• Les peintres de l'Au-dela

    Mystères humains

    Les peintres de l'au-delà

    Matthew Manning    

    Les peintres de l'Au-dela    MATTHEW MANNING

    Matthew Manning ( né en 1956 - se présente comme un sujet psi britannique. À l'âge de dix-neuf ans, il prétend avoir des pouvoirs paranormaux: psychocinèse, voyance, écriture automatique, prémonition, médiumnité, poltergeist, etc.

    Biographie

    Durant son enfance, sa famille affirme qu'elle aurait été témoin de phénomènes de poltergeist. Au collège, ces manifestations auraient continué et Manning se serait soumis alors à des cérémonies d'exorcisme.

    Par la suite, Manning aurait prétendu parvenir à dominer ces phénomènes en s'adonnant à l'écriture automatique. Grâce à ce système, il écrirait dans plusieurs langues (latin, grec, russe, arabe, etc.) sans comprendre la teneur des messages.

    Plus tard, il se tourne vers le dessin et la peinture automatiques. Certains aurait reconnu dans les œuvres ainsi produites la marque de grands peintres décédés : Dürer, Picasso, Klee et Matisse, entre autres.

    En 1974, il subit des tests à Londres, à Toronto et en Allemagne. Les études tendraient à prouver que son cerveau produit des ondes cérébrales inconnues chez le commun des mortels.  

    Bibliographie

    • Matthew Manning, D'où me viennent ces pouvoirs?, Albin Michel, 1975, traduit par Robert Genin. (ISBN 2-226-00178-6) (Br.) et J'ai Lu L'Aventure Mystérieuse n°A341

     

    source : wikipedia

     LES PEINTRES DE L'AU-DELA

    Des œuvres d’art réalisées en quelques minutes, voilà ce que font de rares médiums qui prêtent leur corps au talent de peintres passés dans l’Au-delà...Pablo Picasso, un des peintres qui ont le plus marqué le XXe siècle, est mort en avril 1973. Trois mois après sa mort, le médium britannique Matthew Manning a tenté d’entrer en communication avec 1’« esprit » de l’artiste : en se concentrant, il a senti sa main courir sur le papier, produire plusieurs dessins à la plume à la manière de Picasso et signer « Picasso » au bas de l’œuvre. De tels faits déroutent ceux qui s’intéressent aux étranges pouvoirs de l’homme et au problème de la survie après la mort. Une seule question se pose : ces œuvres sont-elles originales ou ne sont-elles que le fruit de l’imagination du médium ? En d’autres termes, ces œuvres sont-elles des preuves irréfutables de la survie de l’esprit après la mort ou bien ne sont-elles que le produit de la propre créativité du médium, qui atteindrait, par une certaine forme de créativité, au génie artistique ? La réponse n’est pas aisée, surtout si l’on n’accepte pas d’emblée l’explication fournie par les médiums eux-mêmes, qui ne doutent pas un instant de la réalité de leur contact avec les grands artistes dont ils perpétuent l’œuvre. Matthew Manning, notamment, possède de nombreuses esquisses (dessins et peintures) exécutées « psychiquement » depuis son adolescence, au début des années soixante-dix. Le célèbre médium a expliqué comment il entrait en communication avec les artistes défunts. Sa démarche est aussi rationnelle que fascinante.  

     La méthode de Manning :

    L’esprit calme, il reste assis, un bloc de papier et un crayon à la main. Il se concentre alors sur un artiste donné. Cependant, il n’est pas question pour lui d’entrer en transe ou de tomber dans une sorte d’inconscience. Sa lucidité reste entière du début à la fin de l’expérience. Assez rapidement, le crayon commence à courir sur le bloc de papier. Il part du centre de la feuille pour finir par la couvrir tout entière et dessiner une véritable œuvre d’art, dans laquelle il est presque toujours possible de reconnaître la « manière » de l’artiste sur lequel le médium se concentrait. Parfois même, le travail est signé par la main de Matthew Manning. C’est une sorte de code : dans ce cas-là, le dessin est bien de l’artiste lui-même. Dans le cas où aucune signature n’apparaît, le médium considère qu’il n’a pas eu affaire au maître, mais à un de ses élèves ! Chacun des esprits évoqués par Matthew Manning possède sa personnalité propre. Le plus fatigant reste Pablo Picasso : « Après les quelques minutes qui lui sont nécessaires pour exécuter un dessin, a noté le médium, je me sens tellement épuisé que je ne peux rien faire avant des heures. » Au cours du premier contact avec 1’esprit de Picasso, en 1973, Matthew Manning a constaté que sa main était guidée par une « force considérable » : deux de ses plumes seront cassées sous l’effet de cette violence. Une fois le dessin terminé, une observation attentive de son style a révélé au médium qu’il s’agissait indubitablement du style de Picasso... Pour choisir des couleurs, Pablo Picasso s’est montré un des esprits les plus serviables : il guidait la main de Matthew Manning au-dessus d’une boîte de couleurs. La plupart des autres esprits d’artistes disparus se contentent d’utiliser la plume. Parmi les pièces de la collection de ce médium hors du commun, on trouve des œuvres « signées » par Paul Klee, Leonard de Vinci, Albrecht Durer, Béatrix Potter ou le miniaturiste élisabéthain Isaac Oliver... La palette de l’artiste est étendue. Une fois terminées, les œuvres ainsi transmises à Matthew Manning ont l’air, au moins, d’excellentes copies.

    La « valeur » des œuvres

    Là où un artiste vivant aurait besoin d’une dizaine d’heures pour exécuter un tableau de taille et de complexité comparables, Matthew Manning ne met qu’une à deux heures et son travail a toujours un aspect de finition assez remarquable. De plus, en une ou deux heures, il n’a manifestement pas le temps d’équilibrer sa propre inspiration par une esquisse préalable...  

     Le médium Gasparetto ... (voir l'article)

    Pourtant Matthew Manning n’est pas le plus rapide des médiums artistiques. En mars 1978, le Brésilien Luiz Gasparetto a exécuté, devant des millions de téléspectateurs, près de vingt et un tableaux en soixante-quinze minutes ! En état de transe, il travaillait sur plusieurs tableaux à la fois, parfois des deux mains et dans des styles aussi différents que ceux de Cézanne, de Renoir ou de Picasso. Encore plus curieux : ces tableaux étaient d’une facture parfaite, mais ils étaient réalisés à l’envers ! Ce qui a provoqué les plaintes de nombreux téléspectateurs, persuadés que la chaîne de télévision passait le film en accéléré et en inversant les bobines...

     Revenu à un état conscient, Luiz Gasparetto s’est montré incapable de peindre quoi que ce soit, à plus forte raison d’imiter plus de vingt styles différents. Son seul souci aura été de se concentrer sous l’intense lumière des projecteurs de la télévision, lui qui était habitué à n’entrer en transe que dans une semi-obscurité propice à l’inspiration. Luiz Gasparetto a fait de ces séances de peinture psychique une sorte d’industrie : après chaque démonstration, les tableaux sont vendus aux enchères et le produit des ventes est remis, conformément à la règle des spirites brésiliens, à des œuvres charitables. Matthew Manning, par contre, peint beaucoup moins.

    Alors, créations venues de l’Au-delà ou talent propre à chaque médium ? La question reste ouverte. Pour certains chercheurs spécialisés dans le paranormal, il est possible que l’art automatique ne soit que l’expression d’une face cachée de la personnalité du médium, qui exprimerait sa sensibilité refoulée. Ce n’est qu’une hypothèse parmi d’autres...

    (source : parasciences)

    Matthew Manning

    L'anglais Matthew Manning l'un des plus célèbre sujet psi provoque depuis sa tendre enfance toute la gamme des phénomènes dits paranormaux. Mais c'est seulement après un voyage en Inde en 1977 qu'il dit avoir appris à maitriser les énergies du psychisme à la seule fin qui en vaille la peine : guérir.

    Et il a démontré devant la science officielle qu'il possède ce don exceptionnel au plus haut degré.

    1977... Matthew Manning n'a que 21 ans. Il est pourtant célèbre dans le monde entier. Il a expérimenter à plusieurs reprises des phénomènes de hantise, et cela dès son plus jeune âge. C'est un remarquable artiste médiumnique, et les séances d'écriture automatique auxquelles il a participé ont été des succès. La projection astrale n'a pas de secret pour lui. Il est capable de tordre du métal par la seule influence de son esprit, et il s'est révélé un remarquable télépathe.

    Manning s'est toujours prêté avec bonne grâce au contrôle scientifique, ce qui n'est pas le cas de tous les grands sujets psi.
    En laboratoire, il a prouvé qu'il pouvait intervenir parapsychologiquement sur des systèmes biologiques. Utilisant une technique qui combine relaxation profonde et visualisation intense, il a, par exemple, réussi à intervenir sur le comportement des gerboises, qui sont des petits rongeurs de caractère très indépendant, ainsi que sur l'orientation d'un poisson électrique. Il peut agir sur le taux d'hémolytique du sang humain ou sur l'influx produit par l'électricité statique de la peau...

     Ces expériences ont été conduites dans des centres  de recherches de grand renon, tant en Grande-Bretagne qu'en Allemagne ou aux Etats-Unis. Citons pour l'exemple  la Mind Science Foundation au Texas, le Washington Center Resarch de San Francisco ou l'université de Californie à Davis.

    Dans ce dernier cas, Matthew Manning a prouvé qu'il était en mesure d'influencer l'esprit, ou du moins le cerveau d'un autre homme.
    Le test était supervisé par le professeur loring Chapman, que les spécialistes de parapsychologie considèrent comme l'une des plus hautes autorités mondiales en la matière. Un autre scientifique, le professeur Fred Lorenz, servait de deuxième sujet.

    Matthew Manning

    A San Antonio, au Texas, il aurai réussi, sous l'égide du docteur John Kmetz, à faire périr des cellules cancéreuses par imposition des mains.
    Sur 30 expériences, 27 furent absolument positives, ce qui constitue un pourcentage de réussite stupéfiant par rapport à ceux que l'on obtient d'habitude lors de contrôles psi statiques.

    Malheureusement, Kmetz refusa de publier ces résultats. Estimait-il qu'il était trop tôt pour le faire et donner un fol espoir aux millions de gens qui périssent chaque année de la terrible maladie ? Eut-il peur de s'attirer la vindicte des officiels de la médecine ? Il n'est pas toujours aussi aisé que l'on pense de faire face à la réalité de ses propres découvertes...

     Un sujet psi gagne sensiblement en efficacité lorsqu'il est très motivé.
    C'est le cas de Manning depuis toujours. Mais après son voyage en Inde, durant l'année 1977,sa conviction grandit encore davantage.

    Matthew Manning

    '' .... Je m'y étais rendu, déclara-t-il, dans l'espoir de rencontrer un guru, que je m'attendais à trouver perdu en méditation dans la position du lotus et qui m'aurait donné toutes les réponses mystiques aux questions qui me tourmenteraient... "

    Rien de cela. Mais à 3 500 mètres d'altitude, dans l'Himalaya, il eut une sorte d'illumination :

    " ... Je sentis profondément que je faisais âme avec tout ce qui m'entourait , et en même temps j'eus l'intuition que cet état de conscience était comme une présence autour de moi. Je n'étais pas un pur esprit, mais quelque chose de beaucoup plus vaste... "

    Matthew Manning

    Manning insiste sur le fait que l'énergie thérapeutique ne procède pas de lui. Il canalise, ou, plutôt, il " catalyse " des forces extérieures par le biais de ses facultés parapsychologiques, qu'il dirige ensuite sur le mal à faire disparaître en utilisant une technique de visualisation qu'il a longuement décrite. Plus cette visualisation de la maladie et de sa disparition est précise, plus le résultat est remarquable.

    " ... J'imagine, dit-il, que le mal est symbolisé par une plage rouge au niveau de l'organe atteint. Je vois par exemple une colonne vertébrale complètement noyée dans cette couleur rouge vif. Ensuite, je me représente avec, en main, une énorme éponge. Je plonge cette éponge dans le corps. Et j'imagine fortement que l'éponge aspire toute cette couleur... Quand elle est gorgée de rouge, je la sors du corps et je la presse longuement à l'extérieur. Je me représente la couleur quittant l'éponge jusqu'à cette dernière soit tout à fait propre. Alors je reviens à la colonne vertébrale et j'éponge encore jusqu'à ce que le ménage soit complètement fait ! "

    Matthew Manning

    Pendant l'opération, le guérisseur comme le patient éprouvent diverses sensations. Par exemple, ils ont une impression de chaleur et de picotements. Des phénomènes purement physiques peuvent aussi se produire. Ainsi, l'une des malades qu'il a guérie, Idris King, raconta au Sunday New de Nouvelle-Zélande, qu'au moment où il toucha la base de son cou, elle avait eu la sensation qu'on extirpait quelque chose d'elle-même.

    Un autre patient néo-zélandais qui souffrai d'anosmie ( perte de l'odorat ) depuis 2 ans, après un grave accident, éprouva de léger chocs à l'intérieur de son nez pendant la cure. Après imposition des mains, il percevait à nouveau normalement les odeurs.

    Matthew Manning

    Au cours d'un voyage en Allemagne de l'Ouest, Manning obtins le concours de deux médecins pour contrôler ses patients avant et après ses interventions. Ils reconnurent avec grand étonnement qu'il obtenait des résultat satisfaisants dans 95% des cas. A Fribourg, par exemple, il soigna devant eux un certain Friedrich Landenberger d'une ostéo-arthrite qui l'empêchait de mouvoir les bras. Après quelques minutes de cure, il était tellement soulagé... qu'il leva ces derniers au ciel en signe de joie intense !
    Or, les médecins avaient assuré qu'aucune thérapeutique classique n'aurait pu obtenir ni même permettre d'espérer pareil résultat.

    Dans la même ville, Matthew Manning traita Frau Rippich, l'épouse d'un des observateurs. Elle ne croyait pas en une possibilité de guérison psi.
    Pourtant, après intervention du médium, elle put facilement mouvoir son avant bras qu'elle était incapable d'étirer depuis plus d'un an.

    Lors d'une émission télévisée anglaise intitulée Les Guérisseurs , qui fut diffusée en janvier 1982, Matthew Manning soigna en public deux personnes atteintes d'affections chroniques très douloureuses.
    Ni l'une ni l'autre ne croyaient en l'éfficacité du traitement psi.

    Matthew Manning

     La première, un éditeur américain qui souffrait d'un genou, ne ressentit aucune amélioration après l'intervention de Manning. La seconde, une femme dont le nom n'a pas été divulgué, était atteinte d'une infection avancée de la hanche. Son médecin, qui fut interviewé pendant l'émission, assura que le mal était irréversible et que l'on pouvait atténuer la douleur avec des médicaments.

    Après une vingtaine de minutes de traitements par Manning, la malade admit, malgré son scepticisme, qu'elle souffrait sensiblement moins, alors qu'elle n'avait connu aucun répit pendant près de deux ans. L'amélioration fut durable, et d'ailleurs la souffrance disparut complètement.
    " Cela ne peut pas être, avoua-t-elle, mais pourtant c'est ainsi "

      Matthew Manning

    Combien de cas jugés incurables par la médecine officielle le guérisseur paranoral n'a-t-il pas résolu ?

    Voilà qui ouvre de vaste perspectives à de nouvelles formes de soins dont on a déjà largement soupçonné l'interêt, tant aux Etats-Unis qu'en Union Soviétique.

    Pour lui, le problème est beaucoup plus vaste : les maux physiques ou mentaux qui s'abattent sur nos contemporains malgré les immenses progrès de la science médicale procèdent directement du fait que l'homme a perdu le contact avec les grandes énergies du Cosmos, e qu'il est allé jusqu'à provoquer la nature et son équilibre. Aucune solution matérialiste ne saurait êre apportée à cela.

    Le rôle du guerisseur psi est, à tous niveaux, de rétablir l'harmonie perdues. (source :mystere-et-insolite)

    La puissance de l'Esprit aux petits soins des hommes

    Extrait du livre "D'où me viennent ces pouvoirs" sortie en 1975.

    (...) Un étrange incident survint au mois de janvier 1972 (à 16 ans). J'allai en ville avec l'intention d’acheter un disque de Ringo Starr (It don't come easy) - mais je ne pus le trouver dans aucun des deux magasins spécialisés. Déçu je revins à l'école. Et voici qu’en pénétrant dans ma salle d'études je découvris sur mon bureau un exemplaire neuf du disque. Or personne à l'école ne possédait ce 45 tours, j'en suis absolument sûr.

    D'où venait-il ? Je n'en sais toujours rien. Avais-je tant envie d'avoir ce disque qu’il s'est purement et simplement matérialisé ? (…)

    J'eus par la suite différentes expériences du même genre, mais je n'ai jamais réussi à réaliser un désir de force. Souvent , il m'arrive de trouver des objets que j'ai désirés, mais sans m'être appliqué à les chercher consciemment. C'est le subconscient qui agit et me permet de les obtenir de la façon la plus naturelle.

    Par exemple, j'avais besoin de matériaux pour faire brûler l'effigie de Guy Fawkes (1) au fond du jardin. N'ayant qu'une demi-douzaine de boîtes en carton, j’allai demander à ma mère ce que je pourrais utiliser. Nous n'étions que nous deux à la maison, et ell en avait aucune idée. Je retournai dans le jardin et, à ma grande stupéfaction, j'aperçus un tas de grosses bûches à côté des boîtes en carton.

    (1) Guy Fawkes était le chef de la conspiration des Poudres (1605). Les gamins portent son effigie en procession et la brûlent le 5 novembre. (N .d.T.)

    Qui avait pu les mettre là ? Il n'y avait personne d'autre chez nous ce jour-là, sans compter que j'étais resté très peu de temps absent : Seule explication possible : les bûches s'étaient matérialisées pour répondre, en quelque sorte, à mes désirs.

    Autre fait curieux : les objets qui se matérialisent de cette façon n'étaient jamais des articles de première nécessité. Parmi ces apports figuraient plusieurs disques, un paquet de sucre, un billet de banque, une paire de gants noirs, des timbres-poste...

    Un incident bizarre survint dans le train Brighton-Londres. Un soir que je revenais à Cambridge, n'ayant rien mangé de la journée je fus soudain pris de fringale. Impossible d’apaiser ma faim car il n y avait pas de wagon-restaurant. A un moment, je me rendis aux toilettes pour me laver. J'avais pris un gant dans mon sac de voyage que j'avais refermé soigneusement.

    De retour dans mon compartiment, je remis le gant dans le sac et là, à ma grande surprise, je découvris une bouteille de bière et une tarte aux pommes, dont je me régalai !

    Suggérer que quelqu'un était entré pendant mon absence pour fourrer dans mon sac la tarte et la bière serait une explication tout à fait irréaliste. Comme dans le cas des bûches, qui aurait pu avoir l'idée d'un tel geste ? Qui aurait pu savoir que j'avais faim? J'étais le seul occupant de mon compartiment.

    Entrant un matin dans ma chambre, je trouvai sur le lit une liasse de bons-primes. Autant que je me souvienne, je n'avais pas émis de souhait dans ce sens, encore qu'il me faille préciser que ma mère fait collection de ce genre de coupons. Nous les comptâmes. II y en avait six cent quatre­ vingts. Je calculai que cela aurait dû correspondre à des achats d'un montant de dix-sept livres. L'origine de ces bons reste un mystère.

    (Vincent) Pour comprendre le fonctionnement, voici un autre court extrait du même livre.

    Matthew a remarqué qu'il ne peut plier un objet (métallique) à volonté. Une forte concentration, surtout s’il se sent observé, ne donne pas grand-chose. Mais que cette concentration soit troublée, que quelqu'un par exemple parle d'un autre sujet et l’objet de métal se tord presque immédiatement. (...)

    Matthew pensionnaire

    Extrait du livre "D'où me viennent ces pouvoirs" sortie en 1975.

    Quelque temps après, le Dr George Owen écrivit au directeur (de l'école ou Matthew va être pensionnaire) :

    « Comme il ressort de la lettre que m'a adressée M. Manning, je constate que vous avez fait face à la situation avec beaucoup de sympathie et de jugement. Il est très difficile dans un établissement où l'on doit veiller à l'ordre général, à la morale et à la bonne conduite du travail, d'accepter l'éventualité d'un dérangement, mais je suis sûr que votre décision de garder Matthew à l'école, outre le fait qu'elle est très humaine, s'avère entièrement justifiée.

    Je souhaite fortement que vous puissiez dominer la situation jusqu'à la fin du trimestre. S'il m'est permis de faire une suggestion, je vous conseillerai, pour le bien des enfants, de chasser l'idée que ces faits sont" surnaturels ", dans le sens d'une intervention angélique ou démoniaque, ou encore d'une manifestation des esprits de personnes défuntes, etc. »

    Le directeur allait trouver le trimestre long. Il prenait un grand risque en me gardant, étant donné le nombre de garçons qu'il avait sous sa responsabilité.

    Le soir de mon arrivée, il me convoqua dans son bureau. L'air plutôt embarrassé, il reconnut qu'il n'avait jamais été confronté à ce genre de problèmes et qu'il n'avait aucune idée de ce qui pouvait remédier à pareille situation. Cependant, il était prêt à suivre toutes les suggestions qu'on voudrait bien lui soumettre, dès l'instant où elles étaient susceptibles d'amener un fin rapide du phénomène. Précisément, nous avions la chance d'avoir comme intendante une femme douée pour la perception extra-sensorielle (E.S.P.). Elle dit qu'elle connaissait quelqu'un qui pourrait peut-être nous aider. Elle était arrivée quatre semaines avant la fin du dernier trimestre, et je n'avais pas encore eu l'occasion de la rencontrer.

    La nouvelle « qu'il se passait quelque chose » fit assez rapidement le tour de mon cercle d'amis. Je ne me rappelle pas quelles furent leurs réactions à l'époque. En tout cas, rien ne se produisit au cours de la première nuit. Le dortoir resta paisible. Aucun incident non plus le lendemain, à ma grande surprise car, depuis des semaines, je n'étais plus habitué à un tel calme.

    Dans le dortoir aux lits superposés j'occupais une couchette basse, sans personne au-dessus de moi. Vingt-six internes dormaient dans cette pièce, de forme carrée, au milieu de laquelle trônait une immense armoire, carrée elle aussi, qui montait jusqu'au plafond. Nous étions tous en seconde, avec des examens importants en cours de trimestre.

    Je couchais dans un angle du dortoir, près d'une fenêtre, à l'écart des autres lits. Mais cet éloignement ne dura pas longtemps. Dès la deuxième nuit, mon lit bougea et s'éloigna du mur peu après l'extinction des lumières. Je me levai vivement et le repoussai dans le coin; il s'était déplacé d'une cinquantaine de centimètres. Au bout de deux minutes, le phénomène recommença, au grand étonnement de ceux de mes camarades qui en furent témoins. Cette fois, je ne le remis pas en place ; je le laissai là où il était, à environ cinquante centimètres des deux murs.

    Quelque temps après, un lit vide près de l'endroit où le mien était habituellement se mit à se déplacer latéralement sur une distance d'environ un mètre quatre-vingts, laissant une zone libre à côté de moi, que mon lit s'empressa d'occuper en dérivant d'un mètre vingt dans la même direction. Cela provoqua une grande agitation parmi les pensionnaires. On alluma, et les lits perturbateurs furent remis à leur place. Puis on éteignit en commentant passionnément l'incident. Quand mon lit bougea de nouveau, je le laissai là où il était et m'endormis.

    Chose assez surprenante, les événements de la nuit furent uniquement discutés par le groupe d'élèves du dortoir, ce qui signifiait qu'ils étaient les seuls à savoir ce qui s'était passé, à l'exception, bien sûr, du directeur et de l'intendante qui avaient été mis au courant par un de mes camarades. Pendant quelques semaines, aucun des occupants du dortoir ne parla ouvertement des lits vagabonds, de crainte que les autres ne se moquent de lui.

     

    Après les violentes manifestations de poltergeist du congé de Pâques 1971, Mr Manning craignit, non sans raison, qu'elles le reproduisent à l'internat. Perturbant les trois ans qu'il y passa Matthew et se camarades furent témoins d'événements extraordinaires. Trois fois, le directeur pria les parents de Manhew de le reprendre ; trois fois il revint sur sa décision.

    Au cours de son séjour à l'école, Matthew (1 - haut à droite sur la photo) reçut le soutien de l'intendante (2 - en bas à droite) . Sur les conseils de celle-ci, le directeur chercha de l'aide à l'extérieur. Le directeur des études (3- en bas à gauche) accompagna Matthew à un étrange rendez-vous, où un expert en sciences occultes enseigna au jeune homme l'usage d'un rituel d'exorcisme. (Une formule d'exorcisme "païen" qui se révéla totalement inefficace).

    Les événements qui eurent lieu dans le dortoir de Matthew provoquèrent des bouleversements spectaculaires. Des lits superposés très lourds se déplacèrent seuls. Des apports furent propulsés dans la pièce. Une fois, quatorze couteaux de table furent « lancés » contre les murs et des lits. Il y eut du verre brisé, des clous, des cailloux. Ces incidents perturbèrent sérieusement le sommeil des pensionnaires. Des parents se plaignirent auprès du directeur.

    (Voir le plan du dortoir et le déplacement des lits. Dessin extrait du livre).

    D’autres dortoirs furent perturbés ; des lueurs brillantes apparurent sur les murs. La chaleur qui en émanait faillit provoquer un incendie. Ces phénomènes s'allénuèrent puis disparurent dès que Matthew commença à se livrer à des exercices d'écriture automatique. 

    Les mêmes incidents se reproduisirent la nuit suivante, provoquant des réactions identiques chez mes condisciples. Certains étaient tout à fait démontés par le fait que ces systèmes de lits superposés étaient difficiles à déplacer, avec leur lourde armature métallique et leurs pieds sans roulettes.

    Autant que je sache, il n'arriva rien d'insolite dans la journée.

    Après une troisième nuit d'agitation dans le dortoir, un de mes camarades alla voir l'intendante. Le directeur, quant à lui, avait décidé de laisser courir les choses, du moins tant que les perturbations n'étaient pas trop importantes.

    Certes, l'intendante allait contribuer indirectement au contrôle du phénomène, mais elle voulut en faire vraiment trop. Elle adopta une attitude subjective qui la conduisit à tout accepter sans le moindre discernement. C'était une personne qui voulait sincèrement m'aider, mais malheureusement elle avait l'habitude de tout prendre de travers, et ensuite d'imposer ses vues. Elle était de ces femmes qui cherchent à entrer en contact avec « l'au-delà » dans des pièces obscures.

    Ayant donc entendu mon camarade, elle demanda à me voir. Après deux heures de conversation, elle eut la certitude qu'elle pourrait faire quelque chose. En réalité, elle n'avait jamais été confrontée auparavant à un problème de ce genre.

    La nuit suivante, comme pour rattraper le temps perdu, les démonstrations du poltergeist augmentèrent d'intensité. Non seulement mon lit se déplaça comme il l'avait fait les trois nuits précédentes, mais deux autres en firent autant, à la grande surprise de leurs occupants. Des objets furent projetés dans la pièce et, lorsqu'on donna la lumière, on vit que le plancher était jonché de verre brisé, de vis et de clous. Nous balayâmes le tout dans un coin, mais quand on éteignit, l'agitation recommença. Cela continua pendant une heure environ, jusqu'au moment où les élèves commencèrent à sombrer dans le sommeil.

    Le directeur fut assez ennuyé, surtout lorsqu'il apprit que ma salle d'études avait été dérangée au cours de cette même nuit. Qu'allait-il répondre si des parents d'élèves lui téléphonaient pour avoir une explication? Le bruit de l'événement ne manquerait pas de leur parvenir et sans doute, lui feraient-ils grief de tolérer que les mauvaises plaisanteries d'un élève viennent contrarier le sommeil de leur fils en pleine période de compositions et d'examens.

    Au cours de la soirée suivante les mêmes choses se reproduisirent. Divers objets qui, manifestement, ne provenaient pas de la pièce furent projetés avec force dans le dortoir faisant beaucoup de bruit lorsqu'ils heurtaient un mur ou une fenêtre -verre brisé cailloux, couverts, morceaux de bois. A cette époque de l'année le dortoir dépourvu de rideaux était encore dans la lumière du jour ver 10 heure du soir. Si quelqu’un s'était amusé à lancer de objets depuis la pièce ou même de l'extérieur on n aurait pas manqué de le voir. Et naturellement, chacun épiait on voisin.

    Il apparut le lendemain que les perturbations s'étaient étendues à d’autres salles d'études, situées dans un bâtiment isolé et consacrées au travail et aux loisirs. Des mares d eau inondèrent le plancher et le bibliothèque furent vidées ou renversée. Le directeur ne voulut pas prendre d autres risques. Sur les conseils de l'intendante, il appela au téléphone un homme qu'elle pensait en mesure de nous aider. Mais son interlocuteur déclara qu il ne pouvait rien faire et nous indiqua néanmoins quelqu'un d autre. Nouveau coup de fil, qui décida d'un rendez-vous pour le samedi en huit.

    Cela faisait encore une semaine à attendre, mais c'était mieux que rien. En attendant, le directeur, de plu en plu inquiet, demanda l'assistance de l'aumônier de l’établissement. Après un bref entretien avec moi, l'aumônier déclara que ce genre de phénomènes psychiques était hors de sa compétence et que, bien qu’il eut déjà entendu parler de cas semblables il ne voyait pas comment il pourrait détendre la situation. Ce qui se passait dans le dortoir ressemblait beaucoup aux manifestations qui s étaient produites chez moi.

    A diverses occasion, et elles étaient nombreuses quand nous étions tous couchés des objets fonçaient sur tel ou tel d'entre nous changeant brusquement de direction au moment ou ils allaient le heurter, ou bien encore le frappant, mais si légèrement qu’il le sentait à peine. Les objets volants frôlaient littéralement les élèves et s'écrasaient souvent sur le mur, juste derrière leur tête.

    Il y eut un fait particulièrement impressionnant : un poids en cuivre de quatre onces jaillit d'un bout du dortoir et frappa la charpente métallique d'un lit en provoquant un bruit retentissant. Les lumières furent allumées, et on s'aperçut que la charpente avait été bosselée par le choc, ce qui donne une indication de la puissance qui se cachait derrière ces projectiles. Autant dire que cela n'était pas fait pour rassurer le directeur.

    On nota bientôt que certains objets, dont aucun n'appartenait au dortoir, apparaissaient un soir et pas le suivant. Un jour, il n'y avait que le verre qui se matérialisait, le lendemain les clous seulement. D'autres apports comprenaient des brochettes, des pierres, des fragments de béton, des cuillères. Le dortoir fut frappé de terreur quand, une nuit des couteaux à manche d'os qu'on n'avait jamais vus auparavant, volèrent dans la pièce. Le lendemain matin quatorze de ces couteaux furent ramassés par terre. Plusieurs avaient heurté des pensionnaires avec douceur.

    Le jeudi de cette semaine, je reçus une lettre inattendue du Révérend E.K.L. Quine (chanoine honoraire de la cathédrale de Leicester).

    « Cher Matthew, disait-elle, j'ai eu aujourd'hui un coup de fil de la maman de David, qui apparemment se fait du souci à votre sujet. Cela vaut la peine d'être noté à une époque où les gens tendent de plus en plus à ne s'intéresser qu'à eux-mêmes. David et sa. mère aimeraient vous aider mais, et cela se comprend, Ils ne savent comment s'y prendre. La maman s'est adressée à moi, parce que je suis le délégué de l'évêque à la réunion des Églises pour les études psychiques et spirituelles, et que je connais un peu la question. Si vous désirez mon aide, je suis prêt à vous la donner.

    En attendant, ne vous tourmentez pas trop. li y a une explication à ces choses, et le problème peut être résolu d une manière satisfaisante ... Tout ira bien, si l'on s'y prend comme il faut. » .

    Je décidai de ne pas répondre à cette lettre tant que je n'aurais pas vu la personne que je devais rencontrer à Leicester le samedi suivant. Dans la soirée du jeudi, nous fûmes en butte aux fantaisies maintenant habituelles du poltergeist. Cette fois, les objets Choisis étaient des cintres de métal. Au matin, nous en trouvâmes une vingtaine sur le sol. Certains avaient été complètement aplatis, jusqu'à ne plus former qu'une grosse pelote de fil de fer. A présent, l'activité se poursuivait tout le jour, dans un certain rayon à partir de l'endroit où je me trouvais. Les salles d'études, en particulier, étaient perturbées de toutes les manières possibles.

    Le vendredi soir, ce fut au tour d'éclats de verre de se mettre à voler vers 10 heures, au moment de l'extinction des lumières. Au cours de cette nuit également, des chaises en bois placées à côté des lits semblèrent prises par le démon de la danse et se mirent à gambader dans le dortoir, heurtant tout ce qui se présentait sur leur chemin.

    Dans notre dortoir se trouvaient des garçons du même âge que moi. Juste au-dessous, un autre dortoir était occupé par des pensionnaires d'un an ou deux plus jeunes. De leurs lits, ils entendaient le remue-ménage au-dessus d'eux, sans bien savoir de quoi il s'agissait. 

    (...)  La plupart apprirent à vivre au contact de l'insolite et à l'accepter. Certains avaient peur de moi, d'autres étaient sceptiques et méfiants. Dans cette dernière catégorie se situaient ceux qui n'avaient pas été directement mêlés aux événements et qui n'avaient rien vu eux-mêmes. Il était intéressant de noter que les témoins de ces étranges phénomènes clamaient bien haut leur authenticité, au risque de se rendre ridicules aux yeux des autres. L'adage suivant lequel "voir c'est croire" revêtit une vérité criante pour tous ceux qui avaient fait personnellement l'expérience du poltergeist.

    Lorsque le samedi 8 mai, jour du rendez-vous, arriva, j'avais plutôt des doutes. Le directeur des études me conduisit dans une maison de santé où travaillait l'homme que nous devions rencontrer. Tout de suite je sentis qu'il y avait quelque chose d'étrange en lui. Il ne m'inspirait pas confiance. J'ignore quel poste il occupait à l'hôpital. Il me reçut dans une petite pièce, et il y avait une femme brune à ses côtés. (...)

    Avant que le autres occupants du dortoir aillent au lit ce même soir l'intendante les réunit dans la buanderie du rez-de-chaussée et leur parla du phénomène, ou du moins de ce qu’elle en sa ait. D'après ce qu'on m'a dit ce n'était guère conforme à la vérité, mais rassurant dans la circonstance. Pendant ce temps j'étais dans le bureau du directeur pour l'informer de ma démarche à la maison de santé. Il paraissait très soucieux.

    Plusieurs parents avaient déjà téléphoné exigeant une explication. Sa position n’était pas facile: il se devait de fournir des éclaircissements, mais il sentait qu'il serait inévitablement amené à me prier de quitter l'école si d'autres appels arrivaient. Et s'il me renvoyait, quelle explication donnerait-il aux membres du conseil d'administration de l'établissement? Dire que j étais le centre d une activité de poltergeist paraîtrait tout à fait aberrant. Mon départ était également susceptible de provoquer des enquêtes de journalistes ce qui risquait de donner à l'école une mauvaise réputation. Bref, le directeur se trouvait confronte à un véritable problème.

    Au cours de la réunion tenue par l'intendante d'inexplicables phénomènes se produirent devant toute l’assistance, environ trente élève . Un bouchon fut projeté d'un coin ide de la pièce, et atterrit aux pieds mêmes de l'intendante. Suivirent plusieurs éclats d verre qui semblaient tomber du plafond. Les pensionnaires. ébahis gagnèrent le dortoir avec beaucoup de choses à se dire. Quant à moi, je me préparai a passer le reste de la nuit dans le salon de l'intendante. J'avais le sentiment très fort qu'il allait se passer beaucoup de choses et que je faisais probablement bien de ne pas coucher au dortoir. Ainsi mes camarades pourraient ils dormir tranquillement.

    Nous bavardâmes chez l'intendante avec d'autres élèves qui partirent se coucher vers 23 h 30. Nous restâmes seuls, l'intendante et moi. Alors apparurent dans la pièce des copeaux de bois, des petits cailloux et des morceaux de verre. Ils se matérialisèrent sur nos genoux et tombèrent dans nos tasses de café. Pendant tout ce temps, il y eut un ensemble de bruits inhabituels: coups frappés en provenance des murs, du plancher et du plafond, cinglements caractéristiques sur les fenêtres, les tableaux, et même les tasses.

    Vers minuit, lorsque la plupart des pensionnaires furent endormis, l'intendante fit le tour des dortoirs pour vérifier si tout était en ordre. Rien ne clochait.

    (...) Le dimanche de bonne heure, le directeur se dit qu'il ne pouvait plus me garder dans l'établissement tant que le phénomène persisterait. Quatre semaines durant, il avait dû s'accommoder de ces dérangements assez exceptionnels, et il l'avait fait avec une grande patience, mais maintenant il se sentait à bout. Il téléphona donc à mes parents, qui acceptèrent de venir le voir dans l'après-midi. Pour moi, ce fut une sorte de soulagement. Alors que je discutais de la chose avec l'intendante, qui trouvait la décision tout à fait injuste et voulait tenter de faire changer d'avis le directeur on frappa à la porte.

    Un surveillant entra et donna à l'intendante quelque chose qu'il avait découvert à côté de mon lit. Il s'agissait d'un bout de fil de fer, tordu en forme d'anneau et d'un opuscule à couverture grise. Sur cette couverture, il y avait un crucifix et une couronne d'épines. En ouvrant le petit livre, nous vîmes que c'était un exemplaire de La Passion selon saint Jean et saint Matthieu. Outre les deux noms, Matthieu (Matthew), le mien, et Jean (John), celui du directeur -coïncidence étrange -il Y avait en plus sur la couverture une illustration qui représentait ce que nous avions vu sur le mur durant la nuit.

    Au milieu de la matinée, le directeur revint sur sa décision et, quand mes parents se présentèrent, la situation paraissait relativement normale. Mon père s'entretint avec lui quelques instants, et il fut convenu que je pouvais rester.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La photographie Kirlian

     

    Le professeur Douglas Dean, spécialiste de la photographie Kirlian, effectua une série d'expérience sur Matthew, puis déclara: « Les résultats que HO us avons enregistrés sont absolument uniques. Je n'ai jamais rien vu de semblable! » Le 23 juin 1974, les photos Kirlian montrèrent le rayonnement émanant du bout de ses doigts; d'abord à l'état normal -·et c'est déjà plus puissant que chez la plupart des gens; ensuite lorsqu'il se concentrait sur son pouvoir (photo ci-contre extrait du livre).

    Quelque temps après, le directeur reçut une lettre du Dr George Owen, qui disait :

    « J'ai étudié, il y a quelques années, une manifestation mineure de ces phénomènes chez les Manning. Je crois sincèrement qu'il n'y a pas là supercherie, mais qu'il s'agit de phénomènes réels. Rien ne permettait alors de dire que Matthew était la cause involontaire de ces perturbations. Il y avait de fortes probabilités pour qu'elles ne se reproduisent plus, mais cela n'a pas été le cas.

    « Je crois, néanmoins, utile de vous faire part de ce que je pense des faits présents, tels qu'ils m'ont été rapportés par M. Manning.

    1. Je suis certain que ces faits sont des phénomènes authentiques, sans aucune tricherie ni mauvaise foi de la part de Matthew.

    2. Même si présentement il exerce une certaine forme de contrôle volontaire les phénomènes originaux étaient totalement involontaire et on ne peut lui en tenir rigueur. De même, il serait injuste de supposer qu'il peut contrôler tout ce qui arrive à l'heure actuelle.

    3. A moins que .ne soit apportée la preuve irréfutable et spécifique du contraire, rien n'autorise à croire que Matthew est psychologiquement anormal ou dérangé si ce n'est dans la mesure où ce genre d'événements serait susceptible de perturber n importe qui en la circonstance. Les pouvoir dont il fait preuve sont rares et exceptionnels mais il n y a aucune raison d penser qu’ils sont le résultat d'une mauvaise santé mentale.

    « J'estime qu'il serait bon d'adresser une brève allocution aux élèves des classes les plus concernées. Cela ferait baisser la tension. On pourrait dire, par exemple: " Ces événements, bien que rares, arrivent plus souvent qu'on ne croit. Ils ne sont pas dus à la fraude, pas plus qu'ils ne sont le fait de gens' qui voient dès choses '. Ils sont dus à des forces physiques exceptionnelles que certaines personnes développent sans en être conscientes.

    Ces forces sont l'objet d'une étude active de la part des scientifiques en Angleterre, aux USA, au Canada et en Europe. Des autorités, parmi les plus compétentes, estiment qu'elles sont naturelles, quoique rares. Elles ne sont pas surnaturelles. Le cas particulier qui nous occupe est d'une espèce qui se manifeste un peu partout dans le monde. D'autres formes de manifestations existent également. Beaucoup de gens sont dotés de talents rares, tels que lire dans la pensée d'autrui ou déplacer des objets. Quand des dons de cette nature se révèlent, il est important de les étudier. L'intérêt scientifique dépasse les petits inconvénients que provoquent de tels incidents. Voilà donc une très bonne occasion d'observer ces choses d'une manière détachée et objective. "

    « J'ai toujours trouvé que, même avec des gens nerveux ou effrayés, cette approche froide et rigoureuse du phénomène était très efficace pour " désamorcer " la tension émotionnelle. »

    Le directeur ne suivit pas les conseils du Dr Owen. Il ne fit aucun discours aux élèves ni ne parla jamais ouvertement des événements. Il n'était pourtant que trop évident que quelque chose se passait, mais il s'entêta à garder le silence et à faire comme si rien ne s'était produit. Résultat : des bruits sans fondement se répandirent, dont beaucoup relevaient de la pure imagination.

    Projection astrale

    Le lundi matin, j'ajoutai de ma propre initiative une nouvelle dimension au phénomène. N'ayant pas cours, je décidai de tenter une projection astrale dans la maison familiale. Il me semblait intéressant d'essayer car, en cas de réussite, ce que je verrais pourrait être facilement vérifié. Je suivis donc aussi fidèlement que possible les instructions qui m'avaient été données le samedi précédent, et m'efforçai de quitter mon corps. Encore que je me rappelle fort bien ce que je fis, j'ignore si je réussis vraiment à réaliser une projection astrale.

    Cela paraissait ressembler plutôt à une sorte de rêve éveillé. Je me souviens d'un moment où j'étais « au-dessus» de moi-même, si bien que je pouvais nettement voir mon corps sur le lit. Me concentrant sur notre demeure familiale, j'en aperçus la façade de derrière, avec les portes et les fenêtres ouvertes, comme toujours en été. J'entrai et vis ma mère dans la cuisine en train de laver la vaisselle. Elle se retourna et regarda dans la direction où je me tenais puis, au bout d'un instant, elle reprit son travail. Je la voyais nettement, tout était étrangement calme. Peu après, elle se rendit dans la salle à manger et je la suivis.

    Elle jeta de nouveau un coup d'œil vers l'endroit où je me trouvais. Chose curieuse, j'eus l'impression qu'elle me regardait. Cela dura dix ou vingt minutes. Elle fit le tour de la maison, comme si elle me cherchait. Elle regardait constamment dans ma direction, bien que de toute évidence elle ne me vît pas réellement.

    Plus tard, je l'interrogeai à ce sujet, et nous échangeâmes nos impressions. Elle ne m'avait pas vu, mais elle avait « senti» que j'étais dans la maison ce matin-là. Elle avait le sentiment que je me tenais derrière elle, et que je l'observais pendant qu'elle lavait la vaisselle. Elle était sortie, s'attendant presque à me voir.

    Après cette expérience, j'eus mal à la tête pendant plusieurs jours.

    Les phénomènes continuèrent à se reproduire, et pourtant j'exécutais le rituel selon les règles. L'intendante avait maintenant accepté ces phénomènes comme des choses normales. Par exemple, elle nota d'un ton détaché :

    « On découvre au matin que des lits ont bougé avec leurs occupants, des lits de fer superposés très lourds à déplacer. Les pieds ont des embouts de caoutchouc, pas de roulettes. Souvent, en présence de Matthew, je sens un air glacé, un peu comme si je baignais dans l'éther. Dans le dortoir, lorsque les lumières sont éteintes, des clous vrillent l'air. Des couteaux traversent la pièce à grande vitesse, ainsi que des tessons de verre, des morceaux de porcelaine, des assiettes et des couverts. Un soir, des cuillères firent leur apparition, que je ne pus identifier (elles portaient des armoiries avec les initiales G.R. et une couronne).

    Les couteaux avaient parfois des manches en os jaunis par le temps ... Jamais un de ces projectiles ne frappa ni ne blessa quelqu'un. Un jour qu'elle nettoyait le dortoir, la femme de ménage trouva la porte barrée par des chaises, comme si on avait voulu l'empêcher de sortir.

    « Ailleurs, dans le bâtiment, des mares d'eau apparaissent, des ampoules se détachent de leurs douilles et tombent sans presque jamais se briser.

    « Dans mon living, lorsque je couds tranquillement ou écoute la radio, il m'arrive d'être envahie soudainement Par un froid glacial, et une pluie de cailloux tombe du plafond.Certains soirs, ce sont des copeaux de bois qui atterrissent sur mes genoux.

    « A plusieurs reprises, je suis entrée dans ma chambre pour trouver un coussin par terre ou une chaise renversée. Les objets sont déplacés mais jamais brisés. En fait, j'y suis maintenant tellement habituée que, après un instant d'étonnement légitime, j'en souris. »

    Un de mes camarades commença ainsi son journal

    « Il devait être environ 22 h 30. Depuis que les lumières étaient éteintes, tout semblait calme, excepté une vis ou un clou qui avait été étrangement projeté dans la pièce. Monvoisin de lit et moi-même fredonnions des airs. Richard, furieux, s'était levé pour le prier de e tenir tranquille. Richard était, je pense assez nerveux. Alors qu'il se tenait près de nos lits. une assiette tomba ur le 501. De toute évidence, elle tombait d'assez haut -à en juger par le bruit, d environ 1 50 m. Curieusement elle ne e cassa pas, mais atterrit sur le lino un peu comme une pièce de monnaie, en pivotant sur elle-même. ous restâmes atterrées pendant quelque seconde .

    En fait, Ricbard avait sauté dan le lit le plus proche !) Pui , soudain les bavardages éclatèrent, comme on pouvait 'y attendre. Cinq minutes plus tard survint le second incident. Les jacasserie étaient quelque peu apaj ées lor qu on entendit de nouveau un énorme fracas entre mon lit et celui de Matthew là où s'était produite la première chute. Cette fois, l'assiette tomba d'une plus grande hauteur ou bien elle fut lancée avec plus de force car elle se brisa, éparpillant des éclats dans tous les sens ... Des morceaux furent récupérés à plus de trois mètres du point d'impact. »

    (...)

    Cet épisode fut dûment rapporté au directeur, qui trouva que la mesure était comble. (...) Les événements pesèrent de nouveau sur son sens de la justice, surtout lorsque des parents inquiets téléphonèrent pour une explication. Une fois de plus, il décida que la seule solution « pour le bien des autres membres de l'établissement » était de me renvoyer chez moi aussi longtemps que persisteraient ces événements. Mes parents furent convoqués pour le dimanche.

    Le dimanche. venu, sous l'influence de l'intendante, le directeur consentit, cette fois encore, à me garder à l'école. (...)

    (source : vincent.detarle

    Mystères humains 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"