Le forage d'un modeste puit par des fermiers du village de Yangeun en 1974 révéla une des plus importantes découvertes archéologiques du XX ème siècle. Au début il ne s'agit que d’une tête en terre cuite. Puis d'une seconde, puis d'un buste et d'un autre, et d'un autre, et d'un autre... et aujourd'hui on compte près de 6000 statues et les fouilles continuent. Il semblerait surprenant que vous n'ayez jamais vu la moindre image, le moindre reportage sur l'armée de terre cuite de l'empereur Qin Shi Huang tant cette découverte est importante sur le plan archéologique...


Cet empereur, le premier de Chine au deuxième siècle avant Jésus Christ entreprit de se construire un tombeau hors du commun avant même son accession au pouvoir suprême. Remportant succès militaires et succès politiques, les travaux prirent de l'ampleur en conséquence. Une tradition orale retranscrite quatre siècles après la mort de l'empereur raconte que jusqu'à 700 000 hommes venus de toutes les provinces de Chine travaillèrent au chantier, pour édifier une réplique sous terraine du palais, cachée sous une colline artificielle de plus de cent mètres de haut. La même tradition orale veut que sa tombe à proprement parler renferma des trésors fabuleux défendus par des mécanismes complexes pour se protéger des pillards. Enfin les ouvriers clefs ayant participé aux travaux furent parait-il emmurés vivants pour ne pas révéler leurs secrets.

Aujourd'hui l'érosion naturelle à réduit de deux tiers ce tumulus mais les archéologues ont mis à jours plusieurs puits fait de poutres et de terre, dont le principal de 230 mètres de long sur 60 abrite plus de 6000 statues grandeur réelle, reproduction exacte du corps d'armée impérial avec fantassins, archers, arbalétriers, cavaliers et chevaux.

 Dans le puit numéro 1, l'avant garde se dresse à l'extrémité Est de la zone sur trois rangées de front. Derrière, les soldats de la troupe sont alignés en colonnes et sur la largeur, tous les trois mètres, se dressent des murs séparant les statues en d'immenses corridors.

Derrière la troupe, des soldats en armures portant des armes comme des lances ou des haches sont accompagnés de chariots en bois (désintégrés par le temps) tirés par des chevaux eux mêmes en terre cuite et échelle un. Le plus remarquable est que chacun des visages des membres de l'armée est singulier, caractéristique et qu'il n'existe aucun doublon parmi les figures des soldats.

 La guide chinoise qui nous fait découvrir les lieux est à même de nous dire la province d'où vient tel ou tel soldat, en fonction des caractéristiques morphologiques le caractérisant. En fonction de la forme des yeux, du nez, ou de la taille (de 1m70 à 1m98) elle nous décrit les provinces d'où les soldats venaient. Par exemple ceux en charge des chevaux étaient généralement issus du Nord car leur grande taille leur permettait aisément de sauter sur les montures équestres dépourvues à l'époque d'étriers. La taille était alors un facteur important pour l'attribution de ces places dans l'armée de l'empereur et les soldats en terre cuite présentent bien sur ce genre de détails et d'informations !

 Si aujourd'hui les soldats s'offrent à la vue des 10.000 visiteurs quotidiens dans une livrée grise, il faut imaginer qu'ils furent placés dans le mausolée rehaussés de couleurs vives. Visages et costumes étaient peints de couleurs éclatantes et bien sur fidèles à la réalité. Seulement les couleurs étant appliquées après la cuisson des sculptures elles n'ont pas résisté à l'outrage du temps et à l'ensevelissement. Notre guide nous laisse entendre que les archéologues auraient mis à jour quelques rares pièces encore colorées mais que les techniques de conservation actuelles ne permettent pas encore de s'assurer de la pérennité des pigments.

De la même façon, nous pouvons découvrir aujourd'hui lors de la visite, le puit 1 excavé dans sa moitié, comme les puits 2 et 3, de moindres tailles et contenant d'autres soldats et un poste de commandement, mais de nombreuses pièces dégagées de terre furent réensevelies par les archéologues pour que leur conservation ne soit pas altérée. Leur tour viendra d'être révélé pour de bon aux yeux du public et aujourd'hui le travail plus minutieux, aidé par l'informatique, assure une restauration de meilleure qualité et une garantie accrue de conservation.

L'avantage énorme d'une telle découverte pour le visiteur réside aussi dans son évolution. Les archéologues travaillant quotidiennement (de nuit pour bénéficier du calme) sur le site, l'exposition évolue sans cesse et il y a encore des dizaines d'années de travail ne serait-ce que sur les 3 puits principaux.

 

L'ère occupée par le site couvre 56 km² et les archéologues fouillent bien sûr les environs car la mise en place de ce mausolée et le nombre colossal d'ouvriers ayant oeuvré sur le site a bien sûr laissé des traces dont l'importance de premier ordre est évidente, apportant une lumière fabuleuse sur la Chine du deuxième siècle avant Jésus Christ et ses domaines politiques, culturels, économiques et militaires. L'importance du site est telle que les archéologues pensent aujourd'hui que cette armée de terre cuite fait partie d'un ensemble encore plus grand toujours enseveli autour du mausolée de l'empereur Qin Shi Huang.

Ce mausolée, classé en 1986 par l'Unesco sur la liste du patrimoine mondial étant donné sa valeur évidente, est la plus grande du type sur le sol de Chine. Cet empereur a laissé une empreinte énorme sur l'histoire du pays et pas seulement via son armée de terre cuite : dirigeant tyrannique il unifia la Chine, imposa un système unique d'écriture, de monnaie, de poids et de mesure et il fut également l'instigateur de la construction de la Grande Muraille. Voici donc un tombeau à la mesure du personnage et grâce au fait que le chantier soit en perpétuelle évolution, voilà définitivement un endroit où retourner dans plusieurs années, voir décennies pour apprécier de nouveau et encore plus les trésors archéologiques chinois visibles en ce lieu.

(source : tv5.org/)

 

  

 Découvertes extraordinaires 

"La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"