• La créature de Sumatra

    Surnaturel et fantastique

    La créature de Sumatra

    (traduction : les émanants)

    Dans les forêts de Sumatra (du moins ce qu'il reste des forêts de Sumatra suite aux déforestations intensives), il existerait une créature, mi-singe, mi-homme, qui d'après de nombreux témoignages, trouble la région par ses apparitions. Des études très sérieuses ont été entreprises, jusqu'à présent, seul, un poil dont l'ADN reste énigmatique,  serait une preuve de son existence.

    LA CREATURE DE SUMATRA

    Dans une interview Avril 2003, le témoignage de Debbie Martyr (écrivain anglais): une enquête de Richard Freedman

    Je l'ai vu à la mi-Septembre, et Je suis restée ici quatre mois. À cette époque, j'étais à 90 pour cent, certaine qu'il y avait quelque chose ici, qu'il n'y avait pas que des histoires traditionnelles. Je pensais que ce serait un orang-outan et qu'il se serait déplacer comme un orang-outan, pas tout à fait  d'une manière bipède, comme un homme. J' avais ma propre idée sur à quoi l'animal pourrait ressembler, si je le voyais, je devais me baser sur la couleur qui ne correspondrait pas à ce que je pensais forcément. Lorsque je l'ai vu, j'ai vu un animal qui ne ressemblait pas à quoi que ce soit dans l'un des livres que j'avais déjà lu, des films, que j'avais vu, ou des animaux que je connaissais en visitant les zoos. Il a en effet marché plutôt comme une personne - et ce fut un choc .... je l'ai vu à nouveau environ trois semaines plus tard. Encore une fois, il était sur ​​le mont Tuju et, encore une fois, j'avais bien une caméra dans ma main mais je restais figée, parce que je ne croyais pas ce que je voyais. La créature restait sur la piste parce qu'elle nous avait entendu venir. Tout ce que je pouvais voir, c'est qu'il y avait  quelque chose  d'étrange au milieu de la vallée. Je regardais à travers une paire de jumelles. Quelque chose n'avait pas  tout à fait sa place dans ce paysage. Au moment où je me suis précipitée où se trouvait l'animal, il avait disparu. Ce sont les seules fois où je pouvais faire une photo de lui. Je l'ai vu depuis, mais fugitivement. Une fois que vous avez vu un animal, vous pouvez le reconnaître plus facilement. 

    D'autres témoignages...

    -1 Je vis qu'il avait les cheveux courts, coupés courts. Je pensais, et  réalisais soudain que son cou était étrangement coriace et très sale. "Ce gars a un cou très sale et plissé !" Je me suis dit. Son corps était grand comme un homme de taille moyenne et il avait des épaules carrées, larges, pas en pente du tout ... Il a clairement remarqué ma présence. Il n'a pas tellement  tourné la tête, mais s"est mis sur ses pieds:. Il semblait tout à fait aussi grand que moi, environ 5 '9 "(environ 1,75 m). Puis, je vis que ce n'était pas un homme ,,, ce n'était pas un orang-outan, non plus ... et j'ai commencé à reculer, car je n'étais pas armé. J'avais vu un de ces grands singes quelque temps auparavant. Mais cette créature était plus grande, un peu comme un siamang monstrueux (gibbon), mais un siamang a les cheveux longs, et il ne faisait aucun doute qu'il avait les cheveux courts. La couleur était brune, mais ressemblait à de la terre noire, une sorte de poussière noire, plus gris que noir. La créature a fait quelques pas, sans la moindre hâte, puis, avec son bras ridiculement long, il saisit un jeune arbre, qui menaçait de se briser sous son poids, et tranquillement sauta dans cet arbre, se balançant en faisant de grands bonds alternativement à droite et à gauche ...

    2- Je découvris une créature sombre et velue sur une branche ... Le sedapa (la créature) était très poilu sur le devant de son corps, la couleur un peu plus claire devant par rapport au dos. Les cheveux étaient de couleur très sombre sur sa tête et tombaient juste au-dessous des omoplates ou même presque jusqu'à la taille ... Si elle avait été debout, ses bras auraient atteint presque le dessus de ses genoux, Ils étaient donc très longs, mais ses jambes me semblaient assez courtes. Je ne voyais pas ses pieds, mais j'ai pu apercevoir quelques orteils qui étaient formés d'une manière tout à fait normale ... Il n'y avait rien de repoussant ou laid autour de son visage, ni du tout simiesque. (témoignage en 1923)

    3 - Le sedapa était aussi poilu sur le devant de son corps que derrière, la couleur devant était un peu plus claire que sur le dos. Les cheveux très sombre sur sa tête tombant juste au-dessous des omoplates ou même presque jusqu'à la taille. Ils étaient assez épais et très hirsutes. La partie inférieure de son visage semblait fine à peu près comme celui d'un homme, le visage brun était presque glabre, tandis que son front semblait être plus haut  que bas. Ses sourcils étaient de la même couleur que ses cheveux et étaient très touffus. Les yeux étaient franchement vivants, ils étaient de la couleur la plus foncée, très animés, et comme des yeux humains. Le nez était large, avec de grandes narines ... Ses lèvres étaient tout à fait ordinaires, mais la largeur de sa bouche était étonnamment large lorsqu'il l'ouvrait ... La couleur des dents était blanc jaunâtre. Son menton était quelque peu en recul ... Ses mains étaient légèrement poilues sur le dos ... Ce spécimen était de sexe féminin ... Quand je levai mon fusil ... j'ai entendu un "u-hu," plaintif qui était répété par des échos similaires dans la forêt voisine.

     L'Oreng Pendek

    Photobucket

    L’orang pendek (« petit homme » en malais) est un cryptide anthropomorphe signalé dans la région du lac des Gunung Tujuh, dans l'ouest de la province de Jambi, dans l'île de Sumatra en Indonésie.

    Les Indonésiens le jugent inoffensif et le respectent.

    En 1923, le Néerlandais Van Herwaarden a raconté sa rencontre avec un orang-pendek. Il le décrit comme un bipède d'un peu plus d'un mètre (de un mètre à un mètre cinquante), avec une peau rose tirant sur le brun et couverte d'une fourrure rase sombre, et coiffé d'une longue crinière de poils tombant sur son dos. Le Néerlandais, armé d'un fusil, fut incapable de tirer tant la créature semblait humaine : « J'ai eu l'impression que j'allais commettre un meurtre ».

    Durant ces dernières années, la créature s'est fait connaître, grâce aux travaux de Deborah Martyr, écrivain anglaise, ayant rencontré l'animal à quatre reprises et réalisé des moulages d'empreintes avec son équipe.

    Photobucket

    Les sceptiques pensent qu'il ne s'agit que d'un orang-outan ou d'un gibbon.

    Le "hobbit" de Sumatra est moins célèbre que son cousin Nord-Américain Bigfoot ou son équivalent Himalayen, le yéti.

    Mais, existe-t-il existe réellement un singe inconnu de l’homme qui nous ressemble et qui marche debout ? Certains scientifiques pensent que cela n’est pas impossible et qu’il pourrait vivre au cœur des vastes forêts vierges de Sumatra en Indonésie.

    Depuis des siècles, les gens d’ici racontent d’étranges histoires sur un insaisissable bipède à poil qu’ils appellent Orang Pendek, le petit homme de la forêt. Alors, aujourd’hui les occidentaux mènent l’enquête.

    On a récemment découvert qu’un petit homme préhistorique, surnommé depuis le hobbit, avait vécu autrefois sur une île voisine. La nouvelle a aussitôt donné lieu aux spéculations les plus folles.

    Et si l’espèce ne s’était pas éteinte ?

    Cette jungle impénétrable pourrait-elle encore abriter un peuple minuscule ou un singe inconnu ?

    Nous allons donc étudier des empreintes ainsi que des échantillons de poils en compagnie des biologistes et des explorateurs partis en quête du mystérieux homme singe de Sumatra.

    L’histoire du Orang Pendek, hobbit de Sumatra

    LA CREATURE DE SUMATRA

    (Artist’s impression of an orang pendek. Photograph: Ant Wallis/Centre for Fortean Zoology)

    L’île de Sumatra, située au cœur de l’Asie du Sud-Est est en partie recouverte de forêts pluviales inexplorées. Cet enchevêtrement végétal abrite certains des plus proches cousins de l’homme, des primates que la science connait bien.

    Mais depuis des siècles, les Sumatranais évoquent une créature d’un autre genre. Ici on l’appelle l’Orang Pendek, le petit homme de la forêt. Cet être d’un mètre de haut, velu et plutôt doux, possède des trais extraordinairement humains qui pétrifient les chasseurs. Il a aussi l’esprit vif ainsi que le pied léger.

    Aujourd’hui, certains affirment avoir découvert ses empreintes dans la forêt et des touffes de ses poils accrochées dans les branchages, on le surnomme parfois Little Foot. Pourtant au-delà des légendes et des nombreux témoignages, personne n’a encore apporté un corps ou prie une photo pour prouver son existence. Mais il va bientôt peut être en être autrement. (source : documystere)

     L'animal a été vu prétendument et documenté pendant au moins une centaine d'années par les tribus de la forêt, les villageois locaux, colons hollandais et occidentauxscientifiques et les voyageurs. Consensus parmi les témoins est que l'animal est un terre-logement bipède primate qui est couvert dans la fourrure courte et se situe entre 80 et 150 cm (30 et 60 po) de hauteur.

    Orang Pendek  "personne de petite taille" (en indonésien) est le surnom le plus commun donné à ce cryptide (Un cryptide est une créature ou un animal particulier dont l'existence est supposée, selon des témoignages divers, mais qui n'est pas confirmée.

     

    Les agriculteurs près de leurs terres nouvellement défrichées

    Dès lors l'Orang Pendek ou animaux analogues ont historiquement été signalés tout au long de Sumatra et de l'Asie du Sud, les observations récentes ont eu lieu en grande partie dans le Kerinci Regency du centre de Sumatra et surtout aux frontières de Taman Nasional Kerinci Seblat (Parc national de Kerinci Seblat). Le parc, 2 ° au sud de l'équateur, est situé dans le Bukit Barisan,une gamme de montagnes et dispose d'une partie de la forêt tropicale la plus éloignée primaire dans le monde. Les types d'habitat dans le parc comprennent la forêt humide, des plaines avec des plantes à diptérocarpacées, des forêts de montagne, et des formations alpines volcaniques sur le Mt. Kerinci, le deuxième plus haut sommet en Indonésie. En raison de son inaccessibilité, le parc a été largement épargnée des exploitations forestières se produisant tout au long de Sumatra et fournit l'une des dernières maisons pour l'habitat du dangereux tigre de Sumatra.

    animal ou homme ?

    L'Orang Pendek n'a pas encore été pleinement reconnu par les autorités locales comme étant une créature réelle. Cependant, beaucoup de témoins rapportent certaines caractéristiques constamment, donc un portrait probable de l'animal peut être envisageable.

    Attributs

    Bipède 

    fourrure grise à brun

    80 à 150 cm de hauteur 

    gros orteil divergent (c. séparés des autres orteils d'un pouce est des autres doigts)

    largement herbivores

    Autres rapports

    possède une fourrure brun noirâtre, brun-rouge, brun doré jaune, ou orange

    court sur ​​pattes, avec de longs bras puissants

    vu dans les arbres 

    pieds inversés

    De Debbie Martyr

    Debbie Martyr - un éminent chercheur de l'Orang Pendek qui a travaillé dans la région pendant plus de 15 ans, a interrogé des centaines de témoins, et affirme avoir vu l'animal personnellement à plusieurs reprises elle en donne la description suivante:

    ... généralement pas plus haut de 85 ou 90 cm de hauteur - bien que parfois aussi grande que 1,20. Le corps est recouvert d'une couche de gris foncé ou noir moucheté avec des cheveux gris. Mais c'est son imposante puissance physique qui impressionne le plus les villageois Kerinci. Ils en parlent dans la crainte, de ses larges épaules, son énorme poitrine et l'abdomen supérieur et ses bras puissants. L'animal est très fort, les villageois racontent qu'il peut déraciner des petits arbres et même briser des cèps de vignes. Les jambes, en comparaison, sont  court es et minces, les pieds propres et de petite taille, généralement ouvert d' un angle pouvant aller jusqu'à 45 degrés. de la tête part une crête bien définie - similaire au gorille - et il semble y avoir une crête osseuse au-dessus des yeux. Mais la bouche est petite et soignée, les yeux sont bien écartés et le nez est nettement humanoïde. Lorsque effrayé, l'animal montre ses dents, on peut curieusement voir de larges incisives proéminentes, et de longues canines. 

    Habitudes alimentaires signalés

    On aperçoit la créature d'après les habitants,sur des terres agricoles sur le bord de la forêt, l'Orang Pendek aurait été vu marchant à travers champs et dans les tracés des cultures (en particulier le maïs, les pommes de terre et de fruits). Les sections locales ayant une expérience dans les forêts affirment que l'Orang Pendek cherche des racines de gingembre, une plante connue localement comme "pahur" ou "lolo" (bénéfique), les jeunes pousses, les insectes , et de crabes de rivière. Le fruit de Durian  passe pour être un fruit favori de l'Orang Pendek .

    Noms 

    Orang Pendek et cryptids similaires de cette région du monde sont aussi appelés Uhang Pandak (dialecte Kerinci locale), Sedapa,  Ebu Gogo, Umang, Orang Gugu,  Orang Letjo, Atoe Pandak, Atoe Rimbo, Ijaoe, Sedabo et Goegoeh.

     
    Pêcheur indonésien

    Témoins de différents horizons ont rapporté avoir vu Orang Pendek au cours des cent dernières années.

    Suku Anak Dalam 

    Les Suku Anak Dalam ("Children of the Inner-forest») également connu comme Orang Kubu, Orang Batin Simbilan ou Orang Rimba  sont des peuples nomades qui ont traditionnellement vécu dans les forêts de plaine de Jambi et le sud de Sumatra. Selon leurs légendes, Orang Pendek afait partie de leur monde et a été un co-habitant de la forêt depuis des siècles. Benoît Allen, auteur de chasse au Gugu, écrit que ces groupes portent fréquemment des offrandes de tabac pour que l'Orang Pendek soit heureux. 

    Dans le parc national de Bukit Duabelas, le peuple Orang Rimba parle d'une créature, connue sous le nom Hantu Pendek (petit fantôme), dont la description correspond étroitement à celui de l'Orang Pendek. Cependant, Hantu Pendek est considéré comme un fantôme ou démon plutôt que d'un animal. Selon l'Orang Rimba, les Hantu Pendek voyagent en groupes de cinq ou six, se nourrissant d'ignames sauvages et d'animaux de chasse. On raconte que certains chasseurs se font prendre si ils sont seuls dans la forêt. Le long de la rivière Makekal sur la bordure ouest de Bukit Duabelas, les gens racontent une légende de la façon dont leurs ancêtres déjouent ces créatures rusées lors d'un périple à la chasse. La légende est souvent utilisé pour se vanter de l'intelligence et de la raison de personnes qui vivent le long de la Makekal.

    Les villageois locaux 

    Les  villageois fournissent la plus grande source de légendes et des informations sur l'Orang Pendek. Des centaines d'habitants affirment avoir vu l'animal soit personnellement ou ils rapportent les histoires des autres. Bien que la description physique énumérée ci-dessus, est toujours la même, d'autres caractéristiques moins crédibles tels que des pieds inversés ou le comportement magique et fantomatique sont également signalés. 

    Photobucket

    Les chercheurs occidentaux

    Les documents les plus connus vienent de Debbie Martyr, Avec le photographe britannique Jeremy Holden, elle participe à un projet qui a débuté dans les années 1990 et financé par Fauna and Flora International. La portée du projet était de documenter systématiquement tous les témoignages sur l'animal et d'obtenir une preuve photographique de son existence par des méthodes de l'appareil photo-piégeage. Debbie et Jeremy n'ont pas réussi à prouver son existence, mais ils ont recueilli plusieurs moulages, dont l'impression d'un pied, qui semblent provenir de l''Orang Pendek et prétendent avoir personnellement vu l'animal à plusieurs occasions tout en travaillant dans la forêt. 

    De 2001 à 2003, les scientifiques ont analysé des poils et des moulages d'une empreinte trouvée par trois hommes-britanniques Adam  Davies, Andrew Sanderson et Keith Townley tout en voyageant dans le Kerinci. Le Dr. David Chivers, un biologiste des primates de l' Université de Cambridge, a comparé la fonte avec ceux des autres primates connus et les animaux locaux et a déclaré:

    ... le moule de l'empreinte prise était certainement un singe avec un mélange unique de caractéristiques de gibbon, orang-outan, de chimpanzé et d'un homme. Un examen plus approfondi de l'impression ne correspond à aucune espèce de primate connu je dirai qu'il serait possible qu'un grand primate inconnu puisse vive dans les forêts de Sumatra.
     
    (photo : l'empreinte)
    Photobucket

    Hans Brunner, un analyste spécialiste australien des cheveux et des poils, a comparé les poils à ceux des autres primates et les animaux locaux et a suggéré qu'ils provenaient d'une espèce inconnue de primates.D'autre part, le Dr. Todd Disotell, un anthropologue biologiste de l'Université de New York, a réalisé une analyse d'ADN sur les poils et aurait trouvé que l'échantillon contenait des traces d'adn humain. Il a averti, cependant, que la contamination par des gens qui ont manipulé les poils aurait pu présenter cet ADN ou que l'ADN d'origine aurait pu être décomposé.

    À partir de 2005, National Geographic a financé un projet d'appareil photo-piégeage dirigée par le Dr Peter Tse de Dartmouth College qui a tenté de fournir de la documentation photographique de Orang Pendek. Le projet a pris fin en 2009, sans succès.

    Les explications possibles

    une espèce de hominidés vit encore dans la jungle de Sumatra. 

    De nombreux habitants disent les pieds de Orang Pendek ressemblent à celles d'un enfant, comme en témoigne  les empreintes qu'ils ont trouvé en marchant à travers la forêt. Cependant, un autre animal locale, l'Ours de Sun, est une source possible de ces observations. Les ours en général sont connus pour avoir les pieds qui ressemblent tout à fait aux pieds des humains, et la taille d'un ours de Sun sont similaires à ceux d'un enfant. En outre, les gibbons peuplent les forêts dans ce domaine et sont connus à descendre de temps en temps à la terre et de marcher pendant quelques secondes à la fois sur leurs deux jambes. 

     (source : wikipedia)

    Photobucket

    Bigfoot existerait-il réellement ?

    C'est en tout cas ce que pense un groupe de scientifiques. Quelques chercheurs, spécialisés dans l'étude du mythe pensent avoir capturé une vidéo de la créature. Cette dernière a été présentée mardi, lors d'une conférence à Dallas. Une carrure de rugbyman, un corps recouvert de poils, Bigfoot, le cousin américain du Yéti n'a plus besoin d'être présenté. Mais si beaucoup le classent parmi les créatures sorties de l'imagination, certains continuent d'alimenter le débat sur son existence. Et des scientifiques viennent d'ajouter une nouvelle couche. Lors d'une conférence, ils ont annoncé posséder des preuves vidéo attestant que Bigfoot (ou Sasquatch) existe bien. Plus précisément, ils auraient réussi à capturer une vidéo d'un spécimen endormi dans les bois du Kentucky. Une supercherie de plus ?

    Peut-être mais les chercheurs ont précisé qu'ils possèderaient également des échantillons de sang et de cheveux, et donc de l'ADN, pour confirmer leurs dires. Les images d'un Bigfoot endormi Les scientifiques menés par Melba Ketchum, spécialiste en génétique, ont présenté les images d'un "jeune Sasquatch brun dormant dans les bois", le 1er octobre dernier lors d'une conférence tenue à Dallas. Le spécimen aurait été filmé en personne par des chercheurs "après avoir été suivi avec sa mère" (à partir de 0'16 sur la vidéo). D'après Adrian Erickson, chercheur du Sasquatch Genome Project, les images permettraient même d'évaluer le rythme de respiration du spécimen. Ce nouvel élément s'ajoute à d'autres séquences déjà récoltées et montrant selon les scientifiques, des spécimens de Bigfoot, mais aussi aux autres données récoltées depuis 5 ans. En effet, les chercheurs ont rappelé qu'ils disposaient aujourd'hui de plusieurs échantillons de cheveux et au moins un de tissus qui appartiendraient à la créature. Les scientifiques ont ainsi décrit les cheveux comme plus drus que ceux des humains, un peu à l'image du crin des chevaux. "Environ 113 échantillons de cheveux, sang, mucus, ongles, salive, peau et tissus sous-cutanés ont été soumis par des douzaines d'individus et des groupes provenant de 34 sites séparés en Amérique du Nord", détaille Melba Ketchum citée par le New York Daily News.

    Ajouté à cela, les scientifiques ont montré une photo de morceaux de bois portant une trace de sang frais et des marques de griffes, dont un Sasquatch serait l'auteur, d'après eux. De l'ADN humain et... moins humain ?

    Grâce à une donation de 500.000 dollars (environ 370.000 euros) d'Andrian Erickson, tous les échantillons découverts ont pu être analysés par différents laboratoires. Et selon Melba Ketchum, tous les échantillons se sont avérés humains. Toutefois, lors du séquençage des génomes, plusieurs parties de l'ADN ont semblé n'appartenir à aucune espèce connue de l'Homme. Pour ces analyses, les chercheurs auraient fait appel, selon leur rapport, à 11 laboratoires et universités qui n'avaient pas été mis au courant de l'origine des échantillons et du but du projet.

    "J'ai reçu un mail d'un des testeurs qui disait : qu'est-ce-que vous avez fait ?

    Vous avez découvert une nouvelle espèce ?"

    , a raconté Melba Ketchum. Des conclusions qui peinent à convaincre Au cours de la conférence, les chercheurs ont une nouvelle fois présenté la conclusion à laquelle ils sont parvenus grâce aux résultats des analyses : selon eux, Bigfoot serait une sorte de créature hybride, un croisement entre un homme moderne et une espèce inconnue d'homininé.

    Toutefois, depuis l'an dernier, cette conclusion est toujours autant sujette à débat, certains estimant que les échantillons ont pu être contaminés, d'autres relevant que la provenance de ces derniers est dure à établir.  Nous avons "récolté plus de données que jamais afin de prouver l'existence d'une nouvelle espèce, mais la science n'apprécie pas les résultats", a souligné Melba Ketchum qui n'a d'ailleurs pas toujours été aussi passionnée par le sujet. Il y a quelques années, elle ne croyait même pas en l'existence de Bigfoot. Mais aujourd'hui, elle défend ses résultats avec véhémence : "En cas de contamination, un profile génétique se superpose à l'autre. Ce qui n'est pas le cas ici. Toutes les preuves ont été récoltées avec les précautions et les méthodes qui s'imposent". "La communauté scientifique ne sait pas quoi faire de ces nouvelles découvertes. J'appelle ça l'effet Galilée", a plaisanté Melba Ketchum. "Nous souhaitons que les gens comprennent que c'est une étude sérieuse", a t-elle ajouté. Reste que les résultats sont toujours vivement critiqués notamment par la New York University. De même, le Louisiana Crime Lab, affirme qu'il a travaillé avec le Dr Ketchum afin d'extraire l'ADN d'os mais qu'ils n'ont jamais connu les résultats. Publié par Morgane Henry, le 04 octobre 2013.

    En savoir plus : maxisciencesendormi 

     Le Suku Amnak Dala ("l'enfant de la forêt profonde»)

    Photobucket 
    ci dessous : Orang outang

    Photobucket 

    Siamang

    Photobucket 
    Ours 

    Photobucket  

    Photobucket  
      
    Photobucket

    Photobucket

    Photobucket
     
     
    Photobucket

    Photobucket

    Afin de prouver l'existence de la créature, une période plus longue dans le domaine est nécessaire, peut-être une expédition de deux ou trois mois, avec des pré-amorçage de l'une des zones de semi-cultivées avec des fruits pour un certain nombre de semaines à l'avance. Si la créature la zone associée avec de la nourriture, il pourrait revenir sur une base régulière, et en attente dans une cache (aveugle) dans une zone appâtés pourrait se révéler plus fructueuse que la randonnée à travers les jungles profondes. 

    Je reste totalement convaincu de l'existence de l'Orang-Pendek, et je crois qu'il est un singe de marche debout, probablement un descendant du Miocène singe Sivapithecus et connexes, par l'intermédiaire du début du Pléistocène Lufengopithecus à la fois les orangs-outans modernes et à Gigantopithèque, la grand singe du continent asiatique qui peuvent se révéler être le plus grand type de 'Yeti'. Je voudrais proposer le nom scientifique Pongo martryi en l'honneur de Debbie Martyr, qui a fait plus de recherches dans l'Orang-Pendek que quiconque. 

    Photobucket  
    Photobucket

    Source: cfz) par Matt Bille - Matt Bille, auteur 

    (source : thecryptozoologist)
     
     
    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"