• Inversion des pôles

    Mystères de la terre

    Inversion des pôles

     Le champ magnétique terrestre s'inverse durant des périodes allant de la dizaine de milliers à de nombreux millions d'années, avec un intervalle moyen de 250 000 ans environ. La dernière modification est peut-être survenue il y a 780 000 ans. Ce dernier changement a été nommé l'inversion Brunhes-Matuyama. Les inversions passées sont gardées en mémoire dans la polarité des roches magmatiques s'étant répandues de manière symétrique autour des rifts océaniques. En effet, ces rifts déversent de la lave à un taux relativement constant, ce qui donne de larges bandes sol océaniques dans lesquelles on peut lire la direction de ce champ. Au moins une fois durant l'histoire de la Terre, le champ magnétique a gardé une direction constante pendant 30 millions d'années.

    Théories

    Le mécanisme responsable de cette inversion géomagnétique n'est pas encore bien compris. Certains scientifiques ont produit des modèles du noyau de la Terre dans lequel le champ magnétique est quasi stable et pour lesquels la direction des pôles peut migrer spontanément d'une orientation à l'autre durant une période très courte de quelques centaines à quelques milliers d'années. 

    D'autres scientifiques proposent que la « géodynamo » s'arrête tout d'abord elle-même, soit spontanément ou suite à l'impact d'une comète, et qu'alors elle repart d'elle-même avec le pôle nord en haut ou en bas. Quand le nord réapparaît dans la direction opposée, on considère cela comme une inversion ; par contre, dans le cas où le champ magnétique s'arrête et que le nord retourne à sa direction d'origine, on le considère comme une « excursion géomagnétique ».

    Selon des travaux de paléomagnétisme récents, menés par une équipe de scientifiques français , ces excursions auraient une durée inférieure à 2 000 ans. Le pôle nord se déplace, traverse l'équateur (parfois arrive jusqu'en Antarctique), puis se dirige vers l'est avant de retourner au nord géographique selon une grande boucle décrite dans le sens des aiguilles d'une montre ; parfois, l'excursion a lieu en sens inverse, mais selon le même chemin. Dans tous les cas, ce mouvement est accompagné d'un affaiblissement sensible de la valeur du champ.

     Cette similarité de trajectoire conduit ces scientifiques à émettre l'hypothèse que le champ magnétique terrestre est constitué de deux champs élémentaires, celui de la graine, constituée de fer solide ε, et celui du noyau externe, constitué de fer liquide, où les courants de convection, responsables de l'effet dynamo, créeraient le champ magnétique, la graine constituant une sorte de « réservoir magnétique » accumulant ce champ externe.

    Lorsque, pour une raison inconnue (instabilité), le champ magnétique du noyau externe se modifie voire s'inverse, le champ magnétique de la graine peut suivre ou ne pas suivre ce mouvement, suivant son ampleur : si les deux champs basculent, on obtient une inversion totale ; si le champ de la graine résiste, il se crée un champ composite faible, dont la direction fluctue, et la situation instable finit par retourner à l'alignement des deux champs, c'est-à-dire que le champ du noyau interne revient à son orientation initiale.

    Vers une nouvelle inversion ?

    Variations du champ depuis la dernière inversion 

    Aujourd'hui, le champ géomagnétique total diminue. D'autres sources prévoient cette inversion vers les années 4000. Cette détérioration a commencé il y a approximativement 150 ans et s'est accélérée ces dernières années. Depuis, la force du champ magnétique terrestre a décru de 10 à 15 %. Cependant, personne n'est sûr que la diminution de ce champ continuera dans le futur. Comme jamais personne n'a observé ces inversions et comme le mécanisme de génération du champ magnétique n'est toujours pas bien compris, il est difficile de dire si les variations observées sont les signes d'une nouvelle inversion.

    (source : wikipedia)

     

    le retournement des pôles magnétiques terrestres est en cours
     
     Au printemps 1997, alors qu’ils étaient partis chasser dans l'extrême nord de la Sibérie, un groupe de nomades Dolgans - l'une des 26 ethnies du Grand Nord russe - découvrit une paire d’immenses défenses de mammouth jaillissant de la surface gelée du sol. Une expédition fut aussitôt organisée pour extraire le mastodonte de la glace et l’étudier. Les scientifiques envoyés sur place observèrent que le corps était dans un état de conservation presque parfait. Leur conclusion fut qu’il avait dû être brutalement pris dans les glaces et congelé il y a environ 20.000 ans. La congélation avait été si soudaine que l’estomac contenait encore des fleurs exotiques non digérées ! D’autres corps de mammouths furent par la suite découverts, présentant les mêmes caractéristiques.

    Une question se posa alors :
    comment un troupeau de mammouths en train de paître dans une Sibérie au climat suffisamment chaud pour bénéficier d’une flore que l’on n’observe plus aujourd’hui que dans les régions tropicales, avait-il pu se retrouver congelé en quelques secondes ? Une première explication fut avancée, consistant à envisager que les mammouths avaient toujours habité l'Arctique ; mais l’hypothèse fut vite abandonnée, car un environnement à ce point défavorable n’aurait pu fournir une végétation suffisante à l’alimentation de pachydermes aussi énormes. Par ailleurs, les végétaux retrouvés dans l’estomac du mammouth ne pouvaient en aucune manière provenir d’une région soumise à un climat polaire.

    La seconde hypothèse était basée sur la théorie dite de « la dérive des continents », mais cette éventualité s’avéra rapidement aussi improbable que la précédente, car elle aurait impliqué la possibilité d’une dérive de gigantesques masses continentales sur des milliers et des milliers de kilomètres en un laps de temps beaucoup trop court. La dérive des continents, imaginée par Alfred Wegener, prône en effet le morcellement progressif à la surface de la Terre d’un continent originel unique en cinq continents distincts - ceux que nous connaissons aujourd’hui - mais elle se définit en termes de millions (voire de milliards) d’années et non pas de milliers. Or, il y a des millions d’années, les mammouths n’étaient pas encore apparus sur notre planète !


    Une seule explication s’est finalement avérée être réellement convaincante : celle d’un brusque basculement de l’axe de la Terre. Les géophysiciens avaient en effet déjà observé que certains changements climatiques coïncidaient avec des modifications du champ magnétique terrestre. Et il est tout à fait possible que la brusque disparition d'espèces animales entières (comme celle des dinosaures ou des mammouths) ait été due à un brutal bouleversement du champ magnétique terrestre, aboutissant à un débalancement des pôles, c’est-à-dire à un fort déplacement, voire à une inversion des pôles magnétiques.

     

    NOTA : Le pôle nord magnétique de la Terre se situe actuellement à proximité de son pôle sud géographique et vice-versa. Le pôle nord géographique et le pôle sud magnétique sont en novembre 2004 séparés de quelques centaines de kilomètres. En effet, si le pôle nord géographique est un point qui ne bouge pas, le pôle sud magnétique se déplace lentement mais constamment dans la région alentour et il se situe en ce moment au nord du Canada. Il est d’ailleurs intéressant de savoir que nos boussoles, sensées indiquer le pôle nord, indiquent en réalité le pôle sud magnétique, si bien que lorsqu’un voyageur se trouve actuellement au pôle nord géographique et qu’il utilise une boussole, celle-ci lui indique la direction du Canada, qui correspond pour lui au sud géographique ! Le problème est que le pôle sud magnétique ne se contente pas de se déplacer aux alentours du pôle nord géographique ; il lui arrive de temps en temps de basculer, de migrer brutalement, ce déplacement pouvant atteindre un angle de 180° (ainsi que l’a démontré Peter Warlow dès 1978). Or, les scientifiques enregistrent depuis quelques années une rapide décroissance de l’intensité de notre champ magnétique (probablement liée à l’accélération de la résonance de Schumann et à la perte de densité progressive de notre planète), ce qui laisse présager un brusque mouvement de l’axe magnétique terrestre, aux conséquences physiques et climatologiques incommensurables.

    Tout porte à croire qu’un tel débalancement se soit déjà produit dans le passé à différentes reprises. Ainsi, les importants gisements de charbon de la Grande-Bretagne prouvent qu'à l'ère carbonifère, la région connaissait un climat tropical, avec de vastes étendues de fougères et de marécages. Ces modifications ne sont pas pour autant des phénomènes perdus dans la nuit des temps géologiques. Certaines analyses récentes révèlent en effet qu’il y a quelques milliers d’années, une grande partie de l'Amérique du Nord était probablement couverte de forêts tropicales humides. À l'inverse, les régions ouest de l'Australie et de l'Afrique du Sud étaient sous les glaces.

    Les chercheurs ont découvert, dans les cendres de feux de camp d'aborigènes australiens, des preuves irréfutables que les pôles nord et sud occupaient jadis des positions très différentes de celles d'aujourd'hui. Ces modifications magnétiques, et les bouleversements qu'elles auraient entraînés, dateraient de quelques dizaines de milliers d’années tout au plus ! L’inversion des pôles magnétiques est un phénomène qui semble se produire suivant un cycle de périodicité aléatoire, avec une fréquence (récurrence) variable et encore mal connue, qui pourrait aller de 700 ans à 30 000 ans !

    La crainte d’une nouvelle inversion des pôles est survenue en 2002 lorsque le géophysicien français Gauthier Hulot a découvert un fléchissement de plus de 10 % de l’activité magnétique près du pôle nord, après qu’une inversion des pôles magnétiques du Soleil ait déjà été enregistrée au cous de l’année 2001, ce qui peut, selon lui, laisser présager la venue rapide d’une nouvelle inversion de polarités sur la Terre elle-même.

    Ce processus est de toutes façons mécanique et inéluctable ; il provient des mouvements de rotation et de précession de la Terre sur sa structure interne qui est formée d’un noyau central et de plusieurs couches concentriques de natures physico-chimiques différentes abritant de vastes cavités, mais il résulte également de la réactivité de la fréquence de la Terre à sa ceinture ionosphérique (résonance de Schumann), qui s’intensifie au fur et à mesure du réchauffement climatique. Tous ces « trémoussements » de notre globe perturbent la régularité de la production naturelle des courants telluriques à l’origine du champ magnétique terrestre et sont à l’origine des changements de sa polarité successifs observés à travers les âges.

    Lorsque le phénomène se produira à nouveau, le champ magnétique de la Terre s'amenuisera puis disparaîtra le temps de l'inversion, peut-être durant quelques jours ou quelques semaines, pour se rétablir ensuite, mais inversé : le nord magnétique se retrouvera donc à proximité du nord géographique. L'absence de champ magnétique pendant les quelques semaines que durera le processus de débalancement, laissera alors toutes les particules et radiations cosmiques (en provenance notamment de la Ceinture de Photons) arroser la Terre car, au cours de cette période, elle ne disposera plus de la protection de sa propre ceinture magnétique : la ceinture dite de Van Allen.

    Ces inversions du champ magnétique terrestre sont bien connues grâce aux travaux de différents géophysiciens, mais elles restent d'analyse difficile, spécialement en ce qui concerne la durée d'annulation du champ. Cependant, quelle qu’en soit la durée, il apparaît déjà que les conséquences de ce prochain et inévitable débalancement des pôles seront colossales et qu’il affectera l’ensemble de la vie de notre planète et de ses habitants. 

    Conséquences physiques :

    Un débalancement ou une inversion soudaine des pôles magnétiques comparable à ceux qui entraînèrent jadis la disparition brutale des mammouths ou des dinosaures, devrait bientôt provoquer une série de séismes le long des lignes de faille tectoniques et générer de gigantesques raz-de-marée consécutifs à des bouleversements sub-océaniques. Des îles seront sans doute englouties, des régions côtières et des plaines disparaîtront sous les flots, tandis que des fonds marins surgiront des abysses. De nombreux pays connaîtront des inondations comparables au Déluge de la Bible. Des prédictions semblables ont déjà été faites, par Edgar Cayce notamment, et plus récemment par Ned Dougherty (Cf. notre page : Imminence d’un raz-de-marée sur la côte est des Etats-Unis), mais on ne les a pas prises au sérieux. Espérons que les responsables politiques des différents pays du monde - à commencer par ceux des États-Unis - acceptent enfin de prêter à ces avertissements toute l’attention qu’ils méritent et adoptent rapidement une stratégie planétaire unique et commune en matière de lutte contre l’effet de serre et la pollution énergétique ! Car, répétons-le : il est désormais scientifiquement établi que si rien n’est fait,un basculement axial de la Terre se produira au cours des prochaines années et qu’il générera inévitablement des tempêtes, des séismes, des ouragans et des raz-de-marée gigantesques. Aucune région du globe ne sera alors à l’abri !
    Olivier de Rouvroy

    L'auteur poursuit alors son propos sur son approche spirituelle de la situation

    Conséquences spirituelles :

    Mais si l’on y réfléchit bien, les cataclysmes présents et à venir issus du débalancement des pôles sont peut-être, non pas une fatalité, mais une aide providentielle envoyée par les Guides de l’humanité, en vue de nous aider à ascensionner, c’est-à-dire à accéder à un plan vibratoire plus élevé.

    S’il nous était aujourd’hui accordé la possibilité de visiter, par exemple, certaines régions de la Terre Creuse, nous ne pourrions pas soutenir la vibration des êtres qui y vivent plus de 1 ou 2 minutes ! De même, les systèmes évolutifs auxquels appartiennent certains êtres galactiques, que nous appelons parfois « Anges », demeurent inaccessibles à l’être humain aussi longtemps qu’il continue à subir le diktat de son « ego surdimensionné ». Or, le basculement des pôles magnétiques de notre planète peut justement être considéré comme une sorte de levier destiné à briser ce diktat et à élever vibratoirement l’humanité.

    Au commencement, ce que nous sommes sur le point de vivre ressemblera vraisemblablement un peu à l’engloutissement de l’Atlantide, même si la purification de la Terre se fera cette fois de manière différente. La Nature va probablement se déchaîner, mais comprenons que c’est aussi une aide.

    Les Anges nous aiment, mais ils n’apprécient pas beaucoup ce que nous sommes devenus ! Or, ce sont Eux qui contrôlent les forces de la Nature. Ils ont accepté que des êtres dénués d’Amour élaborent des « plans » pour tenter d’obtenir la maîtrise du monde. Ils ont accepté toutes les destructions qui vont découler de ces plans. « La Bête » ne veut pas mourir ! Elle est prête à tout pour survivre ; et il a été décidé que tous les moyens lui seraient accordés pour qu’elle puisse mener son ultime bataille pour la survie. Mais il a été décidé aussi que ces tentatives ne marcheront pas.

    Car ce Cycle est à présent terminé. Ou plutôt, dès la fin ce que Kryeon a appelé « l’hiver spirituel de l’humanité » (Cf. notre page : L’hiver spirituel), c’est-à-dire d’ici quelques années tout au plus, il prendra fin. Lors d’un contact télépathique, l’un de nos amis et correspondants a récemment vu la Main de Lumière du Grand Architecte balayer cette planète. Et cela a fait « pffft », si l’on peut dire. Mais il lui a également été montré que tout est organisé pour élever l’humanité vers le Nouveau Cycle.


    Tout a été minutieusement organisé par les Anges, les Archaznges, les Maîtres Ascensionnés et les Frères de l’Espace associés au « Projet Terra », pour que notre planète et notre humanité puissent rapidement ascensionner et s’élever dans la Lumière.
    Il n’est pas si facile « d’apprivoiser » la nature humaine et de l’élever. Mais l’heure est à présent venue, et il en sera finalement ainsi, quel qu’en soit le prix à payer…

    Dans son livre « Voie express vers le Paradis », Ned Dougherty répète que « selon la réponse donnée par l’humanité, les événements cataclysmiques à venir seront éventuellement modifiés, repoussés ou annulés par Dieu. » Puis il donne à tous et à chacun d’entre nous ce merveilleux conseil : « Comprendre et suivre le Plan Divin passe par la prière et la méditation; la prière pour invoquer Dieu, la méditation pour recevoir Son message et Son inspiration. »

    Olivier de Rouvroy, Novembre 2004

    Pôle magnétique en mouvement... ? 

    Les animaux meurent en masse à travers le monde! 

    Le phénomène avait déjà commencé en juillet 2010 pour se poursuivre par une hécatombe depuis la fin décembre 2010. 

    Ce qui prouverait que depuis le solstice d'hiver du 21 décembre 2010, les pôles magnétiques ont dû bouger rapidement, s'il ne s'agit que de la seule cause, bien évidemment ! 

    Comme des dizaines d’endroits à travers le globe, le Québec n’est pas été épargné par ce fléau!  Des oiseaux, des poissons, des crustacés, des dauphins, des tortues et des alligators meurent par milliers dans des circonstances pas toujours très claires! 

    Source : lepouvoirmondial. 

    AFP | 22.11.2008 | 15:12

    Cinquante-deux baleines pilotes sont décédées après s'être échouées en masse sur une plage de l'île de Tasmanie, a rapporté samedi la chaîne de télévision australienne ABC.

    Treize baleines échouéessur la plage d'Anthony près de Stanley sur l'île située au sud du continent australien étaient en revanche toujours vivantes et des équipes spécialisées aidées par des volontaires tentaient de les sauver, a indiqué ABC. 

    "Les gens les arrosent d'eau (...) pour éviter qu'elles ne se déshydratent", a déclaré un responsable local Chris Arthur, cité par la chaîne. 

    Les baleines pilotes appartiennent à la famille des dauphins mais, selon les experts, elles se comportent plus comme des baleines. 

    Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer pourquoi les baleines s'échouent en masse mais le phénomène reste sujet à débat entre scientifiques. 

    Sources : tempsreel.nouvelobs 

    Onze baleines pilotes ramenées à la mer en Tasmanie. 

    Les sauveteurs australiens se réjouissaient lundi en observant que 11 baleines pilotes avaient pu être sauvées à la suite d'un échouage massif qui avait coûté la vie à 53 de ces baleines le week-end dernier sur les côtes de la Tasmanie. Les 11 survivantes ont été tractées à 17 kilomètres des côtes vers des eaux plus profondes avant d'être relâchées en mer.

    Les baleines ont été équipées d'appareils de pistage, ce qui est considéré comme une première mondiale. Une image satellite a permis de localiser peu après ces survivantes à quelque 40 kilomètres des côtes. "Non seulement, elles ont survécu à cette épreuve et ont été remises à l'eau mais elles nagent désormais l'une avec l'autre", explique un responsable environnement à l'agence australienne AAP. "Pour la première fois en Australie, nous possédons maintenant des données qui nous permettent de savoir si ces baleines se portent bien", a-t-il ajouté. L'île de Tasmanie est la région d'Australie où s'échouent le plus de baleines.  

    Source :(belga/th) 7sur7.be/  et pourlanimal.forumpro  

    Dans mon article précédent, « Elles marchent... », j'évoquais la possibilité que la mort massive de carouges au dessus de Beebe en Arkansas avait été causée par l'onde de choc d'un fragment de bolide ou de comète. Bien que cette explication semble correspondre aux faits de ce cas spécifique, il est apparent que ces morts massives d'animaux sont actuellement un phénomène global ; et des explosions de comètes en altitude ne sont pas la cause des morts dans tous les cas. En outre, les animaux qui meurent sont de divers types. 

    Des vaches et des poulpes, même des criquets meurent en masse dans des régions disparates autour du globe. Bien que des maladies et des virus spécifiques aux animaux puissent être responsables dans certains cas, il y a nettement un processus plus important ici à l'œuvre que personne dans les grands médias n'a réellement saisi. 

    Peu après avoir écrit cet article, Kniall a mentionné dans son article, « Procession des damnés... », la possibilité que ces morts massives d'animaux soient causées par des changements magnétiques. Apparemment, il n'est pas le seul à avoir pensé à l'idée des changements magnétiques. Jeter un coup d'œil aux tendances Google pour l'expression « pole shift » (mouvement du pôle) au cours des 12 derniers mois (et plus loin) montre une graphique montant en flèche juste après le Nouvel An ! 

    Bien que le champ géomagnétique ne se soit pas encore décalé de manière significative, il semble que quelque chose a changé dans l'esprit du public envers une telle possibilité. En fait, ici à SOTT.net nous avons récemment publié une histoire, "Shift of Earth's Magnetic North Pole Impacts Tampa Airport" (Le mouvement du pôle nord magnétique de la Terre a une répercussion sur l'aéroport de Tampa » qui, selon notre webmestre et à notre grande surprise, a été l'article le plus populaire sur le site ce jour-là. L'article sur l'aéroport de Tampa déclare simplement que les autorités de l'aéroport de Tampa doivent repeindre une de leurs pistes parce qu'elle n'est plus alignée sur le vrai nord magnétique. Pas grand-chose, n'est-ce pas ? 

    Mais réfléchissez-y, si un minuscule décalage magnétique (probablement localisé) est suffisant pour induire une complication dans le voyagement des avions, je ne peux même pas imaginer le chaos qui s'ensuivrait lors d'une inversion magnétique totale. Comme nous le verrons plus loin, la perturbation des voyages par avion sera probablement le cadet de nos soucis. 

    ……… 

    La planète électrique 

    Bien qu'il y ait peu de connaissances sur la manière dont les changements de l'environnement magnétique de la Terre peuvent affecter les hommes et les animaux, nous pouvons probablement supposer que les changements peuvent être importants et peuvent même inclure des changements de conscience ou de cognition. Souvenez-vous, selon l'article de Kniall, ces zones d'anomalies magnétiques terrestres sont des lieux connus pour des observations d'OVNI et d'autres grandes étrangetés. C'est certainement un aspect à considérer lorsqu'on discute des changements possibles qu'un décalage du pôle peut apporter.

    On a aussi avancé comme une sérieuse hypothèse que les extinctions massives coïncident avec, ou sont causées par, des changements dans l'orientation magnétique de la Terre. Qu'un changement magnétique soit la cause directe ou juste un autre effet provenant d'une plus grande catastrophe est inconnu jusqu'à présent. Il semble qu'il y a une certaine corrélation entre les inversions magnétiques, les âges glaciaires, les baisses du niveau de la mer et probablement plusieurs autres données indicatrices d'une activité catastrophique (voir le graphique à droite). 

    Une théorie bien connue avance que, pendant ces inversions géomagnétiques, il y a une période où le champ magnétique terrestre est nul, et cela permet ensuite à de grandes quantités de radiation solaire et cosmique de frapper la surface de la Terre, la stérilisant de toute vie. Toutefois, bien que cela puisse expliquer les extinctions, cela n'expliquerait pas les changements du niveau de la mer, les âges glaciaires, les marques d'activité volcanique et même les marques de bombardement cométaire. Etant donné tous ces facteurs, il y a un besoin de séparer la cause de l'effet…..(…) 

    Le champ magnétique terrestre n'est pas une caractéristique fixe de la planète. Il s'étend à plusieurs rayons terrestres dans l'espace dans une configuration en couches et il est très sensible au temps de l'espace qui vient du Soleil. Au cours des tempêtes solaires intenses, comme la tempête récente décrite ci-dessus, ce champ entourant la Terre peut rétrécir à des niveaux dangereux, laissant l'impact de grandes quantités de radiation sur la surface terrestre. Selon un auteur scientifique qui décrivait ces éjections de masse coronale (EMC) :

    [L]e soleil peut aussi cracher des nuages de milliards de tonnes de plasma et leurs champs magnétiques associés. Voyageant à plus d'1,6 million de km/h, certaines de ces éjections de masse coronale [...] peuvent arriver sur la Terre en seulement quelques jours. 

    De beaucoup de manières, elles sont plus nocives que les éruptions solaires familières. Les EMC martèlent le champ magnétique terrestre comme une marteau large d'un million et demi de km et bouleversent les délicats équilibres des particules piégées dans les ceintures de radiation de Van Allen et ailleurs dans les limites du champs magnétique terrestre. [...] 

    Certains effets des tempêtes solaires étaient bien au-delà du niveau de nuisance, surtout aux hautes altitudes. En août 1972, un transformateur de 230 000 volts de l'Autorité Hydroélectrique de Colombie Britannique a explosé lorsque des changements de champs magnétiques ont induit un pic de courant. Le 13 mars 1989, une tempête a plongé Québec dans une panne de courant totale qui a touché des millions de personnes. 

    Au fil des années, ce type de pannes - qui suivent le cycle solaire - a provoqué des centaines de millions de dollars de dégâts…(…) 

    Non seulement le champ magnétique terrestre est important, mais nous avons aussi besoin d'une certaine radiation électromagnétique de basse fréquence. Cette radiation est causée par les éclairs qui établissent des ondes stationnaires entre la surface de la Terre et l'ionosphère. Le terme utilisé pour designer ce phénomène est appelé Résonance de Schumann. La fréquence de ces ondes dépend de la hauteur de la cavité entre le sol et l'ionosphère. Cette petite vidéo devrait suffire à expliquer pourquoi ces ondes sont importantes. 

    Beaucoup de personnes soupçonnent que l'installation HAARP à Fairbanks en Alaska peut aussi manipuler la hauteur de la cavité électrique entre le sol et l'ionosphère, créant ainsi des changements temporaires et localisés dans ces ondes. Bien que cela soit certainement remarquable, une tempête solaire ferait essentiellement la même chose, mais à une échelle bien plus grande. Comme attendu, il y a des rumeurs que HAARP, ou une technologie semblable, pourrait causer ces morts massives d'animaux. Toutefois, c'est improbable. 

    HAARP n'a pas autant de puissance qu'une EMC (souvenez-vous du « marteau ») et serait donc éclipsé par toute activité de cette sorte de la part du Soleil. Ce n'est pas pour dire que HAARP ne peut changer les états d'ondes cérébrales dans une région localisée - et cela pourrait être son but principal. Comme nous le verrons, le soleil et le flux de particules chargées qui frappent la Terre, est probablement la cause primordiale de tout changement terrestre ou de temps majeur qui se produit en ce moment. Autrement dit, nous devons commencer à regarder le ciel et l'espace au lieu de chercher une cause humaine. 

    Donc quand on en vient à ces morts massives d'animaux, nous revenons toujours à la question « Qu'est-ce qui a changé ? » Et ce changement a-t-il quelque chose à voir avec le champ magnétique terrestre comme tant de personnes l'ont spéculé.

     

    Réglons nos compas : Une nouvelle théorie de l'effet dynamo pour les planètes  

    Une partie du problème peut être la manière dont nous avons été formés par la science officielle à penser au champ magnétique terrestre. On nous a dit que ce champ prend son origine quelque part très profondément à l'intérieur de la Terre où du magma en déplacement forme des courants électriques qui, à leur tour, établissent un dipôle magnétique, transformant essentiellement la Terre en un gros électro-aimant. Ce champ est ensuite projeté loin dans l'espace influençant la trajectoire des particules chargées, etc. Bien que cette théorie puisse aider à maintenir l'emploi de certains géologues et astronomes, elle pose un tas de problèmes. Par exemple, elle n'explique pas directement la nature des champs magnétiques sur les planètes géantes gazeuses comme nous allons le voir.

    Prenez l'exemple du thème des lunes et des champs magnétiques des planètes. On a depuis longtemps reconnu que seules les planètes avec des lunes avaient des champs magnétiques substantiels. Cela peut maintenant être compris à partir de la base de l'électrodynamique du condensateur solaire. Les lunes se chargent électriquement comme le noyau cométaire. Les courants électriques reliant la planète associée sont les facteurs qui créent et maintiennent au moins une partie des champs magnétiques planétaires non-permanents. [McCanney, 2002, p18] 

    McCanney dit essentiellement qu'il y a un rapport entre les lunes, les champs magnétiques planétaires et le soleil qui a été négligé par la science officielle. Le fait que cela a été négligé n'est pas si difficile à imaginer après avoir lu tout son livre. Comme nous le pensons ici à SOTT.net, l'astronomie et la science officielles ont été corrompues par des groupes d'intérêt puissants qui n'ont pas à cœur les meilleurs intérêts de l'humanité. Leur plan est largement de nous maintenir ignorants des forces extraterrestres qui contrôlent les cycles sur Terre. 

    Revenons à ce que dit McCanney, un concept qui a besoin de plus d'explication est le « condensateur solaire ». Pour comprendre ce concept, nous devons d'abord comprendre ce qu'est un condensateur. Un condensateur est un système électrique qui a deux plaques conductrices (p.ex. du métal) séparées par un diélectrique (un matériau qui ne conduit pas l'électricité, comme du mica, du verre, un plastique solide ou même de l'air). Lorsqu'un grand nombre d'électrons s'accumulent sur une plaque, l'autre plaque perd un nombre semblable d'électrons pour trouver un équilibre. Cela montre que la charge (ou les électrons) est conservée dans tout circuit électrique.

    Pour appliquer ce concept au système solaire, pensez au soleil et à la limite du système solaire comme étant deux plaques chargées en opposition dans un condensateur. Au lieu de deux plaques métalliques planes, le système solaire forme un condensateur cylindrique ou sphérique. La surface du soleil a une charge négative et les gaz et poussières extérieurs qui entourent le système solaire ont une charge positive - comme les plaques d'un condensateur. 

    Comme tout condensateur réel, il n'est pas parfait ; la charge (ou les électrons) fuient toujours d'un côté à l'autre. Cela arrive naturellement avec le temps, mais il y a des situations dans l'espace qui poussent le condensateur solaire à se décharger à une plus grande vitesse. Les comètes (ou tout autre objet important dans l'espace), voyageant sur une orbite très excentrée, établit des chemins conducteurs pour la décharge du condensateur solaire. Lorsqu'une comète forme une queue, qui lui donne l'aspect traditionnel d'une comète mature, ce n'est pas de la glace et de la poussière qui sont éjectées, formant ainsi la queue, mais un plasma créé à partir de courants électriques qui passent à travers la comète depuis le soleil. 

    Ce qui est intéressant sur cette théorie est que les planètes peuvent aussi créer des chemins conducteurs pour la décharge du condensateur solaire. C'est pourquoi les alignements de planètes et même les alignements planète-comète peuvent être dignes d'intérêt. Une planète passant à travers une zone conductrice, créée par un alignement planétaire ou cométaire, recevrait un flux plus grand que le flux normal de courant électrique. Autrement dit, la planète est vidée. Selon McCanney, cela provoque de plus grandes probabilités de séismes, volcanisme et temps extrême - et nous avons vu notre part de tout cela récemment ! C'est probablement une indication de beaucoup d'activité qui se passe 'là dehors'. Il y a d'autres nuances dans ce concept de condensateur solaire, mais elles sont en dehors de la portée de cet article. Son livre explique très bien ce concept en termes ordinaires. 

    Une fois que nous voyons que les forces électriques jouent un rôle dans notre système solaire, nous pouvons l'appliquer à la Terre et son champ magnétique. En fait, le champ magnétique terrestre se trouve être bien plus complexe qu'un simple électro-aimant formé à partir de magma de fer en déplacement sous la croûte terrestre. McCanney décrit le champ magnétique terrestre comme étant composé de plusieurs couches. (…)

     

    Nourriture pour la Lune (et autres corps cométaires chargés)  

    Avant de conclure, je voudrais mentionner un texte classique du livre du Dr Ouspensky, Fragments d'un enseignement inconnu, où il cite l'enseignant mystique et spirituel George Ivanovich Gurdjieff dans un entretien donné à Moscou il y a presque un siècle. 

    Gurdjieff, comme le savent certains, était un homme qui possédait de grandes connaissances dans les questions ésotériques, bien que l'endroit où il a reçu cet enseignement soit incertain. Ceux qui ont pris le temps d'étudier Gurdjieff savent qu'il était précis dans ses descriptions de la psychologie et du développement psychologique. La psychologie et la neuroscience modernes commencent juste à saisir ce qu'il disait sur de nombreux aspects. 

    Gurdjieff a aussi fait beaucoup de remarques sur les sciences et la place de l'homme dans l'Univers. Une de ses remarques les plus énigmatiques tourne autour du rapport de l'Homme avec la Lune. Il déclarait brutalement que nous sommes « de la nourriture pour la Lune ». Beaucoup croient que cette expression contient une signification ésotérique profonde - et cela peut très bien être le cas - mais cela pourrait être une base scientifique évidente également. Gurdjieff a aussi fait d'autres commentaires intéressants sur la Lune qui correspondent étroitement avec ce que dit McCanney. En parlant des échanges d'énergie possibles entre la Terre et la Lune, Gurdjieff déclare : 

    Cette énergie est collectée et préservée dans un accumulateur immense situé à la surface de la Terre. Cet accumulateur est la vie organique sur Terre. La vie organique sur Terre nourrit la Lune. Tout ce qui vit sur la Terre, les gens, les animaux, les plantes, constituent de la nourriture pour la Lune. La Lune est un être vivant énorme qui se nourrit de tout ce qui vit et croît sur la Terre. La Lune ne peut exister sans la vie organique sur Terre, pas plus que la vie organique sur Terre ne pourrait exister sans la Lune. De surcroît, relativement à la vie organique, la Lune est un énorme électro-aimant. Si l'action de l'électro-aimant était arrêtée soudainement, la vie organique s'écroulerait.

    Ce qu'il dit a du sens si nous considérons que la Lune peut être nécessaire pour maintenir le grand champ magnétique terrestre qui protège l'Homme et toutes les autres créatures des radiations cosmiques. Comment la vie organique à la surface de la Terre survivrait-elle sans un tel environnement magnétique idéal ? Elle ne le pourrait pas - du moins pas à la surface. 

    Et si la théorie de McCanney est vraie, alors la Lune est une partie indispensable de l'environnement magnétique unique de la Terre. Gurdjieff mentionne aussi que la Lune est un immense « électro-aimant » en relation avec la vie sur Terre. Gardez à l'esprit que Gurdjieff a fait ce commentaire au début des années 1900 avant qu'il y ait connaissance des effets électriques dans le système solaire et les planètes. Gurdjieff était certainement en avance sur son temps, semble-t-il. 

    Revenons aux déplacements des pôles et aux changements terrestres. On a récemment observé que le Groenland a eu son premier lever de Soleil deux jours plus tôt cette année. C'est resté un mystère jusqu'à présent, mais cela n'a pas empêché les gens de relier cet événement aux morts massives d'animaux et aux errances des pôles magnétiques. 

    McCanney fait remarquer que la croûte terrestre ne contient pas de zones magnétiques permanentes alignées, en moyenne, en direction du nord. Si le champ magnétique terrestre change réellement à cause de forces externes, ces grands domaines magnétiques dans la croûte peuvent être les dernières choses à vivre le déplacement. Comme le champ externe changeant tire ces domaines dans une nouvelle direction, cela pourrait causer soulèvements, séismes, volcans et peut-être même une élévation du sol jusqu'à ce que la croûte devienne stable dans une nouvelle configuration. Si l'élévation du sol change, cela peut expliquer pourquoi le Groenland a vu le retour du Soleil un peu plus tôt cette année. Cela est plus logique que les explications du réchauffement global qui circulent en ce moment. 

    En revenant au point de départ sur ces carouges à Beebe en Arkansas, je maintiens mon hypothèse que leurs décès pourrait avoir été causé par l'explosion d'un bolide ou d'une comète en altitude. Il semble que la Terre n'était pas le seul objet céleste impacté durant cette période. Une sonde chinoise a pris récemment une vidéo d'un impact de météore sur la Lune. Plusieurs comètes plongeant sur le Soleil ont été observées juste avant cette période. Selon Karl Battams du Naval Research Lab à Washington D.C., sur une période de dix jours commençant le 3 décembre 2010, « la sonde SOHO (Solar and Heliospheric Observatory) a détecté 25 comètes qui plongeaient dans le Soleil. » Comme noté par Battams dans l'article original, c'est fortement inhabituel. 

    Selon Mc Canney, il devrait y avoir le passage d'une comète fortement chargée près de la Terre pour provoquer une inversion complète du champ magnétique terrestre. Peut-être avons-nous eu un avant-goût des choses à venir ? Et si une grande comète (de la taille d'une planète ou d'une lune) passait à ras de la Terre, vous pouvez être sûr qu'il y aurait plus que quelques morts massives d'animaux. Après coup, nous serions heureux de reconnaître la surface de la Terre - en supposant que quelqu'un soit toujours vivant.

     Lire l’article complet sur ce lien :

    Source : fr.sott.net/ 

    Pôle magnétique en mouvement... ?

     Les animaux meurent en masse à travers le monde! 

    Le phénomène avait déjà commencé en juillet 2010 pour se poursuivre par une hécatombe depuis la fin décembre 2010. 

    Ce qui prouverait que depuis le solstice d'hiver du 21 décembre 2010, les pôles magnétiques ont dû bouger rapidement, s'il ne s'agit que de la seule cause, bien évidemment ! 

    Comme des dizaines d’endroits à travers le globe, le Québec n’est pas été épargné par ce fléau!  Des oiseaux, des poissons, des crustacés, des dauphins, des tortues et des alligators meurent par milliers dans des circonstances pas toujours très claires! 

    Source : lepouvoirmondial. 

     

    AFP | 22.11.2008 | 15:12 

    Cinquante-deux baleines pilotes sont décédées après s'être échouées en masse sur une plage de l'île de Tasmanie, a rapporté samedi la chaîne de télévision australienne ABC.

    Treize baleines échouées sur la plage d'Anthony près de Stanley sur l'île située au sud du continent australien étaient en revanche toujours vivantes et des équipes spécialisées aidées par des volontaires tentaient de les sauver, a indiqué ABC.

     "Les gens les arrosent d'eau (...) pour éviter qu'elles ne se déshydratent", a déclaré un responsable local Chris Arthur, cité par la chaîne. 

    Les baleines pilotes appartiennent à la famille des dauphins mais, selon les experts, elles se comportent plus comme des baleines. 

    Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer pourquoi les baleines s'échouent en masse mais le phénomène reste sujet à débat entre scientifiques.

    Sources : tempsreel.nouvelobs.com 

     

    Onze baleines pilotes ramenées à la mer en Tasmanie. 

    Les sauveteurs australiens se réjouissaient lundi en observant que 11 baleines pilotes avaient pu être sauvées à la suite d'un échouage massif qui avait coûté la vie à 53 de ces baleines le week-end dernier sur les côtes de la Tasmanie. Les 11 survivantes ont été tractées à 17 kilomètres des côtes vers des eaux plus profondes avant d'être relâchées en mer.

    Les baleines ont été équipées d'appareils de pistage, ce qui est considéré comme une première mondiale. Une image satellite a permis de localiser peu après ces survivantes à quelque 40 kilomètres des côtes. "Non seulement, elles ont survécu à cette épreuve et ont été remises à l'eau mais elles nagent désormais l'une avec l'autre", explique un responsable environnement à l'agence australienne AAP. "Pour la première fois en Australie, nous possédons maintenant des données qui nous permettent de savoir si ces baleines se portent bien", a-t-il ajouté. L'île de Tasmanie est la région d'Australie où s'échouent le plus de baleines.  

    Source :(belga/th) 7sur7.be  et pourlanimal.forumpro.fr 

    *** 

    Dans mon article précédent, « Elles marchent... », j'évoquais la possibilité que la mort massive de carouges au dessus de Beebe en Arkansas avait été causée par l'onde de choc d'un fragment de bolide ou de comète. Bien que cette explication semble correspondre aux faits de ce cas spécifique, il est apparent que ces morts massives d'animaux sont actuellement un phénomène global ; et des explosions de comètes en altitude ne sont pas la cause des morts dans tous les cas. En outre, les animaux qui meurent sont de divers types. 

    Des vaches et des poulpes, même des criquets meurent en masse dans des régions disparates autour du globe. Bien que des maladies et des virus spécifiques aux animaux puissent être responsables dans certains cas, il y a nettement un processus plus important ici à l'œuvre que personne dans les grands médias n'a réellement saisi. 

    Peu après avoir écrit cet article, Kniall a mentionné dans son article, « Procession des damnés... », la possibilité que ces morts massives d'animaux soient causées par des changements magnétiques. Apparemment, il n'est pas le seul à avoir pensé à l'idée des changements magnétiques. Jeter un coup d'œil aux tendances Google pour l'expression « pole shift » (mouvement du pôle) au cours des 12 derniers mois (et plus loin) montre une graphique montant en flèche juste après le Nouvel An ! 

    Bien que le champ géomagnétique ne se soit pas encore décalé de manière significative, il semble que quelque chose a changé dans l'esprit du public envers une telle possibilité. En fait, ici à SOTT.net nous avons récemment publié une histoire, "Shift of Earth's Magnetic North Pole Impacts Tampa Airport" (Le mouvement du pôle nord magnétique de la Terre a une répercussion sur l'aéroport de Tampa » qui, selon notre webmestre et à notre grande surprise, a été l'article le plus populaire sur le site ce jour-là. L'article sur l'aéroport de Tampa déclare simplement que les autorités de l'aéroport de Tampa doivent repeindre une de leurs pistes parce qu'elle n'est plus alignée sur le vrai nord magnétique. Pas grand-chose, n'est-ce pas ? 

    Mais réfléchissez-y, si un minuscule décalage magnétique (probablement localisé) est suffisant pour induire une complication dans le voyagement des avions, je ne peux même pas imaginer le chaos qui s'ensuivrait lors d'une inversion magnétique totale. Comme nous le verrons plus loin, la perturbation des voyages par avion sera probablement le cadet de nos soucis. 

    ……… 

    La planète électrique  

    Bien qu'il y ait peu de connaissances sur la manière dont les changements de l'environnement magnétique de la Terre peuvent affecter les hommes et les animaux, nous pouvons probablement supposer que les changements peuvent être importants et peuvent même inclure des changements de conscience ou de cognition. Souvenez-vous, selon l'article de Kniall, ces zones d'anomalies magnétiques terrestres sont des lieux connus pour des observations d'OVNI et d'autres grandes étrangetés. C'est certainement un aspect à considérer lorsqu'on discute des changements possibles qu'un décalage du pôle peut apporter.

    On a aussi avancé comme une sérieuse hypothèse que les extinctions massives coïncident avec, ou sont causées par, des changements dans l'orientation magnétique de la Terre. Qu'un changement magnétique soit la cause directe ou juste un autre effet provenant d'une plus grande catastrophe est inconnu jusqu'à présent. Il semble qu'il y a une certaine corrélation entre les inversions magnétiques, les âges glaciaires, les baisses du niveau de la mer et probablement plusieurs autres données indicatrices d'une activité catastrophique (voir le graphique à droite). 

    Une théorie bien connue avance que, pendant ces inversions géomagnétiques, il y a une période où le champ magnétique terrestre est nul, et cela permet ensuite à de grandes quantités de radiation solaire et cosmique de frapper la surface de la Terre, la stérilisant de toute vie. Toutefois, bien que cela puisse expliquer les extinctions, cela n'expliquerait pas les changements du niveau de la mer, les âges glaciaires, les marques d'activité volcanique et même les marques de bombardement cométaire. Etant donné tous ces facteurs, il y a un besoin de séparer la cause de l'effet…..(…) 

    Le champ magnétique terrestre n'est pas une caractéristique fixe de la planète. Il s'étend à plusieurs rayons terrestres dans l'espace dans une configuration en couches et il est très sensible au temps de l'espace qui vient du Soleil. Au cours des tempêtes solaires intenses, comme la tempête récente décrite ci-dessus, ce champ entourant la Terre peut rétrécir à des niveaux dangereux, laissant l'impact de grandes quantités de radiation sur la surface terrestre. Selon un auteur scientifique qui décrivait ces éjections de masse coronale (EMC) :

    [L]e soleil peut aussi cracher des nuages de milliards de tonnes de plasma et leurs champs magnétiques associés. Voyageant à plus d'1,6 million de km/h, certaines de ces éjections de masse coronale [...] peuvent arriver sur la Terre en seulement quelques jours. 

    De beaucoup de manières, elles sont plus nocives que les éruptions solaires familières. Les EMC martèlent le champ magnétique terrestre comme une marteau large d'un million et demi de km et bouleversent les délicats équilibres des particules piégées dans les ceintures de radiation de Van Allen et ailleurs dans les limites du champs magnétique terrestre. [...] 

    Certains effets des tempêtes solaires étaient bien au-delà du niveau de nuisance, surtout aux hautes altitudes. En août 1972, un transformateur de 230 000 volts de l'Autorité Hydroélectrique de Colombie Britannique a explosé lorsque des changements de champs magnétiques ont induit un pic de courant. Le 13 mars 1989, une tempête a plongé Québec dans une panne de courant totale qui a touché des millions de personnes. 

    Au fil des années, ce type de pannes - qui suivent le cycle solaire - a provoqué des centaines de millions de dollars de dégâts…(…) 

    Non seulement le champ magnétique terrestre est important, mais nous avons aussi besoin d'une certaine radiation électromagnétique de basse fréquence. Cette radiation est causée par les éclairs qui établissent des ondes stationnaires entre la surface de la Terre et l'ionosphère. Le terme utilisé pour designer ce phénomène est appelé Résonance de Schumann. La fréquence de ces ondes dépend de la hauteur de la cavité entre le sol et l'ionosphère. Cette petite vidéo devrait suffire à expliquer pourquoi ces ondes sont importantes. 

    Beaucoup de personnes soupçonnent que l'installation HAARP à Fairbanks en Alaska peut aussi manipuler la hauteur de la cavité électrique entre le sol et l'ionosphère, créant ainsi des changements temporaires et localisés dans ces ondes. Bien que cela soit certainement remarquable, une tempête solaire ferait essentiellement la même chose, mais à une échelle bien plus grande. Comme attendu, il y a des rumeurs que HAARP, ou une technologie semblable, pourrait causer ces morts massives d'animaux. Toutefois, c'est improbable. 

    HAARP n'a pas autant de puissance qu'une EMC (souvenez-vous du « marteau ») et serait donc éclipsé par toute activité de cette sorte de la part du Soleil. Ce n'est pas pour dire que HAARP ne peut changer les états d'ondes cérébrales dans une région localisée - et cela pourrait être son but principal. Comme nous le verrons, le soleil et le flux de particules chargées qui frappent la Terre, est probablement la cause primordiale de tout changement terrestre ou de temps majeur qui se produit en ce moment. Autrement dit, nous devons commencer à regarder le ciel et l'espace au lieu de chercher une cause humaine. 

    Donc quand on en vient à ces morts massives d'animaux, nous revenons toujours à la question « Qu'est-ce qui a changé ? » Et ce changement a-t-il quelque chose à voir avec le champ magnétique terrestre comme tant de personnes l'ont spéculé.

     

    Réglons nos compas : Une nouvelle théorie de l'effet dynamo pour les planètes 

    Une partie du problème peut être la manière dont nous avons été formés par la science officielle à penser au champ magnétique terrestre. On nous a dit que ce champ prend son origine quelque part très profondément à l'intérieur de la Terre où du magma en déplacement forme des courants électriques qui, à leur tour, établissent un dipôle magnétique, transformant essentiellement la Terre en un gros électro-aimant. Ce champ est ensuite projeté loin dans l'espace influençant la trajectoire des particules chargées, etc. Bien que cette théorie puisse aider à maintenir l'emploi de certains géologues et astronomes, elle pose un tas de problèmes. Par exemple, elle n'explique pas directement la nature des champs magnétiques sur les planètes géantes gazeuses comme nous allons le voir.

    Prenez l'exemple du thème des lunes et des champs magnétiques des planètes. On a depuis longtemps reconnu que seules les planètes avec des lunes avaient des champs magnétiques substantiels. Cela peut maintenant être compris à partir de la base de l'électrodynamique du condensateur solaire. Les lunes se chargent électriquement comme le noyau cométaire. Les courants électriques reliant la planète associée sont les facteurs qui créent et maintiennent au moins une partie des champs magnétiques planétaires non-permanents. [McCanney, 2002, p18] 

    McCanney dit essentiellement qu'il y a un rapport entre les lunes, les champs magnétiques planétaires et le soleil qui a été négligé par la science officielle. Le fait que cela a été négligé n'est pas si difficile à imaginer après avoir lu tout son livre. Comme nous le pensons ici à SOTT.net, l'astronomie et la science officielles ont été corrompues par des groupes d'intérêt puissants qui n'ont pas à cœur les meilleurs intérêts de l'humanité. Leur plan est largement de nous maintenir ignorants des forces extraterrestres qui contrôlent les cycles sur Terre. 

    Revenons à ce que dit McCanney, un concept qui a besoin de plus d'explication est le « condensateur solaire ». Pour comprendre ce concept, nous devons d'abord comprendre ce qu'est un condensateur. Un condensateur est un système électrique qui a deux plaques conductrices (p.ex. du métal) séparées par un diélectrique (un matériau qui ne conduit pas l'électricité, comme du mica, du verre, un plastique solide ou même de l'air). Lorsqu'un grand nombre d'électrons s'accumulent sur une plaque, l'autre plaque perd un nombre semblable d'électrons pour trouver un équilibre. Cela montre que la charge (ou les électrons) est conservée dans tout circuit électrique.

    Pour appliquer ce concept au système solaire, pensez au soleil et à la limite du système solaire comme étant deux plaques chargées en opposition dans un condensateur. Au lieu de deux plaques métalliques planes, le système solaire forme un condensateur cylindrique ou sphérique. La surface du soleil a une charge négative et les gaz et poussières extérieurs qui entourent le système solaire ont une charge positive - comme les plaques d'un condensateur. 

    Comme tout condensateur réel, il n'est pas parfait ; la charge (ou les électrons) fuient toujours d'un côté à l'autre. Cela arrive naturellement avec le temps, mais il y a des situations dans l'espace qui poussent le condensateur solaire à se décharger à une plus grande vitesse. Les comètes (ou tout autre objet important dans l'espace), voyageant sur une orbite très excentrée, établit des chemins conducteurs pour la décharge du condensateur solaire. Lorsqu'une comète forme une queue, qui lui donne l'aspect traditionnel d'une comète mature, ce n'est pas de la glace et de la poussière qui sont éjectées, formant ainsi la queue, mais un plasma créé à partir de courants électriques qui passent à travers la comète depuis le soleil. 

    Ce qui est intéressant sur cette théorie est que les planètes peuvent aussi créer des chemins conducteurs pour la décharge du condensateur solaire. C'est pourquoi les alignements de planètes et même les alignements planète-comète peuvent être dignes d'intérêt. Une planète passant à travers une zone conductrice, créée par un alignement planétaire ou cométaire, recevrait un flux plus grand que le flux normal de courant électrique. Autrement dit, la planète est vidée. Selon McCanney, cela provoque de plus grandes probabilités de séismes, volcanisme et temps extrême - et nous avons vu notre part de tout cela récemment ! C'est probablement une indication de beaucoup d'activité qui se passe 'là dehors'. Il y a d'autres nuances dans ce concept de condensateur solaire, mais elles sont en dehors de la portée de cet article. Son livre explique très bien ce concept en termes ordinaires. 

    Une fois que nous voyons que les forces électriques jouent un rôle dans notre système solaire, nous pouvons l'appliquer à la Terre et son champ magnétique. En fait, le champ magnétique terrestre se trouve être bien plus complexe qu'un simple électro-aimant formé à partir de magma de fer en déplacement sous la croûte terrestre. McCanney décrit le champ magnétique terrestre comme étant composé de plusieurs couches. (…)

     

    Nourriture pour la Lune (et autres corps cométaires chargés)  

    Avant de conclure, je voudrais mentionner un texte classique du livre du Dr Ouspensky, Fragments d'un enseignement inconnu, où il cite l'enseignant mystique et spirituel George Ivanovich Gurdjieff dans un entretien donné à Moscou il y a presque un siècle.

    Gurdjieff, comme le savent certains, était un homme qui possédait de grandes connaissances dans les questions ésotériques, bien que l'endroit où il a reçu cet enseignement soit incertain. Ceux qui ont pris le temps d'étudier Gurdjieff savent qu'il était précis dans ses descriptions de la psychologie et du développement psychologique. La psychologie et la neuroscience modernes commencent juste à saisir ce qu'il disait sur de nombreux aspects. 

    Gurdjieff a aussi fait beaucoup de remarques sur les sciences et la place de l'homme dans l'Univers. Une de ses remarques les plus énigmatiques tourne autour du rapport de l'Homme avec la Lune. Il déclarait brutalement que nous sommes « de la nourriture pour la Lune ». Beaucoup croient que cette expression contient une signification ésotérique profonde - et cela peut très bien être le cas - mais cela pourrait être une base scientifique évidente également. Gurdjieff a aussi fait d'autres commentaires intéressants sur la Lune qui correspondent étroitement avec ce que dit McCanney. En parlant des échanges d'énergie possibles entre la Terre et la Lune, Gurdjieff déclare : 

    Cette énergie est collectée et préservée dans un accumulateur immense situé à la surface de la Terre. Cet accumulateur est la vie organique sur Terre. La vie organique sur Terre nourrit la Lune. Tout ce qui vit sur la Terre, les gens, les animaux, les plantes, constituent de la nourriture pour la Lune. La Lune est un être vivant énorme qui se nourrit de tout ce qui vit et croît sur la Terre. La Lune ne peut exister sans la vie organique sur Terre, pas plus que la vie organique sur Terre ne pourrait exister sans la Lune. De surcroît, relativement à la vie organique, la Lune est un énorme électro-aimant. Si l'action de l'électro-aimant était arrêtée soudainement, la vie organique s'écroulerait.

    Ce qu'il dit a du sens si nous considérons que la Lune peut être nécessaire pour maintenir le grand champ magnétique terrestre qui protège l'Homme et toutes les autres créatures des radiations cosmiques. Comment la vie organique à la surface de la Terre survivrait-elle sans un tel environnement magnétique idéal ? Elle ne le pourrait pas - du moins pas à la surface. 

    Et si la théorie de McCanney est vraie, alors la Lune est une partie indispensable de l'environnement magnétique unique de la Terre. Gurdjieff mentionne aussi que la Lune est un immense « électro-aimant » en relation avec la vie sur Terre. Gardez à l'esprit que Gurdjieff a fait ce commentaire au début des années 1900 avant qu'il y ait connaissance des effets électriques dans le système solaire et les planètes. Gurdjieff était certainement en avance sur son temps, semble-t-il. 

    Revenons aux déplacements des pôles et aux changements terrestres. On a récemment observé que le Groenland a eu son premier lever de Soleil deux jours plus tôt cette année. C'est resté un mystère jusqu'à présent, mais cela n'a pas empêché les gens de relier cet événement aux morts massives d'animaux et aux errances des pôles magnétiques. 

    McCanney fait remarquer que la croûte terrestre ne contient pas de zones magnétiques permanentes alignées, en moyenne, en direction du nord. Si le champ magnétique terrestre change réellement à cause de forces externes, ces grands domaines magnétiques dans la croûte peuvent être les dernières choses à vivre le déplacement. Comme le champ externe changeant tire ces domaines dans une nouvelle direction, cela pourrait causer soulèvements, séismes, volcans et peut-être même une élévation du sol jusqu'à ce que la croûte devienne stable dans une nouvelle configuration. Si l'élévation du sol change, cela peut expliquer pourquoi le Groenland a vu le retour du Soleil un peu plus tôt cette année. Cela est plus logique que les explications du réchauffement global qui circulent en ce moment. 

    En revenant au point de départ sur ces carouges à Beebe en Arkansas, je maintiens mon hypothèse que leurs décès pourrait avoir été causé par l'explosion d'un bolide ou d'une comète en altitude. Il semble que la Terre n'était pas le seul objet céleste impacté durant cette période. Une sonde chinoise a pris récemment une vidéo d'un impact de météore sur la Lune. Plusieurs comètes plongeant sur le Soleil ont été observées juste avant cette période. Selon Karl Battams du Naval Research Lab à Washington D.C., sur une période de dix jours commençant le 3 décembre 2010, « la sonde SOHO (Solar and Heliospheric Observatory) a détecté 25 comètes qui plongeaient dans le Soleil. » Comme noté par Battams dans l'article original, c'est fortement inhabituel. 

    Selon Mc Canney, il devrait y avoir le passage d'une comète fortement chargée près de la Terre pour provoquer une inversion complète du champ magnétique terrestre. Peut-être avons-nous eu un avant-goût des choses à venir ? Et si une grande comète (de la taille d'une planète ou d'une lune) passait à ras de la Terre, vous pouvez être sûr qu'il y aurait plus que quelques morts massives d'animaux. Après coup, nous serions heureux de reconnaître la surface de la Terre - en supposant que quelqu'un soit toujours vivant. 

    Lire l’article complet sur ce lien :

    Source : sott.net 

     VOIR AUSSI :

    Anomalies du champ magnétique  

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"