « Hellénides » des géologues) ce fleuve a été déplacé ou a disparu, les alluvions ont été en partie métamorphisées sous l'effet de la pression et de la chaleur, tandis que l'ensemble était soulevé puis dégagé par l'érosion, donnant un modelégréseux fait de blocs arrondis typiques de ce type de roche.

    Dans la mythologie grecque, la région était réputée avoir été la patrie de la tribu des Lapithes (en grec ancien Λαπίθαι / Lapíthai). Au vu des traces d’occupation remontant à l’Antiquité, le site a pu servir ponctuellement de refuge aux villageois et bergers des environs lors des invasions celtiques (iiie siècle av. J.-C.), gothiques (ive siècle), slaves (viie siècle), bulgares (ixe siècle) ou turques (xive siècle). Il n’y avait en revanche pas de sanctuaires antiques sur ce site, ou du moins, on n’en a pas trouvé de traces.

    Le christianisme s’est implanté dans la région au ve siècle mais les premiers moines à habiter les Météores ne sont attestés qu’au xie siècle : comme les bergers ou les réfugiés avant eux, ils vivaient dans des grottes, en ermites.

    Athanase, chassé de la République monastique du Mont Athos, fonda le Grand Météore avec plusieurs de ses fidèles, suivi par d’autres communautés (jusqu’à 24 lors de l’apogée au xve siècle) qui occupèrent les sommets des rochers.

    À partir du xviie siècle, de nombreux monastères furent progressivement abandonnés (surtout les dépendances appelées skites). Certains furent détruits ou abîmés au cours des guerres, notamment au début duxixe siècle par les troupes d’Ali Pacha.  

    (source : wikipedia

    Le monastère de Taktshang

    Le monastère de Taktshang est un monastère bouddhiste situé au Bouthan. Construit sur une falaise à
    3120 mètres d’altitude, et 700 mètres au dessus de la vallée de Paro.



    Le monastère Xuan Kong est suspendu dans le vide, une rivière se situant en contrebas à 50 mètres. Il
    reste debout grâce à des poutres enfoncées dans la roche de la falaise. Il se situe en Chine.

          

    Le Monastère de Sumela

    Le Monastère de Sumela se situe en Turquie à une altitude de 1200 mètres.

    Le monastère de St George

    Ce monastère orthodoxe de St George est situé en Cisjordanie. Il semble s’accrocher à la falaise et est
    accessible par un pont piéton.

    Le monastère de Phuktal

    Le monastère de Phuktal est situé en Inde et sa construction est directement intégrée dans la falaise.
    70 moines y seraient hébergés.



    (source : le-monde-perdu

    Monastère Kalat Taung, la Birmanie

    Le monastère de Taung Kalat est situé au sommet d'un cône volcanique qui monte 737 mètres de la environnante dans le centre de la Birmanie (Myanmar) à environ 50 km au sud-est de Bagan, et à proximité du volcan Mont Popa. Le monastère peut être consulté par exactement 777 marches et ceux qui atteignent le sommet sont récompensés par une vue spectaculaire.

    Au nord-ouest ouvre une vue de temples éloignés de Bagan, et à l'est est dominant le sommet boisé Taung Ma-gyi. Il ya une grande caldeira, 610 mètres de large et 914 mètres de profondeur afin de différentes directions de la montagne prend des formes différentes avec plus d'un pic. Beaucoup de singes macaques vivent ici qui sont devenus une attraction touristique sur Taung Kalat.

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

    (source photo : Crédit photo)

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

    Monastère Palphug Taktsang, Bhoutan

    Taktshang monastère, aussi connu comme Le Nid de Tiger, est situé sur une falaise escarpée à environ 900 mètres au-dessus de la vallée de Paro, au Bhoutan. Les pentes rocheuses sont très raides - presque à la verticale - et les bâtiments du monastère sont intégrés dans la paroi rocheuse. Bien qu'il semble formidable, le complexe du monastère dispose d'un accès à partir de plusieurs directions, comme le chemin de nord-ouest à travers la forêt, depuis le sud le long de la voie utilisée par les fidèles, et du nord. Un sentier muletier conduisant à son passage à travers la forêt de pins qui est colorée décorée de drapeaux de mousse et de prière. Sur plusieurs jours, les nuages ​​enveloppent le monastère et donnent un sentiment étrange de l'éloignement.

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

    Crédit photo

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

    Crédit photo

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

    Crédit photo

    Monastère de Sumela

    Le monastère de Sumela est construit dans les falaises rocheuses de la vallée Altmdere en Turquie. A une altitude d'environ 1.200 mètres, il est une attraction touristique majeure du parc national Altındere.

    Le monastère a été fondé en 386 après JC, sous le règne de l'empereur Théodose Ier (375-395). La légende raconte que deux prêtres ont entrepris sa création après avoir découvert une icône miraculeuse de la Vierge Marie dans une grotte sur la montagne. Au cours de sa longue histoire, le monastère tomba en ruine plusieurs fois et a été restauré par divers empereurs. Il a atteint sa forme actuelle au 13ème siècle après avoir gagné la proéminence pendant le règne de Alexios III.

    Le monastère a été abandonné après la Première Guerre mondiale et le début des échanges de populations entre la Grèce et la Turquie qui ont contraint quelque 2 millions de Grecs et de Turcs ethniques à quitter leurs communautés établies de longue date à la Turquie ou la Grèce et de retourner dans leurs pays d'origine ethniques. Il était vide pendant des décennies avant d'être partiellement restauré et est retourné à la vie comme un musée.

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

    Crédit photo

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

    Crédit photo

    Hanging monastère, de la Chine

    Le Xuankongsi Monastère Suspendu ou est situé dans un canyon au pied de la Montagne Heng dans la province de Shanxi, en Chine. Le temple est construit dans la falaise d'environ 75 mètres au-dessus du sol, et des stands soutenus par des rochers cachés couloir et poutres en bois inséré dans la montagne. Plus de 40 salles, les armoires et les pavillons dans une superficie de 152,5 mètres carrés sont reliés entre eux par des couloirs, des ponts et des trottoirs. Ils sont répartis uniformément et bien équilibré en hauteur. A l'intérieur du temple sont plus de 80 statues de bronze de fonte, des statues de fonte de fer et d'argile statues sculptées et des sculptures en pierre bagués bas de différentes dynasties.

    Le temple a été construit pour éviter la terrible inondation, et d'utiliser la montagne comme protection contre la pluie, la neige et le soleil. Aujourd'hui, il est l'une des principales attractions touristiques et sites historiques dans la région de Datong.

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

    5 plus inaccessibles monastères dans le Monde

     (source : beevar

     Mystères de la terre

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"