• L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    Mystère des ovnis

    L’HUMANOÏDE D'ATACAMA (Chili)

    (A voir dans le film "SIRIUS" de Steven Greer)

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

      Ce corps de six pouces a été trouvé dans le désert d'Atacama au Chil en 2003. L'analyse génétique a révélé qu'elle est  de matière organique définie avec une pléthore d'anomalies frappantes n'appartenant à aucune forme de vie sur Terre.

    Source : siriusdisclosure

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    LA DÉCOUVERTE PAR OSCAR MUNOS

    Le mystère de l'Humanoïde d'Atacama dévoilé

    De nombreuses théories sur les restes momifiés d'un être étrange appelé "l’humanoïde d’Atacama" se sont propagées depuis une dizaine d’années. La vérité sur la créature de 15 centimètres découverte au Chili a été dévoilée dans le nouveau documentaire "Sirius".

    Depuis la découverte des restes d'un petit être dans le désert d'Atacama du Chili il y a 10 ans, beaucoup de spéculations sur  les origines de la créature nommée "l’Humanoïde d'Atacama" ont circulé à travers le monde. Selon un journal local chilien, un homme appelé Oscar Munoz a trouvé le petit humanoïde le 19 octobre 2003. Il cherchait des objets de valeur historique dans la Noria, une ville fantôme du désert d'Atacama. 

    "Un squelette étrange"

    Oscar Munoz a creusé près d’une église abandonnée. C'est alors qu'il a trouvé un drap blanc qui dissimulait "un squelette étrange pas plus grand que 15 cm. C’était une créature avec des dents dures, une tête bombée avec un renflement étrange supplémentaire sur le dessus. Son corps était de couleur foncée. Contrairement aux humains, il y avait neuf côtes." 

    De nombreuses théories

    Le petit squelette comporte tous les clichés que l'on se fait d'un extraterrestre, en particulier une tête disproportionnée qui éclipse un tout petit corps. En une décennie, de nombreuses théories ont circulé. Certaines personnes ont pensé que les os étaient ceux d'un fœtus interrompu, d'autres ont imaginé que la créature surnommé Ata était en fait un singe, d'autres ont assuré qu'il s'agissait d'un extraterrestre qui avait atterri par accident sur la Terre. 

    Entre plusieurs mains

    En 10 ans, Ata est passé entre plusieurs mains, acquis pour la modique somme de 64$ la première fois, il appartient aujourd'hui à Ramon Navia, un Espagnol qui dirige l'Institute for Exobiological Investigation and Study, selon le site Stored-in.com. 

    Le documentaire Sirius

    Le nouveau documentaire "Sirius", produit par Steven Greer est consacré à l'étrange phénomène. Le corps a été examiné minutieusement par de nombreux médecins et les tests ADN effectués sur la créature prouvent qu'il était humain.

     Une mutation intéressante

    Dans "Sirius", un échantillon d'ADN de la moelle osseuse extraite du spécimen a été analysé par des scientifiques de l'Université de Médecine de Stanford. Ils ont conclu qu'il s'agissait de la mutation intéressante d'un homme masculin. (...) 

    Source : rtl.be 

    L'analyse du petit être d'Atacama

    Stanford University Research :

     L'Humanoïde d'Atacama est encore un mystère
    Steven M. Greer MD
    22 Avril 2013

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    Après six mois de recherche faites par des scientifiques de l'Université de Stanford (Calif.USA),  l'Humanoïde d'Atacama reste un profond mystère. Il a été découvert en 2003 dans la région du désert reculé d'Atacama  au Chili, mais je n'ai appris l'existence de cet échantillon qu'en 2009, quand nous avons été invité à examiner les restes de la momie de l'humanoïde à Barcelone, en Espagne. L'été 2012, Ramón Navia Osorio-Villar, président de l'Instituto de Investigaciones y estudios exobiologicos,  permit gracieusement à notre équipe de faire d'autres tests sur l'humanoïde. Nous sommes allés à Barcelone en Espagne à la fin de Septembre 2012 pour obtenir  des analyses détaillées au Rayons X CAT, et prélever des échantillons génétiques pour des tests à l'Université de Stanford.

    Dr. Garry Nolan, Rachford et Carlota A. Harris, professeur au Département de Microbiologie et immunologie de Stanford University School of Medicine, a dirigé l' équipe qui pratiqua cet examen. Il fut proposé de prendre des échantillons d'ADN et, en accord avec le Dr Ralph Lachman, également de l'Université de Stanford, de l'examiner aux Rayons X, et faire une tomodensitométrie afin d'évaluer  les anomalies du squelette. Le Dr. Lachman, qui est professeur et chercheur à l'Université de Stanford, auteur de «Radiologie des syndromes, des troubles métaboliques et des dysplasies squelettiques» est l'un des principaux experts dans le monde sur la dysplasie et les anomalies du squelette. Il a examiné les épreuves réalisées aux Rayons X, au CAT Scan et la tomodensitométrie, ainsi que les photographies de l'humanoïde.

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    Nous avons obtenu un excellent échantillon d' ADN en disséquant chirurgicalement les extrémités distales des deux côtes antérieures droits de l'humanoïde. Celles-ci contenait clairement de la moëlle osseuse, comme cela avait été révélé par la dissection au microscope utilisée dans cette procédure. La moelle osseuse, et les autres substances provenant du crâne ont été obtenues de manière stérile et chirurgicale, et placées directement dans des contenants également stériles fournis par le Dr Nolan. En suivant les procédures médico-légales, cette preuve a ensuite été remise en main propre par moi-même (S ; Greer) au Dr Nolan à Washington DC en Octobre 2012.

    LeDr Nolan a mis en place un protocole très détaillé qui était nécessaire pour examiner l'ADN ancien. C'est un domaine très spécialisé de la recherche, et des scientifiques de premier plan au niveau mondial ont consulté le Dr Nolan dans cette recherche. L' Humanoïde  d'Atacama mesure 13 centimètres de long, ou 6 pouces. Le corps est très desséché mais complètement intact. Le scanner montre clairement les organes thoraciques internes (poumons et ce qui semble être les restes d'un coeur).  Il n'y a absolument aucun doute que ce spécimen est un organisme réel et pas un canular. Ce fait a été confirmé par le Dr Nolan et M. Lachman à Stanford. Le spécimen a seulement 10 côtes, une structure qui n'a pas encore découverte chez l'humain, ainsi qu'un crâne très atypique.

     

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

      

    Il est à noter que la voûte crânienne est proportionnellement beaucoup plus grande que ce l'on trouve chez les humains normaux. Les os sont très bien développés et ne sont pas ceux d'un fœtus. De multiples anomalies squelettiques sont à noter sur tout le spécimen. Ajoutons qu'une dent à maturité et n'appartenant pas à un fœtus, apparaît dans la  mâchoire.

    Une fracture de l'humérus droit (bras) est constatée ainsi qu'une fracture concave du crâne côté droit postéro-latérale, qui est probablement la cause du décès.

    Surtout, Dr. Lachman a conclu que l'humanoïde n'a pas de difformité, d'anomalie génétique, de dysplasie squelettique ou toute autre anomalie connue de l'homme. Toutefois, la conclusion la plus étonnante à ce jour est que le Dr Lachman a conclu que l'humanoïde a vécu jusqu'à 6 ou 8 ans. Ceci fut confirmé par l'examen des plaques épiphysaires des genoux, en les comparant à celles d'humains normaux d'âges différents. Il a confirmé qu'il n'y a aucune forme connue de nanisme humain ayant cette constitution et ces particularités. Aucun être humain n'est capable de vivre pendant 6 ou 8 ans et de mesurer seulement 6 pouces de longueur...

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    Il est à noter également que le Dr Manchon, du Centre Manchon de radiologie de Barcelone, l'a également examiné aux rayons X et a conclu que le spécimen n'est absolument pas un foetus et a vécu un an ou plus, et même probablement plusieurs années. Auparavant, il y a eu des publications de faux rapports disant que l'humanoïde était un foetus. Ce n'est absolument pas le cas comme on peut le constater  par l'analyse  du Dr Lachman et l'examen du Dr Manchon. Une comparaison des fœtus aux Rayons X montre une remarquable différence entre  le développement du squelette d'un fœtus humain et la radio de l'humanoïde d'Atacama. L'expertise et l'extraction de l'ADN  a été faite par le Dr Nolan à l'Université de Stanford. L'ADN de très bonne qualité et en quantité  suffisante a été extrait et analysé avec succès. Seule une analyse préliminaire de l'ADN a été faite à ce jour, et le Dr Nolan note qu'il peut-être être nécessaire de poursuivre l'analyse manuelle complète pendant encore un an ou plus  pour avoir une confirmation totale. Le Dr Nolan note : «L'ADN est de très grande qualité, montrant peu ou pas de dégradation sérieuse." Dr Nolan note également que : « L'analyse des séquences d'ADN démontre de manière définitive que l'échantillon est un exemplaire d'une nouvelle race de primate ».

    Surtout, le Dr Nolan a constaté que : «Les résultats préliminaires ne montrent statistiquement aucune différence de modifications pertinentes dans les codes des gènes de protéines, qui sont couramment associés à des gènes connus s'apparentant au nanisme primordial ou à d'autres formes de nanisme. Par conséquent, s'il y a une base génétique pour les symptômes observés dans l'échantillon concernant une mutation occasionnelle(s), ils ne sont pas apparents à ce niveau de résolution ni à ce stade de l'analyse. " Il convient de noter que les Néandertaliens sont génétiquement identiques à l'homme à 99,5% , les chimpanzés et les singes le sont à 96-97%.

    À ce jour, le génotype ne semble pas correspondre au phénotype (d'après les données usuellement reconnue en génétique). La réponse à ce mystère va conduire à une analyse plus approfondie de l'ADN et à la confirmation des conclusions au travers des examens par les pairs.

    Le rapport du Dr Nolan conclut en affirmant que davantage de recherches sont nécessaires : «Ce rapport préliminaire montre comment les technologies biomédicales actuellement disponibles peuvent être facilement appliquées à l'analyse archéologique et anthropologique des spécimens humains atteints de troubles génétiques d'origine inconnue. Ce rapport n'est pas une conclusion sur la nature des mutations ou la cause sous-jacente de la maladie dans ce spécimen humain. »

     L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    Actuellement, les données présentent un ensemble de 15 lectures du génome et en tant que tel, cela n'est pas suffisant pour en tirer des conclusions définitives. Les recherches futures poussent à poursuivre leur étude afin d'établir une lecture de « WHS 50 » qui pourrait mener vers le séquençage ciblé de mutations causales hypothétiques. On a prévu une comparaison des variations de séquence observées comparativement aux données du génome ethnique mises au point récemment. 

    L'analyse complète de l'ADN, et les tentatives de lier la génétique et la morphologie, fera l'objet d'un article dans une revue scientifique connue et établie par des pairs.

    Les résultats seront vérifiés de façon indépendante avant publication.

    Cliniquement, étant donné que cet humanoïde a vécu il y a plusieurs décennies à plusieurs siècles (la date exacte reste inconnue, mais ce n'est pas un spécimen vivant récemment), il est difficile de comprendre comment un bébé ou un enfant de 6 pouces auraient vécu jusqu'à l'âge de 6-8 ans dans une  partie du monde si éloignée et peu développée. Même aujourd'hui, dans la meilleure Unité néonatale de soins intensifs (USIN), on ne serait guère en mesure de garder un tel spécimen vivant. En tant que médecin urgentiste, j'ai mis au monde des enfants prématurés ainsi qu'un enfant atteint d'une déformation significative d'anencéphalite, et je suis frappé par la fragilité et le petitesse  de cet humanoïde. Médicalement parlant, si ce n'est qu'un humain avec une déformation  il ne semble pas possible qu'il ait vécu jusqu'à 6 ou 8 ans. En tant que clinicien, je doute, ainsi que d'autres médecins avec qui j'en ai parlé, qu'il ait pu vivre plus de 6 heures, si l'on compare avec un foetus humain de cette taille.

    Compte tenu de la période où il a vécu et le lieu totalement dépourvu de technologies médicales modernes et d'installations, comment cet enfant aurait-il pu vivre ? Et avec qui ? Il y a certainement beaucoup plus de questions que de réponses à ce stade. Le mystère est encore aggravé par les rapports de Ramon Navia-Osorio Villar et ses associés qui se sont rendus dans la région concernée et ont obtenu des informations de la part des peuples autochtones, relatant des observations d'ovnis et de très petites créatures vivantes dont la description correspond parfaitement au type de cet humanoïde.  Il existe aussi des témoignages indiquant que d'autres humanoïdes intacts seraient stockés dans différents endroits. Mais ces rapports n'ont cependant pas été confirmés. Il est nécessaire de faire des recherches plus approfondies dans ce cas. Le travail sur l'ADN en est à son tout début, et nous devons emmener une expédition scientifique dans le désert d'Atacama  pour voir s'il y a d'autres exemples de cette humanoïde et voir également, s'il y a effectivement une activité au niveau OVNI / ET dans cette région, comme le rapportent les témoignages locaux. 

    Un foetus humain (à 4 mois) et le petit être d'Atacama (âge estimé : 6 à 8 ans)

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

     L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    HYPOTHÈSE ET RÉFLEXIONS

    Si la génétique continue de montrer un lien entre l'humain et cet humanoïde, quelle en est la signification ?

    Nous ne pouvons pas dire que l'Humanoid d'Atacama est un ET. Ni qu'il est une d'espèce connue, ou cliniquement concevable, d'homme qui aurait vécu à cet endroit. Alors, qui est-il ? Il reste un mystère, et peut-être, juste une porte nous incitant à la découverte de qui nous sommes réellement. Récemment, certains scientifiques  qui travaillent sur l'ADN et son analyse informatique ont formulé l'hypothèse que celui-ci aurait existé depuis plus de 10 milliards d'années, mais la terre est censée exister depuis moins de la moitié de cette période de temps. Peut-être que la vie est en effet universelle et le contact répand la vie d'un monde à l'autre …

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    J'ai discuté avec d'autres scientifiques la possibilité de l'augmentation épigénétique du génome humain. L'Humanoid d'Atacama serait-il un être hybride ? Sommes-nous tous des hybrides ?

    Y aurait-il eu des contacts avec d'autres civilisations extraterrestres sur une période de plusieurs millions d'années?

    Une source qui refuse d'être identifié m'a déclaré il y a plusieurs années qu'il avait vu un document de l'Agence nationale de sécurité dont la conclusion était qu'il y avait eu 64 augmentations épigénétiques du génome humain dans le passé, pour aboutir à l'homme moderne que nous sommes. Serait-ce possible?

    Un scientifique du Jet Propulsion Laboratory (JPL) m'a dit une fois que la raison pour laquelle les objets trouvés sur la planète Mars et à proximité des missions d'exploration comme les obélisques que l'astronaute Buzz Aldrin voulait que nous revenions examiner sur Mars montrerait un lien ancien entre les extraterrestres et les humains et que c'est pour cette raison que l'information est gardée classifiée et top secret. Quand j'ai demandé pourquoi, il dit : «Parce que les fondements de tout système de croyance orthodoxe fondamentaliste sur Terre seraient alors obsolètes". La science doit rechercher la vérité des choses. Il est nécessaire, de ce point de vue, d'avoir un esprit ouvert afin qu'ensemble, nous puissions découvrir la vérité sur ce qui nous est encore caché.   S. Greer

    Traduction  : Les Emanants

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    Source  en anglais : siriusdisclosure

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

      

    ALESHENKA : Une autre petite momie d'un être de petite taille en Russie, en 1996

    L'humanoïde d'Atacama (Chili) L'humanoïde d'Atacama (Chili)

     L'histoire d'ALESHENKA

    Découvrez l'histoire vraie d'une étrange créature momifiée d'apparence humanoïde trouvée en Russie en 1996. Une analyse faite à Moscou a révélé que son ADN ne correspondait à rien de connu sur Terre. Cependant, suite à la mystérieuse disparition du corps de la créature, cette affaire est depuis tombée dans l'oubli... Était-ce la preuve d'une présence extraterrestre sur notre planète ? Les gouvernements cachent-ils la vérité au public ? A vous de juger..

     Nous sommes le 13 août 1996 dans le petit village de Kaolinovy en Russie. Tamara Vasilievna Prosvirina vie tranquillement toute seule dans cette petite ville et va fréquemment au cimetière ramasser des fleurs sur les tombes afin d’égailler son logement. Elle était relativement pauvre et souffrait de désordre psychique. Ce jour là, le soir venu et après s’être rendu au cimetière elle alla se coucher, et là, elle eut une bien étrange sensation. Elle entendit une voix lui disant de retourner au cimetière. Cette voix semblait venir de sa propre boite crânienne… Elle se lève, se rhabille et retour avec une lampe de poche sur les lieus. Là il fait une rencontre bien étrange… Devant elle se dresse une toute petite créature d’environ 25 cm de haut, grise avec des sortes de taches noires, avec dans grands yeux ressemblant à ceux d’un chat. Elle n’a aucune oreille seulement de petit trou de chaque coté de la tête ni de système pileux. Elle a des petites dents, une petite langue rouge et des griffes. La créature ne semble pas non plus posséder d’organes génitaux.Tamara ramène ce petit être chez elle, et la nommera Aleshenka. Arriver chez elle, elle passe un certain temps à l’observer. La créature passe le plus clair de son temps immobile, elle est généralement couchée sur le lit. Tamara en parle autour d’elle et bientôt tout le village est au courant. La belle fille du propriétaire du logement, elle passe quelques minutes, puis Tamara lui dit qu’elle doit nourrir son enfant, elle va dans la chambre et là elle voit la créature…

    L'humanoïde d'Atacama (Chili)

    Plus tard la femme de son propriétaire verra aussi la créature, aucune des deux femmes ne préviendra les autorités pour elle, ce n’était qu’une sorte d’animal qui pouvait parfaitement rester chez Tamara.Les jours, semaines, mois passent et quelques temps plus tard, des voisins signalèrent à l’hôpital ce qui se passait, les médecin forcèrent Tamara à quitter son logement, même si celle-ci affirmait qu’elle devait s’occuper d’un enfant, personne ne l’écouta. Elle se retrouva enfermé dans l’hôpital. Vladimir Nurdinov qui se souvenait de la créature se décida d’aller voir ce qu’il y avait, là il découvrit cette pauvre entité morte comme momifier il ramena quand même le corps chez lui… La police arrêta Vladimir Nurdinov car il était suspecté de voler des câbles. En fouillant son appartement il découvrir le cadavre, et croyant qu’il s’agissait d’un enfant il l’emmenèrent afin de le faire autopsier.Les médecins considérèrent qu’il s’agissait sans doute du fœtus d’un enfant qui aurait subit une mutation, mais certain expert pense qu’il ne s’agit pas d’un humain. Certain pense à une entité extraterrestre… Les policiers décident d’emmener la créature chez des experts en ufologie à 200 km dans la ville de Kamensk-Uralsky, à la « Star Academy UFO-Contact in Zolotov Method ». La directrice, Galina Semenkova, prie la momie, elle l’aurait déplacé jusqu’à la ville où elle habite et là, elle aurait été suivi, d’après ses dire, par des ovnis, qui aurait immobilisé son véhicule et lui aurait demander le corps et leur aurait confier…

    En 1997 on trouva des annonces sur Internet disant que l’on vendait une momie d’extraterrestre venant de Russie…

    Plus tard des journalistes japonais ayant eut vent de l’affaire en 1999 allèrent voir Tamara qui était toujours à l’hôpital. Malheureusement quelques jours avant, le 5 août 1999 elle fut renverser par une voiture sur l’autoroute, elle était entièrement nue à l’exception de ses chaussettes…
    Pour la plupart des experts le corps ne semble être que celui d’un fœtus, on ne peut être sur de rien sachant que le cadavre à disparut. Actuellement nous ne sommes sûr de rien, peut être un jour auront nous une explication… Mais en attendant l’enquête reste ouverte…

    Source : dark-ride 

      

    VOIR AUSSI ces pages :

     SIRIUS le film du Projet Révélation

    Les petites momies du Pérou

    Extraordinaire Disclosure project 2001

    Des extra-terrestres de petite taille

    Les révélations du Sergent Clifford STONE

     

    Mystère des ovnis 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"