• Les messages du ciel

    Conscience de l'homme

    Les messages du ciel

    LA FRANCE DES APPARITIONS MARIALES 

    "Dieu a marqué certains lieux spécialement destinés à recevoir les vœux des hommes..." disait un chanoine de Chartres à propos des pèlerinages et des apparitions. Il semble, en effet, que les lieux "d'extériorisation" du divin se situent, avec bonheur, sur des sites à haute valeur spirituelle ou leur équivalence en puissance tellurique et chtonienne. 

    Les messages du ciel

     Parmi les manifestations les plus marquantes on peut, sans hésitation, retenir toutes celles à connotation mariale se subdivisant en deux expressions majeures: Tout d'abord une révélation aux mondes profanes sous la forme de découvertes fortuites, mises à jour ou révélations de statues, souvent antiques, de couleur sombre représentant les traits de la Vierge dite Notre-Dame. Cette première "vision mariale" engendre le plus souvent un aspect serein ou méditatif qui dérive sur un rituel qui, s'il est extrêmement fort en conviction religieuse, paraît assez passif, statique et permanent.

      Où il est question d'apparitions

    La seconde expression se manifeste sous la forme de ce qu'on appelle les "apparitions". Il s'agit là d'une vision non plus statuaire, ni matérielle, mais à échelle humaine "de grandeur nature". Cette fois le "contact" est stupéfiant et suivi d'une démarche ponctuelle, passionnelle, à la limite d'une sorte d'excitation ou de grande fébrilité religieuse. L'apparition "Mariale" est alors une manifestation active, à déploiement largement géographique et le plus souvent statique et surtout limitée dans le temps. Chaque fois un culte "sédentaire" s'enracinera profondément sur les lieux mêmes du miracle.

    Et ce fut le pèlerinage

    Dans les deux cas un pèlerinage tenace prendra naissance et perdurera en s'amplifiant régulièrement. Pour la France environ 2000 pèlerinages sont destinés au culte de la Vierge. Les plus anciens remontent au Moyen-Age, et ce ne sera qu'au XIXe S., avec les apparitions mariales majeures que se mettront en place les grandes masses de foules vers les lieux de manifestations.

    Au pied du Pilat une des dernières apparitions en France

    Les origines de ces mouvements, ou manifestations, sont souvent le reflet d'une attente, d'une terreur ou d'un cataclysme, et il en est de même pour le site où il se déroule. Maurice Colinon en résume justement une classification: Les sanctuaires "de légende" (Rocamadour) - Les sanctuaires "antiques" (N.D. de Marsat) - Les découvertes de statues ou représentations (environ une bonne centaine) - Les sanctuaires "ex-voto" (N.D. de Rochefort) - Sanctuaires "reliquaires" (St Martin de Tours) - Sanctuaires "Sépulcres et Piétas ‘’ - Sanctuaires "satellites" (transferts de lieux trop éloignés) - et enfin les sanctuaires "d'apparitions" (lieux mêmes de la manifestation).

    Plusieurs centaines d'apparitions mariales

    Il y eut plusieurs centaines d'apparitions mariales pour la France mais les autorités religieuses en retiendront 25 comme indiscutables s'échelonnant, de façon formelle, depuis le 1er S. - Les deux premières visions mariales se déroulèrent au Puy en Velay, l'une au 1er S. et la suivante au 5e S.. Elles sont étroitement liées à un site mégalithique dont le vestige "Dalle des fièvres" existe toujours sur le site. Nous développions ces faits, en détail, dans notre texte sur le Puy en Velay. - Retenons aussi le prodige du 8e S., dit "de St Jean Damascine" qui eut la main tranchée par l'Emir de Damas... la Vierge lui apparaît et, en le touchant, lui rend la main amputée. Viennent ensuite :

    Arras

    - Arras, 21 mai 1105. La population de la ville est atteinte du redoutable "Mal des Ardents". La Vierge apparaît à deux ménestrels et promet de sauver la cité. En échange, elle invite les deux hommes à conduire l'évêque Lambert de Guines à l'église Ste Marie et à y prier toute la nuit. Elle remet alors à la cité un cierge allumé et demande de laisser tomber un peu de sa cire dans l'eau du bénitier qui se transformera en une panacée merveilleuse et souveraine. La "Sainte Chandelle" sera honorée à Arras jusqu'à la Révolution Française...

    Guadalupe (Espagne)

    - Nous sommes en Espagne, à "Guadalupe", entre les 13e et 14e S. Dans une lueur éblouissante, la Vierge apparaît à un pauvre berger. Elle ressuscite son fils et... une vache! L'apparition souhaite que l'on prie pour elle.

    Guadalupe (Mexique)

    - Mexique. Décembre 1531. En un lieu qui s'appelle encore "Guadalupe", N.D. se manifeste, dans une lumière insoutenable, sur un ancien lieu de culte aztèque. Elle demande des prières, une église et guérit aussitôt l'oncle du témoin, Juan Diego. La vision se déroule accompagnée de chants d'oiseaux, que nous pouvons interprêter comme la Langue des Oiseaux. Enfin il y aura l'éclosion de roses miraculeuses et le manteau du témoin recevra l'impression de l'image de la Vierge! Ce fut sans doute, une des apparitions les plus insolites.

    Le Laus

    - Benoite Renavel a 17 ans, elle est bergère. Ce mois de mai 1664, rien ne semble la prédisposer à ce qu'elle va vivre sur la commune de St Etienne-le-Laus (Hte Alpes). Son maigre troupeau parcourt la montagne sur le lieu prédestiné de St Michel. Un vieillard lui apparaît -la Tradition dira qu'il s'agit de St Maurice- et l'avise que le lendemain, au vallon de St Etienne, elle rencontrera la Mère de Dieu. C'est dans une chapelle de montagne, en ruine, que les rencontres se feront durant des années... La Vierge apparaît tantôt seule, tantôt accompagnée de Jésus ou d'anges. Pour témoignage il y eut un parfum suave et des traces de pied d'enfant. La chronique ajoutera que pendant 54 ans la Vierge entretiendra le contact avec Benoite...

    La timidité mariale...

    Avant de poursuivre il est utile d'observer certains détails. Jusqu'au 19e S., soit durant 1800 ans, il n'y eut que 6 apparitions mariales reconnues authentiques. Ces dernières ne font l'objet, de la part de N.D., que de la seule demande de lieux de culte et de prières. Il n'y a jusqu'à cette date aucun prédiction. On note aussi, pour ces 6 visions miraculeuses, de nombreuses preuves extraordinaires: neige en été, apparition d'animaux, floraison de buissons ou de rosiers secs, un cierge magnifique, chants d'oiseaux, résurrection d'humains et d'animaux... impression d'images sur un manteau. Si l'on fait un rapide bilan, on peut affirmer qu'il y eut 6 apparitions réelles pour 18 siècles, soit une moyenne d'une chaque 300 ans! C'est assez peu pour un temps où l'on aurait pu abuser de la crédulité d'une population dont le premier souci n'est pas la culture... mais bien la superstition religieuse!

    Rue du Bac
    La chapelle rue du Bac lieu de l'apparition de 1800

    Nous sommes à présent au début de 1800. Les normes d'éducation vont changer et on pourrait supposer qu'il sera plus difficile de faire admettre le miraculeux, et d'abuser, le cas échéant, de la naïveté populaire. Et pourtant tout va aller très vite... Jusque là les apparitions se produisent seulement en des lieux éloignés et isolés. - Il en est tout autrement cette nuit du 18 au 19 juillet 1830, en plein Paris... au 140 rue du Bac. Cette adresse est celle de la maison des Sœurs de St Vincent de Paul (on notera la subtilité!!!), et Catherine Laboure, 23 ans, y est novice. Il est près de minuit. Elle est tirée de son sommeil par une sorte "d'enfant" habillé de blanc, âgé de 4 à 5 ans, qui l'invite à se rendre à la chapelle... où l'attend la Ste Vierge! La novice obéit et, dans le sanctuaire où tout est paisible, elle s'agenouille et prie. L'enfant la tire bientôt de sa méditation: "voici la Ste Vierge! la voici!!!". " voici la Ste Vierge!" cette fois la voix d'enfant est devenue forte, grave, c'est celle d'un homme.

    Première prophétie mariale

    La Vierge est là, assise. Le contact est établi! Non seulement l'apparition se déroule dans la capitale, mais pour la première fois un message prophétique est délivré par une vision mariale. Elle prédit de grands malheurs pour la France... dix jours plus tard la révolte éclate dans Paris, le dernier étendard à fleurs de lys cède devant le drapeau tricolore, l'église est menacée et Charles X sera déchu le 31 juillet! Autres subtilités non retenues à ce jour: l'apparition se déroule à la première heure du 19 juillet, fête de la St Arsène!!!... et nous sommes en outre en pleine période des saints dits caniculaires!!! Les amateurs apprécieront. Notre Dame reviendra visiter Catherine. Le 27 novembre la vision jette, par ses mains, des éclats de lumière dorée puis se dilue dans un ovale en haut duquel se lit: "O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous". Puis le miracle livre son revers où se dessine un M surmonté d'une croix, d'épines, d'un coeur percé d'une épée. N.D. promet que cette médaille formera une protection à qui la portera... frappée en 1832 cette dernière aurait honorée largement sa promesse! Catherine vivra, humblement, jusqu'à près de 60 ans, entre " sa tâche de portière de l'Hospice d'Enghien et l'entretien du poulailler". Son corps repose, sans corruption, dans la chapelle de la rue du Bac... 

    La Salette

    - Maxime Giraud, 11ans, Mélanie Calvat, 15 ans. Tous deux, "loués" pour veiller le troupeau du fermier Selme, sont illettrés et ne parlent que le patois local du village de La Salette (60km de Grenoble). Assoupis après leur maigre repas de midi, ils s'éveillent et ne voient plus leur troupeau. Partis à la recherche des bêtes, ils les trouvent, paisibles, un peu plus loin... les rassemblent et reviennent là où ils laissèrent leurs besaces... ce samedi 19 septembre 1846. Près des sacs est, maintenant, une lumière intense et sphérique. Les enfant empoignant leur bâton s'avancent avec crainte. La lueur semble s'ouvrir et laisse voir une "dame assise dans la clarté" visiblement en pleurs. Elle se lève à leur arrivée, leur demande de ne pas avoir peur, et s'approche d'eux à les toucher. Vêtue à la mode régionale elle s'exprime en français. Ses larmes s'effacent avant de toucher terre.

      

    Une sévère prophétie

    Comme pour "la rue du Bac" l'apparition prophétise mais avec sévérité cette fois. Chargeant les enfants de transmettre le message, elle se plaint du manque de religion des hommes et invite à la prière. Puis elle évoque les calamités futures... en patois cette fois!: les raisins, les noix, et les pommes de terre pourriront. Le blé ne poussera plus, la famine emportera les enfants! Ensuite la vision se déplace pour rejoindre l'endroit où les vaches attendaient. Les enfants remarquent que l'apparition ne marche pas mais glisse au-dessus du sol. S'arrêtant... tout à coup elle s'élève à plus d'un mètre, puis s'efface lentement dans une grande clarté... Mélanie et Maxime transmettront le message. Ils seront longuement questionnés. Jamais ils ne varieront d'un mot, durant les 5 ans d'enquête religieuse, leurs témoignages. Un an après, 50.000 pèlerins visitent les lieux du miracle. La basilique édifiée en août 1879, le culte à La Salette engendrera près de 1500 chapelles sous son vocable. Nous savons encore que l'apparition délivra, en patois, un secret à Mélanie. Ce dernier fut consigné par écrit, en double exemplaire, et immédiatement envoyé au Pape... qui restera étrangement "flou" sur ce propos, ne semblant pas souhaiter revenir en détails sur le contenu de ce message.

    Etrange topographie pour un miracle

    Revenons, à présent, sur les lieux du miracle. Tout d'abord un petit survol topographique du secteur en question. Pour accéder au sanctuaire, la route débute à "Corps"... Puis la première station du Chemin de Croix se situe au "Col de l'Homme". Ces deux sites rappellent, à s'y méprendre, les lieux ponctuant les chemins templiers de première importance. Le nom de la source où s'abreuve le troupeau mérite aussi notre attention: "La Fontaine sans Eau". Il est à lui seul un non-sens absolu et curieux. Enfin nous retiendrons que le phénomène se passe à haute altitude: 1770m, dans un endroit très isolé, austère, se prêtant tout à fait à la majesté d'un décor propre à recevoir l'évènement mariale.

    Les petits bergers de la Salette

    Le lieu géographique de La Salette apparaît bien comme un endroit sacré ayant un passé mythologique indiscutable. En effet le théâtre des faits est, d'une part au pied du Mont Gargas, et d'autre part au dessus de la vallée du Drac!!! Gargas n'est autre que le souvenir des géants, de Gargantua, donc des origines solaires antiques. Quant au Drac, il nous rappelle la créature merveilleuse que de multiples saintes Marthe et Marguerite s'évertueront à dompter à grands renforts de croix de St André... ou encore à l’étrange Babaos de Périllos.

    La prophétie des pommes de terre...

    Maintenant observons la prophétie mariale. La Vierge s'adresse en français aux enfants qui entendent, et comprennent, sans avoir la plus petite maîtrise d'une autre langue que le patois local! Ils transmettront le message prophétique sans la moindre difficulté. Pourtant, pour le secret, et le détail des "pommes de terre" N.D. s'exprime en patois... sans doute plus intime. Peut-être ainsi la vision est certaine qu'il ne pourra y avoir d'erreur dans la retransmission... cette précaution souligne l'importance primordiale des éléments à consigner??? Voilà tout un monde usant du "don des langues"... ou abusant de la Langue des Oiseaux!!!

    ... Et un secret pour le Pape
    Vue du site de la salette

    La Salette est la deuxième manifestation où l'apparition mariale fait des prédictions catastrophiques... et la première à communiquer un secret à l'attention du Pape! Penchons nous à présent sur le message destiné aux hommes. Il est question, avec insistance, de pommes de terre pourries que les hommes maudiront. Puis qu'à Noël il n'y aura plus de ce légume. Ensuite la Vierge précise qu'un an avant (???) elle avait envoyé un avertissement en "gâtant que pour les hommes" ces tubercules indispensables... et que personne ne fut attentif à cette mise en garde. Le message s'achève sur des paroles d'apaisement: "s'ils se convertissent les pierres, les rochers seront des monts de blés, les pommes de terre (encore) seront ensemencées par la terre..."

    Réalité des faits

    Le miracle se produit en 1846 et le détail n'en est relaté qu'un an plus tard par les enfants. C'est alors que se prépare, et éclate enfin, une terrible révolte à Paris. La disette est générale sur la France entre 1846 et 1847.
    L'image des pommes de terre s'inscrit donc bien dans le schéma chronologique du pays. Mais soulignons aussi que les petits bergers sont illettrés et ne peuvent, en aucun cas, avoir la plus petite notion politique, économique, agricole et historique de ce qui se passe loin de leur village pour "inventer" ou construire seuls un message... que personne, d'ailleurs, ne tenta de superposer à la réalité de la situation française du moment!!!

    La connaissance des bergers

    Pourtant le milieu rural vit une époque critique. Rappelons que les productions de tubercules furent réduites à néant en Allemagne et Flandres en raison d'une maladie causée par une sorte de champignon... en 1845! Cette épidémie agricole atteint la terre de France justement en 1846! On est tenu d'admettre que les propos de N.D. "collent" formidablement à la réalité des faits politiques et sociaux... que les deux petits bergers ne pouvaient qu'ignorer, perdus sur leur haut plateau de l'Isère. Il y a là tout lieu à méditer, avec profondeur, sur la part de l'imaginaire et du possible... ou du phénomène de "cause à effet". Mais le mot image n'a pas justement valeur de symbole de transmission d'une idée ou d'une réalité... à l'attention de celui "qui ne sait ni lire ni écrire"??? là encore il nous faudra admettre l'interprétation sur les trois plans habituels: profane, initié et sacré!

    (source : france-secret

      

    Conscience de l'homme

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"