• Les nuages noctulescents

    Mystères de la terre

    Les nuages noctulescents

    Ces nuages de très hautes altitudes, rarement observables en plein jour, semblent se multiplier depuis un siècle. L'origine de ces fines draperies lumineuses est inconnue l'éruption du Krakatoa a un temps été accusée et la raison leur multiplication encore plus.

    Les nuages noctulescents

    (photo : lyc-briand-gap)

    Un satellite de la Nasa les traque depuis trois ans.
    C'est un paradoxe : alors qu'ils pestent tout le reste de l'année contre les nuages qui leur cachent les beautés du ciel, les astrophotographes passent actuellement leur soirées à guetter une variété particulière d'entre eux, les nuages noctulescents.

    Appelés aussi nuages polaires mésosphériques, ils circulent dans la mésosphère, autour de 80 kilomètres d'altitude, bien loin des nuages habituels qui plafonnent à 12 kilomètres au-dessus de nos têtes, au sommet de la troposphère.

    Trop ténus pour être décelables la journée, ils deviennent légèrement lumineux lorsque le Soleil s'est couché et les éclaire par dessous alors que le sol et les basses couches de l'atmosphère sont déjà plongés dans le noir.

    Principe des nuages noctulescents.

    Présents à très haute altitude, ls deviennent visibles quand le Soleil est couché et les éclaire par dessous.

    Un phénomène qui prend de l'ampleur observés pour la première fois à la fin du 19e siècle, ces nuages avaient alors été attribués au Krakatoa. Le 27 août 1883, l'éruption cataclysmique de ce volcan indonésien avait en effet projeté dans l'atmosphère d'impressionnantes quantités de cendres qui modifièrent le climat de la planète et déclenchèrent des crépuscules flamboyants pendant plusieurs années.

    Nuages noctulescents le 16 juin 2010 en Irlande. Crédit Martin McKenna
    Mais depuis un siècle les nuages noctulescents n'ont cessé de s'étendre, quittant les régions polaires pour se former à des latitudes de plus en plus basses, et leur luminosité augmente.

    Pour expliquer ce phénomène, ce n'est plus le volcanisme qui est mis en cause mais plutôt l'augmentation des activités humaines.

    La glace d'eau qui compose majoritairement ces nuages peut en effet provenir de la multiplication des lancements de fusées et navettes spatiales ainsi que de l'hydrogène issu du méthane, l'un des principaux gaz à effet de serre.

    Pour mieux comprendre ces nuages mésosphériques, la Nasa a lancé en avril 2007 le satellite AIM (pour Aeronomy of Ice in Mesosphere). AIM est équipé d'un collecteur de poussières (destiné à confirmer ou non l'origine terrestre des particules présentes dans ces nuages) et d'une caméra pour suivre la formation et le développement de ces draperies lumineuses. 

    Pour qui veut les voir, les nuages noctulescents sont à rechercher en direction du nord-ouest après le coucher du Soleil, quand le ciel est bien sombre, à une vingtaine de degrés au-dessus de l'horizon. N'hésitez pas à poster vos commentaires et vos éventuelles images sur notre forum d'astronomie.

    (source :futura-sciences) 

       

    Nuages polaires mésosphériques

     
     

    Les nuages noctulescents, aussi connus sous le nom de nuages polaires mésosphériques, sont des formations atmosphériques de très haute altitude. Pour un observateur terrestre, ils se présentent comme de brillants nuages en forme de filaments ou de nappes, visibles durant le crépuscule profond c'est-à-dire le crépuscule astronomique.

    Le terme de « noctulescent » signifie plus ou moins « qui brille dans la nuit  » en racines latines. La plupart du temps, ces nuages sont observés durant les mois d'été entre les latitudes 50° et 70° au nord et au sud de l'équateur.

    Éléments généraux

    Les nuages noctulescents sont les nuages les plus hauts dans l'atmosphère terrestre, situés dans la mésosphère, à une altitude d'environ 75 ~ 85 km au-dessus du niveau de la mer, tandis que les autres nuages se répartissent entre 12 km et la surface.

     Depuis la surface terrestre, les nuages noctulescents sont visibles seulement quand ils sont illuminés (par le soleil) par en dessous, ce qui suppose que la lumière du Soleil n'éclaire plus le sol et les basses couches de l'atmosphère qui sont déjà dans l'ombre de la Terre (voir la figure ci-dessous).

    En dehors de ces conditions, ils sont généralement trop peu brillants pour être vus à l'œil nu. Les nuages noctulescents représentent un phénomène d'aérologie mal compris, notamment les conditions de leur formation et de leur maintien.

    Il a été proposé dans le passé, comme explication de ce phénomène, que les nuages noctulescents étaient en fait composés de cendre volcanique ou de poussières météoritiques. Mais il a été montré plus récemment que ces nuages sont en fait composés principalement de glace, ce qui a été confirmé par le satellite UARS.

    Il semble que ces nuages soient un phénomène relativement récent. Ils ont été rapportés pour la première fois en 1883, peu de temps après l'éruption du volcan Krakatoa. Depuis plusieurs années il est établi [1] que la vapeur d'eau relâchée lors des lancements de la navette spatiale contribue à la formation de nuages noctulescents vers 100-110 km d'altitude.

    Les nuages noctulescents peuvent être étudiés depuis le sol, depuis l'espace, et même « in situ » par des fusées. Mais ils sont trop hauts pour être atteints par les ballons stratosphériques. Le satellite AIM, lancé en 2006, est dédié à la recherche sur les nuages noctulescents.

    (source : wikipedia) 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"