• La faune extraterrestre

    Surnaturel et fantastique

    Une faune extraterrestre ?

    La faune extraterrestre

    Si il existe une forme de vie sur d'autres planètes, les animaux n'auraient pas forcément le même aspect que ceux que l'on trouve sur terre.

    La faune extraterrestre 

    Certains chercheurs font un travail passionnant, jouant avec des idées comme celles de formes de vie à base de silicium, mais...

    La découverte de la vie sur d'autres planètes nous amènera certainement à rencontrer des formes d'organismes vivants de toutes les sortes. 

    LES ALIENS de la nature

    Quelles formes de vie extraterrestre ?

    Certains scientifiques pensent que notre recherche de
    la vie extraterrestre dans l'espace est trop focalisée sur l'existence telle que nous la connaissons.
    Nous pourrions penser qu'il existe d'autres formes de métabolisme étrranges qui ne dépendent pas de l'eau ou du carbone.
    Des chercheurs autrichiens ont entrepris une étude systématique d'autres solvants qui pourraient
    permettre à la vie de s'épanouir sur d'autres planètes.
    Ils espèrent que leur recherche amènera à modifier ce qu'ils appellent

    "l'attitude géocentrique"

    qui caractérise aujourd'hui nos tentatives de détecter la vie extraterrestre.

    Pour l'astrobiologue Johannes Leitner, de l'Université de Vienne : "Nos stratégies pour évaluer les possibilités de vie sur d'autres planètes nous permettent seulement de détecter des formes de vie qui se réfèrent pratiquement aux mêmes paramètres que ceux de la vie terrestre".

    La faune extraterrestre

    Il a présenté ses travaux au Congrès européen sur les sciences planétaires (EPSC), qui se sont
    déroulés le 17 septembre en Allemagne et a précisé dans un email :

    "Nous ne serions pas capables à l'heure actuelle de détecter une vie exotique, parce que nous n'avons aucune idée de ses propriétés potentielles, et de ce fait les sondes que nous envoyons dans l'espace n'emportent pas les instruments qui permettraient de l'identifier."

    Par exemple, explique Leitner, nous pouvons poser des rovers sur Mars, avec des anticorps de détection qui sont un moyen de trouver des traces de produits chimiques et des bactéries qui seraient signes de la vie.
    Mais parce que nous ne réalisons que des anticorps relatifs à des substances connues, cette méthode ne nous permettra pas de trouver des formes de vie différentes de ce que nous connaissons sur Terre.
    Il ajoute : "Le plus souvent, lorsque nous tentons de définir la vie, notre définition consiste à lister les propriétés spécifiques de la vie terrestre". Parce que la vie sur Terre nécessite la présence d'eau, l'essentiel de la recherche de vie extraterrestre s'est concentrée sur la
    'zone habitable', c'est-à-dire une bande relativement étroite autour d'une étoile où l'on a des chances de trouver de l'eau liquide.

    L'eau n'est liquide qu'entre zéro et 100 degrés Celsius, mais d'autres solvants sont à l'état
    liquide sur une plage de températures beaucoup plus étendue. Par exemple, l'ammoniaque
    demeure liquide à une température plus basse; il est donc possible de trouver un océan
    d'ammoniaque sur une planète beaucoup plus éloignée de son étoile.
    En s'intéressant aux propriétés d'autres solvants potentiels, tels que l'acide sulfurique et l'acide formique, les chercheurs espèrent étendre la zone de vie potentielle.
    Les scientifiques autrichiens ne sont certainement pas les premiers à considérer qu'une vie exotique puisse être entretenue par des solvants autres que l'eau.
    Selon Ariel Anbar, responsable du programme d'astrobiologie à l'Université d'Arizona, l'idée remonte au moins à 1954 : lors d'un symposium sur l'origine de la vie, J.B.S. Haldane avait envisagé que l'ammoniaque puisse être capable d'entretenir la vie. Contacté par email, Anbar a répondu : "Cette idée de solvants alternatifs est certainement recevable, mais elle n'a jamais été
    prouvée". Mais puisqu'il est particulièrement complexe d'étudier
    des formes de vie dont nous ignorons tout, il est d'avis que le
    sujet n'a pas encore reçu toute l'attention qu'il mérite.

      

    L'équipe de Leitner a commencé à rechercher la vie exotique en étudiant les propriétés
    thermiques et biochimiques des solvants potentiels, en se concentrant particulièrement sur les capacités de chaque substance d'entretenir un métabolisme non-carboné.

    Leitner a précisé :
    "Nous savons par exemple qu'un métabolisme basé sur l'association carbone-oxygène ne
    fonctionne pas dans un solvant d'ammoniaque ou d'acide sulfurique. Si la vie existe dans
    l'atmosphère de Vénus, elle n'aura probablement rien de commun avec la vie sur Terre."
    Pour l'heure, Anbar pense que notre recherche de la vie extraterrestre est davantage limitée par la difficulté d'accéder aux environnements ciblés que par nos possibilités
    d'envisager d'autres formes de vie.
    "Toutefois, alors que nous formons des projets pour de futures missions vers Mars et ailleurs, en particulier Titan, et que nous commençons à envisager que la vie puisse exister dans d'autres systèmes solaires, que nous découvrons de
    plus en plus fréquemment, il est important de commencer à
    penser que la vie pourrait se présenter sous des formes
    étranges.
    On risquerait moins de passer à côté de quelque chose qui
    serait juste sous notre nez"." 
    Source : Ovnis-USA et infos-paranormal

     

    Des animaux aussi grands que les éléphants

    serait capable de s'élever dans les nuages!

    Le super-Terres, des animaux aussi grands que les éléphants serait capable de s'élever dans les nuages, tandis que certains géants prospectus peuvent ne jamais développer la capacité à la terre.
    Alex Ries

    LES ALIENS de la nature

    La NASA prévoit certaines couleurs de plantes exotiques
    Sur des planètes comme la Terre, il pourrait pousser des arbres noirs!
    Les plus grands télescopes sondent le cosmos à la recherche des signes de vie
    Les habitats extraterrestres sont en plein essor dans l'espace: dans la dernière décennie, plus de 400 planètes ont été découvertes, et ce nombre est appelé à croître encore davantage dans les années à venir. Qui plus est, les experts prédisent que les preuves de vie extraterrestre est probablement proche de nous. 

    Plusieurs missions passionnantes avec des télescopes visant à rechercher cette vie sont déjà en cours. Le Télescope de la NASA" Kepler" a été lancé l'année dernière, rejoignant le télescope COROT pour la France dans la recherche de planètes habitables dans notre coin de la galaxie. De nombreux autres programmes de télescope au sol ont également la même recherche.

    Beaucoup de ces demeures éventuelles devraient être repérées dans les années à venir, et les observations de suivi au cours des deux prochaines décennies, pourrait confirmer que l'un de ces mondes est non seulement habitable mais habité.

    Mais à quoi pourraient ressembler ces animaux et ces plantes extraterrestres?

    Les Extraterrestres intelligents ne sont pas susceptibles de ressembler aux personnages de nos films de science fiction et des émissions de télévision.

     Eh bien, il s'avère que de l'étude de la biologie évolutionniste sur notre propre planète, en particulier les deux principes de la convergence et de la contingence, que le développement des animaux exotiques et des plantes pourrait en fait être assez prévisible. 

    Bien que l'évolution est motivée par des mutations aléatoires, la vérité est que la sélection naturelle est loin d'être aléatoire, fondamentalement, les individus les mieux adaptés à leur environnement particulier prévaudra. Un animal ou une plante étrangère se développant sur un monde à l'autre bout de la galaxie serait soumis exactement aux mêmes lois de la physique et les principes de la conception que la biologie terrestre. Une espèce de poissons exotiques avec la densité et la forme d'une brique n'irait pas très loin dans le jeu de survie, et au fil du temps l'espèce serait de développer une forme profilée et les nageoires ou la queue pour la propulsion et finiraient par ressembler étrangement à un saumon.

    C'est le principe de la convergence de la biologie: il peut n'y avoir que très peu de bonnes solutions à un problème de survie particulière. Par exemple, l'œil objectif de la caméra, tout comme celui que vous utilisez pour lire cet article, a évolué de façon indépendante plusieurs fois sur Terre, les animaux aussi divers que les calmars et les oiseaux.

    «Ces caractéristiques de conception qui se posent plusieurs fois indépendamment par la convergence est dite« universels »de l'évolution terrestre», a déclaré Jack Cohen, un biologiste britannique de reproduction et professeur honoraire à l'Université de Warwick.

    LES ALIENS de la nature

    Bien sûr, des événements aléatoires peuvent avoir des effets énormes sur l'évolution d'une planète. Il est largement admis qu'un impact d'astéroïde modifierait cette planète comme il y a 65 millions d'années celui qui a balayé les dinosaures de la surface de la Terre et ainsi libéré des niches évolutives pour les mammifères.

    Mais l'évolution après de telles catastrophes est encore largement prévisible. Les baleines et les dauphins sont des mammifères qui ont évolués et qui ont une ressemblance similaire à certaines espèces marines telles que les plotosaurus, et les chauves-souris ressemblent étroitement à la forme aérodynamique de ptérosaures. L'évolution convergente est extrêmement abondante sur la  Terre et donc à bien des égards on pourrait s'attendre à trouver le même genre de transformation et évolution sur des exoplanètes, soit un processus de survie similaire.

    (source traduite : cosmosmagazine)

    Nos extraterrestres les plus proches

    ressembleraient-ils à des méduses géantes ?

    La faune extraterrestre

    Détendons nous un peu avec cette créature qu’envisage (et c’est bien le terme) la scientifique de renom Maggie Aderin-Pocock, flottant à travers des nuages de méthane, écopant des nutriments chimiques dans leurs bouches béantes.

    Les aliens, de la taille d’un terrain de football, se tiennent en l’air grâce aux sortes d’oignons qui pendouillent comme des sacs de flottabilité, et communiquent à l’aide d’impulsions de lumière.

    Dr Aderin-Pocock, une scientifique de premier plan, entre autres, dans la première entreprise spatiale européenne Astrium (EADS), a déclaré: Notre imagination est naturellement limitée par ce que nous voyons autour de nous, et la sagesse conventionnelle voulait que la vie ait besoin d’eau et soit à base de carbone. Mais certains chercheurs font un travail passionnant, jouant avec des idées comme celles de formes de vie à base de silicium. Le silicium est juste au-dessous du carbone dans le tableau périodique, il présente certaines similitudes chimiques et est largement disponible dans l’univers. Alors peut-être, pourrions-nous imaginer des instructions similaires à l’ADN, mais avec du silicium. Peut-être que la vie n’a aucunement à ressembler à quelque chose qui ressemble l’ADN.  

    Ses formes éventuelles de vie mourraient probablement sur la terre, en trouvant une l’atmosphère oxygénée et humide, mortellement corrosive. De même, l’homme ne survivrait pas sur Titan, qui de plus possède certainement un océan d’eau liquide sous sa surface glacée. 

    En se basant sur les dernières découvertes de planètes en orbite autour d’étoile, elle estime également qu’il pourrait exister jusqu’à quatre civilisations d’extraterrestres intelligents dans notre galaxie, la Voie lactée. Mais ils sont si loin…

    (source : gurumed)

    La faune extraterrestre

    Faune imaginée par Adolph Shaller

    La faune extraterrestre

     Créatures atmosphériques imaginées par Adolf Schaller errant au gré des courants d'altitude.

    La faune extraterrestre 

     

     Surnaturel et fantastique 

     "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"