• Votre chien voit-il en couleurs ?

    Conscience animale 

    Votre chien voit-il en couleurs ?

    Savez-vous comment voit votre chien ou votre chat ?

    Avoir un «œil de faucon» est-elle une expression fondée sur la réalité ? 

    Par J.W. : HuffingtonPost

    Le chien voit presque tout teinté de bleu. Le chat ne saisit pas le rouge.

    A quoi ressemble la vision impressionniste d’une abeille ?

    L’entreprise Dassault Systèmes a réalisé une application qui simule en 3D la vision de plusieurs animaux.

    l'abeille, vision impressionniste...

    La vision du chat, qui voit le ciel bleu, en noir...

    (source : arcinfo)

    La vision du chien, qui voit le ciel en bleu :

    La vision  du faucon, à la vision périphérique :

    et du rat, myope comme une taupe:

     

    Ce que voient les chats 

    Un jeune artiste américain a reproduit en photos la manière dont nos félins domestiques perçoivent leur environnement.

    VISION ANIMALE

    (crédits photos : Nickolay Lamm

    Vous êtes-vous déjà demandé comment votre chat voyait le monde? Un artiste américain, Nickolay Lamm, l'a fait pour vous. Après avoir consulté plusieurs spécialistes (Dr Kerry Ketring de la All Animal Eye Clinic, Dr David Jr Haeussler du Animal Eye Institute, et le groupe Ophtalmologie du département vétérinaire de l'université de Pennsylvanie), le jeune homme de 25 ans a utilisé un jeu de photographies retouchées sur Photoshop pour illustrer la différence entre les visions humaine et féline.

    Votre compagnon à moustaches ne vous verra net que si vous vous situez entre une dizaine de centimètres à quelques mètres de lui, dans le meilleur des cas. Son champ de vision est en revanche un peu plus large que le vôtre: 200° auxquels s'ajoutent 30° de vision périphérique très floue de chaque côté, soit un total de 260°. A comparer aux 220° de l'homme (180° + 2 fois 20°).

    Le chat est un daltonien nyctalope

    Concernant la perception des couleurs, le chat a une vue quasi-dichromatique: il ne perçoit pratiquement que le jaune et le bleu. Presque impossible pour lui de distinguer le rouge du vert. Pour cet authentique daltonien, ces deux couleurs ne sont que deux subtiles variations d'un même jaune pâle. Globalement, les yeux des félins ont par ailleurs beaucoup moins de cônes, ces récepteurs rétiniens qui donnent les informations de couleurs. Ce manque de sensibilité donne vraisemblablement au chat une image très «pastel» du monde.

    Revers de la médaille, la rétine de l'animal est tapissée de très nombreux bâtonnets, les récepteurs sensibles à la lumière. Comme le chat est par ailleurs capable d'ouvrir bien plus grand la pupille pour laisser entrer un plus grand nombre de rayons lumineux, sa vision nocturne est incomparablement plus efficace que la nôtre. Entre troix à huit fois meilleure selon les estimations. L'animal est un authentique nyctalope.

    Dernier avantage du félin sur l'homme, son taux de rafraîchissement rétinien est bien meilleur. Il voit donc beaucoup mieux les objets en mouvements. C'est cette faculté, associée à sa grande rapidité de déplacement, qui en fait probablement un chasseur hors pair. 

    (source : lefigaro)

    Le chat voit la nuit de cette façon 

    VISION ANIMALE 

    Une rue

    VISION ANIMALE 

    et la campagne

    VISION ANIMALE

    Les scientifiques ont longtemps pensé que les chats voyaient le monde en noir et blanc. Après des années d’études et de tests, nous savons maintenant qu’ils voient, eux aussi, le monde en couleurs. Cependant, ils ne perçoivent pas le rouge. Comme certains daltoniens, leur palette de couleurs tourne essentiellement autour du bleu et du vert. 

    Autre particularité : les pupilles des chats sont à géométrie variable, capables de s’ajuster automatiquement à l’intensité de la lumière. Leurs rétines comptent en effet beaucoup plus de bâtonnets (cellules sensibles à la lumière) que de cônes (cellules détectant les couleurs). Ils possèdent également une membrane réfléchissante derrière la rétine.
    Leurs yeux peuvent ainsi capter la moindre parcelle de lumière, ce qui leur donne une excellente vision nocturne. C’est d’ailleurs cette membrane qui donne l’impression que leurs yeux brillent dans le noir.
    En revanche, les chats sont un peu presbytes, bien que capable de surveiller tout ce qui se passe sur les côtés.
    Leur champ de vision total couvre 287°, alors que celui de l’homme n’est " que " de 180°. 

    Ce que voient les hiboux et les chouettes :

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    Il a parfois été dit que les hiboux et les chouettes ne voyaient rien à la lumière du jour, mais qu’ils avaient une excellente vue dans le noir complet ...

    C’est faux ! Leur rétine compte un nombre très élevé de cellules en forme de bâtonnets (permettant la vision nocturne) mais aussi de cellules en forme de cônes (dédiées à la vision diurne). En réalité, s’ils ferment les yeux et semblent endormis pendant la journée, ils les ouvrent aussitôt au moindre bruit et voient très bien ce qui se passe.

    Le hibou voit cent fois mieux que l’homme et possède trois paupières. Celle du haut lui permet de cligner les yeux ; celle du bas lui sert de " volet " pour dormir ; la troisième paupière, transparente, est utilisée pour le nettoyage de l’œil.

    Ce que voient les aigles :

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    (photo : wikipedia)

    Les aigles n’ont pas d’odorat, mais ils compensent cette absence par l’utilisation d’un système optique remarquablement efficace. Leur œil, dont le globe oculaire est plus gros que celui de l’homme, se caractérise par une forme tubulaire ou télescopique.

    Conséquence : l’image qui se projette sur la rétine se trouve naturellement agrandie, un peu comme lorsque l’on recule un projecteur de son écran. C’est pourquoi les aigles ont probablement la meilleure acuité du règne animal (elle est notamment 2,5 fois supérieure à celle de l’homme).

    Ils sont par exemple capables de distinguer en vol un petit mammifère de 16 cm à 1500 m d’altitude! La nuit, en revanche, leur visibilité est réduite du fait de la grande profondeur de leur œil, qui assombrit l’image formée sur la rétine.

    Dans l'oeil du faucon.
    Crédit: DR 

    Ce que voient les chevaux :

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    Les yeux des chevaux étant placés de chaque côté de la tête, leur vision est principalement monoculaire. Leur vision binoculaire ne se forme que lorsque les deux yeux sont dirigés vers un même point. 


    Chaque œil fonctionne de manière indépendante, ce qui assure aux chevaux une remarquable vision périphérique.

    Ils ont également une excellente vision à longue distance, alors que les éléments très proches leurs paraissent flous, du fait d’une lente accommodation.

    Ils possèdent par ailleurs des rétines surdimensionnées, qui agrandissent les objets, de sorte qu’ils leur apparaissent 50% plus gros qu’ils ne le sont en réalité.

    Ce que voient les mouches :

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    Les grands yeux aux multiples facettes des mouches sont composés de 3 000 lentilles individuelles qui leur assurent un champ de vision de 360°.

    De plus, les mouches peuvent gérer 200 images à la seconde, ce qui leur permet de voir tous les mouvements comme un ralenti de cinéma. Elles peuvent ainsi nous repérer dès le premier geste et anticiper nos réactions… ce qui explique pourquoi elles sont si difficiles à attraper ! 

    (source : essilo

      

          

    Est-ce que les oiseaux voient les couleurs ?

    Il est prouvé que les oiseaux peuvent voir les couleurs, pas en noir et blanc comme les autres animaux. Eux voient mieux que quiconque, même mieux que les humains. Une recherche démontre que les perroquets peuvent voir un certain spectre de rayon d'ultraviolet.

    Pourrait-il actuellement percevoir au-delà des couleurs que les humains peuvent voir ?

    Très jeunes les perroquets sont capable de définir les différences de couleurs de plumage entre les sexes. Toutefois, la perception des couleurs peut varier dune espèce d'oiseaux à une autre. Certains scientifiques croient que probablement les oiseaux nocturnes : comme les hiboux, peuvent avoir une vision limitée des couleurs. Par contre, ceux qui vivent de jour, comme le perroquet ont une excellente vision des couleurs.

    En ce qui concerne la préférence des couleurs. Souvent certains oiseaux préfère, une couleur d'une autre. Tout comme certaines personnes préfèrent certaines couleurs d'une autre. Georges Burkett, vétérinaire et propriétaire d'une oisellerie en Caroline du Nord, a vu un bon nombre d'oiseaux qui ont démontré clairement leur préférence particulière concernant les couleurs. « Quand on donne l'opportunité de choisir la couleur de ses jouets à notre gris d'Afrique. Il préfère choisir les jouets orange et les jouets jaunes. Si le jouet est multicolore, elle regarde pour voir si, elle voit sa couleur préférée avant de prendre ce jouet. »

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    On a aussi observé des oiseaux qui refusent de manger dans de la vaisselle d'une certaine couleur, ou qui vont choisir de manger seulement des graines d'une certaine couleur, parmi leur nourriture. « Souvent, les perroquets développent une peur ou une aversion à propos de certaines couleurs. » Julie Burge, vétérinaire du Missouri. « Il y a des propriétaires qui me dissent que leurs oiseaux a peur de certaines couleurs de vêtements ou de serviettes et vont même par exemple, jusqu'à demander la journée où leur animal va aller à la clinique de ne pas porter de vêtements rouges. D'ailleurs, beaucoup de perroquets haïssent le rouge ! Il pourrait ne pas aimer le vernis à ongles rouge, les chandails rouges, les casquettes rouges, etc. »

    Les couleurs préférées vont aider à prédire le comportement de l'oiseau. Les perroquets qui ont appris à aimer les carottes vont probablement vite apprécier la nourriture de couleur orange. Mais, un oiseau qui a eu une traumatisante expérience avec une serviette bleue claire chez le vétérinaire, peut avoir une peur du bleu, pour un bon bout de temps.

    Cela veut dire que si votre couleur préférer est le mauve et vous avez beaucoup de linges mauves, c'est probablement pas une bonne idée d'envelopper votre perroquet dans une serviette mauve, quand vous lui couper les griffes. Du moins, si vous voulez rester amis avec votre perroquet quand vous allez porter votre chandail mauve !

    Extrait traduit de la revue, Bird talk, août 2003.

    (source : oisellerieplumo

    Et les poissons ? 

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    (photo : wikipedia)

    L'oeil des requins 

    Le squale est plutôt myope...

    Les requins comptent assez peu sur leur vue pour détecter leurs proies ou percevoir l'arrivée de leurs éventuels ennemis. Leurs yeux sont médiocres. Les squales sont myopes.

    L'oeil du requin est construit sur le même plan que celui des autres vertébrés. Le globe oculaire lui-même est protégé par deux paupières rudimentaires. Il est mobile grâce au jeu d'un petit nombre de muscles. L'ensemble est volumineux. La cornée transparente est aplatie et se prolonge par une sclérotique extrêmement résistante, en partie cartilagineuse. Le cristallin, globuleux, est presque sphérique : sa convexité exagérée, ainsi que le fait qu'il se déforme très peu et accommode donc mal, explique la myopie du à squale. La pupille est parfois ronde, parfois ovale, selon les espèces

    Les squales distinguent surtout les mouvements, et n'ont une vision nette que des objets rapprochés. Néanmoins, ces animaux sont capables de différencier certaines images visuelles simples, par exemple un panneau à rayures verticales et un panneau à rayures horizontales. Mais ils réagissent surtout aux mouvements. Il semble, du reste, que l'acuité visuelle diffère considérablement selon les espèces. Il existe des requins de grand fond qui ne sont pas loin d'être aveugles. Les requins benthiques (requins-tapis, requins-nourrices, requins de sable) sont eux aussi très mal lotis de ce point de vue. Mais les chasseurs du grand large (requin bleu, requin blanc, requin-tigre... ) y voient nettement mieux. Une mention doit être réservée ici, bien sûr, au requin-marteau : les yeux de ce dernier sont disposés au bout des deux expansions céphaliques.

    (source : ophtasurf

    La vue chez les animaux

    La vue n'est pas la même selon l'espèce, en particulier selon le milieu dans lequel elle vit, la rapidité avec laquelle elle se déplace, la nourriture qu'elle doit chasser et saisir, la vigilance dont elle doit faire preuve pour échapper elle-même aux prédateurs, tout cela est vrai et satisfaisant pour l'esprit, mais seulement d'une façon partielle.
    Pour s'en convaincre, il suffit d'étudier la performance de l'œil chez les différentes espèces de vertébrés. Mais que faut-il entendre par performance oculaire ?

    La performance oculaire est le degré de perfection de l'image formée sur la rétine à partir de l'objet qui envoie des rayons lumineux sur l'œil, permettant à l'animal d'apprécier la luminosité, la forme, les dimensions, la position dans l'espace et éventuellement couleurs et mouvements. En d'autres termes, la performance oculaire c'est la qualité de la vision ramenée à l'étage oculaire, étant bien entendu que dans la vision définitive, interviennent largement la qualité des voles optiques et l'aptitude des centres visuels.

    Cette performance peut être scindée en plusieurs éléments, essentiellement quatre :

    La netteté, telle qu'à un point de l'objet corresponde un point de l'image.
    La résolution qui est la plus petite distance séparant deux points objets capables de donner deux points images distincts.
    Le contraste, reproduction de la différence d'éclairement des surfaces distinctes et éventuellement de leurs couleurs.
    Les mouvements de tout ou partie de l'objet.

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    1. L'acuité visuelle ou résolution

    C'est la distance minimale entre deux points de l'objet susceptibles de donner une image distincte et nette. Elle dépend bien sûr de la qualité de la réfraction, mais aussi de la densité rétinienne en photorécepteurs et du nombre de cellules rétiniennes connectées à chaque fibre du nerf optique.

    Chez les animaux diurnes, l'acuité dépendra aussi de l'intensité lumineuse stimulante, mettant en jeu, lorsqu'elle est élevée un plus grand nombre de cônes.

    La richesse cellulaire de la rétine en photorécepteurs n'est pas la même selon la zone topographique. Chez les espèces dont la rétine possède à la fois cônes et bâtonnets, les cônes sont plus nombreux au centre qu'à la périphérie. On peut en outre mettre en évidence des régions spéciales

    - l'area centralis,
    - la macula,
    - la fovéa.

    L'area centralis est une zone médio-temporale de plus grande richesse cellulaire. Elle correspond à un épaississement rétinien parfois macroscopiquement visible sous l'aspect d'une tache plus foncée.

    Il existe une area chez les sélaciens, les amphibiens, quelques sauriens tel l'alligator et chez les carnivores, chiens et chats; chez les ruminants, elle a une disposition horizontale allongée qui la fait qualifier de striaeformis.

    La macula est une zone avasculaire de plus grande richesse en cônes. Elle existe chez les primates, macroscopiquement visible à l'examen du fond d'œil.

    La fovéa, uniquement constituée de cônes, présente en outre un amincissement dû à la raréfaction ou à la disparition de certaines couches rétiniennes .

    Chez les téléostéens la fovéa est rudimentaire et constituée de cellules amincies, sans raréfaction d'une couche rétinienne.

    Chez les lacertiliens, existe tantôt une area tantôt une fovéa, comme chez le caméléon.

    Les oiseaux de basse-cour n'ont qu'une area, en revanche ; les rapaces ont deux fovéas : une fovéa centrale et une latérale. « Dans la fovéa centrale, seule la couche des cellules ganglionnaires fait défaut celle des grains externes et internes s'amincissent seulement » (Rochon-Duvigneaud). Le bouquet central de cônes est beaucoup plus large, 1 500 cônes contre 200 chez l'homme.

    L'acuité des oiseaux de proie est de loin la plus développée. Elle serait 7 à 8 fois supérieure à celle de l'homme.

    Le champ visuel de certains animaux :

    le faucon : 180°
    le chat : 287°
    le lapin : 360°
    Celui de l'homme est de 200° 

    2. La perception des couleurs

    La perception des couleurs est liée à la présence dans la rétine de cônes sensibles au vert, au bleu et au jaune. L'étude de la vision des couleurs par l'animal fait appel à des techniques de modification comportementale et à des analyses spectrophotométriques de rayonnement absorbé par la rétine.

    Sans pouvoir dire que l'unanimité soit faite, il semblerait qu'une majorité d'auteurs admettent les éléments suivants:

    On ne sait pratiquement rien sur la vision des couleurs par les cyclostomes (lamproies).

    La rétine des téléostéens perçoit la couleur : rouge, jaune, vert, bleu, violet et ultra-violet jusqu'à 365 nm.

    Les amphibiens ont une bonne vision des couleurs, avec un maximum de perception pour le jaune en photopique et pour le vert en scotopique.

     comment voit votre chien ou votre chat ?

    Chez les reptiles : la tortue différencie le bleu, le vert et l'orange ; le lézard différencie le jaune, le rouge, le vert et le bleu.

    Les oiseaux ont un sens de la couleur très développé ; cela paraît logique eu égard à la richesse des coloris de leur plumage, laquelle n'a d'égale que la diversité chromatique des poissons.

    L'oiseau règle son comportement sur la couleur beaucoup plus que sur la luminosité ou sur la forme.

    La vision des couleurs par les mammifères est très discutée. Elle est certes associée au caractère diurne de l'animal. On admet que la musaraigne, l'écureuil sont parfaitement trichromates. Il semblerait que les bovins ne les distingueraient pas, ce qui ferait douter de l'efficacité de la muleta rouge au cours des corridas. Sur la capacité du chien, les avis sont très partagés ; quant au chat, on sait aujourd'hui qu'il est dichromate : l'étude histologique de sa rétine a montré qu'elle renfermait deux sortes de cônes, les uns sensibles au bleu indigo 450 nm, les autres à jaune-vert 556 nm. Dans les corps genouillés latéraux, certains neurones ont un maximum de sensibilité à 500 nm en basse luminance et 556 nm en forte luminance. Le chat ne peut donc distinguer en-dessous de 540 nm. Il lui est donc impossible de distinguer le rouge. 

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    3. La perception du mouvement

    Elle est très importante pour l'animal aussi bien pour l'exercice de la vigilance que pour la chasse d'une proie.

    Elle dépend de deux facteurs:

    - La qualité de la mosaïque rétinienne, c'est-à-dire la richesse de la rétine en photorécepteurs.

    Quand les éléments rétiniens sont peu nombreux, la portion de rétine correspondant à une seule fibre du nerf optique est grande ; une image doit traverser une distance considérable avant d'exciter les éléments sensoriels associés à une autre fibre, de telle sorte qu'un petit mouvement risque de ne pas être apprécié.

    - La persistance dans le temps de la vision.

    En effet, si la stimulation persiste longtemps, un élément rétinien une fois stimulé ne peut réagir rapidement à un nouveau stimulus.

    Le temps de persistance peut être étudié par la méthode du flicker avec enregistrement de l'E.R.G. La stimulation est faite à l'aide d'éclairs de plus en plus rapprochés jusqu'au moment où il n'y a plus de réponse rétinienne. La fréquence de stimula tion est dite alors fréquence de fusion ou F.F.F. (Flicker Fréquence de Fusion).

    Chez la plupart des animaux, c'est surtout le haut niveau de la F.F.F. qui conditionne le haut degré de sensibilité au mouvement. les espèces qui se nourrissent de proies vivantes peuvent mourir de faim à côté de proies mortes. Les batraciens attrapent la nourriture qui bouge. De très nombreux animaux sauvages agissent exactement de la même façon. 

    Votre chien voit-il en couleurs ?

    4. La perception de l'espace

    Elle consiste à apprécier l'espace et à l'intérieur de celui-ci la localisation des différents objets.

    Cette perception peut se subdiviser en

    - perception bidimensionnelle qui apprécie la position de l'objet, sa distance bidimensionnelle ;

    -perception tridimensionnelle : perception de la profondeur qui exige une vision stéréoscopique binoculaire, extension de cette faculté à l'appréciation de la forme.

    Dans cette perception de l'espace interviennent :

    · le champ visuel monoculaire,
    · le champ visuel binoculaire,
    . les mouvements des globes oculaires,
    . les mouvements de la tête.

    Le champ visuel monoculaire varie peu chez les vertébrés. Sa valeur moyenne est de 170°. Il dépend essentiellement de trois facteurs :

    - l'extension de la surface rétinienne
    - l'incurvation de la surface admettant la lumière ;
    - l'ouverture pupillaire effective.

    D'après Duke-Elder, le large champ visuel du cheval est dû à l'extension de la rétine du côté nasal, alors que chez beaucoup d'oiseaux et chez les poissons de grande profondeur, la faible extension restreint ce même champ.

    La cornée de l'homme représente un arc de 60 degrés et le champ est de 150 degrés ; chez le chat, la cornée est un arc de 170 degrés et le champ a 200 degrés.

    L'ouverture pupillaire horizontale des équidés contribue également à élargir le champ visuel.

    comment voit votre chien ou votre chat ?

    Le champ visuel binoculaire dépend essentiellement de la position des yeux:

    -la position frontale élargit la vision binoculaire.

    - la position latérale la restreint.

    Les mouvements oculaires sont soit réflexes , soit volontaires et, dans ce dernier cas, les mouvements binoculaires peuvent être coordonnés ou non.

    Chez tous les vertébrés autres que les mammifères, les mouvements oculaires volontaires sont toujours incoordonnés.

    Enfin, il faut noter que chez les espèces à yeux peu mobiles, la flexuosité du cou compense très avantageusement ce handicap . 

    A l'issue de cette brève étude, on ne peut que souligner, malgré l'étendue des connaissances, le nombre des points qui demeurent obscurs. Pourquoi, peut-on répéter encore, tant de variété pour un même but ? La réponse est sans doute plus du domaine de la philosophie que de la médecine. Plus strictement scientifique est l'application à un plus grand nombre d'espèces des méthodes modernes d'investigation concernant en particulier la réfraction statique et la vision des couleurs.

    Un secteur demeure cependant difficile à explorer à l'échelon individuel, c'est le champ visuel de l'animal vivant.

    Parviendrons-nous un jour à faire une étude objective de ce champ ?

    Il y a encore de beaux travaux à réaliser ; il est bon de ne pas en perdre la vision !

     (source : ophtasurf.)

    Votre chien voit-il en couleurs ?

    Votre chien voit-il en couleurs ? 

     

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"