• Partager via Gmail Yahoo!

  •  OVNIS au dessus de la centrale nucléaire de Fessenheim (France) le 24 mai 2018 ! 


    Il me parait important de relayer ici une information qui nous a été transmise par un informateur digne de confiance, mais dont nous nous sommes engagés à taire l’identité, au sujet d’une observation d’ovnis particulièrement incroyable.

    Nous sommes le jeudi 24 mai 2018 du côté de la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace. Durant presque 2 heures, de 22h40 à minuit passé, des civils et personnels militaires (7 ou 8 personnes en tout) ont été les spectateurs de ce qu’il convient d’appeler une véritable escadrille d’ovnis. En effet, ceux-ci auraient été les témoins d’un survol de la centrale par pas moins d’une quinzaine d’aéronefs de tailles, formes et couleurs diverses. Certains de ces ovnis étaient de forme triangulaire et de couleur noire, ou ronds de couleur orange quand d’autres présentaient une structure en losange.

    Deux de ces engins ont notamment pu être observés de très près (à une distance d’environ 50 mètres) lors de leur survol à très basse altitude du bâtiment réacteur de la centrale. Leur vitesse de déplacement a été décrite comme étant très lente et, comme souvent dans pareille description, notre témoin relate un déplacement totalement silencieux.

    La taille du plus imposant des ovnis qui composaient cette « armada », de forme triangulaire et observé à une distance d’une centaine de mètres, a été évaluée par les témoins à environ 20 mètres de longueur.

    Nul doute que plusieurs témoins de cette observation (notamment le personnel de gendarmerie présent) ont été auditionnés par les services militaires et que ces derniers disposent de traces vidéo de ce phénomène (via les caméras de sécurité présentes sur le site). Nous pouvons aussi affirmer avec une quasi-certitude que tout ceci ne sera pas communiqué au grand public, cet épisode ayant rapport à la sécurité d’un site sensible. Par ailleurs, si cette information venait à être reprise dans les médias « mainstream », nous aurions très certainement droit à la version communément avancée dans pareille situation : « de simples drones ont survolé un site nucléaire »

    Reste à poser les questions qui « fâchent » et à mettre le doigt sur les caractéristiques d’un phénomène au sujet duquel la majorité de la population et officiellement les services de l’État (je dis officiellement par que je suis persuadé à titre personnel qu’en interne il en est tout autre) s’entêtent à nier l’existence.
    ◾Quel appareil de type drone possède aujourd’hui les caractéristiques énoncées lors de cette observation : taille (20 mètres pour l’un d’entre eux), déplacement silencieux et capacité à effectuer un vol stationnaire ?
    ◾Pourquoi ce type d’observation est-il généralisé aux abords des sites nucléaires sensibles et ce depuis de nombreuses années (quelques recherches rapides sur le net vous permettront de réaliser à quel point les observations d’ovnis, depuis plusieurs décennies et sur toute la planète, sont effectuées autour de sites nucléaires, qu’ils soient civils ou militaires) ?
    ◾Pour aller un peu plus loin dans ce questionnement, pourquoi ce phénomène cible-t-il aujourd’hui la centrale de Fessenheim, site nucléaire civil particulièrement contesté de par l’ancienneté, la vétusté et donc la dangerosité de son infrastructure ?

    Autant de faits et questions qui, encore une fois, ne seront pas ou peu abordées dans les médias nationaux et qui, s’ils ne sont pas traités à travers le prisme du dédain et de la moquerie, seront passés sous silence.

    Que ce phénomène trouve une explication rationnelle ou pas, il souligne des problématiques sécuritaires qui ne peuvent être balayées d’un simple revers de main et soulève des questions que nous ne pouvons ignorées et sur lesquelles il est primordial à mon sens de se pencher :

    Qui (ou quoi) se cache derrière ce phénomène ? A travers quelle technologie s’exprime-t-il ? Et enfin, doit-on interpréter ce phénomène comme étant l’expression d’un message relatif à notre utilisation irraisonnée d’une technologie que nous ne maitrisons pas et qui met l’humanité en danger ?

    Le débat reste non seulement ouvert mais il mérite et doit susciter notre intérêt à tous. Si les grands médias qui occupent et monopolisent l’espace d’expression et de réflexion ne s’emparent pas de cette thématique, il nous appartient modestement à nous, simples citoyens curieux et responsables de la faire émerger dans le débat public.

    Je joints à cet article un document émanant de Matthieu Wikkelmuller, directeur technique adjoint chez EDF-CNE Fessenheim :

     Source -  Guillaume Hzt : nurea.tv

     

    Rappel d'une autre affaire en 2014

    " Le directeur de la centrale du Blayais avait déclaré dans le journal Ouest France en 2014 : "nous n'avons pas été survolés par des drones mais par un ovni" ! ...

    Pascal Pezzani, directeur de la centrale nucléaire du Blayais, a fait la présentation hier des résultats 2014 et des perspectives pour la nouvelle année.
    Pour la centrale du Blayais, l’année qui s’est achevée a été « dense, voire exceptionnelle ». Le directeur a rappelé la charge des activités de maintenance avec l’arrêt de l’unité de production n°4 pour le rechargement en combustible, la visite partielle de l’unité de production n°1 et la visite décennale de l’unité de production n°3.

    2015 sera tout aussi chargée avec le remplacement des trois générateurs de vapeur de l’unité de production n°3 et la visite décennale de l’unité de production n°4.


    Cette visite sera la dernière du cycle des troisièmes visites décennales de cette centrale construite au début des années 80. Lorsque l’Autorité de sûrenté nucléaire aura donné le feu vert, la centrale du Blayais sera alors sur les rails pour être exploitées dix ans de plus.
    Aucune fermeture de réacteur en perspective

    Pascal Pezzani n’a pas caché que l’objectif était bien le cap des 60 ans.  Il a même rappelé que le site a la capacité d’accueillir une cinquième unité de production et a fait comprendre que la centrale du Blayais n’était pas concernée par la fermeture d’un ou plusieurs réacteurs dans le cadre de la loi de transition énergétique.

    Sur le bilan de la production, le directeur a fait part de son satisfecit : « On a produit ce que l’on avait prévu de produire. C’est très bien. »

    Concernant les effectifs, la centrale compte 1347 agents, avec plus de 300 embauches sur les quatre dernières années.

    Enfin, le directeur a rappelé que le CNPE du Blayais a travaillé à hauteur de 27 millions d’euros avec les entreprises de Gironde. C’est le premier département en terme d’investissements, devant les Bouches-du-Rhones, et loin derrière le Rhône.
    Des soucis avec la sécurité en 2014

    En revanche, il a fait part des difficultés qu’a connues la centrale en 2014 en terme de sûreté. Comme par exemple la détection tardive d’un robinet « innétanche » situé sur un circuit de sauvegarde, la remise sous tension inappropriée d’un tableau électrique, la détection tardive d’un écart de positionnement des grappes de commande du réacteur de l’unité de production n°2, ou encore  des traces de contamination externe au niveau du visage d’un intervenant qui n’avaient cependant  pas justifié  de traitement médical particulier.

    La centrale rappelle que ces événements n’ont eu aucune conséquence sur la sûreté des installations.

    « Nous avons été chahutés sur la sûreté en début d’année 2014. Ce n’est pas à la hauteur de nos attentes. Nous avons su garder le cap et relever le défi. Le niveau d’excellence sur la sûreté est notre objectif », a insisté Pascal Pezzani.
    Octobre 2014 : drone ou pas drone?

    Suite à la question d’un élu sur l’affaire des drones, le directeur a minimisé l’événement. « Ici, on n’a pas vu de drone. On a vu un ovni et il n’y a eu aucun impact sur la sûreté de nos sites. Notre position est claire, lorsqu’il y a survol du site nous portons plainte et on communique. »

    Source : sudouest.fr/

    VOIR au milieu DE LA VIDÉO la déclaration de Paul Hellyer au sujet des centrales nucléaires...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Ovnis de mai 2018

    Photo prise par un témoin à Rimouski au Québec  le 19-05-2018

    Des vidéos intéressantes...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • L'ancien pilote de ligne d'O'Bama raconte sa rencontre avec un ovni

    Une fois n’est pas coutume, un grand quotidien américain, le New York Daily News, ouvre ses colonnes à un pilote de ligne qui relate sa rencontre avec un objet volant non identifié.  Et par n’importe-quel pilote: avec 28 ans d’expérience, dont 14 comme capitaine, Andrew Danziger est un professionnel respecté qui a notamment piloté l’avion de Barack Obama pendant sa campagne présidentielle en 2008. Il est exceptionnel qu’un pilote encore en activité, bien que proche de la retraite, évoque publiquement une observation d’OVNI.
    D’emblée l’ancien commandant de bord américain Andrew Danziger annonce la couleur: «Les gens adorent poser des questions aux pilotes. Mais celle qui revient le plus souvent est: «Croyez-vous aux OVNIs?». En ce qui me concerne, la réponse est ‘Oui’.»


    Andrew Danziger a croisé son objet volant non-identifié le 10 avril 1989, à 20 heures, alors qu’il n’était encore que jeune copilote, au cours d’un vol intérieur entre Kansas City et Waterloo, dans l’Iowa. «C’était une soirée magnifique. La lune était pleine et la visibilité parfaite» précise-t-il.

    C’est à 350 kilomètres de Waterloo, à une altitude d’environ 4500 mètres, que s’est déroulée la rencontre : «Il y avait des nuages fins tout autour de nous éclairés par la pleine lune qui brillait à notre gauche, du côté du commandant de bord. (…) Il y avait aussi un disque blanc que l’on pouvait clairement distinguer à travers les nuages, juste à notre droite.».

    "Cela ressemblait à la lune mais l’objet était à droite et la lune à gauche"

    Andrew Danziger a signalé la présence du disque au commandant de bord. ce dernier lui a confirmé qu’il l’observait depuis que l’avion s’était stabilisée à son altitude de croisière.  «Cela ressemblait à la lune mais l’objet était à droite et la lune à gauche» poursuit -il. «Nous avons scruté sol pour tenter d’apercevoir des éclairages publicitaires particulièrement puissants mais nous n’avons rien vu.»

    A ce stade de son récit, il y a toutefois une explication rationnelle qui n’est pas évoquée par Andrew Danziger. Sa description correspond à un parasélène, le reflet de la lune sur des nuages faisant office de miroir. Il est parfois à l’origine d’observations erronées d’OVNI. Toutefois, il ne se produit qu’à haute altitude avec des nuages de type cirrus ou cirrostratus chargés de cristaux de glace qui composent la surface réfléchissante. Or, l’avion était à moins de 4500 mètres d’altitude au début de l’observation.

    Mais ce qui va achever de convaincre Andrew Danziger qu’il n’a pas affaire à un phénomène ordinaire est une vision qui a «marqué sa mémoire au fer rouge»: «A environ 60 kilomètres de l’aéroport de Waterloo, nous avons amorcé notre descente. Depuis 20 ou 30 minutes, le disque blanc était toujours dans notre champ visuel. Pris par les préparatifs de l’atterrissage, nous l’avons perdu de vue pendant une minute. Mais quand je l’ai regardé de nouveau, j’ai crié au commandant de bord: «Bordel de M… !».

    La sphère rouge énorme et brillante suivait une trajectoire parallèle à la nôtre

    Il a immédiatement tourné son regard dans la direction que je lui indiquais : au-dessus  des nuages, à l’endroit où se trouvait le disque, il y avait maintenant une boule rouge géante. Elle était grande et brillante, pas assez pour illuminer la cabine mais très lumineuse quand même. Nous sommes restés sans rien dire, stupéfiés. Nous avons eu peur de la percuter mais très vite nous sous sommes rendus compte que la boule géante suivait une trajectoire parallèle à la nôtre, à la même vitesse que l’avion. Pendant que nous descendions lentement sous les 4000 mètres, la sphère brillante a aussi commencé à descendre. Elle est passée derrière les nuages comme un coucher de soleil. Au bout de 30 secondes, des centaines de flashs ont illuminé l’intérieur de la masse nuageuse.

    Puis, alors que les flashs se faisaient de plus plus lumineux, la section du nuage où avait pénétré la sphère a commencé à se distendre comme du ‘Silly Putty’ (NDR: ou Mastic Idiot, pâte à modeler visqueuse et élastique). Les deux parties du nuage se sont écartées lentement tandis que le milieu devenait de plus en plus fin. Enfin, le ‘fil’ qui reliait les deux sections du nuage s’est rompu et, d’un coup, tout à disparu. Il n’y avait plus rien: plus de disque brillant, plus de flashs lumineux, plus aucun des nuages fins qui nous accompagnaient depuis 40 minutes. Plus rien ! Dans le ciel sans nuage, il n’y avait plus que la lune à notre gauche.»

    Cette soudaine disparition des nuages est l’un des éléments les plus troublants du récit d’ Andrew Danziger: comment ont-ils pu s’évaporer en un instant ainsi que le laisse entendre le pilote ?  Y’a-t-il eu une brève perte de conscience pendant l’avion quittait la zone nuageuse ?

    Médusés, les pilotes se sont ensuite concertés pour décider de rapporter ou non leur observation. Andrew Danziger a contacté la tour de contrôle de Kansas City en demandant sans autre précision  s’ils avaient repéré quelque chose sur le radar: «Non rien, à part vous». «Pas dans l’immédiat mais il y a quelques minutes, à 2 heures, par rapport à notre position ?» a indiqué le copilote. La tour de contrôle a confirmé sa première réponse: «Non, c’est une nuit tranquille. On surveille tout le secteur entre Kansas City et Waterloo sur nos écrans de contrôle et vous êtes seul depuis une heure.»
    Cette absence de corroboration par le radar n'est pas un cas isolé. Les relations entre les OVNIs et les radars sont pour le moins complexes. Tous les cas de figure ont été répertoriés: l'objet est vu mais il n'est pas repéré par les radars; le radar signale un objet mais les témoins oculaires ne voient rien à l'endroit où il devrait se trouver; le radar indique une position mais l'OVNI est visible en un autre endroit; enfin il arrive que les données radars et les observations visuelles coïncident.

    Les question d’Andrew Danziger ont été reçues 5 sur 5 par le contrôleur aérien: quelques instants plus tard, la tour de contrôle reprend contact et demande : «Vous voulez signaler un OVNI ?». Après un court instant de réflexion, les pilotes acceptent.

    Dans la dernière partie de son récit, Andrew Danziger détaille la procédure que le pilote et le copilote ont suivi pour rapporter leur observation: «On m’a dit d’appeler National UFO Reporting Center.  A cette époque, je ne savais même pas qu’un tel centre existait qui recueille les appels des pilotes et des contrôleurs aériens. L’homme au bout du fil nous a interrogé séparément, Bruce, le commandant de bord et moi. Quand nous avons eu achevé de lui faire notre récit, la personne à l’autre bout du fil nous a dit que nous n’entendrions plus jamais parler de lui et que nous n’obtiendrions aucun retour d’information complémentaire. C’était notre premier et dernier contact avec lui.»

    "Pratiquement tous les pilotes croient aux OVNIS"

    Là encore, la description de cette procédure soulève quelques interrogations. Contrairement à ce que l’on pourrait croire en lisant le récit d’ Andrew Danziger, le National UFO Reporting Center n’est pas un organisme officiel ou lié au gouvernement américain. Il n’existe d’ailleurs pas d’instances de ce type aux Etats-Unis contrairement à la France qui dispose du Geipan, le Groupe d'études et d'information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés, dépendant du Centre national d'études spatiales (CNES), lui même affilié au Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et au ministère de la Défense. De plus, le NUFORC, fondé en 1974, n’est absolument pas spécialisé dans la collecte des témoignages des pilotes ou de professionnels du secteur aérien.
    Il propose une «hotline» qui enregistre 24 h/24 les observations d’OVNIS en provenance de tout le territoire des Etats-Unis, sans exclusive. La phrase aux accents très «Men in Black» qui conclut l’entretien («La personne à l’autre bout du fil nous a dit que nous n’entendrions plus jamais parler de lui et que nous n’obtiendrions aucun retour d’information complémentaire») est donc assez incongrue. Ou plutôt assez assez logique puisque le National UFO Reporting Center se consacre surtout à un travail de compilation des témoignages à des fins statistiques. Ses ressources financières et humaines limitées ne lui permettent d’enquêter que sur un très faible pourcentage des cas qui lui sont soumis. Le rapport d’Andrew Danziger et de son commandant de bord est donc un signalement a minima, sans trace écrite officielle, qui, selon toute vraisemblance, a été rejoindre les archives du NUFORC sans autre forme de procès…

    D’ailleurs, Andrew Danziger souligne par la suite que la compagnie aérienne pour laquelle il travaillait à l’époque n’avait pas de «ligne de conduite officielle concernant les OVNIs et n’en a toujours pas aujourd’hui».

    Andrew Danziger achève son récit par un regard rétrospectif sur cet incident qui l’a profondément marqué mais qu’il n’avait jamais évoqué publiquement. «C’était il y a 25 ans. Aujourd’hui, je suis plus vieux, plus sage et arrivé presque au terme de ma carrière. Au cours des dernières années, le sujet OVNI s’est parfois s’est imposé de cockpit. Et beaucoup plus qu’une poignée de pilotes m’ont confié leur propre histoire d’OVNI.» Et Andrew Danziger conclut: «Je n’exagère pas en disant que  pratiquement tous les pilotes croient aux OVNIS.»

    Comme il l'explique lui-même, Andrew Danziger est loin d'être le seul pilote à avoir observé un OVNI...

    Source : .parismatch.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Un objet volant triangulaire près de la station  ISS ...

    Date d'observation 14 avril 2018

    Voir à 01:12 mn de la vidéo !

    Lieu d'observation : Station spatiale internationale (ISS) 

     

    D'après Scott Waring : 

    "Cet OVNI va vous époustoufler !

    Je veux dire, c'est juste une orbe rougeoyante. Puis il se divise en 4 à 6 orbes qui clignotent !

    Pendant ce temps, l'OVNI est partiellement révélé, ce qui signifie qu'il ne s'agit pas de 6 ovnis, mais d'un grand ovni d'environ 300 mètres de diamètre. 

    Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, l'Ovni a une forme plus proche du TR3B....ce qui signifie que c'est un

    triangle ! Pour voir l'Ovni triangulaire  mettez la vidéo en pause à 1:12 ! 

    Le TR3B Ovni est connu comme un vaisseau extraterrestre que l'USAF a modifié pour être piloté par des humains.

    Cela semble être l'un de ces vaisseaux gouvernementaux top secret ! 

    Une telle embarcation a la capacité de voler de la Terre à la lune en moins d'une minute. Ce n'est pas la vitesse de la lumière, mais c'est rapide.

    Source : odla.fr

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It


  •  Une pièce canadienne à l'effigie d'un ovni !


      (03-04-2018) - OTTAWA - La Monnaie royale canadienne fait une incursion chez les extra-terrestres. L’agence fédérale a frappé une pièce de 20 $ en argent qui rappelle l’«apparition» de «deux objets brillants descendus du ciel» le 20 mai 1967 dans le parc provincial Whiteshell, au Manitoba.  
    Selon le compte rendu de Stefan Michalak, l’un de ces objets brillants «se serait posé assez près de lui pour qu’il aille à sa rencontre», près du lac Falcon. Et quand l’appareil a soudainement redécollé, le jet aurait mis le feu aux vêtements du prospecteur amateur, «le laissant avec des brûlures mystérieuses».

    La pièce de la Monnaie royale, de forme ovoïde, brille d’ailleurs lorsqu’elle est éclairée par une «lumière noire» - on fournit même la lampe de poche pour alimenter le jet de lumière de l’objet volant non identifié.

    La Monnaie royale canadienne avait déjà produit trois pièces, elles aussi photoluminescentes, à l’effigie des vaisseaux spatiaux des séries télévisées «Star Trek».

    Frappée à 4000 exemplaires, la pièce de 20 $, d’une once d’argent, est vendue 129,95 $.

    Jasmine Allen, directrice de la boutique de numismatique Gatewest Coin, de Winnipeg, rappelle que ces «pièces de collection» ne prennent pas nécessairement de la valeur avec le temps.

    «C’est vraiment aléatoire: il faut acheter ces pièces pour le plaisir, pas vraiment pour investir et spéculer.»

    Source : .lenouvelliste.ca

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Un objet volant non identifié !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Un touriste filme un ovni au Machu-Picchu (Pérou)

    Source : larepublica.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Vidéo de 2015

    Vidéo du MUFON

    Russie

    Des lumières étranges ...

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Un OVNI au-dessus de l'aéroport de MEXICO

    Le 17 juillet 2017, Angelica Tovar, en attendant de monter à bord de son avion, a pris une photo et, sans s'en rendre compte, elle a également aperçu un objet volant non identifié dans la zone d'embarquement de l'avion ...

    Elle se souvient qu'au moment de faire le cliché, il n'y avait rien d'étrange, seul l'avion qui allait embarquer, elle a réalisé la présence de l'objet mystérieux quelques jours plus tard, lors de la vision de ses images, il y avait un OVNI ...

    Lors de l'analyse de l'image, nous pouvons voir que c'est un objet en forme de disque avec un aspect métallique, rapproché, il peut être vu très clairement.

    Source : tercermilenio





















      


     




     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique