• Faits divers étranges et mystérieux

    Surnaturel et fantastique

    Faits étranges et mystérieux

    De part le monde d'étranges récits sont rapportés dans les presses locales, à lire pour l'étonnement de ces fameuses histoires...

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    (dessin - Les émanants

    FRANCE, Vosges

    18 Février 2005
    Depuis le 18 février dernier, où une grosse boule lumineuse a été aperçue dans le ciel vosgien par des centaines de personnes, l'équipe du planétarium d'Epinal (Vosges) est en quête d'une météorite tombée dans la forêt.
    Quelque 700 témoignages ont été recueillis par téléphone, par courrier ou mail après ce soir où, à 22h25, automobilistes, promeneurs et même pompiers en intervention ont été témoins du phénomène. D'Epinal à Baccarat en passant par Gérardmer, Saint-Dié et Vittel, jusqu'en Alsace et même à Dijon, certains ont vu ce soir-là « une forte luminosité bleutée envahir la nature », d'autres disent avoir assisté à « une éclipse à l'envers ».

    ITALIE, Une mystérieuse panne dans la ville d'Aoste.
    12 Février 2004.
    Une mystérieuse panne paralyse depuis jeudi toutes les télécommandes électriques des voitures, garages et portails de la zone nord-est de la ville d'Aoste, au nord-ouest de l'Italie, et la science semble impuissante face au phénomène.
    L'Agence régionale pour la protection environnementale (ARPA) a été saisie, mais a reconnu vendredi ne pas comprendre ce qui se passe.

    «Quelque chose d'anormal a été signalé par les habitants. À nous de faire les vérifications nécessaires pour comprendre le fond du problème», a expliqué à la presse un de ses responsables, Giovanni Agnesod.
    Les analyses effectuées jeudi sur les champs électromagnétiques n'ont signalé aucune anomalies et les systèmes d'alarmes des habitations se sont révélés en parfait état de fonctionnement.
    L'ARPA devait réaliser vendredi des comparaisons entre les signaux émis par les télécommandes de la zone concernée et ceux émis dans le reste de la ville.
    En attendant, les habitants des quartiers d'Arco Augusto, Corso Ivrea, Roppoz et de l'hôpital Beauregard à Aoste sont contraints, lorsqu'ils le peuvent, d'ouvrir manuellement leurs portails et d'utiliser leurs clefs pour verrouiller et déverrouiller leurs portes de voitures.

    Le phénomène présente certaines analogies avec un autre mystère de la péninsule, celui de Canneto, un quartier d'une commune proche de Messine en Sicile.
    Depuis plus d'un an, les habitants de ce faubourg coincé entre la mer et une ligne de chemin de fer signalent des départs de feu dans leurs circuits électriques, des alarmes de voitures qui se déclenchent subitement et simultanément, des batteries de téléphones portables qui se déchargent en un instant.
    Une multitude d'experts des chemins de fer, des télécommunications, des compagnies de distribution d'électricité, des vulcanologues et même un éminent scientifique, le professeur Giuseppe Maschio, spécialiste des champs électromagnétiques à l'université de Messine, ont débarqué dans la localité. Mais il ne sont pas parvenus à élucider le mystère.

    Le 12 février 2004, les dix sept familles résidentes, soit 39 personnes, ont été relogées à l'hôtel, leurs maisons ont été fermées, mises sous scellés et l'électricité a été coupée. Un an après, ils sont toujours à l'hôtel.


    TAHITI, Impact violant dans le centre de l’Ile.

    Mi-Janvier 2001.
    Les services de gendarmerie de l'île de Tahiti ont entamé, depuis la mi-janvier la recherche d'un éventuel point d'impact d'une météorite. L'explosion, qui a fait vibré les murs et les fenêtres de nombreuses maisons situées sur la côte ouest de Tahiti, a été précédé, selon des dizaines de témoignages, d'une lumière blanche aveuglante. Selon Dominique Raymond, directeur du laboratoire de géophysique de Polynésie, les instruments de son laboratoire ont bien enregistré un point d'impact que « nous avons situé au sud-est du lac Vahiria, c'est-à-dire au centre de l'île ».Il y a quelques années déjà, le même phénomène s'était déroulé au large de Tahiti. Les recherches sont en cours.

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    (photo : rense)


    ARGENTINE, San Andres de Gile : « Traces mystérieuses »

    26 Janvier 2003.
    Le Dimanche 26 Janvier 2003, les résidants de San Andres de Giles, dans la province de Buenos Aires de l'Argentine, ont découvert « un grand cercle mesurant environ 7 mètres de diamètre, avec l'herbe brûlée et une cendre semblable à du talc à son centre, sur un champ de soja au sud d'un ranch de bétail. »
    Juan Carlos Ferreto a été stupéfait en voyant le cercle parfait. Tout autour de lui, les plants de soja étaient très verts, ayant une taille de 40 centimètres en général, excepté sur la section de 7 mètres découverte.Cet événement était une réminiscent d'autres qui se sont produit dans dans la même zône le 4 Septembre 1981, quand un autre cercle rempli de cendre a été découvert. Juan Carlos Mendizabal a rappelé ces événements, se rappelant qu'alors un grand réservoir d'eau avait été trouvé vidé, et le système électrique (fusibles, câbles et bobinage - S.C.) avait été complètement fondu.

    FRANCE, Détonation à Annecy.

    27 Novembre 2003.
    Deux bruits d'origine non identifié ont été entendus dans l'après-midi du jeudi 27 novembre à Annecy (74). Les 2 détonations se sont produites à 7 secondes d'intervalle sans que personne ne puisse en connaître la source exacte. Vers 17h15 des témoins rapportent des observations de « phénomènes électriques rouges » du côté de Dingy-Saint-Clair.

    Plus tard, vers 21h30 d'autres témoignages font état d'évolutions nocturnes inconnues. Des boules bleues auraient été aperçues dans le secteur du Mont Parmelan.
    Pour mémoire nous rappelons que le 21 Novembre 1996 un phénomène quasi similaire nous avait été signalé. On parla alors de "crash d'OVNI" avant qu'une version "officielle" n'attribue l'incident à un avion russe. Ce cas reste non élucidé à ce jour.

     

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    (photo : strangesounds)

    ITALIE, Mystérieuse série d'incendies dans un village (suite)

    12 Février 2004.
    Depuis plus de trois semaines, des incendies mystérieux se produisent dans un petit village italien, le village de Canneto en Sicile. Ces incendies se produisent généralement sur les appareils ménager des habitants du village, lesquels s'enflamment apparemment sans raison, alors que parfois les appareils électriques sont débranchés de la prise électrique. Un mystère qui n'est pas encore expliqué de façon scientifique.

    ITALIE, Retour des incendies à Canneto (Caronia, Sicile )

    17 Mars 2004.
    Les incendies mystérieux sont de retour. Mais cette fois ils sont accompagnés par des problèmes touchant les centrales electroniques des voitures et les téléphones portables.
    Des nouveaux incendies inexpliqués sont survenues dans l’après midi dans deux habitations de Canneto ( quartier côté mer de Caronia) où il y à quelques semaines des flammes surgissaient soudainement dans les circuits electriques, et les électro-ménagers ; malgré que les habitations soient isolées du réseau électrique publique.
    Outre les incendies, les habitants et les forces de l'ordre ont assistés à d'autres événements qui laisse de glace, les voitures qui sont équipés de fermetures centralisés actionnent toutes seules le système de fermeture des portes ; les télèphones portables se mettent à sonner sans qu'il y est d'appel ou bien ils sont complètement incontrôlables avec aucune possibilité de se connecter à un réseau avec en plus d'étranges signaux visuels. Les carabiniers en ont saisies quelques uns.

    Le substitut du procureur de Mistretta, Enza Napoli, qui avait déjà auparavant ouvert un dossier d'actes relatifs aux incendies de canneto a de nouveau ordonnée l'isolement du quartier de la " via del mare " où sont situés les maisons touchées par ces incendies ; qu'il y a encore sur ces habitations.
    Une ordonnance d'interdiction de les occuper faite par le maire Pedro Spinato. Le magistrat a autorisée seulement une personne a rester chez elle afin d'alerter au cas où d'autres incendies se manifestent " nous attendrons pour comprendre mieux" dit Mr Spinato, "le phénomène avait disparu de façon naturel et on ne comprend pas les raisons qui causent son retour."
    Le professeur Giuseppe Maschia, de la Faculté d'ingénierie de messine, membre de la commission régionale des grands risques, chargé de l'étude de ces phénomènes est de nouveau renvoyé à Caronia sur demande de la protection civile : « je vais à Canneto pour étudier ce qui vient de ce passer, malgré que tout était en cours et que nous attendions le résultat de l'enquête judiciaire ouverte par le procureur de Mistretta et de la protection civile, maintenant il va falloir comprendre de quel type sont ces nouveautés ».



    INDE, Des feux spontanés, des bombardements de pierres.

    23 Mars 2004.
    Au sujet des feux spontanés et mystérieux qui ont lieu en Italie. Nous avons appris que cela se passe également en Inde. Rohit Ghosh rapporte que des gens des villages de Madhya qui se trouve dans la région de Pradesh se sont dépêchée pour éteindre des feux mystérieux qui « paraissent sauter » au-dessus de leurs propres maisons. Un villageois dit, « Nos puits ont commencé à se tarir pour lutter contre les feux »

    Tout à commencé lorsqu’un feu a débuté soudainement et rapidement dans une petite communauté rurale sans aucune explication. Les villageois l'ont éteints et n’y pensaient même plus. Mais bientôt cela a recommencé à intervalles réguliers. « Les feux démarrent n’importe ou dans le village et à n’importe quelle heure du jour » dit Sardar Singh Gurjar le chef du village « Nous prenons de l'eau des puits du village pour éteindre le feu. Les puits ont commencé à s’assécher. Il y a eu onze démarrages de feux dans les villages en quelques jours »

    Le problème de ces feux spontanés n’est pas le seul, il y a aussi les « Bombardement de pierres » dit Gurjar. « Beaucoup de villageois ont été blessés à cause de ces chutes de pierres ». « Je revenais de mes champs d’une manière habituelle, il y à deux jours, quand soudainement des pierres ont commencé à me frapper venant de toutes les directions.

    J'ai couru pour me mettre à l’abri » dit le fermier Ram Deo . « Je pensais que c'était une blague, mais la même chose s'est reproduit le jour suivant »

    Quand le chef principal de la Police du district, Yogesh Deshmukh a enquêté avec ses hommes, ils ont aussi été bombardés avec des pierres et ont dû courir pour sauver leurs vies. Le superintendant N.P Varkade says dit « Nous avons déployé des agents de police en tenue de civil dans le village. Deuxièmement nous avons décidé d'emmener des scientifiques au village pour apaiser les peurs des villageois. Nous avons aussi déployé des cameramans sur les toits »

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    USA, Un mystérieux " Boom " à Lancaster.

    17 avril 2004.
    Personne ne sait l'origine exacte de la forte détonation qui a secoué une partie de la ville dans la nuit de dimanche. Mais quand Robert Mc Clain a vu les lumières de son voisin s'allumer peu de temps après 22:30, il a dit qu'il était soulagé de savoir qu'il n'était pas le seul à l'avoir entendu. McClain a indiqué qu'au début il pensait que sa fille âgée de 5 ans, Arianna, était tombée de son nouveau lit. Mais ce n'était pas le cas.

    « Je n'ai pas su ce qui se passait », a dit McClain, qui vit à « Marion Sims Drive « . « Ça a secoué toute la maison, mais cela ne ressemblait pas au tonnerre. »
    Quand Mc Clain a vu son voisin Brent Blalock dehors, regarder autour, il est sorti pour lui parler. « J'étais simplement heureux de savoir que je ne devenais pas fou et que quelqu'un d'autre l'a entendu », a déclaré Clain. « C'était quelque chose d'étrange », dit Blalock. « J'ai entendu une voiture venir de près, la maison a été secouée et j'ai pensé que quelqu'un avait frappé un arbre ou quelque chose d'autre. Robert est sorti et nous avons essayé de comprendre ce qui c'était passé. Nous avons regardé autour et n'avons rien vu. C'est tout simplement un mystère. »

    Le chef de la police de Lancaster, Hugh White, a dit que le département de police avait reçu plusieurs appels au sujet du « Boom » . White dit que les officiers ont vérifié le secteur, mais n'ont rien trouver.
    « Au début, j'ai pensé c'était le tonnerre, parce que des orages étaient prévus, mais cela n'a pas vraiment ressemblé à ça », a dit White. « Vraiment, je ne sais pas ce que c'était, mais il a secoué aussi notre maison » Les experts en matière de tremblement de terre à l' University of South Carolina's Seismic Network ont éliminé tous tremblements dans le secteur. Pradeep Talwani a indiqué que les sismographes n'ont rien enregistré d'anormal.

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    (Mur du son : avionslegendaires)

    Une autre possibilité : un « Bang sonique »
    Toute l’ Air Force, S.C. Air National Guard et les marines ont des avions postés en Caroline du Sud qui peut passer la barrière, mais le lieutenant Col. Les Carroll de SCANG, a dit qu'aucune unité militaire dans le secteur volerait à 22:30, un dimanche.
    « Ce temps de nuit est peu commun pour voler », dit Carroll. « Je sais que ce n'était pas nous - nous n'avons eu aucun avion dans le secteur et ce n'était pas un week-end de promenade » Le maréchal pompier Brian Stogner, qui vit sur la rue de Barr près de l'hôpital Springs Memorial, a dit qu'il aimerai bien en connaître la cause.
    Comme beaucoup, Stogner était dans un sommeil profond lors du mystérieux " »Boom »
    « Honnêtement, j'ai pensé que quelqu'un avait frappé la maison », dit Stogner. « Nous avons une porte de sous-sol qui claque quand il y a du vent de temps en temps, mais j'ai vérifié la porte et elle était bien fermée »
    D'après un article de « thelancasternews.com »

    « Comme en plein jour »

    « Nous avons reçu des témoignages très poétiques de gens émerveillés qui ont eu le sentiment d'avoir vécu quelque chose de grandiose », raconte Didier Mathieu, animateur scientifique du planétarium de la Belle Etoile à Epinal qui coordonne les recherches. « Ils ont vu tout à coup la nature comme en plein jour; certains disaient avoir été noyés dans une rivière de diamants. Une personne nous a même envoyé un échantillon de tulle bleu ciel pour décrire ce qu'elle avait vu », ajoute-t-il. Depuis, il ne se passe pas une semaine sans que le planétarium soit contacté pour venir identifier un caillou suspect. Car désormais, l'équipe de passionnés d'astronomie de l'unique planétarium de Lorraine recherche désespérément la météorite dont la trajectoire et le lieu de chute sont difficiles à apprécier.
    Les sismographes de Strasbourg ont réagi aux ondes sonores de l'objet qui a émis un « bang » comme un avion franchissant le mur du son, mais n'ont pas enregistré d'impact au sol. Par défaut, il en a été déduit que le caillou n'était pas plus gros qu'une balle de handball. Il serait tombé dans un triangle situé entre Vittel, Neufchâteau et Bourdons-sur-Rognon, aux confins de la Haute-Marne et des Vosges, admet avec difficulté le responsable du planétarium qui préférerait décourager les curieux.

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    (photo d'un nuage  supercellulaire)

    « Gros nuage cométaire »

    Il a déjà mené trois expéditions avec une dizaine d'astronomes amateurs pour évaluer « des cratères suspects » qui se sont avérés, là, un effondrement de galerie, ailleurs, un terrier de blaireaux. Déception supplémentaire, la vaste zone de recherche est à 90% de la forêt quasiment impénétrable depuis la tempête de 1999. « Malgré tout, on la cherche. Si on peut apporter cette pierre, un résidu de formation de planète de 4,5 milliards d'années, à tous ceux qui ont pu la voir, on aura fait notre métier », lance Didier Mathieu. Même si chaque jour il tombe des météorites sur la terre, la dernière en date dans les Vosges remonte à 1822, à La Baffe. Depuis février, les journaux locaux ont rapporté au moins trois fois des témoignages de visions de boules vertes ou lumineuses dans la région. "La terre a traversé un gros nuage cométaire et on voit des bolides, de grosses étoiles filantes", confirme le responsable du planétarium d'Epinal. Et de noter : "Vous savez, au siècle dernier, il y avait moins de pollution lumineuse et pas de télévision, on voyait beaucoup plus de météorites".

    Une "boule de feu" aperçue en Espagne

    Une météorite décrite par des témoins comme une « grande boule de feu » a été aperçu mercredi matin dans le ciel de plusieurs localités de Catalogne et de Valence, notamment par des automobilistes circulant sur une autoroute reliant l'Espagne à la France. Ce fragment de corps céleste, très brillant laissant derrière lui une traînée verdâtre, a traversé l'atmosphère du nord-est vers le sud-est et aurait pu finir sa course dans la mer, selon des astronomes locaux. D'après l'observatoire de l'université de Valence, la météorite serait entrée dans l'atmosphère à une vitesse de 10.000 km/heure.

    INDE, Mystérieuses inscriptions

    sur les temples hindous de Bali - Dimanche 27 février 2005, 09h14 - AFP
    D'énigmatiques inscriptions de couleur blanche, des « + », des « -» ou des « // », sont apparus depuis le 18 février sur des centaines de temples hindous de Bali et la police enquête sur ces signes, tandis qu'une bonne partie de la population est persuadée de leur origine divine. Ses cheveux relevés en un petit chignon sur le crâne, de la poudre de bois de santal étalée sur le front, Ida Pedande Gde Mas Diatmika, 65 ans, est un prêtre hindou respecté du village de Banjar Panti. Les habitants viennent déposer des offrandes dans son temple familial, et en repartent avec de l'eau bénite pour asperger leur logis et tenir à distance les mauvais esprits.

    Le religieux brahmane désigne deux petites croix blanches sur un autel en pierre, puis une autre de quelques centimètres sur un petit monument sacré. « Nous pensons qu'il s'agit d'un message divin, un message de mise en garde », dit-il.
    Les villageois de Banjar Panti assurent qu'une nuit de la semaine passée l'électricité s'est soudainement coupée et les chiens se sont mis à hurler. Le lendemain matin, les inscrïptions étaient là. Pour Ida Pedande Gde Mas Diatmika, le « message » céleste est un avertissement face à l'emballement du monde. "Tout change, rien n'est plus comme avant. La météo change trop vite, la nature perd son équilibre". Il évoque le réchauffement de la Terre, le récent tsunami qui a frappé l'Indonésie. « Ces deux derniers mois il y a eu beaucoup de séismes », ajoute-t-il.
    « La nature n'est pas contente », confirme Ida Ayu Sri, une femme occupée à tresser des paniers pour transporter les offrandes. « Ces signes viennent nous dire de faire attention dans notre vie. Ils nous passent la consigne de nous remettre dans la bonne direction », poursuit la trentenaire qui porte une fleur de frangipanier dans sa coiffure.

    Les croyances à la magie noire et aux phénomènes paranormaux sont tenaces à Bali, « l'île des Dieux ». Neuf Balinais sur dix sont hindous, alors que le reste de l'archipel indonésien est musulman à plus de 90%. Tout comme à Banjar Panti, les « signes » énigmatiques ont été retrouvés dans des centaines d'autres lieux de culte hindous, alimentant les chroniques des médias de l'île. « Cela est difficile à accepter sur le plan de la logique », concède le commissaire I Gst Gd Suryasa, un porte-parole de la police.
    « Les gens voient ce phénomène sous un point de vue religieux, nous le voyons sous un point de vue judiciaire. Nous n'avons pas encore identifié de suspect », explique-t-il à l'AFP. « Si le responsable de tout cela n'est pas un humain, alors cela dépassera le cadre de notre mission ». Les premières inscrïptions ont selon lui été relevées le 18 février dans deux temples de la capitale Denpasar. « Nous avons lancé une une enquête. Maintenant ces signes sont partout. Il s'en ajoute chaque heure. Parfois ils ne sont pas là le matin et ils y sont le soir. Toujours sur les temples ».
    Des témoins ont relevé des inscrïptions sur des monuments de culte fins et élevés, inaccessibles sans échafaudage. D'autres sont apparus sur des temples familiaux, fermés à clé. Même l'autel privé du chef de la police de Bali a été ainsi décoré, de façon inexplicable. Ainsi qu'un temple de la police régionale, en théorie gardé 24 heures sur 24.
    « Bien sûr les habitants sont anxieux. Certains croient que des catastrophes vont survenir. Mais d'autres pensent qu'il s'agit de signes divins positifs », constate le commissaire Suryasa. Ses services ont surtout relevé des « + », des « -» ou des « // », des caractères porteurs de signification pour les prêtres hindous. La police a procédé à des analyses scientifiques du produit de couleur blanche ayant servi aux écritures. Il s'agit d'une « craie brute », selon le laboratoire.

    (photo : wildlifepark)

    AUSTRALIE,

    Forte récompense à qui prouvera que le tigre de Tasmanie n'a pas disparu. - 23 Mars 2005
    Un magazine australien a offert une récompense de 1,25 million de dollars (989.683 USD) à quiconque pourra apporter la preuve qu'il existe encore un tigre de Tasmanie vivant.
    Le dernier tigre de Tasmanie, également appelé thylacine, serait mort dans un zoo d'Hobart en 1936 mais depuis l'animal aurait été aperçu à plusieurs milliers de reprises.

    Mais comme aucun de ces témoignages n'était assorti d'une preuve concrète, le respectable hebdomadaire The Bulletin a offert une récompense pour « résoudre l'un des mystères les plus tenaces d'Australie ».

    Un tigre de Tasmanie empaillé dans un musée de Sydney, en 2002

    « Montrez-nous un thylacine vivant et en bonne santé, selon les conditions que nous avons posées, attestant qu'il s'agit d'un authentique animal et vous recevrez une récompense de 1,25 million de dollars », écrit le rédacteur en chef du magazine, Garry Linnell. Chaque année, pas moins de 150 témoignages visuels de ce tigre font l'objet d'investigations.
    Le mois dernier, un touriste allemand a soumis deux photos de ce qu'il pensait être un tigre de Tasmanie, prises alors qu'il se promenait en forêt.
    En début d'année, le Musée australien a abandonné une tentative de clonage de l'animal à partir de l'ADN d'un spécimen conservé dans l'établissement. Le thylacine était un marsupial carnivore, dont l'apparence était proche de celle d'un chien, qui a prospéré dans l'île de Tasmanie dans le sud de l'Australie jusqu'à l'arrivée des Européens.

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    FRANCE, Gardannes (Bouches du Rhône)

    Le 22 décembre 2004.
    On peut lire dans le journal « La provence » du 24 décembre un petit article intitulé « Une panne surnaturelle » qui explique que le mecredi soir du 22, plusieurs foyers de la ville ont été privés d’electricité de 20h30 à 21h30 et que pendant ce laps de temps, certains usagers ont observé un déréglement de leur montre. Plus étrange encore, le matin ils auraient retrouvé le compteur de leurs voitures à zéro. 

        

    QUEBEC - Le 6 août 2005. Bernard Blanchard

    Mystère au-dessus du mont Saint-Hilaire ?

    Ça prend toutes sortes de personnes pour faire un monde. Peut-être même des Martiens?
    Fabrice Detremmerie et Marie-Josée Nadeau prétendent avoir observé et même filmé un objet volant non identifié au-dessus du mont Saint-Hilaire, peu après minuit dans la nuit de mardi à mercredi. Ce couple de la rue Maureen, à Mont-Saint-Hilaire, venait de sortir de la maison pour griller une dernière cigarette avant le dodo, quand il a aperçu l'objet dans le ciel étoilé.
    « Au début, nous pensions que c'était une étoile, mais ça s'allumait et s'éteignait. Nous avons aussi pensé qu'il pouvait s'agir d'une météorite, mais ça s'est mis à zigzaguer. C'était un gros point lumineux avec un centre multicolore », raconte Mme Nadeau.
    Son conjoint affirme avoir filmé l'étrange objet durant près d'une heure en utilisant un zoom 560X. Avant même qu'on ne lui pose la question, M. Detremmerie a par ailleurs assuré que son vidéo n'a rien d'une supercherie. « J'ai utilisé une caméra uniquement avec une sortie vidéo, il n'y a donc aucun trucage. »
    « Les gens vont penser que nous sommes fous, croit Mme Nadeau. Mais nous aimerions savoir si nous sommes seuls à avoir vu la chose. J'ai consulté des sites sur les ovnis mercredi matin et j'ai appris qu'un objet en tout point similaire à celui que nous avons vu au-dessus de la montagne avait déjà été observé une première fois à Londres, en 2003 et une seconde en Colombie-Britannique, en 2004. »
    Le couple Nadeau-Detremmerie a fait parvenir par courriel à L'Œil Régional un court extrait de son vidéo, qu'il a cependant été impossible d'ouvrir, tout comme il a été impossible d'aller visionner sur place le vidéo avant d'écrire ces lignes. (source : etrangenature)

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    HELSINKI (AFP) - Mercredi 18 mai 2005, 17h39

    Une « boule de feu » irradie le ciel de Finlande
    Une « boule de feu » d'une exceptionnelle intensité lumineuse a traversé le ciel de Finlande mardi soir avant d'exploser au-dessus de la frontière russo-finlandaise, a indiqué la Société finlandaise d'astronomie URSA. Le phénomène a été observé par des dizaines d'habitants de l'est du pays. « Nos mathématiciens ont grossièrement calculé que la chute s'est produite au-delà de notre frontière orientale et s'est terminée par une explosion au-dessus de la Carélie russe », a indiqué à l'AFP Marko Pekkola, rédacteur en chef du journal de l'URSA.
    De savants calculs seront nécessaires pour déterminer la trajectoire exacte de cette « boule de feu », sans doute une météorite incandescente, a-t-il ajouté.

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    AUSTRALIE –  Le Vendredi 10 Juin 2005

    Une créature stupéfie une conductrice dans le Queensland.
    Le vendredi, 10 juin 2005, à 10 heures du matin, Catherine R. « conduisait sur une route de campagne à la périphéries de Bundaberg, » une ville de la baie de Hervey dans l'état Australien du Queensland, quand elle a vu un personnage étrange « se tenant dans un pré près de la route. »
    « Tandis que je conduisais pour un trajet d'une demi-heure sur une route de campagne à travers les abords de Bundaberg, j'ai vu par ma fenêtre une grande figure foncée d'environ 7 ou 8 pieds de haut », a rapporté Catherine, « Il avait l'aspect d'un homme mais était bien plus musculaire, avec de larges épaules et un torse comme un dieu. Il n'était comme rien que j'ai jamais vu. Il était foncé et d'aspect écailleux. Sa couleur était comme de la cendre. Sa tête était comme celle d'un insecte. J'étais une femme de 22 ans effrayée. »

    « Il regardait droit vers moi. J'étais extrêmement mal à l'aise. J'ai été choquée et j'ai enfoncé l'accélérateur. Il se tenait toujours là. J'avais roulé à 100 kilomètres à l'heure quand je l'ai vu. J'ai filé loin de lui à 120 kilomètres par heure. Je n'avais jamais vu quoi que ce soit de si étrange. »

    ITALIE, Une mystérieuse panne dans la ville d'Aoste. Suite…

    21 Janvier 2005.
    Une mystérieuse panne paralyse depuis jeudi toutes les télécommandes électriques des voitures, garages et portails de la zone nord-est de la ville d'Aoste, au nord-ouest de
    l'Italie, et la science semble impuissante face au phénomène. L'Agence régionale pour la protection environnementale (ARPA) a été saisie, mais a reconnu vendredi ne pas comprendre ce qui se passe. « Quelque chose d'anormal a été signalé par les habitants. A nous de faire les vérifications nécessaires pour comprendre le fond du problème », a expliqué à la presse un de ses responsables, Giovanni Agnesod.

    Les analyses effectuées jeudi sur les champs électromagnétiques n'ont signalé aucune anomalies et les systèmes d'alarmes des habitations se sont révélés en parfait état de fonctionnement. L'ARPA devait réaliser vendredi des comparaisons entre les signaux
    émis par les télécommandes de la zone concernée et ceux émis dans le reste de la ville.
    En attendant, les habitants des quartiers d'Arco Augusto, Corso Ivrea, Roppoz et de l'hôpital Beauregard à Aoste sont contraints, lorsqu'ils le peuvent, d'ouvrir manuellement leurs portails et d'utiliser leurs clefs pour verrouiller et déverrouiller leurs portes de voitures.
    Le phénomène présente certaines analogies avec un autre mystère de la péninsule, celui de Canneto, un quartier d'une commune proche de Messine en Sicile.

    Depuis plus d'un an, les habitants de ce faubourg coincé entre la mer et une ligne de chemin de fer signalent des départs de feu dans leurs circuits électriques, des alarmes de voitures qui se déclenchent subitement et simultanément, des batteries de téléphones portables qui se déchargent en un instant. Une multitude d'experts des chemins de fer, des télécommunications, des compagnies de distribution d'électricité, des vulcanologues et même un éminent scientifique, le professeur Giuseppe Maschio, spécialiste des champs électromagnétiques à l'université de Messine, ont débarqué dans la localité. Mais il ne sont pas parvenus à élucider le mystère.
    Le 12 février 2004, les dix sept familles résidentes, soit 39
    personnes, ont été relogées à l'hôtel, leurs maisons ont été fermées, mises sous scellés et l'électricité a été coupée. Un an après, ils sont toujours à l'hôtel.

    ITALIE, Retour des incendies à Canneto (Caronia, Sicile) Suite… 22 Janvier 2005.
    Une petite commune sicilienne coincée entre la mer et une ligne de chemin de fer est le théâtre depuis plusieurs semaines d'incendies « mystérieux », mais ses habitants refusent d'y voir la « main du diable », comme l'assure l'un des plus célèbres exorcistes de la péninsule.

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    (photo : centrometeoitaliano)

    Départs de feux inexpliqués, appareils électroménagers brûlés à la suite de court-circuits, compteurs électriques carbonisés: les habitants de Cannetto, un quartier de la commune de Caronia, 3.000 habitants, dans la province de Messine, sont exaspérés, car tout cela échappe à leur entendement. L'affaire a dépassé les frontières de la Sicile et depuis le début de la semaine, elle mobilise une multitude d'experts des chemins de fer, des télécommunications, des compagnies de distribution d'électricité, mais aussi des vulcanologues et un éminent scientifique, le professeur Giuseppe Maschio, spécialiste des champs électromagnétiques à l'université de Messine.
    Il ne manque que le prêtre, dont la présence a pourtant été recommandée par le père Gabriele Amorth, exorciste du diocèse de Rome et autorité en la matière, car « ce qui se passe ici arrive quand le démon entre là où on l'autorise à venir », a-t-il déclaré mardi. Mais les habitants de Caronia refusent cette hypothèse. « Le démon, nous on n'y croit pas ici », a assuré le maire Pedro Spinnato. Plus terre à terre, ses concitoyens sont convaincus d'être victimes soit d'un pyromane, soit d'un phénomène physique.

    « Nous, on veut deux choses: connaître la vérité et des dédommagements pour les biens perdus », explique à la presse Nino Pezzino, ancien conseiller municipal et porte-parole des résidents de Cannetto. Il accuse la ligne de chemin de fer: "Il y a des preuves que les incendies se sont déclarés juste avant le passage d'un train". Le maire a décidé d'employer les grands moyens. L'électricité a été coupée lundi à Cannetto et les 17 familles résidentes, soit 39 personnes, sont hébergées dans un hôtel aux frais de la commune, le temps que les spécialistes fassent toute la lumière sur le mystère. Les incendies ont cessé avec la coupure du courant et l'arrivée des experts, escortés de carabiniers et de pompiers. Jamais le quartier n'avait connu une telle effervescence.

    Pour l'instant, aucune explication n'a encore été trouvée. Des instruments de mesure très sophistiqués utilisés sur les flancs de l'Etna ont été apportés pour déceler l'éventuelle présence d'un champs magnétique. « Si les résultats sont négatifs, il faudra alors exclure cette hypothèse ainsi que celle de phénomènes sismiques », a souligné le professeur Maschio. La cause la plus plausible restera alors un « phénomène technique » dont l'origne devra être déterminée, a-t-il ajouté. Les résidents de Cannetto croient à cette version. « Nous voulons l'ouverture d'une enquête pour éviter que la faute ne soit imputée à de fantomatiques pyromanes », affirme Nino Pezzino.

    ESPAGNE, Madrid.

    28 Janvier 2005.
    Des habitants de la banlieue nord-est de Madrid ont affirmé avoir aperçu, dans la nuit de jeudi à vendredi, la chute d'une « boule de feu » près de l'aéroport de la capitale espagnole, selon les services de sécurité. Des appels au service des urgences téléphoniques ont été enregistrés vers 22H30 (21H30 GMT) alertant sur l'apparition d'une boule de feu, paraissant être une météorite, qui a explosé et s'est désintégrée dans les environs de Torrejon de Ardoz.
    Un employé du métro de Madrid, José Antonio Lopez, qui regagnait son domicile, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale, a déclaré à l'agence EFE qu'il avait observé « une boule incandescente, énorme et très rouge, qui a dégagé une immense éclair et après quelques secondes, a disparu. C'était une masse de feu ronde qui est tombée à la verticale », a-t-il dit. 

    Pluies extraterrestres, le 25 juillet 2001

    (Agence Science-Presse) - Cinquante tonnes de particules biologiques extraterrestres ont-elles vraiment été dispersées dans la région de Kerala, dans le sud de l’Inde, lors de pluies de couleur rouge ? Plusieurs scientifiques s’interrogent sur les origines de ces incroyables précipitations et l’un d’eux soutient cette théorie étonnante, rapportait récemment le New Scientist à la Une.

    C’est le 25 juillet 2001 qu’une première pluie rouge tombe et colore les vêtements de la population de Kerala. L’averse est tellement rouge en certains endroits que les gens croient qu’il s’agit de sang. Les journaux locaux publient des témoignages qui intriguent un chercheur local, Godfrey Louis, physicien à l’Université Mahatma Gandhi.

    Louis recueille et analyse des échantillons des mystérieuses taches rouges. Il découvre qu’elles contiennent des particules semblables à des cellules biologiques, sauf qu’elles sont dépourvues d’ADN. Il n’en faut pas moins pour que le chercheur rejette toute probabilité d’origine terrestre.

    Qui plus est, selon Louis, les particules ne peuvent provenir d’une source terrestre, car les pluies rouges ont été concentrées sur Kerala pendant 2 mois malgré les changements de vents et de températures. De plus, il ne croit pas qu’il s’agisse de pollens ou des spores emportés par les pluies, car les averses auraient été rouges dès le début. Il pense plutôt que la coloration de l’eau serait liée à la vaporisation d’une météorite abritant des microbes extraterrestres... La météorite aurait traversé le ciel du nord au sud en pulvérisant ses microbes étrangers dans l’atmosphère.

    Le fer de lance de la théorie de la panspermie, Fred Hoyle, de l’Université Cardiff au Royaume-Uni, abonde dans le sens de Louis. Selon cette théorie, la Terre aurait été " ensemencée ", il y a environ 3,8 milliards d’années, par des comètes contenant des microbes. Mais d’autres scientifiques citent l’astronome et vulgarisateur d’exception Carl Sagan, décédé en 1996 : " les théories extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires ". En d’autres termes, l’explication extraterrestre serait pour le moins hâtive.

    Milton Wainwright, de l’Université de Sheffield en Angleterre, croit par exemple que les cellules rouges sont issues d’une interaction avec de la rouille, des pollens ou des algues. Wainwright est l’un de ceux qui ont démontré que le vent peut transporter des microbes, à partir du sol jusqu’à de hautes altitudes, sur de longues distances. De plus, selon lui, c’est le manque d’ADN, le vrai mystère des particules analysées par Godfrey Louis. S’il n’y en a vraiment pas, ces cellules sont des choses extraordinaires, d’autant plus qu’il est paradoxal de parler de vie sans ADN.

    Un autre scientifique du nom de Charles Corkell, chercheur à Open University, en Angleterre, défend l’idée que les particules analysées par Louis seraient des cellules sanguines, elles en ont les dimensions et la forme, pouvant provenir d’un essaim de chauve-souris percuté en vol par une météorite.

    Il n’en reste pas moins qu’il est difficile d’expliquer comment 50 tonnes de matériaux biologiques peuvent tomber sous forme de pluie. À ce propos, Godfrey Louis a depuis donné des échantillons à d’autres laboratoires pour permettre d’autres analyses visant à déterminer la véritable nature de ces mystérieuses pluies rouges.

    (source : touraine-insolite)

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    ALLEMAGNE, 23 Avril 2005.

    Une alerte au crapaud explosif a été donnée en Allemagne  
    Un millier de crapauds ont péri ces jours-ci en Allemagne d'une mort aussi affreuse que mystérieuse. Leur corps se met rapidement à gonfler jusqu'à l'explosion et leurs entrailles sont propulsées jusqu'à un mètre à la ronde.
    Ca ressemble «à un film de science-fiction», assure Werner Smolnik de l'Association de protection de la nature de Hambourg, scène du drame. «On a vu les bêtes ramper sur le sol, enfler et exploser», dit-il en précisant que leurs corps prennent jusqu'à trois fois et demie leur taille normale. «Je n'ai jamais vu ça», affirme le vétérinaire Otto Horst. L'hécatombe est telle que ce plan d'eau du quartier Altona de la ville a été surnommé «la mare de la mort».
    Son accès a été fermé. Un biologiste s'y rend chaque nuit entre deux et trois heures du matin, au moment où les explosions semblent être les plus fréquentes. Parmi les explications avancées figurent celles d'un virus inconnu, un champignon qui aurait infesté l'eau, ou de corbeaux à la Hitchcock qui attaqueraient les crapauds alors pris d'une panique incommensurable.

    Jeudi 28 avril 2005
    Crapauds explosifs en Allemagne, Les corbeaux désignés coupables…
    La mort de milliers de crapauds qui explosent après avoir gonflé dans la région de Hambourg (nord) est due à des attaques de corbeaux qui leur enlèvent le foie d'un coup de bec, ont indiqué jeudi des chercheurs cités par l'édition en ligne du magazine allemand Spiegel. Selon le vétérinaire allemand Frank Mutschmann, qui a étudié les restes des batraciens, des corbeaux percent le ventre des crapauds d'un coup de bec pour leur enlever le foie. «Le fait de gonfler est un processus de défense. Mais quand on leur enlève le foie et qu'ils ont un trou dans le ventre, les vaisseaux explosent, les poumons éclatent et les autres organes sortent», a analysé le vétérinaire.
    «Les corbeaux sont des animaux intelligents. Ils apprennent rapidement à savoir comment se rassasier de foie de crapaud», a expliqué le Dr. Mutschmann, ajoutant que le nombre important de victimes «n'a rien d'inhabituel». Selon le médecin, trois à cinq corbeaux suffisent à tuer une centaine d'amphibiens.
    Plus d'un millier de crapauds avaient péri en quelques jours sur le plan d'eau du quartier Altona de Hambourg, qui avait été surnommé «la mare de la mort».

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    (photo : canald)

    MOSCOU (Reuters) – Jeudi 19 mai 2005, 21h45  

    En Russie, au matin, le lac avait disparu
    Les habitants d'un village de Russie ont découvert jeudi matin, médusés, que leur lac avait disparu au cours de la nuit. La chaîne de télévision NTV a diffusé des images d'un vaste cratère boueux sous un soleil printanier, devant lequel se tenaient des pêcheurs éplorés du village de Bolotniko.
    « Si quelqu'un s'était trouvé dans cette catastrophe, il n'aurait eu à peu près aucune chance de survie. Les arbres ont basculé vers le bas, sous le sol », a dit à la télévision Dimitri Zaitsev, représentant du ministère des Situations d'urgence.
    Des responsables de la région de Nijegorodskaïa, située à l'est de Moscou le long de la Volga, ont jugé possible que le lac ait été aspiré dans un cours d'eau souterrain ou un réseau de grottes, mais certains villageois ont des explications plus sombres.
    « Je crois que l'Amérique a fini par nous atteindre », a confié une vieille femme assise devant sa maison. 

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    Le mystère du yacht fantôme australien

    lefigaro.fr (avec AFP). Publié le 20 avril 2007  

    Des recherches ont rapidement été lancées pour retrouver les membres de l'équipage, deux sexagénaires de 63 et 69 ans, et un troisième occupant de 56 ans.

    Où est donc passé l’équipage du Kaz II, ce catamaran de 12 mètre retrouvé sans âme qui vive et à la dérive sur les côtes du nord-est de l'Australie à bord ? Cette affaire de «yacht fantôme» s’annonce comme un vrai casse-tête pour les autorités australiennes. Il faut dire que le navire a été retrouvé avec une table dressée pour dîner, un ordinateur de bord en marche, des gilets de sauvetage à leur place, dans une atmosphère d’inquiétante normalité. Mais aucun signe de vie des trois membres d’équipage.
     
    «Tout semblait normal», a raconté le porte-parole des services d'urgence du Queensland, John Hall. «Le moteur tournait, les ordinateurs aussi, il y avait un ordinateur portable allumé sur la table. La radio marchait de même que le GPS et il y avait de la nourriture et des ustensiles de cuisine, mais aucune trace de l'équipage», a-t-il dit.

    Données du GPS en cours d’analyse

    Le bateau de plaisance, long de 12 mètres, a été repéré jeudi par un hélicoptère des douanes à environ 150 km de Townsville, près de la Grande Barrière de corail australienne.

    Des recherches ont rapidement été lancées pour retrouver les membres de l'équipage, deux sexagénaires de 63 et 69 ans, et un troisième occupant de 56 ans. Selon la police, l'une de ces trois personnes a acheté le navire à Airlie Beach, au sud de Townsville dans le but de regagner l'Australie occidentale en empruntant la côte est.

    Les données du GPS sont en cours d’analyse, afin d'établir l'itinéraire du yacht ces derniers jours et établir une zone de recherches pour les retrouver. Selon le chef de la police, perplexe, rien n'indique que le navire, en bon état, ait pu chavirer. «Pour le moment, c'est tout simplement un mystère». Pour autant, de premiers éléments indiquaient samedi que «la disparition des trois membres d'équipage n'est pas suspecte», selon le chef de la police locale, Roy Wall.

    Le "mystère du KAZ II" rappelle étrangement celui de la "Mary Céleste", un brick reliant New York à Gênes, en Italie, qui avait été retrouvé en décembre 1872, dérivant sans aucun de ses 10 membres d'équipage. On avait découvert à bord un petit déjeuner servi, et des tasses de thé encore chaud...

    Source : lefigaro 

    ITALIE, Mystérieuse série d'incendies dans un village (suite)

    12 Février 2004. (suite)
    Depuis plus de trois semaines, des incendies mystérieux se produisent dans un petit village italien, le village de Canneto en Sicile. Ces incendies se produisent généralement sur les appareils ménager des habitants du village, lesquels s'enflamment apparemment sans raison, alors que parfois les appareils électriques sont débranchés de la prise électrique. Un mystère qui n'est pas encore expliqué de façon scientifique.

    RECITS ET FAITS ETRANGES

    Des incendies dans un village imputées aux OVNIs

    Une série de feux bizarres dans un village furent imputés à des aliens testant des armes, croient les officiels du gouvernement Italien.Un rapport sur des feux inexpliqués de frigidaires, TVs et téléphones mobiles les attribue à des créatures venant d’ailleurs. Caronia était au centre des regards du monde entier, il y a trois ans car les habitants du village rapportaient que des appareils ménagers s’enflammaient et ce, tous les jours. Les nouvelles télévisées montraient à ce moment-là des appareils électriques, cuisinières, robes de mariage ou éléments de mobilier qui partaient en fumée. Des douzaines d’experts, y compris des scientifiques, ingénieurs électriques et personnels militaires, se rendirent dans ce village de Sicile à 60 miles à l’est de Palerme, pour enquêter sur le phénomène. L’hypothèse criminelle fut rapidement écartée et un scientifique stupéfait fut interviewé après avoir vu un câble électrique qui n’était pas relié au secteur prendre feu. Rapidement, les habitants en voulurent à des forces surnaturelles.

    À l’époque, le responsable de l’exorcisme au Vatican, le père Gabriele Amorth, a accepté cette possibilité en disant, "J’ai vu des choses comme cela avant. Des démons [peuvent] occuper une maison et se manifester au-travers des biens électriques. "N’oublions pas que Satan et ses partisans ont d’immenses pouvoirs." Aujourd’hui un rapport intérim sur ces faits étranges, réalisé par le département de la protection civil a, après une fuite, été publié par plusieurs journaux italiens. L’enquête a pris deux ans et a coûté autour d’un million de livres (£).Il conclue que la cause la plus probable est que "les aliens testent des armes secrètes".

    La déduction que les aliens étaient responsables des faits fut appuyée par les témoignages de nombreux habitants qui ont affirmé avoir vu des OVNIs dans le ciel aux moments des feux. Il est notamment question "d’objet discoïdal multicolore",Selon le rapport, les feux furent "provoqués par des émissions électromagnétiques à haute puissance qui n’étaient pas dûes à l’homme et qui atteignaient une force de 12 à 15 gigawatts". Le rapport contient aussi des détails d’un atterrissage possible d’OVNI près de Caronia car des "empreintes brûlées inexplicables furent découvertes dans un champ". Hier, Francesco Mantegna Venerando, le directeur de la protection civile de Sicile, a dit : "Ce n’est pas le rapport final. Nous travaillons encore sur nos conclusions mais celui-ci a été divulgé. "Nous ne disons pas que des petits hommes verts venant de Mars ont déclenché les feux mais nous disons que des forces non-naturelles capables de créer une grosse quantité d’énergie électromagnétique en sont responsables. "C’est juste une possibilité. Nous nous demandons aussi si les feux ne furent pas produits par des tests d’armes top secrètes ayant un pouvoir inconnu capable de produire une quantité énorme d’énergie."

    La nuit dernière, le maire Giuseppe Collura ne fut pas joignable pour faire des commentaires.

    Source: newsoftomorrow 

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"