• Les enfants à la peau verte

     Mystères humains

    Les enfants à la peau verte

    Ces enfants venaient-ils d'une autre planète ?

    Les enfants à la peau verte

    Vue d'artiste : "Les enfants verts" - Les émanants 

    Au cours du mois d’août 1887, près de Banjos, en Espagne, deux enfants inconnus sortirent d’une grotte.
    Ils avaient la peau verte, les yeux bridés et portaient des vêtements faits d’une matière insolite. Ils ne parlaient pas espagnol.

    On les confia au juge de paix local qui tenta d’ôter la couleur verte. Mais, il s’aperçut que ce n’était pas du maquillage, mais bien la pigmentation de leur peau.
    Pendant presque une semaine, ils refusèrent de s’alimenter. Finalement, ils acceptèrent de manger des haricots frais.
    Le garçon, trop affaibli, mourut peu de temps après. La petite fille survécut. Peu à peu, sa pigmentation verte disparut.
    Ayant appris suffisamment d’espagnol pour s’expliquer, elle raconta qu’elle venait d’un pays sans soleil, où régnait un crépuscule permanent.
    Ce mystérieux pays était séparé d’une région lumineuse qu’éclairait le soleil par une large rivière.
    Un jour, un mystérieux tourbillon les avait emportés, elle et son frère et déposés dans la grotte.
    La jeune fille mourut en 1892, sans pouvoir nous éclairer d’avantage sur ce mystère. Cette histoire est très proche de celle des enfants verts qui sortirent d’une grotte de Woolpit (Angleterre), au XIe siècle.
    Là aussi, il s’agissait d’un garçon et d’une fille ayant la peau et les cheveux verts. Eux aussi refusèrent tout d’abord toute nourriture et perdirent peu à peu leur étrange pigmentation.

    On leur enseigna l’anglais et ils racontèrent leur histoire. Ils dirent venir d’une région appelée « le pays de saint-Martin » où le soleil ne brillait jamais.
    Alors qu’ils gardaient un troupeau, ils avaient entendu un grand bruit. Voulant savoir d’où il venait, ils étaient entrés dans un tunnel. Ensuite, ils ne se souvenaient plus de rien.
    Le garçon mourut un an après. Sa sœur resta à Woolpit et épousa un homme du village voisin.

    On a cherché des explications à ces deux énigmes. On a ainsi observé que non loin de Woolpit se trouve le village de Fornham Saint Martin, qui aurait bien pu être ce mystérieux pays de saint-Martin.
    Là s’étend la vaste forêt de Thetford. Cette région est également connue pour posséder de nombreuses galeries d’anciennes mines de silex.
    Il s’agit peut-être de l’un de ces souterrains empruntés par les enfants.

    La pigmentation verte de la peau s’explique assez facilement. On sait que certaines anémies peuvent rendre la peau verte. Ce symptôme s’aggrave en cas de malnutrition, assez courante à l’époque.
    Le fait que la pigmentation soit redevenue normale après plusieurs semaines d’une alimentation plus équilibrée semble en être la preuve. (source : paranormalnews

     

    Détails de l'affaire

    L'énigme des enfants verts

    Un après-midi du mois d'août 1887, deux enfants sortirent d'une grotte située aux alentours du village de Banjos en Espagne. Ils marchaient en se tenant par la main et traversèrent un champ où des paysans étaient en train de moissonner.Ils avaient l'air craintif et ils parlaient un langage incompréhensible. Leurs vêtements étaient faits d'un tissu inconnu et leur peau était complètement verte.

    Les moissonneurs étaient en train de se reposer après leur repas, quand le petit couple apparut à l'entrée de la grotte. N'en croyant pas leurs yeux, les paysans se précipitèrent vers les enfants qui, épouvantés, se mirent à courir pour leur échapper. Après les avoir attrapés, ils les conduisirent chez Mr Ricardo Da Calno, un magistrat qui était le plus gros propriétaire du pays (ou le juge de paix, selon une autre version). Mr Da Calno prit la main de la petite fille, la frotta énergiquement, mais la couleur verte ne disparut pas. 

    Les enfants refusèrent de manger ce qu'on leur proposait mais ils touchèrent avec leurs doigts le pain et les fruits en paraissant très intrigués.
    Le magistrat remarqua que les traits de leur visage étaient réguliers et assez semblables à ceux des peuplades nègres. Leurs yeux étaient taillés en amande et très enfoncés dans les orbites.
    Les enfants demeurèrent six jours chez Mr Da Calno, mais ils ne mangèrent rien et s'affaiblirent. On ne trouvait pas d'aliment qui leur convînt. Un jour, on leur apporta des haricots et ils se jetèrent dessus avidement. Ils ne touchèrent jamais à autre chose comme nourriture.

    Ce jeûne avait tellement affaibli le garçon qu'il mourut un mois après sa sortie de la grotte. La fille elle, grandit normalement et devint domestique chez Mr Da Calno. Sa couleur verte diminua d'intensité et plus personne ne fit attention à elle. Elle finit par apprendre quelques mots d'espagnol et elle put donner de vagues explications sur elle-même : Le mystère n'en fut pas éclairci pour autant.

    Elle déclara quelle venait d'un endroit où il n'avait pas de soleil et où il ne faisait ni jour ni nuit donc où il y avait on suppose, un crépuscule permanent. Elle dit: "Il y a un pays éclairé pas loin de nous mais nous sommes séparés de lui par un fleuve très large." Lorsqu'on lui demanda comment elle était arrivée ici, elle répondit: "Il y a eu un grand bruit. Nous avons été pris dans un tourbillon et nous nous sommes trouvés dans la grotte près du  champ de blé."

    Elle vécut pendant cinq ans et mourut en 1892. Elle fut enterrée à côté de son frère.
    On peut douter de l'authenticité de cette affaire car Javier Sierra du magazine "Mâs Allâ" a fait une enquête sur l'affaire. Il en ressort que le village de Banjos n'a jamais existé en Espagne et que le seul endroit portant un nom plus ou moins similaire est Banyoles, où l'histoire n'est pas connue.

    En fait on s'est appercu que cette histoire d'enfants verts en Espagne au XIXe siècle n’est qu’un plagiat d’une histoire anglaise du XIIe siècle : Celle des enfants verts de Woolpit (ville du Suffolk, qui se trouve près de Bury Saint Edmonds) vers 1173.

    Cette histoire est racontée dans le texte de William de Newburgh ( 1136-1198 ou 1201 ), dans «Historia Rerum Anglicarum » ( republié en 1618 ) :

    "Je me dois ici de n'omettre une merveille, un prodige dont on n'a entendu parler depuis l'aube des temps, qui est connu pour s'être passé sous le Roi Stephen (1135 à 1154). J'ai moi-même longtemps hésité à lui accorder crédit, bien qu'il ait été ébruité à l'étranger par beaucoup de gens, et je pensais qu'il était ridicule d'accepter une chose qui n'avait aucune raison d'être recommandée, ou au mieux avait des raisons d'être très obscure, jusqu'à ce que je fus tant submergé par le poids de tant de témoins crédibles que je fus obligé de croire et d'admirer ce que mon esprit tâche vainement d'atteindre ou de suivre.

    Il y a un village en Angleterre à quelques 4 ou 5 miles du noble monastère du Roi Béni et du Martyre Edmund, près duquel pourraient être vues certaines tranchées d'antiquité immemoriable nommées Wolfpittes dans la langue anglaise, et qui ont donné leur nom à la ville adjacente. Lors d'une moisson, alors que les moissonneurs se rassemblaient dans le maïs, rampèrent hors de ces deux tranchées un garçon et une fille La fille âgée de 10 ans environ, le garçon plus jeune, verts en tous points de leur corps, et dotés de vêtements Semblables à des robes, selon Rodney Davies dans Supernatural Disappearances, de teinte étrange et de texture inconnue. 

    Ceux-ci errèrent éperdument aux alentours du champ, jusqu'à ce que les moissonneurs les prennent et les emmènent au village, où nombre affluèrent pour voir cette merveille, ils furent gardés pendant des jours sans nourriture. Mais, lorsqu'ils furent presque morts de faim, et ne pouvaient toujours pas goûter aucune espèce qui leur étaient offerte pour les soutenir, il arriva que des haricots furent apportées du champ, qu'ils saisirent immédiatement avec avidité, et examinèrent la tige, mais ne trouvant rien dans le creux de la tige, ils pleurèrent amèrement. Sur ce, un des spectateurs, prenant les fèves dans les cosses, les offrit aux enfants, qui les saisirent directement, et les mangèrent avec plaisir. Par cette nourriture ils furent soutenus durant de nombreux mois, jusqu'à ce qu'ils apprennent l'utilisation du pain.

    A la longue, par degrés, ils changèrent leur couleur d'origine, à travers l'effet naturel de notre nourriture, et devinrent comme nous, et aussi apprirent notre langue. Il semblait convenir à certaines personnes discrètes qu'ils devraient recevoir le sacrement du baptême, qui fût administré en conséquence. Le garçon, qui semblait être le plus jeune, survécu au baptême mais peu de temps, et mourut prématurément ; sa soeur, cependant, poursuivit en bonne santé, et ne différait pas le moins du monde des femmes de notre propre pays. Par la suite, raconte-t-on, elle se maria à Lynne (ou Lenna), et vécu à partir de là quelques années, au moins, dit-on.

    De plus, après qu'ils eurent acquis notre langue, lorsqu'on leur demanda qui et d'où ils étaient, on dit qu'il répondirent, 'Nous sommes des habitants du pays de Saint Martin, qui est considéré avec une vénération particulière dans le pays qui nous a donné naissance'. 
    Etant interrogés plus avant quant à l'endroit où se trouvait ce pays, et comment ils vinrent de là jusqu'ici, ils répondirent, 'Nous sommes ignorants de ces deux circonstances ; nous ne nous souvenons que de ceci, qu'un certain jour, lorsque nous nourrissions les volailles de notre père dans les champs, nous entendîrent un grand son, comme celui auquel nous sommes aujourd'hui habitués d'entendre à Saint Edmund, lorsque les cloches sonnent, et tout en écoutant le son en admiration, nous entrâmes dans une soudaine, comme ils le dirent, transe, et nous retrouvâmes parmi vous dans les champs où vous étiez en train de récolter. 

    Interrogés sur le fait que les gens de ce pays croyaient au Christ, ou si le Soleil s'y levait, ils répondirent que le pays était chrétien, et possédait des églises ; mais dirent-ils, "'Le Soleil ne se lève pas sur les gens de notre pays ; notre pays est peu chéri par ses rayons ; nous nous contentons de cette pénombre qui, chez vous, précède le lever du Soleil, ou suit son coucher. De plus, un certain pays lumineux est vu, pas très loin du nôtre, séparé de lui par une rivière très considérable. 

    Ceci, et bien d'autres choses, trop nombreuses à énumérer, sont dites avoir été racontées aux investigateurs curieux. Laissons dire à chacun ce qu'il veut, et raisonner sur de tels sujets selon ces capacités ; je ne regrette pas d'avoir répertorié un événement si prodigieux et miraculeux." 



    Un autre texte, écrit par Ralph (Radulphi) de Coggeshall dans «Chronicon Anglicanum» (réimprimé en 1857) donne cette autre version :

    "Une autre chose merveilleuse, arrivée dans le Suffolk, à Sainte Marie des Wolf-pits. Un garçon et sa soeur furent trouvés par les habitants de ce lieu près de la bouche d'un trou qui se trouve là, qui avaient la forme de tous leurs membres comme ceux d'autres hommes, mais ils différaient par la couleur de leur peau de tous les gens de notre monde habitable ; car toute la surface de leur peau était teintée d'une couleur verte. 

    Personne ne pouvait comprendre leur discours. Lorsqu'ils furent amenés comme curiosités à la maison d'un certain chevalier, Sir Richard de Calne, à Wikes, ils pleurèrent amèrement. Du pain et d'autres victuailles furent disposés devant eux, mais ils ne touchaient à aucun d'entre eux, bien que tourmentés par une grande faim, comme le reconnu par le suite la fille. Finalement, lorsque de grands haricots fraîchement coupés, avec leurs tiges, furent apportés à la demeure, ils firent signe, avec grande avidité, qu'ils devraient leur être donnés. Lorsqu'ils furent apportés, ils ouvrirent les tiges au lieu des cosses, pensant que les haricots étaient à l'intérieur ; mais ne les trouvant pas là, ils commencèrent à pleurer de nouveau. Lorsque ceux qui étaient présents virent cela, ils ouvrirent les cosses et leur montrèrent les haricots nus. Ils mangèrent ceux-ci avec grand délice, et pendant une longue période ne goûtèrent aucune autre nourriture. 

    Le garçon, cependant, était toujours languissant et déprimé, et il mourut en peu de temps. Le fille jouissait d'une bonne santé ; et s’accoutumant à divers types de nourriture, perdit complètement sa couleur verte, et récupéra progressivement l'habitude sanguine de tout son corps. Elle fut par la suite régénérée par l'application du saint baptême, et vécu de nombreuses années au service de ce chevalier (ou soldat) comme je l'ai souvent entendu de lui et de sa famille, et était plutôt dissolue et dévergondée dans sa conduite. 

    Etant fréquemment questionnée sur les gens de son pays, elle affirma que les habitants, et tout ce qu'ils avaient de ce pays, étaient d'une couleur verte ; et qu'ils ne voyaient pas de Soleil, mais jouissaient d'un degré de lumière comme ce qui est après le coucher du Soleil. Interrogée sur la manière dont elle arriva dans ce pays avec le garçon susmentionné, elle répondit que alors qu'ils suivaient leurs volailles, ils arrivèrent à une certaines caverne, dans laquelle en entrant ils entendirent un délicieux son de cloches ; ravis par leur douceur, ils partirent un long moment errer à travers la caverne, jusqu'à ce qu'ils arrivent à sa sortie. Lorsqu'ils en sortirent, ils furent saisis par la lumière excessive du Soleil, et la température inhabituelle de l'air ; et reposèrent ainsi un long moment. Terrifiés par le bruit de ceux qui arrivèrent sur eux, ils voulurent s'enfuir, mais ne purent trouver l'entrée de la caverne avant d'être attrapés." 

    (Chronicon Anglicarum, tel que cité par Picart dans ses notes sur William of Newbridge)

    .L'original n'a pu être trouvé dans la Collection of Histories, etc., de Martens et Durand, -- le seul endroit où les travaux du chroniqueurs sont censés avoir été imprimés.

    Un texte de Gervase de Tilbury ( 1152 à 1220) donne une autre version (source non retrouvée) :

    ".. Nous sommes des gens de la terre de St Martin ; qui est notre saint principal. Nous ne savons pas où cette terre se situe, et nous nous souvenons seulement qu'un jour nous alimentions les gens de notre père, dans son domaine, quand nous avons entendu un grand bruit semblable à des cloches, comme quand, à la St Edmunds, elles carillonnent toutes ensembles. Et soudain nous avons été pris dans l'esprit et nous nous sommes retrouvés dans votre champ. Chez nous il n'y a aucun coucher de soleil, ni de lever, mais seulement un crépuscule. Cependant il y a une terre de lumière à voir pas loin de chez nous, mais elle est séparée de nous par un fleuve de grande largeur..."


    Mais rien ne prouve que ces textes anglais soient authentiques. En effet ils citent des haricots (bean), hors ce légume est originaire d’Amérique Centrale, et il n'a fait son apparition en France que vers 1540. De plus à cette époque il s’agit du haricot consommé sec et non du haricot vert. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que les tendres gousses seront consommées en Europe.

    Étrangement, dans le livre alchimique "Atalanta fugiens" (Atalante fugitive) écrit par Michael Maier en 1617, on trouve un passage ressemblant étrangement à cette histoire :

    "... Cette pierre, en effet, l’emporte de loin en puissance sur l’or en face de n’importe quel venin d’animal, et on l’insère d’ordinaire dans l’or, comme dans une boîte ou une enveloppe, de peur qu’il ne se gâte ou ne se perde. Mais il faut que cette pierre soit légitime quand on la demande à l’animal ; si, par contre, on l’extrait des fosses souterraines, comme c’est l’usage, qu’on la travaille pour lui donner la forme de la précédente et qu’on lui fasse tenir sa place, elle doit être choisie à partir des meilleurs minéraux, ceux qui soulagent le cœur. C’est en eux, en effet, que l’on trouve véritablement le crapaud philosophique, non dans une carrière (comme le prétend cet inventeur de fables) et il possède l’or en lui, non au-dehors pour en faire étalage. Dans quel but, en effet, s’ornerait un crapaud caché et enfermé dans les ténèbres ? Serait-ce par hasard pour recevoir le salut magnifique du scarabée si, au crépuscule, il se portait à sa rencontre ? Quel orfèvre souterrain lui aurait fabriqué une chaîne d’or ? Serait-ce par hasard le père des enfants verdoyants qui sortirent de la terre de saint Martin disons, de la terre elle-même, comme aussi, selon le même auteur, deux chiens sortirent d’une carrière ?"

    Apparemment, c'est cet écrit alchimique qui est à l'origine du mythe des enfants verts.
    Il s'agit juste d'un texte symbolique qui ne raconte aucunement un fait réel. Et on peut penser que ceux qui s'en sont inspiré le savaient très bien.

    Quand à comprendre ce que veut expliquer ce charabia alchimique, c'est un autre problème !

    (source : atil.ovh)

    Les enfants à la peau verte
    Une vue d'artiste : "Être à la peau verte d'une autre planète" - Les émanants

    Les enfants verts de Woolpit
     
    Une vue d'artiste des enfants sortant de la grotte, inexacte cependant, puisqu'ils auraient porté des vêtements semblables à des robes  
    Un beau jour de 1173, à 4 ou 5 miles de Bury Saint Edmunds, près du village de Woolpit, des paysans se rassemblent dans un champ de maïs pour faire la moisson, quand ils remarquent, sortant des fossés caractéristiques de cet endroit 2 enfants à l'apparence étrange : ils sont vêtus de sortes de robes inconnues du coin, et surtout ont la peau verdâtre. Voyant les paysans s'approcher, et visiblement appeurés, ils tentent de s'enfuir, mais sont rattrapés.

    Le village de Woolpit  
    On les emmêne au village comme une attraction, puis devant à Wikes, à la demeure d'un chevalier, Sir Richard de Calne. Plusieurs victuailles leur sont présentées, mais ils ne mangent rien... jusqu'à ce qu'on leur montre des tiges de haricots. Ils ouvrent les tiges, ne trouvant rien, et pleurent. On leur montre comment ouvrir les cosses, et ils se décident enfin à manger les haricots qui s'y trouvent.

    Le garçon, visiblement trop malade, meurt cependant assez rapidement. La fille finit par être engagée au service de De Calne, et même par se marier 4 ans plus tard avec un homme du village voisin, un des ambassadeurs de Henri 2, sous le nom d'Agnes Barre. Elle a 13 enfants.

    Le pays de Saint Martin
    Une variation courante de l'histoire indique que depuis le pays d'origine des enfants pouvait être vu au loin un pays lumineux, séparé par un grand plan d'eau. En fait la fille aurait décrit son pays comme Non loin d'ici [Woolpit], mais coupé de nous par une grande rivière de lumière. Ce pays, les enfants l'auraient appelé Pays de Saint Martin ou simplement Saint Martin, et que les gens de ce pays étaient tous des chrétiens adorant des églises.

    Récits Newburgh (1200)
    En l'an 1200, William de Newburgh 1 entreprent de répertorier les divers événements qui eurent lieu sous le rêgne du Roi Stephen, de 1135 à 1154. William n'était pas du genre fantaisiste, et réputé pour ne pas embellir les événements, de sorte que nombre d'historiens aujourd'hui sont intrigués par le récit suivant du moine, relatant un événement étrange qui aurait eu lieu dans la ville du Suffolk de Woolpit, qui se trouve près de Bury Saint Edmonds :

    Je me dois ici de n'omettre une merveille, un prodige dont on n'a entendu parler depuis l'aube des temps, qui est connu pour s'être passé sous le Roi Stephen. J'ai moi-même longtemps hésité à lui accorder crédit, bien qu'il ait été ébruité à l'étranger par beaucoup de gens, et je pensais qu'il était ridicule d'accept une chose qui n'avait aucune raison d'être recommandée, ou au mieux avait des raisons d'être très obscure, jusqu'à ce que je fus tant submergé par le poids de tant de témoins crédibles que je fus obligé de croire et d'admirer ce que mon esprit tâche vainement d'atteindre ou de suivre.

    Il y a un village en Angleterre à quelques 4 ou 5 miles du noble monastère du Roi Béni et du Martyre Edmund, près duquel pourraient être vues certaines tranchées d'antiquité immemoriale nommées Wolfpittes dans la langue anglaise, et qui ont donné leur nom à la ville adjacente. Lors d'une moisson, alors que les moisonneurs se rassemblaient dans le maïs, rampèrent hors de ces 2 tranchées un garçon et une fille verts en tous points de leur corps, et dotés de vêtements 2 de teinte étrange et de texture inconnue. Ceux-ci errèrent éperdumment aux alentours du champ, jusqu'à ce que les moisonneurs les prennent et les emmènent au village, où nombre affluèrent pour voir cette merveille, ils furent gardés pendant des jours sans nourriture. Mais, lorsqu'ils furent presque morts de faim, et ne pouvaient toujours pas goûter aucune espèces qui leur étaient offertes pour les soutenir, il arriva que des haricots furent apportées du champ, qu'ils saisirent immédiatement avec avidité, et examinèrent la tige for the pulse, mais ne trouvant rien dans le creux de la tige, ils pleurèrent amèrement. Sur ce, un des spectateurs, prenant les fèves dans les cosses, les offrit aux enfants, qui les saisirent directement, et les mangèrent avec plaisir. Par cette nourriture ils furent soutenus durant de nombreux mois, jusqu'à ce qu'ils apprennent l'utilisation du pain.

    A la longue, par degrés, ils changèrent leur couleur d'origine, à travers l'effet naturel de notre nourriture, et devinrent comme nous, et aussi apprirent notre langue. Il semblait convenir à certaines personnes discrètes qu'ils devraient recevoir le sacrement du baptême, qui fût administré en conséquence. Le garçon, qui semblait être le plus jeune, survécu au baptême mais peu de temps, et mourrut prématurément ; sa soeur, cependant, poursuivit en bonne santé, et ne différait pas le moins du monde des femmes de notre propre pays. Par la suite, raconte-t-on, elle se marria à Lynne, et vécu à partir de là quelques années, au moins, dit-on.

    De plus, après qu'ils eurent acquis notre langue, lorsqu'on leur demanda qui et d'où ils étaient, on dit qu'il répondirent, "Nous sommes des habitants du pays de Saint Martin, qui est considéré avec une vénération particulière dans le pays qui nous a donné naissance". Etant interrogés plus avant quant à l'endroit où se trouvait ce pays, et comment ils vinrent de là jusqu'ici, ils répondirent, "Nous sommes ignorants de ces deux circonstances ; nous ne nous souvenons que de ceci, qu'un certain jour, lorsque nous nourrissions les volailles de notre père dans les champs, nous entendîment un grand son, comme celui auquel nous sommes aujourd'hui habitués d'entendre à Saint Edmund, lorsque les cloches sonnent ; et tout en écoutant le son en admiration, nous entrâmes dans une soudaine, comme ils le dirent, transe, et nous retrouvâmes parmi vous dans les champs où vous étiez en train de récolter". Interrogés sur le fait que les gens de ce pays croyaient au Christ, ou si le Soleil s'y levait, ils répondirent que le pays était chrétien, et possédait des églises ; mais dirent-ils, "Le Soleil ne se lève pas sur les gens de notre pays ; notre pays est peu chéri par ses rayons ; nous nous contentons de cette pénombre qui, chez vous, précède le lever du Soleil, ou suit son coucher. De plus, un certain pays lumineux est vu, pas très loin du nôtre, séparé de lui par une rivière très considerable". Ceci, et bien d'autres choses, trop nombreuses à énumérer, sont dites avoir été racontées aux investigateurs curieux. Laissons dire à chacun ce qu'il veut, et raisonner sur de tels sujets selon ces capacités ; je ne regrette pas d'avoir répertorié un événement si prodigieux et miraculeux.

    Coggeshall
    Si William de Newburgh avait été le seul rapporteur de cet incident, il aurait été interprété comme un conte de fées hors normes écrit par un moine ayant peut-être imbibé trop d'hydromel, mais l'Abbott Ralph de Coggeshall - un autre scribe monastique contemporain de William vivant juste à 30 miles au sud de Woolpit dans l'Essex, répertoria aussi l'appearition des enfants verts. D'eux, il écrivit :

    Une autre chose merveilleuse, arrivée dans le Suffolk, à Sainte Marie des Wolf-pits. Un garçon et sa soeur furent trouvés par les habitants de ce lieu près de la bouche d'un trou qui se trouve là, qui avaient la forme de tous leurs membres comme ceux d'autres hommes, mais ils différaient par la couleur de leur peau de tous les gens de notre monde habitable ; car toute la surface de leur peau était teintée d'une couleur verte.

    Personne ne pouvait comprendre leur discours. Lorsqu'ils furent amenés comme curiosités à la maison d'un certain chevalier, Sir Richard de Calne, à Wikes, ils pleurèrent amèrement. Du pain et d'autres victuailles furent disposés devant eux, mais ils ne touchaient à aucun d'entre eux, bien que tourmentés par une grande faim, comme le reconnu par le suite la fille.

    Finalement, lorsque de [grands] haricots fraîchement coupés, avec leurs tiges, furent apportés à la demeure, ils firent signe, avec grande avidité, qu'ils devraient leur être donnés. Lorsqu'ils furent apportés, ils ouvrirent les tiges au lieu des cosses, pensant que les haricots étaient à l'intérieur ; mais ne les trouvant pas là, ils commençèrent à pleurer de nouveau. Lorsque ceux qui étaient présents virent cela, ils ouvrirent les cosses et leur montrèrent les haricots nus.

    Ils mangèrent ceux-ci avec grand délice, et pendant une longue période ne goûtèrent aucune autre nourriture. Le garçon, cependant, était toujours languissant et déprimé, et il mourrut en peu de temps. Le fille jouissait d'une bonne santé ; et s'accoutûmant à divers types de nourriture, perdit complètement sa couleur verte, et récupéra progressivement l'habitude sanguine de tout son corps. Elle fut par la suite régénérée par l'application du saint baptême, et vécu de nombreuses années au service de ce chevalier (comme je l'ai souvent entendu de lui et de sa famille), et était plutôt dissolue et dévergondée dans sa conduite.

     Etant fréquemment questionnée sur les gens de son pays, elle affirma que les habitants, et tout ce qu'ils avaient de ce pays, étaient d'une couleur verte ; et qu'ils ne voyaient pas de Soleil, mais jouissaient d'un degré de lumière comme ce qui est après le coucher du Soleil.

    Interrogée sur la manière dont elle arriva dans ce pays avec le garçon susmentionné, elle répondit que alors qu'ils suivaient leurs volailles, ils arrivèrent à une certaines caverne, dans laquelle en entrant ils entendirent un délicieux son de cloches ; ravis par leur douceur, ils partirent un long moment errer à travers la caverne, jusqu'à ce qu'ils arrivent à sa sortie. Lorsqu'ils en sortirent, ils furent struck senseless par la lumière excessive du Soleil, et le température inhabituelle de l'air ; et reposèrent ainsi un long moment. Terrifiés par le bruit de ceux qui arrivèrent sur eux, ils voulurent s'enfuir, mais ne purent trouver l'entrée de la caverne avant d'être attrapés.

    Théories Peuple souterrain
    Les enfants verts de Woolpit Sainte Marie  
    La première idée qui vient à l'esprit lorsque l'on voit des gens d'apparence étrange sortir d'une grotte, c'est de penser qu'ils vivent sous terre. La couleur verte de leur peau serait alors le symptôme d'un manque de lumière (un lien jamais constaté cependant). Les enfants verts seraient alors une sorte de cousins des elfes et des fées dont ont disait aussi qu'ils avaient la peau verte. La prédilection des enfants pour les fèves aide encore plus à interpréter, surtout à cette époque, la nature véritablement mystérieuse des jeunes, les fèves étant décrites comme la nourriture des morts. On pensait aussi que les fantômes et autres esprits demeuraient dans les champs de haricots.

    Extraterrestres
    La deuxième idée d'explication immédiate est probablement celle d'extraterrestres. Leur peau verte, sorte de prémisse des petits hommes verts, leurs vêtements étranges et leur langue inconnue semblent être les caractéristiques d'une origine non humaine. A contrario, la constitution de ces enfants semble tout à fait normale et, de fait, la fille reprendra une pigmentation normale en s'alimentant comme les gens du coin. On comprendrait également mal dans un cadre extraterrestre les mentions tout à fait banales du "pays de Saint Martin" où les gens sont chrétiens et se rendent régulièrement à l'église, et où les enfants ont nourrit les poules avant d'entrer dans la grotte.

    On a tenté d'interpréter cosmiquement la mention de Saint Martin comme séparé d'un autre pays lumineux par une grande rivière (jusqu'à le déformer en disant que c'était la rivière qui était lumineuse), mais l'idée d'une ville éclairée derrière une rivière semble bien correspondre à cette description. Et, de fait, il existe des villages environnant du nom de Saint Martin, séparés d'autres par une rivière ou un estuaire.

    Empoisonnement
    L'histoire est toujours célébrée à Woolpit  
    Des gens du Suffolk pensent que l'histoire pourrait trouver son origine chez celle d'un comte médiéval de Norfolk qui était gardien de 2 jeunes enfants. Le comte essaya sans succès de les empoisonner à l'arsenic puis les abandonna dans le Bois de Wayland, dans la région de la Forêt de Thetford, à la frontière entre le Norfolk et le Suffolk. Là il devaient sans aucun doute mourrir, lui permettant ainsi de prendre contrôle du domaine dont ils devaient hériter lorsqu'ils attendraient l'âge adulte. Selon les gens de Woolpit, ils devinrent probablement les enfants verts qui furent trouvés par la suite, toujours vivants mais désorientés et malades.

    On sait que l'empoisonnement à l'arsenic peut faire virer la peau au vert et causer de anémie, résultat de malnutrition, dont les jeunes abandonnés devaient apparemment souffrir. Une origine relative au régime concernant leur peau verte expliquerait aussi pourquoi la complexion de la ville revint à une couleur normale après avoir commencé à consommer de la nourriture adaptée.

    Emigrants
    Mais comment expliquer la langue incompréhensible pour les gens de Woolpit ? Comme cela fut le cas pour d'autres enfants sauvages, les enfants verts de Woolpit auraient pu avoir été perdus ou abandonnés à la suite d'une période de guerre civile. L'est de l'Angleterre vivait une période d'immigration flammande au 12ème siècle, mais après que Henry 2 ait accédé au trône les immigrants furent l'objet d'une persécution, et nombre d'entre eux furent massacrés à une bataille en 1173. Il pourrait alors s'agir de la date de leur aventure.

    Etant flammands, la langue que parlaient et les vêtements que portaient les enfants auraient semblés étrangers aux villageois qui n'avaient jamais rencontré de personnes flammandes auparavant. Après que leurs parents aient été abattus, peut-être les enfants verts furent-ils perdus pendant une période dans la forêt, et errèrent-ils dans les souterrains de cette région, pour émerger près de Woolpit.

    Mais qu'est-donc le "pays de Saint Martin" ? En cherchant un peu, trouve à une vintaine de km au sud-ouest de Woolpit, toujours dans le Suffolk, plusieurs village portant ce nom, comme Tuddenham Saint Martin mais aussi et surtout Trimley Saint Martin, bordé des grands plans d'eau que sont les estuaires du Suffolk (Deben, Bawdsey). On y trouve l'église Saint Martin, établie par des immigrants... danois.

    La couleur verte resterait toutefois assez énigmatique. On connait des cas chez l'enfant comme l'adulte où elle a été constatée, consécutive à une désordre de la glande endocrine ou d'un type secondaire d'anémie. En fait la chlorosis, symptomatique d'un manque de fer, donnant une teinte vert-jaune, était connue à l'époque. On l'appelait "maladie verte" ou "maladie des vierges" car elle touchais plutôt les jeunes filles. Une telle maladie chez les 2 enfants à la fois peut paraître improbable, mais il serait après tout plus surprenant qu'ils n'aient pas souffert des mêmes carences alimentaires, si carences il y eut.

    Par la suite cette histoire inspirera une histoire identique mais près de Banjos (Espagne), en août 1887, où il est indiqué que la fille mourut en 1892.

    (source : rr0.org/)

    D’où vient la couleur de la peau ? 

    Noir ébène, café au lait, blanc albâtre ou jaune citron... Non, nous ne parlons pas de peintures mais des couleurs de la peau. Contrairement aux idées reçues, il n'existe pas seulement trois couleurs mais bien au contraire une gradation continue du blanc au marron foncé, en passant par des teintes plus rosées ou cuivrées...

    Cette diversité est liée à la présence de mélanine, le pigment qui colore la peau, dont on possède tous quelques grammes. La peau est constituée de trois couches : l'épiderme, faite de cellules, la plus superficielle ; le derme, riche en fibres élastiques, et l'hypoderme, la couche la plus profonde, qui contient également un tissu graisseux.

    C'est l'épithélium
    qui donne sa couleur à la peau, et plus précisément, certaines cellules, les mélanocytes. Ils produisent de la mélanine qui est composée de plusieurs pigments et leur nombre est variable en fonction de la localisation (il y en a plus sur le visage que sur le corps) mais identique d'une population à une autre. C'est la qualité et la quantité de pigments contenus dans les cellules qui déterminent la couleur.

    Une peau de type africain
    a environ huit à dix fois plus de pigments qu'une peau de type européen et le type asiatique cinq fois plus.  

    La couleur de peau des bébés  

    Quelle était la couleur des premiers hommes ? Comment la couleur de la peau a-t-elle évolué au fil du temps ?

    Pourquoi la couleur de peau des bébés change dans leurs premiers jours ? 

    Le vitiligo, une maladie de la pigmentation

    Il existe des maladies de la pigmentation, comme le vitiligo, qui touche plus d'un million de personnes en France. C'est une dépigmentation partielle ou totale de la peau, qui peut survenir chez n'importe qui, à n'importe quel âge et dans toutes les ethnies. Des taches blanches apparaissent du jour au lendemain, sur le visage, les pieds, les mains et les articulations.

    Dans le vitiligo, les mélanocytes disparaissent et il n'y a plus assez de mélanine dans l'épiderme. L'impact psychologique est très important, puisqu'il est visible et que les traitements restent limités. Dans certains cas, une greffe de peau est envisageable, sinon les personnes doivent apprendre à vivre avec leur maladie, éventuellement en maquillant les taches plus claires. 

       

    L’albinisme, une absence de pigmentation  

    Autre maladie, l'albinisme est une affection héréditaire qui touche environ trente nouveau-nés chaque année.

    Les albinos ne parviennent pas à synthétiser correctement la mélanine. Il y a deux formes principales : une, où la dépigmentation touche uniquement les yeux ; l'autre, où elle touche les yeux mais aussi la peau et les cheveux.

    Dans ce cas-là, la peau est très claire, les cheveux sont blancs ou blonds très pâle. Les iris, la partie colorée des yeux, sont gris ou bleus. La pupille, le point noir au centre de l'œil, a des reflets rouges.

    La peau et les yeux sont très fragiles et supportent mal le soleil, du coup les risques de cancers de la peau et de cécité sont importants.

    (source : bonjour-docteur)

    Mystères humains 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"