• Arbres du monde

     Nature insolite

    ARBRES DU MONDE 

    Les plus vieux et les plus grands...

    Regardez bien les formes émanantes sur les troncs !

      Des arbres de plus de 10 000 ans ?

    C'est possible !

     La mesure de l’âge des arbres se fait  le plus souvent par dendrochronologie ou par datation par le carbone 14. Les arbres les plus vieux ne sont pas les plus grands ou les plus gros !

    L’olivier le plus vieux du monde serait situé à Vouves à l’ouest de la Crète.

    Il serait âgé d’approximativement 3000 ans.

    ARBRES DU MONDE

     King Clone est un créosotier poussant dans le désert des Mojaves en californie, USA. L’âge de la souche de cet arbuste a été estimé au carbone 14 à 11.700 ans.

    ARBRES DU MONDE

       

    Un groupe d’arbres, des Pins Huon situés au nord-ouest de la Tasmanie a révélé un âge de 10.500 ans.

    ARBRES DU MONDE

      

    Cet if hors du commun situé dans le village de Llangernyw au nord du Pays de Galles serait âgé de 4000 ans environ.

    ARBRES DU MONDE

     Le Sénateur est le plus grand (38 mètres de haut) et le plus vieux des cyprès chauves des Etats-unis. Cet arbre est situé dans le Big Tree Parc en Floride

    ARBRES DU MONDE

       

    Le pin de Bristlecone Mathusalem pousse à plus de 3000 m d’altitude dans les White Mountains en Californie, USA. Son âge a été évalué à 4842 ans (en 2010).Son aspect tortueux a rendu cet arbre célèbre. Bien qu’il n’ai pas de feuilles, les scientifiques affirment que l’arbre est toujours vivant et continue sa très lente croissance. Son emplacement exact est tenu secret ; en effet, Prométheus un autre pin de Bristlecone avait 5000 ans lorsqu’il fût abattu en 1963 dans des circonstance inexpliquées.   Il reste à ce jour, le plus vieil arbre non clonal connu sur Terre.

    ARBRES DU MONDE

      

    L’olivier de Roquebrune-Cap-Martin (Alpes-Maritimes)

    2000 ans - 20 m de circonférence

    ARBRES DU MONDE

    Situé au nord-ouest de Stockholm en Suède, dans une zone montagneuse de la province de Dalécarlie (Dalarna en suédois), cet épicéa atteint l’âge incroyable de 9550 ans !

    ARBRES DU MONDE

       

    Le cyprès d’Abarqu, aussi appelé Zoroastrian Sarv, est un arbre de la province de Yazd en Iran. Ce monument national iranien serait âgé de 4000 ans. C’est le plus vieil arbre d’Iran et probablement le plus vieil organisme vivant d’Asie.

      ARBRES DU MONDE

        

    Jōmon Sugi est un grand cèdre du Japon situé à Yakushima

    2100 à 7200 ans !

    ARBRES DU MONDE

    Pando est le nom donné à une immense colonie clonale de peupliers faux-trembles située à l’ouest des États-Unis dans l’Utah. Cette colonie de 40 hectares est considérée comme l’organisme vivant le plus lourd et le plus vieux de la planète, avec un poids estimé à 6 millions de kilogrammes, et un âge de 80.000 ans

      ARBRES DU MONDE

    Source : regardsurlemonde.fr/

     

    La dendrochronologie

    La dendrochronologie est une méthode scientifique permettant en particulier d'obtenir des datations de pièces de bois à l’année près en comptant et en analysant la morphologie des anneaux de croissance (ou cernes) des arbres. Elle permet également de reconstituer les changements climatiques et environnementaux.  

    Depuis peu, on l'applique aussi aux herbacées. La dendrochronologie a été inventée et développée au cours du XXe siècle par A.E. Douglass, le fondateur du Laboratory of Tree-Ring Research de l’Université d'Arizona. Plusieurs siècles auparavant Leonard de Vinci avait déjà décrit le principe des cernes de croissance et leurs variations en fonction des conditions climatiques. Edmund Schulman (1908-1958) et Fritz Schweingruber (1935-) ont également largement contribué au développement scientifique de la discipline.  

    Sous des latitudes moyennes, les arbres poussent en produisant du bois lorsque les conditions climatiques sont favorables (du début du printemps à la fin de l'été). Au printemps, les cernes sont clairs car les vaisseaux conduisant la sève sont plus larges, ce qui permet des flux plus importants. L'analyse d'un échantillon de bois en repérant ses anneaux de croissance et en attribuant à chacun d'entre eux un millésime de formation, permet de déduire les conditions climatiques contemporaines à la vie de l'arbre. En prenant des échantillons dans différents sites d'une même région et ayant poussé à des époques différentes mais se recoupant, il est possible de recomposer une séquence sur plusieurs siècles et de créer une chronologie de référence permettant de réaliser des études paléo-climatiques. L'idéal est bien sûr d'avoir une tranche d'arbre multi-centenaire.

    La comparaison du profil de croissance d'un morceau de bois d'une époque indéterminée avec cette chronologie de référence permet sa datation exacte à l'année près. Cette propriété a permis d'établir des courbes de calibration pour corriger les résultats de la datation par le carbone 14, qui supposait une concentration de carbone 14 constante dans l'atmosphère au cours des siècles alors que celle-ci a varié. Depuis quelques décennies, les datations par le carbone 14 sont calibrées et donc plus précises. Les herbacées dicotylédones peuvent vivre jusqu'à plusieurs décennies et leur racines (ou tiges quand elles sont pérennes) sont également porteuses de cernes de croissance parce que les vaisseaux de sève sont plus épais au printemps qu’en fin d'été.

    Le botaniste bâlois Heinrich Zoller avait déjà publié dans les années 1950 une étude montrant et utilisant la présence de cernes annuels chez certaines herbacées. Il avait grâce à cela évalué l'âge de plusieurs herbacées de végétation de steppe sèche du Valais, mais ses travaux sont passés relativement inaperçus. Des essais récents réalisés dans des champs en Suisse3 ont montré qu’il s’agit bien de véritables cernes annuels, même s'ils sont plus fins que ceux des arbres et plus difficiles à observer car ne mesurant que de 0,04 à 0,5 millimètre de large. L'étude4 par Fritz Schweingruber de sections de racines pivotantes de saxifrages faux aïzoons (Saxifraga aizoides) a permis de trouver des individus de 22 ans. Un âge de 19 ans a été démontré pour une campanule à feuilles de cranson (Campanula cochleariifolia).

    Des pieds-de-chat étaient âgés de dix ans (Antennaria dioica) alors que certaines bruyères (Erica carnea) avaient atteint les 70 ans. La dendrochronologie des herbacées pourra aider à mieux comprendre rétrospectivement la dynamique des populations de communautés végétales et l'âge de certaines plantes qu'on ignorait jusqu'ici, notamment pour des espèces menacées ou au contraire invasives. Dater l'apparition et l’expansion d’une espèce invasive dans différents types d'habitat peut permettre d'affiner des scenarii de progression future. La largeur des cernes est également un indicateur jugé fiable des conditions locales et temporelles de bonne ou mauvaise croissance de la végétation, les plantes réagissant de manière plus marquée à la plupart des aléas que les arbres dont les racines plongent plus profondément dans le sol.

    (source : wikipedia) 

    La datation par le carbone 14

    La datation par le carbone 14, dite également datation par le radiocarbone ou datation par comptage du carbone 14 résiduel, est une méthode de datation radiométrique basée sur la mesure de l'activité radiologique du carbone 14 (14C) contenu dans de la matière organique dont on souhaite connaître l'âge absolu, à savoir le temps écoulé depuis sa mort. Le domaine d'utilisation de cette méthode correspond à des âges absolus de quelques centaines d'années jusqu'à, et au plus, 50 000 ans. L'application de cette méthode à des événements anciens, tout particulièrement lorsque leur âge dépasse 6 000 ans (préhistoriques), a permis de les dater beaucoup plus précisément qu'auparavant. Elle a ainsi apporté un progrès significatif en archéologie et en paléoanthropologie.

    Le carbone 14 ou radiocarbone est un isotope radioactif du carbone dont la période radioactive (ou demi-vie) est égale à 5734 ± 40 ans selon des calculs relevant de la physique des particules datant de 1961. Cependant, pour les datations on continue par convention d'employer la valeur évaluée en 1951, de 5568 ± 30 ans.  

    Un organisme vivant assimile le carbone avec un fractionnement isotopique connu, de l'ordre de quelques pour-cents pour la photosynthèse. Durant sa vie, la proportion de carbone 14 (14C) présent dans l'organisme par rapport au carbone total (12C, 13C et 14C) est donc aisément rapportable à celle existant dans l'atmosphère du moment.  

    La datation par le carbone 14 se fonde ainsi sur la présence dans tout organisme de radiocarbone en infime proportion (de l'ordre de 10-12 pour le rapport 14C/C total). À partir de l'instant où un organisme meurt, la quantité de radiocarbone qu'il contient ainsi que son activité radiologique décroissent au cours du temps selon une loi exponentielle. Un échantillon de matière organique issu de cet organisme peut donc être daté en mesurant soit le rapport 14C/C total avec un spectromètre de masse, soit son activité X années après la mort de l'organisme.

    (source : wikipedia)

     

     

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"