• Mégalithes méconnus

    Lieux énigmatiques 

      MEGALITHES MECONNUS 

    Les mégalithes de la Corse du Sud

    De magnifiques dolmens, menhirs et autres vestiges préhistoriques se trouvent sur l'Ile de beauté, La Corse. en voici quelques-uns...à découvrir pendant vos vacances ! 

    Plateau de Cauria

    A Cauria, situé au milieu de la solitude, on trouve sur un espace très étroit de nombreux menhirs et aussi de jolies cathédrales de Corse. On atteint tous les trois lieux confortablement à pied. Au printemps, les prés sont en fait en partie très marécageux. Des chaussures hautes de randonnée sont à cette saison ou après des précipitations à conseiller. A l´Ouest, on apercoit la montagne de Cagna avec les rochers de balle Uomo di Cagna. 

    MEGALITHES MECONNUS

    Rocher de l'Uomo di Cagna, curiosité naturelle.

     Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Alignement de Stantari

    MEGALITHES MECONNUS MEGALITHES MECONNUS

     ici se tiennent encore 11 menhirs en deux lignes parallèle. 5 d´entre eux ont été élaborés en statues de menhirs, d´autres sont même armés de poignard et longue épée. Les visages sont encore trés bien reconnaissables. Les bras et les mains sont indiqués. Sur le lieu d´autres menhirs trainent. Les derniers parmi eux ont été mis à jour d´abord pendant les fouilles en 2004.

    Source : paradisu

    DESCRIPTION
    Actuellement le site comporte plus d’une centaine de monolithes et fragments dont la majorité est couchée, sous la surface du sol. Ces pierres, essentiellement en granité, ont été extraites d’affleurements rocheux distants de quelques centaines de mètres. Dans l’état actuel de nos connaissances l’on pourrait raconter leur histoire ainsi :
    - Ière phase : érection au Néolithique moyen (vers 4500 – 4100 ans av. notre ère) de petites stèles de 50 à 80 cm de hauteur.
    - 2ème phase : construction d’un monument comportant deux files orientées nord-est/sud-ouest. Ce   monument semble antérieur à 1500 ans av. notre ère (âge du Bronze moyen).
    - 3ème phase : construction d’un second monument comportant vraisemblablement 3 files orientées   nord/sud, intégrant notamment les grandes statues menhirs et les stèles sculptées. On situe le fonctionnement majeur du site au début de l’âge du Bronze final (entre 1300 et 900 ans av. notre ère).

    A cette époque le plateau de Cauria était densément habité (sites fortifiés et monuments mégalithiques).
    -  4ème phase : le monument se dégrade et tombe en ruines, il serait partiellement détruit entre 200 et 50 ans av. notre ère, pendant la romanisation.
    -  Enfin, lors d’activités agricoles modernes, certains monolithes seront remployés dans des murs de clôtures ou de herse voisines.

    Source : corse     

    Rinaghju / Renaghju / Rinaggiu

    MEGALITHES MECONNUS

    Presque 50 menhirs se tiennent et sont allongés ici dans une forêt de chêne, en long et en large dans tous les sens. Ils sont distinctement plus petits que ceux de Santari. Autrefois, ils se tenaient en plusieurs lignes orienter exactement du Nord vers le Sud. Pendant les fouilles dans les années soixante, Roger Grosjean a ici aussi découvert une tombe de boîte en pierre. Aujourd´hui, il n´y a plus que des grossières plaques à voir.

     Source : paradisu

    Le Dolmen de Fontanaccia

    MEGALITHES MECONNUS

    Communément qualifié de plus beau monument mégalithique de l’île, le dolmen s’offre au promeneur en quête de la découverte de l’histoire séculaire de l’île, remarquablement conservé il vous invite à réfléchir sur l’histoire de l’humanité. Située comme la plupart des ensembles préhistoriques dans la partie sud-ouest de l’île de beauté la "forge du diable" redécouverte (notamment une autre fois par Prosper Mérimée) en plein maquis peut aujourd’hui aisément être visitée, elle se trouve en effet au cœur préhistorique de la Corse situé à quelques dizaines de minutes de trajet en partant de la route principale qui relie Sartène à Pianottoli-Caldarello. 

    Pour s’y rendre il convient ainsi de prendre la D48, puis de ne pas louper l’embranchement de la D48A qui vous conduira quasi-directement aux alignements de Stantari, Renaju et au dolmen de Fontanaccia c’est à dire sur le plateau de Cauria. Si hélas vous loupez cet embranchement vous ne pourrez observer que des stantari (nom insulaire des menhirs). Les mesures de l’ensemble donnent une bonne idée de ce que son édification à couté en force humaine, la forge est en effet profonde de 2,6 mètres pour 1, 60 mètres de largeur. Le plafond, comptant pour une bonne part dans les 15 tonnes totales estimées, est constitué d’une dalle de granite d’une dimension d’environ 3,5 mètres de long pour 2,9 mètres de large, cette dalle est d’ailleurs sculptée sur sa surface supérieure de trois cuvettes et rigoles, la hauteur sous plafond est également remarquable, 1,8 mètre, certes on triche un peu si l’on indique pas que le sol sous la dalle est fortement évidé. Comme bien souvent on ignore quel était le rôle de cet ensemble mégalithique, mais nous nous devons d’indiquer que les historiens semblent plutôt s’accorder vers un usage du dolmen pour les besoins de rites funéraires ancestraux. Quoiqu’il en soit il est important de rappeler que le géant de Fontanaccia classé en 1989 aux Monuments Historiques est la propriété d’une personne privée et que les plus grand respect des lieux s’impose donc, doublement.

    Source : corsicanews    

    Région des mégalithes : Le Sartenais (cliquer sur la carte)

     MEGALITHES MECONNUS 

    Alignement de Palaggiu / Pallagiu / Pagliaghju 

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Le terrain a été déterré entre 1964 et 1968 par Roger Grosjean. Nulle part ailleurs dans l´espace méditerranéen, il n´y a de hauts menhirs denses semblables à ceux-ci! En tout, 258 menhirs s´assoient et s´allongent autour ici, trois d´entre eux sont élaborés en statues de menhirs, sur lesquels sont à reconnaître des poignards et épées même gravés. Ceux-ci sont d´ailleurs très endommagés et uniquement par éclairages idéaux on reconnait bien les armes. Le terrain comprend six rangées de menhirs, qui ont été situés exactement en direction Nord-Sud. Une septième rangée se trouve 90° en travers direction Est-Ouest.

    Sur le terrain, se trouvaient de nombreuses tombes de boîte en pierre souterraines, De celles d´aujourd'hui, cependant, seulement les restes d'un seul sont à voir (près de l´entrée des lieux de découverte). Le contenu de la tombe est exposé au musée préhistorique de Sartène.

    Parmi les autochtones, le terrain est surnommé aussi comme le cimetière turc (Campu di i Turchi) parce que les menhirs renversés rappellent un champ de bataille.

    Les menhirs ont été établis dans le temps entre 1900 et 1200 avant J.C.

     Source : paradisu

      Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Alignement d'Apazzu

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    L´alignement d´Apazzu se trouve à environ 1 km vers le sud-ouest de Palaggiu et contient environ 25 menhirs. Aujourd´hui, il y aurait encore 9 à admirer, deux d´entre eux sont des statues de menhirs (Apazzu 1 et Apazzu 2).  Au-dessus de l'alignement, les restes d'un Castello du temps de bronze doivent encore être disponibles. 

    Selon Adalbert, comte de Keyserlingk,  les différents lieux de trouvailles sont, et aussi quelques points marquant aux alentours, alignés les uns sur les autres.

      Accès : de Sartène, on va d´abord sur la N196, en direction de Bonifacio et tourne environ 1 km après le cimetière, qui se trouve sur le côté droit, sur la D48  “la rue de Megalithe” en direction de Tizzano.  On suit cette route sur 10 km, avant de suivre à gauche la D487 (indiqué). Après encore 4,5 km on atteint un parking, qui de là continue à pied. Les trois lieux de trouvailles, l´alignement de Stantari, l´alignement de Renaghju ou Rinaghju et le dolmen de Fontanaccia se trouvent seulement à quelques marches à pied éloigner les uns des autres. On visite les trois lieux de trouvailles dans  l´ordre énuméré en haut. Pour l´ensemble de la visite, on doit compter une heure.

     Source : paradisu

       

    Alo Bisughje / Alo Bisucce / Alo Bisuje

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    La forteresse torréanique a été déterrée entre 1956 et 1964 par Roger Grosjean. L'installation située sur une petite colline se compose de deux parties : au nord-est se trouve la Torra, qui contient une cave (Cella) avec un diamètre de 3 m. ici 3 minuscules caves sur le côté, en forme de L, s´écartent. Une rampe juste à côté de l´entrée mène à l´étage supérieur, qui n´est plus aujourd´hui disponible. Le regard va jusqu´à la mer et erre sur de nombreux oliviers et chênes vers Grosseto et même jusqu'à Olmeto au nord.

    Au sud-ouest de la position, on trouve des restes déjà très détruits d´environ 10 refuges. 2 morceaux d´un menhir sont aussi à voir. Les refuges étaient dans le temps bordés d´un mur, aujourd´hui quelques parties du mur seulement sont disponibles.

    Les objets trouvés déterrés sont à admirer aujourd´hui au musée préhistorique de Sartène.

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Musée de Sartene

    Accès : de Sartène, on part sur la N196 en direction de Bonifacio et on tourne alors sur la D48 en direction de Tizzano et après plus d´1 km sur la D21 en direction de Grossa. On suit cette ruelle 5 km et on gare la voiture après un fort virage à droite. Sur le côté gauche, une piste à peine praticable mène direction sud-ouest (au menhir Vaccil-Vecchiu). Le Castellu Alo Bisucce se trouve sur la colline sur le côte intérieur du virage. On a besoin d´environ 10 minutes jusque là-bas. On retourne à la rue après et monte la pente après l'entrée au terrain. Ainsi on arrive sur un gros oeuvre, qui n´est plus achevé. A droite de là, un chemin mène dans une grande courbe à gauche, légèrement en montant au monument de culte.

    Source : paradisu

    Site de Filitosa (Propriano)

    Le site préhistorique de Filitosa se situe sur le territoire de la commune de Sollacaro dans le canton de Petreto-Bicchisano, à une cinquantaine de km au sud d'Ajaccio et à une vingtaine de km au nord de Propriano (au nord du golfe du Valinco).

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède 

     Le site de Filitosa, dans la vallée du Taravo, sur la route D57, est implanté à l'ouest de la localité (et sur le territoire de la commune) de Sollacaro, au nord de Propriano.Le site a été découvert en 1946 par le propriétaire des lieux, Charles-Antoine Cesari. Les fouilles ont commencé en 1954 sous la direction de Roger Grosjean. Les menhirs (représentant des personnages armés) et les poteries trouvées datent du XXXIIIe siècle av. J.-C.. Des menhirs de deux ou trois mètres ont été érigés vers les années 1490 av. J.-C..
    De nombreuses pièces ont été mises en scène et se trouvent regroupées par commodité. Un numéro a été attribué à chacune des statues-menhirs retrouvées. Filitosa V est la plus grande et celle qui à recelé l'équipement le plus important et le plus précisément sculpté (armes : longue épée et poignard).
     
    L'entrée du site est payante et permet d'accéder à Filitosa V, dont les "attributs" gravés sont plus ou moins visibles selon le moment de la journée en fonction de l'ombre et de la lumière plus ou moins rasante, à de gros blocs arrondis disséminés parmi des arbres et plus ou moins couverts de mousse selon la saison, à un oppidum, à un groupe de 5 menhirs placés en arc situé assez loin en contrebas avant une butte avec d'autres blocs, ainsi qu'à différents groupes de blocs disséminés à l'extrémité du terrain et bien moins significatifs.

    Source : wikipedia.org/

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

     

     Le Castellu d’Araghju (Porto-Vecchio)

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Le Castellu d’Araghju est un site préhistorique de Corse-du-Sud fouillé par Roger Grosjean et situé à environ 5 km de Porto-Vecchio. De l'enceinte de cette forteresse dressée sur une pointe rocheuse, la vue sur le littoral est grandiose. Un assemblage semi-circulaire de blocs de granit complète le rocher pour constituer une protection d'une hauteur moyenne de quatre mètres. L'accès à l'intérieur se fait par une porte dont le puissant linteau subsiste. Pour atteindre le site (la visite en est libre), depuis l'entrée du hameau d'Araggio et son parking aménagé, il faut suivre un sentier qui, après le franchissement d'un petit ruisseau, s'élève pratiquement en ligne droite, régulièrement parmi les roches et la végétation.

    Source :wikipedia

     

     Dolmen A Tola di u Turmentu (Golfe de Valinco)

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Le magnifique dolmen A Tola di u Turmentu se situe sur une petite colline dans la vallée de Tavaro. Sa plaque horizontale mesure 1,8 mètre sur 1,2 mètre et fait 30 cm d’épaisseur. D’autres plaques se trouvent dans sa proximité et on suppose que d’autres dolmens se trouvaient à cet endroit  anciennement.

    Accès : en provenance de Propriano, premièrement prendre la N196 direction Olmeto, ensuite la D157 en direction de Porto-Pollo. Juste après le pont étroit de Tavaro, on prend à droite sur la D757 et 250m plus loin, on bifurque à gauche sur la D335 en direction de Pietra-Rossa. Après 600 mètres, une rue étroite tourne à droite. Une hydrante rouge se trouve au bord. On peut stationner la voiture au bord de la route et suit la route étroite pendant 500 mètres. Sur le côté gauche, il se trouve une piste qui est barrée par une porte. Une échelle de métal permet de grimper cet obstacle sur la droite. On suit la piste qui monte légèrement  sur un kilomètre. On atteint presque le but après avoir passé à côté de grands cactus de figues sur le côté droit. Après un virage à droite, la piste s’élargit en une place. On atteint le dolmen. Il faut compter 20 minutes pour le chemin.

    source : paradisu

     

    Site de Cucuruzzu

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Cucuruzzu est un site préhistorique en Corse-du-Sud découvert en 1963. Un sentier balisé descend en pente douce dans un vallon pour atteindre une forteresse, de laquelle on a une vue sur la région verdoyante et les Aiguilles de Bavella. Ce village forteresse, datant de l’âge du bronze et qui aurait été abandonné à la fin IIIe siècle avant J.-C., intègre les éléments naturels que sont les gros blocs de roche granitique aux empilements de pierre constituant les murs réalisés par l'homme. Un escalier aux marches assez grossièrement taillées mène à l'intérieur occupé par des abris ou autres « diverticules » (recoins) sur une surface approximative de 400 m2.

     Après l'intérêt porté à Cucuruzzu dès 1959 par Roger Grosjean, archéologue connu pour avoir étudié Filitosa, et les fouilles auxquelles il procéda en 1963 et 1964, le site fut acquis en 1975 par l'État qui le classa Monument historique en 1982. Il relève aujourd'hui de la Collectivité Territoriale de Corse qui travaille à améliorer l'accueil des visiteurs, tout en préservant le caractère si particulier des lieux. Restauré en 1991, débarrassé de la végétation qui l'envahissait, sa mise en valeur permet au public d'y accéder tout en limitant sa dégradation. Culminant à environ 5 mètres de hauteur, les quelques mètres carrés de la partie supérieure sont interdits aux publics qui est mis en garde par un panneau (risques de chute -attention aux chaussures inadaptées- et de dégradation du monument). La visite payante du site, jumelée avec celle de Capula, se fait avec un fascicule plastifié à la main et un baladeur qui doivent être rendus au retour. Onze bornes (de couleur et numérotées) jalonnent le sentier en signalant la disponibilité d'un commentaire sur le fascicule et/ou sur le commentaire audio. Tout proche se trouve le site de Capula (six autres bornes-commentaires l'agrémentent), un autre Castellu habité quant à lui jusqu'au Moyen Âge, ainsi que l'atteste le produit des fouilles archéologiques. Les pièces découvertes sur ces sites sont visibles au Musée de l'Alta Rocca, à Lévie. Dans ce coin de nature préservée, il n'est pas rare de rencontrer de paisibles porcs semi-sauvages fouillant la terre de leur groin, au pied des arbres, à moins de dix mètres du parcours balisé.

    Source : wikipedia

     

    LE LION DE ROCCAPINA

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Le "LION" de Roccapina", formation naturelle.

     Capu di Roccapina est au Sud du triangle de la région du Sartenais, dont la côte aux pointes rocheuses et déchiquetées, est préservée (les 2 autres angles étant Campomoro, au Nord-Ouest, et Sartène, juste au Nord). Il fait partie de la commune de Sartène dont le territoire est le plus étendu de Corse.
     
    L'avancée dans la mer sépare le golfe de Roccapina au nord, de la Cala di Roccapina au sud. Cette dernière se trouve en limite de la Réserve naturelle des Bouches de Bonifacio.
     
    De part et d'autre du cap, se trouvent de remarquables plages : la grande plage d'Erbaju au nord, la plage de la crique de Roccapina au sud. À l'extrémité sud de celle-ci, se situe l'embouchure du ruisseau de Vangone.
     
    La pointe rocheuse dont le point le plus haut se situe à 144 m d'altitude, est remarquable pour le spectacle qu'elle offre au visiteur. Ce culmen est nommé Lion de Roccapina.

    Mégalithes méconnus de CORSE et de Suède

    Source : wikipedia

      

     ALES STENAR, le Stonehenge Suèdois

    DES MEGALITHES MECONNUS

    Les mégalithes de Ale (en suédois : Ales stenar ou Ale stenar) sont un monument mégalithique dans le sud de la Scanie, en Suède. Le site doit son nom au folklore de Scanie qui prétend qu'il s'agit de la tombe du roi Ale. Avec ses 68 mètres de long, Ales stenar est la plus grande construction mégalithique qui ait subsisté en Scandinavie. Ces pierres, considérées comme d'intérêt national, constituent une attraction très visitée. L'ensemble comportait autrefois 60 menhirs de grès (et aujourd'hui encore 59), pesant chacun dans les 1800 kg.

    Cette construction en forme de vaisseau se trouve sur une colline couverte d'herbe et haute d'environ 37 mètres, tombant en à-pic dans la mer Baltique, en un endroit nommé Kåseberga, à environ 15 kilomètres d'Ystad et à 70 kilomètres de Malmö.

    La date exacte de la construction reste un mystère. Bien que des indications puissent faire pencher pour une datation de l'âge du bronze tardif (entre 1000 et 500 avant Jésus-Christ), l'âge du fer, voire l'époque des Vikings (600-1000 après Jésus-Christ), ne sauraient être exclus. Il est vrai que les installations de l'âge du fer abritent la plupart du temps une tombe, alors qu'il n'y en a pas à Ales stenar. Comme il ressort de vieilles notices et d'anciennes représentations, il existait à l'origine deux autres petites constructions en forme de vaisseau à côté de la grande. Là non plus, les fouilles n'ont pu découvrir aucune tombe;

    Source : wikipedia   

      Ales Stenar : Une tombe de 5500 ans 

    Une tombe de 5500 ans, appartenant probablement à un chef de l'âge de pierre a été mis au jour près d'un monument mégalithique en forme de bateau appelé Ale Stenar (les mégalithes d'Ale). Le tombeau, situé en Suède, a probablement été dépouillé de ses pierres afin de construire, non loin, le monument en forme de bateau viking. "Nous avons trouvé des traces pour la plupart des empreintes de grosses pierres", a déclaré l'archéologue Bengst Söderberg de l'Office national suédois du patrimoine, "aussi, ma conviction est que, certaines des pierres au moins, sont actuellement dressées dans le mégalithe." Perché sur une falaise en bord de mer, près du village de Kåseberga, se trouve les Mégalites d'Ale, également appelé Pierres d'Ale. Il est composé de 59 énormes blocs de pierres disposés sur 67 mètres représentant le contour d'un navire. La plupart des chercheurs pensent que la structure en navire, vieille de 1400 ans, est un monument funéraire construit vers la fin de l'âge du fer de la Suède. La légende locale veut que le roi mythique Ale repose sous le site. Les mégalithes d'Ale, dont certains pèsent jusqu'à 1800 kg, ont été découpés proprement et ont des marques similaires à celles trouvées sur des sites de l'âge de pierre. Les chercheurs se sont donc demandés si les pierres n'avaient pas été volées dans un monument encore plus ancien, explique Söderberg.

    Source : decouvertes-archeologiques

     

      

    Lieux énigmatiques

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos ne souhaiterait plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"