• Paris et ses mystères

    Lieux énigmatiques

    Paris et ses mystères

    Le promeneur des sites mystérieux ne doit pas manquer de visiter les monuments qui suivent, en effet, Paris, une des plus belles villes du monde, cache bien des secrets, en voici quelques uns.

    (source : linternaute)

    La sorcière de Montmartre  

    rocher et maison de la sorcière, montmartre
     
    Rocher et maison de la sorcière, Montmartre (©L'Internaute / Yan Callier)

    Le rocher de la sorcière

    Pour dénicher le "rocher de la sorcière", il ne faut pas hésiter à jouer les explorateurs urbains. Cette fontaine désaffectée trône dans un passage boisé, officieusement nommé "passage de la sorcière". Entre les arbres et les plantes (derniers vestiges du maquis de Montmartre), face à cet intriguant rocher, un portail mène à une belle demeure de style directoire. Elle fut en son temps la maison de la sorcière...  

    La légende raconte qu'une femme y vécut seule, dans ce qui était alors le passage de la Sourcière. Les enfants du quartier la surnommaient "la sorcière" et ce nom lui resta.

    Il y a quelques années encore le passage était nauséabond. Aujourd'hui, un hôtel de très grand luxe - l'Hôtel Particulier - a choisi de s'installer dans l'ancienne demeure. 

    • Adresse : 21 avenue Junot, 75018 Paris
    • Métro : Lamarck-Caulincourt  

    L'impasse des artistes 

    une des avenues les plus pittoresques et les mieux gardées de la capitale.
     
    Une des avenues les plus pittoresques et les mieux gardées de la capitale. (© L'Internaute / Yan Callier)

    Située à deux pas de la place Pigalle, l'avenue Frochot est un petit coin de verdure où de nombreux artistes de bohème ont résidé. Django Reinhardt y aurait brûlé ses meubles pour se réchauffer, Toulouse Lautrec installé son atelier de nu

    au numéro 15...

    L'impasse est aujourd'hui entièrement privée et ses maisons aux architectures néo-antiques ou médiévales ne peuvent plus être aperçues que par les grilles. 
    L'ambiance des lieux reste cependant très particulière. Propice aux légendes urbaines, on raconte même que l'endroit abriterait une maison hantée.

    Une maison hantée à Pigalle 

    une demeure néogothique à l'histoire mouvementée
     
    Une demeure néogothique à l'histoire mouvementée (© L'internaute / Yan Callier)

    Habitants illustres, morts mystérieuses et coïncidences troublantes,

    Il n'en fallait pas plus pour envelopper la demeure située au numéro 1 de l'impasse d'un voile de mystère.

    Sylvie Vartan s'y serait, parait-il, installée un temps avant de s'enfuir soudainement. L'acquéreur suivant serait décédé peu de temps après avoir emmenagé, succombant à la même maladie qui aurait emporté, des années plus tôt, le compositeur Victor Massé, également propriétaire de la maison. A sa mort, le directeur des Folies Bergère l'aurait rachetée avant d'en faire hériter sa femme de ménage, sauvagement assassinée à coups de tisonnier par un meurtrier jamais retrouvé. 

    Après avoir été un temps inhabitée, la maison est aujourd'hui de nouveau occupée. Ses nouveaux propriétaires l'ont bien entendu fait exorciser avant de s'y installer... 

    • Adresse : 1 avenue Frochot, ou 24 rue Victor Massé, 75009 Paris
    • Métro : Pigalle ou Saint-Georges 

    Bruits de chaînes au Gibet de Montfaucon 

    dans cette rue se dressait autrefois le gibet de montfaucon
     
    Dans cette rue se dressait autrefois le gibet de Montfaucon (© L'Internaute / Yan Callier)

    Une sombre potence

    Le gibet de Montfaucon, principal gibet des rois de France au nord de Paris, se situe sur une éminance proche de la rue de la Grange-aux-Belles. Détruit en 1760, il avait été dressé à la requête d'Enguerrand de Marigny, qui y fut lui-même pendu. Un tel monument et les atrocités qui s'y sont perpétrées ne s'effacent pas aisément de l'esprit des résidents. La terreur qu'il générait hante toujours les alentours de façon  palpable.

    Selon divers témoignages, des bruits de chaînes et des gémissements retentiraient, encore aujourd'hui, à l'emplacement de la potence. 

    • Adresse : rue de la Grange-aux-belles, 75010 Paris
    • Métro : Colonel Fabien  

    Albert le Grand 

    l'atelier de maître albert, aujourd'hui un restaurant
     
    L'Atelier de Maître Albert, aujourd'hui un restaurant (© L'Internaute / Yan Callier)

    Un alchimiste aux pouvoirs inexpliqués

    La rue du Maître Albert est une venelle calme, qui porte le nom de son plus illustre résident : Albert de Cologne dit Albert le Grand. Savant, théologien, alchimiste, ce personnage a laissé dans l'histoire le plus célèbre manuel de basse sorcellerie, Les merveilleux secrets du Grand et du Petit Albert

    Il aurait fabriqué une incroyable tête artificielle, capable de bouger et de répondre aux questions posées. Ce qui est sûr, c'est que l'esprit du maître est aujourd'hui bien présent dans la rue, jusqu'à la place Maubert, où il donnait ses leçons. 

    L'emplacement de son ancienne demeure serait aujourd'hui occupé par un restaurant gastronomique qui parle de transformation des présents de la nature... C'est à cet endroit même qu'il aurait installé son laboratoire de recherche, dans lequel il pratiqua l'alchimie, la magie cérémonielle et la nécromancie. 

    • Adresse : Rue Maître Albert, 75005 Paris
    • Métro : Maubert-Mutualité 

    Sinistre légende sur l’île de la Cité 

    entrée de la rue chanoinesse
     
    Entrée de la rue Chanoinesse (© L'Internaute / Yan Callier)

    Le barbier sanglant de la rue Chanoinesse

    L'Ile de la Cité abrite une légende tellement incroyable qu'elle a inspiré les Chroniques de l'historien Du Breul et le scénario du tout dernier film de Tim Burton. 

    Au XVIe siècle, des étudiants logeant chez les chanoines de Notre-Dame disparaissent un à un. L'un d'eux est pleuré des jours durant par son chien, hurlant à la mort devant la boutique du barbier de l'île.

    Les habitants du quartier percent alors le mystère, horrifiés : le barbier égorgeait de temps en temps un jeune client et basculait son corps dans une cave communiquant avec la boutique d'un traiteur. Hachée, épicée, cette chair humaine entrait dans la composition de petits pâtés exquis.

    Les deux complices auraient été condamnés au bûcher et leur maison rasée. Aujourd'hui, cet ancien lieu maudit est occupé par le garage des gardiens de la paix motocyclistes. 

    • Adresse : 18 et 20 rue Chanoinesse, 75004 Paris
    • Métro : Cité  

    Le mystère le mieux gardé du Marais 

    117 rue vieille-du-temple
     
    117 rue Vieille-du-Temple © L'Internaute / Yan Callier

    Un ancien théâtre énigmatique

    De folles rumeurs circulent dans le Marais à propos d'un bâtiment classé monument historique en 1972, en tant qu'ancien théâtre. Composé d'un grand espace circulaire à plusieurs étages, il est niché entre la rue Saintonge et la rue Vieille-du-Temple. Il est impossible d'y entrer, ni de savoir à quoi il sert aujourd'hui.

    Ceux qui connaissent vraiment les lieux semblent liés par un étrange pacte de confidentialité. D'où la naissance du mystère, préalable aux  légendes. Robert Bonnaud, de l'association SOS Paris, affirme que cet espace construit sous le Directoire aurait été fermé en 1807 par Napoléon car "les dames qui s'y exhibaient auraient été de moeurs trop légères à son gré". Une hypothèse très controversée, sans qu'on ait aucune certitude. 

    • Adresse : 6 rue Saintonge ou 117 rue Vieille du Temple, 75003 Paris
    • Métro : Filles du Calvaire ou Saint-Sébastien-Froissart 

    L'hôtel particulier de la rue des Saints-Pères 

    hôtel particulier de la rue des saints-pères
     
    Hôtel particulier de la rue des Saints-Pères (© L'internaute / Yan Callier)

    Un chantier impossible

    Cette légende urbaine débute dans les années 1980. Un architecte parisien s'offre un hôtel particulier rue des Saints-Pères et entreprend de le rénover.

    Rapidement, les travaux entraînent des accidents malheureux : un ouvrier tombe d'un échafaudage, une poutre s'écrase, un incendie ravage une partie du chantier, des bruits sourds ébranlent les murs...

    Un médium est alors convoqué.  Selon ses dires, l'ancien propriétaire, mort dans cette maison après y avoir vécu une grande histoire d'amour, ne voulait pas que l'on transforme le lieu de son bonheur. 

    Les travaux ont-ils été poursuivis à la suite de ce diagnotic ? Rien n'est moins sûr et l'histoire ne dit pas si le fantôme erre toujours dans les lieux. 

    • Adresse : Rue des Saints-Pères, 75007 Paris
    • Métro : Rue du bac  
      

    Lieux énigmatiques

     "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"