• Tépuys, les mondes perdus

    Nature insolite  

    Tepuys, les mondes perdus

    Tépuys,

    (source de la photo : thunderbolts)
     
    Un tepuy ou cerro est un haut plateau à contours particulièrement abrupts, fréquent dans la Gran Sabana vénézuélienne et dans les régions voisines (au Guyana, en Guyane française, au Brésil et en Colombie). Ce sont des reliefs tabulaires résiduels (mesa) dont les altitudes s'échelonnent de 1 200 à 3 050 m. Outre leur forme, les tepuys présentent des milieux naturels spécifiques, riches en espèces endémiques en raison de l'isolement de ces reliefs et de leurs contrastes climatiques forts.

     Le mot tepuy ou tepui proviendrait de la langue des amérindiens Pemóns (en) et signifirait « montagne ». Il correspond également aux mesa, table mountain et tafelberg (en tant que toponymes voire en synonymes géomorphologiques) dans d'autres régions du monde.

     Il y a 180 millions d'années, la distorsion du continent américain a entraîné la formation de fractures dans les plateaux. L'érosion a accentué ces failles et les forces tectoniques terrestres ont soulevé des blocs, favorisant la formation de tepuys.

    Le climat de la forêt est typiquement tropical avec des températures élevées (entre 25 et 30 °C) et beaucoup d'humidité (3 000-4 000 mm/an de précipitation en moyenne en Guyanne française), tandis qu'au sommet, il peut pleuvoir plus et la température est légèrement plus fraîche notamment du fait de brouillards. La saison sèche s'échellonne de novembre à mars.

    Le climat du sommet des tépuys est rude : pluies et vents violents, très forte nébulosité précédant de fortes pluies alternant avec une grande luminosité matinale, amplitudes thermiques journalières importantes (de légères gelées ont été observées sur les plus hauts tépuys). Les précipitations annuelles sont de l'ordre de 2 500 m et la température moyenne est à un peu près constante sur l'année mais la température journalière, selon les altitudes, varie de 1 à 26 °C (de légères gelées ont été observées sur les plus hauts tepuys).

    Conséquences de l'isolement du relief

    Les tepuys hébergent des milliers de plantes endémiques et certaines espèces animales dont les récents chercheurs ne connaissent que les empreintes.

    Les sommets des plateaux sont complètement isolés du reste de la forêt environnante. D'une part, l'énergie du relief définit un important gradient climatique entre le niveau forestier de la plaine ou du plateau inférieur et le sommet du tépuy. D'autre part, l'extrême verticalité des parois bordières, en corniches, rend la migration des espèces souvent impossible entre base et sommet. Ces facteurs ont rendu possible l'apparition d'une flore et d'une faune endémique dont le taux est estimée à 75 % (voir théorie chorologique de l'insularité). En raison de la difficulté d'accumulation d'humus due notamment au vent, le sol de ces plateaux est peut être pauvre en nutriments, ce qui a engendré une fois encore une diversification de plantes carnivores comme Heliamphora minor sur le Auyan-Tepui et le Kayopan tépui.

    En effet, le processus biologique d'évolution a été à l'origine de nombreuses espèces animales et végétales uniques au monde, si bien qu'on a pu appeler les tepuys « les Galápagos de la terre ferme ». Ces caractéristiques donnent aux mesetas[réf. souhaitée] ou plateaux un intérêt de premier plan pour les biologistes de l'évolution : de nombreuses espèces déjà trouvées n'ont pas encore été classifiées, et probablement en reste-t-il encore beaucoup à découvrir. En particulier, certains tepuys sont perpétuellement recouverts de grosses masses de nuages (comme le Pico da Neblina), et ont pu seulement être photographiés depuis un hélicoptère, par radar. D'autres n'ont jamais été visités par l'homme occidental.

    Dans la strate supérieure des forêts du piémont des tepuys, croissent de nombreuses espèces d'Orchidées et de Broméliacées sous la forme d'épiphytes.
    Des savanes herbeuses, marécageuses ou arborées aux tourbières acides sont présentes aux sommets. 

    Parmi les plus notables, citons :

    le Tepuy Autana qui domine de 1 300 m la forêt en contrebas, des fosses de 400 m de profondeur se développent au sommet (il s'agirait de cavernes dont les toits se sont effondrés, voir karst) ;
    l'Tepuy Auyan (parc national Canaima) a une superficie de 700 km² ; du sommet, la cascade de Salto Angel se précipite 989 m en contrebas. Le tepuy abrite la Sima Aonda, l'une des plus profondes dolines du monde ;
    le Tepuy Kukenan, considéré comme montagne sacrée par les amérindiens. Depuis 1997, il ne peut plus être escaladé, le précipice est particulièrement insurmontable ;
    le Tepuy de la Neblina ou Pico da Neblina (parc national Serranía La Neblina), le plus élevé de tous les tepuys ;
    le Tepuy Ptari dont les parois sont tellement élevées et abruptes que l'on suppose qu'il s'y trouve un nombre particulièrement élevé d'espèces non encore répertoriées ;
    le Tepuy Roraima ou Monte Roraima, exploré par Robert Schomburgkdont l'expédition a inspiré l'écrivain Arthur Conan Doyle ;
    le Sarisariñama (parc National Jaua-Sarisariñama), à l'extrême Sud-Est de l'État de Bolívar, ce relief de 2 300 m de hauteur présente des méga-dolines presque parfaitement circulaires (qui restent une énigme pour les géologues) et un objectif d'exploration pour les spéléologues.

         

    (source : wikipedia)

    Nature insolite

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"