• Une des plus grandes découvertes du siècle

    Découvertes extraordinaires

    Une des plus grandes découvertes du siècle 

    Une découverte qui pourrait devenir la plus grande découverte du siècle !

    Un reportage de 45 minutes de Christian Manil " on a retrouvé la mémoire de l'eau" est en train de bouleverser les conceptions que l'on a de la biologie et de la médecine.  

    adn et l'eau

     

    Il y est démontré que l'on peut non seulement coder un ADN tout entier sur de l'eau liquide, mais aussi lire la trace électromagnétique mémorisée sur cette même eau liquide pour reproduire fidèlement l'ADN utilisé lors de la dilution... Selon Luc Montagnier, il serait même possible d'identifier des bactéries encore inconnues de la science et responsables de maladies graves par la simple trace électromagnétique qu'elles laissent dans le sang.

    Traiter les maladies par les ondes 

    Un nouveau domaine de la médecine qui fait peur à l’industrie pharmaceutique. 

    A l'origine... 

    Le Galilée du XXe siècle 

    Jacques Benveniste, affirmait avoir découvert que l’eau serait capable de garder en mémoire les propriétés des molécules avec lesquelles elle a été en contact, même lorsqu’elles ne s’y trouvent plus! 

    La mémoire de l'eau 

    LA MÉMOIRE DE L’EAU POURRAIT ETRE CONFIRMÉE

    Luc Montagnier avance vers une découverte beaucoup plus fondamentale que celle du SIDA. La nature vibratoire de l’information moléculaire et génétique, des maladies et de la transmission des informations.

      Par Olivier Soulier

    Le prix Nobel Luc Montagnier confirme par ses travaux “ la mémoire de l’eau “ découvert par Jacques Benveniste. Le principe d’action de l’homéopathie se trouve ainsi enfin confirmé ou en voie de l’être de façon scientifique. Mais ses travaux vont encore plus loin . Un pas essentiel, peut-être le plus important depuis des décennies vient d’être franchi par la science.

    Souvenez-vous des travaux de Jacques Benveniste, immunologiste de renom.  Le 30 juin 1988, le journal Le Monde titre : « Une découverte française pourrait bouleverser les fondements de la physique : la mémoire de l'eau », en faisant écho à la publication de Benveniste dans la revue scientifique Nature la même année.
    Cela donnait aussi une base de preuve scientifique de l’action de l’homéopathie au delà de présence moléculaire, grâce à la mémoire que l’eau aurait des molécules qu’elle a contenues.

    MERCI MONSIEUR BENVENISTE.

    Très vite il est accusé de fraude. Sa découverte fondamentale discréditée, il sera évincé de L’INSERM en 95.
    L’homéopathie restait imaginaire et non prouvée.

    Lors d’une conférence à Lugano le 27 0ctobre 2007, sur le thème “ Nano éléments de micro-organisme pathogènes”  Luc Montagnier codécouvreur du sida et bientôt prix Nobel de médecine rend hommage aux découvertes de Jacques Benveniste sur la mémoire de l’eau : “ au début je ne l’ai pas suivi, mais il se trouve que mes travaux sur le SIDA m’ont conduit a me rapprocher de ses idées “, et en pratique de les confirmer.
     “L’eau a une structure très complexe. Les atomes s’échangent des signaux à distance comme on le fait avec nos téléphones portables ; la nature l’a fait avant nous.”

    Et si votre découverte du SIDA n’avait servi qu’à vous donner le NOBEL qui vous permet aujourd’hui de poser ces découvertes colossales.
    Résumons la teneur de ces découvertes qui dépassent largement le principe de la mémoire de l’eau.
    L’ADN selon Luc Montagnier est la base de la mémoire, la mémoire génétique qui a des milliard d’années. Il s’interroge même sur le fait que la mémoire de l’eau ait pu exister avant la mémoire de l’ADN.
     Il nous dit que nos structures au delà de leur structure vibrent. Un sang infecté par une bactérie le mycoplasme “Mycoplasma pyrum”, est filtré par des filtres à 20 nanomètre et il ne reste plus aucun mycoplasme, ni aucune partie de son ADN base de son information. Des test avec PCR et PCR Nested confirment ce point.  Ce filtrat ne contient presque plus que de l’eau. Il le mélange avec une culture de lymphocytes non infectés. Les mycoplasmes réapparaissent spontanément au bout de 8 à 21 jours. Montagnier propose l’idée que l’information contenue dans l’ADN est transmise à la structure de l’eau qui est en fait très complexe.
    Puis cette information peut être retransmise. L’action de l’homéopathie est ainsi démontrable.
    Mais il va plus loin. Le filtrat qui a contenu le Mycoplasme émet des ondes électromagnétiques spécifiques de très basse fréquence 500 à 2000 Hz et qui seraient la base de l’information.
    Il va encore plus loin, il faut enlever le micro-organisme pour détecter le signal. Ce signal n’est souvent perceptible que si le liquide est dilué. La concentration bloquant l’émission du signal par saturation. La structure inhibe le signal, et le réseau vibre s’il est dilué. Il n’y a pas de parallélisme entre le nombre de bactéries et le signal. Il faut parfois diluer au delà de 10 moins 18, où il n’y a plus aucune molécules comme dans l’homéopathie. C’est la validation du principe de dilution imaginé par Hahnneman.
    On peut retrouver ces vibrations dans le sang de patients infectés par ces bactéries, mais aussi dans le sang de patients atteints de maladies non infectieuses comme la PAR, la SEP, la maladie d’Altzheimer, le Parkinson qui émettent aussi un signal spécifique.

    La question est : ont-elles un facteur infectieux inconnu, ou beaucoup plus probablement, est-ce la découverte du caractère vibratoire des signaux de la maladie ?

    La source des signaux est l’ADN. Ce message génétique pourrait être transmis à l’eau, qui pourrait conserver ce signal et l’émettre, comme elle peut conserver le signal de molécules plus simples comme l’a démontré Benveniste.
    Ce sera alors la plus grande découverte du siècle, depuis que le génial Hahnneman inventeur de l’homéopathie a évoqué ces principes il y a deux siècles. Il avait tout compris. La maladie est une information, cette information comme celle des remèdes peut être transmise surtout quand elle est diluée.
    Les structures ont une mémoire et une information de santé ou de maladie.

    Le Pr Montagnier travaille à des méthodes d’identification de ces vibrations. Cela va révolutionner beaucoup plus que la médecine. Il nous dit “l’erreur de la science est de dire, ce que l’on ne comprend pas n’existe pas”.
    Il nous cite Carl Sagan “ l’absence d’évidence, n’est pas l’évidence de l’absence”.

    (source : bieneauquotidien)

    Luc Montagnier

    Description de cette image, également commentée ci-après

    Luc Antoine Montagnier est un biologiste virologue français, né le 18 août 1932 àChabris, dans l'Indre. Le 6 octobre 2008, il est colauréat avec Françoise Barré-Sinousside la moitié du Prix Nobel de physiologie ou médecine, pour leur découverte en 1983 du VIH, le virus responsable du SIDA.

    Il est professeur émérite à l'Institut Pasteur, où il a dirigé, de 1972 à 2000, l’Unité d’Oncologie Virale, directeur émérite de recherche au Centre national de la recherche scientifique et ancien professeur à l'Université de New York. Il est membre desAcadémies des Sciences et de Médecine.

    En 2010, Luc Montagnier a annoncé qu'il prenait la direction d'un nouvel institut de recherche en Chine à l'université Jiaotong de Shanghai, où il poursuit ses recherches sur la formation dans l'eau de nanostructures induites par l'ADN.  

    Recherche en cours

    Dans deux publications datant de 2009, l'équipe de Montagnier a décrit une propriété inédite de l'ADN d'agents infectieux, les bactéries dans un cas et le VIH dans l'autre : l'ADN induirait des nanostructures dans l'eau émettant des ondes électromagnétiques de basse fréquence après filtration, agitation et dilution (voir Mémoire de l'eau). Cela ouvrirait la voie à un système de détection hautement sensible des infections bactériennes chroniques humaines et animales. Le professeur Montagnier espère se servir de ces signaux électromagnétiques, support d'une mémoire qu'aurait gardée la solution où s'est trouvé l'ADN de l'agent infectieux, comme d'un marqueur biologique de l'infection. Il émet l'hypothèse que des bactéries seraient impliquées dans l'autisme et d'autres maladies chroniques.

    Fin 2009, à la suite de sa participation au colloque organisé par l'ADNO et l'Association ARIANE, il décide, avec les docteurs Rueff et Skorupka, de former un groupe de recherche et de traitements à propos des maladies chroniques, qui prend le nom de CHRONIMED. Depuis lors, cette équipe de chercheurs et de médecins se réunit régulièrement à l'UNESCO. L'infectiologue, chef de service, Christian Peyronne participe à ce groupe, qui identifie des cofacteurs infectieux à ces affections chroniques et les signaux électro-magnétiques des infections qui sont identifiés dans son laboratoire. En janvier 2012, et à la suite d'une intervention très remarquée à l'Académie de médecine, il publie sur ce blog un article sur la piste infectieuse de l'autisme.

    Au cours de la conférence Decoherence, Information, Complexity and Entropy (DICE2010), à laquelle il est invité, il montre que les signaux électromagnétiques émis par une solution contenant de l’ADN de VIH peuvent, sous certaines conditions, rendre « active » de l’eau pure sous un champ magnétique de 7 Hz appliqué pendant plus de 18 heures. Si l'on ajoute tous les ingrédients nécessaires, l’eau pure ainsi « informée » serait capable, selon les expériences réalisées, de régénérer de l’ADN identique (à 98 %) à l’ADN initial, ADN de préférence bactérien ou viral.

    En 2010, à l'âge de 78 ans, il est recruté dans le cadre de son projet par l'université Jiao-tong de Shanghai, en Chine.

    Luc Montagnier : « Je crois que c’est l’une des façons d’aborder le problème pour diminuer le taux de transmission. Je crois qu’on peut être exposé au VIH plusieurs fois sans être infecté de manière chronique. Si vous avez un bon système immunitaire, il se débarrassera du virus en quelques semaines. Et c’est cela aussi le problème des Africains : leur nourriture n’est pas très équilibrée, ils sont dans un stress oxydatif, même s’ils ne sont pas infectés par le VIH. À la base, leur système immunitaire ne fonctionne pas bien, et donc peut permettre au virus de rentrer dans l’organisme et d’y rester. »

    (source : wikipedia)

     

     MONTAGNIER

    site : jacques-benveniste 

    HOMMAGE à Jacques BENVENISTE.

    ...J'avoue que cela fait longtemps que je souhaitais pouvoir parler dans ces colonnes de mon ami Jacques. Mais, n'étant point biologiste, je pouvais difficilement commenter sa démarche et ses travaux, que je connais de longue date. Tout remonte à une dizaine d'années. A cette époque Benveniste fut intrigué par expériences faites en "haute dilution". Il possède une solide compétence d'immunologiste, de renommée internationale. Les recherches en question portaient donc sur la réaction immunologique du sang humain à du venin d'abeille. Bien que n'étant pas expert en la matière, je me souviens que la présence de ce venin provoque dans des lymphocytes un phénomène de "dégranulation", dans des cellules appelées "basophiles", intervenant dans les mécanismes de réaction immunologique, phénomène qui peut être mis en évidence en utilisant un colorant. L'intensité de cette dégranulation pouvait donc être mesuré par comptage, lors d'un examen d'échantillons sous microscope. Donc, procédure opératoire : on soumet des échantillons de sang humain à des doses données de venin d'abeille. La dégranulation s'opère et l'intensité de cette réaction immunologique est alors évaluée à travers un comptage effectué par des laborantines, l'oeil rivé à l'oculaire de leur microscope.
    ...Dans un premier temps, la réponse immunologique décroît au fur et à mesure qu'on diminue les doses de venin.

    ... Mais, au delà d'une certaine dilution le phénomène ne disparaît pas, comme on devrait s'y attendre. "Pire encore", ce phénomène de dégranulation reste encore détectable, parfaitement mesurable, pour des dilutions telles qu'aucune molécule de venin ne devrait subsister dans l'éprouvette. Du point de vue de la chimie classique il y a donc une contradiction complète. "Normalement", l'effet devrait disparaître en même temps que "l'effecteur". Si celui-ci n'est plus présent, qu'est-ce qui cause ce reliquat de dégranulation ? La presse lança alors ce mot "mémoire de l'eau". Précisons que cette expression trouva son origine dans la presse et non dans la bouche de Jacques Benveniste lui-même. Un article fut envoyé à la revue Anglaise Nature, mondialement connue. Celui-ci fut analysé par un expert anonyme et comme, ma foi, le protocole expérimental avait été, semble-t-il mené "dans les règles de l'art", compte tenu des normes habituelles en biologie, l'acceptation du papier fut signifiée aux auteurs. Sur ce Maddox, rédacteur en chef, découvri l'affaire et se mit dans tous ses états. Comme il lui sembla "impossible" qu'un tel résultat ne soit pas dû à une "erreur expérimentale" il demanda séance tenante à Benveniste de retirer lui-même son article, faute de quoi celui-ci devait s'attendre au pire, à une contre-offensive en règle dans la presse. Benveniste refusa et le papier parut, provoquant un scandale. Différentes revues s'attaquèrent alors à ce travail (dans l'article Benveniste se contentait de rapporter les faits constatés, sans proposer d'interprétation). La revue Science et Vie mena, en France, le combat, contre cette nouvelle "fausse science". Dans ses colonnes les journalistes écrivirent "comment voulez-vous qu'une molécule aussi simple que l'eau ait une mémoire ?". Etc. On reprocha au passage à Benveniste d'avoir confié le comptage de la dégranulation des "basophiles" à ses collaboratrices, ce qui pouvait induire une erreur de mesure "purement humaine". Or, et c'est pour cela que je présente ce dossier, ces expériences viennent d'être refaites par la biologiste Marthe Ennis, de la Queen's University de Belfast. Loin d'être une "fan" du célèbre "Ben" cette femme avait au contraire voulu refaire ces expériences avec une optique qui était celle du plus grand scepticisme. Mais, fait nouveau, elle pouvait cette fois utiliser un système de comptage exempt de toute intervention humaine, dont Jacques n'avait jamais pu disposer. Et, surprise, ses résultats confirment ceux obtenus douze ans plus tôt par le chercheur Français. Le "Guardian" consacre un article à cette affaire dans son numéro du 15 mars 2001, ce travail devant faire l'objet, en mai prochain (ce qui signifie que la communication a été examinée par un "referee" et acceptée) d'une publication scientifique en bonne et due forme dans "Inflammation Research Journal".
    ...En France, le Quotidien du Médecin publie un article d'une page, sous la plume de Vincent Bargouin, dans le numéro 6900 du 18 avril 2001. Citons simplement une phrase extraite du début de l'article

    - Dans les années quatre-vingt dix, tout le monde, loin s'en faut, ne s'est pas satisfait de l'excommunication de Jacques Benveniste et, avec lui, de toute notion apparentée à la "mémoire de l'eau". Quelques irréductibles ont refait les expériences. Certains l'ont fait sous le manteau, mais d'autres l'ont dit.

    ...Vous avez bien lu ce mot, en rouge. C'est une ... première.

    ...Cet article fait suite à un papier d'une page publiée en Angleterre dans le numéro du 15 mars 2001.

    ...Nous ne ferons pas l'historique des tribulations de Benveniste, depuis douze années, que j'ai pu suivre, en tant qu'ami, pratiquement au jour le jour. Un véritable chemin de croix. Délaissant cette manip de réaction immunologique du sang sous l'action de venin d'abeille, Jacques monta alors des expériences où il provoqua une accélération d'un coeur de hamster sous l'effet d'injections d'un autre type d'effecteur, toujours à des dilutions telles que le phénomène devrait logiquement être absent. L'accélération des battements du coeur du rat était alors alors constatable de visu par le premier visiteur venu et Benveniste en fit, dans son laboratoire, la démonstration devant Charpak, prix Nobel, fort impressionné. Benveniste eut du mal, chemin faisant, à maîtriser cette expérience. En effet, là-dedans, rien n'est simple. Comme on ne sait pas ce qui est à l'oeuvre, comment savoir si on maîtrise tous les paramètres expérimentaux ? Il faut pouvoir avoir accès à tout, fabriquer soi-même sa propre eau distillée. En toute logique, le laboratoire devrait posséder une animalerie complètement isolée. Le système immunitaire des animaux peut a priori être sensible à des multiples paramètres, comme le pollen, par exemple. La première année, Benveniste découvrit par exemple que le phénomène semblait disparaître avec la saison froide. Le tout était de comprendre quelles devaient être les bonnes conditions expérimentales. Apparemment, la réaction des rats semblait moins forte quand leur corps, à la mauvaise saison, semblait entrer dans une sorte d'état de "latence". Etc....

    ...Alors que des moyens sophistiqués auraient dû être à la disposition de ce chercheur, il se retrouva, si je me souviens bien en 1995, mis à la porte de son propre laboratoire de l'Inserm, que j'avais visité par un "ami de longue date" par le polytechnicien Philippe Lazar, directeur général de l'Inserm (expression employé dans la notice nécrologique publiée par Michel Alberganti et Jean-Yves Nau dans le Monde du 6 àctobre, commentant la mort du chercheur, survenue quelques jours plus tôt). Comme c'était quelqu'un de tétu, Benveniste décida de s'installer, à l'étroit, dans des baraquements Algeco, dans la cour du labo. Lamentable. Mais la communauté scientifique française estima (et estime toujours) qu'il n'avait pas su faire la preuve irréfutable de la qualité de ses résultats.

    ...Au passage, une simple remarque, imaginée d'ailleurs par Souriau. Peut-on envisager une expérience comportant des dilutions successives, où le phénomène qu'on observe devienne insensible au taux de dilution, "l'effecteur" ayant physiquement disparu ? Oui, répondu Souriau : prenez des bacs d'un mètre carré, par exemple, contenant de l'eau pure en "surfusion". Celle-ci va se prendre en glace si la moindre impureté sert de germe à la croissance de la glace. Ce germe, cette impureté, peut être n'importe quoi, par exemple un poil de trou de nez. Le premier bloc gèle alors. Avec une cuillère, prélevez un centimètre carré de glace, pris au hasard dans ce bac. Probabilité de prendre l'impureté : une sur cent mille. Jetez cette glace dans le bac suivant. Cette jeune glace va alors immédiatement jouer le rôle de germe pour provoquer la prise de ce nouveau bac. Nouvau prélèvemente, au hasard, d'un échantillon de glace d'un centimètre carré, dans ce bas d'un mètre carré. La probabilité de récupérer l'impureté passe alors à 10-8. Au septième bac on est à dix moins vingt-huit. On dépasse le "nombre d'Avogadro". Les chances que l'impureté soit dans la cuillère sont devenues nulles. Et pourtant les bacs successifs se prennent toujours en glace.

    ...Quelle pourrait être le lien avec une expérience d'immunologie ou de biologie ? Deux physiciens théoriciens italiens, Preparata (décédé) et Del Giudicce avancèrent une hypothèse, il y a une dizaine d'année. On ne sait pratiquement rien, disaient-ils, de l'état liquide de l'eau. La théorie "classique" consiste à supposer que des "ponts hydrogène" suffisent à créer, en deça d'une certaine température, des liens suffisamment forts entre les molécules d'eau pour que la transition de phase s'opère, pour que la substance passe à l'état liquide, à une température beaucoup plus élevée que ne le feraient des molécules de complexités comparables comme l'ammoniac NH3 ou le gaz carbonique CO2, ou l'anhydride sulfureux SH2.

    ...Mais les deux physiciens, lors d'une réunion-débat fort agitée, dans une station de sports d'hiver (Puy Saint Vincent) et dans le cadre d'une manifestation organisée par le Journaliste de France-Inter Jean-Yves Casgha : "Science-Frontière", en présence de représentants de l'Institut Pasteur, montrèrent le résultat de simulations numériques, où on voyait le comportement de molécules d'eau, pendant un millième de seconde, à une température légèrement supérieure à la température de condensation : cent degrés. Ces molécules virevoltaient comme des folles et ceux-ci exprimèrent leur scepticisme quant à l'efficacité de tels "ponts-hydrogène" dans un milieu aussi agité. Sans exclure le recours à des telles liaisons, très forte, force est de convenir que cet état liquide de l'eau est fort mal connu. Au mieux certains physico-chimistes s'accordent-ils à penser que l'eau liquide serait constituée d'assemblages de molécules, liées par ces ponts, mais iles savèrent incapable d'en préciser la structure exacte, ni d'indiquer le nombres des molécules de H2O qui le constitueraient. Ne connaissant rien, ni à la chimie, ni à la biochimie, je me contenterai de rapporter ces déclarations. Mais je me souviens parfaitement que, lors de cet affrontement verbal qui eut lieu à Puy Saint Vincent j'entendis une phrase, prononcée par un chimiste du CNRS, qui reste encore présente dans ma mémoire :

    - Eh bien moi, je ne sais pas pourquoi l'eau est liquide à la température ordinaire, et cela ne m'empêche pas de dormir !

    ...C'est une optique. Pourtant l'eau n'est pas une sustance rare, exotique. Comme me le faisait remarquer Souriau à mon retour : "C'est au contraire une susbtances chimiques extrêmement réactive qui participe à des tas de phénomènes... d'hydratation. La prise du béton est un hydratation. Dans les immeubles modernes, nous vivons dans des structures qui comportent une grande proortion d'eau. Si quelqu'un arrivuit sur une planète et lâchait une goutte d'eau à sa surface, alors qu'elle en serait dépourvue, il se produirait aussitôt une réaction violente d'hydratation".

    ...A Puy Saint Vincent, Preparata et Del Guidicce, physiciens (Preparata avait la chaire de mécanique quantique, à l'université de Milan) avaient hasardé que des phénomènes collectifs qui pourraient intervenir lors de la liquéfaction de l'eau : l'apparition de "quasi-molécules" mettant en jeu un grand nombre d'éléments H20. Qu'est-ce qui structurerait ces "quasi-molécules" ? Un phénomène, disaient-ils, comparable à l'effet "maser", à l'oeuvre dans les vastes nuages moléculaires interstellaires.

    ...D'où viendrait l'énergie, demandait un chimiste ? De l'énergie thermique de l'eau, répondait Preparata. Mais, ajoutait ce chimiste, qu'adviendrait-il si on supprimait cette source d'énergie ?

    - Alors l'eau se changerait en glace, mon ami...

    ...Preparata et Del Giudicce suggéraient qu'il n'y ait pas "une eau", mais "des eaux", possédant des structures "quasi-moléculaires" différentes, déterminées par les impuretés qu'elles contiennent. Ces structures seraient par ailleurs "auto-reproductrices", ce qui pourrait expliquer, selon eux, comment une certaine information pourrait être mémorisée, en dépit de fortes dilutions. Ma foi, c'est ce que j'avais retenu à l'époque. Il était aussi dit que dans ces expériences de haute dilution, lorsque les échantillons d'eau pure (car elle l'était alors) étaient portés à 70°C, les effets disparaîssaient. On notera que cette structure de "quasi-molécules" n'est pas incompatible avec cette invocation des "ponts hydrogène" en tant qye facteur de laision.

    ...Le manque d'intérêt des chimistes et des biologistes pour... l'eau me sidéra à l'époque. Il n'y avait pas que ce problème de liquéfaction à haute température. Paradoxalement, l'eau est sans doute un des plus grand mystères de la chimie et de la biochimie. Comme le faisait remarquer Benveniste, les biomolécules ont tendance à s'hydrater, c'est à dire, concrètement, à s'entourer d'un véritable cocon constitué par des dizaines de milliers de molécules d'eau. Ben voyait difficilement comme le modèle en vogue à l'institut Pasteur, et en règle générale dans tout le monde de la biochimie, le sacro-saint modèle "clef-serrure" pourrait alors fonctionner. Il imagina que les biomolécules pouvaient communiquer à distance et non au contact, en se servant de leur enveloppe de molécules d'eau comme émetteur-récepteur d'ondes électromagnétiques. Ma foi, pourquoi pas ? Mais tout ceci se situait à l'opposé des thèses dominantes.

    ...Les choses "empirèrent" lorsque Jacques, il y a quelques années, imagina que l'on puisse enregistrer les signal émis par de telles biomolécules "encoconnées". Ainsi l'information biologique, qui constituait selon lui l'effecteur réel, pourrait être mémorisée, codée, dupliquée. On imagine le risque encouru par le puissant trust pharmaceutique international. Les expériences se sont succédées, menées dans l'exiguité de ces baraquements Algeco, qui ne font guère honneur à notre ministère, ni au CNRS. Actuellement Jacques a automatisé les analyses qu'il mène en utilisant de petits robots, des machines qui déplacent un bras manipulateur qui se saisit des éprouvettes, ajoute les réactifs, etc. Les recherches gagnent ainsi en précision et en rigueur, toute intervention humaine disparaîssant ( Jacques a été souvent ouvertement accusé de fraude ! ).

    ...Pendant un temps, ses détracteurs l'accusèrent de "rouler" pour la société Boiron, fabiquant des produits homéopathiques. Mais le temps passa et il fallu bien convenir qu'il n'en était rien. Benveniste est simplement un "fou de recherche" qui a sacrifié une carrrière qui aurait pu être "brillante". Séduisant, doté d'esprit de répartie, d'humour : il aurait même eu tout ce qu'il fallait pour devenir un homme politique. Il n'avait contre lui qu'il seul défaut : il croyait à la recherche et, dans les faits, il lui a tout sacrifié et n'a retiré de sa démarche que ... des emmerdements. Connaissant ses ennuis de santé, je me suis souvent demandé comment il avait fait pour tenir aussi longtemps (trois ans, en fait, à compter du jour où j'écrivis ces lignes, puisqu'il est décédé é en octobre 2004). .

    ...Je l'avais au téléphone aujourd'hui 25 avril 2001. Je voulais le féliciter pour cet article publié quelques jours plus tôt, où des gens, enfin, parlaient en sa faveur.

    - Oui, mais qu'est-ce que ça change ? Nombre d'homme politiques ont le "Quotidien du Médecin" sur leur table, tous les matins. Et je ne vois rien venir.

    ...Qui bougera ? Qui sortira cet homme courageux des baraquement où lui et son équipe (on pourrait dire ses fidèles) campent. Je ne suis pas sûr que cette aide viendra. Mon vieux Jacques, je crois que tu te fais des illusions. Un ministre, c'est quelque chose qui sonne creux. Ca n'est ni fait pour agir, ni pour décider quoi que ce soit, surtout en matière de recherche. Ca "gère le quotidien". J'ai déjeuné une fois avec un ministre. C'était il y a bien longtemps. Il avait invité des chercheurs férus de micro-informatique, quand celle-ci en était à ses tous débuts. Au dessert il nous a fait un beau discours. J'avais envie de lui dire :

    - Arrêtez. Nous ne sommes pas des électeurs. Vous n'êtes pas à la télévision. S'il vous plaît, pour une fois, dites-nous des choses plus intelligentes.....

    ...Je lui ai montré mon logiciel de CAO, le premier qui tournait sur un micro. Je voulais l'implanter à l'Education Nationale. Je pensais que cela réveillerait l'intérêt des jeunes pour les choses techniques. Mais je crois qu'il a pris cela pour un jeu vidéo.

    ...A quoi mènent ces démarches à contre-courant ? On se le demande parfois. Il est tellement plus facile de hurler avec les loups, de suivre la meute, de censurer au plus profond de soi toute vélléité d'idée vraiment novatrice. Car le confort d'une carrière est à ce prix, il ne faut pas se le cacher. Qui veut réussir devra passer à côté de son frère en difficulté et l'ignorer, si celui-là a la majorité des collègues contre lui. Notre système est construit comme une maffia. Il a son omertà, sa loi du silence. Un de mes étudiants, qui a d'ailleurs eu un prix scientifiques avec des idées qui n'étaient pas les siennes, il le sait très bien, a fait une carrière très confortable. Il a même été directeur régional du CNRS. Il poursuit, quelque part, son ascension. Qui sait, on le retrouvera peut être ministre un jour ? Il ne sera alors pas pire qu'un autre. Mais doit-on envier ces gens ? Personnellement ils m'ennuient profondément. Ils ont des regards de poissons morts. Je préfère les Benveniste.

    ...Ce qui est ennuyeux, c'est de ne pas pouvoir faire avancer des recherches, de manquer de moyens, tout en étant témoins de gâchis absurdes. Je ne pourrais pas dire qu'on s'y habitue. On se résigne, c'est tout.

    Le site de Jacques Benveniste : http://www.digibio.com

    1° juin 2001

    ...Je viens de reproduire d'adjoindre à ce dossier, dans mon site, la copie originale de l'article paru le 15 mars 2001 dans le journal anglais le Guardian, ainsi que sa traduction française. Au passage "Ben" m'a fait suivre la copie d'une lettre envoyée à la cantonade. 

    17 mai 2001

    ...Cher amis et ennemis (*)

    ...J'ai reçu quelques réactions à l'article du Guardian relatant la double reproduction de mes résultats. Je n'en ai pas reçu de vous (toi). Or il m'avait été dit : "faites reproduire vos résultats et on vous croira".

    ...Pourtant il ne se passe rien. Je vous rappelle que Georges Charpak, dont je crois tout ce qu'il dit, avait dit "Si c'est vrai, c'est la plus grande découverte depuis Newton !".

    ...Il semble bien que cela soit vrai.

    ...Alors ?

    ...Merci d'éclairer ma lanterne, un peu sourde.

    Jacques Benveniste

    17 mai 2001

    ...Cher amis et ennemis (*)

    ...J'ai reçu quelques réactions à l'article du Guardian relatant la double reproduction de mes résultats. Je n'en ai pas reçu de vous (toi). Or il m'avait été dit : "faites reproduire vos résultats et on vous croira".

    ...Pourtant il ne se passe rien. Je vous rappelle que Georges Charpak, dont je crois tout ce qu'il dit, avait dit "Si c'est vrai, c'est la plus grande découverte depuis Newton !".

    ...Il semble bien que cela soit vrai.

    ...Alors ?

    ...Merci d'éclairer ma lanterne, un peu sourde.

    Jacques Benveniste

    ...L'échange téléphonique qui a suivi :

    - Que veux-tu qui puisse arriver ? Il ne se passera rien. Quel officiel pourrait prendre ouvertement parti pour toi, décider de t'aider matériellement ? C'est impossible. Tes travaux, ta démarche vont à l'encontre d'une stratégie de profit, ta pharmacologie serait frappée du sceau de la gratuité. Tu as donc immédiatement contre toi toute l'industrie pharmaceutique, et Dieu sait si elle est puissante.

    - Je sais.....

    - Il te reste combien de temps d'ici la retraite ?

    - J'ai 66 ans. J'ai tiré au maximum. C'est dans un an.

    - Et à ce moment le CNRS ressortira la clause liée à l'existence d'un laboratoire : le fait que celui-ci contienne au moins trois personnes de catégorie "A", c'est à dire directeurs de recherche. Et si tu pars en retraite....

    - Penses-tu ! On en est plus là. Depuis que je me suis installé dans ces baraques Algeco, qui représentent cent mètres carrés, mon labo de "Biologie Numérique" n'a aucune existence légale, administrative. Quand je serai à la retraite on me dira "monsieur, vous seriez gentil de dégager les lieux", puis on virera ces baraquements en trouvant opportun, par exemple, d'installer dans cette cour un chiotte ou un garage à bicyclette. Et personne ne bronchera. Qui s'en soucierait ?

    - C'est effarant. On se demande à quoi sert le CNRS. On se demande si ces gens ont été mis en place pour nous aider à faire notre travail de chercheur ou au contraire pour le contrarier du mieux qu'ils le peuvent.

    - Et toi, comment ça se passe ?

    - C'est simple : après que j'aie abandonné la MHD en 87, il y a quatorze ans, je me suis reconverti au papier-crayon. Depuis vingt ans je n'ai pas un centime de crédits. Le dernier colloque auquel j'aie participé, j'y suis allé à mes frais. Le prochain, coup de chance, est en France.

    - Mais ton labo te donne des crédits, un minimum ?

    - Non, par un franc. J'ai fini par m'y habituer. Quand mon matériel informatique tombe en panne, je paye ces réparations. je n'ai pas de thésard. Sinon ceux-ci verraient leur carrière de recherche condamnée dès le départ. Il ne se passe pas de mois sans que des jeunes demandent à travailler avec moi. Je suis obligé de répondre par la négative. Je ne veux pas rééditer l'affaire Lebrun, ce gars qui avait fait une excellente thèse assortie de publications de haut niveau, et de deux communications dans des congrès internationaux (Japon, 1987 et Chine populaire, deux congrès internationaux de MHD) et à qui on avait dit (ces choses-là ne s'écrivent pas) : "comme vous avez travaillé avec Petit, il est inutile que vous espériez trouver une place dans un quelconque laboratoire".

    - Qu'est-ce qu'il est devenu ?

    - Il a monté sa boite, vingt salariés, qui marche bien. Il fait des simulations numériques de combustion dans des moteurs. Mais si "Lebrun ingénieur" a très bien réussi, "Lebrun, en tant que machine à créer du résultat scientifique de pointe", que j'avais façonné, est parti à la casse. Gâchis complet. Et tu sais très bien que pour faire "diverger" un gars, il faut au bas mot cinq ans. Je n'ai pas voulu recommencer. Mais, bon... on fait des choses avec un crayon et une feuille de papier, bien qu'au départ j'aie été expérimentateur. Et toi, que feras-tu dans un an ?

    - On pourra toujours louer un local de cinquante mètres carrés quelque part et continuer.

    - C'est de la folie ! Ca me rappelle ce labo de MHD que j'avais installé au début des années quatre-vingt dans une chambre de bonne d'Aix-en-Provence, sur seize mètres carrés.

    - Le seul pouvoir qui pourrait s'opposer à cela, c'est la presse.

    - La presse ? Je ne sais pas s'il faut beaucoup compter dessus.

    9 décembre 2003

    Il y a quelques mois mon ami Jacques était bien pessimiste. Son principal sponsor venait de lui claquer entre les doigts et, ne pouvant pu salarier les membres de son équipe il me disait que la perspective de devoir fermer sa boutique (quelques éléments Algeco) allait rapidement se profiler. Il ne pourrait même plus, me disait-il, aligner les sommes nécessaires pour maintenir les brevets internationaux qu'il avait pris. J'avoue que je ne voudrais pas être à sa place. S'il y a vraiment un homme à qui s'adresse ce vers des fables de Lafontaine :

    Point de franches lippées, tout à la pointe de l'épée

    c'est bien lui. De plus il a tout misé sur ces "hautes dilutions" et sur ce concept de "biologie numérique". Or l'expérience montre à quel point il est inconfortable de se situer en précuseur, de plus, isolé. De nos jours des "bandes organisées" ratissent la science, tiennent des revues de publication (il faut bien qu'elles soient entre les mains de groupes). Ces bandes distribuent des labels, en général à leurs membres. Ayant vécu moi aussi comme un Robin des Bois de la Connaissance je connais cette vie-là et ne m'en suis tiré à chaque fois qu'en abandonnant un domaine pour filer vers un autre.

    Qu'adviendra-t-il de ce minuscule et peu coûteux laboratoire de biologie numérique ? Nul ne le sait. Mais il reste, j'en ai fait l'expérience, que les idées nouvelles mettent des décennies à s'imposer et que quand elles le font elles sont bien souvent entre d'autres mains que celles des hommes qui les ont énoncées les premiers.

    http://www.digibio.com, http://jacques.benveniste.org

    Jacques Benveniste, opéré du coeur pour la troisième fois jeudi 30 septembre 2004
    est mort deux jours après 

    Et voilà. Le rideau tombe. Une fois de plus la farce est jouée. Nous avions peur pour Jacques depuis des années en le voyant continuer de se battre dans l'état où il était, courir de tous les côtés pour essayer de trouver de l'argent pour continuer à maintenir en vie le vestige de ce qui avait été son laboratoire de recherche dans sa spécialité : l'immunologie et qui était devenu ce qu'il avait appelé le Laboratoire de Biologie Numérique. Il avait dû d'abord subir il y a douze ans un pontage coronarien. Puis, après une nouvel accident il y a deux ans on lui avait posé un stimulateur cardiaque. Cette fois-ci c'était une valve en titane. L'opération a mal tourné et Jacques a été emporté par une infection pulmonaire quelques jours après.

    Marche ou crève.

    Voilà comme la France traite, abandonne ses chercheurs les plus courageux et les plus hardis. En 2003 Michel Bounias, abandonné de tous, privé de moyens de recherche, est décédé d'un cancer dans l'indifférence générale. Bien peu ont parlé de cet homme, auteur d'une découverte exceptionnelle. Qui, cette fois, suivra le cercueil de Benveniste ? Charpak, l'académicien, qui réussit à le faire condamner pour procédure abusive après l'avoir lui-même diffamé ? Gérald Messadié, rédacteur en chef adjoint de Science et vie, auteur de cette phrase qui me revient en tête "comme voulez-vous qu'une molécule aussi simple que l'eau ait une mémoire ?".

    Combien comptera-t-on d'homéopathes dans ce cortège parmi les 15.000 qui exercent en France ? Combien oseront venir se présenter à cette cérémonie ? Il y a quelques années, grâce à un ami industriel, Jacques avait lancé un appel par mailing postal en sollicitant d'eux une aide matérielle. Il leur avait suggéré de lui adresser .. le prix d'une consultation. La mailing avait été adressé à chacun d'entre eux. Je me souviens du dialogue téléphonique avec Jacques.

    - Sais-tu combien ont répondu ?
    - Non...
    - Trois.

    29 novembre 2004 :

    Voir la copie de cette lettre, qui nous éclaire sur le soutien reçu en tant d'année par Jacques de la part du milieu homéopathique, et donc des laboraroires Boiron.

    Tout cela n'était pas éclairci. Maintenant, ça l'est.

    Eh oui, on applaudit quand passe le funambule. Mis au courant des ses difficultés on verse des larmes de crocodile, ou on se gausse, on lève les yeux au ciel et on prend l'air important. Mais quand il s'agit de mettre la main au porte-feuille pour appuyer une démarche courageuse c'est une autre paire de manches. Et quand le funambule s'écrase au sol, on jette de la sciure sur la piste, on passe au numéro suivant du Grand Cirque Scientifique.

    Le polytechnicien Philippe Lazar, directeur de l'Inserm de 1982 à 1996, qui ferma son laboratoire de la rue des Carnets, à Clamart en 1995 en le contraignant à camper pendant les dernières années qui lui restaient à vivre dans la cour, dans des baraquements Algeco, viendra-t-il aussi s'incliner "devant la dépouille mortelle" d'un homme qu'il aura été un des premiers à abattre ?

    Il y a quelques jours je discutai avec un grand professeur en faculté de pharmacie. Un homme très intelligent, très sympathique et chaleureux. Je dirais même très ouvert. La question de l'eau est venue sur le tapis. Toujours cette question des "ponts hydrogène. Il me disait :

    - Dans la glace, ce sont ces ponts qui crée cette structure. La seule énergie qui subsiste se présente alors principalement, je dirais quasi exclusivement sous forme vibratoire. Ces molécules, tenues entre elles par ces ponts, peuvent vibrer. Mais quand la température s'élève, cette structure se disloque. Des molécules d'eau, revenues à l'état libre, se mettent à tourner sur elles-mêmes, mais "pas toutes". Dans l'eau à l'état liquide ce sont des paquets de molécules qui restent liées entre elles par ces ponts, de moins en moins nombreux, jusqu'à ce que le passage à l'état de vapeur les fasse disparaître complètement. Cela a fait dire à certains que l'eau était un "quasi solide".

    - Autrement dit, l'eau liquide est constitués par ces sortes de mini-cristaux de glace. Des "quasi-molécules" ?
    - On peut le dire comme ça.
    - Des mini-cristaux, constitués par combien de molécules d'eau fixées ensemble ?
    - Ca, on n'en sait rien.
    - Mais est-ce qu'on en a une idée ? Ce sont cent, mille, un millions de molécules qui forment ces agrégats solides ?
    - On ne sait pas.
    - Il y a quelque chose de mesurable ?
    - Non.
    - Si je comprends bien, l'état liquide de l'eau reste un modèle totalement spéculatif. En fait, on ne sait rien.
    - Mais ce sont quand même les ponts hydrogène qui assurent la cohésion de ces sous-ensembles.
    - Oui, mais vous ne savez ni combien de molécules s'assemblent pour former ces "polymères d'eau", ni quelle est leur structure.
    - C'est un fait....
    - En conclusion on ignore pratiquement tout de la structure du fluide le plus important de tout l'univers puisqu'il est le ciment même de la vie.
    - Mais ce sont quand même les ponts hydrogène.
    - Comme c'est étrange, comme c'est bizarre et quelle coincidence....

    Jacques est mort. En France, c'est trop tard. C'est toujours trop tard. Si ses idées se développent, ça sera un jour ailleurs, dans un autre pays, comme d'habitude. Ici, personne ne reprendra ces travaux. Son administration (recherche médicale française) fera disparaître avec indifférence les baraquements Algeco vétustes, restes de ce "dernier carré de la recherche", qui encombrent encore la cour de l'unité Inserm 200 et où Jacques se sera accroché dix ans de manière ... totalement déraisonable.

    Il n'y avait pas plus de deux cent personnes à l'enterrement, au cimetière du Père Lachaise, entre autre parce que le Monde n'avais pas mentionné le lieu, la date et l'heure de son inhumation. Certains fidèles, parents, amis, anciens collaborateurs, lurent des textes, la voix souvent brisée par l'émotion.

    Testard, dont le laboratoire, intégré à l'INSERM 200 de Clamart, dans la cour duquel Benveniste avait installé ses Algeco travaillait à dix mètres de clui-ci. N'étant pas présent à l'enterrement il a fait lire un texte où il a admis qu'il avait négligé son ami et voisin dans la détresse. Il convenait, mais un peu tard, qu'il aurait pu aider son voisin et ami, simplement en se faisant le témoin des expériences tentées par Jacques, lequel l'avait maintes fois sollicité.

    Je suis venu saluer un frère d'arme, la gorge nouée. Je savais que les choses se termineraient ainsi, même si cette opération chirurgicale avait été un succès. Quand on est à ce point contré par ses collègues et matériellement abandonné par ce que Jacques appelait "le Léviathan scientifique" on n'a que deux options : abandonner ou s'épuiser jusqu'à en mourir. Moi j'ai abandonné à plusieurs reprises après avoir mené des combats empreints de la même "déraison", des sortes de barouds d'honneur menés en solitaire, et c'est la raison pour laquelle, sans doute, je suis encore vivant. Jacques avait refusé de s'avouer vaincu et croyait encore à l'honnêteté et à la rationalité du monde scientifique. Une option à risque.

    Avant sa mise en terre nous avons pu prendre connaissance de différents communiqués publiés dans la presse. A quelques exceptions près la teneur est la même. On commence par rappeler un début de carrière très brillant, "scientifiquement correct", passant par la découverte par ce médecin de formation, devenu chercheur à l'Inserm, d'une molécule, le PAF-acether (ou Platelet activating factor), jouant un rôle important dans les mécanismes immunitaires. Le reste est décrit comme une dérive. On évoque la descente effectuée en 1988 par l'illusionniste Randi, à la demande de la revue Nature, pour tenter de "démasquer la mystification". Peu de temps avant John Maddox, rédacteur en chef de cette revue scientifique, qui avait accepté de publier l'article, avait demandé à Benveniste de le retirer, ce que celui-ci avait refusé. Le Monde commente cette opération scandaleuse, mais ne la dénonce pas :

    - Même si le piège échoue, l'objectif est atteint : le chercheur, ses résultats et l'ensemble de son approche sont discrédités. Refusant, non sans courage et panache, d'abandonner ses recherches, Benveniste affichera une arrongance et une morgue envers l'institution scientifique, qui ne cherchera alors ni à le comprendre, ni encore moins à lui pardonner.

    Le journaliste oublie de mentionner que cette "institution scientifique" laissera ce chercheur dans un état d'abandon matériel total pendant dix ans, jusqu'à sa mort par épuisement, alors que l'eau constitue une réel problème, à la fois en biologie comme tout simplement en chimie, alors que la substance la plus présente dans les phénomènes qui sont à l'oeuvre à la surface de la Terre est aussi la plus mal connue.

    Citant Philippe Lazar, supérieur hiérarchique de Benveniste, reponsable de la fermeture de son laboratoire de l'Inserm en 1995 le journal Le Monde écrit, je cite :

    Philippe Lazar, polytechnicien, directeur général de l'Inserm de 1982 à 1996 et qui dit "être un ami de longue date" du chercheur, voit, avant tout en Jacques Benveniste un chercheur de premier plan qui est resté honnête mais qui a été victime d'une ténébreuse affaire. Il estime que l'homme "a fait preuve d'une insuffisance manifeste d'esprit critique dans l'interprétation de ses résultats". "Le phénomène qu'il avait constaté, juge-t-il, pouvait avoir une autre cause que la dilution des substances étudiées, par exemple la contamination répétitive de tube à tube".

    Larousse : Ténèbres, obscurité profonde, ingnorance, incertitude, empire du démon. Ténébreux : plongé dans les ténèbres, secret et perfide, qui s'exprime en termes obscurs.

    Voilà, sans preuves à l'appui, exprimé selon une simple opinion le qualificatif qui balaye d'un revers de main dix ans d'efforts insensés et dommageables, d'un chemin de croix atroce, qui s'est terminé par la mort :

    L'abandon ou le cercueil.

    Ce qui a tué Benveniste ça n'est pas la maladie, c'est l'irrationalité et l'indifférence, le refus de voir prendre en charge, avec des moyens très modestes, des problèmes authentiquement scientifiques et évidents, touchant à la fois à la biologie et à la physique (mais constituant une menace évidente, à terme, pour la grosse industrie pharmaceutique).

    Cachez cette recherche que je ne saurais voir.

    Où était par ailleurs le jour de l'enterrement "cet ami de longue date", qui prononça la fermeture du labo de Benveniste en 1995 ? Pourquoi cet ancien supérieur hiérarchique du chercheur, s'il était, comme Chevênement, retenu ce jour-là par des tâches liées à ses fonctions, n'a-t-il pas confié à l'un de ses subordonnés ou à un collègue présent le soin de lire quelques mots devant la dépouille mortelle de son "ami". Ces mots, qu'il a confié aux journalistes du Monde, pourquoi n'est-il pas venu les prononcer à voix haute le jour de l'enterrement, devant son cercueil ?

    Je voudrais que ceux qui me lisent fassent une simple démarche, purement symbolique. Au lieu de verser une larme électronique en réagissant par un clic de souris, faites un geste simple. Procurez-vous une envelope, un timbre, une feuille de papier et écrivez une dernière lettre adressée au Laboratoire de Biologie Numérique, 32 rue des Carnets, 94140 Clamart 

    A l'intérieur, consignez vos réactions vis à vis de la mort du professeur Benveniste. On alors, mettez simplement

    Adieu, Jacques

    et vous signez

    En date du 11 octobre 2004, huit jours après la mise ne place de cette page, 8400 personnes l'ont consulté. Le labo de biologie numérique a reçu un peu plus de quatre vingt lettres, ce qui correspond au taux " standard " de réponse des gens consultant mon site, tous sujets confondus et qui est de 1 % . Je conjecture qu'au fil des mois ce pourcentage se maintiendra. C'est comme ça .....
    Je le répète : ce qui a tué Jacques Benveniste, ça n'est pas la maladie, c'est l'indifférence 

    Hommage du professeur Montagnier, 3 ans après sa mort, lors d'un colloge de virologie à Lugano, 2007 

    (source : jp-petit.org)  

    voir également :

    La mémoire de l'eau 

    Masaru Emoto 

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"