• Les Cercles de Fées de Namibie

    Lieux énigmatiques

    LES CERCLES DE FEES DE NAMIBIE

    En Namibie, à la lisière orientale du désert du Namib, se trouve une vaste étendue de prairies clairsemées, laquelle constitue le théâtre d’un mystère de la botanique qui défie les chercheurs.  

    Grâce aux 5 à 10 centimètres de pluie qui tombent là-bas en moyenne chaque année, des graminées parviennent à pousser sur un sol sablonneux, mais cette pauvrichonne couverture végétale est trouée par une multitude de taches circulaires, délimitées par un rond d’herbes plus denses et plus élevées que partout ailleurs, ainsi qu’on peut le voir sur la photographie ci-dessus, comme si une myriade de petits Attila s’étaient assis sur le sol et avaient empêché l’herbe d’y repousser.  

    Les Cercles de Fées de Namibie 

    Selon la tradition locale, ces cercles de fées sont les empreintes de pas que les dieux laissent sur Terre. Quand, en 2005, à l’occasion de vacances qu’il passe en Namibie, l’entomologiste américain Walter Tschinkel fait la connaissance du phénomène, il se dit, un peu par déformation professionnelle : « De toute évidence, c’est causé par des termites. » Soit, imagine-t-il, leurs galeries souterraines tuent la végétation par en-dessous, soit ces insectes relarguent des composés chimiques qui empoisonnent la végétation, raconte la revue Science dans l’article qu’elle vient de consacrer à Walter Tschinkel. Deux ans plus tard, celui-ci revient sur le terrain, se met à creuser dans les cercles de fées et ne trouve aucun indice permettant de valider l’hypothèse des termites. D’autres théories voulant expliquer ces motifs n’ont d’ailleurs pas bien résisté à l’analyse, comme celles de la radioactivité du sol, de l’influence néfaste de plantes sur leurs voisines, de remontées d’hydrocarbures contenus dans le sous-sol ou d’une organisation spécifique de la végétation dans des conditions de stress hydrique, capable de générer des « no plant’s lands ».

    source : neotrouve.com

     

    31-03-2013 - Le mystère serait élucidé !

    L’énigme de l'origine des cercles de fées du désert de Namib a été percée. Ces étranges édifices sont l’ouvrage de termites Psammotermes allocerus, qui cherchent à se faire des réserves d’eau. L'objectif est évident : résister aux sécheresses.
    Le désert de Namib, l’une des plus vieilles zones arides de la planète, abrite d’étranges formations botaniques dans sa partie orientale : des cercles de fées. Selon les traditions locales, il s’agirait d’empreintes laissées par des dieux, mais les scientifiques n’en sont pas convaincus, malgré leur manque d’arguments. Difficile en effet d’expliquer comment des milliers de cercles totalement dépourvus de vie, en apparence, ont pu se développer au milieu de la végétation rase du désert (il ne pleut que 5 à 10 cm d’eau par an). Difficile aussi de savoir pourquoi ces cercles sont entourés d’une bande herbeuse particulièrement riche. Difficile… mais pas impossible.
    Norbert Jürgens de l’université de Hambourg (Allemagne) vient de tout clarifier. Il a pour ce faire étudié plusieurs centaines de cercles de fées, répartis sur une bande désertique s’étendant de l’Angola à l’Afrique du Sud, soit sur environ 2.000 km. La radioactivité et les plantes toxiques sont totalement étrangères à l’affaire. En revanche, on ne peut pas en dire autant de petits insectes qui vivent dans le sable : les termites Psammotermes allocerus. Ils avaient déjà été incriminés par le passé (en 2005), avant d’être disculpés, à tort donc, par Walter Tschinkel en 2012.

    Source :  www.futura-sciences.com/

       

    Les Cercles de Fées de Namibie

    Les mystérieux "cercles de fées " de Namibie ont fait l'objet d'une étude qui nous en apprend un peu plus sur ces étranges phénomènes naturels... Empreintes divines ? ! Les autochtones les appellent les " empreintes des dieux ''. Nous les appelons communément " les cercles de fées". Ce sont des dizaines de milliers de cercles de terre, généralement entourés d'un anneau d'herbes plus ou moins hautes, mesurant entre 2 et 15 mètres de diamètre, qui parsèment inexplicablement  un tronçon de 2400 kilomètres de paysages extrêmement arides entre l'Angola et l'Afrique du Sud. Ces "cercles de fées" pullulent  particulièrement dans les prairies désertiques et sablonneuses de Namibie. Ces mystérieuses taches se forment et disparaissent ensuite quelques années  plus tard,  sans raison ... Une nouvelle étude sur ces motifs étranges, publiée le 27 juin 2012 dans la revue PLoS ONE (revue scientifique, éditée en ligne par la Public Library of Science),ne résout pas le mystère, mais révèle que certains de ces cercles peuvent abriter des cycles de vie.

    (source : besoindesavoir.com/ )

      Les Cercles de Fées de Namibie

    La version féérique

     Bien des mystères et des croyances planent autour des cercles de fées. Des superstitions aux explications scientifiques, beaucoup de personnes se sont intéressés à ce phénomène...

     Le cercle de fées est un cercle d'herbe anormalement fanée autour duquel les esprits se livrent,au clair de lune,à leurs réjouissances .

    Certains pensent que ces réjouissances sont un rite de fertilité : des symbôles femelles et mâles (bolet de satan et amanite) sont en effet largement représentés lors des rondes.

    Traditionnellement, on pense qu'il est dangereux pour un mortel de s'aventurer près d 'un cercle de fées : elles tendent parfois des pièges aux musiciens et les attirent dans leur royaume pour qu'ils les accompagnent dans leurs réjouissances, au son des harpes et des musettes. Certains pensent que si l'on vient à poser un pied dans un cercle de fées, on est aussitôt contraint de se joindre à la ronde sans fin des fées, au risque parfois de mourir d'épuisement...

    Pas très réjouissant tout ça... Mais peut-être que l'aspect négatif récurrent qui colle à la peau des fées vient-il de la volonté de l'Eglise de diaboliser les créatures des anciennes croyances ou de l'acharnement des humains à se méfier et rejeter ce qui leur échappe...

    Source : affinitiz.net/space/

       Les Cercles de Fées de Namibie

    Un essai d'explication scientifique

    Les trois principales théories avancées pour expliquer l'origine des mystérieux "cercles de fées" de Namibie ont été abandonnées à la suite d'une étude menée par des chercheurs sud-africains. "Ils restent encore un mystère" dit Gretel van Rooyen, botaniste à l'université de Prétoria, qui a dirigé l'équipe qui a mené l'étude.

    Les "cercles de fées" sont des disques de sol sablonneux arides de 2 à 10 mètres de diamètre. Trouvés exclusivement le long de la côte ouest du désert namibien en afrique du sud, il sont faciles à repérer à cause du périmètre inhabituel d'abondantes herbes hautes qui encerlent un centre stérile, ce qui tranche avec la végétation clairsemée des alentours.

    Depuis le début des années 70, date à laquelle les chercheurs ont commencé à s'intéresser à la formation de ces cercles, trois explications principales étaient avancées : les termites, la radio-activité du sol, et les résidus toxiques laissés dans le sol par une plante à poison, l'Euphorbia damarana.

    Les Cercles de Fées de Namibie

    La théorie de la radioactivité du sol a été rapidement abandonnée après que Van Rooyen ait envoyé des échantillons au South African Bureau of Standards pour tester leur radioactivité et que ces derniers se soient révélés négatif. "Cela aurait put être l'explication parfaite. Mais ils n'en ont trouvé aucune trace."

    Pour vérifier la théorie de la plante toxique, l'équipe de van Rooyen a pris des échantillons du sol où poussait - ou avait poussé - l'Euphorbia damarana. Puis, en laboratoire, ils ont essayé d'y faire pousser des plantes du désert. L'une d'elles, une herbe du nom de Lolium multiflorum a fleuri dans ces sols.

    Dernière hypothèse : les termites. Hélas, quand l'équipe creusa à la recherche de termites, ou de leur nid, elle n'a rien trouvé. "Nous avons creusé des tranchées jusqu'à deux mètres de profondeur, sans y trouver de signes ou de traces."

    Alors, d'où ces cercles peuvent-ils venir ? Les chercheurs ont montré, à l'aide de cultures d'herbes sur des prélèvements du sol faites au centre ou à la périphérie, qu'il y a des différences entre les 2 zones du sol.

    Van Rooyen explore maintenant la possibilité que des éléments toxiques soient d'une certaine façon déposés dans les cercles. "Mais même si nous les trouvons, le problème sera ensuite de trouver comment sont-ils venus". Pour le moment admet-elle, "nous sommes laissés aux mains des fées."

    Article enversion originale: newscientist.com/

    Source : affinitiz.net/space/i

     

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"