• Pourquoi la vie sur terre ?

    Sciences de l'univers

    Pourquoi la vie sur Terre ?

    Le principe anthropique 

    Ce « principe », dont il existe plusieurs versions, est en fait un constat. Il est ce constat stupéfiant que l’univers semble avoir été très minutieusement réglé, à une précision extrême, pour permettre l’émergence de la vie. En voici l’énoncé de Brandon Carter :

    « L’univers se trouve avoir, très exactement, les propriétés requises pour engendrer un être capable de conscience et d’intelligence. »

    En effet, si l’on modifie un tant soit peu les réglages initiaux de l’univers, les conditions de la vie ne sont plus réunies. Immanquablement, il devient stérile. Par exemple, une gravité légèrement plus faible aurait dispersé l’univers si rapidement dans l’espace qu’il n’aurait eu ni galaxie, ni étoile ni planète. Une gravité un brin plus forte l’aurait aussitôt fait imploser sur lui-même. Dans les deux cas, la vie n’aurait jamais vu le jour. De même, avec une force nucléaire à peine plus forte, le soleil aurait brûlé tout son hydrogène en moins d’une… seconde. Ou encore, une différence de masse un rien différente entre le proton et le neutron aurait rendu l’atome d’hydrogène instable, et notre univers chimiquement très pauvre donc impropre à la vie. Et ainsi de suite !

        

    Pour l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan, la précision du réglage cosmique propice à la vie est celle d’un archer placé à un bout de l’univers, dont la flèche atteindrait une cible de 1 cm2 à l’autre bout de l’univers, à quelque 14 milliards d’années-lumière de là. (L’année-lumière est la distance que parcourt la lumière pendant un an, à raison de près de 300,000 km/s.)

    C’est une précision extravagante ! Comme si cela ne suffisait pas, d’autres facteurs rendent la vie terrestre plus improbable encore. Par exemple, les astronomes du Lowell Observatory, en étudient les écarts de luminosité de 33 étoiles situées à moins de 300 années-lumière, ont constaté qu’elles sont beaucoup plus capricieuses (4 fois plus environ) que la nôtre. Le Soleil, que l’on dit banal, est un astre exceptionnellement calme. Ce trait, indispensable pour permettre la vie sur Terre, la rend encore plus étonnante.

     

    On se souvient de cette phrase de Jacques Monod : « L’homme est perdu dans l’immensité indifférente de l’univers d’où il a émergé par hasard. » La cosmologie, depuis, a montré combien ce « hasard » était vertigineusement improbable, si peu vraisemblable qu’il n’est plus crédible. Pourquoi avons-nous eu tant de chance, au jeu des coïncidences apparemment fortuites ? On comprend cette remarque de Freeman Dyson, l’un des pères de la théorie quantique des champs : « Je ne me sens pas étranger à l’univers. Plus je l’examine et étudie en détail son architecture, plus je découvre des preuves qu’il attendait notre venue. »

     

    Les troublantes coïncidences de la vie sont-elles les indices d’une « intention cosmique » ? Quelle que soit notre réponse personnelle, une chose est en tout cas certaine : la vie est un miracle, un miracle vraiment extraordinaire.

     

    Emmanuel RANSFORD

    Source : parasciences

     

     

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"