• Les murs cyclopéens

    Lieux énigmatiques

    Les murs cyclopéens

    Le mur cyclopéen ou appareil cyclopéen est un mode de construction primitif, constitué de grosses pierres équarries ou non, agencées ou simplement entassées de manière à former un mur défensif ou une jetée, un barrage, un pont, voire une route.

    L'expression « mur cyclopéen » est habituellement réservée aux civilisations anciennes, tandis que le même principe appliqué de nos jours à des réalisations de génie civil telles que barrages-poids ou jetées en mer recevra plutôt le nom de cordon d'enrochement.

    Les murs cyclopéens

    (source : culturesancestrales)

  • Sacsayhuaman, la forteresse

    Sacsayhuamán (mot quechua) est une forteresse inca située à deux kilomètres de la ville de Cuzco au Pérou. Construite à l'origine dans un but défensif, la forteresse se trouve à 3 700 m d'altitude. Elle a la forme d'une tête de puma, animal sacré dans la tradition inca.

    Cette immense forteresse, fut érigée à l'initiative de l'inca Pachacutec et sur les plans de son architecte Huallpa Rimachi. L'œuvre fut poursuivie sous le règne de Tupac Yupanqui, et peut-être achevée sous celui de Huayna Capac. On estime que plus de 20 000 hommes travaillèrent pendant 50 ans à sa construction.

    Elle est composée de trois remparts parallèles longs de 600 m, disposés en zigzag, lesquels sont constitués de blocs monolithiques, (le plus grand mesure 9 m de haut, 5 m de large et 4 m d'épaisseur, pour un poids d'environ 350 tonnes) parfaitement assemblés et encastrés les uns dans les autres. Les techniques utilisées pour transporter ces masses restent un mystère. Les enceintes, qui mesurent à peu près 360 m de long, sont reliées par des escaliers et des portes trapézoïdales.

    En 1533, le chroniqueur espagnol Sancho Pedro de la Hoz écrivait à son sujet :

    « Dans tout le pays, vous ne trouverez pas de murailles aussi magnifiques. Elles sont composées de pierres si grandes, que personne ne peut croire qu'elles y aient été amenées par des êtres humains... Ni l'aqueduc de Ségovie, ni aucune autre construction réalisée par Hercule ou par les Romains ne peut être comparée à celle-ci. »

    La forteresse était garnie de trois tours dont il reste les fondations :

    • La tour ronde de Muyomarca abritait l'Inca et sa cour pendant les périodes de méditation et de jeûne.
    • Celle de Paucamarca avait une fonction religieuse et était vouée au culte du Soleil. Sa base au sol est constituée d'un cercle de pierres d'une douzaine de mètres de diamètre et d'une structure en étoile dont la signification n'est pas éclaircie. D'après la légende, elle était reliée au temple du Soleil par un réseau de galeries souterraines.
    • Celle de Sullamarca était réservée à la garnison et abritait des dépôts de nourriture, d'armes et de vêtements.
     
    Les murs en dents de scie du site Inca de Sacsayhuamán surplombant l’ancienne capitale Inca, Cusco, au Pérou.

    Construite par l'inca Pachacutec vers le milieu du xve siècle, à la suite de l'attaque de Cusco en 1438, elle fut finalement achevée par les incas qui suivirent (Tupac Yupanqui, Huayna Capac).

    Sous les murs de Sacsayhuaman se joua l'un des derniers épisodes de la conquête du Pérou. En 1536, lors du soulèvement de Manco Inca, les Espagnols qui tenaient le centre de Cuzco furent assaillis de toutes parts par des milliers de soldats incas. Ils réussirent de justesse à conserver leurs positions et tentèrent de desserrer l'étau par une contre-attaque sur Sacsayhuaman qui se solda par un échec : Juan Pizarro, le plus jeune des quatre frères, y fut mortellement blessé.

    La bataille donna lieu à l'héroïque épisode du capitaine inca Cahuide, passé à la postérité : alors que les Espagnols assaillaient la tour où il s'était retranché avec plusieurs guerriers, il préféra sauter dans le vide et alla s'écraser au pied de celle-ci plutôt que de se rendre.

    Le siège de Sacsayhuaman a été relaté par un témoin oculaire de la bataille, Pedro Pizarro (le cousin des quatre frères), dans sa chronique Relacion del descubrimiento y conquista del Peru, rédigée en 1571.

    Selon l'archéologie classique c'est la culture Killke qui a construit la partie la plus ancienne du site il y a près de mille ans. Toutefois les Incas croyaient que le site avait été construit par un ancien peuple de race inconnue, dirigé par un Dieu puissant descendu du ciel.

    Image
    Image
    Image
    Image(source : wikipedia - culturesancestrales)

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"

     

    Yahoo! Pin It

  • Equateur, un mur inca

    un mur cyclopéen découvert relance les mystères équatoriens sur les géants

    Dans une aventure tout droit sorti d'un film d'Indiana Jones, une structure à 2.590 m au dessus du niveau de la mer a été mis au jour, dans une forêt dense, humide et souvent nuageuse, sur les flancs orientaux des Andes.

    Les explorateurs ont découvert des ruines au fond d'une jungle d'Amérique du Sud, sur une montagne périlleuse, qui pourrait démêler des mystères archéologiques centenaires - et révéler une partie du fabuleux Trésor Royal de l'Inca.

    C'est une large structure de 260ft par 260ft (80 m par 80 m) à 8500 pieds (2.590 m) au dessus du niveau de la mer, qui a été mise au jour par le groupe multinational, constituée de blocs de pierre de 200 tonnes en moyenne.

    Leur théorie initiale suggère qu'il pourrait contenir le trésor des Llanganatis, une énorme quantité d'or et d'autres richesses prétendument cachés au début du 16ème siècle par le général Inca Ruminahui pour le protéger des forces des conquistadors espagnols.

    Selon la légende, le général a emmené le trésor dans les montagnes Llanganatis et l'a caché dans une grotte ou jeté dans un lac. Il a été capturé et torturé par les conquistadores, mais n'a jamais révélé l'emplacement.

    Les explorateurs ont déjà trouvé divers objets sur le toit plat de la structure - peut-être le mausolée d'Atahualpa, le dernier empereur des Incas qui a été exécuté par les Espagnols - où les sacrifices ont peut-être eu lieu .

    Situé dans le parc national de Llanganates en Equateur, le site est à seulement 20 miles (32 km) de la ville de Banos de Agua Santa, un centre populaire de tourisme d'aventure et une passerelle pour les visites dans le bassin de l'Amazone.

    Mais il ne peut actuellement être atteint que par un trek de 8 à 10heures à travers les nœuds de la jungle montagneuse (désolé, Dr Jones, il y a quelques serpents !). Et la structure est difficile à examiner en détail puisqu'une une grande partie est ensevelie dans le sous-bois et par de la mousse épaisse.

    Le gouvernement d’équateur soutient maintenant une expédition archéologique officielle pour explorer le site et espère un jour être en mesure de l'ouvrir aux vacanciers aventureux.

    Un porte-parole du ministère du tourisme a déclaré : " Nous espérons être en mesure de partager cette découverte avec les visiteurs locaux et étrangers, en leur offrant une perspective unique sur le riche patrimoine et la culture de nos ancêtres. « C'est une perspective très excitante pour nous. "

    Le site, dans le parc national Llanganates, est étudié par une équipe de la Colombie, de France, d'Amérique et des explorateurs équatoriens.

    Parmi eux, Bruce Fenton, un Britannique de l'Équateur et chercheur dans les cultures autochtones de la région, qui a été impliqué dans le projet pendant environ trois mois, après avoir entendu des récentes découvertes faites par des randonneurs locaux. Il prévoit deux visites sur le site avant la fin du mois. Également impliqué est Benoit Duverneuil, un archéologue franco - américain, qui a entrepris une expédition ici plus tôt cette année.

    Le gouvernement équatorien a été prévenu de la découverte et une expédition officielle avec des archéologues et paléontologues devrait avoir lieu. Le site attire déjà des groupes intéressés pour récupérer des objets.

    Il est à seulement 20 miles (32 km) de la ville de Baños, mais il faut environ huit heures de trek à travers la jungle marécageuse et montagneuse. Le site se trouve à environ 8500 pieds (2.59 km) au-dessus du niveau de la mer et dans la forêt de nuages​​, où il pleut la plupart du temps. Une voie qui lui est connue pour les risques posés par les attaques des abeilles tueuses africanisées.

    La mesure précise de la structure et son développement possible plus profondément n'a pas encore été faite. La grande structure est un mur, en pente à un angle de 60 degrés, avec une surface plane au sommet où la plupart des objets ont été trouvés.

    L'équipe estime que le sommet a été utilisé pour une certaine forme d'activité humaine peut-être des sacrifices. Certains ont suggéré que cela aurait pu être le lieu de sacrifices humains, avec l'inclinaison délibérément conçue pour permettre à une tête de rouler sur le côté.

    La région est affectée par des glissements de terrain réguliers et beaucoup de la structure est recouverte par la boue et la végétation, ce qui rend les enquêtes difficiles.

    Il y a plusieurs autres grands monticules - également recouverts par la boue et la végétation - dans un mile carré, et les explorateurs pensent qu'ils pourraient être plusieurs structures artificielles, ainsi que ce qui semble être une route.

    L'équipe estime que la structure déjà découverte pourrait contenir des chambres et M. Duverneuil, qui entreprit une expédition sur le site en Avril et Mai 2013, estime qu'il pourrait être le mausolée d'Atahualpa.

    Inca empereur

    " Cela pourrait être l'une des plus grandes découvertes archéologiques que jamais, " a-t-il dit. « Ce serait énorme. Nous n'avons tout simplement pas des structures de ce type et de cette taille dans cette partie du monde. Mais nous sommes d'une certaine façon en train de déclarer que c'est fait.

    " Cela ressemble à un mur pavé, à une ancienne rue ou une place avec un angle de 60 degrés, peut-être le toit d'une structure plus large. Beaucoup de pierres ont été parfaitement alignées, ont des bords tranchants et semble avoir été sculptées par des mains humaines. Mais il y a encore une chance que cela pourrait être une formation très inhabituelle de roche naturelle ".

    Il n'a pas non plus exclu une connexion soit avec la culture Panzaleo, qui a été créée vers 600 avant J.-C. et a vu la construction de grands temples dédiés à ses dieux, ou le peuple Canari, qui étaient rivaux des Incas et ont uni leurs forces avec les Espagnols pendant la conquête.

    Mais M. Fenton soupçonne qu'il pourrait remonter plus tôt dans le temps que l'un de ces groupes. Il croit que le site est autrefois devenu une ville, construite ici pour capitaliser sur l'or trouvé dans les rivières de la région, et pourrait être de la taille de Machu Picchu, la cité inca dans le sud du Pérou.

    " Il s'agit d'une zone très inhospitalière et est toujours considérée comme très dangereuse à cause du paysage ", dit-il. " La seule chose dans les environs de beaucoup de valeur aurait été de l'or. Il semble que les objets sont répartis sur une vaste zone de jungle inhospitalière et ce n'a de sens que si une raison à long terme est présente. "

    Contrairement au Pérou, où beaucoup d'attention va aux sites incas telles que Machu Picchu, les ruines archéologiques de l'Équateur attirent un nombre limité de touristes et les dépenses du gouvernement sont limitées.

    Certains de ceux qui sont impliqués croient que cela pourrait être le mausolée d'Atahualpa, le dernier empereur inca qui a été capturé par les Espagnols conquérants, ou détenir le trésor des Llanganates, un grand trésor d'or et d'autres richesses amassées par ses partisans pour payer sa libération.

    En échange de sa liberté, Atahualpa aurait offert de remplir une salle avec de l'or. Mais l'offre a été rejetée et il a été exécuté en 1533.

    Son corps aurait été exhumé, momifié, puis caché par ses partisans dans la région dans laquelle le nouveau site a été trouvé. Selon la légende, de grands trésors - qui avaient été amassés pour la rançon - ont été enterrés avec lui, ou séparément...

    La recherche de la tombe et sa richesse a été l'un des plus grands jeux de piste historique du monde, inspirant beaucoup d'expéditions, jusqu'à présent sans succès.

    D'autres estiment que le site nouvellement découvert remonte à beaucoup plus tôt, à des inconnus, des cultures pré-Incas de 500 avant JC, en citant ce qui semble être des outils rudimentaires qui s'y trouvent.

    La légende locale veut que la zone était autrefois peuplée par une civilisation d'un peuple exceptionnellement de grande taille et le caractère apparemment hors normes de certains des quelques 30 objets trouvés ont conduit certains à décrire la zone comme la cité perdue des géants.

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"

    toneEcoMinga’s Juan Pablo Reyes examines a cross-section of the wall. The stones are very thick. Photo:Lou Jost/EcoMinga.

    Yahoo! Pin It

  • Cucuruzzu en Corse

    Montée dans la forteresse, à gauche, par l'escalier

    Cucuruzzu est un site préhistorique en Corse-du-Sud découvert en 1963.

    Un sentier balisé descend en pente douce dans un vallon pour atteindre une forteresse, de laquelle on a une vue sur la région verdoyante et les Aiguilles de Bavella. Ce village forteresse, datant de l’âge du bronze et qui aurait été abandonné à la fin av. J.-C., intègre les éléments naturels que sont les gros blocs de roche granitique aux empilements de pierre constituant les murs réalisés par l'homme. Un escalier aux marches assez grossièrement taillées mène à l'intérieur occupé par des abris ou autres « diverticules » (recoins) sur une surface approximative de 400 m.

     

     

    Yahoo! Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique