• Ovnis : Des affaires non résolues

    Mystère des ovnis

     OVNIS : DES AFFAIRES NON RÉSOLUES 

    Ovnis : Des affaires non résolues

    L'affaire de SOCORRO - 1964

    Socorro, dans l’Etat du Nouveau-Mexique, Etats-Unis, le 24 avril 1964 : le policier Lonnie Zamora patrouille, seul, au volant de sa Pontiac de service. On lui signale l’excès de vitesse d’une Chevrolet. Il se lance à sa poursuite et prend la direction de la sortie de la ville. Il est environ 17h 45. Lonnie Zamora entend soudain une sorte de hurlement et aperçoit une flamme rouge et orange dans le ciel, à près de 1 Km de son véhicule. Il sait que dans cette direction, une cabane contient de la dynamite.

    Il abandonne donc la poursuite de la Chevrolet et se dirige vers l’endroit où la flamme a paru tomber. Il roule ainsi, sur un chemin défoncé, vers une colline où il lui semble que la flamme s’est éteinte. Au sommet de la colline, Zamora aperçoit un objet métallique, brillant comme de l’aluminium, qu’il prend pour une épave de voiture. Près de cet objet, deux humanoïdes, vêtus d’une combinaison blanche. Le policier, qui se trouve à 200 m, les prend pour des étrangers et accélère dans leur direction pour leur porter secours, croyant à un accident.


     
    Socorro, dans l’Etat du Nouveau-Mexique, Etats-Unis, le 24 avril 1964 : le policier Lonnie Zamora patrouille, seul, au volant de sa Pontiac de service. On lui signale l’excès de vitesse d’une Chevrolet. Il se lance à sa poursuite et prend la direction de la sortie de la ville. Il est environ 17h 45. Lonnie Zamora entend soudain une sorte de hurlement et aperçoit une flamme rouge et orange dans le ciel, à près de 1 Km de son véhicule. Il sait que dans cette direction, une cabane contient de la dynamite.

    Il abandonne donc la poursuite de la Chevrolet et se dirige vers l’endroit où la flamme a paru tomber. Il roule ainsi, sur un chemin défoncé, vers une colline où il lui semble que la flamme s’est éteinte. Au sommet de la colline, Zamora aperçoit un objet métallique, brillant comme de l’aluminium, qu’il prend pour une épave de voiture. Près de cet objet, deux humanoïdes, vêtus d’une combinaison blanche. Le policier, qui se trouve à 200 m, les prend pour des étrangers et accélère dans leur direction pour leur porter secours, croyant à un accident.  

    OVNIS : DES AFFAIRES ENIGMATIQUES

      (Une peinture à l'huile basée sur des photographies prises de l'emplacement réel de l'atterrissage. L'image dépeint l'objet juste au moment où il commençait presque à décoller, et du point de vue où M. Zamora s'est censément tenu. Lonnie Zamora a vu cette illustration et déclaré que c'est une bonne représentation de ce qu'il a observé, bien qu'il ait estimé que les "jambes" pourraient avoir été légèrement plus prolongées. Les dimensions présentées cependant sont issues de la description du témoin et de mesures exactes fournies par les enquêteurs des empreintes dans le sol.) Source image : .forum-ovni-ufologie

          
    Socorro, dans l’Etat du Nouveau-Mexique, Etats-Unis, le 24 avril 1964 : le policier Lonnie Zamora patrouille, seul, au volant de sa Pontiac de service. On lui signale l’excès de vitesse d’une Chevrolet. Il se lance à sa poursuite et prend la direction de la sortie de la ville. Il est environ 17h 45. Lonnie Zamora entend soudain une sorte de hurlement et aperçoit une flamme rouge et orange dans le ciel, à près de 1 Km de son véhicule. Il sait que dans cette direction, une cabane contient de la dynamite.

    Il abandonne donc la poursuite de la Chevrolet et se dirige vers l’endroit où la flamme a paru tomber. Il roule ainsi, sur un chemin défoncé, vers une colline où il lui semble que la flamme s’est éteinte. Au sommet de la colline, Zamora aperçoit un objet métallique, brillant comme de l’aluminium, qu’il prend pour une épave de voiture. Près de cet objet, deux humanoïdes, vêtus d’une combinaison blanche. Le policier, qui se trouve à 200 m, les prend pour des étrangers et accélère dans leur direction pour leur porter secours, croyant à un accident.

    Source : sciences-fictions-histoires

     

    L'affaire de PORTO-RICO  - 25 avril 2013

    La Scientific Coalition for Ufology, un think tank nouvellement créé dédié à l'étude des OVNIs, frappe très fort avec sa première publication: un volumineux rapport consacré à un OVNI filmé en 2013 à Porto Rico, par un avion de la sécurité intérieure américaine.
    Cette vidéo spectaculaire d’un engin mystérieux qui se déplace aussi bien sous la mer que dans les airs avant de se scinder en deux objets distincts aurait été filmé à Porto Rico en 2013 par un avion de la sécurité intérieure américaine. L’OVNI supposé se déplace à très basse altitude à une vitesse de 120 km/h environ. Il effectue des manœuvres très acrobatiques en frôlant des obstacles avec une précision diabolique. C’est la Scientific Coalition for Ufology, (SCU) un nouveau «think tank de scientifiques et de chercheurs»  dédié à l'étude des OVNIs qui aurait obtenu ce film tourné avec une caméra infrarouge le 25 avril 2013 à 21 heures 20 au-dessus de l’aéroport Raphael Hernandez. La présence de l’objet aurait d’ailleurs provoqué le retard de plusieurs vols.

    2016/1 ovnis


    La SCU a consacré un rapport d’analyse de plus de 160 pages de très haute tenue à cet objet volant. L'organisation est même parvenue à obtenir, par voie légale, un enregistrement radar qui confirme la présence d’un objet survolant l’aéroport quelques minutes avant l’heure indiquée sur la vidéo (Analyse vidéo en anglais ci-dessous de l'enregistrement radar.

    Le rapport de la SCU contient de très nombreux éléments troublants, notamment la capacité de l’objet à se déplacer sous la mer à la même vitesse que dans les airs. Grâce à des calculs complexes détaillés dans le document disponible en PDF ici, les auteurs estiment la taille de l’objet à environ 1,5 mètre. Les scientifiques à l’œuvre ont même pu déterminer que l’objet a bien une masse et qu’il ne s’agit pas, par exemple, d’un hologramme. Pour ce faire, ils ont étudié dans le détail les images où l’OVNI entre en contact avec la surface de la mer et modélisé en 3D les projections d’eau.Les auteurs du rapport se sont aussi intéressés à la chaleur émise par l’OVNI qui semble provenir d’une zone bien distincte mais «qui n’est pas liée à la direction de l’engin. Dans le cas d’un avion classique, l’émission de chaleur se fait dans le sens opposé à sa direction. Rien de tel n’est constaté ici «ce qui élimine la plupart des systèmes de propulsion connus sur Terre». De plus, «l’objet est trop froid pour être un engin à moteur conventionnel et trop chaud par rapport à un ballon sonde ou un sac plastique».’objet semble en outre animé, par intermittence, d’un mouvement de rotation sur lui-même. Enfin, aucune technologie connue ne peut expliquer que l’engin se divise en deux  en pénétrant dans l’océan. Après avoir étudié la vidéo image par image (ci-dessous), les auteurs ont écarté la possibilité qu’un second objet se soit joint au premier.


    Selon eux, il s’agit bel et bien d’une division en deux parties distinctes qui présentent à peu près les mêmes caractéristiques de chaleur, de vitesse et de forme.
     En résumé, la publication de cette vidéo et du rapport qui l’accompagne constituent un véritable évènement dans le paysage de l’ufologie. On attend avec impatience les prochains travaux de cette organisation prometteuse.

    Source : parismatch    

    Un reportage ancien de 1975, mais très actuel !

     L'affaire de KECKSBURG - 1965 
     L'incident de Kecksburg se déroula le 9 décembre 1965 en Pennsylvanie. Un objet incandescent, aperçu par plusieurs milliers de personnes, survola le Canada, traversant ensuite l'Ohio puis la Pennsylvanie. L'objet est décrit par les médias comme un météore, mais d'autres personnes parlent de crash d'OVNI suivi de la récupération de son épave par l'armée américaine. La Pennsylvanie est, tout d'abord, un État des États-Unis, bordé au nord-ouest par le Lac Érié, au nord par l'État de New York, à l'est par le New Jersey, au sud par le Delaware, le Maryland et la Virginie-Occidentale et à l'ouest par l'Ohio. La tour de contrôle de l'aéroport de Pittsburgh confirma qu'un objet est apparu dans le ciel à 16h47.

    Le temps était doux et des témoins ont aperçu une boule de feu laissant trainer une vapeur accompagnée d'un sifflement. Un habitant a déclaré que lorsque l'objet a touché le sol, il a observé un nuage de poussière.
    Moins d'une heure auparavant, un ovni a été vu au Canada laissant dans sa course les lignes téléphoniques bloquées.

    C'est dans un bois près de Kecksburg (comté de Westmoreland, Pennsylvanie) que l'objet s'écrasa et une partie de la région entendit un énorme "bang" sonore, sentant la puissante secousse faire trembler la terre.

    Les pompiers de la ville furent par la suite appelés pour récupérer un soi-disant avion qui s'était écrasé dans les bois.
    Le pompier James Romansky, par exemple, aurait été convoqué d'urgence à la caserne pour un écrasement d'avion et on leur a tous demandé de fouiller les bois.
    Il raconta ensuite avoir trouvé avec ses collègues un gros objet métallique sans fenêtres ni hublots ni portes ni ailes. Le côté semblait courbé avec comme un bouclier autour. Bill Bulebush raconte aussi avoir observé le même objet.

    Des témoins appelèrent la station de radio WHJB pour rapporter ce qu'ils avaient vu. Ces faits sont même confirmés par la directrice de la station à l'époque, Mabel Mazza.

    Voici un exemple de ce qu'on pouvait entendre comme témoignage à la radio : " J'ai vu deux flashes de lumières et une longue traînée orange descendre des nuages. Ma fille et moi l'avions vu en même temps ".
    Une ménagère raconte même au directeur de l'information John Murphy avoir aperçu une boule de feu ressemblant à une étoile à 4 pointes.

    Voici ce que dit Murphy : " Après avoir écouté plusieurs appels du genre au cours des années, il devient facile de déceler si les personnes croient ce qu'elles disent ou bien si quelqu'un veut nous jouer un mauvais tour. Selon moi, cette femme croyait sincèrement ce qu'elle disait. C'était la première véritable information validée que nous avions depuis le début de la soirée. Jusqu'alors, les lumières dans le ciel ne pouvaient pas être vérifiées. Mais là, nous avons quelque chose de tangible. Nous avions un objet au sol".

    C'est alors que Murphy va à la recherche de cet objet mystérieux.

    Il confie lors d'un enregistrement ce qui se passa une fois sur les lieux : " Un des officiers de police s'est approché de ma voiture et m'a dit qu'il y avait quelque chose là-bas. C'était bleu, ça clignotait et il y avait une lumière dessus. Selon nous, il n'y avait personne dans les bois à ce moment-là. Plusieurs personnes dont Adam Lynch du Canal 11 ont vu la lumière ".
    L'air perplexe, l'un des officiers répondit : " Je ne suis pas certain " et Murphy ajouta : " Laissez-moi vous poser la question différemment. Après avoir fait votre rapport au capitaine, croyez-vous que vous ou votre capitaine aurez quelque chose à me dire ? "
    Le policier répond : " Vous devriez prendre vos infos de l'armée ".
    Et c'est la première fois que l'armée est mentionnée et le fait qu'on y fait référence a indiqué que ce qui se trouvé dans les bois était d'origine militaire.

    Plus tard, le rapport Blue Book dit que seulement trois membres de l'Armée de l'Air avaient été envoyés là-bas pour investiguer et que rien n'avait été trouvé.

    Entre temps, à 8 km de Kecksburg, la police de l'État était déjà sur place accompagnée de quelques pompiers volontaires.

    On a l'exemple de Bill Weaver, habitant de Kecksburgh âgé de 19 ans à l'époque, qui entendait ce qui se passé à la radio et qui a aperçu une lumière incandescente en s'arrêtant sur la route.

    Murphy appela Mazza pour lui dire qu'ils avaient un gros scoop alors que celle-ci fut entre temps contactée par des hommes de l'armée pour lui demander la route afin de se rendre sur les lieux de l'objet qui se serait crashé.
    A supposer qu'il s'agisse d'un satellite, comme les autorités le prétendirent dernièrement, comment se fait-il qu'ils n'aient pas déjà prévu la chute du satellite afin d'être présents bien à l'avance sur les lieux. Ce genre d'évènement est tout à fait prévisible par les autorités qui peuvent, à l'avance, connaître le point d'impact du supposé satellite.

    Un témoin du nom de Bill Bulebush a aperçu une boule de feu rouge traverser le ciel, et qui se déplaçait comme si c'était télécommandé.

    Voici un extrait de la radio KDKA le soir de l'écrasement : " Ici Mike Levine de KDKA à Pittsburgh. Je reçois de nouvelles informations chaque minute. KDKA tente de communiquer avec le Pentagone. On apprend qu'il est possible qu'un missile de l'armée ait frappé le Comté de Westmorland. C'est peut-être faux. Il y a beaucoup de spéculations dans la région. La population demande des explications, mais le gouvernement ne donne aucune réponse ".

    Beaucoup de témoins ont aperçu des membres de l'infanterie, des militaires avec leurs voitures, des gens de La Nasa, des hommes en noirs, et des hommes en combinaisons lunaires. Ces derniers ont aussi été vus en train de transporter une grande boite dans la forêt.
    Plus la nuit approchait et plus les renforts étaient nombreux.

    Bill Weaver, un autre témoin, a vu du personnel militaire se diriger d'une manière groupée vers la forêt. Il prétend, ensuite, avoir entendu à deux reprises un cri effroyable qui lui aurait glacé le sang. Il est certain qu'il ne pouvait ni s'agir d'un cri humain ni à la limite animal. Cela la traumatisé.

    Bill Bulebush et Bill Weaver déclarèrent chacun de leur côté avoir aussi aperçu deux hommes officiels qui semblaient mystérieux. Étaient-ils mandatés par la haute autorité pour diligenter les recherches ?

    Comme autre témoin, on a Jerry Betters qui a aperçu un objet sur un camion et qui fut menacé par des armes. Il dit avoir vu des sortes de hiéroglyphes sur l'engin.

    John Hays, âgé de 10 ans à l'époque des faits, a témoigné avoir observé des camions et des équipements passés près de chez lui, constatant de loin que ces personnes étaient en train de retourner le sol, comme s'ils voulaient camoufler quelques choses.
    Une analyse des sols a montré qu'il a été déplacé de manière à dissimuler quelque chose.
    Après des analyses 35 ans après les faits, les scientifiques constatent un ralentissement de la croissance de certains arbres depuis 1965.
    Hays raconta aussi qu'à l'époque, les autorités avaient investi sa maison pour s'y établir étant donné la proximité avec le lieu d'impact.

    Pour en revenir au journaliste John Murphy, il serait arrivé sur les lieux avant la police et l'armée et aurait directement appelé sa femme à qui il dit qu'il aurait pris des photos et que les pellicules auraient été confisquées, mais qu'il en aurait caché une.
    Plus tard, il a reçu la visite de l'armée et des autorités dans son studio. Ce qui sera confirmé par Mabel Mazza.
    Puis il se passa un fait très étrange. Murphy diffusa sur les ondes radio une version très censurée de son reportage. Sa femme confirma que cela n'avait rien à voir avec ce qu'il comptait raconter de ses découvertes au public.
    Il déclara à la fin de l'émission : " La station n'a été contactée par aucune agence de l'État, des gouvernements fédéral ou municipal. Nous avons reçu une très bonne collaboration de la part de la police d'État et des militaires, et nous avons obtenu toute l'information demandée cette semaine. Nous n'avons subi aucune pression politique ou autre concernant cette émission ".

    Plus tard, lors d'un reportage à Santa Barbara, il fut étrangement écrasé par une voiture et la police constata un délit de fuite du conducteur.
    Après sa mort, tout ce qu'il possédait en photos, etc,… disparut mystérieusement.

    S'agissait-il d'un assassinat calculé à l'avance pour l'empêcher de parler un jour ?

    On n'a aujourd'hui aucun rapport concernant les faits qui auraient pu se dérouler à Kecksburg. Ni l'US Air Force, ni La NASA, ni l'armée américaine n'a fourni le moindre rapport.

    John Podesta, ancien chef de cabinet du président Clinton déclara : " Il est temps de dévoiler la vérité sur ce qui s'est vraiment passé ". Début 2002, John Podesta et Leslie Kean (journaliste indépendant) portèrent l'affaire en justice au nom de la loi sur la Liberté de l'information afin d'obliger le gouvernement à publier les documents dont il disposait sur cette affaire.
    En décembre 2005, juste avant le 40e anniversaire du crash, la NASA publie un communiqué indiquant avoir examiné des fragments métalliques de l'objet et qu'il s'agissait d'un satellite russe.
    Une deuxième action en justice est en cours afin d'en savoir plus sur la disparition des documents.

    David Steitz, le porte-parole de l'agence déclare : " L'objet semble avoir été un satellite russe qui ré-entra dans l'atmosphère et se disloqua. Des experts de la NASA étudièrent des fragments de l'objet, mais les archives de ce qu'ils ont trouvé ont été perdues dans les années 90.
    En règle générale, nous ne suivons pas les traces d'ovnis. Ce que nous pouvions faire, et ce que nous avons apparemment en tant qu'experts en vaisseaux spatiaux dans les années 60, c'est de jeter un œil à quoi que ce fut et donner notre opinion d'expert. C'est ce que nous avons fait, nous l'avons classé et c'en a été la fin. Malheureusement, les documents soutenant ces conclusions ont été égarés ".

    Quant à l'objet qui se serait écrasé, aurait-il pu s'agir d'une météorite, d'un débris de satellite, de Cosmos 96 ou d'un engin d'un autre monde ? Source : ovnis-direct

        

    L'affaire du carrousel de WASHINGTON D.C. 1952

    L'expression Carrousel de Washington désigne l'une des plus célèbres observations d'Ovni du XXe siècle. L'observation de Washington a eu lieu les nuits des 19 et 26 juillet 1952 au-dessus de Washington DC. A cette époque, les États-Unis font face à une vague d'observations d'Ovnis sans précédent depuis avril 1952. L'équipe du projet Blue Book est débordée par les témoignages arrivant de tout le pays. Le pic d'observations a lieu en juillet.

    Le 19 juillet dans la soirée, cinq sphères lumineuses volant au-dessus de la ville sont vues par de nombreux habitants. À 23h40, 7 échos apparaissent sur les écrans radar de la base d'Andrews près de Washington, échos peu après confirmés en visuel. Leur vitesse varie de 160 à près de 500 kilomètres par heure, avec des accélérations à des vitesses supérieures à mach 10. Les échos radar sont confirmés par l'aéroport de la ville et les bases aériennes alentour. Peu après, des avions de chasse Lockheed F-94 Starfire sont envoyés, et leurs pilotes confirment la présence des sphères ainsi que leurs importantes variations de vitesse.

    Vers 2h du matin, d'autres avions de chasse arrivent ainsi que d'autres boules lumineuses, dont l'une suit un avion de ligne pendant quelques instants. Le «jeu» entre les Ovnis et les avions de chasse se poursuivra jusqu'à 5 heures du matin, heure à laquelle le phénomène cesse. Il a été observé par de nombreux habitants ainsi que par les pilotes en visuel, et par les opérateurs radar de l'Aéroport national de Washington ainsi que des bases aériennes proches de Bolling et d'Andrews.  Le phénomène reprendra toute la nuit du 26 au 27 juillet, et dans une moindre mesure dans celle du 2 au 3 août. Il est à chaque fois confirmé en visuel et au radar par des civils et des militaires, au sol comme dans les airs.

    " Connaissez-vous un phénomène météo doué d'intelligence, qui adapte ses manifestations en fonction des comportements humains, capable de telles accélérations ?"

    Source : suivi-actu-extraterrestre

     L'affaire de la base militaire de LORING (USA) - 1975 

     Nous sommes alors en pleine guerre froide, le 27 Octobre 1975 sur la base de bombardiers de Loring à Limestone, dans le Maine, une caserne comportant un gros potentiel d'armements nucléaires. La nuit est déjà tombé sur le complexe militaire, lorsqu'un jeune plancton de garde, a  le regard attiré par des espèces de lumières semblants vaciller dans le firmament, à l'extérieur mais très proches de la base. Lorsqu'il réalise que la lumière s'est rapprochée, il pense tout d'abord à un hélicoptère, mais l'appareil n'émet aucuns sons, il contacte alors la tour de contrôle pour leur demander s'il apparaît sur leurs radars. Le contrôleur tente de rentrer en contact avec l'objet volant non identifié, sans penser pour autant à des aliens, mais ce dernier disparaît d'un seul coup. Le lendemain soir, le même soldat est en patrouille, et bis repetita, l'engin d'origine inconnue refait surface à l'intérieur même de la zone militaire cette fois, et à moins de 300 mètres de l'arsenal nucléaire, le sentinelle alerte alors le poste de commandement. Le commandant en personne se rend sur les lieux, et à peine a-t-il le temps d'apercevoir l'appareil, qu'il s'éclipse une nouvelle fois, pour réapparaître plus loin, dans un quartier réservé aux mécaniciens. Deux d'entre-eux présent aux niveaux des garages le distingue, et décident de s'en rapprocher, arrivés à hauteur de l'ufo ils sont rejoint par une patrouille, ils verront l'engin d'assez près cette fois, mais aucunes autres informations ne transpirera, c'est cependant la première fois que le gouvernement américain, reconnaîtra publiquement la transgression d'un espace militaire par un objet inconnu.

    Source : ovnis-revelation

      En octobre 1975, un OVNI survole le site d'armement nucléaire de la base militaire de Loring (Maine) aux Etats Unis. Plus tard, sur une période de trois semaines, plusieurs autres bases du Strategic Air Command dans le Nord des États-Unis ont été placées sur un niveau élevé d'alerte en raison des intrusions répétées d'OVNIS volant à basse altitude au-dessus des zones de stockage d'armes atomiques... 

     L'affaire de la base militaire de MALMSTROM - 1967 

     Le 16 Mars 1967, Robert Salas est officier de tir sur un des sites de Malmstrom AFB où il contrôle dix silos de Minuteman.
    Son adjoint dans la capsule, le lieutenant Fred Meiwald dort lorsque Salas reçoit un appel d'un garde qui lui dit qu'un objet lumineux se déplace dans le ciel et qu'il ne s'agit pas d'un avion.
    Salas, septique par rapport à ce sujet, ne peut quitter son poste, mais demande quand même au gardien de le rappeler si la situation venait à évoluer.
    Quelques instants plus tard, le garde, angoissé rappel Salas pour lui dire que l'Ovni est en vol stationnaire près du portail de sécurité.
    Salas réveille donc Meiwald et c'est alors que des voyants rouges s'allument sur la console de surveillance et où on pouvait lire " No Go ". Ce qui veut dire qu'un Minuteman est désactivé. Meiwald voit ensuite plusieurs voyants s'allumer.
    En quelques secondes, au moins huit missiles tombent en panne. Ce qui est très rare, voire même impossible.

    Meiwald qui alerte immédiatement le poste de commandement demande l'envoi d'une équipe d'intervention. Une fois sur les lieux ces derniers voient aussi l'objet. C'est alors que leur radio cesse d'émettre. Pendant ce temps Meiwald et Salas qui cherchent à connaître les origines de la panne détectent un problème au niveau du système de guidage et de contrôle.
    La même chose se produit sur les missiles d'un autre groupe de silos (officiers de tir le capitaine Eric Carlson et le lieutenant Walt Figel).
    Il aura fallu attendre environ 24h pour que les missiles redeviennent opérationnels.
    Salas et Klotz évoque ce cas dans leur ouvrage et cite d'autres témoignages comme ceux d'Arneson, Ortyl ou Morales.

    Les survols de silos de missiles intercontinentaux  et de bases de bombardiers B-52 reprennent huit ans et demi plus tard dès octobre 1975

    Source : ovnis-direct

     L'affaire de Shag Harbour (Canada) - 1967

     Le 4 octobre 1967, aux alentours de 23H00, un objet de grande taille d'environ 20 mètres de diamètre traverse le ciel du port de Shag Harbour. Les différents témoins décriront un objet en forme de "bol" portant 4 feux clignotants en séquence et suivant une trajectoire descendante d'environ 45°. Rapidement, l'objet finit sa course dans les eaux du port, où il s'écrase en produisant un "flash" lumineux, ainsi qu'une importante déflagration sonore. Patrouillant sur la route n°3 au même moment, l'agent de police Ron Pond est également témoin des mêmes faits.

    Pensant, au départ, qu'il s'agit d'un crash d'avion, Laurie Wickens contacte immédiatement le détachement de police montée royale de Barrington et explique les faits à l'officier Werbicki. Ce dernier décide de se rendre sur les lieux du sinistre accompagné de l'agent Ron O'Brien et contacte l'agent Ron Pond pour qu'il fasse de même.

    Une fois sur le site du crash, les 3 policiers aperçoivent, à 800 mètres de la berge, un objet flottant à fleur d'eau et émettant une lumière jaune. Un bateau des gardes-côtes du port de Clark et plusieurs bateaux de pêche ce sont immédiatement dépêchés sur les lieux mais lorsqu'ils arrivent à l'endroit du crash, l'objet a déjà sombré, ne laissant qu'une nappe de mousse jaune, d'environ 35 mètres sur 900 et produisant une odeur proche de celle du soufre. Les recherches se prolongeront jusqu'à 3 heures du matin pour reprendre dès l'aube, le lendemain, mais sans résultats.

    Le 8 octobre, 7 plongeurs de l'HMCS Granby inspecteront la zone toute la journée mais ne trouveront aucune trace ou débris pouvant expliquer l'origine de ce crash. Les recherches furent, définitivement, abandonnées le 9 octobre 1967. Depuis lors, cette affaire fait partie du folklore local et est devenue une source de revenus touristiques (la poste locale ayant même édité un timbre représentant un crash d'OVNI).

    Source : tvqc.com

       L'affaire de PLAUEN (Allemagne) 1994
     Le 21 mai 1994, à Plauen en Allemagne, une femme aperçoit une étrange lumière dans un arbre au pied de sa résidence puis, quelques minutes plus tard, voit un OVNI à proximité de la résidence. Celui-ci émet une lumière blanche intense et de forts vents l’accompagnent.

    Elle décide alors de prévenir sa voisine du dessus afin de l’alerter sur cette étrange apparition. Elle-aussi sera témoin de cette mystérieuse apparition.

    L’OVNI ressemble à 2 frisbee l’un sur l’autre, la partie supérieure tourne dans un sens et la partie inférieure dans l’autre sens.

    Cet objet a été suivi par radar, aperçu visuellement par plusieurs témoins et même filmé. L’étrange soucoupe est restée là pendant plus de six minutes, avant que celle-ci ne disparaisse soudainement en créant un trou dans la couverture nuageuse.

    La police arrive sur place rapidement, les deux femmes dessine ce qu’elles ont vu, les croquis des 2 femmes se ressemblent beaucoup.  Le lendemain, la police dit aux médias que les lumières aperçues correspondaient aux projecteurs d’une discothèque locale qui s’était réfléchie sur la couche nuageuse. Elle ne fournit aucune explication pour le trou dans le nuage ou les bourrasques de vent…

    Source : journalduparanormal

     

    VOIR AUSSI

    LE MUFFON

    PAUL HELLYER Ancien Ministre de la Défense et les ovnis

    BEn Rich et les voyages interstellaires

    nos-videos-traduites-sur-les-ovnis

    Témoignages Officiels sur la présence extra-terrestre   

      Edgar Mitchell, astronaute  

     Disclosure project 2013 

    Les révélations de Clifford Stone  

    SIRIUS le film du Projet Révélation 

    Ces ovnis que la Nasa veut nous cacher 

    Les ovnis du Popocatépetl 

     

     


     La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"