• Cucuruzzu en Corse

    Montée dans la forteresse, à gauche, par l'escalier

    Cucuruzzu est un site préhistorique en Corse-du-Sud découvert en 1963.

    Un sentier balisé descend en pente douce dans un vallon pour atteindre une forteresse, de laquelle on a une vue sur la région verdoyante et les Aiguilles de Bavella. Ce village forteresse, datant de l’âge du bronze et qui aurait été abandonné à la fin av. J.-C., intègre les éléments naturels que sont les gros blocs de roche granitique aux empilements de pierre constituant les murs réalisés par l'homme. Un escalier aux marches assez grossièrement taillées mène à l'intérieur occupé par des abris ou autres « diverticules » (recoins) sur une surface approximative de 400 m.

     

     LE MUR CYCLOPEEN DU MONT SAINT ODILE 

    Le « mur païen » est le vestige d'une muraille ancienne située sur le mont Sainte-Odile (Odilienberg en allemand), un mont vosgien, situé dans le département du Bas-Rhin, culminant à 764 mètres d'altitude et surmonté par un couvent fondé par sainte Odile, l'abbaye de Hohenbourg, qui surplombe la plaine d'Alsace.Le mur païen (en allemand : Heidenmauer, en alsacien d'Heidamür) est une enceinte d'une longueur totale de onze kilomètres faisant le tour du plateau du mont Sainte-Odile. Formé d'environ 300 000 blocs cyclopéens, il fait entre 1,60 m et 1,80 m de large et peut atteindre trois mètres de hauteur.À l'époque celtique, la montagne s'appelle Altitona, la « montagne haute ». C'est un lieu de culte celte. 

    Les origines du mur païen sont longtemps restées obscures et controversées, tenant plus des contes et légendes que de faits historiques incontestables. Le qualificatif de « païen » lui a été donné par Léon IX.

    La construction en appareil cyclopéen aux blocs liés par des tenons en bois, à double queue d'aronde, a suscité bien des interrogations. On estimait que le mur avait été érigé à l'époque proto-celtique ou celtique, c'est-à-dire entre l'an 1000 et l'an 100 environ avant notre ère. Par contre, deux grandes campagnes de restauration étaient connues, au IVe et au Xe siècles de notre ère.

    Récemment, les chercheurs ont pu définir une importante période de restauration au VIIe siècle. En 2001, une étude portant sur des tenons en chêne en forme de queue d'aronde retrouvés sur le mur, datent en effet de cette époque, correspondant à la création du couvent. Cela ne signifie cependant pas que le mur ait été entièrement construit à cette époque, ces tenons pouvant faire partie d'un travail de réfection de l'ouvrage, et aucun élément ne permet encore de dater avec certitude l'époque de création de l'ouvrage.

    Le mur a été classé au titre des monuments historiques par la liste des monuments historiques de 18409 et « site archéologique d’intérêt national » en 1987 (à l'instar du site archéologique d'Alésia ou du mont Beuvray). La qualité de conservation du mur est assez variable. Il a en effet servi de carrière au Moyen Âge et a subi en outre diverses dégradations, outrages et vandalismes, notamment des fouilles archéologiques non autorisées. Source :  wikipedia

     

    Voir le site :  clubvosgien-amis-mont-sainte-odile