• Les fourmis savent s'exprimer

    Conscience animale 

    Des fourmis qui savent communiquer 

    Quel animal a atteint l’immortalité ? 

    Quel animal est le plus belliqueux ?

    Quel animal a le plus grand Supercity sur la planète ?

     Pas l’homme mais les fourmis.

    Les fourmis savent s'exprimer

    (photo : Des fourmis autour d’une feuille en forme de cœur, à Twycross,, (London News Pictures / /REX/SIPA)- rue89)

    Facilement l’un des animaux les plus importants sur terre,les fourmis semblent refléter les actions, les émotions et les industries de la population humaine, souvent plus efficacement que les humains eux-mêmes. Ils ont développé l’élevage et l’agriculture bien avant les humains, et leur division du travail ressemble aux chaînes de montage des usines automobiles et les entreprises multinationales. Le sacrifice de soi et un langage chimique finement réglé sont les fondements de leur société monarchique, qui est capable de faire la guerre à grande échelle et en prenant des esclaves. Contes de leurs massacres et atrocités, ainsi que des luttes de pouvoir, ne rappellent que trop des nôtres.La vie des fourmis n’est plus fascinante que même les esprits les plus créatifs pouvaient imaginer. 

    A travers ce documentaire nous allons être transportés dans le monde des fourmis. Un monde plus merveilleux et étrange que n’importe quelle science-fiction.(source : partagedusavoir) et Par Yves MisereyTristan Vey 

    L'émission de sons est le seul mode des communication dont disposent les nymphes pour faire savoir à leur nourrices qu'elles ont trop chaud ou que l'air est trop humide.

    Les fourmis ne communiquent pas seulement entre elles en émettant des substances chimiques, les fameuses phéromones. Certaines espèces tapent du pied. D'autres stridulent en frottant une partie râpeuse de leur corps sur une autre partie striée. Ce que l'on vient de découvrir, c'est que les insectes adultes ne sont pas les seuls à produire des sons. Les nymphes aussi communiquent de cette manière, bien qu'elles soient encore incapables de se déplacer. La démonstration est à mettre au crédit d'une équipe de chercheurs des universités d'Oxford et de Turin. Leur étude est publiée dans la revue Current Biology.

    Comme ces sons émis sont dans le domaine des fréquences audibles, on peut entendre les stridulations de certaines espèces en les enfermant dans une boîte en plastique faisant cage de résonance, indique Alain Lenoir, de l'Institut de recherche sur la biologie de l'insecte de Tours. Les micros miniatures permettant désormais d'enregistrer ces discrètes et émouvantes stridulations qui révèlent une fois de plus l'extraordinaire complexité de la communication chez les insectes sociaux.

    «Un signal d'alarme ou de détresse»

    Les sons produits par une fourmi au stade de nymphe et ceux d'une ouvrière adulte de l'espèce M. scabrinodis ont les mêmes fréquences et la même intensité, ont ainsi constaté les chercheurs britanniques et italiens. La différence réside dans le rythme: la nymphe a beaucoup moins de pulsations car elle est encore prisonnière dans ses «langes» de sclérotine à l'intérieur desquels elle prend peu à peu forme. C'est en bougeant la partie inférieure de son abdomen contre une petite plaque stridulatoire que la nymphe se fait entendre. «Il lui faut beaucoup d'énergie pour bouger son abdomen. C'est pour cette raison que le rythme est lent», souligne Alain Lenoir. 

    «La nymphe n'étant pas encore assez développée pour secréter des substances chimiques, l'acoustique est le seul mode de communication avec la colonie dont elle dispose», précisent les chercheurs dans leur article. Si les fourmis sont sourdes, elles perçoivent en revanche les vibrations par le sol. Avec leurs stridulations, les nymphes appellent les adultes à leur secours. «C'est un signal d'alarme et de détresse», explique Alain Lenoir. «Elles font savoir qu'à l'intérieur du nid, elles ont trop chaud ou que l'air est trop humide et qu'elles veulent être changées de place.» Les ouvrières adultes reconnaissent que la nymphe appartient à leur colonie car leurs séquences sonores sont apparentées.

    (source : lefigaro.fr/sciences) 

    Les Fourmis bouledogue

    Myrmecia

    Myrmecia est un genre de fourmis pouvant atteindre plus de 40 mm de longueur, avec la plus petite espèce faisant 15 mm de long. La totalité des quelque 90 espèces sont endémiques à l'Australie, à la seule exception de Myrmecia apicalis, originaire de Nouvelle-Calédonie où elle est rare. 

    Biologie

    Ces fourmis sont bien connues en Australie pour leur comportement agressif et leur piqure puissante. Leur venin peut provoquer un choc anaphylactique chez les personnes allergiques à leur piqûres. Comme pour la plupart des réactions allergiques sévères, la réaction non traitée peut être mortelle. Ces grandes fourmis alertes ont comme caractéristique d'avoir de grands yeux et de longues mandibules grêles. Elles ont une vision supérieure, capable de repérer et même suivre des intrus à une distance de 1 mètre. Myrmecia est l'un des genres de fourmis qui possède des gamergates, des fourmis ouvrières capables de s'accoupler et de se reproduire, ce qui permet la survie de la colonie après la perte de la reine. Une colonie de Myrmecia pyriformis sans reine, collectée en 1998 et gardée en captivité a produit ainsi des gamergates viables pendant trois ans.

    Alimentation

    Elles se nourrissent de petits insectes, de miellat, de graines, de fruits, de champignons, de gomme et de nectar. Les fourmis adultes se nourrissent principalement de nectar et de miellat, mais les larves sont carnivores et se nourrissent de petits insectes que leur raménent des fourmis ouvrières. Les ouvrières peuvent également régurgiter de la nourriture au retour dans le nid pour nourrir d'autres fourmis.

    Philosophie

    L'œuvre majeure du philosophe Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation, cite les Myrmecia comme exemple paradigmatique de conflits et de besoin constant de destruction dans notre « volonté de vivre ».

    « Dans ce genre, la fourmi bouledogue d'Australie présente un exemple frappant : Lorsqu'on la coupe en deux, une lutte s'engage entre la tête et la queue : celle-là commence à mordre celle-ci, qui se défend bravement avec l'aiguillon contre les morsures de l'autre; le combat peut durer une demi-heure, jusqu'à la mort complète, à moins que d'autres fourmis n'entraînent les deux tronçons. Le fait se renouvelle chaque fois. »

    Myrmecia forficata est une espèce de fourmi originaire d'Australie. On la trouve dans le sud-est du pays, mais le plus souvent en Tasmanie.

    Mesurant de 15 à 25 mm de long, Myrmecia forficata est d'un brun violacé avec un abdomen noir. Son nids peut être fait en terre et en gravier mais il peut être discrètement caché sous une roche ou ne se montrer que par un petit trou.

    Comme de nombreuses espèces de Myrmecia, elle est généralement solitaire quand elle est à la recherche de nourriture, bien qu'elle vive en colonie comme la plupart des fourmis. Elle est carnivore et charognarde.

    C'est la plus dangereuse des fourmis de ce genre. Quoique moins agressive que Myrmecia pilosula, elle produit un venin analogue à ceux des guêpes, abeilles et fourmis de feu. Son venin est considéré comme l'un des plus puissants du monde des insectes ce qui est probablement dû à la tendance de la toxine de provoquer un choc anaphylactique. C'est ce qui tue la victime.

    Les symptômes de la piqûre sont similaires à ceux des fourmis de feu. La réaction est d'abord locale, avec gonflement, rougeur et chaleur, suivie par la formation d'une cloque. Puis il y a augmentation de la fréquence cardiaque et chute rapide de la pression artérielle. Dans environ 3% des cas, la morsure provoque un choc anaphylactique. Le traitement est similaire à celui des piqûres de guêpe et d'abeille. (source : wikipedia)

    Les fourmis savent s'exprimer

    LES FOURMIS

    d'après : trebla-mountain

    - Généralités - Le corps - L' habitat - La nourriture -

    - L' organisation et moeurs - La reproduction -

    Généralités:

    Les fourmis sont des insectes invertébrés, donc sans squelette. Elles sont sociales et vivent en colonies. Il existe plus de 12000 espèces de fourmis sur la terre, dont seulement 8000 espèces répertoriées et classées. Il n' existe pas un km carré de terre ferme sans fourmi! Elles ont pu s' adapter à tous les prédateurs et conditions climatiques. Sur la terre, les fourmis vivent depuis plus longtemps que l' homme. Elles sont sur terre depuis l' époque des dinosaures!

    . Le corps:

    Leur corps est composé de la tête, le thorax et l' abdomen:
    La tête: elle comporte deux mandibules pour pincer, mordre, couper, percer, mais qui ne servent pas pour manger. Pour manger, la fourmi utilise ses mâchoires et sa lèvre inférieure qui constituent un appareil suceur et lécheur.
    La fourmi a également deux yeux composés et deux antennes. Les yeux, au nombre de 2, sont composés et formés d'une multitude de facettes. Les reines et les mâles ont 3 petits yeux (ou ocelles) en triangle sur le front. Les antennes abritent plusieurs organes des sens : le toucher, l' odorat et le goût. Elles permettent à la fourmi de suivre les pistes olfactives (odeurs). Chaque fourmi qui part seule à la recherche de nourriture laisse sur le terrain des repères olfactifs qui permettront aux autres fourmis de la colonie de suivre la bonne piste.

    Le thorax: trois paires de pattes y sont fixées. Elles servent pour marcher mais aussi pour la toilette grâce à une double brosse et deux paires d' ailes chez les mâles et les femelles (reines). Elles disparaissent après le vol nuptial. Il est à remarquer que les ouvrières n' ont pas d' ailes. Dans le thorax, on trouve également les glandes salivaires.

    L' abdomen: il comprend le jabot, l' estomac, l' intestin, les conduits respiratoires, le rectum et à l'extrémité un aiguillon et une glande à venin. Chez les reines et les mâles, l' abdomen renferme également l' appareil reproducteur. Il est à noter que chez la fourmi, le jabot (jabot social) est particulier: il garde en réserve de la nourriture qui peut être régurgitée et transmises aux autres fourmis.

    Autour de ces organes on trouve la carapace. Elle est composée d' une substance résistante et imperméable, la chitine. Elle renferme différents pigments bruns, rouges ou noirs qui confèrent à l'animal sa couleur. 

    Habitat:

    Schéma d' une fourmilièreLa fourmilière est constituée d' un dédale de galeries et de chambres souterraines surmontées d'un dôme. La fourmilière protège et réchauffe la couvée en accumulant la chaleur du soleil ainsi que l' humidité. Elle est formée de plusieurs étages ayant chacun sa destination propre: magasins, greniers, chambres communes, pouponnières pour le oeufs, larves et nymphes.
    Certaines fourmis creusent des galeries dans les arbres. D' autres cousent plusieurs feuilles entre elles avec le fil produit par les larves en filant leur cocon. L'importance des fourmilières est très variable. Chez certaines espèces, les colonies ne renferment guère plus de 20 individus. Chez d'autres, en revanche, les colonies sont gigantesques. Celles des fourmis magnans comptent jusqu'à 20 millions d'individus. On connaît par ailleurs dans le Jura suisse une colonie de fourmis rousses formée de plus 100 millions d'individus occupant 70 ha.

     

    Nourriture:
    La plupart des fourmis sont omnivores. Leur régime est varié et s' adaptent facilement aux ressources du milieu. Quand une fourmi trouve un insecte, elle le tue en l' empoisonnant avec son acide formique puis elle l'emporte dans la fourmilière pour le partager.
    Les fourmis sont friandes du sucré, de nectar, baies, graines, pollen.
    Leur œsophage de termine par un sac, le jabot, où s'accumulent les aliments qui pourront être régurgités dans la bouche d' autres individus de la colonie. La fourmi ouvrière prélève suffisamment de nourriture pour elle ainsi qu' un surplus destiné à ses compagnes restées à la fourmilière. C' est en pratiquant le bouche à bouche (trophallaxie) que les fourmis chargées de nourriture nourrissent leurs compagnes et les larves. Cet acte permet aussi d' échanger des stimulations chimiques, génératrices de complaisance sociale. Lors de l' alimentation, les larves, dégagent une sécrétion à la surface de leur corps que les larves lèchent avec avidité.

    Une seule fourmilière de fourmis rousses détruit chaque jour plus de 8 000 chenilles, 3 600 nymphes et 3 300 papillons adultes. Comme la plupart des insectes tués par les fourmis sont nuisibles aux forêts, les fourmis rousses sont protégées dans divers pays d' Europe. On les a même introduites dans des forêts où elles n'existaient pas, dans le cadre de la lutte biologique contre les insectes ravageurs.

    L' organisation et moeurs:

    L' organisation de la vie des fourmis s' articule autour de 3 castes: les reines, les fourmis ailées et les ouvrières, elles mêmes subdivisées en plusieurs sous-castes.

    Les reines: sont les femelles fécondées. Elle sont beaucoup plus grosses que les autres fourmis dont elle sont les mères. Le but unique dans leur vie est la ponte, elles ne sortiront jamais du nid ou que très rarement. Elles se font nourrir, soigner, "chouchouter" par leurs disciples, les ouvrières. Il peut y avoir plusieurs reines par nid. Dans ce cas on pourra parler de polygynie.

          

     
    Les fourmis ailées: il s' agit des mâles. Leur présence dans la colonie est de courte durée. Leur seul rôle est de féconder les futures reines. Elles meurent peu après l' accouplement.Une fourmi rousse

    Les ouvrières: elles construisent la fourmilière, chassent, trouvent la nourriture et soignent les larves. Chez certaines espèces, elles comprennent des soldats qui armés de fortes mandibules qui défendent la colonie. En général les ouvrières ne sont pas sexuées et ne se reproduisent pas. La division du travail se fait entre les ouvrières du service extérieur, les plus âgées. On les reconnait grâce à la chitine rayée, abîmée par leur travail. Elles rapportent la nourriture et protègent le nid. Celles du service intérieur sont les plus jeunes. Généralement, Fourmis champignonnistes au travailelles sont reconnaissables par leur chitine plus claire. Elles prennent soin de la reine, s’ occupent des larves et entretiennent le nid.

    Les "fourmis rouges d' Europe" construisent leurs fourmilières avec les aiguilles des résineux. Certaines espèces de fourmis, telles les "fourmis magnans" sont très voraces: elles peuvent dépecer un buffle en quelques minutes. De leur côté, les "fourmis moissonneuses" constituent de véritables greniers souterrains en y entasssant des graines. Tandis que les "fourmis champignonnistes" font pousser dans la fourmilère des champignons sur des restes végétaux.

    L' espoir de vie des fourmis est variable en raison des milieux. Mais une reine peut vivre jusqu' à 15 ans.

     

    La reproduction:

    Les insectes ailés de tous les nids apparaissent en même temps : ce sont les fourmis volantes. Elles sont poursuivies sans pitié par les oiseaux. Seules quelques femelles échapperont et créeront une nouvelle colonie. Les fourmis sexuées (mâles et femelles) s'accouplent au cours du vol nuptial au printemps ou en été. Les mâles meurent quelques jours après ce vol. Certaines femelles, les reines, pénètreront dans un nid existant. Dans ce cas la fourmilière aura plusieurs reines.
    La reine s'enfermera jusqu'au printemps en vivant sur ses réserves, en particulier les muscles de ses ailes disparues. Elle commencera alors à pondre, soignée par les ouvrières.
    Les oeufs sont éloignés de la loge royale et éclosent dans un autre endroit du nid. De ces oeufs sortiront des larves qui, après une métamorphose sous forme de nymphe, se transformeront en fourmis adultes. Les larves sont nourries de miel et de larves d'insectes par les ouvrières.

    Sources: lapinville, artezia 

      

    Conscience animale 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"