Sur les lieux des sanctuaires mariaux,

lieux où sont survenus des apparitions de la Vierge Marie, comme par exemple Fatima, Lourdes, Medjugorje , de nombreuses personnes s’empressent de remplir des récipients d’eau auprès des fontaines de ces endroits. Ces eaux sont réputées miraculeuses. Mais on peut aussi se demander si cette eau n’est pas la même que celle qui passe à proximité à travers les tuyaux de l’eau du réseau d’eau potable ? Comment peut-elle, dans ces conditions, être considérée une eau de guérison ? La réponse pourrait être simplement parce qu’elle provient d’un lieu où la présence énergétique liée aux apparitions est toujours présente et informe l’eau.

Mais Désormais, une réponse scientifique existe, fournie par le Docteur Ciccolo, biologiste présidente du CIRIME (centre italien international de recherche et d’enseignement de médecine énergétique), auteur de livres et publications scientifiques dans des revues prestigieuses. Le Dr Ciccolo avec un groupe de recherche de Milan a étudié scientifiquement l’énergie des sources des lieux saints où est apparue la Vierge Marie et a fait d’étranges découvertes décrit dans son livre « L’energia delle acque a luce bianca » l’énergie des eaux de lumière blanche.

Ces découvertes et expérimentations sont restées dans le silence pendant des années et c’est seulement depuis quelques années qu’elles sont retenues suffisamment documentées pour pouvoir être présentées à l’opinion publique.

«  je suis une biologiste et depuis une quinzaine d’années, j’étudie avec des méthodes scientifiques les eaux qui se trouvent près des grands sanctuaires mariaux et qui sont indiquées comme miraculeuses » affirme le Dr Ciccolo. « j’ai commencé par curiosité. Cependant les résultats m’ont immédiatement surprise et bouleversée. Ces eaux sont complètement différentes de toutes les autres, elles possèdent des énergies mystérieuses capables de provoquer, sur n’importe qui les utilisant, un vrai bien être physique. … »

« Notre travail, explique le Dr Ciccolo, consiste à analyser et mesurer chaque jour les fréquences et les vibrations qui animent les organismes vivants. Chaque atome, chaque molécule, chaque tissu a une vibration particulière qui correspond à un son et à une couleur.L’ensemble de ces sons, couleurs et vibrations déterminent l’harmonie de la santé ou la disharmonie de la pathologie. Avec des techniques adéquates il est possible d’interroger l’état de vibration de chaque organe et d’en évaluer les conditions énergétiques. A travers ce travail nous nous sommes rapidement rendus compte de l’importance de l’eau en tant que conducteur par excellence de chaque vibration…

A l’occasion d’un voyages à Lourdes, mes amis et moi-même fument frappés par l’afflux de fidèles, malades et sains qui s’immergeaient dans les piscines d’eau sans se préoccuper des contagions possibles même si le lieu apparaissait particulièrement propre.

Les eaux de lumière

Nous sommes rentrés à la maison avec quelques échantillons de cette eau pour l’analyser et nous sommes restés grandement surpris de constater que l’analyse des fréquences de cette eau contenait toutes les sept vibrations de base de la lumière solaire. L’analyse biochimique mis en évidence que beaucoup de germes pathogènes présents avaient perdu toute leur virulence, tout leur potentiel d’attaque. Ensuite nous avons eu la possibilité de nous rendre compte que la même chose survient dans les eaux du Giordan et du Gange considérés depuis toujours des fleuves sacrés. »

Le Dr Ciccolo et ses chercheurs ont ensuite étudiés systématiquement les eaux des lieux où est survenu une apparition de la Vierge Marie. Des centaines et des centaines d’échantillons ont été analysés au niveau énergétique ; de toutes les analyses comparées, la réponse fut toujours la même, c’est-à-dire que la constatation déjà faite à Lourdes, de la présence constante des sept fréquences, mais pour chacun des lieu avec une prévalence d’une certaine fréquence. Cela souligne la particulière et spécifique action thérapeutique de chaque lieu.

Une autre expérience exceptionnelle fut conduite à Medjugorje où nos chercheurs ont apporté sur le lieu des apparitions (qui continuent à avoir lieu de nos jours quotidiennement, de l’eau du robinet et de l’argile de Milan. 

LES EAUX DE LUMIERE 

A Milan l’eau et l’argile étaient privées de vibrations. A Medjugorje l’eau et l’argile ont été exposées quelques jours sur le lieu des apparitions. Au retour à Milan, les analyses ont démontré que les échantillons se sont chargés des sept  fréquences typiques de Medjugorje, en particulier l’eau était devenue la même  que celle qui jaillit sur le lieu des apparitions.

Le Dr Ciccolo a également expérimenter un usage thérapeutique avec des résultats bénéfiques pour tous ceux qui ont peu en bénéficier. Par exemple en mettant seulement quelques gouttes des eaux de Medjugorje dans 13 bassins de truites d’élevage, la mort de ces poissons fut stoppée. En quelques jours les conditions de l’environnement altéré furent rééquilibrées.

Le professeur Boguslaw Lipinski de l’université de Boston, a également observé que « durant les apparitions de Medjugorje une énorme radioactivité positive dans l’air, encore maintenant inexplicable en termes scientifiques, s’exprime par l’ionisation de l’air à un niveau que nous ne connaissons pas. »

Je me suis rendue personnellement à plusieurs reprises à Medjugorje, pour moi un lieu qui respire la paix, où l’amour afflue et transforme tout cœur qui sait s’abandonner et s’ouvrir à la Présence divine. Science et spiritualité n’ont jamais fait bon ménage, mais de nos jours de plus en plus de scientifiques établissent des ponts et participent à la remise en question de beaucoup de dictats imposés par la science.

 (source : Marie Menseau -eveil-a-soi

Energies vibratoires

Hendrik Lorentz, professeur d’Einstein et prix Nobel en 1902, mit en évidence la réalité des énergies vibratoires des ondes cosmiques : « tout vibre dans l’univers, la matière inerte comme la matière vivante ».
Confirmé entre autres par Max Planck en 1944 : «… La matière comme telle n’existe pas ! Toute matière n’existe qu’en vertu d’une force qui fait vibrer les particules et maintient ce minuscule système solaire qu’est l’atome… »
« Tout vibre dans l’univers… » Pourtant l’eau a une faible fréquence vibratoire et se laisse traverser par les forces phénoménales des ondes cosmiques sans réagir. L’eau a besoin d’être activée pour se parer des propriétés vitales nécessaires.
La vie s’est construite sur l’eau, avec les différentes propriétés physico-chimiques dont les propriétés diélectriques de l’eau. La polarité permet le mouvement (attraction-répulsion) entre les pôles opposés. On comprend donc aisément que la vie dépend de ces échanges, de cette communication.
Ce sont ces propriétés diélectriques qui donnent à la molécule d’eau la faculté (comme d’autres molécules) d’absorber et de ré-émettre un certain nombre de fréquences électromagnétiques. Ce sont des valeurs discrètes. C’est de l’ordre de la physique quantique. Ce sont des valeurs précises.
Tout comme le sel est un absorbeur d’humidité, l’eau est l’élément le plus capable de se charger, de se « teinter » de tout ce qui l’entoure. Ces propriétés sont valable tant sur le plan chimique (solvant universel), qu’au niveau énergétique : l’eau peut recevoir une augmentation de sa fréquence vibratoire jusqu’à 150 000 fois supérieure à la vibration qu’elle possède à l’origine dans sa situation inerte.

La pollution vient de la séparation des éléments.
Certaines eaux sont naturellement pures, saines et bienfaisantes ou régénératrice. Certaines ont des propriétés curatives exceptionnelles connues de tous temps (eaux mariales, sacrées, holistiques, thermales…). De cela nul ne peut douter.
L’eau lors de son voyage va entrer en contact avec certains terrains, certaines roches, minéraux, fossiles, oxydes, métaux, certaines radioactivité naturelle (très ténue), courants électromagnétiques, éléments naturellement filtrant qui vont l’enrichir et la traiter naturellement la chargeant, par échanges moléculaires mais aussi et surtout de fréquences vibratoires de ces terrains des caractéristiques particulières … Il en va de même pour les caractéristiques négatives (naturelles ou liées à l’activité humaine) : radioactivité forte, pollution, champs électromagnétiques négatifs etc. Certains contextes peuvent aller jusqu’à inverser la polarité de l’eau.

C’est pourquoi aucune eau n’a les mêmes particularités, les mêmes capacités. Si le parcours de l’eau change, ses propriétés changent aussi. Beaucoup d’eaux excellentes perdent beaucoup ou la totalité de leur efficacité dès la sortie de leur domaine de résurgence.

L’eau, ni minérale, ni organique, tout en étant leur élément majeur, est l’interface active et informative entre ces deux mondes. L’eau devient médiatrice.
L’eau est extrêmement sensible aux ondes quelles qu’elles soient. Cet effet est visible même à l’œil nu : une goutte d’eau soumise à l’influence d’ondes vibratoires sonores ou lumineuses prend des formes et structures très différentes selon la variété d’ondes qu’elle reçoit (voir travaux d’Alexander Lauterwasser par exemple). Une même onde produit toujours la même forme. La moindre variation modifie l’arrangement moléculaire des particules d’eau entre elles au sein même d’une goutte (soit environ 1700 milliards de milliards de molécules).
Les matières organiques sont constituées à plus de 90% de molécules d’eau (en nombre de molécules). Rien d’étonnant donc que les multiples ondes qui nous entourent aient une influence sur les êtres vivants. Une musique qui nous touche, n’est ni plus ni moins qu’un ensemble d’ondes qui entrent en résonance avec l’eau de notre corps. Il en va de même avec les plantes. Rien d’étonnant que les plantes réagissent au son d’une musique adéquate, au son d’une voix. Rien d’étonnant non plus que cette même plante, ce fruit, ce légume… soit capable de restituer à son tour cette fréquence, cette énergie emmagasiné.
L’eau, à l’état naturel, crée ses propres mouvements et sonorités (volutes dans une rivière, bruits d’écoulement, de cascades. Elle crée donc ses propres ondes…

On comprend alors beaucoup mieux pourquoi et comment l’eau a cette capacité exceptionnelle d’auto-purification, d’auto-régénération (pour peu qu’elle ait cette liberté, contrairement à ces mouvements rectilignes imposés par nos réseau urbains et autres canaux, par exemple). Les vortex, par exemple, sont formés par la nature de façon permanente. Il a été démontré que les mouvements d’un vortex permettent à l’eau de s’énergiser de manière intense.

(source : quanteaum)

LES EAUX DE LUMIERE

Immersion dans les eaux sacrées du Gange

Le Gange est considéré comme sacré par les hindous : l'immersion dans le Gange lave le croyant de ses péchés et la dispersion des cendres dans le fleuve peut apporter une meilleure vie future et même permettre d'atteindre plus tôt le moksha ou délivrance, c'est-à-dire la sortie du monde phénoménal. Pour les hindous, l'eau du Gange possède la vertu de purifier le corps des humains et de libérer l'âme des défunts.

Le Gange est vu comme l'ultime vérité, l'ultime réalité au sens spirituel. C'est Shiva qui tient la source du Gange dans ses cheveux, dénommés jata-mukuta : Shiva est aussi appelé Gangadhara.

L'histoire raconte que c'est un roi qui cherchant la prospérité pour la terre, implora la déesse Akash Ganga. Le roi Bhagiratha fut exaucé mais la déesse crut que les flots du Gange submergeraient la terre, c'est pourquoi elle les mit dans la coiffe d'un dieu: Shiva. Ce dernier libéra ensuite le fleuve de ses cheveux.

LES EAUX DE LUMIERE

Quand un pèlerin se baigne dans le Gange, c'est le symbole de la recherche de l'union avec l'ultime vérité. Le Gange est pris comme fleuve apportant la sagesse spirituelle.

Les dévots hindous font des pèlerinages pour se baigner dans ses eaux et pratiquer la méditation sur ses rives. Plusieurs sites sacrés hindous se trouvent le long des rives du Gange, comme Haridwar et Varanasi.

La Yamuna, une rivière importante et presque aussi sacrée, est un affluent du Gange dans lequel elle se jette à Allahabad. Tous les douze ans se tient au confluent des deux cours d'eau — là où se trouverait également le confluent avec la Sarasvati, la rivière mystique et invisible — la Kumbhamela, un rassemblement religieux qui réunit plusieurs dizaines de millions de personnes. (source : wikipedia)

 

 Voir également :

Les fontaines guérisseuses

Une des plus grandes découvertes

  

"La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"