• Zealandia, le nouveau continent

    Espace scientifique

    ZEALANDIA, un nouveau continent

    ZEALANDIA, le 8 ème continent

    Daprès une nouvelle étude, des géologues auraient découvert un nouveau continent caché sous la Nouvelle-Zélande depuis des millions d'années.

    C'est donc dans une étude publiée dans la revue Geological Society of America qui nous apprenons l'existence d'un possible huitième continent près de la Nouvelle-Zélande. Baptisé Zealandia, il possède une taille impressionnante puisqu'il s'étale sur 4,9 millions de kilomètres carrés, soit une surface neuf fois plus importante que la France ! Cependant, seuls 5 à 6% de sa superficie serait émergée, le reste serait englouti sous l'océan.

    Zealandia, le 8ème continent
    Un continent qui a sa place parmi les autres

    Pour l'heure, Zealandia n'est toujours pas officiellement un nouveau continent. Mais les géologues estiment qu'il aurait tout à fait sa place aux côtés de l'Afrique, de l'Asie, de l'Océanie, de l'Europe, de l'Amérique du Nord et du Sud et de l'Antarctique.

    L'étude nous apprend que Zealandia était rattaché au Gondwana, un supercontinent qui a fusionné il y a 250 millions d'années avec Laurasie pour former la Pangée. Si cette découverte intervient aussi tardivement c'est en raison des techniques d'observation de la croûte terrestre qui étaient utilisées. En effet, les scientifiques pensent que si la surface solide de notre planète avait pu être cartographiée avec la même technique utilisée pour réaliser la cartographie de Mars ou Vénus, cela aurait permis d'identifier et d'étudier ce continent bien plus tôt.

    Enfin, les géologues affirment que Zealandia est bel et bien un continent à part entière. Sa partie immergée est séparée de l'Australie et de l'Antarctique. Il ne s'agit ni d'un morceau d'un autre continent ou d'un microcontinent comme Mauritia, l'ancien continent perdu sous l'océan Indien.

    ZEALANDIA

    (image : cultjer)

    Il y a quelques mois, nous vous parlions de Zealandia, ce nouveau continent découvert par des scientifiques dans les eaux autour de la Nouvelle-Zélande et immergé à 1000 mètres de profondeur. Désormais, après une étude géologique, Zealandia nous livre quelques-uns de ses secrets.

    Percer des secrets vieux de 60 millions d'années

    En effet, c'est en effectuant des forages dans la roche de ce continent, considéré comme le huitième de la planète, que les scientifiques sont parvenus à percer des secrets vieux de 60 millions d'années. Jamie Allan, à la tête de l'expédition, explique que cette étude approfondie a permis d'obtenir un aperçu de l'histoire de la Terre, depuis la formation des montagnes de la Nouvelle-Zélande jusqu'aux mouvements tectoniques des plaques en passant par les changements climatiques.

    Ainsi, au cours des neuf semaines d'expédition, les chercheurs ont réalisé sur six sites, plusieurs forages d'une profondeur allant de 250 à 2500 mètres dans les sédiments et les roches de Zealandia. Et grâce à ces importants relevés, l'équipe a pu découvrir des centaines de restes de fossiles allant de coquilles microscopiques de créatures vivant plutôt dans les eaux chaudes et peu profondes à des spores de plantes terrestres. Cela veut donc dire que Zealandia, ainsi que son climat, devaient être extrêmement différents par rapport à ce que nous voyons aujourd'hui.

    D'après les chercheurs, le continent qui était autrefois au-dessus de l'eau devait très certainement être un refuge pour de nombreuses espèces d'animaux et de plantes de l'époque. Selon leurs estimations, Zealandia a dû se séparer de l'Australie et de l'Antarctique il y a environ 80 millions d'années, provoquant une série d'évènements géologiques qui pourrait expliquer pourquoi une partie du continent se trouve sous l'eau et mieux comprendre l'origine des îles de la Nouvelle-Zélande.

       

    De plus, ce scénario pourrait permettre de mieux comprendre comment se sont déroulées la dispersion et l'évolution de la faune et la flore à travers le Pacifique Sud. Selon Rupert Sutherland, co-auteur de l'étude publiée dans The Geological Society of America, les animaux et les différentes espèces de plantes ont ainsi pu emprunter des sentiers pour se déplacer. La recherche va se poursuivre autour de ce continent. Les scientifiques espèrent percer le mystère du mouvement des plaques tectoniques pour expliquer le déplacement et l'immersion de cette masse continentale. (source : hitek)

     À l'instar de l'Australie (à gauche), les Fidji ou Vanuatu (en haut), les dorsales océaniques s'étendant nord-nord-est et sud-ouest au large de la Nouvelle-Zélande ne sont pas considérées comme faisant partie du continent.

    Zealandia, aussi appelé Zélandia ou continent Nouvelle-Zélande, est un continent quasi-submergé qui s'est affaissé après le détachement de l'Australie il y a 60 à 85 Ma et de l'Antarctique il y a 130 à 85 Ma. La majeure partie de ce continent est aujourd'hui immergée sous l'océan Pacifique. Le nom « Zealandia » a été proposé en avril 1995 par Bruce P. Luyendyk.

    Topographie de Zealandia.

    Zealandia a une superficie de 4 900 000 km, supérieure à celles de l'Afrique du Nord (Maroc, Algérie et Tunisie) et de la Libye rassemblées, à celles de la Russie européenne, de la Biélorussie et de l'Ukraine réunies, ou quasiment égale aux deux tiers de l'Australie. Il est anormalement long et étroit, s'étendant de la Nouvelle-Calédonie au nord jusqu'au-delà des îles sub-antarctiques au sud (entre 19° et 56° de latitude Sud). La partie émergée de Zealandia la plus vaste est la Nouvelle-Zélande, suivie de la Nouvelle-Calédonie.

    Les majeures parties immergées de Zealandia sont le plateau Lord Howe, le plateau Challenger, le plateau de Campbell, la ride de Norfolk, le plateau de Hikurangi et le plateau de Chatham. Mais aussi des régions plus petites comme le plateau de Louisiade, la ride de Mellish, le plateau de Kenn, le plateau de Chesterfield, la ride de Dampier. Le mont sous-marin Gilbert (au nord-ouest de Fiordland), bien qu'isolé, fait aussi partie de Zealandia, par contre la façon dont le mont sous-marin Bollons (sud des îles Chatham) est connecté à Zealandia reste inconnue.

    Zealandia est un lieu important pour la pêche côtière et contient le plus grand champ gazier de Nouvelle-Zélande, près de Taranaki. Des permis d'exploration pétrolière pour le Great South Basin ont été délivrés en 2007. Les ressources minérales du plateau comprennent du sable ferreux, des sulfures volcaniques et des gisements de nodules de ferromanganèse.

    Carte de la partie sud de Zealandia.

    Zealandia est composée de deux crêtes presque parallèles, séparées par un rift. Les crêtes s'élèvent au-dessus du plancher océanique jusqu'à des profondeurs de 1 000 à 1 500 mètres, avec de rares îles rocheuses s'élevant au-dessus du niveau de la mer. Les crêtes sont constitués de roches continentales, mais sont plus faibles en altitude que les continents car la croûte est plus mince que d'habitude (seulement environ 20 kilomètres d'épaisseur), et par conséquent ne flottent pas aussi haut sur le manteau.

    Il y a environ 25 millions d'années, la partie sud de Zealandia (sur la plaque pacifique) a commencé à bouger par rapport à la partie nord (sur la plaque australienne). Le déplacement d'environ 500 km le long de la faille alpine (en) est visible sur les cartes géologiques. Le mouvement le long de cette limite de plaque a également empêché le prolongement du bassin de Nouvelle-Calédonie vers la fosse de Bounty.

    La compression le long de la limite de plaque a élevé les Alpes du Sud, bien qu'en raison de l'érosion rapide leur hauteur actuelle ne reflète qu'une petite fraction du soulèvement. Plus au nord, la subduction de la plaque Pacifique a conduit à un volcanisme actif, au Coromandel et dans la zone volcanique de Taupo.

    L'activité volcanique sur Zealandia a également eu lieu à plusieurs reprises dans différentes parties du fragment du continent, avant, pendant et après son détachement du supercontinent Gondwana. Bien que Zealandia se soit déplacée de 6 000 km vers le nord-ouest, la composition du magma volcanique est similaire à celle des volcans de l'Antarctique et de l'Australie car le manteau sous-jacent est le même.

    Ce volcanisme est très répandu sur Zealandia, mais généralement de faible volume, en dehors du volcan bouclier de la fin du Miocène qui s'est développé sur la péninsule de Banks et d'Otago. En outre, il a eu lieu en permanence dans de nombreuses régions limitées, tout au long du Crétacé et du Cénozoïque. Toutefois, ses causes sont encore débattues. Pendant le Miocène, la section nord de Zealandia (plateau de Lord Howe) pourrait avoir glissé sur un point chaud fixe, formant la chaîne de montagnes sous-marines de Lord Howe.

    Les divisions politiques

    • France/Nouvelle-Calédonie et les îles environnantes - 18 986 km² (6,624%)
    • Nouvelle-Zélande 267 610 km² (93,364%)
      • (Y compris la partie continentale et les îles environnantes, îles Antipodes, îles Auckland, îles Bounty, îles Campbell et îles Chatham)
    • Île Norfolk et île Lord Howe (Australie) - 35 km ² (0,012%)

    Superficie totale : 286 630 km²

    ZEALANDIA

     Biogéographie

    Bois pétrifié à Curio Bay

    La Nouvelle-Calédonie se situe à l'extrémité nord de l'ancien continent, tandis que la Nouvelle-Zélande s'élève à la limite des plaques qui la coupe en deux. Ces masses de terre sont deux avant-postes de la flore antarctique, comme des Araucaria et des Podocarpaceae. À Curio Bay, on peut voir une forêt pétrifiée d'arbres de la famille des Kauri et des pins de Norfolk, qui poussaient sur Zealandia il y a environ 180 millions d'années lors de la période Jurassique, avant que la Zealandia se sépare du Gondwana. Ils ont été enterrés par les coulées de boue volcanique et peu à peu remplacés par de la silice pour produire les fossiles aujourd'hui exposés sur la plage.

    Pendant les périodes glaciaires l'environnement terrestre prend le pas sur l'environnement marin. Zealandia ne semblait pas posséder de mammifères endémiques, mais une découverte récente en 2006 d'une mâchoire fossile de mammifère du Miocène dans la région d'Otago démontre le contraire.

     

    (source : zealandia)

    ZEALANDIA

    Des chercheurs australiens affirment avoir découvert un septième continent dans l’océan Pacifique. Baptisé « Zealandia« , il serait en grande partie immergé.

    C’est « le continent caché de la Terre ». Des chercheurs australiens affirment avoir découvert un septième continent au large de l’Australie. Un nouvel espace baptisé « Zealandia » et qui se trouve au sud ouest de l’Océan pacifique.

    « Zealandia est approximativement de la taille de l’Inde et comme l’Inde, l’Australie, l’Antarctique, l’Afrique et l’Amérique du sud, Zealandia faisait partie du super continent Gondwana (un espace qui après collision avec l’autre super continent le Laurussia a formé la Pangée, ndlr) », poursuit l’étude.

    5 millions de km²
    Dans un article de la revue The Geological society of America, les chercheurs précisent que ce continent mesure cinq millions de km² soit deux tiers de l’Australie. 94% de sa surface est immergée et seulement trois territoires majeurs sont à la surface: les îles nord et sud de la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie.

    Pour pouvoir qualifier la terre de « continent » les scientifiques doivent réunir plusieurs critères. À commencer par le niveau au-dessus de la mer: « Les continents varient en hauteur mais ils sont toujours élevés par rapport au niveau de la mer », précise la revue. « Partout, Zealandia est substantiellement plus élevé que le niveau de la mer » poursuivent les chercheurs, avec un point culminant à 3.724 mètres (le mont Aoraki en Nouvelle-Zélande).

    « Physiquement séparée de l’Australie »
    La géologie et la structure de la croûte terrestre permettent aussi de définir un continent, d’après cette étude. D’après les scientifiques « la séparation tectonique et spatiale (entre l’Australie et Zealandia) signifie que la croûte continentale de Zealandia est physiquement séparée de l’Australie ».

    D’après les chercheurs, Zealandia serait donc le « septième continent géologique le plus grand » et le « plus jeune et plus immergé » des continents.

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"