• Les mystérieuses citées d'or

    Lieux énigmatiques

    Les mystérieuses cités d'or

    tant recherchées par les Conquistadors.

    Histoire du mythe des cités d’or :

    Tant qu’elles n’auront pas été retrouvées, les cités d’or resteront un mythe qui continuera de faire rêver aventuriers, explorateurs ou chercheurs de trésors. La légende naquit avec la découverte de l’Amérique en 1492 par les conquistadors assoiffés de nouvelles richesses.

    Il est certain que la croyance aux différents mythes des cités d’or s’est propagée et amplifiée au fur et à mesure que les conquistadors découvraient de nouvelles régions, de nouvelles villes, parfois très riches. Francisco Pizarro négocia la liberté du dernier empereur Inca contre une rançon de six tonnes d’or qui finit par être payée, ce qui fit grand bruit jusqu’au trône d’Espagne et même au-delà.

     Si les Incas ont pu payer une telle rançon, dès lors comment ne pas se laisser aller à imaginer que leurs richesses devaient être colossales. Un autre fait marquant, Ernan Cortez découvrira Tenochtitlan, la capitale des Aztèques au début du XVIième siècle. Là il s’emparera d’un immense trésor, le quinto real qu’il expédiera immédiatement en Espagne. Tous ces hauts faits suffiront à convaincre le trône d’Espagne que le nouveau monde regorge d’innombrables riches.

    Quantité d’expéditions seront entreprises pour renverser les civilisations Aztèques, Mayas et Incas et ainsi s’emparer de leurs territoires et de leurs richesses. Ce sont des évènements historiques tels que ceux-ci qui permirent aussi aux mythes et aux légendes parfois les plus folles de voir le jour.

    Cibola :

    C’est à partir de 1539 que le mythe des cités d’or va prendre de l’ampleur avec l’expédition mise sur pied par le Vice-roi d’Espagne, Antonio de Mendoza. Des rumeurs avaient été rapportées de l’existence de villes aux richesses infinies situées dans le nord de la Nouvelle-Espagne. Mendoza tentera de retrouver ces richesses méconnues en envoyant le moine franciscain Marcos de Niza pour une expédition de reconnaissance. Marcos de Niza une fois sur place enverra plusieurs équipes de reconnaissance qui recueilleront les récits des populations indigènes mentionnant effectivement l’existence de cités très riches qui auraient été situées dans la végétation dense de l’actuel Nouveau-Mexique. Marcos de Niza pensa alors qu’il s’agissait des sept cités mythiques de Cibola.

    De retour en Espagne, le moine franciscain fit part de son récit au Vice-Roi Mendoza qui fut séduit par la perspective de s’enrichir. Sans perdre de temps, il organisa une seconde expédition qu’il confia cette fois au commandant Francisco Velasquez de Coronado. Dès 1540, il prit la route vers les Amériques avec de nombreux soldats et le franciscain Marcos de Niza qui lui servit de guide. Cette expédition n’avait plus le caractère pacifiste de la précédente, il s’agissait cette fois d’une opération militaire. Une fois sur place, après d’intenses campagnes d’explorations de plusieurs mois, le commandant Vasquez de Coronado commencera à mettre en doute les récits du moine Marcos de Niza.

    L’immense soif d’or des Espagnoles mais aussi le fait qu’ils ont parfois découvertes d’anciennes cités perdues dans la jungle donneront naissance à d’autres mythes comme celui de l’Eldorado ou de la légendaire Paititi.

    L’Eldorado :

    De l’espagnol el dorado : le doré. Il s’agit d’une cité mythique réputée regorger d’or. Cette légende existait depuis longtemps auprès des peuples de la région de l’actuelle Colombie. Elle fut ensuite relayée et amplifiée par les conquistadors espagnols qui ont toujours cru aux mythiques cités d’or. De nombreuses expéditions seront entreprises en Amérique du Sud entre le 17ième et le 19ième siècle par différents explorateurs. Certains chercheront l’Eldorado au Brésil, d’autres iront vers le Venezuela ou la Guyane, aucun d’entre eux ne la découvrira.

    Paititi :

    Ou Gran Patiti, une cité d’or légendaire issue du mythe Inca. Paititi aurait été située dans l’actuel Pérou ou la Bolivie, sur le versant oriental de la cordillère des Andes, ou encore dans la forêt amazonienne péruvienne, elle aurait servi de ville refuge aux derniers rois Incas et à leur peuple. La légende laisse penser que les Incas y auraient caché leurs immenses trésors afin de les protéger des pillages et exactions commis par les conquistadors espagnols.

    Le mythe de Paititi prend naissance avec la mort d’Atahualpa, roi Inca qui régnait au moment de l’arrivée des conquistadors. Toujours selon la légende, le roi Atahualpa aurait d’abord entretenu de bonnes relations avec le conquistador Francisco Pizarro (1476 – 1541) mais avec les temps, l’avidité en or de l’espagnol devient de plus en plus grande si bien que le roi Atahualpa finit par refuser de continuer de l’approvisionner. Pizarro finira par capturer Atahualpa et demandera à son peuple une rançon de six tonnes d’or qui lui sera remise. Malgré cela, Pizarro essayera de savoir auprès de son prisonnier ou se trouvent toutes ses richesses. Atahualpa ne dira rien, il finira par être exécuté en 1532 par Pizarro à l’issue d’un procès expéditif.

    Récapitulatif : Les trois grandes civilisations ayant marqué le nouveau monde avant l’arrivée des conquistadors.

    Les Incas :

    L’empire Inca s’étendait sur une immense région longue de plus de 4000 kilomètres, bordant l’océan Pacifique, allant de la Colombie au nord jusqu’au Chili au sud. Une dynastie de treize empereurs auront régné sur l’immense empire Inca. Le dernier d’entre eux fût exécuté en 1532 par le conquistador Francisco Pizarro. La capitale du pays Inca était Cuzco et la langue officielle était le Quechua.

    Les Mayas :

    Civilisation précolombienne installée au Mexique, au Belize, au Guatemala, au Honduras et au Salvador. Les Mayas sont apparus au troisième millénaire avant J.C. Cette civilisation connut son apogée entre le onzième et le quatorzième siècle. Cette période coïncide avec l’émergence de grandes cités comme Tikal, Chichen Itza, et Uxmal. Le déclin du peuple Maya puis leur disparition survint au moment de la conquête espagnole et l’arrivée des conquistadors au XVIe siècle.

    Les Aztèques :

    Les Aztèques, aussi appelés Mexicas peuplaient vers le quatorzième siècle une petite île sur le lac Texcoco qui se trouvait à l’emplacement de l’actuelle ville de Mexico, au Mexique. Cette cité s’appelait à l’époque Tenochtitlan. A peine deux cent ans plus tard, les Aztèques étaient à leur apogée, ayant développé une civilisation qui était alors parmi les plus avancées d’Amérique. La fin de cette civilisation survint avec l’arrivée des espagnols en 1519, menés par Cortez. Leur dernier empereur fut exécuté en 1524 ce qui précipita leur extinction.

    Cités retrouvées au cours des siècles en Amérique Centrale et en Amérique du Sud.

    Le Machu Pichu, majestueuse cité Inca au Pérou. 

    Il s’agit d’une ancienne cité Inca perchée sur le sommet d’une montagne, entre la cordillère des Andes péruviennes et la forêt d’Amazonie. A la chute de l’empire Inca, la ville fut abandonnée puis oubliée pendant plusieurs siècles.

    Il est difficile de savoir qui le premier a redécouvert la cité du Machu Pichu. Les premières références directes remontent à 1902 cependant il est fort probable que des péruviens vivant dans la région en connaissaient l’existence depuis bien avant sa redécouverte. Depuis 1983, le site est inscrit au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO.

    C’est l’historien américain Hiram Bingham, de l’Université de Yale qui entreprit en 1911 les premières fouilles et études scientifiques du site. Le machu Pichu est aujourd’hui la principale destination touristique du Pérou, environs 400.000 touristes s’y rendent chaque année.

    Tikal, cité Maya enfouie dans la jungle du Guatemala.

    Tikal était l’un des principaux centres et probablement même la capitale de l’empire Maya. La construction des premiers bâtiments remonterait aux environs de 400 avant J.C. La ville connut une longue période de prospérité entre le troisième et le dixième siècle à peu près. Un fait curieux, la ville semble avoir été abandonnée subitement vers la fin du Xième siècle. Une grande partie du site était consacré aux cérémonies. On compte plus d’une centaine d’édifices anciens dont les plus importants sont les pyramides à six étages dominées par un temple au sommet. Tout proche, dans la jungle, on pourra visiter aussi les vestiges de palais royaux, des palais et d’anciennes habitations. La zone habité à l’époque couvre une surface de plus de soixante kilomètres carré. Toute la zone à l’heure actuelle n’a pas encore été fouillée.

    Tenochtitlan, ancienne capitale des Aztèques au Mexique.

    Tenochtitlan est le nom donné à l’ancienne capitale de l’empire Aztèque, fondée probablement au cours du XIVième siècle. A cette époque, elle était peuplée de près de 200.000 habitants, plus que dans n'importe quelle ville d'Europe à la même époque. A l’origine, la cité était bâti sur une petite île située sur le lac Texcoco. Il n’en reste pratiquement plus rien aujourd’hui, le lac ayant été asséché, elle est intégralement recouverte par la ville de Mexico. Cependant, des fouilles archéologiques font régulièrement ressurgir de somptueux vestiges du peuple Aztèque.

    (source : etrange

      

    Lieux énigmatiques

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"