• Modification chimique du climat

     Mystères de la terre 

     Modification chimique du climat  

    Technologie HAARP et Chemtrails 

    Des témoignages indiscutables !...

    Modification chimique du climat

     

    Voici une vidéo qui résume ce qu’il s’est passé cet été en Californie, plus précisément dans le Conté du Mont Shasta où Dane Wigington fait une travail important de recherche et de lutte contre la Géoingénierie et les Chemtrails.
     Il est épaulé par un grand nombre de citoyens en Californie et ailleurs, mais aussi par des personnes de la communauté scientifique, aéronautique et juridique afin de donner plus de poids à son message.
     Ce résumé de 15 minutes est issu de plus de 3h de vidéo où les intervenants on d’une part apporté de nombreux témoignages sourcés , fournit d’analyses diverses mais d’autre part le message fut accueilli à bras ouvert par les personnes constituant le conseil ce jour.

    Source : agenceinfolibre 

      

      

     source : chemtrails 

    Considérant que la recherche militaire porte actuellement sur la manipulation de l'environnement à des fins militaires, et ce en dépit des conventions existantes; c'est le cas, par exemple, du système HAARP basé en Alaska. 

    Considère que le projet HAARP (High Frequency Active Auroral Research Project), en raison de son impact général sur l'environnement, pose des problèmes globaux et demande que ses implications juridiques, écologiques et éthiques soient examinées par un organe international indépendant avant la poursuite des travaux de recherche et la réalisation d'essais; déplore que le gouvernement des États-Unis ait à maintes reprises refusé d'envoyer un représentant pour apporter un témoignage sur les risques que comporte pour l'environnement et la population le projet HAARP financé actuellement en Alaska, durant l'audition publique ou à l'occasion d'une réunion subséquente de sa commission compétente. 

     

    Demande à l'organe chargé de l'évaluation des choix scientifiques et technologiques (STOA) d'accepter d'examiner les preuves scientifiques et techniques fournies par tous les résultats existants de la recherche sur le programme HAARP aux fins d'évaluer la nature et l'ampleur exactes du danger que HAARP représente pour l'environnement local et global et pour la santé publique en général. 

    Modification chimique du climat  

    HAARP - Un système d'armement modifiant le climat.

       

    HAARP est un programme de recherche sur le rayonnement à haute fréquence. Il est conduit conjointement par l'armée de l'air et la marine des États-Unis et par l'Institut de géophysique de l'université d'Alaska à Fairbanks. Des tentatives analogues ont lieu en Norvège, dans l'Antarctique, mais aussi dans l'ex-Union soviétique. HAARP est un projet de recherche utilisant un équipement terrestre, un réseau d'antennes. Chacune est alimentée par son propre émetteur pour réchauffer des parties de l'ionosphère au moyen d'ondes radio puissantes. L'énergie ainsi générée réchauffe certaines parties de l'ionosphère, ce qui crée des trous dans l'ionosphère et des "lentilles" artificielles. 

     

     

    HAARP peut avoir de multiples applications. La manipulation des particularités électriques de l'atmosphère permet de contrôler des énergies gigantesques. Utilisée à des fins militaires contre un ennemi, cette technique peut avoir des conséquences terribles. HAARP permet d'envoyer à un endroit déterminé des millions de fois plus d'énergie que tout autre émetteur traditionnel. L'énergie peut aussi être dirigée contre un objectif mobile, notamment contre des missiles ennemis.  

     

    Depuis les années 50, les États-Unis procèdent à des explosions nucléaires dans les ceintures de Van Allen afin d'examiner les effets des impulsions électromagnétiques qu'elles déclenchent sur les communications radio et le fonctionnement des équipements radars. Ces explosions ont généré de nouvelles ceintures de rayonnement magnétique qui ont pratiquement entouré la terre tout entière. Les électrons se déplaçaient le long de lignes de champs magnétiques et créaient une aurore boréale artificielle au-dessus du pôle nord. Ces essais militaires risquent de perturber à long terme les ceintures de Van Allen. Le champ magnétique terrestre pourrait s'étendre sur de vastes zones et empêcher toute communication radio. Certaines scientifiques américains estiment qu'il faudra plusieurs centaines d'années avant que les ceintures de Van Allen retrouvent leur état initial. HAARP peut bouleverser les conditions climatiques. Tout l'écosystème peut être menacé, en particulier dans l'Antarctique où il est fragile. 

    Les trous dans l'ionosphère causés par les ondes radio puissantes qui y sont envoyées constituent un autre effet très grave d'HAARP. L'ionosphère est notre bouclier contre le rayonnement cosmique. L'on espère que ces trous se refermeront, mais l'expérience acquise suite à la modification de la couche d'ozone donne à penser le contraire. Le bouclier de l'ionosphère est fortement percé à plusieurs endroits.

     HAARP est lié à la recherche spatiale intensive menée depuis 50 ans à des fins clairement militaires, par exemple en tant qu'élément de la "guerre des étoiles" en vue du contrôle de la haute atmosphère et des communications. Ces travaux de recherche doivent être considérés comme extrêmement néfastes pour l'environnement et la vie humaine. Personne ne sait avec certitude ce que peuvent être les effets de HAARP. Il faut lutter contre la politique du secret en matière de recherche militaire. Il faut promouvoir le droit à l'information et au contrôle démocratique des projets de recherche militaire ainsi que le contrôle parlementaire. 

     

    Une série d'accords internationaux (la convention sur l'interdiction d'utiliser à des fins militaires ou à d'autres fins hostiles des processus modifiant l'environnement, le traité sur l'Antarctique, l'accord établissant les principes des activités des États en matière de recherche spatiale, en ce compris la lune et d'autres corps spatiaux ainsi que la convention des Nations unies sur le droit maritime) font que HAARP est un projet hautement contestable non seulement sur les plans humain et politique mais aussi du point de vue légal. En vertu du traité sur l'Antarctique, l'Antarctique ne peut être utilisée qu'à des fins pacifiques, ce qui signifie que HAARP enfreint le droit international. Tous les effets des nouveaux systèmes d'armement doivent être évalués par des organes internationaux indépendants. Il faut encourager la conclusion d'autres accords internationaux afin de protéger l'environnement contre toute destruction inutile en temps de guerre. 

    Considère que le système militaire américain de manipulation ionosphérique, HAARP, lequel est basé en Alaska et ne représente qu'une partie du développement et de l'usage d'armes électromagnétiques à des fins de sécurité tant extérieure qu'intérieure, constitue un exemple d'une nouvelle menace militaire particulièrement grave pour l'environnement et la santé humaine au niveau planétaire, sachant que ce système tente de pénétrer dans la partie hautement sensible et énergétique de la biosphère à des fins militaires, alors que toutes ses conséquences ne sont pas connues; invite la Commission, le Conseil et les États membres à exercer des pressions sur le gouvernement des États-Unis, de la Russie et de tous les autres États engagés dans de telles activités pour qu'ils mettent un terme à ces dernières et qu'un accord global soit établi contre de telles armes. 

      

    LIRE LE RAPPORT ICI :  

    Chemtrails : 

    -De l'anglais chemical trails, traînées chimiques, produits chimiques répandus illégalement par des avions et qui persistent et s'étendent dans le ciel pendant plusieurs heures, par opposition à contrails, de l'anglais condensation trails, traînées de condensation provoquées par le gel de la vapeur d'eau, générées (rarement) par des avions normaux et qui disparaissent en quelques secondes ou dizaines de secondes. 

    À quoi ça sert ?  

    Pour l'instant la seule explication vient de rapports qui présentent l'épandage de produits dans l'atmosphère comme un moyen de faire écran au rayonnement solaire pour réduire le réchauffement dû aux gaz à effet de serre.

    Il semble que les épandages n'ont pas qu'un seul but, ces autres buts pouvant être:

    -Protéger la terre contre le réchauffement naturel général du système solaire

    -Empêcher les radiations nocives du soleil d'atteindre la terre, radiations peut être dues à la destruction bien plus importante qu'annoncée de la couche d'ozone.

    -Empêcher les cumulus et cumulonimbus de se développer en hauteur et d'atteindre la haute atmosphère (ou empêcher leur formation) pour protéger la couche d'ozone, en dispersant des matériaux absorbant l'humidité.

    La technologie Haarp est peut être utilisée dans ces opérations (ou fait double emploi en étant détournée par les militaires).

    On ne peut pas exclure que ces opérations soient également utilisées pour d'autres motifs comme répandre d'autres substances visant la population, produits pharmaceutiques, biologiques... comme l'ont montré les analyses de Clifford Carnicom (site, en anglais)

    Les chemtrails semblent être également responsables de la sécheresse permanente. 

     

     Quand ?  

    Il y a de plus grandes chances de voir des chemtrails:

    -Juste avant un jour pluvieux ou orageux

    -Après une longue période de pluie

    -Au lever du soleil en hiver ou au coucher du soleil quelle que soit la saison 

    Le moment où il n'y a pas ou très peu de chemtrails est généralement le mois de juillet, spécialement pendant une période de canicule.  

    Géoingénierie – Qu’est-ce que c’est ? 

    Géoingénierie (ou géo-ingénierie) est un mot tabou dont vous n'êtes pas autorisé à connaître la signification, on ne trouve en effet la définition de ce mot sur aucun dictionnaire ou encyclopédie en ligne, ni sur Dicorama, ni sur le Quid, ni sur le dictionnaire de l'Académie Française, ni sur Dictionnaire.com, ni sur l'encyclopédie Larousse, ni sur l'encyclopédie Encarta MSN, ni sur Webencyclo, ni sur l'encyclopédie Universalis, ni sur l'encyclopédie canadienne, ni sur Atilf, ni sur Mediadico, ni sur Antidico le dictionnaire des mots absents des autres dictionnaires...

    Une recherche en anglais avec geoengineering donne le même résultat, rien sur l'encyclopédie Encarta MSN, rien sur Infoplease, rien sur Onelook, rien sur l'encyclopédie Britannica, rien sur Encyclopedia.com, rien sur l'encyclopédie Columbia, rien sur Dictionary.com, rien sur Yourdictionary.com... 

    Pour tous ces sites ce mot n'existe pas bien qu'il existe plusieurs diplômes ou formations portant ce nom comme: le DESS géoingénierie de l’environnement à Toulouse ou le Master géosciences et génie civil délivré par le département géo-ingénierie de l'école des Mines à Nancy.

     On peut trouver sur le site de l'IPCC, (GIEC, Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) sur ce fichier pdf en français (page 8 en bas à gauche) ou sur celui ci (page 85 en bas à gauche) la définition de géoingénierie:

    Ensemble des techniques visant à stabiliser le système climatique par une gestion directe de l’équilibre énergétique de la Terre, de façon à remédier à l’effet de serre renforcé.

    Cette autre définition figurait sur un fichier qui a disparu du site du GIEC:

    La géo-ingénierie désigne les efforts visant à stabiliser le système climatique en gérant directement le bilan énergétique de la Terre, permettant ainsi de surmonter l’effet de serre accru. 

    Ceci inclut l'épandage de fer dans les océans pour stimuler la croissance de phytoplancton absorbeur de CO2, le stockage de millions de tonnes de CO2 liquéfié dans des puits de pétrole ou de gaz épuisés (ces opérations existent déjà officiellement) et l'épandage de matériaux dans l'atmosphère pour réfléchir la lumière solaire. 

    Une recherche sur Google avec le terme geoengineering donne plus de 300000 résultats dont des études et rapports officiels datant de plus de 10 ans, voire 20, qui indiquent que l'épandage de matériaux dans l'atmosphère est la solution la plus facile et la moins coûteuse pour atténuer l'effet du CO2 et pour empêcher le réchauffement de la planète. 

    Les apprentis sorciers du climat  

    Article du Monde Diplomatique de juillet 2002:

    Américains ou européens, des scientifiques et des bureaux d’études s’adonnent à des expérimentations climatiques, prétendant résoudre le problème de l’effet de serre.

    Espérant de nouveaux débouchés financiers, une science très controversée, l’ingénierie du climat, s’est développée ces dernières années.

    Parmi toutes les techniques de stockage du CO2, quatre font l’objet des recherches les plus poussées...

    Puisque les gaz à effet de serre entraînent un réchauffement de la planète, le but de la quatrième technique serait de diminuer le rayonnement solaire reçu par la Terre. Il s’agit de répandre dans la haute atmosphère de fines particules solides ou liquides, appelées aérosols, qui feraient écran au rayonnement solaire.

    M. Hervé le Treut (climatologue et directeur de recherche au CNRS de Paris) va plus loin: "Tous ces projets sont portés par des considérations économiques. Les chances de maîtriser ces processus sont extrêmement faibles".

    chemtrails 

     

    DOSSIER WIKIPEDIA SUR LES CHEMTRAILS 

    Un chemtrail [kemtrel] serait une traînée blanche dans le ciel ressemblant à une trainée de condensation mais constituée de produits chimiques ou aérosols et non de la vapeur d'eau laissée par les réacteurs des avions. Le nom lui-même est un néologisme construit par la contraction de l'anglais « chemical trail », soit « trainée de produits chimiques », sur le modèle de, et par opposition à, « contrail », contraction de « condensation trail ». 

    Problématique

    Selon les tenants de cette théorie, le phénomène des chemtrails serait apparu en 1996 date à laquelle les observations de traînées d'avion « anormalement persistantes » auraient commencé à se généraliser. D'après eux, elles auraient des caractéristiques distinctes dont le fait qu'elles disparaîtraient beaucoup plus lentement et ne se formeraient pas toujours à la « bonne » altitude pour être des traînées de condensation. Toujours d'après eux, les traînées d'avions seraient davantage persistantes depuis une quinzaine d'années, alors même que la persistance de simples traînées de condensation est un phénomène plutôt occasionne. L'aspect du ciel aurait donc radicalement changé depuis leur présence. Si bien que selon les défenseurs de la théorie, certains scientifiques amalgameraient traînées chimiques et traînées de condensation. Néanmoins, cette théorie n'a jamais trouvé aucune crédibilité dans la communauté scientifique, faute de preuves objectives. De plus, les organismes des gouvernements et les scientifiques ont à maintes reprises nié l'existence des chemtrails. Pourtant, les convaincus de l’existence, à grande échelle, des chemtrails s’opposent à ceux qui affirment qu'il n'existe que des contrails. 

    Divers objectifs présumés sont associés aux chemtrails, tous basés sur une hypothèse de départ qui est le fait que les chemtrails seraient constitués de produits chimiques inconnus déversés en haute altitude. Parmi ceux-ci, on trouve la modification du climat (à des fins militaires, économiques, ou pour lutter contre le réchauffement planétaire), le contrôle de la population, un moyen de communication ou de brouillage des communications pour l'armée, une arme biologique ou des intentions occultes. Les partisans de cette théorie affirment également que les chemtrails peuvent causer des problèmes respiratoires ainsi que d'autres problèmes de santé. 

    En 2001, aux États-Unis, le terme « chemtrails » se retrouvait dans un projet de loi nommé le Space Preservation Act, mentionné en tant qu'arme exotique. Ce projet présenté à l'origine devant le Congrès par le politicien Dennis Kucinich fut rejeté, si bien que les références aux chemtrails furent supprimées dans les versions suivantes. Dans une interview de janvier 2002, Bob Fitrakis, du journal Columbus Alive, demanda à Kucinich pourquoi il voulait introduire le terme chemtrails dans un projet de loi alors que le gouvernement US a sans cesse nié leur existence. Kucinich lui répondit : « la vérité est qu'il y a un programme entier, au Département de la Défense, nommé Vision pour 2020, qui développe ces armes ». Lors d´une audience publique à Santa Cruz (Californie), en juin 2003, Kucinich confirmait de nouveau l'existence et l´emploi effectif de l'arme climatique : « Chemtrails are real ! » affirmait-il. 

    Rôle des chemtrails

    Au sein des partisans de la théorie des chemtrails, plusieurs hypothèses ont été émises concernant le rôle de ces traînées, si bien qu'aucun consensus n'existe parmi eux à ce sujet. Néanmoins, selon certains les épandages poursuivraient simultanément plusieurs de ces objectifs ; 

    Un des objectifs principaux concernerait le contrôle du climat à des fins militaires, généralement avec des effets néfastes pour la population et l'écosystème, notamment par l'utilisation conjointe du système HAARP. Des expériences préliminaires auraient été menées en ce sens dans certains états aux USA dans les années 1990, et lors de la guerre du Golfe. Le contrôle du climat serait, à cet effet, un des objectifs de recherche militaire de l'US Air Force depuis de nombreuses années, cf. le rapport « Le climat comme un multiplicateur de force: posséder le temps en 2025 ». 

    Parmi les objectifs, on retrouverait ainsi : 

    Des objectifs économiques : le contrôle du climat permettrait de contrôler en partie l'économie d'une nation, au niveau social ou agricole, par exemple, en sabotant de façon silencieuse les récoltes d'un pays par l'augmentation des précipitations, des orages, des tornades, ou de canicules. (cf. HAARP).

    Le contrôle du climat en temps de guerre, conjointement avec HAARP : brouillage des communications, génération de perturbations atmosphériques.

    Le contrôle de la population : au sens manipulation mentale et/ou contrôle démographique. Dans ce dernier cas, l'épandage de chemtrails pourraient être un moyen global plutôt discret pour affaiblir les défenses immunitaires, et épandre virus et bactéries. 

    Concernant la modification du climat à l'échelle mondiale, les techniques utilisées seraient celles qu'a inventé une science de contrôle climatique dénommée la Géo-ingénierie, qui fit son apparition dès les années 1950 et qui, selon les partisans, serait appliquée à l'échelle mondiale depuis presque deux décennies. Cette dernière consiste à larguer des particules réfléchissantes dans l'atmosphère via des moyens aériens (ballons, avions ou fusées). Selon les partisans, les chemtrails seraient d'ailleurs en partie à l'origine de l'assombrissement global. En terme de modification climatique, les chemtrails poursuivraient ici deux objectifs contradictoires: 

    La lutte contre le réchauffement climatique : pour certains partisans, les chemtrails seraient un moyen de créer une sorte de bouclier chimique qui filtrerait une partie des rayons du soleil et permettrait ainsi de diminuer l'indice UV. Néanmoins, d'après d'autres partisans, cette raison officieuse serait désinformation.

    Par exemple, l’interdiction de vol de trois jours qui a suivi les attentats du 11 septembre aux États-Unis qui s'est traduite par un écart de température moyenne par rapport aux prévisions météo. Ceci aurait confirmé que les chemtrails refroidissaient localement et provisoirement le climat.

    La création d'un effet de serre artificiel : en revanche, pour d'autres partisans, les chemtrails contribueraient au contraire à favoriser le réchauffement climatique, car les nuages artificiels provoqués par les épandages de nuit, majoritaires, bloqueraient les radiations infra-rouge dans l'atmosphère. 

    Commanditaires

    Selon les partisans de la théorie, les commanditaires de ces épandages ne sont pas clairement identifiés. Les chemtrails prendraient place dans le cadre d'un programme d'aérosol global, dans lequel les nations n'auraient pas leur mot à dire. Les élites pourraient être de la partie. Les rares personnes s'étant exprimé sur le sujet comme le ministre italien Antonio Di Pietro parlent d'organisationS militaires comme l'OTAN qui exécuteraient les opérations. 

    Moyens de dispersion

    Les épandages seraient réalisés par les avions militaires de l'OTAN, mais pourraient également être réalisés par des avions civils, au moyen d'un dispositif permettant le mélange des produits chimiques au kérosène, et ainsi le déversement en plein vol sans tuyères additionnelles sur l'appareil. 

    Ces calculs avancent que la solution et sa logistique seraient économiquement viables, et passeraient par l'utilisation de l'infrastructure et des équipements militaires de l'OTAN (dont américains et russes) disséminés sur l'ensemble de la planète. Les commanditaires bénéficieraient ainsi d'une efficacité éprouvée maintes fois, d'une logistique sans faille et entourée du secret défense. Cela ne nécessiterait pas des centaines de milliers d'employés. 

    Les brevets concernant des méthodes d'épandages d'aérosols contenant des métaux lourds, et matières organiques (virus, bactéries) seraient légion. Ainsi une référence souvent citée parmi les partisans des chemtrails est le brevet Welsbach qui présente une méthode pour réduire l'effet de serre par le biais d'épandages à grande échelle de particules dans l'atmosphère. 

     Composition

    Un américain nommé Clifford Carnicom, président d'une corporation à but non lucratif du même nom Institut Carnicom prétend avoir analysé des échantillons d'air prélevés au niveau du sol suite à des supposées opérations d'épandage . Les analyses des retombées auraient surtout révélé des métaux lourds, dont de l'aluminium et du baryum, voire des minéraux comme du calcium, du magnésium, et d'autres éléments comme du titane, des fibres de polymères microscopiques dans des zones supposées avoir été exposées au chemtrails . Carnicom n'a jamais mis à la disposition des institutions ces échantillons, et n'a pas dévoilé les méthodes par lesquelles il arrivait à ces conclusions.

     Des recherches de Luigina Marchese, auteur d'un dossier sur les épandages chimiques publiée dans le no 3 de la revue italienne X Times, confirmeraient l'étude de Carnicom, indiquant un lien entre des épandages chimiques aériens non agricoles et des traces de baryum et d'aluminium dans des produits biologiques. 

    Un groupe de citoyens nommé Arizona Sky Watch a contrôlé l'air, l'eau et le sol en Arizona et a récemment rendu plusieurs rapports qui ont été vite repris par d'autres groupes dans le pays. De nombreux sites en Arizona et spécialement Phoenix ont été évalué pendant plusieurs années et les résultats auraient montré la présence de taux élevés de produits chimiques toxiques (notamment de l'aluminium) attribués pour beaucoup aux chemtrails.

     Santé

    Les partisans de la théorie soutiennent que les chemtrails peuvent provoquer des problèmes respiratoires, voire seraient dans certains cas à l'origine de la maladie d'Alzheimer en raison de la présence d'aluminium. Le 18 novembre 1998, le porte-parole du parti d'opposition canadien Gordon Earle produisit une pétition au Parlement au nom des habitants de la ville d'Espanola au Canada. S'exprimant au nom du Nouveau Parti démocratique du Canada, Earle déclara : « Plus de 500 résidents de la région d'Espanola ont signé une pétition rapportant leurs préoccupations sur la participation possible du gouvernement dans ce qui semble être des avions dispersant des aérosols. Ils ont trouvé des traces élevées de particules d'aluminium et de quartz dans des échantillons d'eau de pluie. Ces préoccupations et les troubles respiratoires associés, ont conduit ces canadiens à agir et chercher des réponses claires. » 

    Certaines nouvelles maladies, notamment celle des morgellons présente dans certains États des USA, pourraient provenir de certains épandages. Dans le cas de la maladie des morgellons, les malades présentent des lésions cutanées d'aspect fibreux. 

    Un test de contamination aux chemtrails, réalisable par tout un chacun, mettrait en évidence la présence de fibres de polymère microscopiques dans le corps.

      Environnement

    Les chemtrails agiraient comme un dessiccateur et assècheraient les sols. 

    Des observateurs ont également noté un blanchissement général du ciel, de nature à créer, au sol, des reflets très éblouissants, notamment à cause du type de particules dispersées dans l'atmosphère.

     Lutte contre les chemtrails

    Des associations de citoyens se sont montées un peu partout dans le monde. En France, l'Association Citoyenne pour le Suivi, l'Etude et l'Information sur les Programmes d'Intervention Climatique et Atmosphérique (ACSEIPICA° se donne les moyens d'informer le public au sujet des supposés épandages. 

    Aux États-Unis l'association California Skywatch a lancé une pétition. Une autre association, CACTUS (Citizens Against Chemtrails U.S.), dédie son action à stopper les épandages. 

    Selon certains partisans, un des moyens de « lutter » directement contre les chemtrails, serait l'utilisation d'orgone, et notamment l'usage de chembusters. 

    Malgré l'absence de preuves scientifiques supportant la théorie des chemtrails et les démentis répétés des gouvernements et organismes mondiaux, en Italie et en Europe, le phénomène a fait l'objet de questions de plusieurs parlementaires. Les différentes interrogations ont reçu comme réponse un démenti de la part des gouvernements interpellés. 

     Source : wikipedia 

     

       

    En 1999, un rapport du parlement européen dénonçait le projet HAARP comme "une nouvelle menace militaire particulièrement grave pour l'environnement et la santé humaine au niveau planétaire". (voir ci-dessus). 

    En 1998, l'Agence Spatiale Européenne travaillait sur un projet d'atténuation des tornades utilisant la technologie HAARP avec Bernard Eastlund, auteur de ce brevet et de cet autre brevet à l'origine du projet HAARP.

    Modification du climat au moyen de radiations électromagnétiques de forte puissance.

    ESEC (Eastlund Scientific Enterprises Corporation) a récemment achevé un contrat avec l'Agence Spatiale Européenne pour considérer le potentiel de modification du climat au moyen de l'installation HAARP en Alaska, et procéder à des simulations numériques de suppression de tornades au moyen de radiations électromagnétiques de forte puissance produites par des satellites énergétiques solaires.

    -Considérations de systèmes d'expérimentation de modification du climat utilisant des radiations électromagnétiques de forte puissance, publié dans "l'atelier sur l'exploration de l'espace et l'exploitation des ressources - EXPLOSPACE" 20-22 octobre 1998, Cagliari, Sardaigne, Italie.

    -Conditions pour le diagnostic des mesocyclones pour le concept de satellite énergétique solaire, publié lors de la réunion de la "seconde conférence sur les applications des capteurs à distance et le système d'information généralisé pour la gestion des catastrophes" 19-21 janvier 1999.

    Quelques uns des points forts contenus dans ces rapports sont:

    -HAARP

    -Antenne de bouclier contre-missile (réseau d'antennes terrawatt en phase)

    -Modification du climat pour le concept du gaz de la région du North Slope

    -Réduction du trou dans la couche d'ozone

    -Satellites solaires haute puissance pour la modification du climat

    -Miroirs relais ionosphériques d'énergie électrique

    -Interventions dans la tornadogénèse

    -Sécurité 

    Source: Eastlund Science

    La quantité moyenne d'énergie dans les systèmes de tempêtes peut varier entre 7 x 10 puissance 9 watts (7 Gigawatts) pour les petits orages et 7 x 10 puissance 14 watts (700000 Gigawatts) pour un ouragan. Au milieu des années 80 des antennes produisant jusqu'à 10 puissance 12 watts (1000 Gigawatts) utilisant le gaz naturel du North Slope en Alaska ont été étudiées par l'ARCO (Atlantic Richfield Company) et le département de la défense US pour des applications militaires dans l'ionosphère. À cause de la similarité entre la puissance de l'antenne présentée et la quantité d'énergie de certains systèmes typiques de tempêtes, des applications pour la modification du climat dans la troposphère ont été proposées. Il a aussi été suggéré que les grandes antennes de l'ARCO pourraient être utilisées pour la modification moléculaire de l'atmosphère.

     Ce dossier passe en revue les bases physiques et technologiques des brevets résultants des travaux de l'ARCO. Des études ultérieures de Eastlund Scientific Enterprises Corporation se sont concentrées sur des applications de systèmes d'antennes de 200 à 10000 Mégawatts, qui peuvent être alimentées par une variété de moyens conventionnels ou par des systèmes de satellites énergétiques solaires.

    L'atténuation de la tornadogénèse dans les ouragans a été l'objet d'études. Une hypothèse est que les courants descendants refroidis par la pluie sont responsables de la formation des tornades. Un système pour cibler et suivre ces régions de courant descendants et les réchauffer avec des rayons concentrés de radiations électromagnétiques, dans l'espoir d'interférer avec le développement des tornades, sera décrit. Des codes de simulation de prédiction du temps à l'échelle des tempêtes sont utilisés pour déterminer l'efficacité potentielle des réchauffements. L'utilisation du réseau de radars doppler WSR-88D comme aide pour cibler et diriger le rayon concentré sur ces régions de courants descendants est décrite. 

    La réduction des graves impacts climatiques par la dissipation ou le détournement des systèmes météorologiques associés peut être envisagée au moyen de concepts qui utilisent diverses options technologiques, telles que l'ensemencement de nuages ou le réchauffement sélectif de la troposphère au moyen de faisceaux de radiations électromagnétiques émis depuis un satellite et/ou une antenne terrestre. 

    La modification du climat qui excède l'échelle de l'ensemencement de nuages (testé des années 40 à 70) atteint rapidement des échelles de taille et d'énergie qui sont bien au delà de la faisabilité technique actuelle des systèmes spatiaux. La quantité moyenne d'énergie dans les systèmes de tempêtes peut varier entre 7 x 10 puissance 9 watts (7 Gigawatts) pour les petits orages et 7 x 10 puissance 14 watts (700000 Gigawatts) pour les ouragans ou les typhons. Dans les années 80 l'auteur a étudié des antennes produisant jusqu'à 10 puissance 12 watts (1000 Gigawatts) utilisant le gaz naturel du North Slope en Alaska pour le département de la défense US pour des applications militaires dans l'ionosphère. À cause de la similarité entre la puissance de l'antenne présentée et la quantité d'énergie de certains systèmes typiques de tempêtes, des applications pour la modification du climat dans la troposphère ont été proposées. 

    De bien étranges nuages....

       VOIR AUSSI ces pages : 

    HAARP Project

    La Géo ingénierie

     Transition et réchauffement

    Les matières inconnues de l'espace 

    Pluies étranges

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"