• Les triangles énigmatiques

    Lieux énigmatiques

    Les triangles énigmatiques

  • Lieux énigmatiques

    Les Bermudes dans les Cévennes ! 

    Le Triangle de la Burle, ou «Bermudes en Cévennes», est un périmètre se situant approximativement entre le Mont Mézenc, le Puy-en-Velay et le massif du Pilat.

    Cette région des Cévennes détient le record français absolu de catastrophes aériennes. Plus de soixante morts depuis 1945 dont la sœur du président Kennedy, Kathleen Kennedy Cavendish qui a trouvé la mort en 1948 près de Saint-Bauzile en Ardèche.

    . «Le Triangle De LA BURLE» - Le Mont Mézenc Au centre du " Triangle "

    Le triangle maudit de la Burle

    Il n'est pas forcément indispensable de traverser l'Atlantique jusqu'aux Bermudes pour découvrir des lieux, à la fois mystérieux et inquiétants, dans lesquels semblent résider certaines forces capables non seulement de perturber gravement nos appareillages technologiques mais également d'engendrer de multiples phénomènes véritablement déconcertants pour la raison. C'est ainsi qu'à la frontière de la Haute-Loire et de l'Ardèche, entre le Nelay et le Vivarais, s'élève à 1753 m d'altitude, le Mont Mézenc, ancien volcan, aux alentours duquel se produisent quantité d'événements étranges.

    La Table d'Or "pleine de lueurs", dont parlent les légendes du Mézenc, nous ramène à l'existence d'un mystère?

    D'une sorte d'objet magique dégageant de puissantes vibrations capables, dit-on, de transformer l'espace sensoriel d'un individu. Parmi les énigmes entourant cette contrée, mentionnons aussi les fréquents apparitions de " boules de feu " qui sillonnent la région et effrayent les personnes ayant été témoins de leurs manifestations.

    Ces sphères peuvent être d'une assez grande taille. Elles poursuivent parfois promeneurs, voitures ou avions.

    Ce qui est plus inquiétant encore et surtout dramatique, ce sont les nombreux accidents d'avions qui se produisent dans les environs du Mézenc...une cinquantaine depuis 1943 dont quarante demeurent vraiment inexplicables.

    D'après les pilotes, qui sont amenés à survoler l'endroit, les appareils subiraient d'importantes perturbations, peut-être dues à une sorte de force magnétique, qui affolerait les instruments de bord. Parfois, d'étranges boules lumineuses seraient apparues peu de temps avant l'accident.

    Depuis l'antiquité, le Mézenc et ses alentours passent pour être un « locus terribilis », un lieu terrible à l'instar du site bien connu de Rennes-le-Château en pays Cathare. Le vent qui est particulièrement violent en Vivarais-Velay, est appelé «Burle» quand il soulève la neige et confectionne d'énormes congères.

    Aussi inquiétant, cimetière d'avions, a été dénommé «Triangle de la Burle» par l'écrivain Jean Peyrard. Le terrible «pot au noir», ce mystérieux «Triangle de la Burle» dont on ignore les frontières est un de ces lieux uniques où la réalité quotidienne s'efface pour nous laisser entrevoir l'existence d'autres univers.

    Texte de J. Cheynel

    Source : archives.moninter 

    Ici se côtoient, s’imbriquent intimement, le tellurisme, le passé des hommes, de la terre, de l’univers, du cosmos, des dieux et l’innommable, dont parfois la Burle, vent magique et terrible, se fait l’écho et la mémoire démesurée.

    Non seulement un nombre effarant d’avions, et non des moindres, s’écrasèrent sur ce sol cévenol, mais le plus souvent ces catastrophes s’accompagnèrent d’observations, d’événements étranges, dont les plus remarquables restent du domaine des objets volants inexpliqués. La fréquence de ces constats est à un point tel qu’il y aurait lieu de croire les deux phénomènes liés ensemble dans cet étrange triangle, dit ‘de la Burle’, dont les sommets souvent proches de 1200m. atteignent 1458m. pour le grand Tanargue (Mont Tonnerre !) et d’autres dont le Suc de la Lauzières culminent à plus 1500m. Ici on parle à voix basse, depuis bien avant les accidents, de pierres étranges dites « pierres volantes » (lieu-dit Peire-Vole), « pierres qui baillent » et du « Pas de l’Enfer » restant, à jamais, les tombes minérales des aéronefs perdus, aspirés littéralement par d’obscures forces inconcevables toujours inexpliquées scientifiquement. A ces accablants constats d’impuissance d’autres bien plus énigmatiques viennent se joindre obligeant souvent des considérations où le rationnel n’a plus guère sa place.

    Les catastrophes aériennes recensées sur ce secteur commencent avec la chute, le 3 nov. 1943, d’un bombardier Halifax parachutant du matériel aux Résistants locaux. Les détails effarants rapportés par le seul rescapé (mitrailleur de queue) sur les derniers moments précédant le crash seront mis sur le compte de la terreur vécue à ce terrible instant. Le bombardier pris dans un remous incroyable ne répond plus aux commandes, plus aucun instrument ne fonctionne, à une chaleur soudaine succède aussitôt, dans la carlingue, un froid glacial… puis c’est l’impact au sol. A ce rapport s’ajoutent ceux d’A. Mandot et C. Faurion qui entendent l’Halifax tourner en rond, sortent et le voient « entouré d’une multitude de petits feux multicolores de position ». Hors, en vol de nuit l’Halifax ne disposait pas, vu sa mission, de feux « multicolores de position», mais naviguait, au contraire, tous feux éteints ! Ce sera le premier rapport inconcevable d’une série qui n’en finira pas de s’allonger.

    Près d’une quarantaine d’accidents aériens, depuis celui-ci, se succéderont sur ce périmètre qui finira par mériter le surnom de « Triangle de la Burle ». Tantôt ce sont de petits appareils de tourisme dont on doutera de la puissance, de la précision des instruments de vol, de l’expérience des pilotes peu habitués aux changeantes conditions météorologiques locales. Il faut bien donner des raisons lénifiantes à ces catastrophes mais que dire de la technique des puissants appareils militaires à réaction pilotés par des pilotes chevronnés ? Tels les 2 Javelins anglais, en 1963, qui s’écrasent inexplicablement, l’un sur Jaujac, l’autre un peu plus loin et dont on ne retrouvera pas le pilote pourtant éjecté avec son siège ? Tel encore un Gloster Météor G.A.J. et un autre F 104 qui finiront pareillement. 1965 : deux F.104 tombent sur le Mont Mézenc (près des dents du diable) poursuivis, rapporteront les témoins, par 6 petites sphères rosâtres qui ne disparaîtront qu’avec l’arrivée des secours. Idem pour le Fougas-Magister percutant le sol près d’Orcival survolé par « 2 soucoupes volantes » vues par les 7 premières personnes accourues sur les lieux. Un Jodel, le 23 juin 1969, tombe d’un coup suivi par des « cigares volants et bourdonnants » préciseront 2 agriculteurs terrorisés, ce Jodel venait curieusement de survoler la centrale nucléaire du Bugey !

     12 août 1969 : 3 triangles avec un autre objet lumineux sont vus au col de Goudooze. L’ensemble croise un avion qui s’écrase aussitôt, puis c’est un Wassmer qui n’a que le temps de se poser en catastrophe…enfin, plus loin, deux chasseurs de Francazal, arrivés sur les lieux se percutent en vol!

     

     21 nov. Un Mystère IV est en panne inexplicable de radioguidage, ainsi que deux autres avions à réaction qui auront de graves ennuis de moteur … au passage de 4 disques luisants et silencieux à la verticale de St Pierreville.

     Début avril 1970, c’est encore un Mystère IV « accompagné par un ballet de boules lumineuses surgies (?) du Rhône » qui s’écrase enfin près de la Teste.

     Mai 1970, un Bonanza est signalé en difficulté de vol. On ne retrouvera jamais épave ou passagers… mais les autorités dégageront « une épave d’avion mystère inconnu et non identifiable », l’enquête n’ira jamais plus loin.

     1 juin 1971, un CESSNA s’écrase à St Front près du lac Arcône. Les habitants précisent alors que fréquemment le lieu est survolé par « des machines volantes et soufflantes ».

     1er août 1975, un avion s’écrase à Marat. Les dépositions répétitives des témoins expliquent que l’appareil était surmonté de lumières pâles puis très vives au moment de l’impact.

     1979 et 1980 apporteront la même dose d’énigmes et d’accidents mortels d’avions.

    L’avion emportant la sœur du président Kennedy, Kathleen Kennedy Cavendish, s’écrase en un lieu nommé autrefois « terre de loups ». Certains y verront le prolongement de la vieille malédiction lancée par les indiens contre le président Lincoln et étendue à tous ses successeurs. Hasard, bien sûr! Toujours est-il que la sœur de Kennedy entra dans la légende du triangle de la Burle sous le nom de « fée du pot-au-Noir ».

    Le 18 sept. 1980 au Mt Devez un avion en perdition est vu entouré de feu et de fumée. Plusieurs brigades locales recherchent l’épave sans pouvoir la localiser, aucun aérodrome ne signale de disparition.

    Février 1981, mêmes témoignages multiples d’un aéronef en difficulté à basse altitude : régime saccadé, feu, fumée. Les recherches ont lieu aussitôt, sans résultat. On retient certaines similitudes entres ces deux affaires dans les rapports d’observations dont certains (gendarmerie) sont indiscutables : les 2 « appareils » en détresse, jamais retrouvés, sont tous deux de couleur très claire et comportent de nombreux éclairages rouges, pris pour des feux de position ou d’atterrissage. Enquête classée sans suite.

    le 22 janvier 1971. Un Nord 262 militaire quitte Villacoublay à 6h. Il est attendu vers 9h à Pierrelatte. Vers 8h le contrôle radar perd son contact. A 1342m d’altitude, au seuil du Mezilhac, près de la vallée de la Volane, l’appareil s’écrase au Suc du Paradou … le mal nommé? Tous les passagers trouvent la mort et l’Etat Français perd d’un seul coup, ici, les 7 premiers cerveaux de notre recherche nucléaire civile et militaire. Curieusement il y aurait eu au nombre des victimes… un cadavre de trop, impossible à identifier. Ce sera l’énigme du 18ème passager. Enigme aussi les récits de ceux qui entendirent cercler l’appareil dont le bruit lourd des moteurs était accompagné de sifflements inhabituels allant jusqu’à couvrir le ronflement grave des turbo-compresseurs de ce genre d’avion. Au sujet des deux formes ovoïdes, aperçues sur les lieux, « sombres et pourtant luisantes », es rapports n’en feront pas mention.


    LE TRIANGLE DE LA BURLE - FRANCE par Koloborder

    SILENCE RADIO  

    Ces phénomènes continuent à se produire sur ce secteur toujours aux mêmes fréquences. La circulation aérienne use de nouveaux « couloirs » pour survoler ces zones pudiquement appelées « turbulentes ». O passe sous silence n ces « incidents » survenant encore dans les plans de vol. De temps à autre la presse relate de vagues observations rapidement expliquées par le ballon sonde ou la retombée de satellite de service. Aujourd’hui sur ces hauts plateaux on n’aime pas trop parler de ce que l’on voit ou entend !

    Source : secretebase 

      

    Lieux énigmatiques

     "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"


  • Lieux énigmatiques

    LE TRIANGLE DU DRAGON

    La Mer le diable » ou le « Triangle du Dragon »

    Il y a déjà mille ans que les Japonais ont conscience de cette zone dangereuse. Elle sont appelés Main Umi : la Mer du Diable. Pendant des années les marins ont attribué les pertes de bateaux de pêche répétées à des démons marins, des dragons qui montent à la surface de l'océan pour entraîner les bateaux ainsi que leurs membres d'équipage dans les fond sous-marins.

    LE TRIANGLE DU DRAGON 

    Le triangle des Bermudes

    LE TRIANGLE DU DRAGON

    Le Triangle du Dragon suit une ligne qui va depuis l'ouest du Japon, au nord de Tokyo, jusqu'à la pointe du Pacifique et elle retourne par l'est, en passant par les Îles Ogasawara et Guam pour monter, de nouveau, vers le Japon. tout comme celui des Bermudes, il forme une zone triangulaire. En partant de l'ouest du Japon, au nord de Tokyo, il suit une ligne jusqu'à un point du Pacifique qui est à quelque 145 degrés de latitude est. Tous les deux se trouvent dans les 35 degrés de latitude ouest et ce respectivement. Mais les similitudes ne terminent pas ici, les deux zones se dans l'extrémité orientale des masses continentales, dans la chute vers des eaux profondes où la mer est entraînée par des forts courants sur des zones volcaniques actives.

    Il s'agit d'une zone de grande activité séismique, avec un fonds marin dans lequel la transformation continue et tombes à 12.000 mètres de profondeur. Des îlots et des masses de terre émergent et disparaissent avant de pouvoir être dessinées sur des cartes. Il y a des lettres de navigation dans lesquelles des marins éprouvés ont inclus des morceaux de terre dans lesquels ils ont débarqué et qui n'existent déjà pas.

    Depuis des milliers d'années les habitants de la zone l'ont qualifiée comme extrêmement dangereuse parce que de multiples disparitions se sont produites et événements très étranges. Une longue liste de bateaux de pêche, de grands navires de guerre et d'avions de tout type ont disparu avec tout leur équipage depuis plus de mille ans. Tant les témoignages de survivants, comme les dernières communications radio dont ils sont sans réponses, on penserais que ce soit des distensions spacio-temporelles et déviations de la conscience des membres de l'équipage qui empêche toute communication. On a vérifié que l'activité magnétique de la zone est supérieure, avec celle du triangle des Bermudes, à toute zone du globe. Mais ce que personne ne peut assurer est que celle-ci est la cause des disparitions.

    Les narrations plus anciennes parlent de dragons qui apparaissent des profondeurs pour avalés des navires ou des îles et qui se retournent au fonds la mer sans laisser de trace.

    Selon une légende japonaise, il existe sous la « Mer du Diable », un royaume où le temps se trouve prisonnier, qui parle aussi de bateaux fantasmagoriques apparaissent soudainement comme s'ils montaient des profondeurs pour disparaître au bout d'un moment.

    La zone a réveillé l'intérêt mondial scientifique et naval quand des bâtiments de guerre, des bateaux de pêche et des avions ont été écartés de leur route suite a diverses informations et communiqués de presse.

    Le gouvernement japonais, dans son souci de connaitre le motif, a financé en 1955 un navire de recherche, « le Kaio Maru 5 », pour étudier la Mer du Diable. Mais le bateau a disparu avec tous les scientifiques qui intégraient l'expédition, ce qui au gouvernement japonais a étiqueté « officiellement » la zone comme dangereuse.

    La comparaison à démarré dans les années soixante quand on a commencé des connexions avec le Triangle des Bermudes. Au Japon, évidemment, les histoires sur les disparitions de bateaux dans la zone étaient très connu mais rarement sautaient à la presse internationale.

    Il y aurais de nombreux témoins d'ovni dans cette zone du Pacifique. Tout comme aux Bermudes, l'activité de navires extraterrestres est énorme. Quelques personnes traînent la possibilité de l'existence d'une grande base extraterrestre dans les profondeurs de l'océan (les trous atteignent les 12.000 mètres de profondeur), ils provoqueraient les anomalies magnétiques et kidnapperaient les navires, mais dans quel but ?.

    L'autre théorie tend à une connectivité entre les pôles magnétiques des deux triangles qu'elle provoque une infraction spatio-temporelle. La réalité est qu'il existe deux zones dans la Terre où des navires énormes disparaissent sans laisser de trace avec tout son équipage, sans jamais donner signe de vie.

    Les triangles ont été indiqué par le chercheur et le biologiste Iván Sanderson et ses collaborateurs. Le groupe était formé par des scientifiques spécialisés dans différentes disciplines : des géologues, météorologues, physiques, astronomes, etc. Selon eux, ils existent dans la planète douze zones de grandes perturbations geomagnétics. Deux d'entre elles sont les Pôles et ce qui est restantes sont toutes maritimes. Elles sont distribuées très régulièrement : cinq d'entre elles autour du parallèle 30 degrés de latitude nord, et autres cinq dans le parallèle 30 degrés sud. Elles sont séparées par des distances de 72 degrés.

    En tout cas, il paraît qu'un nombre significatif de bateaux et aéronefs ont disparu dans des circonstances inhabituelles et s'avère frissonnante, la coïncidence du très grand nombres de disparitions dans certaines zones de la planète, presque toujours sans laisser trace.tend ta nous faire pensé qu'il existe des mystères que la nature résiste à nous dévoiler. 

    (Source : planete-revelations

    Les 10 Vortex énergétiques de la planète

      LE TRIANGLE DU DRAGON

     Le Nom de Triangle  du dragon provient d’une légende chinoise vieille de plusieurs siècles parlant de dragons vivant dans des palais sous la mer. La zone réelle englobe une ligne triangulaire allant de l’ouest du Japon au nord de Tokyo, à Guam à Taiwan.  Le Triangle du Dragon  et le triangle des Bermudes  présentent les mêmes anomalies magnétiques, des défaillances de navigation et de communication. Les rapports de lumières dans les airs et de changements météorologiques soudains, l' océan  se gonflant soudainement de manière inexpliquée, des tempêtes et des brouillards épais coïncidant avec les disparitions de navires, d’aéronefs , et de navires sans équipages.

    Les deux triangles s' alignent point par point au  Centre de la terre, avec la même latitude et longitude. Tous deux sont situés à l’extrémité orientale de chaque grosse masse continentale, où les courants marins d'eau chaude et d'eau froide se rencontrent, dans des régions volcaniques. Les  failles profondes sont un autre point commun avec triangle du dragon ,mettant en vedette  la fosse des Mariannes, le point  le plus profond de toutes les mers. 

    Kubilai Khan a fait deux tentatives infructueuses pour reprendre le Japon au XIIIe siècle. Les deux tentatives ont échoué, et plus de 40 000 membres d’équipage ont été perdus lors de la première tentative.  Le Japon estime que la nature est intervenue pour les protéger et a attribué ces victoires au vent divin.  

    La célèbre légende japonaise Utsuro de 1803 décrit un bateau creux en forme de boîte, ressemblant à un kou-hako (encens graveur). La crédibilité de ces livres a été remise en question, mais il a été vérifié que ces livres ont été écrits avant de 1844, bien avant l’ère moderne de UFO.   

     Charles Berlitz fait sa propre remarque sur le sujet dans son livre de 1989,Le Triangle du Dragon.Le nombre de navires disparus enregistrés, allant des petits bateaux de pêche, aux grands de 200 000 tonnes, pétroliers, navires de guerre américains et japonais, avions et sous-marins de missiles nucléaires soviétiques. Peu ont été retrouvés. Berlitz fait le parallèle avec la légende  du XIII è s. et les Ovnis et d'Osnis  (Objets sous-marins non-identifiés). 

    Les anomalies tout au long de l’histoire ont inspiré de fascinantes théories et des lignes de  recherche. En 1950, les autorités japonaises ont  déclaré le triangle du dragon comme  une zone de danger pour la navigation. En 1952, le gouvernement a lancé un projet de recherche pour découvrir la véritable source  du  mystères du "dragon". Le navire de recherche pour ce projet, la Kaio Maru no 5 a disparu lui aussi. A son bord se trouvaient  vingt-deux membres d’équipage et neuf scientifiques.   

    Beaucoup considèrent les changements environnementaux naturels comme la cause des anomalies constatées. Une des  explications est le vaste domaine des hydrates de méthane présents sur le fond de l’océan dans ce lieu. Méthane clathrates (glace d’hydrate de méthane) se changerait en gaz lorsqu’il s’élève au-dessus de 64,4 F (C 18). Les éruptions de gaz  feraient interrompre la flottabilité et pourraient facilement couler un navire, ne laissant aucune trace de débris. Le gaz exploserait également s'il entrait en contact avec une une flamme nue. D'autres explications naturelles expliqueraient ces anomalies par des lignes agonic, une activité volcanique et le mouvement des plaques tectoniques.  

     

    Il y a eu beaucoup d’hypothèses sur les théories surnaturelles, expliquant les événements du triangle du dragon. Certains ont envisagé que la région serait une passerelle vers une autre dimension, un univers parallèle ou un trou noir. La  Technologie Atlante a été suggérée et bien entendu, aucune conjecture ne serait incomplète sans possibilité de participation étrangère.   

    Si votre préférence se trouve dans les explications scientifiques d’événements naturels  ou bien dans des théories surnaturelles, le triangle du dragon est l’un des mystères les plus fascinantes du monde. Peut-être lorsque la science  et le surnaturel avanceront de concert , le jour viendra où la réponse sera sous la forme d’une explication combinée.

     (source : guidewhois

     

     Une tentative d'explication

    Article source: groups

     Le “Triangle des Bermudes” n’est pas unique sur la Terre! Oui, il existe une autre zone identique de disparitions mystérieuses dans l’océan Pacifique, exactement à l’opposé, de l’autre côté du globe. Cette autre zone est appelée le “Triangle du Dragon” ou encore la “Mer du Diable” (“Ma-no Umi” en japonais)!   Comme celle de l’Atlantique, cette zone mystérieuse du Pacifique est triangulaire. Elle est délimitée par Tokyo (Japon) au Nord, les îles de Guam et de Yap (Micronésie) au Sud et l’île de Taïwan (Chine) à l’Ouest.   Au sein de ce “Triangle du Dragon”, les bateaux et les avions disparaissent mystérieusement sans laisser de traces, exactement comme dans le “Triangle des Bermudes”…  

    Des phénomènes étranges se produisent dans cette zone du Pacifique (brouillards inhabituels, eaux bizarres, vaisseaux fantômes, apparitions lumineuses dans le ciel, etc.), comme il s’en produit dans la zone Atlantique, mais dans le “Triangle du Dragon” ces phénomènes semblent moins nombreux et moins spectaculaires que dans le “Triangle des Bermudes”. Peut-être parce que les témoins,principalement des Japonais et des Russes sont plus discrets que les Américains…!  

    La présence de ces deux zones de disparitions mystérieuses diamétralement opposées fait penser à… un Vortex géant qui traverserait la Terre de part en part!   Ce Vortex s’ouvrirait et se refermerait de façon aléatoire et avalerait les bateaux et les avions qui passeraient au-dessus de lui au moment de son ouverture…  

    C’est bien possible, c’est même fort possible, mais cela n’explique pas tout! En effet, nombre de phénomènes restent inexpliqués par cette théorie du Vortex. Lesquels? Eh bien, par exemple, les traces parallèles au fond de l’océan ou encore les eaux bizarres et surtout les apparitions lumineuses dans le ciel et dans l’eau…!   Une seule cause ? Non, deux…   

    Où sont donc passés les bateaux, les avions et les gens qui ont disparu dans ces zones mystérieuses?   En réalité, la cause de ces disparitions n’est pas unique, mais double!   De longues et patientes recherches menées pendant 20 ans sur le sujet nous ont permis de voir clairement qu’il y avait en réalité deux causes à ces disparitions et non pas une seule.  

    1. Il y a effectivement un immense Vortex qui s’ouvre sur un autre Monde, un Monde parallèle… d’Anti-Matière… et qui absorbe hommes et machines!  

     2. Mais il y a aussi des Extra-Terrestres qui circulent autour de ce Vortex dans des vaisseaux antigravitationnels (les fameuses apparitions lumineuses) et qui capturent des humains!  

    Incroyable?, mais pourtant vrai! C’est pour cette raison que le mystère est si difficile à résoudre…  

    A l’origine de l’Univers, la Matière ne fut pas seule à apparaître, de l’Anti-Matière l’accompagnait en quantité égale. L’énorme Energie du Big Bang originel donna naissance à des paires de particules de Matière et d’Anti-Matière qui se séparèrent très vite, car tout les séparait: leurs polarités électromagnétiques (charge électrique et moment magnétique) opposées, leurs moments rotationnels (sens de rotation ou Spin) inverses… et surtout leurs dynamiques spatio-temporelles contraires (les particules d’Anti-Matière, comme l’a démontré le physicien Richard Feidman, remontent le Temps!). Les Mondes de Matière et les Mondes d’Anti-Matière connaissent des Temps qui vont à l’envers l’un de l’autre!   Matière et Anti-Matière n’existent pas, en effet, dans le même système de Temps, une “barrière” spatio-temporelle les sépare.  

     Ainsi séparées, la Matière et l’Anti-Matière formèrent deux Univers distincts: un Univers de Matière et un Univers d’Anti-Matière (voir à ce sujet, les travaux du physicien russe, prix Nobel de Physique, Andreï Sakharov).   Univers parallèles   

    Ces deux Univers coexistent au sein du même Espace, mais pas au sein du même Temps. Le Temps les sépare. C’est cette différence temporelle qui forme une “barrière” entre eux et les empêche de se mélanger. Si ce n’était pas le cas, Matière et Anti-Matière s’annihileraient totalement au contact l’une de l’autre. Cette séparation est donc indispensable.   Ces Univers ont évolué au même rythme, selon les mêmes étapes, et se sont tous deux peuplés des mêmes Galaxies composées d’étoiles et de planètes, mais ces Galaxies sont différemment distribuées dans l’espace d’un Univers à l’autre. Autrement dit, les Galaxies et les Anti-Galaxies occupent des places différentes dans l’espace.  

     Chaque étoile et chaque planète de chaque Galaxie de l’Univers de Matière possèdent une jumelle dans une autre Galaxie de l’Univers d’Anti-Matière. Notre monde ne fait pas exception à la règle. La Terre possède une Terre jumelle d’Anti-Matière appelée “le Jumeau noir” (!), une Anti-Terre qui vibre sur une fréquence supérieure à celle de la Terre, car elle est plus évoluée qu’elle.  

    Chaque étoile et chaque planète de l’Univers de Matière sont reliées à leur jumelle d’Anti-Matière par un “pont énergétique”, un Vortex magnétique…!   Voilà l’origine de ce Vortex, de cette “porte” spatio-temporelle qui absorbe les Hommes et leurs machines!  

     C’est un phénomène purement naturel qui a dû se détraquer à cause d’interférences produites par un puissant champ magnétique d’origine inconnue…  

    Parmi les différentes hypothèses avancées, la plus plausible est l’hypothèse atlante. En effet, la destruction de Poséidia, dernière des 7 îles qui formaient l’Atlantide, laissa au fond de l’Océan Atlantique un Cristal géant émettant un puissant rayonnement électromagnétique qui alimentait les atlantes en énergie.

    Ce serait cet énorme Cristal, toujours actif, qui perturberait le Vortex magnétique reliant la Terre à sa jumelle d’Anti-Matière…!  

    Son rayonnement hyper puissant traverserait la Terre de part en part et relierait le “Triangle des Bermudes” au “Triangle du Dragon” en une immense boucle énergétique dont les fluctuations aléatoires ouvriraient de temps à autre la “porte” spatio-temporelle qui conduit vers le “jumeau noir” de la Terre.  

    En l’absence d’informations précises sur le sujet, il est impossible de connaître le véritable mécanisme du phénomène. Rien n’est donc sûr. Le mystère subsiste… Toujours est-il que de nombreuses personnes ont disparu dans ces zones et se sont retrouvées dans un autre Monde étrangement semblable au nôtre… un Monde où vivent d’autres hommes et d’autres femmes parmi lesquels ces personnes se sont retrouvées comme des indigènes au milieu d’une rue de Paris ou de New York…! C’est une expérience absolument traumatisante! Leur bateau ou leur avion a poursuivi sa route et a fini par atteindre une côte qui était pour eux totalement inconnue… Leur premier contact avec les gens de ce Monde fut un vrai choc, car s’ils leur ressemblaient, ils ne parlaient pas pour autant la même langue, ils n’étaient pas vêtus de la même façon et leurs moeurs étaient totalement différentes de tout ce qu’ils connaissaient…!  

    Mais, le plus étrange est que ces gens aient pu pénétrer dans ce Monde d’Anti-Matière sans être instantanément annihilés dans une gigantesque explosion comme ce devrait être normalement le cas…!  

     En fait, en passant dans ce Vortex magnétique, la Matière est totalement transformée en Energie (selon la célèbre équation d’Einstein E = mc2) et cette Energie se rematérialise de l’autre côté sous forme d’Anti-Matière! Voilà pourquoi ils n’explosent pas! Le Vortex Si tant de personnes sont passées dans ce Monde d’Anti-Matière, pourquoi des gens de ce Monde ne sont-ils pas passés dans notre Monde de Matière? Eh bien, si! Cela existe également! Divers cas de personnes semblant perdues, pleurnichant, parlant une langue totalement inconnue et habillées de vêtements bizarres, ont été signalés par des témoins ou des agents de police!

    Des gens de l’Anti-Terre sont également transportés sur la Terre par ce même Vortex qui, dans ce cas inverse, transforme leur Anti-Matière en Energie puis en Matière!   Lorsque le Vortex s’ouvre dans notre Monde, il s’ouvre en même temps dans l’Anti-Monde, et des bateaux, des avions et des personnes humaines passent d’un Monde à l’autre dans les deux sens.  

    Dans ces zones de disparitions mystérieuses, de nombreuses apparitions lumineuses de toutes formes, tailles et couleurs ont été vues dans le ciel et dans l’eau, dans le “Triangle des Bermudes” comme dans le “Triangle du Dragon”.

    Ces apparitions lumineuses sont les fameuses “roues lumineuses” desquelles sortent les “mystérieux vaisseaux noirs” qui circulent sous les eaux, mais aussi, et surtout des Ovnis!   Des témoins dignes de foi les ont vus et il n’est pas question d’en douter. Mais alors, on se demande bien pourquoi ces zones de disparitions mystérieuses les attirent autant? La réponse se trouve dans la nature même de leurs occupants…  

    En effet, ces vaisseaux de lumière sont pilotés (tous les ufologues le savent) par des créatures extra-terrestres venues sur notre planète il y a des milliers d’années de cela, dans le but de se l’approprier et de réduire l’humanité en esclavage!, mais la tâche était bien plus facile à imaginer qu’à réaliser! Les Hommes de la Terre sont des durs à cuire (!) et ils sont protégés par d’autres extra-terrestres qui étaient là bien avant ces envahisseurs!   Les connaisseurs penseront qu’il s’agit là d’un résumé bien succinct et surtout bien incomplet du sujet et ils auront raison, mais cet ouvrage traite des Mondes Parallèles et non des OVNIs! Il n’est donc pas question de développer ici ces questions pourtant si passionnantes…!

    (source : japonpassion

      

    Lieux énigmatiques 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement" 

  • Le Triangle de Bennington 

    Le triangle de Bennington décrit une région du Vermont, aux États-Unis, marquée par les disparitions de plusieurs personnes dans les années 1940 et les années 1950 autour de la ville fantôme de Glastenbury et du mont Glastenbury, situé dans la forêt nationale de Green Mountain.

    Les limites de ce « triangle » ne sont pas précises, mais il a pour centre le mont Glastenbury, ce qui inclurait donc les municipalités avoisinantes : Bennington, Shaftsburg, Somerset et Woodford.

    La paternité du terme « triangle de Bennington » (en anglais Bennington Triangle) est attribuée à Joseph A. Citro, un auteur et folkloriste de l'État du Vermont, qui aurait utilisé l'expression pour la première fois à la radio publique en 1992.

    Disparitions

    Middie Rivers (1945)

    Le 12 novembre 1945, Middie Rivers, un homme de 74 ans, disparaît lors d'une partie de chasse. Il s'éloigne des 4 chasseurs qu'il guide et ne rejoint jamais le groupe. Une recherche exhaustive des lieux ne mène qu'à la découverte d'une cartouche de fusil de chasse dans un ruisseau. Rivers est décrit comme un chasseur et pêcheur expérimenté ayant une excellente connaissance des environs.

    Paula Welden (1946)

     
    Paula Jean Welden.

    Paula Jean Welden, une femme de 18 ans de Stamford (Connecticut) qui est étudiante de deuxième année au Bennington College, disparaît le 1erdécembre 1946 lors d'une randonnée sur la Long Trail (long sentier) à Woodford. Elle est vue par plusieurs personnes au cours de la journée, notamment par Ernest Whitman, un employé du quotidien local Bennington Banner, qui l'aide à s'orienter en lui donnant des indications. Un couple âgé rapporte également l'avoir vue : ils disent l'avoir aperçue, seule, environ 100 milles (91 kilomètres) devant eux, jusqu'à ce qu'elle suive un virage du sentier. À leur passage sur ce même virage, le couple ne voit plus la jeune femme.

    La disparition de Paula Welden est signalée par son établissement scolaire et reçoit une attention nationale. Des recherches sont organisées, auxquelles participe le FBI, les corps policiers des États voisins de New York et du Connecticut ainsi que des centaines de volontaires, et une récompense de 5 000 dollars est promise par le père de l'étudiante. Des rumeurs, jamais appuyées par des preuves, circulent à l'effet que Welden a volontairement disparu, soit pour s'établir au Canada avec un garçon, soit pour vivre en ermite dans les montagnes.

    La disparition de Paula Welden a mené à la création de la police d'État du Vermont à l'été 1947.

    James Tedford (1949)

    La troisième disparition serait celle de James E. Tedford (parfois aussi orthographié « Teford » ou « Tetford ») le 1er décembre 1949, trois ans jour pour jour après la disparition de Paula Welden. Tedford, un ancien combattant d'une soixantaine d'années, est décrit comme d'une habitation pour anciens militaires à Bennington, de passage à Saint Albans pour visiter de la famille. Il quitte cette dernière localité en autocar. Selon des témoins, il aurait été aperçu dans l'autocar au dernier arrêt avant Bennington, mais disparaît entre celui-ci et Bennington, sa destination. La légende veut qu'il ait laissé derrière lui ses effets personnels dans le compartiment à bagages et un horaire d'autobus ouvert sur son siège vacant.

    Paul Jepson (1950)

    Paul Jepson, 8 ans, serait disparu le 12 octobre 1950. L'enfant aurait été laissé seul dans un pick-up et sa mère aurait quitté le véhicule pour nourrir des porcs. Elle se serait absentée durant environ une heure pour constater à son retour la disparition. La rumeur veut que des chiens aient suivi la trace du jeune Jepson jusqu'à une autoroute.

    Frieda Langer (1950)

     
    Le réservoir de Somerset, dans le Vermont, en 2010.

    Le 28 octobre 1950, seize jours après la disparition de Paul Jepson, Frieda Langer, une femme de 53 ans de North Adams dans le Massachusetts, disparaît dans la forêt nationale de Green Mountain après avoir quitté pour une randonnée le campement familial près du réservoir de Somerset, accompagnée de son cousin Herbert Elsner. La quinquagénaire fait une chute dans un ruisseau et insiste pour retourner au campement changer ses vêtements, demandant à son cousin de l'attendre. Ce dernier patiente donc mais retourne au camp lorsqu'il constate que sa cousine ne revient pas. Au cours des deux semaines qui suivent, quelque 300 personnes participent à cinq recherches, certaines effectuées par avion ou hélicoptère. Le 12 mai 1951, le corps de Frieda Langer est retrouvé près de Somerset Reservoir, dans une zone qui avait pourtant fait l'objet de recherches sept mois plus tôt. L'état du corps, exposé aux intempéries, rend la cause du décès impossible à déterminer.

    Dans la culture populaire

    L'historien vermontais Tyler Resch, auteur de Glastenbury: The History of a Vermont Ghost Town, rejette les explications supernaturelles des événements attribués au triangle de Bennington. Il considère étonnant qu'il n'y ait pas davantage de disparitions dans cette très vaste région peu peuplée, et estime que des écrivains ont largement exagérés des faits mal documentés et souligne que Middie Rivers est le seul cas documenté de personne disparue à Glastenbury.

    Le triangle de Bennington est l'objet d'un reportage de l'émission Unsolved Mysteries diffusé pour la première fois le 17 mai 1996. (source : wikipedia

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"

     

     


  •  Lieux énigmatiques

    LE TRIANGLE DES BERMUDES

    En moyenne, ce ne sont pas moins de 4 avions et 20 bateaux qui disparaissent littéralement des cartes chaque année, dans une zone de quelque 500.000 kilomètres carrés située entre la Floride, Porto Rico et l'archipel des Bermudes. Cette zone est connue sous le nom de triangle des Bermudes. Une équipe de météorologues de la Colorado State University partage aujourd'hui une théorie qui pourrait plausiblement expliquer ces phénomènes.

    Sur des images satellites de la zone maudite, les scientifiques ont en effet pu observer la présence de bien curieuses formations nuageuses en forme d'hexagones de 30 à 80 kilomètres de diamètre. Une forme tout à fait particulière, car, aux dires des météorologistes, la distribution des nuages dans le ciel est généralement aléatoire. Ce même type de formation nuageuse a pu être observé du côté du Royaume-Uni (observé et étudié grâce à des images radar prises en simultané).

    Les scientifiques ont ainsi découvert que ces nuages hexagonaux trahissent l'occurrence d'authentiques « bombes d'air », des microrafales de vents violents soufflant à plus de 270 kilomètres à l'heure. Ces nuages rencontrent brutalement la surface de la mer en créant des vagues pouvant aller jusqu'à 14 mètres de haut. De quoi faire s'abîmer bien des avions ou sombrer même des bateaux de taille respectable.

    L'hypothèse est cependant réfutée par un météorologiste britannique de NBC News, Kevin Corriveau, qui fait remarquer que la comparaison de structures atmosphériques entre la région des Bahamas, tropicale, et le Royaume-Uni, est hasardeuse. Selon lui, il est peu probable que ces hexagones génèrent des vents aussi catastrophiques. Le débat, donc, risque de se poursuivre...

    Source : .futura-sciences

    De nombreux navires et avions ont disparu dans le «triangle maudit» des Bermudes.
    Le navire Rubicon, disparu en automne 1944, a été trouvé le 21 octobre 1944 dans les eaux du golfe des Bermudes. Il était intact mais les patrouilleurs n'ont trouvé personne à bord sauf un chien de navire. Tous les membres de l'équipage avaient définitivement disparu.Ce cas mystique ne fut pas le premier ni le dernier dans la région des Bermudes. 

    Les cinq catastrophes aériennes les plus mystérieuses de l'histoire
    Cette zone de l'Océan atlantique a une mauvaise réputation depuis l'époque de Christophe Colomb: ses marins avaient été les premiers à rapporter des lumières mystérieuses dans l'eau et un comportement anormal de la boussole. Même si la science moderne a apporté des réponses, on a découvert dans cette région en 1872 la goélette Mary Celeste totalement abandonnée malgré ses cales remplies d'aliments et de marchandises (y compris de l'alcool précieux).

    Au début du XXe siècle ces disparitions ont pris de l'ampleur: en 1918, le navire de fret Cyclops a disparu dans la zone avec 309 membres d'équipage à son bord. Le président américain Woodrow Wilson avait déclaré suite à l'enquête que « seul le Dieu et la mer connaissait le sort du navire ».

    En 1944 on y a retrouvé le navire Rubicon, alors qu'en 1945 cette région a avalé cinq bombardiers d'exercice américains Avenger et un avion de sauvetage chargé de les trouver. D'autres disparitions d'avions militaires et civils, ainsi que de navires dont le dernier fut le vaisseau de fret Anita en 1973, ont renforcé la renommée du triangle comme « lieu maudit ».

    Les scientifiques affirment que ces disparitions s'expliquent par les conditions difficiles de navigation et un nombre important de cyclones, alors que des experts en phénomènes anormaux parlent de l'implication des habitants de l'Atlantide sous-marine ou d'un infrason provoquant la panique et des hallucinations chez l'équipage.

    Source : .sputniknews





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique