• Le son de l'âme

    Conscience de l'homme  

    La Langue des oiseaux ou le son de l'âme 

    La magie de la maladie Ou... l'âme-agit de la-mal-à-dit 

    J'ai envie de m'amuser un peu avec le divin "langage des oiseaux", qui est de donner un sens aux mots en jouant avec leurs sons, leur forme ou encore leur étymologie. Donc aujourd'hui, j'ai synthétisé en article ce petit jeu avec les mots maladie et guérir. 

    Prenons la première syllabe du mot maladie : MAL. Pour guérir il faut inverser le processus du mal, donc inversons, et cela donne le mot LAM, dans lequel on entend L’ÂME. Pour entendre le message de la MAL A DIT (MALADIE) il suffit d'inverser le MAL pour accéder au message de L’ÂME. Inverser le mal rapporte à l'effet de GUÉRIR, qui s'entend en langage des oiseaux, par GAI-RIRE, ou le fait de retrouver la joie de vivre. Si l'on va plus loin, LAM en hébreux signifie GUIDE, qui renforce la correspondance entre le mot ÂME qui GUIDE pour retrouver la santé et donc au final, rester en VIE Le mot VIE en hébreux est HAÏM, dans lequel on entend le mot AIME De plus, le mot LAM a une valeur numérique de 30, et en symbolique, 30 c'est 3 qui est le chiffre de la communication.

     LAM = AME = GUIDE = COMMUNICATION,

     Maladie = mal-a-dit,  

    Migraine = mi-graine,  

    Tumeur = tu-meurs , 

    Genoux = je-nous

    C'est donc entendre le message de l'âme pour guérir. Tout cela pour démontrer que le message de la maladie est important pour accéder à la guérison, sinon on passe à côté du cadeau que nous offre notre guide.

    (source : crois-en-toi.blogspot)

    La langue des oiseaux

    qu'est ce que c'est? 

    La langue des Oiseaux est un système médiéval de codage inventé par les trouvères et troubadours. Cela permettait de faire passer des messages qui déjouaient la censure des autorités, notamment ecclésiales.

     Les clés de cette langue sont les sonorités, les étymologies subtiles, les graphies. Les jeux de mots, les calembours sont des résidus profanes de cette langue sacrée. En français, par exemple, on dira que la maladie est le Mal qui dit, c’est donc le Dit du Mal.

    La guérison ne peut être qu’une autre parole, un autre Dit, un Dit du Bien, un Dit qui nous parle du Ciel, c’est la Bénédiction, c’est-à-dire la Belle/Bonne Diction, c’est aussi le Bien Entendu, bien entendu !

    Les poètes qui parlaient de la Vouivre et de cette Nature vivante usaient de cette langue.

     On peut parler de Rabelais avec son Gargantua. Dans la Langue des Oiseaux, la géobiologie est la science par exemple des esprits de la Nature. Comment pouvons-nous entretenir une relation avec ces derniers ?

    Il nous faut entrer dans une géographie et un temps subtils. Quitter le présent coincé entre passé et futur, et entrer dans la Présence. Le mot dit bien le caractère féminin du processus ! C’est entrer dans un état dynamique bienheureux, car c’est un bonheur que de « parler » aux elfes et autres lutins : le bonheur est-il autre chose que de se trouver là où il faut et quand il faut, c’est-à-dire être à la Bonne Heure ? Combien de rendez-vous sont-ils manqués parce que nous ne sommes pas à la Bonne heure, mais à la Mauvaise Heure, le Malheur !

    La géobiologie comme science des lieux dans lesquels les esprits de la Nature diffusent leur flux, nous conduit à faire vivre une physiologie subtile. Peut-on voir ou toucher ces esprits ? Question normale, mais qui se trompe de verbe.

    La vue, le toucher, les autres sens sont des fonctions d’organes de sens de notre corps physique : ils nous aident à entrer en rapport avec la matérialité de notre monde. Mais le dialogue avec les esprits suppose que nous entrions dans la profondeur subtile de nos cinq sens :

    la langue des Oiseaux

    dirait la nécessité d’un apprentissage (apprendre le tissage, maîtriser les liens) pour le mouvement de nos sens vers leur essence (E-sens, ou le E figure l’unité des trois plans de l’être). Ici, la profondeur qualitative de la vue est la Claire Voyance, de l’ouïe la Claire Audience, du toucher le Tact....

    Cela dessine une physiologie subtile qui permet grâce à une écoute sensible, poétique,

    de conTACTer ces esprits.

    (source : soleil-levant

     La langue des oiseaux est une langue secrète qui consiste à donner un sens autre à des mots ou à une phrase, soit par un jeu de sonorités, soit par des jeux de mots (verlan, anagrammes, fragments de mots…), soit enfin par le recours à la symbolique des lettres.

    Autrement dit, la langue des oiseaux est une langue tenant de la cryptographie se fondant sur trois niveaux :

     La correspondance sonore des mots énoncés avec d’autres non dits permet un rapprochement sémantique qui constitue un codage volontaire, soit pour masquer une information, soit pour amplifier le sens du mot premier.

     Les jeux de mots utilisés permettent un codage davantage subtil et ésotérique, les mots se reflètent ad libitum : verlan, anagrammes, fragments de mots, etc.  La graphie enfin, fondée sur la symbolique mystique des lettres des mots énoncés, peut renvoyer à un codage iconique renforçant le sens des mots, comme dans les hiéroglyphes.  

     Longtemps langue d’initiés, système de codage occulte lié à l’alchimie et à la poésie hermétique (de Hermès, dieu patron des phénomènes cachés), la langue des oiseaux acquiert une dimension psychologique au XXe siècle, avec les travaux de Carl Gustav Jung ou de Jacques Lacan, qui y voient un codage inconscient permettant d’amplifier le sens des mots et des idées.

       Principe 

       Il n'est pas interdit de voir dans l'expression de « langue des oiseaux » une analogie avec sa dimension aérienne puisqu'au final elle consiste à faire « décoller » le son, à l'entendre plutôt qu'à le lire. Il s'agit donc de ne plus se fier à l’« écrit », mais aux « cris », entendus ceux des oiseaux, des mots chantés donc.

      L'exemple suivant permet d'en comprendre le principe2 :

     phrase codée : «  Vois si un mets sage se crée, dit sans les mots »  

    phrase décodée : « Voici un message secret disant les mots »  

     Le message codé comporte un ensemble d'éléments à interpréter : « vois », « un mets sage », « se crée » , « dit sans les mots ». 

    Origine de l’expression  

    L’expression « langue des oiseaux » (on emploie également l’expression synonyme de « langue des anges ») a une origine confuse et plurielle :  une première interprétation possible est qu’elle renvoie au fait que les oiseaux sifflent des mélodies, des musiques pour l’oreille humaine, mais dont on ne réalise pas le sens caché.

     C’est l’idée d’une langue sacrée, cachée, que l’homme n’« entend pas » (dans le sens de comprendre). Grasset d'Orcet reprend ce point de vue (voir ci-après). Cette interprétation renvoie également au mythe grec de Tirésias qui, apercevant un jour deux serpents s'accouplant sur le mont Cithéron (ou sur le mont Cyllène), de peur, il tua la femelle d'un coup de bâton. Tirésias fut alors transformé en femme. Sept ans plus tard, il revit des serpents accouplés. Il tua alors le mâle pour redevenir un homme. Tirésias fut ensuite confronté aux dieux Zeus et Héra, qui se disputaient pour savoir si l'homme éprouvait un plus grand plaisir dans l'amour que la femme. Consultant Tirésias pour sa qualité d’initié aux deux sexes, ayant connu les deux situations, le jeune homme répondit que selon lui le plaisir des femmes est neuf fois plus intense que celui des hommes. Héra, outragée, le frappa alors de cécité. Zeus compensa ensuite le châtiment infligé en accordant à Tirésias le don de prophéties infaillibles et de comprendre le langage des oiseaux.  

    On peut voir également dans le dieu Hermès, Mercure chez les alchimistes, le créateur de la langue des oiseaux. Ailé, il représente le principe volatil et ésotérique du mystère de la Nature.

      La langue des oiseaux est donc intimement liée au « langage des symboles ». La différence des termes exploite en effet toute la nature de l’opération de transformation entre les deux plans : si la langue renvoie à un système codifié (phonétique, linguistique...), le langage lui est une faculté qui ne répond à aucun système.

    (source : wikipedia)

     

       LES ANAGRAMMES

    Une anagramme (le mot est féminin) – du grec ανά, « en arrière », et γράμμα, « lettre », anagramma : « renversement de lettres » – est une construction fondée sur une figure de style qui inverse ou permute les lettres d'un mot ou d'un groupe de mots pour en extraire un sens ou un mot nouveau. Jeu littéraire, il peut aussi avoir une valeur ésotérique. Il a fait l'objet de l'attention autant des linguistes – à l'instar de Ferdinand de Saussure – que des psychanalystes et des poètes contemporains.

    En voici quelques--unes envoyées par Patrick Martin, Professeur de Lettres.

     

    Marie et aimer

    Pascal Obispo, chanteur de son vrai nom qui n’est pas un pseudonyme : Pablo Picasso

    chien et niche (tiens ! Un rapport entre les deux mots)

    Maintenant, les anagrammes deviennent plus curieuses ,énigmatiques voire prémonitoires.

    -Le maréchal Pétain : Place à Hitler, amen.

    -Révolution française : un veto corse la finira ( veto corse : il s’agit de Bonaparte ; la finira : allusion au coup d’Etat de Bonaparte qui mit fin à la révolution française.)

     du 19 brumaire de l’an VIII(10 novembre 1799)

    -Napoleon, Empereur des Français : un pape serf a sacré le noir démon.(pape serf : allusion à Pie VII qui , contre son gré, sacra Bonaparte , Empereur des Français le 2 décembre 1804.)le noir démon :son règne fut marquée par les nombreuses guerres en Europe.

    -Le commandant Cousteau : tout commença dans l’eau

     -Le couturier Jean-Paul Gaultier : lier la jupe au gant

    -La gravitation universelle : loi vitale régnant sur la vie

    -Leonard de Vinci : le don divin créa

    -Roméo  Montaigu et Juliette Capulet: Ecoute, je l’imagine, la mort peut tout

    -L’origine de l’Univers :un vide noir grésille

    Maintenant, de plus en plus étrange :

    -Marie Antoinette d’Autriche : cette amie hérita du Trianon- Autre anagramme : Reine, ta tête a dû choir matin. Effectivement, la reine  Marie Antoinette fut exécutée le mercredi 13 octobre 1793  en fin de matinée, sur la place de la Révolution.

    -Aurore Dupin, baronne Dudevant, alias George Sand :valsera d’abord au son du piano d’un génie étranger : allusion au pianiste polonais Chopin

    -André Le Nôtre, célèbre jardinier français sous Louis XIV :la terre donne

    -Le président Barack Hussein Obama : à Rosa Parks , à ce bien humble destin. Rosa Parks, couturière de son état, qui ,en ce 1er décembre 1955,assise dans un bus de Montgomery, en Alabama, refusa d’obéir au chauffeur qui lui intima l’ordre de laisser sa place à un Blanc...

     

      

    Conscience de l'homme

     "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"