• Les univers parallèles

    Sciences de l'univers

    Les Univers parallèles

    Univers parallèles

     On nomme univers parallèle, ou monde parallèle un univers séparé du nôtre possédant ses propres dimensions d'espace et de temps. 

    Il peut s'agir d'un univers engendré par des phénomènes physiques hypothétiques, ou dans les œuvres de fiction par une modification arbitraire d'un événement. Selon les œuvres de fiction, ces univers sont décrits pour eux-mêmes ou en les faisant interagir avec notre univers, le principal pour nous. 

    La science semble nous dire (voir science et vie) qu'il existerait des mondes parallèles. Dans le dernier livre de P.J. Oune, il me semble aussi que ce sujet est effleuré. Tout ça pour dire, que des existences ou des vies multiples à la nôtre existeraient dans d'autres plans parallèles au nôtre... 

    Tout comme des multitudes de planètes dans l'espace, auraient à leur surface des vies plus ou moins avancées que nous, spirituellement, technologiquement, scientifiquement, etc.

     L'homme a toujours rêvé d'un autre monde qui lui permettrait d'échapper aux contraintes et difficultés de la vie ainsi qu'à la dégradation physiologique et mentale de la vieillesse. Dans un tel monde, tout serait en synchronicité, les désirs seraient exaucés, l'amour, l'amité et les bons sentiments partagés par tous, les maladies n'existeraient pas et enfin l'immortalité constituerait la règle. En quelque sorte, ce serait le paradis.  Le mythe du paradis perdu est en effet un archétype bien ancré dans l'inconscient collectif. 

    Dans une perspective sans aucun rapport avec ce qui précède, des scientifiques ont émis l'hypothèse d'univers parallèles à celui où nous vivons. Avant d'aller plus loin, il convient de faire la distinction entre le grand univers composé de toutes les galaxies visibles ou invisibles, que nous retiendrons ici, et notre univers-île local galactique appelé voie lactée. Les autres univers-îles sont sûrement peu différents du nôtre. Leur distribution est de nature fractale et ils doivent être autosimilaires, ce qui sera probablement confirmé par les observations astronomiques de plus en plus précises. 

    La création d'une multitude d'univers

    Selon Guth, l'émergence de processus physiques de haute énergie pourrait expliquer la création de l'univers il y a environ 10 à 15 milliards d'années. A partir d'une fluctuation quantique, l'univers, peut-être de la grosseur d'une particule à 8 dimensions ou plus (dont 4 seraient celles que nous connaissons : 3 d'espace (longueur, largeur, hauteur) et 1 de temps, les 4 autres étant restées repliées dans les forces (théorie des supercordes.), aurait surgi spontanément du vide (sorte d'oeuf cosmique ou micro trou blanc), le temps et l'espace s'étant déployés également. 

    L'astrophysicien Trinh Xuan Thuan pense que notre univers, qui comporte aujourd'hui des dizaines de milliards de galaxies, n'aurait été alors qu'une minuscule bulle perdue dans un méta-univers des dizaines de millions, de milliards, de milliards de fois plus grand.

    Ce méta-univers aurait fait lui-même partie d'une quantité innombrable d'autres méta-univers créés pendant la période inflationnaire du big bang et ayant donné naissance simultanément chacun à des myriades de mondes analogues au nôtre ou différents, mais qui nous seront toujours inconnaissables.

    Par hasard

    En se basant sur la théorie inflationnaire, des physiciens pensent que c'est par hasard que notre univers aurait donné lieu à l'apparition de la vie et de la conscience du fait de l'existence de conditions et constantes physiques favorables, alors que la plupart des autres univers seraient stériles. Mais rien ne prouve qu'il en soit ainsi. Certains scientifiques ont émis l'idée que l'univers serait autoreproducteur, une sorte d'énorme mousse fractale qui se régénerait en permanence. Il se composerait de nombreuses bulles lesquelles engendreraient ensuite d'autres bulles et cela indéfiniment. L'univers serait éternel et la vie apparaîtrait sous toutes les formes possibles (Andréi Linde - revue Pour la science, janvier 1995). Il existe probablement d'autres mondes que l'on pourrait appeler anti-univers du fait de leurs caractéristiques inverses à celles que nous connaissons.

     Des univers d'antimatière

    Au début de la formation de l'univers, celui-ci comportait à la fois des particules de matière et d'antimatière (antiparticules). La différence tient au fait que les antiparticules ont une charge de signe opposé à celui des particules. Ainsi un électron à une charge négative alors qu'un anti-électron appelé positron est positif. Leur rencontre provoque une anihilation réciproque. 

    A l'origine, les particules étaient un peu plus nombreuses que les antiparticules (1 pour un milliard dans chaque camp ou moins, selon les auteurs). Après une anihilation généralisée, seules des particules de matière en surnombre ont été rescapées et ont constitué notre univers, les antiparticules étant pratiquement absentes. Il est possible que d'autres univers aient connu une situation inverse. Les conséquences de l'existence, très bizarre sur de tels mondes, ont été exploitées par les auteurs de science-fiction.

    Ainsi, les habitants d'une planète d'antimatière tomberaient vers le haut. On pourrait également observer des univers où l'écoulement du temps serait inversé et les horloges marcheraient à l'envers ; la journée commencerait par le soir et finirait le matin, etc…Il existe d'autres hypothèses d'univers multiples conçues par des physiciens et qui rejoignent également les idées les plus extraordinaires de la science-fiction. 

    Les mondes multiples divergents

    Cette étrange théorie, basée sur la physique quantique, a été présentée par Everett dans les années 1950, puis reprise par Wheeler, et ensuite dans les années 1970, par Graham et de Witt. Elle tente d'apporter une solution à l'épineux problème des processus quantiques, notamment au fameux paradoxe du Chat de Schrödinger ci-après. (il avait imaginé cette expérience pour montrer l'impasse à laquelle aboutissait la position des physiciens idéalistes expliquant que le processus microphysique de réduction du paquet d'ondes d'une particule est déclenché par la conscience de l'observateur). 

    Un chat est enfermé dans une boîte pendant une heure, ayant une chance sur deux d'être tué par le dégagement d'un gaz toxique déclenché par une source radioactive aléatoire. Le chat se trouve alors dans une superposition d'états. Il y a 50% de chat vivant et 50% de chat mort, tant que l'on n'a pas observé le résultat en ouvrant la boîte et provoqué la réduction du paquet d'ondes. Ce n'est qu'à ce moment là que le chat sera vivant ou mort. Selon la théorie en question, l'univers se diviserait en deux à chaque réduction du paquet d'ondes, c'est-à-dire à chaque fois qu'il y a alternative d'action, choix ou décision. Dans un univers, le chat serait vivant, et dans un autre, il serait mort. L'observateur serait également dédoublé. Un nombre infini d'univers Chaque univers serait aussi réel mais sans contact possible avec les autres. Ainsi, il y aurait un nombre infini d'univers où dans certains nous serions vivants ou morts et dans d'autres nous n'aurions jamais existé. Dans des univers, Hitler aurait gagné la guerre, dans d'autres le général de Gaulle n'aurait pas vécu.

     

    Le voyage dans le temps

    Malgré son aspect surprenant, la théorie repose sur un formalisme mathématique solide et elle est toujours d'actualité. Par exemple, citons l'article de David Deutsch et Michael Lockwood, professeurs à l'université d'Oxford sur le voyage dans le temps dans la revue Pour la science de mai 1994. Selon un sondage réalisé aux USA, 58% des physiciens croient à cette théorie (Sciences et avenir de janvier 1998, article sur les mondes parallèles de Paul Loubière et Sylvie Rouat). La théorie des mondes multiples divergents résoudrait le paradoxe du voyage dans le temps. Un explorateur part dans le passé et tue son grand-père, ce qui paraît impossible puisqu'il n'aurait pu alors venir au monde. Comme nous l'avons indiqué ci-dessus, l'univers se diviserait en deux à chaque fois qu'il y a alternative d'action, choix ou décision. L'explorateur du temps serait également dédoublé. Dans un univers, il aurait renoncé à son excursion dans le temps et vivrait. Dans un autre univers, il aurait tué son grand-père lors de son voyage dans le passé et n'aurait donc pas pu exister. En vue de tenter une approche de la réalité, des scientifiques ont imaginé des univers multidimensionnels ou transcendant les conditions et constantes de notre univers.

    Univers hypothétiques conçus par des physiciens 

    Parmi ces hypothèses, celle de David Bohm présente un grand intérêt. Pour lui, l'univers entier n'est qu'une simple trace d'excitation quantique en forme de vague, une ride dans un immense océan d'énergie cosmique. C'est cet arrière-plan énergétique caché qui engendre la projection tridimensionnelle constituant le monde phénoménal que nous percevons. D'après David Bohm, il existe deux sortes de réalités : 

    - L'ordre impliqué, insaisissable à nos sens et à l'étude scientifique, qui serait la réalité primordiale au-delà de l'espace-temps. Conscience et matière proviendraient de l'ordre impliqué qui serait leur champ commun.

    - L'ordre déplié, correspondant au monde que nous percevons au moyen de nos sens, ne représenterait que l'émergence de l'ordre impliqué qui en serait la source et la matrice.

    Selon le professeur Dutheil, il existerait un second univers symétrique au nôtre où les vitesses seraient toujours supérieures à celle de la lumière. Dans cet univers, la notion du temps disparaîtrait puisque l'on pourrait se déplacer d'une manière instantanée dans le passé, le présent et le futur. Cet univers, baptisé "espace-temps superlumineux", ne serait constitué que d'information et de conscience : toutes les informations (passé, présent, futur) et la conscience de toute l'humanité.

     Un hologramme ?

    Notre monde sous-lumineux ne serait qu'un hologramme, un reflet appauvri de l'univers superlumineux, lequel serait l'univers fondamental. Dans notre univers, l'information est en général à la base de séquences causales, tandis que dans l'univers superlumineux, elle aboutit toujours à la création de synchronicités. D'autre part, plusieurs physiciens ont imaginé des théories au sujet de mondes parallèles pouvant expliquer les phénomènes PSI, en particulier les matérialisations et dématérialisations. Le professeur Hasted considère que les phénomènes de disparition et de réapparition d'objets seraient créés par une transition quantique. Ernst Mach, Hans Walkoff et Petzold ont suggéré l'hypothèse d'un hyperespace, tandis que la physicienne Elisabeth Rauscher suppose un univers à 8 dimensions, dont 4 seraient celles de l'espace-temps que nous connaissons et 4 imaginaires de nature psychique. Un objet disparaîtrait de notre univers pour réapparaître dans un autre univers, puis sortirait de ce dernier pour revenir dans le nôtre, mais pas exactement au même endroit.

     

    Les mondes supérieurs et spirituels 

    Ici, nous entrons dans le domaine de la métaphysique et de la tradition mystique, spirituelle, ésotérique. L'évolution des êtres vers des sphères immatérielles supérieures ou une réintégration dans le divin s'effectuerait en général progressivement par le passage dans des mondes intermédiaires de plus en plus subtils basé essentiellement sur l'enseignement de métaphysiques et philosophies orientales (Védanta, Yoga, Tao, Bouddhisme...).

    Source : science-et-magie

     

    Sciences de l'univers
     "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"