• Les tribus de l'Omo

    Mystères humains

    Les tribus de l'Omo

    Un magnifique livre : "les peuples de l'Omo"

    Les tribus de l'Omo

     L'Omo est une rivière éthiopienne, longue de 760 km, qui se jette dans le lac Turkana par un delta. Elle prend sa source au sud-ouest d’Addis-Abeba et se fraie un chemin tortueux dans le plateau éthiopien. Ses méandres s'élargissent près de la frontière kényane, à mesure que le paysage s'aplanit. Les crues de l'Omo sont essentielles pour les cultures.
     
    Au carrefour des frontières avec le Sud-Soudan et le Kenya, les matins pâles de la vallée de l'Omo dévoilent les contours d'un pays isolé par des hauts plateaux, les marais et la savane. Tandis que certains villageois brûlent les futures aires cultivables, les autres membres de la tribu sont partis faire paître les troupeaux, non sans avoir laissé des sentinelles autour de leur domaine. Dans toute la région, les conflits inter-ethniques sont fréquents.
    Dans la vallée de l'Omo vivent de nombreuses tribus d'agriculteurs et éleveurs semi-nomades : Hamers, Mursis, Karos, Surma, Bume, Galeba, Dassanetchs, Bèrber, Bodis, etc.
     
    Les modifications corporelles font partie des pratiques courantes de ces tribus comme en témoignent les reportages des photographes Hans Silvester, Gianni Giansanti ou Rémi Bénali sur l'art de la peinture corporelle des peuples de l'Omo.

    Source : wikipedia

     

     

    Voyageurs vers le jardin d’Eden

    La rivière Omo se jette dans le lac Turkana, non loin de la frontière entre l’Éthiopie, le Soudan du Sud et le Kenya. C’est une vallée difficile d’accès. D’Addis-Abeba, le périple peut durer trois jours durant lesquels le voyageur doit arpenter des chemins chaotiques qui serpentent à travers le relief montagneux. Il y a 20 ans, seuls quelques rares touristes se sont s’aventurés dans la région. Ils sont désormais près de 20 000 chaque année, attirés par de nombreuses curiosités. C’est à cet endroit, que les plus vieux ossements d’Homo sapiens, daté de près de 195 000 ans ont été retrouvés. (La fameuse Lucy a été découverte en Éthiopie.) Des scientifiques ont trouvé ici des traces d’ADN suggérant que chaque personne vivant actuellement sur la planète serait apparenté à une femme, sans nom, qui un jour vécût dans la vallée de la rivière Omo. Ce sont ses descendants qui ont peuplé le monde. Cette vallée a des airs de jardin d’Eden. Bien que sauvage et accidentée, la nature est d’une beauté vertigineuse. Elle-même suffit à attirer de nombreux aventuriers.

    Le musée vivant de l’Age de pierre

    Néanmoins, l’attrait principal reste la présence de ces 16 groupes ethniques qui font de cette vallée un incroyable vivier tant en terme de diversité génétique qu’en richesse linguistique. Cette particularité a conforté l’UNESCO dans son choix  de proclamer cette vallée « haut lieu du patrimoine mondial », en 1980. La plupart de ces tribus continuent à vivre comme le faisaient leurs ancêtres, il y a des millénaires. Leur rendre visite ressemble plus, à certains égards, à un voyage dans le temps. La plupart vivent dans des huttes, construites à partir de bois et de boues, un monde pré-industriel où l’électricité et l’eau courante semblent inimaginables. Leurs lambeaux de vêtements sont fabriqués à partir de peaux d’animaux, les enfants courent nus. Certaines tribus subsistent grâce à la culture du maïs et du sorgho qu’ils complètent avec de la viande de chèvre ou de vache.

    Source : jolpress 

    Les tribus de l'Omo      Les tribus de l'Omo

      

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"