• L'Incident de Kecksburg, un crash d'ovni ?.

    Découvertes extraordinaires

    L'Incident de Kecksburg, un crash d'ovni ?

    Incident au cours duquel un objet mystérieux a traversé le ciel de plusieurs états américains avant de s'écraser près de Kecksburg, en Pennsylvanie.

    INCIDENT DE K

    L'incident de Kecksburg se déroula le 9 décembre 1965 en Pennsylvanie. Une intense boule de feu a été aperçue par plusieurs milliers de personnes dans au moins six États américains ainsi qu'en Ontario, au Canada. Elle est décrite par les médias comme un météore, d'autres personnes parlent de crash d'ovni suivi de la récupération de son épave par l'armée américaine.

    Chronologie des événements

    Le 9 décembre 1965, vers 16 h 30, plusieurs centaines de témoins répartis sur 3 états américains (Michigan, Ohio et Pennsylvanie) ainsi qu'au Canada aperçurent une boule de feu suivie d'une traînée de vapeur traverser le ciel sur un axe nord-ouest/sud-est. Plusieurs pilotes, en vol au moment des faits, aperçurent la boule de feu et parlèrent d'onde de choc ressentie lors du passage de l'objet. La traînée de vapeur persista plus de 20 minutes après le passage de l'objet (elle fut d'ailleurs filmée et photographiée par de nombreux témoins). À 16 h 45, deux enfants qui jouaient dans un bois à côté de la petite ville de Kecksburg (Pennsylvanie) virent un objet lumineux s'écraser au milieu de la forêt et mettre le feu aux arbres alentour. Immédiatement, ils rentrèrent au domicile familial, racontèrent l'histoire à leur mère qui prévint la police et les pompiers. Alors que les forces de police ainsi que les pompiers arrivaient juste sur le site, un escadron militaire de la base de Lockbourne (Ohio) se présenta sur les lieux, prit le contrôle de la zone et intima l'ordre à toutes les personnes présentes (pompiers, policiers ou civils) de partir immédiatement. Peu de temps après, le responsable du détachement militaire prévint les autorités locales qu'ils n'avaient rien trouvé sur le site et l'escadron repartit. On retrouva quelques débris métalliques à Lapeer (Michigan).



    Au début de 2002, John Podesta (ancien conseiller du président Bill Clinton) et Leslie Kean (journaliste indépendant) portèrent l'affaire en justice au nom de la Loi sur la Liberté de l'information afin d'obliger le gouvernement à publier les documents dont il disposait sur cette affaire. En décembre 2005, une décision de justice fut rendue et le porte-parole de la NASA annonça que « le gouvernement avait, en fait, récupéré à Kecksburg les restes d'un satellite russe mais que tous les documents d'époque avaient été égarés au début des années 90 ». Une deuxième action en justice est en cours afin d'en savoir plus sur la disparition des documents.

    INCIDENT DE K

    Reproduction de l'OVNI aperçu, faite originellement pour l'émission Unsolved Mysteries, placée près de la caserne des pompiers de Kecksburg.

    Cinquante ans après les faits, John Ventre et Owen Eichler, deux chercheurs du comté de Westmoreland (Pennsylvanie), ont suggéré l'hypothèse d'une opération militaire visant à la récupération d'un véhicule de rentrée potentiellement radioactif pour expliquer l'intervention et la sécurisation rapide des lieux du crash par l'armée1. Le véhicule en question, de type « General Electric Mark 2 », aurait servi au développement de la recherche spatiale et été maintenu secret jusqu'en 1991. Des témoins réfutent cette idée : pour eux, la capsule ne partage qu'une ressemblance lointaine avec l'objet vu, décrit comme sans trace d'un quelconque assemblage.

        

    Thèse officielle

        La thèse officielle, à l'époque des faits, fut celle de la chute d'une météorite qui se désintégra au moment de l'impact. La NASA affirme aujourd'hui qu'il s'agissait des restes d'un satellite russe.

        Les débris métalliques retrouvés à Lapeer s'avérèrent être des leurres radar en aluminium fréquemment utilisés par les chasseurs de l'US Air Force.

    Arguments ufologiques
    Différents rapports de la NASA confirment que le satellite russe Cosmos 96 a bien quitté son orbite le 9 décembre 1965 mais à 3h15 du matin (soit 13 heures avant les événements de Kecksburg) : une durée pareille serait incompatible avec un crash sur la région de Kecksburg à l'heure donnée par les différents témoignages. (source : wikipedia)

    Boule de feu ?

    Le 9 décembre 1965 à 16h43, des centaines de témoins aperçoivent une boule de feu traverser le ciel de l'Ontario et des états américains du Michigan, de l'Ohio, de Detroit et de Pennsylvanie.

    Photographie de la boule de feu prise par Lowell Wright au Lac Orchard (Michigan)
    Image : RR0.org

    Le phénomène est également observé à vingt-trois reprises par des pilotes, et les ondes de choc créées lors du passage de l'objet dans l'atmosphère sont détectées par un sismographe situé à 40 kilomètres au sud-ouest de Detroit.

    Selon l'explication officielle donnée par l'Air Force à l'époque des faits, il s'agissait d'une météorite de taille moyenne. Cette explication a toutefois été contestée : l'objet observé dans le ciel se serait selon plusieurs témoins écrasé dans les bois près du village de Kecksburg, en Pennsylvanie, où il aurait été récupéré par l'armée américaine. Selon ces témoins, l'objet aurait été d'apparence manufacturée.

    L'hypothèse voulant qu'il s'agisse d'un météore a également été remise en question récemment par la NASA?, selon laquelle l'objet retrouvé à Kecksburg était un satellite russe.

    Autre photographie de la boule de feu, prise à 16h45 par Richard Champine à trois kilomètres à l'est de Pontiac, dans le Michigan, à 300 km de Kecksburg

    L'objet de Kecksburg

    Vers 16h46, des habitants de la ville de Kecksburg, en Pennsylvanie, virent un objet tomber dans les bois voisins. Plusieurs d'entre eux suivirent le sillage de fumée jusqu'au lieu du crash et y découvrirent un objet étrange : visiblement brûlé, d'aspect métallique et de couleur orangée (parfois décrite comme cuivrée ou dorée), il mesurait entre trois et quatre mètres de long, était une forme de cône ou de gland et portait sur sa base une inscription comparée par un témoin à des hiéroglyphes égyptiens.

    L'objet semblait avoir touché la terre avec un angle de 30° environ, il avait creusé une tranchée dans le sol avant de s'immobiliser et les cimes de quelques arbres environnants avaient été arrachées lors de son passage.

    Vision d'artiste de l'objet de Kecksburg

    Des militaires du 662ème Escadron de Radar arrivèrent cependant rapidement sur les lieux et interdirent aux civils de s'en approcher. Ils inspectèrent et emportèrent l'objet, qui fut apparemment transporté par camion jusqu'à la base de l'armée de l'air de Lockbourne puis à celle de Wright-Patterson, où était basé le Projet Blue Book?.

    Par la suite, l'U.S. Air Force nia avoir récupéré un objet à Kecksburg ce soir-là et soutint que la boule de feu aperçue dans la région n'était qu'un simple météore.

    À l'heure actuelle, il n'existe toujours pas de certitude quant au lien entre la boule de feu et l'objet de Kecksburg : un article publié dans le Journal of the Royal Astronomical Society of Canada en 1967 a conclu que l'objet tombé à Kecksburg ne pouvait être la boule de feu observée dans le ciel un peu plus tôt, sur base de l'heure de la détection de cette dernière par un sismographe et des photographies qui en avaient été prises, et qu'elle s'était vraisemblablement écrasée près de Windsor, dans l'Ontario. L'exactitude de cette conclusion a cependant été contestée et il semble généralement admis dans la communauté ufologique que la boule de feu et l'objet de Kecksburg ne font bien qu'un.

    Une sculpture représentant l'objet tel que l'ont décrit les témoins, créée pour l'émission Unsolved Mysteries et actuellement exposée devant la caserne des pompiers de Kecksburg

    Dans le folklore ufologique, l'objet de Kecksburg est souvent considéré comme un vaisseau spatial extraterrestre, ce qui vaut parfois à l'incident de Kecksburg le surnom de « Roswell de Pennsylvanie? ».

    Satellite soviétique ?

    Une autre hypothèse veut que l'objet tombé à Kecksburg ait été un satellite soviétique, ce qui expliquerait l'intérêt de l'armée américaine à son égard. Le journaliste et historien James Oberg?, membre de la NASA? et du Committee for Skeptical Inquiry?, a suggéré en 1993 que l'objet de Kecksburg était en réalité le satellite soviétique Kosmos 96, retombé sur Terre ce jour-là et dont la forme ressemble à celle décrite par les témoins.

    L'un des satellites de la famille de Kosmos 96, qui portaient souvent sur leur base du texte en russe et dont la forme peut évoquer celle d'un gland

    En 1991, le U.S. Space Command a toutefois déclaré que le Kosmos 96 s'est écrasé sur le Canada environ treize heures avant l'apparition de la boule de feu généralement associée à l'objet de Kecksburg et qu'il est impossible, étant donnée les informations disponibles sur la trajectoire du satellite, qu'il soit tombé à Kecksburg treize heures plus tard. Cette conclusion a été confirmée en 2003 par Nicholas L. Johnson, responsable du programme des débris orbitaux de la NASA?.

    En décembre 2005, peu avant le 40ème anniversaire de l'incident, la NASA? a pourtant annoncé que l'objet de Kecksburg avait été examiné par l'organisation peu après l'incident et qu'il s'agissait de débris provenant d'un satellite russe. Elle a toutefois signalé que les documents d'époque concernant cette étude ont été perdus.

    Photographie de l'atterrisseur de la sonde soviétique Venera-10, qui présente sur la base du texte en cyrillique

    Le porte-parole de la NASA, Dave Steitz, a déclaré au sujet de la disparition de ces documents :

    La NASA ne cherche pas à cacher quoi que ce soit. L'objet semblait être un satellite russe qui est ré-entré dans l'atmosphère et s'est disloqué. Des experts de la NASA ont étudié des fragments de l'objet, mais leurs rapports à ce sujet ont été perdus dans les années 1990.
     
    En règle générale, nous ne nous intéressons pas aux OVNI. Ce que nous pouvions faire et que nous avons apparemment fait en tant qu'experts en engins spatiaux dans les années 1960, est que nous avons jeté un oeil à ce que c'était et donné notre opinion d'experts. Nous avons fait ça, nous avons classé l'affaire et ça s'est terminé comme ça. Malheureusement, les documents qui corroborent ces conclusions ont été égarés.

    Leslie Kean, journaliste et directrice de la Coalition for Freedom of Information a entrepris en 2005 des démarches juridiques visant à contraindre la NASA à chercher ces documents. Bien que le tribunal lui ait donné raison en 2007 et ait forcé la NASA à rechercher et rendre publiques ces documents, ceux-ci n'ont selon l'organisation pas pu être retrouvés : d'après Kean, ils auraient été perdus, détruits, délibérément cachés ou empruntés par un employé qui ne les aurait pas rendus.

    Leslie Kean en compagnie de Stan Gordon, ufologue qui s'est également intéressé à l'incident de Kecksburg

    Pour Kean, ces recherches n'ont toutefois pas été inutiles puisqu'elles ont permis de mettre en évidence l'implication de la NASA dans l'étude de débris venant de l'espace et de plusieurs autres boules de feu observées vers la même époque (au sujet desquels la NASA avait envoyé des communiqués aux agences de presse). (source : paranormal-encyclopedie)

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"