• Les vaches et le magnétisme

     Conscience animale

    Les vaches et le magnétisme 

    Les vaches et le magnétisme 

    C'est une controverse scientifique presque aussi importante que celle qui opposa Galilée à l'Eglise sur l'ordonnancement des cieux : les vaches perçoivent-elles le champ magnétique terrestre, au point de s'aligner sur lui lorsqu'elles broutent ou se reposent ? Les éleveurs ont remarqué depuis longtemps que leurs bêtes ont tendance à évoluer en restant parallèles les unes aux autres. Histoire, croit-on, soit de donner le moins de prise au vent, soit de profiter au maximum du soleil les jours frais ou, au contraire, de minimiser la surface exposée aux rayons d'Hélios les jours chauds.

    Que nenni, a affirmé en 2008 une étude germano-tchèque publiée dans les Proceedings (comptes rendus) de l'Académie américaine des sciences. En analysant des images de Google Earth montrant des troupeaux de bovidés, ses auteurs ont noté une préférence marquée, quelle que soit la saison, pour un alignement sur le champ magnétique terrestre. Les vaches se comportaient comme des boussoles, indiquant, qui de la corne, qui de la queue, les pôles Nord et Sud magnétiques.

    Confirmation en fut apportée en relevant en forêt les empreintes laissées par d'autres ruminants, chevreuils et cerfs, quand ils se couchent dans la neige. Si l'orientation de nombreux animaux (tortues marines, pigeons, abeilles, etc.) en fonction du champ magnétique était déjà documentée, c'était la première fois qu'une étude la mettait en évidence chez de gros mammifères. Ce qui pouvait conduire à réévaluer la dangerosité des champs magnétiques pour un animal tel que l'homme.

    BOUSSOLES INTERNES BOVINES

    L'année suivante, la même équipe enfonça le clou en constatant, toujours grâce à Google Earth, nouvel outil de la science, que l'alignement Nord-Sud se défaisait quand les troupeaux paissaient sous des lignes à haute tension : le champ magnétique créé par le passage du courant perturbait les bêtes, qui avaient du même coup tendance à se disposer perpendiculairement aux lignes électriques. C'est tout juste si l'on ne débusquait pas enfin ici l'explication d'un phénomène universel, à savoir celui des vaches qui regardent passer les trains. En réalité, les vaches se moquent bien des motrices et de leurs wagons : elles s'occupent de faire un angle droit avec les voies électrifiées...

    Mais chaque découverte capitale de l'histoire de l'humanité s'accompagnant de critiques, une polémique a éclaté en février au sujet des boussoles internes bovines. Ainsi, dans une étude publiée dans le Journal of Comparative Physiology, une autre équipe, tchèque à 100 % celle-là, démolit le bel édifice. En s'intéressant non plus à la direction générale des troupeaux mais à celle de chaque individu, ces chercheurs ne virent apparaître, sur un nouveau jeu de photos, aucune direction préférentielle dans la position des ruminants et dénoncèrent un biais expérimental dans l'article de 2008.

    La riposte ne se fit pas attendre. Pour la première équipe, la moitié des images exploitées par ses détracteurs n'étaient pas pertinentes, car prises sur des terrains trop en pente ou près de lignes à haute tension. De plus, les clichés retenus étaient parfois si flous qu'on ne pouvait déterminer précisément l'orientation des bêtes, qui étaient parfois des moutons, voire, pis, des bottes de paille !

    Pour l'heure, le mystère des vaches magnétiques reste donc entier. Amis éleveurs, attendez encore un peu avant de construire des étables feng shui pour améliorer la qualité du lait.

    Un article de Pierre Barthélémy, publié par Le Monde

    (source : lemonde)

     

        

    Et les autres animaux ?

     Animaux : les chats et les chiens sont sensibles aux ondes telluriques !

    C’est parce que des vétérinaires ont constaté systématiquement aux mêmes endroits, et ceci sur une période de plusieurs années, la présence de bêtes malades dans des bâtiments d’élevage que la géobiologie s’est fait connaître du grand public. L’influence du lieu était prouvée et la réalité des “ondes nocives” évidente. De plus, le fait qu’il s’agisse d’animaux excluait totalement toute notion d’autosuggestion.

     

    Les animaux familiers

    (extrait du livre “Votre maison est-elle nocive")

     

    Le Chien

    LES VACHES ET LE MAGNETISME

    Les chiens affectionnent les endroits sains et positifs, ce qui leur vaut le qualificatif d’animal “solaire”. Ils redoutent les nocivités telluriques et les fuient. Si leur niche ou leur panier est placé en zone perturbée, ils refuseront de s’y rendre. 

    S' ils sont attachés à demeure en de tels endroits, ils deviendront hargneux, agressifs et nerveux, aboyant sans arrêt, ou bien alors ils déprimeront. 

     

    Le Chat

    LES VACHES ET LE MAGNETISME


    A l’inverse du chien, le chat affectionne les endroits négatifs. La tradition l’associe à la lune.

    Le chat noir du clair de lune est donc un animal “lunaire”. Il aime à s’asseoir, à se prélasser et à dormir sur les points les plus négatifs et les plus nocifs. A plus forte raison s’ils sont confortables ! Il choisira toujours le même bras du fauteuil, le même emplacement sur le lit de son maître parce que ces endroits seront négatifs et géopathogènes (très souvent des noeuds Hartmann de forte intensité).

    La fourrure du chat a d’ailleurs la curieuse propriété d’équilibrer la zone perturbée en émettant des micro-ondes (entre 1,5 et 6 gigahertz). La fréquence de ces micro-ondes est favorable au traitement des rhumatismes articulaires. Ceci expliquant cela, voici la raison pour laquelle certains médecins conseillaient autrefois à leurs patients souffrant de rhumatisme articulaire de caresser le plus possible leur animal de compagnie. 

    Témoignage de Thierry Gautier, géobiologue et auteur de “Votre maison est-elle nocive ?” et du “Guide pratique de l’habitat sans nocivité pour la santé”.

    “J’ai eu l’occasion de faire l’expertise géobiologique d’une belle maison de la région bordelaise. Celle-ci était principalement exposée aux rayonnements telluriques d’une circulation d’eau souterraine de forte intensité. D’une largeur moyenne (environ 2 mètres), sa présence ne posait pas de problème, sinon dans une chambre d’ami où il fallait déplacer un lit.

    Dans le reste de la maison, son parcours l’amenait dans un coin du salon, dans l’entrée et dans un dégagement. Les habitants se trouvaient d’ailleurs très bien dans leur maison. Ce qui a été particulièrement intéressant, c’est d’avoir poursuivi la détection jusque sur la terrasse jouxtant le salon et s’apercevoir que la niche du chien était précisément placée en travers des rayonnements. Après en avoir informé les propriétaires, ceux-ci ont déclaré ne pas être surpris  d’apprendre que la niche était mal placée.

    Elle avait été longtemps à un autre endroit, et n’ était  sur la terrasse que depuis seulement quelques mois. Or, depuis ce “déménagement” le golden-retriever avait toujours refusé d’y entrer (auparavant cela ne posait aucun problème). Je ne fus pas surpris quand les propriétaires m’informèrent que, par contre, le chat  avait aussitôt adopté cette niche qu’il préférait dorénavant à son coussin (sur lequel le chien allait maintenant fréquemment s’installer !). De surcroît, le chat ne ratait jamais une occasion, quand la porte restait entrouverte, de se glisser dans la chambre d’ami pour dormir sur la partie du lit exposé aux rayonnements de l’eau... cette eau qui passe également sous la niche du chien !”

    Animaux en Cage

    Si certains animaux en cage tels que hamsters ou souris blanches, deviennent agressifs jusqu’à mordre, il suffit parfois de déplacer leur “maison” pour s’apercevoir après quelque temps que leur agressivité n’était que le reflet de celle ressentie à l’endroit précédemment occupé, ayant pour origine une perturbation tellurique.

    (source : conscienceverte

    Les vaches et le magnétisme

    La géobiologie au secours des animaux et des hommes

    De nombreux éleveurs ont constaté chez leurs animaux d’étranges troubles du comportement et des problèmes de santé dont ils ignorent la cause. Avec un pendule et des baguettes de sourcier, des spécialistes en géobiologie seraient capables de trouver dans la source de ces nuisances. Et de proposer des solutions simples pour améliorer la santé des animaux... 

    « Il faut le voir pour le croire ! »

    Lionel Bauché n’en revient toujours pas. Jamais il n’aurait pu imaginer qu’il était possible de trouver l’origine du mal-être de ses vaches avec un simple pendule et deux baguettes de sourcier. Et surtout de résoudre leur problème de santé en rétablissant l’équilibre tellurique au sein et autour de son exploitation agricole. « Je suis très cartésien, je ne croyais pas à ces choses-là, et pourtant, il a bien fallu se rendre à l’évidence ! »

    Eleveur bovin dans l’Indre, Lionel avait beau s’occuper de son troupeau avec soin, ses vaches montraient, depuis un an et demi, de sérieux signes de fatigue. « Elles manquaient d’énergie, ne montaient plus en lactation, et avaient des difficultés à mettre bas. » Inquiet, il augmente la ration de nourriture de ses vaches mais ne constate aucune amélioration. « Je leur ai fait faire des prises de sang mais tout allait bien de ce côté-là. Je ne comprenais pas. J’étais désemparé. » En novembre dernier, il décide de faire appel à Philippe Arzul, un vétérinaire spécialiste des vaches laitières qui, fort d’une formation en géobiologie, aurait déjà été capable - dit-on dans la région - d’apporter des solutions là où les autres vétérinaires avaient échoué. « J’étais sceptique mais je n’avais rien à perdre à essayer !», lance Lionel Bauché. Après avoir passé en revue les éventuelles causes du problème au sein de l’exploitation agricole -vérification du confort du bâtiment, de l’équipement de traite, de l’équilibre alimentaire, de l’hygiène du lieu et des bovins mais aussi de l’état des appareils et des installations électriques parfois obsolètes et « un peu trop bricolées » -,

    Philippe Arzul cherche ailleurs. « Une fois que j’ai vérifié que tout était aux normes, je me tourne vers la géobiologie en recherchant une nuisance extérieure à l’exploitation qui peut avoir une incidence sur la santé des animaux. » A 50 mètres de la ferme de Lionel Bauché, il repère un transformateur EDF et une antenne de téléphonie mobile, toutes deux placées sur une zone de faille tellurique qu’il a immédiatement identifiée à l’aide de son pendule et de ses baguettes de sourcier.

     Aussi incroyable que cela puisse paraître, il a suffi ensuite à Philippe Arzul d’installer trois petits cônes composés de silice, de poudre de plantes et de poudre de roches, l’un au niveau de la prise de terre de l’antenne, l’autre du transformateur, et le troisième sur un point stratégique de l’exploitation agricole déterminé par ses baguettes, pour qu’en quelques jours seulement, les vaches retrouvent la forme. « La production de lait ne cessait de baisser. Chaque vache ne donnait plus que 24 litres par jour. C’est peu. Quelques jours après l’intervention de Philippe Arzul, la production est passée à 36 litres par jour avec la meme ration. ! Et les vaches ont de nouveau mis bas normalement. Le résultat a été spectaculaire ! » « Il arrive, dans d’autres exploitations, que les vaches souffrent de mammites ou de comptage cellulaire élevé, précise le vétérinaire-géobiologue, ce qui va rendre le lait impropre à la consommation. ». Mais les vaches ne sont pas les seules victimes. Dans certains élevages porcins, les cochons deviennent très agressifs, allant jusqu’à s’entretuer, parfois même s’entredévorer.

    Des techniques inexpliquées

    Mais quelle est la nature d’un tel phénomène ? Qu’est-ce que la géobiologie et surtout comment ça marche ? « Il existe, depuis toujours, des zones de failles telluriques qui provoquent des nuisances naturelles c’est-à-dire des émissions d’ondes électromagnétiques naturelles générées par la terre, explique Jean-Marie Devimeux, lui aussi géobiologue. Durant des milliers d’années, les anciens ont tenu compte de ces zones géopathogènes pour se préserver de ces perturbations naturelles générées par le sol. On disposait même des pierres pour harmoniser certains sites, comme les fameux menhirs par exemple, qui ne sont pas installés par hasard mais bien sur des lignes de force.

    Au fil du temps, ces préoccupations, malheureusement, ont été délaissées, particulièrement en Occident. Aujourd’hui, on construit des installations n’importe où. Et à chaque fois qu’on les place mal, la terre réagit. »  « Ces dernières décennies, avec l’avènement des nouvelles technologies, on a en effet observé une augmentation des nuisances perturbant la santé des organismes vivants –stress, troubles de croissance, du sommeil, perte en fertilité et autres maladies graves, ajoute le vétérinaire Philippe Arzul. Parce qu’à ces nuisances naturelles, l’homme y a ajouté des nouvelles perturbations qu’on appelle les nuisances géo-industrielles – châteaux d’eau, pylônes électriques, éoliennes, antenne de téléphonie mobile- qui vont amplifier ces phénomènes. Conduites par le sol, ces nuisances peuvent parfois s’étendre sur des distances importantes. Mal placées, ces structures verticales avec une mise à la terre créent des perturbations sur tout le vivant. Les animaux, les plantes mais aussi les humains. Pour neutraliser ces nuisances, on va effectuer un travail sur le taux vibratoire du lieu. Ce travail n’a aucune réalité scientifique. Comment ça marche ? Je n’ai aucune explication rationnelle. Ce qui est important, c’est que l’on observe des résultats très positifs un peu partout ! »

    Pour le bien-être des humains aussi

     Gwenaël Thébaud, éleveur bovin dans le Morbihan, s’est lui aussi fait « beaucoup de mouron » pour ses vaches. Une fatigue croissante, une chute de la production, des boiteries et de graves problèmes de fécondité qui mettaient en péril son exploitation. Après l’intervention de Philippe Arzul, il a constaté les mêmes améliorations. « En janvier 2010, mon troupeau a commencé à décliner. Durant six mois, j’en ai cherché la cause. C’est alors que Philippe Arzul est intervenu. L’amélioration a été quasi immédiate. Grâce à lui, j’ai pris conscience qu’en décembre 2009, soit un mois avant le début de mes problèmes, une antenne de téléphonie mobile avait été installée à trois kilomètres de mon terrain sur une faille d’eau souterraine qui s’étendait jusque sous mon exploitation, créant alors un stress électrique important sur mes vaches. Il se trouve que cette faille passe aussi sous ma maison. J’ai alors réalisé pourquoi ma femme, ma fille et moi-même souffrions nous aussi de fatigue et de troubles du sommeil. Et j’ai bien l’intention de demander au géobiologue d’intervenir chez moi ! » 

     Philippe Arzul et Jean-Marie Devimeux font tous deux partie de l’association Prosantel, un réseau de scientifiques, d’ingénieurs et de géobiologues qui étudient ces nuisances invisibles et développent des protocoles d’analyse et de traitements de ces troubles que les autorités sanitaires n’ont jusqu’ici pas encore pris en considération. Il faut dire que ces phénomènes telluriques inexpliqués et les solutions qui sont proposées pour y remédier ont de quoi surprendre, pourtant, en Asie, Hong Kong par exemple, les forces telluriques sont prises très au sérieux, au point qu’aucune construction, même industrielle, n’est envisagée sans l’intervention de spécialistes en Feng Shui. Une méthode ancestrale considérée comme indispensable au bien-être de la maison, des entreprises et de tous lieux abritant des êtres vivants. Le Feng shui, une déclinaison orientale de la géobiologie ?  La France s’ouvre peu à peu à ces techniques, Jean-Marie Devimeux reste optimiste : « Des éleveurs, pourtant très sceptiques, ont approché cette discipline, presque contraints et forcés après avoir tout essayé pour tenter de sauver leur troupeau. Une fois qu’ils ont constaté l’efficacité du dispositif, ils en parlent aux autres éleveurs. Le bouche-à-oreille fonctionne bien. J’en connais même qui, par la suite, ont décidé de se former à la géobiologie. Nous avons également eu des demandes d’intervention de la part d’entreprises d’installation éolienne. Ils trouvent nos pratiques un peu bizarres, un peu « druidesques » mais ils constatent qu’après notre passage, les personnes qui se plaignaient de troubles divers constatent un mieux. Si l’on se plait à dire que pour les humains, tout est psychologique, on ne peut toutefois pas taxer les animaux de menteurs ! »

    (source : inrees

    Rappel de cette science millénaire 

    .La géobiologie est une science, pas encore reconnue universellement, qui a pour but la santé de l'habitat, l'influence des lieux sur les personnes, et donc la santé des êtres vivants, que ce soit plantes, animaux et humains. Elle inclut les ondes de forme (émises par les formes), ondes émises par la Terre et reçues du Cosmos, les pollutions chimiques et électromagnétiques, et même depuis plus récemment: le feng chui (souvent de façon assez chaotique et superficielle). Elle se base aussi sur les connaissances intuitives des anciens, par exemple les bâtisseurs de cathédrales, qui avaient sans doute des perceptions plus fines que nous, barricadés dans les principes matérialistes et la pensée rationnelle. Perceptions plus fines, sans doute, mais floues, avec comme corollaire tout un nuages de fausses idées, de superstitions... Les études scientifiques remettent progressivement les pendules à l'heure (c'est le cas de le dire  )

    Elle est l'héritière des sourciers, et a longtemps utilisé le pendule et les baguettes pour analyser le terrain. Ces instruments n'ont aucune action ni pouvoir, ils ne sont que les amplificateurs des signaux que capte la magnifique antenne que constitue le corps humain. Actuellement, les géobiologues travaillent avec des instruments scientifiques pour mesurer les champs magnétiques (capteurs de champs...), et ont troqué les anciens instruments contre l'antenne de Lecher, plus précise et demandant moins de concentration.

    C'est le docteur Hartmann à Heidelberg, qui a découvert le "réseau Hartmann", quadrillage d'ondes telluriques dont les croisements, s'ils sont superposés à d'autres nuisances (faille géologique, cours d'eau souterrain), émettent des ondes nocives très préjudiciables à la santé des êtres vivants: les plantes y dépérissent, les animaux les fuient, les humains qui y séjournent des heures par jour tombent malades.
    D'autres réseaux ont été découverts depuis: Curry, etc...
    (source : forum-metaphysique)

     

      

    Conscience animale 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"