• Les ovnis du Mexique.

    Mystères des ovnis

    LES OVNIS DU MEXIQUE

    Le Mexique,  la Basse Californie et l'Amérique du Sud en général, sont fréquemment l'objet de manifestations d'ovnis de grande taille, soit sur terre, soit au-dessus de la mer, sans compter les objets inconnus en forme de cigares ou les boules lumineuses entrant et sortant des volcans Popocatépetl et Colima, enregistrés via la webcam des sites de volcanologie.

    Ici un ovni exceptionnel vu en Basse Californie - Rosarito et Tijuana - ainsi qu'à Mexico

    en août et septembre 2018 

    16 sept 2018 - Des images exceptionnelles de la webcam de Mexico !

    Le même ovni  - comparaisons des photos de Tijuana du 29 août 2018

    Les ovnis du Mexique.

     

    Autres photos de Rosarito - 28 août 2018

       

     

    D'autres manifestations lumineuses les 10-12 avril 2018

    Puis le 12 décembre 2017 - Au-dessus de la mer

    28-09- 2017  Tijuana

     

     

    Et au Pérou - 11 avril 1980

    La rencontre du pilote de chasse Oscar Santa Maria Huerta

    Il y a trente-cinq ans, le pilote de chasse Oscar Santa Maria Huerta a vécu une expérience bien réelle lorsqu'il a tenté d'abattre un mystérieux engin en forme d'ampoule électrique, c'est le seul cas documenté d'avions militaires en train de tirer sur un OVNI.

    Il était tôt le matin du 11 avril 1980 et le lieutenant de l'armée de l'air péruvienne, âgé de 23 ans, se préparait à faire des exercices quotidiens avec environ 1800 militaires et civils à la base aérienne de La Joya, à 1 000 km au sud de la capitale péruvienne. .

    Le lieutenant Huerta, un pilote de huit années d'expérience qui pilotait des missions de combat depuis 19 ans, a reçu l'ordre de décoller avec son chasseur Sukhoi-22 de fabrication russe pour intercepter l'étrange objet argenté qui avait été aperçu flottant près du bout de la piste. .L'objet se trouvait à cinq kilomètres de là, suspendu dans les airs à environ 600 mètres du sol et ne répondait à aucune communication. "Ce" ballon "se trouvait dans un espace aérien restreint sans autorisation, ce qui représentait un grave défi à la souveraineté nationale", écrit le colonel, aujourd'hui à la retraite.

    Le colonel Huerta était l'un des nombreux chercheurs, anciens officiers de l'armée et autres qui ont témoigné lors d'un important événement pour la presse organisé au National Press Club à Washington en 2013, dans le but de faire pression sur le gouvernement américain pour qu'il ouvre ses dossiers sur les rencontres d'ovnis.

    « La Joya était l'une des rares bases d'Amérique du Sud à posséder du matériel de guerre de fabrication soviétique et nous étions préoccupés par l'espionnage », a-t-il écrit.

    Après le décollage, le colonel Huerta a volé jusqu'à 2 500 mètres et s'est présenté pour une course d'attaque. "J’ai atteint la distance nécessaire et tiré une rafale de soixante-quatre obus de 30 mm, ce qui a créé un" mur de feu "en forme de cône qui devrait normalement effacer tout ce qui se trouvait sur son passage", écrit-il.

    Un seul de ces obus pourrait détruire une voiture, mais ils n’ont eu aucun effet sur l’objet. «Je pensais que le ballon serait alors déchiré et que des gaz commenceraient à en sortir. Mais rien ne s'est passé. Il semble que le ballon ait absorbé les énormes balles et qu’il n’a pas du tout été endommagé. »L’objet a alors viré rapidement vers le ciel depuis la base, ce qui a incité le colonel Huerta à activer la post-combustion de l’appareil afin de le poursuivre à une distance de 500 m. Alors qu’ils atteignaient la ville de Camana, à 84 km de la base, l’objet s’arrêta soudainement, le forçant à se détourner. 

    En se tournant vers la droite, le colonel Huerta a tenté de se positionner pour un autre coup.«J'ai commencé à me rapprocher de lui jusqu'à ce que je le voie bien, écrit-il. «J'ai verrouillé sur la cible et j'étais prêt à tirer. Mais juste à ce moment, l'objet a fait une autre montée rapide, évitant l'attaque. Je suis resté en dessous ».Il a tenté la même manœuvre deux fois de plus et, à chaque fois, l'objet s'est échappé en partant vers le haut en quelques secondes avant de pouvoir tirer. À ce moment, l'objet se trouvait à 14 000 mètres d'altitude. Le colonel Huerta a décidé de tenter une attaque par le haut, de sorte qu'il ne puisse pas quitter la portée de sa cible, mais l'objet l'a observé jusqu'à 19 200 mètres - bien au-dessus des spécifications de son avion. 

    À court d’essence, il réalisa qu’il ne pouvait plus poursuivre l’attaque et décida alors de voler près de l’objet pour mieux le voir. Ce n’est qu’à 100 m de lui qu’il a compris de quoi il s’agissait.

    «J’ai été surpris de voir que le« ballon »n’était pas du tout un ballon. Il s’agissait d’un objet mesurant environ 10 mètres de diamètre et surmonté d’un dôme brillant de couleur crème, semblable à une ampoule coupée en deux », écrit-il.

    «Le fond était une base circulaire plus large, de couleur argentée, et ressemblait à une sorte de métal. Il manquait tous les composants typiques des avions. Il n'avait pas d'ailes, de jets de propulsion, d'échappements, de fenêtres, d'antennes, etc. Il n'y avait pas de système de propulsion visible.

    «À ce moment-là, j'ai réalisé que ce n'était pas un dispositif d'espionnage mais un OVNI, quelque chose de totalement inconnu. J'étais presque en panne d'essence, je ne pouvais donc ni attaquer ni manœuvrer mon avion, ni m'échapper à grande vitesse. Soudain, j'ai eu peur. Je pensais que je pourrais être fini. "

    Le colonel Huerta a fait son retour, planant à mi-chemin par manque de carburant et "zigzaguant pour rendre mon avion plus difficile à frapper, toujours avec mes yeux sur les rétroviseurs, espérant qu'il ne me poursuivrait pas"

    Après avoir atterri, l'objet est resté à la place  pendant deux heures, «visible par tout le monde à la base pendant qu'il se reflétait dans le soleil».

    Le colonel Huerta a déclaré que tous les membres de la base avaient été témoins du fait, et que nombre d'entre eux étaient tenus de faire rapport. Un document datant de juin 1980 et publié par le département de la Défense des États-Unis, intitulé «OVNIS vus au Pérou», décrit l’incident, indiquant uniquement que l’objet reste d’origine inconnue.

    Un incident similaire s'est produit en 1976, lorsque le général de l'armée de l'air iranienne Parviz Jafari (voir ci-dessous) a tenté de tirer sur un OVNI mais a constaté que son équipement fonctionnait mal. «Mon équipement était mécanique et c’est peut-être la raison pour laquelle il n’a pas pu être arrêté. L’objet a donc dû sauter à la dernière minute», écrit le colonel Huerta.

    «Je me trouve dans la position unique, du moins pour le moment et pour autant que je sache, d’être le seul pilote militaire au monde à avoir effectivement tiré avec une arme et frappé un OVNI. Ça me donne encore des frissons d'y penser".

    Source :  news.com.au/

     

    L'incident de Téhéran - 19 septembre 1976

     s'agit d'un des plus célèbres cas de poursuite avion de chasse/OVNI. A Téhéran, Iran, le 19 septembre 1976, après minuit, au-dessus de la capitale de l'Iran, eurent lieu deux tentatives successives d'intercepter un ovni détecté par les radars au sol et largement signalé par des civils qui le voyaient au-dessus de la ville. A chaque tentative, un contact visuel eut lieu, et les pilotes tentèrent d'armer leur missile et de le lancer, mais à chaque fois les systèmes d'armes furent immédiatement désactivés.

    L’incident de Téhéran a eu lieu dans la nuit du 18 au 19 Septembre 1976, en Iran. Il s'agit d'un des plus célèbre cas de poursuite avion de chasse/OVNI. Aucune explication sérieuse n'a pu être fournie pour l'instant, d'autant plus que cet incident a aussi été confirmé par radar. L'affaire a par ailleurs donné lieu à un rapport secret puis déclassifié de la DIA, organisation de renseignement militaire du Pentagone.

    L'incident a été mis la première fois en évidence par la fuite d'un rapport d'évaluation de l'agence de renseignement de la défense US (DIA) vers le NICAP en 1976. Un rapport de trois pages du Département de la Défense (DOD) sous forme de télétype sur le cas a été obtenu par Charles Huffer en 1977 sous la Loi de Liberté de l'Information (FOIA). Une copie du rapport d'évaluation de la DIA était attachée au message. Les caractéristiques principales du message sont reprises ici, avec les extraits cités.

    A environ 12:30 du matin l'Air Force Command Post reçoit les appels de civils au sujet d'un objet rougeoyant dans le ciel. L'observation effective de cet objet rougeoyant lumineux les a menés à envoyer un chasseur à réaction F-4 "Phantom" de Shahrokhi AFB pour l'étudier. Le F-4 décolla à 01:30 du matin et vola vers un point à 40 milles marins au Nord de Téhéran. Alors que le F-4 arrivait sur l'objet, toute son instrumentation et ses moyens de communications (fréquence ultra-haute et intercom) ont été perdues. Le pilote a interrompu l'interception et s'est dirigé de nouveau vers sa base.

        "Quand le F-4 s'est éloigné de l'objet et n'était apparemment plus une menace pour lui, l'avion a regagné tout son instrumentation et ses communications. Un deuxième F-4 a été envoyé à 01:40 heure du matin et l'officier de l'électronique a acquis un verrouillage radar à 27 miles nautiques, 12 heures de position élevée avec une vitesse de rapprochement de 150 noeuds. Quand la distance a diminuée à 25 miles nautiques, l'objet s'est écarté à une vitesse qui était évidente sur l'écran radar et est resté à 25 milles nautiques."

    Le message du DoD a indiqué que la taille mesurée par le radar était comparable à celle d'un avion de transport Boeing 707, bien qu'il ait été difficile discerner sa taille visuelle en raison de son éclat lumineux intense. Les lumières clignotantes comme un stroboscope furent observées par les témoins visuels au sol, elles étaient arrangées dans un pattern alternant les bleus, verts, rouges, et une lumière orange, formant un rectangle. La séquence de clignotement des lumières était tellement rapidement que toutes les couleurs pouvaient être vues en même temps.



    Pendant que la poursuite continuait, un autre objet brillamment lumineux a émergé du premier objet et se dirigea directement vers le F-4 comme un missile, à vitesse élevée. Le pilote a essayé de mettre le feu à un missile AIM-9 dirigé vers l'OVNI, "mais à ce moment son pupitre de commande d'armes s'est instantanément bloqué et il a perdu toutes les communications (fréquence ultra-haute et interphone). A ce moment le pilote fit une manoeuvre tournante et un piqué en G négatif pour fuir. Pendant qu'il tournait l'objet a prise sa suite à ce qui a semblé être environ 3-4 milles marins. Pendant qu'il continuait de s'éloigner loin de l'objet primaire le deuxième objet est allé à l'intérieur de son virage puis est retourné à l'objet primaire qu'il a rejoint dans une trajectoire parfaite."

    Peu de temps après le rendez-vous et le fusionnement des deux objets, un autre objet a émergé de l'autre côté de l'objet primaire et a filé droit vers le sol. L'équipage F-4 l'a observé approcher la terre en comptant voir une explosion, mais à la place il a semblé ralentir et atterrir doucement, illuminant le terrain. Le pilote est descendu à environ 15.000 pieds et a continué à observer et marquer la position de l'objet atterri, avant de revenir sa base. Sur le vol de retour ils ont éprouvé quelques problèmes de vision de nuit qui ont rendu leur atterrissage difficile.
    Au lever du jour l'équipage du F-4 a été conduit à l'emplacement d'atterrissage (un asséché d'un lac) en hélicoptère, mais rien ne put être trouvé. Pendant qu'ils tournaient autour de l'Ouest des lieux ils ont reçu un appel d'un beepeur. Voyant une petite maison au point où le signal était le plus fort, ils ont débarqué et ont interrogé les habitants des environs pour savoir s'ils avaient noté quelque chose d'inhabituel la nuit d'avant. Les gens ont mentionné un bruit fort et un flash lumineux puissant.
    L'évaluation par la DIA dit qu'il s'agit d'un "rapport exceptionnel. Ce cas est un classique qui répond à tous les critères nécessaires pour une étude valide du phénomène OVNI." L'analyse précise que les performances de l'OVNI sont "époustouflantes," notant que l'objet volant à montré une de "capacité de manoeuvre extraordinaire."En 1997, Richard Hall a dépisté l'auteur du rapport de la DIA et l'a interviewé par téléphone. A ce moment-là, l'auteur a exprimé sa bonne volonté pour témoigner en public de ce qu'il sait sur ce cas. C'est un cas capital, reconnu par une agence de renseignement des USA, où un OVNI a rencontré un avion militaire, et a réagi d'une façon intelligente et supérieure à la tentative d'interception de l'avion en arrêtant temporairement les systèmes d'armes de l'avion.
     

    Jafari à conférence au Club National de la Presse le 13 novembre 2007:

    En 2005, Jafari (qui vit alors aux USA) témoigne pour la 1ère fois publiquement, puis à nouveau le 13 novembre 2007, lors d'une conférence au Club National de la Presse de novembre 2007 :

       " Bonjour mesdames et messieurs,
        Mon nom est Parviz Jafari, et je suis général à la retraite de l'Armée de l'Air iranienne.

        Vers 23:00 le soir du 18 septembre 1976, des citoyens furent effrayés par un objet inconnu tournant au-dessus de Téhéran, le capitale de l'Iran, à basse altitude. Il avait l'air d'une étoile, mais plus gros et plus brillant. Ils le signalèrent à la tour et l'homme de la tour le vit aussi. Il alerta le poste de commandement de la Force Aérienne et le Général Adjoint Yousefi décida d'envoyer un jet F-4 jet pour investiguer.

        Le pilote dans le 1er jet perdit son instrumentation et ses communications lorsqu'il approcha trop près de l'objet brillant, et rebroussa donc chemin. Environ 10 mn plus tard, ils envoyèrent un 2nd jet, que je pilotait. A l'époque j'étais commandant de l'escadron. J'approchais l'objet, qui clignotait avec une lumière intense rouge, verte, orange et bleue de manière si brillante que je ne parvins pas à voir son corps. La séquence de flashes était extrêmement rapide, comme un stromboscope. Nous le verrouillâmes avec le radar ; il était à 30° sur la gauche, à une portée de 25 miles. La taille sur l'écran radar était comparable à celle d'un tanker 707.

        4 autres objets avec des formes différentes se séparèrent du principal, à des moment différents de cette rencontre rapprochée. Chaque fois qu'ils étaient proches de moi, mes armes étaient coincées et mes communications radio brouillées. 1 des objets se dirigea vers moi. Je pensais que c'était un missile. J'essayais de lancer un missile à recherche de chaleur vers lui, mais mon panneau de missiles disparut. Un autre me suivit alors que je descendais sur le chemin du retour. 1 des objets séparés atterrit dans une région ouverte radiant une lumière particulièrement brillante, dans laquelle les sables sur le sol étaient visibles.

        Nous pûmes entendre le squash d'urgence tout du long, qui fut signalé par d'autres avions de ligne volant à ce moment et cela continua pendant un ou deux jours de plus. Lors de mon interview au quartier-général, après l'incident, un colonel américain pris des notes, mais après ce fut terminé et je ne pus le retrouver pour lui parler. Par la suite, un document un temps classé secret publié ici en Amérique via l'Acte sur le Droit à l'Information. L'Agence de Renseignement de la Défense documenta l'événement en grands détails, et cela fut envoyé à la NSA, la Maison Blanche et la CIA. L'évaluation de la DIA dit que ce cas est un classique contenant toutes les conditions nécessaires à une étude légitime du phénomène ovni. Je serais heureux de répondre aux questions et vous en dire plus."



    Rapport de la DIA 

    À l'époque, l'Iran étant un allié des États-Unis, la DIA put accéder aux informations de l'Armée de l'Air iranienne.

    Ce rapport déclara :

    "Un rapport exceptionnel. Ce cas est un classique qui rassemble tous les critères nécessaires pour une étude valide du phénomène d'UFO : L'objet a été vu par de nombreux témoins de différents endroits (c’est-à-dire, Shamiran, Mehrabad, et le lit sec du lac) et de points de vue (au sol et dans les airs). La crédibilité de plusieurs des témoins était haute (un général de l'Armée de l'Air, des équipages qualifiés, le personnel de la tour de contrôle). La présence de l'OVNI a été confirmée par le radar. Des effets électromagnétiques semblables ont été rapportés par trois avions différents. Il y avait des effets physiologiques similaires sur plusieurs pilotes (c.-à-d., perte de vision de nuit due à l'éclat de l'objet). l'OVNI à fait preuve d'une manœuvrabilité impressionnante"

    Source :  ovni-extraterrestre

     

    VOIR AUSSI

    Ovnis du Chili

    Les ovnis du Popocatépetl

     

      

    "La source de nos informations est indiquée pour chaque parution, mais au cas où l'auteur de vidéos, articles ou photos souhaiterait ne plus les voir figurer sur le site, qu'il nous en avertisse par mail, et nous les retirerons immédiatement"