• Récits étranges

     Surnaturel et fantastique

    Mystères de l'histoire, énigmes inexpliquées, trésors de France...

    Récits étranges

    Didier Audinot enquêtait aux confins de l'étrange 

    Didier Audinot etait considéré comme l’un des plus grands spécialistes français des phénomènes de l'étrange, du paranormal et des énigmes de l'Histoire de France.

    En trente ans, cet historien de formation, archéologue et chercheur de trésors, a écrit plus d’une vingtaine de livres de référence. On lui doit notamment « Les lieux de l’Au-delà », référence du genre, un ouvrage dans lequel il dressait, en 1999, une carte des lieux où sont apparus des Dames blanches et des auto-stoppeurs « nébuleux ». Mais Didier Audinot ne s’arrêtait pas à courir après les manifestations de l’Au-delà.

    L’homme avait d'autres passions dévorantes dont celle de l’Histoire de France. Quand il s’agissait d’aller rechercher le fait énigmatique, étrange, inexplicable dans les couloirs du temps, il etait le premier à partir à l’aventure, armé de son stylo et de son bloc-notes.

    Au retour, ses sacoches étaient toujours remplies de tonnes d’informations et d’anecdotes incroyables. Auteur depuis plusieurs années de la série à succès « Histoires secrètes de l'Histoire», Didier Audinot signait en décembre 2010 son 9ème titre, intitulé « Récits étranges de l’Histoire », l'occasion pour ses fidèles lecteurs de pouvoir voyager dans les méandres de l’histoire, avec passion et enchantement.

    Au programme de cette échappée belle : l’incroyable destinée de la momie d’Alexandre le Grand, l’éruption d’un petit volcan islandais, Le Laki, qui a favorisé la Révolution française, la malédiction qui entoure Ötzi, la momie des Alpes, le mystère de la dépouille de Cléopâtre, la France des Monts et des Triangles maudits…

    Didier Audinot etait un conteur né qui entraînait avec lui les âmes curieuses, en quête de fantastique et de véracité. En mai 2011, il avait accepté de répondre à notre demande d'interview, un moment qui restera à tout jamais gravé dans nos mémoires.

     

    D’où vous vient ce goût pour l’étrange ?

    Didier Audinot : J’ai toujours été animé d’une grande curiosité. Jeune, j’étais déjà un fidèle lecteur de la revue « Intermédiaire des Chercheurs et Curieux », qui existe depuis l’époque de Napoléon III.

    Je suis devenu archéologue, historien, et depuis tout ce temps, je suis à la recherche du mystère, de l’insolite. j’adore fouiller les faits qui jouxtent la grande Histoire. Dès lors, j’ai écrit bon nombre de livres sur des faits réels qui se sont déroulés dans notre belle Histoire de France.

    Chaque titre avait sa thématique : les histoires effrayantes, les énigmes inexpliquées, les histoires extraordinaires, les histoires amoureuses, les histoires mystérieuses des trésors enfouis... À mes débuts, je pensais honnêtement n’écrire que deux ou trois ouvrages.

    Le succès a été immédiatement au rendez-vous. Le résultat ? Tous les ans, voire tous les six mois, j’ai publié un livre dans cette lignée. Mais je ne veux pas rentrer dans un processus commercial. Les libraires et les lecteurs attendent bien sûr chaque nouveau titre. Ma passion doit rester intacte.

    Comment enquêtez-vous ? Comment avez-vous sélectionné les sujets de votre dernier ouvrage

    « Récits étranges de l’Histoire » ?

    Didier Audinot : Depuis trente ans, j’archive, je classe, je sélectionne, j’étudie avec minutie. Mon bureau est habité par des tonnes de documents répertoriés par thèmes. C’est un travail de longue haleine, qui ne s’arrête jamais.

    Parfois, je me penche sur certains classeurs poussiéreux. Je me remémore alors certaines histoires. La surprise et la curiosité sont réveillées. J’ai aussi beaucoup voyagé, afin de m’imprégner de l’ambiance de certains lieux.

    Pour ce titre, j’ai sélectionné des faits réels qui ont jalonné notre histoire, et qui restent fort méconnus, finalement. J’ai ouvert mes archives, et je suis parti dans les couloirs du temps.

    J’ai ramené quelques faits incroyables : le projet d’enlèvement des reliques du prophète Mahomet par un aventurier britannique, l’éruption du volcan islandais Le Laki en 1783, qui a plongé l’Europe sous une masse de cendres, provoquant par la même occasion pénuries alimentaires et colères de la population française.

    Autres histoires passionnantes : ces lieux dits « magnétiques » où se produisent des accidents en série, comme le Mont Canigou dans les Pyrénées ou le Triangle Maudit de la Burle dans le département de la Haute-Loire.

    J’ai aussi raconté la mystérieuse affaire du « Pain Maudit » de Pont-Saint-Esprit qui a frappé un petit village du Gard en 1951… Il y a tant de faits à remonter à la surface de notre histoire.

    Chaque récit marque notre inconscient et notre imaginaire.

     

    Les fameuses Amazones vivaient-elles en Turquie ? Est-il exact que les Grecs utilisaient l'électricité ? Le fameux serpent de mer a-t-il été détruit par la Marine française ? Quelles sont les étranges voitures volantes que le logiciel Google Earth a permis de découvrir par hasard ?, Etc. Autant de questions, autant de réponses données par le nouveau livre de Didier Audinot ''Récits étranges de l'histoire'' publié en 2011 aux éditions Grancher.

    Parmi cette vingtaine d’histoires, quelle est celle qui vous touche le plus ?

    Didier Audinot : Sans hésitation, celle qui raconte le mystère qui entoure la dépouille d’Alexandre le Grand. Alexandre le Grand était un personnage très attachant. Il a été admiré, par tous les Grands de son époque. Il avait relié l’Asie et l’Europe en quelques années, avant de mourir à 33 ans.

    Sa momie a été volée sept siècles après son décès, en - 323 avant notre ère. Depuis, au cours des différentes époques, le récit de la destinée de sa dépouille a changé mille fois de versions.

    On raconte depuis peu, que le Grand Alexandre de Macédoine, plus connu sous le nom d’Alexandre le Grand, reposerait tout simplement au cœur de la Basilique Saint- Marc à Venise. La momie de Saint-Marc, évangéliste et apôtre, devant laquelle se prosternent des masses de pèlerins, pourrait donc être celle d’Alexandre le Grand, qui ne fut qu’un pur païen ! Cette histoire est très séduisante !

     

     

    Vous expliquez que les chercheurs seraient sur le point de trouver l’endroit où

    repose Cléopâtre…

    Didier Audinot : Oui, je pense qu’en 2012, nous pourrions enfin trouver la momie de Cléopâtre et par la même occasion, celle de Marc Antoine, son amant qui l’a suivie dans la mort, en - 30 avant notre ère.
    Ce serait un événement planétaire qui risquerait bien d’occulter l’élection présidentielle !...(rires)

    Le secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités Égyptiennes, M. Zahi Hawass est un homme très ouvert. Il dirige de nombreux dossiers importants, comme celui consacré aux tombeaux secrets de Khéops. Et il met aussi tout en œuvre pour que l’on découvre la dernière demeure Cléopâtre.

    Cléopâtre était la dernière reine d’Égypte, elle était très belle et était d’une intelligence remarquable.
    Elle a été la maîtresse de César, de Marc-Antoine... elle a tout pour fasciner aussi bien les hommes que les femmes.

    Depuis - 30 avant notre ère, on a toujours cherché son tombeau. Nous avons vécu un fort rebondissement depuis que le projet a été confié à une archéologue étrangère, Kathleen Martinez.. Cette femme opiniâtre suppose que Cléopâtre et son amant sont enterrés sous un site saint détruit : le Temple de Taposiris Magna. Elle a obtenu des permis de fouilles (ce qui est déjà un exploit) et, après quelques recherches, elle a trouvé des effets sensationnels : un morceau de masque funéraire représentant Marc Antoine, des monnaies sur lesquelles figuraient Cléopâtre, Alexandre Le Grand…

    L’archéologue en a déduit que tout ceci avait été semé près de la dépouille de Cléopâtre.

    Depuis, Monsieur Zahi Hawass a fait venir des radars de sol, et l'on a détecté la présence des salles souterraines, à 21 mètres de profondeur de la surface de la terre. Désormais, l’objectif prochain sera d’arpenter ces salles souterraines, ce qui ne devrait pas tarder.

    Si on trouvait effectivement les tombeaux en question, ils seraient intacts. Personne, n’aura pu accéder à ces salles avant nous. Imaginez l’événement que cela va être !

    Quelle est l’énigme de l’Histoire que vous voudriez absolument voir être révélée un jour ?

    Didier Audinot : Je suis toujours fasciné par les Grands Hommes. Donc, j’aimerais vraiment connaître la vraie destinée de la dépouille de Napoléon Ier. Elle met en jeu des questions de politique internationale du XIXème siècle. C’est passionnant ! Je pense que nous devrions ouvrir le Dôme des Invalides.

    On peut réellement avoir des doutes sur la présence du corps de Napoléon Ier à cet endroit... Mais la famille impériale s’y oppose. Savoir qui repose sous le Dôme aiguise ma curiosité. C’est une affaire d’une telle complexité !

    Vous savez, quand on obtient une réponse infaillible, on se retrouve triste et frustré comme un enfant qui a cassé son jouet.

    Regardez l’histoire Louis XVII, mort à l’âge de dix ans, après trois années de captivité. On a analysé le cœur supposé de ce garçon, qui était conservé à la Basilique Saint-Denis. Les analyses ADN ont confirmé qu’il s’agissait bien du cœur de l’enfant mort au Temple. Cet enfant était bien issu de la lignée de Marie-Antoinette. Désormais, on connaît la réponse. Le charme s’évapore... (sourires)

    Quels sont vos projets ?

    Didier Audinot : Je suis en train de travailler sur un « Guide de France des Lieux Magiques et Maudits ». J’écris sur des lieux qui attirent, car ils sont marqués par des faits extraordinaires. Ce seront des histoires originales, donc, méconnues.

    J’ai sélectionné des endroits que j’aime beaucoup, des sites qui retiennent le souffle. J’ai beaucoup de plaisir à écrire cet ouvrage, qui sera publié en octobre 2011. Je dois être guidé par la passion, sinon, cela n’a aucun sens.

    En parlant d’envie, je peux vous avouer que j’ai un projet phare. Je souhaite, écrire un « Guide des Plantes aux pouvoirs extraordinaires, qui tuent et qui soignent ». Ce sera un recensement des plantes du monde entier, qui ont un pouvoir extraordinaire, en positif comme en négatif. Il s’agira d’un guide très volumineux.

    Il me faudra encore trois bonnes années pour venir à bout de ce travail de longue haleine. J’ai déjà une base de milliers de fiches, mais je découvre toujours de nouvelles informations sur les plantes qui me fascinent. J’aurais beaucoup de fierté à publier ce titre, qui me tient à cœur. Ce sera un livre d’enseignement pour l’humanité. Et un retour à Mère Nature.

    Livres de Didier Audinot : « Récits étranges de L’Histoire », collection Histoires secrètes de l’Histoire; Histoires effrayantes de l'histoire de France; Grandes énigmes de l'histoire de France; Histoires inexpliquées de l'histoire de France; Histoire mystérieuses des trésors enfouis - éditions Grancher; Lieux de l'au-delà- éditions-Temps présents, etc. 

    (source : besoindesavoir

     

     

     

      

     

     Surnaturel et fantastique 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"